PLANIFICATION DU TRANSPORT DE CHARGES PARTIELLES D UN DÉPÔT : RÉPARTITION, LIVRAISON ET REVENU DE RETOUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLANIFICATION DU TRANSPORT DE CHARGES PARTIELLES D UN DÉPÔT : RÉPARTITION, LIVRAISON ET REVENU DE RETOUR"

Transcription

1 MARIE-CLAUDE BOLDUC, B.A.A. PLANIFICATION DU TRANSPORT DE CHARGES PARTIELLES D UN DÉPÔT : RÉPARTITION, LIVRAISON ET REVENU DE RETOUR Essai présenté dans le cadre du programme de Maîtrise en administration des affaires, concentration Gestion manufacturière et logistique, pour l obtention du grade de maître en administration des affaires (M.B.A.) Directeur : Monsieur Gilles d Avignon, Ph. D. Codirecteur : Monsieur Jacques Renaud, Ph. D. DÉPARTEMENT OPÉRATIONS ET SYSTÈMES DE DÉCISION FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC JUILLET 2003 Marie-Claude Bolduc, 2003

2 i Résumé Les entreprises de transport sont un maillon important de la chaîne logistique. En effet, elles permettent le déplacement des marchandises entre les autres maillons de la chaîne. Entre le Canada et les États-Unis, les marchandises transitent par camions dans plus de 70 % des cas (Industrie Canada 2003). Dans le contexte de juste-à-temps, ceci implique que les expéditions sont fréquentes et parfois de tailles réduites. Dès lors, les entreprises de transport doivent gérer la demande liée aux charges partielles. Cette planification nécessite la prise de plusieurs décisions rapidement. Sur le marché actuel, les logiciels disponibles pour accomplir cette tâche sont dispendieux et nécessitent beaucoup de temps d implantation et de formation des employés. De plus, il est impossible de valider les méthodes de résolution utilisées. Dès lors, aucune garantie n est apportée quant à la qualité de la solution générée. Habituellement, les petites et moyennes entreprises de transport ne peuvent s offrir ces logiciels. Elles doivent donc se tourner vers d autres moyens afin d être en mesure de faire la planification des tournées correctement. Or, ce travail est complexe compte tenu des nombreuses décisions qui doivent être prises en même temps, c est-à-dire le nombre de camions qui seront utilisés, la répartition des marchandises entre ces camions et l organisation de la tournée de chacun d eux. En plus, lorsque des revenus de retour potentiels en fin de tournées sont considérés, les décisions se complexifient davantage. Toutefois, ce travail est nécessaire afin de tendre vers une meilleure rentabilité. Dans cet essai, un système intégré d aide à la décision (SIAD) permettant de faire la répartition, la livraison et la collecte des marchandises est présenté. Ledit système a été développé à l aide de logiciels courants, tels que Microsoft Visual Basic et Microsoft Excel. Il est démontré qu il permet d obtenir d excellentes solutions en peu de temps et qu il nécessite peu d investissements. Il représente donc une solution au problème de transport des marchandises en charges partielles avec revenu de retour en fin de tournée. Mots clés : Transport de marchandises, charges partielles, problème de tournées de véhicules, répartition, revenu de retour, livraison, SIAD.

3 ii Remerciements Depuis toujours, j ai écouté les paroles de chacun et fait le tri au fond de moi-même. Le chemin que j ai parcouru a été semé d embûches, toutes et chacune d entre elles m ont rendu plus forte et m ont mené là où j en suis. En prenant du recul, je suis moi-même étonnée du parcours qui m a conduit ici. Jamais je n aurais cru que la recherche, malgré la patience qu elle demande souvent, ferait partie de ces choses passionnantes de la vie. Cet essai a été marqué par plusieurs personnes qui, chacune à leur façon, ont permis sa réalisation. Je tiens d abord à remercier mon directeur, Monsieur Gilles d Avignon, qui m a mené au domaine du transport et à cet essai. Je tiens également à exprimer ma gratitude à mon codirecteur, Monsieur Jacques Renaud, qui a su me donner une opinion constructive tout au long du projet. Mes remerciements vont également à la Fondation pour la formation professionnelle en transport routier des marchandises du Québec qui m a octroyé la bourse Manac 2002 pour la recherche en transport et la bourse Jean Delangis 2003 pour la recherche en transport sur l économie d énergie. Je tiens également à souligner la collaboration de Monsieur Jean Guilbault du Groupe Guilbault qui a soulevé le problème traité et qui a participé à sa première expérimentation. Dans la même entreprise, je tiens aussi à remercier Monsieur André Desjardins, qui a su critiquer de façon constructive le générateur d expéditions. La participation de toutes ces entreprises prouve à quel point la recherche est essentielle; ce soutien se doit de demeurer. Je ne peux passer sous silence l appui inconditionnel de mes parents, Lisette et Gilles, qui ont toujours su me laisser me faire une opinion par moi-même et qui m ont aidé à canaliser mes énergies avec les passions qui m habitent. Ils sont le premier moteur qui me pousse à avancer. Je tiens également à remercier toutes les personnes (elles se reconnaîtront!) qui ont su répondre à mes questions, donner leur opinion ou si justement revoir mon texte; soyez assuré de ma gratitude.

4 iii Table des matières Chapitre I Introduction Présentation Organisation Terminologie Problématique Énoncé du problème Objectif de l essai Méthodologie...13 Chapitre II Revue de la littérature Problème de tournées Problème du voyageur de commerce Problème de tournées de véhicules Systèmes intégrés d aide à la décision A.Maze Truckmate pour Windows (TM4Win) Millogiciel...32 Chapitre III Modélisation Concepts de base Notations Modèle mathématique Fonction objectif Contraintes Évaluation de la taille du modèle d optimisation...45 Chapitre IV Approche de résolution Considération préliminaire Méthode heuristique de résolution Étape 1 : Initialisation des données Étape 2 : Formation des routes Étape 3 : Amélioration individuelle des routes Étape 4 : Amélioration des routes Présentation du SIAD Initialisation de la source de données Aide à l utilisateur Inscription des données Répartition Visualisation des résultats...62 Chapitre V Évaluation numérique Structuration des tests numériques Résultats Observations Comparaison des solutions Comparaison des distances parcourues Comparaison des temps de résolution...78 Chapitre VI Conclusion...80

5 Références...83 Annexe A Résultats des tests numériques...87 Annexe B Article présenté à l Association Québécoise du Transport et des Routes (AQTR) Annexe C Article présenté à l Association des Sciences Administratives du Canada (ASAC) Annexe D Article de la revue Gestion Logistique Annexe E Données des tests et fichiers des résultats obtenus avec les deux méthodes (sur CD).... Annexe F Système développé (sur CD).... iv

6 v Table des figures 1.1 Schématisation de la notion de distribution Ensemble de nœuds (expéditions) Réseau associé à une solution Heuristique du plus proche voisin Heuristique de l insertion la moins coûteuse Heuristique 2-opt Heuristique 3-opt Fusion de deux tournées par l algorithme de Clarke et Wright Méthode de fusion des tournées Algorithme de construction par balayage Échanges-λ retenues pour λ = Heuristique d amélioration de Osman Position de l optimum global Ensemble des arcs 0-j Ensemble des arcs 1-j Réseau incluant un sous tour Construction en cinq étapes d un réseau avec l indicateur s ak Modélisation du dépôt Méthode heuristique intégrée dans le système développé Interface initiale du SIAD Instructions du SIAD Exécution du bouton Données et expéditions Feuille Data du fichier dispatch Feuille Shipping du fichier dispatch Exécution du bouton Répartition Feuille FR1 du fichier dispatch Feuille Result du fichier dispatch Temps où la meilleure solution obtenue par Ilog Cplex a été générée... 75

7 vi Liste des tableaux 5.1 Compilation détaillée des deltas Moyenne des deltas pour les tests optimaux Moyenne des deltas pour les tests arrêtés après quinze heures de résolution Moment d obtention des meilleures solutions avec Ilog Cplex et gap lors de l arrêt Compilation des erreurs de distances Moyenne des deltas dist. pour les tests optimaux Temps de résolution (en secondes) des deux méthodes... 79

8 Chapitre I Introduction 1. PRÉSENTATION Le transport routier des marchandises a subi de nombreux bouleversements au cours des dernières années. D abord, la déréglementation survenue en 1980 aux États-Unis, en 1988 au Canada et en 1992 en Europe a modifié les pratiques qui prévalaient jusque-là. Ces règles permettaient auparavant à toutes les entreprises de détenir des parts de marché ou, pour certaines, l exclusivité, puisque les prix étaient fixés. En les éliminant, le libre marché créé fit accroître la compétitivité dans l offre de service. Dès lors, l avenir de chacune des entreprises œuvrant dans le domaine du transport est devenu dépendant de leur capacité d adaptation. Seulement pour l année 2001, Transports Canada a dénombré quelques 900 faillites dans l industrie du camionnage, soit un nombre record pour les dix dernières années (Transports Canada 2002). Ces données sont une première alarme signalant que des changements au niveau de la gestion des entreprises de transport s imposent. L effet de la mondialisation a également contribué aux transformations. Autrefois, seules les grandes entreprises pouvaient viser un marché national, les autres étant limitées à une clientèle locale ou régionale. Aujourd hui, non seulement «un camion traverse la frontière entre le Canada et les États-Unis à toutes les 2,5 secondes» (Industrie Canada 2003) mais de plus, les petites entreprises de transport ont désormais accès à un marché international. Ceci est principalement dû à la spécialisation de chacun des membres de la chaîne logistique et à l avènement des technologies qui permettent la transmission continue d informations en une fraction de seconde, et ce, partout dans le monde. Le domaine du transport routier a donc dû s adapter à ce nouveau modèle de marché en étant de plus en plus performant et compétitif.

9 2 La mondialisation a aussi impliqué la hausse des exigences des expéditeurs d autant plus que ces derniers veulent également réduire leurs coûts au plus bas niveau possible. Parmi les coûts à diminuer se retrouvent les coûts de stockage qui peuvent être réduits en conservant les inventaires les plus bas possible, c est-à-dire le niveau minimum d inventaires qui permet de satisfaire les clients de façon adéquate pour l entreprise. Ceci implique donc une gestion en juste-à-temps, c est-à-dire que les marchandises soient au bon endroit, en bon état et au bon moment. Souvent, de ce type de gestion découle également l envoi plus fréquent d expéditions plus petites. Lorsque les entreprises expédient des marchandises, elles veulent bénéficier d un mode de transport qui répond adéquatement à leurs besoins. Le choix d un transporteur repose d abord sur le prix, la quantité, le type de produits à transporter et le lieu de destination de celles-ci. Actuellement, le transport des marchandises entre le Canada et les États-Unis se fait par camions dans plus de 70 % des cas (Industrie Canada 2003). Ce mode de transport a la qualité d être flexible autant au niveau temporel que physique, c est-à-dire que les départs sont nombreux et que l endroit précis de livraison est déterminé par l expéditeur. Ces qualités permettent à ce type de transport de livrer les marchandises dans un laps de temps raisonnable. Compte tenu des investissements que cela implique et parfois de leurs trop faibles volumes, plusieurs entreprises préfèrent avoir recours à un transporteur spécialisé au lieu de posséder leurs propres camions. Ceci leur évite le fardeau de la gestion du transport, ce qui leur permet de concentrer toutes leurs énergies dans leur spécialité. Due à la contrainte temporelle, il arrive régulièrement que les entreprises aient à faire acheminer des marchandises en petites quantités. Dès lors, l espace d un plein camion n est pas nécessaire, donc l expéditeur aura recours au transport de charges partielles. Ce type de transport peut également être nommé LTL, tiré de l anglais less-than-truckload. Le transport de charges partielles peut être défini comme étant le déplacement d un «lot de marchandises insuffisant quant à son poids ou à son volume pour l'application d'un tarif d'envoi par camion complet» (Grand dictionnaire Avril 2003). Ces expéditions sont constituées de marchandises utilisant habituellement entre une et huit palettes et pesant

10 3 chacune entre 500 et lbs. La définition est ici limitée au gros LTL, c est-à-dire le transport de marchandises comportant au moins une palette de 500 lbs, puisque les charges moindres sont habituellement considérées comme étant du vrac. Pour les expéditeurs, le transport de charges partielles permet de profiter d un service adapté. Pour en bénéficier, ils devront toutefois défrayer un coût plus élevé compte tenu de la gestion supplémentaire que cela impose au transporteur. Malgré tout, ils acceptent ce sacrifice compte tenu des avantages qui y sont liés. Pour le transporteur, les marchandises en charges partielles nécessitent un travail de regroupement des marchandises qui seront expédiées vers une même zone. Cette tâche est très importante puisqu elle permet à la fois de remplir une remorque et de potentiellement rentabiliser son déplacement. Pour rester compétitives, les entreprises de transport doivent donc offrir un service adéquat à un coût intéressant. Pour se faire, l emphase doit être mise sur le service à la clientèle et sur la spécialisation, ceci tout en travaillant à optimiser les façons de faire. Le client désire que ses marchandises soient traitées en juste-à-temps. Pour qu un tel traitement soit adéquat, les entreprises de transport doivent se spécialiser. Ainsi, chaque entreprise se différencie de ses concurrents et maximise ses profits en se concentrant sur ce qu elle fait le mieux : livrer un type précis de marchandises. Les spécialités sont variées passant du transport général au transport de matières particulières, tel que l essence, les produits chimiques, le courrier ou le vrac, allant de la manutention de charges pleines à celle de marchandises en charges partielles. Pour faire leur travail convenablement, ces entreprises doivent optimiser leurs façons de faire. Ceci passe par la circulation des marchandises en juste-à-temps et par une amélioration des outils mis à la disposition des travailleurs. En effet, les entreprises de transport doivent se doter d outils leur permettant d améliorer leur rentabilité. De tels outils, en plus d assurer aux transporteurs d avoir la meilleure rentabilité pour les expéditions à distribuer, permettent aux répartiteurs d utiliser le temps épargné pour réaliser d autres activités.

11 4 Donc, la compétitivité des entreprises de transport passe par l optimisation de leurs opérations. Toutefois, les entreprises de transport doivent prendre en considération un nouvel élément : l environnement. Le Canada a signé, en décembre 2002, le protocole de Kyoto, traité sur la réduction des gaz à effet de serre. Ainsi, le pays s est engagé à réduire ses émissions de 6 % par rapport à 1990 (Radio-Canada 2003). Or, selon une étude sur la consommation d énergie secondaire en 1999, le domaine du transport est responsable de 36 % de l émission des gaz à effets de serre au Canada en raison du pétrole consommé (Transports Canada 2002). Compte tenu du fait que le Québec est l une des provinces les moins polluantes au Canada grâce en grande partie à l hydroélectricité qui évite d utiliser des gaz dans plusieurs cas, le fait de se voir imposer de réduire l émission des gaz à effet de serre impliquera forcément des changements sur les routes québécoises. Ainsi, les entreprises œuvrant dans le domaine du transport routier doivent dès maintenant tenter de réduire leur consommation d essence. Étant donné la protection de l environnement et le prix sans cesse croissant des carburants, la planification de tournées de livraisons devient importante. Ceci soulève plusieurs questions : est-il possible de doter les entreprises de transport routier de marchandises d un outil simple leur permettant d augmenter leur rentabilité tout en étant préoccupé par l environnement? Dans les pages suivantes, un intérêt a été porté sur la planification du transport de marchandises en charges partielles du Québec vers les États-Unis, plus précisément, au travail de répartition qui constitue la pierre angulaire de la livraison des marchandises. 2. ORGANISATION Le présent document est subdivisé en six chapitres, qui sont eux-mêmes divisés en section ou sous-section au besoin. Le Chapitre I permet de présenter l environnement du transport routier des marchandises, de préciser la terminologie utilisée, de définir le problème traité ainsi que la méthodologie utilisée. Le Chapitre II expose la revue de la littérature. Plus précisément, il met en évidence les recherches pertinentes et/ou récentes traitant des concepts liés à la problématique. Le Chapitre III présente un modèle optimal et précise le type de problèmes pour lesquels il peut être utilisé. En plus d élaborer de façon détaillée de

12 5 quelle façon un réseau est conçu, ce chapitre met également en lumière la complexité du problème traité. Le Chapitre IV se divise en deux sections. D abord, une description de la méthode heuristique est faite. Par après, le système intégré d aide à la décision développé, qui comprend cette méthode, est présenté. Ce chapitre apporte une solution au problème défini au premier chapitre. Dans le Chapitre V, les résultats de diverses expérimentations (Annexe A) sont exposés et les observations liées à celles-ci sont décrites. Ce chapitre explique la pertinence de la méthode développée dans le chapitre précédent. Par la suite, le Chapitre VI présente les conclusions de l essai. Les annexes B, C et D présentent des articles tirés de cet essai. La première, l Annexe B, est constituée d un article qui a été présenté dans le cadre du 38e Congrès de l Association Québécoise du Transport et des Routes à Sherbrooke le 7 avril L Annexe C, quant à elle, inclut un article présenté dans le cadre du Congrès de l Association des Sciences Administratives du Canada à Halifax le 16 juin Enfin, l Annexe D présente un article publié dans l édition de mai 2003 de la revue Gestion logistique. 3. TERMINOLOGIE Avant d aborder spécifiquement la problématique étudiée, la définition de certains termes doit être clarifiée. Dans le langage courant, certains mots sont utilisés comme étant des synonymes sans que cela ne pose problème. Toutefois, dans un contexte plus technique, le fait d utiliser un synonyme peut fausser la signification d une phrase. Il est donc important de clarifier la définition de certains mots, afin d éviter une mauvaise perception lors de la lecture. Les termes distribution, répartition et livraison font partie de ces mots qui sont couramment employés au gré des rédacteurs. Cependant, ils ont chacun une signification propre et distincte. Le dictionnaire universel francophone Hachette (mai 2003) spécifie que la distribution est la «répartition (de choses) entre plusieurs personnes». Cette définition primaire implique que la distribution est et inclut une forme de répartition. Sur ce point, la source vient

13 6 appuyer le fait que ces termes sont régulièrement confondus. Une autre référence, l encyclopédie Encarta (mai 2003), évite ce piège et définit la distribution comme suit : «Ensemble des opérations qui vont de la commercialisation d un bien (à l issue de sa production) jusqu à son achat par un consommateur final. Le secteur de la distribution, qui constitue une branche du commerce, comprend l ensemble des personnes physiques et des entreprises qui participent à ce processus.» Ici, la notion de processus est intéressante et la distribution ne se limite pas à un simple déplacement de marchandises, mais bien à une commercialisation. Cependant, la notion peut être définie plus précisément. Le Grand dictionnaire écrit (mai 2003) : «La distribution physique prend en charge le produit fini et assure la mise à disposition des acheteurs qu'ils soient transformateurs ou consommateurs des biens ou des services. La distribution physique comprend le transport, l'entreposage, la gestion des stocks, la manutention, le suivi des commandes, le conditionnement des produits, le traitement informatique de l'ensemble des activités qui succèdent à la gestion des matières.» La distribution prend ainsi un aspect plus spécifique où elle comprend non seulement le transport, mais également l entreposage. Ainsi, la gestion des marchandises est à la fois aux niveaux dynamique et statique. Tompkins et Harmelink (1994) définissent clairement la distribution dans un contexte de gestion : «Distribution is the management of inventory to achieve customer satisfaction. The overall management of inventory requires the management of inventory both when in motion and while at rest. The management of inventory in motion is the profession of transportation, the management of inventory at rest is the profession of warehousing.»

14 7 La Figure 1.1 illustre le point de vue de ces derniers auteurs. En effet, le processus débute avec des produits qui doivent être distribués. La distribution est la gestion des inventaires dans le but de satisfaire les clients. Ainsi, elle englobe toutes les fonctions d entreposage et de transport. L entreposage est une gestion statique des marchandises, puisqu elles demeureront dans un même lieu. Ainsi, cette fonction comprend entre autre le transbordement, la gestion des flux et la gestion des inventaires. Quant au transport, il constitue la gestion dynamique des marchandises. Il comprend diverses fonctions dont la répartition, le chargement et la livraison. Figure 1.1 Schématisation de la notion de distribution Globalement, la Figure 1.1 illustre que la répartition est une fonction du transport qui est une fonction de la distribution. La répartition peut être définie comme une fonction d organisation des marchandises dans le but de les livrer. Ainsi, lors de la répartition, l ordre de chargement des marchandises et le choix du camion sont établis. Ceci implique une connaissance cartographique afin de construire des tournées réalisables. Donc, la répartition ne se préoccupe que des marchandises au moment où elles sont prêtes à être transportées vers une ou plusieurs destinations différentes du lieu d origine. Une fois la répartition terminée, le chargement des marchandises dans les divers camions est fait. Puis vient le moment de livrer les marchandises. La livraison est donc l action de rendre les marchandises chez le client. Il est important de bien comprendre la nuance avec le terme distribution. La distribution s occupe des marchandises tout au long du processus,

15 8 et ce, à partir du moment où la conception est terminée, alors que la livraison ne s occupe que de faire passer les marchandises d un point A à un point B. Il est donc crucial de s attarder à ces trois termes. En effet, ils sont trop souvent utilisés comme étant des synonymes alors qu ils impliquent des activités différentes. Dans les sections qui suivent, ils ont été utilisés dans leur sens très précis. 4. PROBLÉMATIQUE La gestion de charges partielles implique un travail considérable pour les entreprises de transport. En fait, les répartiteurs doivent prendre de nombreuses décisions qui peuvent influencer positivement ou négativement la contribution totale générée par la livraison des marchandises. La contribution doit être perçue comme étant le profit (revenus des charges partielles + revenu des charges de retour coûts de transport) de l opération. Toutefois, elle ne constitue pas un profit net pour l entreprise puisque cette valeur ne tient pas compte de ses autres coûts, tel que les frais d administration. Donc, chacune des décisions prises par les répartiteurs influencera la décision suivante. Ainsi, le travail de répartition est complexe et peut nécessiter plusieurs heures de travail. La répartition est au cœur de la problématique étudiée. Les prochaines lignes ont pour but d exposer la problématique étudiée et de définir les objectifs de l essai Énoncé du problème Afin de bien comprendre le travail de répartition, il est d abord important de présenter une schématisation du problème. L ensemble des expéditions à distribuer est illustré par des nœuds numérotés (Figure 1.2). Ces expéditions ont des caractéristiques connues, c est-àdire qu elles ont un poids en livres, qu elles occupent un espace en nombre de palettes, qu elles génèrent un revenu et qu elles doivent être livrées à une destination précise. Chacun des destinataires peut recevoir plus d une expédition, mais celles-ci ne seront pas nécessairement transportées par le même camion. Pour cette raison chacun des nœuds sera défini comme représentant une expédition distincte et non simplement un destinataire.

16 9 Figure 1.2 Ensemble de nœuds (expéditions) Le dépôt est un nœud qui doit être identifié d une façon particulière : il est unique et constitue à la fois le point de départ et de retour de chacune des tournées puisqu il est le lieu de consolidation des marchandises. Ainsi, toutes les expéditions se trouvent au dépôt avant d être livrées. Afin d enchaîner les nœuds, des arcs ont été utilisés. Lorsqu un ensemble de nœuds et d arcs forment un trajet orienté partant du dépôt, visitant des nœuds et retournant au dépôt, une tournée est créée. L ensemble de ces tournées constitue un réseau, c est-à-dire un graphique orienté dans lequel l ordre de visite de chacun des nœuds est déterminé. La Figure 1.3 présente l exemple d un réseau. Le nombre de tournées inclut dans celui-ci représente la quantité de camions qui sont nécessaires à la livraison des marchandises. Ainsi, trois tournées nécessiteront l utilisation de trois camions. Les arcs, illustrés par des flèches, permettent de joindre les divers nœuds et impliquent l ordonnancement de chacun d eux afin de former les tournées. Pour chacune de ces tournées, tous les arcs la constituant doivent être orientés dans la même direction, sans quoi la tournée est irréalisable. La longueur des arcs, quant à elle, représente la distance parcourue entre les nœuds.

17 10 Figure 1.3 Réseau associé à une solution Une fois les tournées constituées, l ordre de livraison des expéditions est déterminé et celui-ci est très important. D abord, le chargement des marchandises dans chacun des camions sera fait dans l ordre inverse de la livraison des expéditions. Ainsi, la moindre petite modification de la tournée doit être faite avant le chargement du camion qui y est assigné. De plus, l ordre de livraison établit influencera aussi la distance totale que le camion aura à parcourir, un changement dans la tournée impliquant généralement une distance globale différente. Enfin, la dernière destination est également importante. Puisque le camion est vide une fois sa dernière expédition déchargée, il lui est possible de faire la collecte d une charge pleine (TL truckload) sur le marché de cette destination avant de revenir au dépôt. Cette charge constitue un revenu de retour (backhaul) qui influencera considérablement la contribution totale générée par la tournée et, implicitement, elle aura une incidence sur la répartition des expéditions. Ainsi, il est parfois préférable de revoir l ordre de livraison des marchandises afin de rendre possible la collecte d une charge pleine à une destination particulière. Le fait de changer l ordre de livraison pourrait donc modifier considérablement la contribution totale générée par ce transport. Globalement, toutes ces modifications auront une incidence sur la contribution totale générée par les expéditions. Le répartiteur doit donc prendre des décisions en étant conscient de l influence de chacune.

18 11 La problématique abordée est donc complexe et nécessite la prise en compte de diverses décisions. Plus précisément, elle est une variante du problème traditionnel de tournées de véhicules : un ensemble d expéditions doivent être livrées sur un territoire donné. À ce problème, une caractéristique particulière a été ajoutée : à chaque expédition peut être également associée un revenu de retour potentiel. Pour que ce dernier soit encaissé, le client doit être visité en dernier sur la route du camion. Ceci complique la tâche des planificateurs qui doivent faire un travail de répartition efficace afin de rentabiliser les tournées. L objectif du répartiteur est donc de déterminer le nombre adéquat de véhicules, de leur assigner un ensemble d expéditions respectant les contraintes de chargement afin de maximiser la contribution totale de l opération. La répartition doit être faite en fonction de divers critères. Ainsi, les caractéristiques des expéditions à transporter, le nombre de camions assignés au transport et leurs caractéristiques (capacité en poids et en palettes), les coûts (par mille et par arrêt), les revenus de retour potentiel et les distances entre chacune des destinations influencent la façon dont les marchandises seront réparties entre les camions. Les possibilités d assignation sont donc multiples et les risques d erreurs élevés. Pour que le répartiteur puisse faire son travail correctement, il faut que toutes les expéditions à livrer soient connues au moment de faire la répartition. Leurs caractéristiques (poids, nombre de palettes, destinations) devront rester les mêmes tout au long du processus. Les revenus de retour disponibles dans les différents marchés devront également être connus. Toutefois, le répartiteur peut, s il le juge plus avantageux, faire terminer la tournée d un véhicule dans un marché où aucune marchandise de retour n est disponible. Dès lors, le camion rentrerait à vide au dépôt. Pour répondre à la demande, il est pris pour acquis que l entreprise dispose d une flotte de taille variable, c est-à-dire d un nombre suffisant de camions ayant des caractéristiques définies au départ. Bien sûr, la capacité de chacun d eux limite le poids total et le nombre de palettes qu ils pourront transporter. Toutefois, il n y a aucune contrainte reliée au type d équipement pour manipuler les marchandises puisqu il s agit de chargements de palettes standards. De plus, les heures de conduites ne posent aucune contrainte, car en pratique la

19 12 tarification basée sur la distance en tient compte implicitement. Les conducteurs prennent alors simplement des périodes de repos lorsqu ils atteignent le nombre maximal d heures de conduite imposées par la loi. Il est pris pour acquis que les distances entre chacune des destinations sont connues au moment de faire la répartition. Toutefois, compte tenu des longues distances, les distances à parcourir pour livrer deux expéditions dans une même ville seront négligées, et ce, même lorsque les deux expéditions impliquent deux clients distincts. Le réseau étudié ne comporte aucun entrepôt qui pourrait servir de point de ravitaillement ou de consolidation en cours de tournée. Ainsi, il faut faire preuve de stratégie dans la livraison des marchandises. Toutes les tournées doivent être conçues dans le but d obtenir la meilleure contribution totale possible tout en économisant autant que possible sur la distance parcourue. Également, il est pris pour acquis que toutes les palettes de marchandises sont de format standard. Ceci simplifiera beaucoup le travail de répartition puisque toutes les unités seront équivalentes. Enfin, aucune variable temporelle ne sera prise en compte. En effet, la présence de fenêtres de temps impliquant que certaines marchandises devraient être rendues à destination à un moment précis compliquerait le travail de répartition. Dans les faits, compte tenu que les problèmes étudiés impliquent de longues distances à parcourir, l ajout de ces variables temporelles peut impliquer des détours considérables, la problématique de cette étude se voulant plus globale. Pour les cas pratiques observés, puisque la livraison des marchandises sur de longues distances peut s échelonner sur plusieurs jours, aucune fenêtre de temps n est considérée sous ces conditions. Plusieurs des contraintes mises à l écart pourrait être intégrées dans de futures études. Certaines l ont été mises volontairement afin de mettre en évidence d autres éléments.

20 Objectif de l essai Le répartiteur a donc un travail où il doit tenir compte de beaucoup d éléments en même temps. Pour les aider dans leur tâche, les grandes entreprises ont, pour la plupart, en leur possession des logiciels de répartition. Ces applications sont des outils d aide à la décision qui permettent de créer des routes en tenant compte de plusieurs paramètres en même temps, ce qu un répartiteur peut difficilement faire en travaillant de façon manuelle. L implantation de tels logiciels nécessite de gros investissements, autant au niveau de l acquisition de l application qu au niveau de son implantation. De plus, les concepteurs de ces logiciels sont peu bavards quant aux méthodes utilisées pour faire le travail de répartition. Pour les petites et moyennes entreprises, ce type d application est difficilement accessible. Dès lors, elles doivent développer d autres méthodes afin d être en mesure de tout de même faire le travail de répartition. Les logiciels courants, tels que Microsoft Excel, Microsoft MapPoint ou PC*Miller de Alk Technologies, sont des applications couramment utilisées dans l industrie. Or, cet essai analyse le problème décrit précédemment et présente un système solutionnant celui-ci, nécessitant peu d investissements tout en étant facile d utilisation. Plus précisément, un système intégré d aide à la décision a été mis au point à partir de logiciels facilement accessibles. Ce système permet de faire la répartition des marchandises, c est-à-dire qu il détermine à la fois le nombre de camions nécessaires à la livraison et ordonne les marchandises dans chacun d eux, ce qui permet de maximiser la contribution totale obtenue tout en tendant à diminuer la distance totale. 5. MÉTHODOLOGIE La méthodologie préconisée pour aborder la problématique exposée à la section précédente se divise en quatre volets. D abord, la revue de la littérature permet de présenter les nombreuses recherches faites sur le problème du voyageur de commerce et sur le problème de tournées de véhicules. Ce volet explore les diverses méthodes, tant optimales qu heuristiques, développées au fil des ans et qui tentent de résoudre l un ou l autre de ces problèmes. Également, il est relaté les divers systèmes intégrés d aide à la décision (SIAD)

FedEx Ship Manager. Guide de l utilisateur. Solutions de surface FedEx International DirectDistribution. FedEx Transborder Distribution

FedEx Ship Manager. Guide de l utilisateur. Solutions de surface FedEx International DirectDistribution. FedEx Transborder Distribution FedEx Ship Manager MC FedEx Transborder Distribution MD Solutions de surface FedEx International DirectDistribution MD Guide de l utilisateur Table des matières FedEx Transborder Distribution MD Solutions

Plus en détail

Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe

Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe Laurie Hollaert Séminaire GRT 7 novembre Laurie Hollaert Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe

Plus en détail

Manuel de formation WEB

Manuel de formation WEB Manuel de formation WEB Day & Ross marchandises générales Février 2014 Table des matières Introduction... 3 Pour suivre une expédition... 4 Pour ouvrir une session... 6 Paramètres et administration...

Plus en détail

Saisie d une commande express. Médiaposte sans adresse Solution générique

Saisie d une commande express. Médiaposte sans adresse Solution générique Saisie d une commande express Médiaposte sans adresse Solution générique Table des matières 1.0 Introduction...3 Au sujet de la solution générique Saisie d une commande express Médiaposte sans adresse....3

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des

Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des véhicules Défi Les organisations et entreprises qui investissent

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

Logiciel pour la logistique. Comme si vous y étiez

Logiciel pour la logistique. Comme si vous y étiez Logiciel pour la logistique Comme si vous y étiez 1 La famille de produits CarLo 3 CarLo 4 Le logiciel de logistique flexible pour la gestion du transport et de la planification CarLo inmotion 6 Le logiciel

Plus en détail

HeliQwest passe au numérique avec un coup de pouce de Windows Mobile

HeliQwest passe au numérique avec un coup de pouce de Windows Mobile Windows Mobile Étude de cas Solutions clients HeliQwest passe au numérique avec un coup de pouce de Windows Mobile Aperçu Pays ou région : Canada Secteur industriel : Transport Profil du client HeliQwest,

Plus en détail

Rapport d'analyse des besoins

Rapport d'analyse des besoins Projet ANR 2011 - BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR--2013-17 FR Redacteur : 0. Lhomme Introduction...4 La configuration

Plus en détail

Développement d un service d accompagnement pour la gestion efficace des flottes de camions

Développement d un service d accompagnement pour la gestion efficace des flottes de camions Développement d un service d accompagnement pour la gestion efficace des flottes de camions Partenariat de transport SmartWay Suzana Furtado Gestionnaire de comptes SmartWay 20 novembre 2014 Aperçu de

Plus en détail

Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval. Michael Wybo HEC Montréal

Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval. Michael Wybo HEC Montréal Évaluation Projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval Michael Wybo HEC Montréal Introduction Ce rapport examine l implantation du projet MILLE Xterm à la Commission scolaire de Laval de la perspective

Plus en détail

Guide de démarrage rapide de Windchill

Guide de démarrage rapide de Windchill Guide de démarrage rapide de Windchill OPTIMISEZ VOTRE EXPÉRIENCE UTILISATEUR Table des matières Utilisation du navigateur Le navigateur facilite la navigation... 3 Recherches dans Windchill La partie

Plus en détail

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3.

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. 1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. Vente et marketing... 7 3.3.1. Gestion de la relation Client

Plus en détail

Info0804. Cours 6. Optimisation combinatoire : Applications et compléments

Info0804. Cours 6. Optimisation combinatoire : Applications et compléments Recherche Opérationnelle Optimisation combinatoire : Applications et compléments Pierre Delisle Université de Reims Champagne-Ardenne Département de Mathématiques et Informatique 17 février 2014 Plan de

Plus en détail

Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte

Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte CITSS Système de suivi des droits d émission (Compliance Instrument Tracking System Service) Mars 2013 Table des matières 1.0 Introduction... 6 1.1 Volume

Plus en détail

Structures de données non linéaires

Structures de données non linéaires Structures de données non linéaires I. Graphes Définition Un graphe (simple) orienté G est un couple (S, A), où : S est un ensemble dont les éléments sont appelés les sommets. A est un ensemble de couples

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à atteindre vos objectifs. Centrale d automatisation GMC

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Présentation Pour Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Email: galais@barloworldscs.com Tel : + 33 1 73 03 04 10 / + 33 6 08 01 52

Plus en détail

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca SESSION : H-2009 NO DE COURS : 201-009-50 PRÉALABLE(S) : Math 436

Plus en détail

EISENMANN. Logistique des boissons

EISENMANN. Logistique des boissons EISENMANN Logistique des boissons Voici l univers d EISENMANN EISENMANN est l un des fournisseurs leaders mondiaux de systèmes dans les domaines des techniques de traitement des surfaces, de l automatisation

Plus en détail

Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4

Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4 Table des matières Table des matières...2 Introduction...4 Terminologie...4 Programme EasyTour...5 Premiers pas...5 Installation...6 Installation du logiciel EasyTour...6 Branchement du téléchargeur...6

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/) IREM Clermont-Ferrand Algorithmique au lycée Malika More malika.more@u-clermont1.fr 28 janvier 2011 Proposition d activité utilisant l application Tripatouille (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

LOGTIMUM. 5 e ÉDITION. XMS express Management System. Pour vos appels d offre. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

LOGTIMUM. 5 e ÉDITION. XMS express Management System. Pour vos appels d offre. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Pour vos appels d offre Juillet-Août 2011 TMS 5 e ÉDITION LOGTIMUM XMS express Management System SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM de l'éditeur LOGTIMUM 2. Appartenance

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Table des matières Introduction... 1 Hourra! Le retour du double-clic... 1 Modifier le graphique... 4 Onglet Création... 4 L onglet Disposition... 7 Onglet

Plus en détail

Utilisation d une automobile : incidences fiscales

Utilisation d une automobile : incidences fiscales Utilisation d une automobile : incidences fiscales Les frais engagés pour l utilisation d une automobile dans le cadre d un emploi ou d une entreprise présentent un élément d affaires justifiant leur déductibilité

Plus en détail

BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE

BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE BTS Transport et Prestations Logistiques Lycée René Cassin - GONESSE BTS TRANSPORT PRESTATIONS LOGISTIQUES BTS Transport et Prestations Logistiques Ce Brevet de Technicien Supérieur touche un domaine d'activités

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie LIVRE BLANC 16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie Comment faire face aux challenges prévisibles et inattendus INTRODUCTION Cette année c est la bonne! Votre entreprise

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER LA RENTABILITÉ DE VOTRE ENTREPÔT. Logiciel de gestion d entrepôts

COMMENT AMÉLIORER LA RENTABILITÉ DE VOTRE ENTREPÔT. Logiciel de gestion d entrepôts COMMENT AMÉLIORER LA RENTABILITÉ ENTREPÔT DE VOTRE Logiciel de gestion d entrepôts Les caractéristiques essentielles de votre entrepôt : Productivité Efficacité des mouvements Stock optimisé Exploitation

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES...

FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES... FORMATION PROFESSIONNELLE INFORMATION GÉNÉRALE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES DES QUESTIONS... DES RÉPONSES... PROGRAMME DU DEP EN SECRÉTARIAT Description des cours PROGRAMME DU DEP EN COMPTABILITÉ

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES INFORMATIQUES DE REGROUPEMENT DES ARTICLES Lorsque le nombre de références gérées par une organisation devient élevé, le recours au regroupement informatique des articles devient incontournable.

Plus en détail

Introduction à l Algorithmique

Introduction à l Algorithmique Introduction à l Algorithmique N. Jacon 1 Définition et exemples Un algorithme est une procédure de calcul qui prend en entier une valeur ou un ensemble de valeurs et qui donne en sortie une valeur ou

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

5231 Comptabilité. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05

5231 Comptabilité. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction générale des programmes et du développement 5231 Comptabilité Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR. SERVICE EN LIGNE DE PRISE DE RENDEZ-VOUS Page 1 LIV_PRJ_RDL_DEV914_APP_ENLIGNE_GUIDE_UTILISATEUR_1,1_2013-03-14.docx/.

GUIDE DE L UTILISATEUR. SERVICE EN LIGNE DE PRISE DE RENDEZ-VOUS Page 1 LIV_PRJ_RDL_DEV914_APP_ENLIGNE_GUIDE_UTILISATEUR_1,1_2013-03-14.docx/. SERVICE EN LIGNE DE PRISE DE RENDEZ-VOUS GUIDE DE L UTILISATEUR SERVICE EN LIGNE DE PRISE DE RENDEZ-VOUS Page 1 Table des matières 1 Termes techniques, icônes et boutons... 4 1.1 Termes techniques... 4

Plus en détail

MEGA ITSM Accelerator. Guide de démarrage

MEGA ITSM Accelerator. Guide de démarrage MEGA ITSM Accelerator Guide de démarrage MEGA 2013 1ère édition (janvier 2013) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis et ne sauraient en aucune

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR LA PRISE D APPEL INTERNET

INSTRUCTIONS POUR LA PRISE D APPEL INTERNET Notes importantes Si vous utilisez Internet Explorer 6 ou 5, l impression des bordereaux de livraison (waybills) sera décalée vers la droite et pourrait imprimer sur 2 pages. Afin de régler ce problème,

Plus en détail

Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS

Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS Utilisation du SGBD ACCESS Polycopié réalisé par Chihab Hanachi et Jean-Marc Thévenin Créer le schéma relationnel d une base de données ACCESS GENERALITES SUR ACCESS... 1 A PROPOS DE L UTILISATION D ACCESS...

Plus en détail

Description Arco Mail Manager

Description Arco Mail Manager Table des matières 1 Arco Mail Manager Description générale... 2 1.1 Objectif... 2 1.2 Avantages... 2 1.3 Concept... 2 1.4 Infrastructure... 3 2 Arco Mail Manager Workflow... 4 2.1 L interface utilisateur...

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Un ERP par et pour les hôpitaux. RealDolmen Hospital/AX

Un ERP par et pour les hôpitaux. RealDolmen Hospital/AX Un ERP par et pour les hôpitaux RealDolmen Hospital/AX Hospital/AX LES DÉFIS DES HÔPITAUX L objectif des hôpitaux est avant tout de fournir des soins et des services optimaux. Cet objectif est atteint

Plus en détail

PROTECTION INVISIBLE.

PROTECTION INVISIBLE. PROTECTION INVISIBLE. Partenaire de votre réussite aujourd hui et demain! BGA GROUPE FINANCIER 1 À PROPOS Depuis maintenant 25 ans, BGA Groupe Financier offre des produits adaptés aux besoins de sa clientèle.

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

cinq chez votre partenaire de Livre blanc pour les gestionnaires du secteur de la vente au détail au Canada

cinq chez votre partenaire de Livre blanc pour les gestionnaires du secteur de la vente au détail au Canada cinq chez votre partenaire de service PDV cr itèr es à r e che rche r après-vente Livre blanc pour les gestionnaires du secteur de la vente au détail au Canada Facteur 1 Repousser les limites Une équipe

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Une SGDT simple pour entreprises

Une SGDT simple pour entreprises livre blanc Une SGDT simple pour entreprises RESUME SolidWorks Enterprise PDM aide les entreprises de développement de produits 3D à maîtriser, gérer et partager le volume toujours croissant des diverses

Plus en détail

Francis BISSON (06 794 819) Kenny CÔTÉ (06 836 427) Pierre-Luc ROGER (06 801 883) IFT702 Planification en intelligence artificielle

Francis BISSON (06 794 819) Kenny CÔTÉ (06 836 427) Pierre-Luc ROGER (06 801 883) IFT702 Planification en intelligence artificielle Francis BISSON (06 794 819) Kenny CÔTÉ (06 836 427) Pierre-Luc ROGER (06 801 883) PLANIFICATION DE TÂCHES DANS MS PROJECT IFT702 Planification en intelligence artificielle Présenté à M. Froduald KABANZA

Plus en détail

LFS 400 en pratique. Trinks: Logisticien dans le domaine des boissons fixe. de nouveaux standards pour ce secteur d activité

LFS 400 en pratique. Trinks: Logisticien dans le domaine des boissons fixe. de nouveaux standards pour ce secteur d activité LFS 400 en pratique Trinks: Logisticien dans le domaine des boissons fixe de nouveaux standards pour ce secteur d activité Logiciel et système de gestion d entrepôt E + P fixe de nouveaux standards d entreposage

Plus en détail

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005)

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005) Ce secteur comprend les établissements dont l activité principale consiste à fournir des services de transport de personnes et de marchandises, des services d entreposage des marchandises et des services

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

DES FOURMIS POUR LIVRER DU MAZOUT

DES FOURMIS POUR LIVRER DU MAZOUT DES FOURMIS POUR LIVRER DU MAZOUT É. D. Taillard (1), G. Agazzi (2), L.-M. Gambardella (3) Résumé La livraison de certains biens peut engendrer des coûts non négligeables par rapport à la valeur de la

Plus en détail

La formation à distance assistée

La formation à distance assistée La formation à distance assistée En formation professionnelle Secrétariat et comptabilité Page 0 Table des matie res RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX... 1 MODALITÉS D INSCRIPTION... 1 POUR NOUS JOINDRE... 1 INSCRIPTION

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Express Import system

Express Import system Express Import system Guide pour les destinataires TNT Express Import System Avec le système d importation express de TNT, vous pouvez faire une demande d enlèvement de documents, colis ou palettes dans

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Points forts : Amélioration du service clientèle grâce aux processus de vente plus efficaces. Amélioration du service au client

Points forts : Amélioration du service clientèle grâce aux processus de vente plus efficaces. Amélioration du service au client GESTION COMMERCIALE La gestion des commerciale dans Microsoft Business Solutions Axapta vous donne les moyens de fournir un meilleur service aux clients et vous aide à réduire les coûts, via l optimisation

Plus en détail

Traitement des données avec Microsoft EXCEL 2010

Traitement des données avec Microsoft EXCEL 2010 Traitement des données avec Microsoft EXCEL 2010 Vincent Jalby Septembre 2012 1 Saisie des données Les données collectées sont saisies dans une feuille Excel. Chaque ligne correspond à une observation

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

I. Présentation...2 1- Précision...2 2- Rappels importants...2

I. Présentation...2 1- Précision...2 2- Rappels importants...2 Procédure d utilisation de la fonction «INVENTAIRE» avec Douchette code barre Sommaire I. Présentation...2 1- Précision...2 2- Rappels importants...2 II. L inventaire de A à Z...3 1- Préparation...3 a.

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

et les qualifications des chefs d entreprises

et les qualifications des chefs d entreprises Règles et conditions d accès à la profession et les qualifications des chefs d entreprises et des conducteurs professionnels Barcelone, 7 mai 2014 Blagoja Jovanovski IRU Academy Transport routier et croissance

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Windows Internet Name Service (WINS)

Windows Internet Name Service (WINS) Windows Internet Name Service (WINS) WINDOWS INTERNET NAME SERVICE (WINS)...2 1.) Introduction au Service de nom Internet Windows (WINS)...2 1.1) Les Noms NetBIOS...2 1.2) Le processus de résolution WINS...2

Plus en détail

Guide de l utilisateur de Cisco Unified CCX Web Chat Agent et de Supervisor Desktop, version 9.0(1)

Guide de l utilisateur de Cisco Unified CCX Web Chat Agent et de Supervisor Desktop, version 9.0(1) Guide de l utilisateur de Cisco Unified CCX Web Chat Agent et de Supervisor Desktop, version 9.0(1) Cisco Unified Contact Center Express Mai 2012 Siège social pour les Amériques Cisco Systems, Inc. 170

Plus en détail

NOTRE OFFRE : FRET CHAÎNE LOGISTIQUE DES OFFRES DÉDIÉES

NOTRE OFFRE : FRET CHAÎNE LOGISTIQUE DES OFFRES DÉDIÉES CMA CGM LOG EN CHIFFRES : Fret Maritime Fret Aérien Tour de Contrôle Entreposage et Distribution Transport Multimodal Hub Avance Gestion des Opérations Douanières Logistique Marine Gestion des Commandes

Plus en détail