Aux nouvelles frontières de l enseignement de la gestion, surgit la glocalisation, là où le local et le global s harmonisent

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aux nouvelles frontières de l enseignement de la gestion, surgit la glocalisation, là où le local et le global s harmonisent"

Transcription

1 Communication aux III ème États généraux du management «Nouvelles frontières du management» Fondation Nationale pour l Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE) Aux nouvelles frontières de l enseignement de la gestion, surgit la glocalisation, là où le local et le global s harmonisent Le contexte du programme de MBA pour cadres de l École des sciences de la gestion (ESG), Université du Québec à Montréal (UQAM) Robert H. Desmarteau Ph.D. et Lassana Maguiraga Ph.D., Direction du programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM Résumé : pertinence managériale Comprendre et composer avec la globalisation constitue l un des défis de l heure pour les écoles de gestion et particulièrement pour les programmes de MBA pour cadres. Au carrefour des connaissances actuelles, le concept de glocalisation émerge de plus en plus comme un outil capable de combattre à la fois l hégémonie de la «globalisation» et l isolement de la «localisation». Suivant un diagnostic où les écoles de gestion peinent à dépasser une offre fragmentée d expériences internationales, cet article fonde et analyse trois expériences d articulation entre le local et le global : l) l appel tunisien d une association bancaire ; 2) un besoin de spécialisation locale en provenance du nord-ouest québécois ; et 3) l utilisation du wiki comme un instrument de la glocalisation. Ces trois expériences participent à la compréhension de la glocalisation comme un tremplin pour augmenter l intelligence culturelle des rapports entre les parties prenantes. Le programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM Dans le but de contextualiser nos propos, une brève rétrospective du programme est présentée. La première édition du programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM remonte à Jusqu en 1995, le programme a offert un cheminement général via un régime d études à temps complet. À partir de 1996, suivant une réforme majeure du programme, un régime d études à temps partiel fut introduit à raison d une fin de semaine de trois jours par mois (vendredi, samedi et dimanche). Au fil des ans, et en lien avec les orientations stratégiques de la réforme de 1996, des cheminements spécialisés se sont ajoutés. Actuellement, en plus du cheminement général, 8

2 cheminements spécialisés sont actifs : Services financiers, Sciences comptables (programme régulier et exécutif CMA-MBA), Gestion des villes et métropoles, Financement des entreprises, Immobilier, Entreprises collectives, Gestion de la technologie et le tout dernier cheminement, Mode, introduit en Toujours dans la foulée de la réforme de 1996, le programme a développé son envergure à la fois nationale et internationale. Sur la scène nationale, le programme est offert actuellement en collaboration avec trois composantes de l Université du Québec en régions : Abitibi-Témiscamingue, Outaouais et Bas St-Laurent. Sur la scène internationale, en 2012, le programme rayonne dans 14 pays : France, Chine, Équateur, Pérou, Pologne, Algérie, Mali, Maroc, Mexique, République Dominicaine (cheminements général et sectoriel en tourisme), Sénégal, Tunisie (cheminements général et sectoriel en services financiers), Russie et Vietnam. Sur le plan quantitatif, depuis plus de trente ans, le programme de MBA pour cadres ESG UQAM a accueilli près de étudiants, dont environ une moitié au Québec (ESG UQAM et les constituantes de l UQ) et l autre moitié à l international. Spécifiquement, le programme compte dans l ensemble plus de 8500 diplômés à travers le monde, avec un taux moyen de diplomation de 86% sur toute la période de son existence depuis sa création. À la fin de 2011, le comité de programme du MBA pour cadres de l ESG UQAM approuvait la première version d un rapport à la fois détaillé et substantiel portant sur l autoévaluation statutaire du programme 1. L idée de développer la présente problématique reliée à l enseignement de la gestion aux «nouvelles frontières du management» émane dudit rapport. L expérience internationale dans le programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM Le programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM offre à ses étudiants du Québec, la possibilité de vivre une expérience internationale sur une base facultative. Cette expérience internationale comporte différentes formules : double diplomation UQAM/Université Paris- Dauphine, voyage d études au module 5 dans 4 destinations possibles (Chine, États-Unis, Mexique et Pérou), mobilité individuelle en suivant un cours chez un de nos partenaires, ou bien encore en participant à des classes d été lors de visites d étudiants internationaux. 1 Rapport d autoévaluation du programme de MBA pour cadres, École des sciences de la gestion, UQAM, approuvé au comité de programme pour consultations internes et externes en octobre 2011, 237 pages. 2

3 Réciproquement, pour ses étudiants internationaux, le programme offre annuellement un séjour estival de formation pour un cours et des visites d entreprises à Montréal. Nonobstant le fait que 88% des étudiants et des diplômés consultés au Québec (Rapport d autoévaluation, op.cit) soient favorables au développement de nouveaux partenariats internationaux sanctionnés par une double diplomation, idéalement avec un partenariat américain, près de la moitié d entre eux ne souhaitent pas pour autant que l expérience internationale devienne obligatoire. Implicitement, nous identifions ici des motivations ou encore des dispositions mitigées envers l international de la part de nos étudiants et diplômés. Par ailleurs, selon les commentaires et suggestions des enseignants et des employeurs consultés (Rapport d autoévaluation, op.cit), «l International n est pas assez présent et trop peu intégré dans les activités du programme, qu il s agisse d activités internationales ou du contenu international présenté dans les cours». Bref, et c est ici le message, l expérience internationale ne constitue pas pour nos étudiants ce tremplin stratégique, jugé par plusieurs incontournable à l ère de la mondialisation. En d autres mots, il devient impératif de tenir une réflexion stratégique sur notre ouverture au monde. Quelle en sera la teneur pour nos étudiants et pour nos partenaires nationaux et internationaux? Repenser l ouverture sur le monde Penser stratégiquement une ouverture sur le monde devient incontournable pour un grand nombre d organisations dont bien sûr les établissements d enseignement de gestion qui ont spécifiquement la responsabilité de former des gestionnaires à l ère de la globalisation. À ce jour, déplorent Bruner et al. (2011) 2, le bilan des écoles de gestion se résume pour beaucoup à la mise en place d activités indépendantes, centrées sur des échanges internationaux fragmentés et disparates. Les bénéfices porteurs de valeur de ces activités s en retrouvent alors fortement limités. 2 Bruner F. Robert, Arnoud De Meyer, Pankaj Ghemawat, Jaime Alonso Gomez, Stefanie Lenway, M. Rammohan Rao, Edward A. Snyder, Pierre Tapie, Hildy Teegen, Peter W. Wolnizer, Daniel R. LeClair et Juliane Iannarelli Globalization of Management Education: Changing International Structures, Adaptive Strategies, and the Impact on Institutions. Rapport de AACSB International Globalization of Management Education Task Force. Emerald Group Publishing. 3

4 Quality of the learning experience for students. Unfortunately, present efforts by business schools to globalize typically include a series of independent and fragmented activities. These activities are mostly focused on student and/or faculty diversity and the establishment of cross-border partnerships for student exchange. The Task Force is concerned that business schools are not responding to globalization in a coherent way, i.e., they tend to focus on collecting an array of activities (e.g., exchange programs) with insufficient emphasis on learning experiences and intended outcomes. Accreditors of academic institutions should set standards of excellence consistent with this new world. Nous soulignons, p. 4. À bien des égards, le diagnostic de Bruner et al. (op.cit) valide le contenu du message formulé à l égard de notre programme par les enseignants et les employeurs décrit à la section précédente et dont nous résumons la portée comme suit : l enseignement de l international manque de présence, de spécificité et d intégration. Pour augmenter la qualité des enseignements des pratiques de gestion liées à l International ou la globalisation, le rapport du groupe de travail sur l enseignement de la mondialisation du management de l Association to Advance Collegiate Schools of Business (AACSB) (Bruner et al. Op. cit.), avance 3 objectifs : préparer les étudiants à être compétents et confiants dans un monde où les défis et la concurrence sont globaux; générer un aperçu des tendances et des bonnes pratiques de gestion globale; tirer avantage de diverses cultures et pratiques en vue d'innover et d améliorer constamment. En intégrant ces trois objectifs, on comprend bien que le défi principal inhérent à l ouverture sur le monde dans les pratiques de gestion est de conférer aux étudiants des compétences pratiques en anthropologie culturelle. Ainsi, selon Srikant et al. (2010) 3, cette «perspective globale» se concrétise chez les étudiants gestionnaires par l atteinte d une «intelligence culturelle» fondée sur une «sensibilité culturelle». First on the list is the desire for a more global perspective. [ ] Executives agreed, zeroing in on the need for students to develop greater cultural sensitivity and cultural awareness. Students, they argued, had to learn to work comfortably and effectively with people who had sharply different values and behaviors. A new set of skills and sensitivities was required, a kind of cultural intelligence the ability to interpret and respond, and behaviors of people from countries and cultures other than one s own. Nous soulignons, p Srikant M. Datar, David A. Garvin and Patrick G. Cullen, «Rethinking the MBA : Business Education at a Crossroads», Harvard Business Press, 2010, Boston, Massachussets ISBN :

5 Pour modéliser l atteinte des objectifs présentés ci-haut et répondre au défi de l ouverture sur le monde dans les pratiques de gestion, Bruner et al. (op. cit.) proposent un principe d ordre supérieur qui consiste à trouver un équilibre entre le «local» et le «global» en fonction du contexte dans lequel évolue l établissement d enseignement et de sa mission. De la sorte, un programme donné combine et intègre les notions essentielles de bonnes pratiques, tant locales que globales. Reste à penser comment modéliser l articulation entre le local et le global tout en se rappelant que notre monde actuel se construit sous l influence décisive des développements d Internet associés aux instruments collaboratifs du Web 2.0 (wikis, blogues et forums). Fourth, business schools seek a balance between local and global dimensions. The schools we studied manage the contradiction that they are at once local and global, seeking to strike an appropriate balance between the two characterizations. That balance, and the means by which it is achieved, varies for each school according to its own mission and context. Nous soulignons, p. 27. Pour explorer les «comment» d une ouverture sur le monde à l aide des dimensions du «local» et du «global» des conditions préalables et des pistes sont avancées. Conditions préalables Un leadership international assumé : Un leadership institutionnel fort au niveau International initié, encouragé et maintenu par la Direction du programme, l École et l Université. L adhésion des professeurs : Miser sur des enseignants démontrant un intérêt manifeste pour l International et valoriser leur participation par des programmes incitatifs. Évaluation et implication des partenaires : Évaluer nos partenaires actuels et choisir nos nouveaux partenaires en fonction d objectifs reliés à des perspectives «globales» et «locales» et en fonction d une pratique démontrée d une «intelligence culturelle». Participation des étudiant(e)s : Encourager énergiquement l expérience internationale auprès des étudiant(e)s à l aide de campagnes ciblées impliquant des étudiant(e)s gradué(e)s, des professeurs et l Association étudiante. Pistes potentielles d action Mobilisation des partenaires : En complément du leadership global offert par l ESG UQAM, solliciter des partenaires ayant un fort leadership local pour qu ils enrichissent la perspective globale à partir d expériences culturelles locales distinctives. 5

6 Approches pédagogiques et contenus Traiter dans un rapport d influence réciproque les perspectives «locale» et «globale» dans les modules du programme. Multiplier les opportunités d offrir aux étudiants locaux, nationaux et internationaux la possibilité de résoudre des problématiques locales, nationales ou internationales soumises par nos partenaires locaux, nationaux et internationaux. Mise à profit des réseaux de partenaires et d association Développer chez nos partenaires nationaux et internationaux des «cours» qui répondent à des besoins «globaux» et «locaux» en termes d enjeux et de défis spécifiques et généraux. Miser sur des opportunités associées à des passerelles et aux doubles diplomations entre programmes de l École, de l UQAM et de partenaires académiques à l International. Miser sur le développement et le maillage avec des associations locales, nationales et internationales. Capitaliser sur le web Valoriser des projets d intégration impliquant des étudiant(e)s sur deux continents et plus, en multipliant les opportunités d utiliser les instruments du Web 2.0 (blogues, forums et wikis) L idée de la glocalisation est-elle soutenable? Plusieurs des pistes avancées convergent pour mettre en évidence un tremplin stratégique qui consiste à miser à la fois sur le milieu local et le milieu global pour penser une nouvelle ouverture sur le monde. Pour modéliser ce tremplin stratégique, nous introduisons les propos de l anthropologue Robertson 4 qui, dès 1992, avance le concept de glocalisation en précisant son origine nippone «dochakuka» construite sur le sens du mot indigène : 4 ROBERTSON S, Roland Globalization: Social Theory and Global Culture. London: Sage, ISBN , 215p. 6

7 The term glocalize has primarily been derived from the Japanese word dochakuka, meaning global localization, or, more accurately, indigenization. Nous soulignons, p Pour expliciter la portée stratégique de la proposition de Robertson (op.cit), Dimitrova (2005) 5 met en évidence où un rapport dialectique dans la signification du concept de glocalisation : Il faut souligner que le rapport entre le local et le global n est jamais direct et qu il passe toujours par des processus d adaptation et d interprétation. Pour illustrer l interpénétration du global et du local, Roland Robertson propose le néologisme de «glocalisation» qui conjugue les deux termes en insistant sur le fait que le rapport entre eux est toujours une dialectique entre «particularisation de l universalisme» et «universalisation du particularisme» Nous soulignons. De ce fait, il vaut mieux considérer la dialectique entre le local et le global comme un jeu perpétuel entre deux composants interconnectés et interdépendants. Une telle dialectisation, faisant contrepoids au modèle classique de la mondialisation, prouve qu il n existe pas de fossé entre le local et le global et qu il faut toujours les percevoir comme intrinsèquement liés. Nous soulignons. La portée dialectique proposée entre le particularisme et l universalisme pour façonner de nouvelles ouvertures sur le monde constitue aujourd hui un ancrage fort des penseurs de la glocalisation, comme le souligne Ritzer, Concrètement, il s agit ici d un véritable tremplin pour penser la modélisation de nos rapports avec la globalisation. Pour guider notre pratique dialectique de la glocalisation, Roman reprend l entendement de Robertson (op.cit) où les objectifs de globalisation et de localisation doit être en interaction constitutive : Following Anthony Giddens (1985: 290), Robertson expresses concern over the dichotomy between macro-sociologies and micro-sociologies, with the latter being relegated to the study of novelties or agency minus the structures studied by macrosociologists. He argues that any focus on the global must have a focus on the local for the two are mutually constitutive of each other; it is not as simple as the global being proactive and the local being reactive. Nous soulignons, p. 2 5 DIMITROVA, Anna «Le «jeu» entre le local et le global : dualité et dialectique de la globalisation», Socio-anthropologie [En ligne], N , mis en ligne le 24 novembre 2006, Consulté le 09 mai URL : 6 RITZER, Georges Rethinking Globalization: Glocalization/Grobalization and Something/Nothing, in Sociology Theory 21:3 September. 7 RITZER, Georges Introduction in The Blackwell companion to globalization, Malden, Blackwell Publishing, ISBN , 731p. 8 The Three Uses of Glocalization, Joseph Roman, 2006, (78 Conference of the Canadian Political Science Association 7

8 En guise d illustration pédagogique de cette pratique dialectique du concept de glocalisation, il devient utile d emprunter les propriétés d un hologramme où la partie est dans le tout et le tout dans la partie. Ainsi, par analogie, une stratégie de glocalisation consiste à faire vivre le global dans le local et réciproquement, le local dans le global. C est une stratégie «gagnante-gagnante» dans laquelle les deux entités participent à un jeu perpétuel où la réussite est tout autant dans la particularisation de l universel que dans l universalisation du particulier. Concrètement, dans le but de modéliser les pratiques internationales du programme de MBA pour cadres de l ESG UQAM vers la glocalisation, une adaptation de la représentation des enseignements de Bruner et al. (op. cit.) est proposée à la figure 1.0. Ladite modélisation présente trois possibilités : l insertion, la fusion et l entremêlement d activités de globalisation dans le programme. L insertion correspond à l identification dans le programme d un module «global» dédié en juxtaposition aux 4 modules réguliers dits «locaux». L infusion, quant à elle, implique un mélange homogène d enseignements locaux et globaux tout au long du programme. Ce que l on note, c est qu avec l insertion le risque d isolement ou encore de coexistence séparée est très grand, alors que pour l infusion, l atteinte d un très fort niveau d intégration est telle que les deux entités fusionnent jusqu à perdre leur identité propre. Relativement à la troisième possibilité, soit «l entremêlement», Bruner et al (op. cit) la présentent comme un mode d intégration optimal qui permet aux deux perspectives de conserver leur identité tout en s influençant réciproquement. Il ne s agit donc pas là d un compromis entre l insertion et l infusion mais bien d une combinaison distincte de perspectives à l enseigne d une mutualité complémentaire ou encore d une authentique harmonisation de deux réalités distinctes. The limitations of both insertion and infusion as models for curricular globalization suggest a third model, interlock, in which a globalization course provides a crossfunctional platform for talking about the phenomenon that is used, to at least some degree, by the functional courses (see Figure 4.2). Nous soulignons, p. 127 Figure 1.0 Adaptation : «Models oc Curricular Globalization» (Figure 2.3 p. 127 in Bruner et al (op.cit)) 8

9 Trois exemples d articulation du local et du global La stratégie du programme MBA pour cadres de l ESG UQAM se veut à l enseigne l envergure de produits (spécialisations) et l envergure de marchés géographiques au national et à l international pour créer, capter et partager de la valeur. Les trois exemples ci-dessous décrivent le concret de notre pratique stratégique au cours des dernières années : l) l appel tunisien d une association bancaire, 2) un besoin de spécialisation dans le nord-ouest québécois et 3) l utilisation du wiki comme un instrument de la glocalisation. L appel tunisien d une association bancaire Dans la foulée d un accord existant entre la Faculté des sciences économiques et de gestion de Tunis (FSEGT) de l Université de Tunis El Manar et le programme MBA pour cadres de l ESG UQAM, l appel de l Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Établissements Financiers ( APTBEF ) a conduit au printemps de 2010 à la ratification d un protocole sur la création d un programme de MBA pour cadres spécialisé en services financiers. L expérience de glocalisation reprend le design d une double diplomation où les 8 cours de l ESG UQAM associés à la perspective global dont un cours se déroulera à Montréal. (exemples : «stratégie et concurrence ; marketing international et direction générale») s entremêlent aux sept cours locaux (exemples : «marketing ; comptabilité : et contexte socioéconomique et politique», offert par l Université Tunis El Manar. De plus, l APTBEF concrétise le recrutement des candidats soumis à la direction du programme et pourvoie à la mise en place des infrastructures présentielles et virtuelles. Ajoutons que la réalisation du programme repose sur trois coordonnateurs : deux académiques (ESG UQAM ; FSEGT) et un coordonnateur administratif (APTBEF). Ce modèle d articulation du global et du local correspond au type de glocalisation entremêlée décrit par Bruner et al. (op.cit) et ce, en misant sur la répartition des cours «globaux et locaux» dans chacun des modules et en conduisant à la double diplomation des étudiants via le principe de la reconnaissance d équivalences par les deux universités : (UQAM et FSGET). Ajoutons, que lors de leur prochaine visite à Montréal, les étudiants tunisiens rencontreront des étudiants 9

10 montréalais de la spécialisation en services financiers et seront sollicités pour développer des projets conjoints d intégration à l aide d un wiki sur un site web dédié. Un besoin de spécialisation locale en provenance nord-ouest du Québec Suivant une démonstration probante du besoin, l ESG UQAM a accepté de réaliser un projet pilote à partir de l automne Concrètement, la spécialisation est construite à partir d un tronc commun de trois modules de 27 crédits (9 cours génériques) associé à la composante «nationale» du programme MBA pour cadres (mimant ici le rôle du global) auquel s ajoute, en fin de parcours, deux modules de spécialisation dédiée à la composante locale (6 cours spécialisés : «Économie et géopolitique des ressources minérales»; «Stratégie d'entreprises minières»; «Évaluation de projet minier»; «Culture, communication et développement minier»; «Gestion d une entreprise de l industrie minérale» ; et Processus de développement minier». Dans sa première phase, ce modèle d articulation du national (global) et du local rejoint l insertion décrit par Bruner et al. (op.cit) où des modules sont mis en juxtaposition : ici Sans présager des résultats du projet pilote, il est dores et déjà envisagé par les prometteurs d internationaliser la spécialisation par le développement de liens hybrides (présentiels et virtuels) avec un partenaire actuel du programme MBA pour cadres de l ESG UQAM, soit : «The China University of Mining and Technology (CUMT), Xuzhou, China.» et d évoluer ainsi vers le modèle de l entremêlement ou encore de la glocalisation en articulant, le national, le local et le global. L utilisation du wiki comme un instrument de la glocalisation. À la question est-il possible de réunir en même temps des étudiants de Shanghai, de Chicoutimi et Paris, de Tunis et de Montréal pour partager une expérience à la fois locale et globale d apprentissage dans le cadre d un cours hybride dédié à un projet d intégration? La réponse : miser sur le wiki. Un wiki est site web dont les pages sont modifiables par les visiteurs afin de permettre l écriture et l illustration collaboratives des documents numériques qu il contient. Les wikis sont utilisés pour faciliter l'écriture collaborative de documents avec un minimum de contraintes. Ils ont été inventés en 1995 par Ward Cunningham, pour une 10

11 section d un site sur la programmation informatique qu'il a appelée WikiWikiWeb. Le mot «wiki» vient du redoublement hawaiien wiki wiki, qui signifie «rapide». Source : Grâce à la technologie wiki, il est donc possible d orchestrer la participation d intervenants en provenance de quatre continents dans un cours hybride comportant des séances virtuelles en ligne et des séances en visioconférence ou en présentielles. Au cours des deux dernières années un projet pilote à été réalisé à partir d un site expérimental qui sera officiellement en ligne au début de Chaque participant reçoit les consignes suivantes : Rédiger en ligne trois résumés d un des chapitres de trois ouvrages dédiés à la pratique de la stratégie et de soumettre lesdits résumés à la critique des ses pairs. À titre d exemple de substrat cognitif utilisé, l ouvrage de Pat Dorsey, (2008) 9 : «The Little Book That Builds Wealth» Compléter en co-création un canevas portant sur la création d un modèle d affaires en suivant les préceptes d un maître à penser, Chesbrough, (2006) 10 ou Osterwalder, et Pigneur, (2010) 11 et de soumettre chacune des composantes rédigées à la critique de ses pairs, d abord en ligne et par la suite en visioconférence ou encore en présentiel. Confectionner un carnet de voyage pour guider l accompagnement de son modèle d affaires vers une destination étrangère à l aide de l ouvrage «Understanding Global Culture» de Gannon (2009) 12 qui présente 32 métaphores à l intention des stratèges globe-trotters. De plus, ici aussi, chaque participant doit agir comme critique auprès d un de ses collègues ayant rédigé une autre section du carnet de voyage. Suivant les premiers résultats du projet pilote, quatre bénéfices émergent de façon distinctive : la rédaction conjointe facilitée, l augmentation de la capacité d assimilation de connaissances, l obtention d un support de présentation des travaux très convivial et exportable et l atteinte d un 9 DORSEY, Pat The Little Book That Builds Wealth, Wiley, Hoboken, New Jersey ISBN CHESBROUGH, Henry. W. (2006). Open Business Models: How To Thrive In The New Innovation Landscape. Boston, Mass : Harvard Business School Press 11 OSTERWALDER, Alexander. & Yves Pigneur,. (2010). Business Model Generation. Self Published, BusinessModelGeneration.com. ISBN GANNON, Martin, J Understanding Global Culture, Sage Publications, 4th éd., Thousand Oaks, ISBN

12 très haut niveau d émulation chez les participants. Le wiki, en tant qu instrument d écriture collaborative, facilite la rédaction conjointe où tous les membres d une équipe participent à des exercices portant sur des pages facilement modifiables et entreposées chronologiquement. Le tout sur une plateforme Web en substitution au document écrit, et ce, sans l utilisation de la messagerie électronique. Les attributions spécifiques de rédacteurs et de critiques (avocats du diable) en ligne sur des espaces dédiés dans le wiki font que les lectures ne sont pas seulement faites mais déjà grandement assimilées avant les discussions en présentiel ou lors des visioconférences. L utilisation d un wiki comme un support virtuel pour la présentation et la discussion des travaux en classe et pour l exportation de ses contenus sur les sites des entreprises où œuvrent les étudiants. C est ici un bénéfice très prisé par ces étudiants gestionnaires qui en découvrent la grande mobilité. L obtention d un niveau inattendu d émulation entre les équipes de travail. Plus explicitement, l accès à un wiki peut être restreint à une équipe ou encore ouvert à toutes les autres équipes pour fins de visionnement et de critique constructive. En choisissant le mode ouvert, les pages wiki deviennent des tremplins pour concrétiser l atteinte d un très fort degré d émulation mutuelle. Tous ces bénéfices sur l utilisation d un support wiki dans les contenus des cours et des modules participent distinctement à un mode d articulation du global et du local qui tend à bien des égards au type de glocalisation associé à l entremêlement tel que décrit par Bruner et al. (op.cit). Conclusion À la question existentielle, la glocalisation est-elle soutenable? Nous avançons avec confiance une réponse positive fondée sur une épistémologie d ouverture au monde à l enseigne de la dialectique pour construire des représentations du nouvel équilibre entre le «local» et le «global». C est ici une stratégie gagnante-gagnante à qui l on donne le nom de «glocalisation» pour revitaliser la création de valeur à la fois auprès de nos partenaires académiques et de nos étudiants gestionnaires. Pour nos partenaires académiques, c est la reconnaissance de besoins spécifiques comme «l appel tunisien» ou encore «le besoin d une spécialisation locale dans le nord-ouest du Québec». Pour nos étudiants des quatre horizons, la valeur ajoutée réside dans le développement d une «intelligence culturelle» des phénomènes associés à la fois au «global» 12

13 et au «local», dans la capitalisation de bénéfices liés à la mutualisation de compréhensions et à l apprentissage de techniques branchées sur le Web 2.0 qui facilitent la rédaction conjointe et la présentation de visuels et ce, dans un cadre formateur ouvert porteur d un haut niveau d émulation. Bien évidemment, tout n est pas idéal, et nous avons en tête ces nombreux chocs culturels, qui choc après choc, nous forcent à innover pour composer avec la dialectique «du local et du global», ou encore ces multiples facettes de la réalité verticale de nos cadres mentaux qui interpellent le fonctionnement horizontal du wiki. Toutefois, le défi est à l hauteur de l enjeu. Il est porteur ultimement d une plus grande harmonie entre le local et le global. Reprenant le thème de l atelier : «L enseignement de la gestion dépasse-t-il les bornes?» Non, il apprend à mieux les connaître pour mieux servir ses clients. À bon entendeur, salut. 13

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

D hier à aujourd hui pour demain

D hier à aujourd hui pour demain Médaille d excellence pédagogique de la CIDEGEF D hier à aujourd hui pour demain professeur de stratégie, 2 D hier... Formation Premier cycle en physiologie-biochimie, Université de Sherbrooke Deuxième

Plus en détail

Master Droit et gestion

Master Droit et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit et gestion Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

d été 2014 Parcours diplômant DAMOCE Modules à la carte du Centre de langue française de la CCI Paris Île-de-France Du 30 juin au 18 juillet 2014

d été 2014 Parcours diplômant DAMOCE Modules à la carte du Centre de langue française de la CCI Paris Île-de-France Du 30 juin au 18 juillet 2014 Université d été 2014 du Centre de langue française de la CCI Paris Île-de-France Paris Du 30 juin au 18 juillet 2014 Professionnels du français langue étrangère - Enseignants - Managers ou futurs managers

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE»

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» MASTER 2 PROFESSIONNEL Mention Economie & Société Spécialité : Entrepreneuriat Social et culturel Parcours Economie Sociale et Solidaire,

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Institut. d Administration des Entreprises de Paris. Une Business School au service des entreprises. Partenariats Stages. Formation continue

Institut. d Administration des Entreprises de Paris. Une Business School au service des entreprises. Partenariats Stages. Formation continue U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Développement compétences Apprentissage Programmes «executive» Chaires d entreprise VAE Partenariats Stages International Intra-entreprise

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Josef Widmer Directeur suppléant du Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation (SEFRI) Conférence d automne de la formation professionnelle

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

MASTER DROIT ÉCONOMIE GESTION MENTION ADMINISTRATION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE SPÉCIALITÉ MANAGEMENT PUBLIC MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

MASTER DROIT ÉCONOMIE GESTION MENTION ADMINISTRATION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE SPÉCIALITÉ MANAGEMENT PUBLIC MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Université Montpellier 1 MASTER DROIT ÉCONOMIE GESTION MENTION ADMINISTRATION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE SPÉCIALITÉ MANAGEMENT PUBLIC MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Année Universitaire 2012 2013 ---

Plus en détail

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES Les enjeux : L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES La réalisation de l étude de gestion va se faire dans le cadre d un travail collaboratif et va vous amener à découvrir ce qu est le travail

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER PROGRAMME BADGE VISION MANAGER Vision Manager programme BADGE Ecole internationale de management, l ESC Rennes School of Business a pour vocation de former des managers immédiatement opérationnels. Pour

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes «Devenez efficaces en développement de produits» Une formule qui a fait ses preuves Pour faciliter l intégration des pratiques et favoriser le transfert des connaissances auprès des collègues, ce programme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

MASTER OF PUBLIC ADMINISTRATION

MASTER OF PUBLIC ADMINISTRATION MASTER OF PUBLIC ADMINISTRATION (Bac+4, +5, 300 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou PKU

Plus en détail

Qualifed Islamic Banker

Qualifed Islamic Banker EN PARTENARIAT AVEC Qualifed Islamic Banker QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EN TECHNIQUES ET OPÉRATIONS BANCAIRES PARTICIPATIVES UNE FORMATION QUALIFIANTE DE PLUS DE 200 HEURES CAPACITY BUILDING FUTUR FINANCE

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Automne 2011 Service des programmes et du développement pédagogique Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Contexte Au Cégep Marie

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE Développer des compétences en promotion de la santé LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE Brahimi Cora, Ph. D. Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Romanian French INDE MBA

Romanian French INDE MBA L Académie d Etudes Economiques de Bucarest Le Conservateur National des Arts et Métiers de Paris Romanian French INDE MBA www.inde.ro Email: office@inde.ro, Téléphone: +4 021 311 08 82 Adresse: Calea

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management du tourisme et des loisirs, spécialité e-commercialisation des produits touristiques de l Université de Corse Pasquale

Plus en détail

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007 La Pédagogie P à l aune de l Accréditation Prof. Eric Cornuel Directeur Général, G EFMD L éducation au Management en Europe: Panorama général Modèle continental versus anglo-saxon Convergence vers un format

Plus en détail

Projet d'appui à la Qualité

Projet d'appui à la Qualité République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Institut de Biotechnologie de Sfax Université de Sfax Projet d'appui à la Qualité Création d une plate forme

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Licence professionnelle Bases de données (BDD)

Licence professionnelle Bases de données (BDD) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bases de données (BDD) Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT. www.masterqsm.ch

Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT. www.masterqsm.ch Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT www.masterqsm.ch Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT 1. MAS QSM Le MAS QSM est une formation

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

atouts actioncx formation entrepren innovants L Executive MBA LA FORMATION PAR EXCELLENCE AU MANAGEMENT www.supdeco-montpellier.

atouts actioncx formation entrepren innovants L Executive MBA LA FORMATION PAR EXCELLENCE AU MANAGEMENT www.supdeco-montpellier. utrement expertises formation innovants L Executive MBA entrepren AUX STANDARDS INTERNATIONAUX atouts actioncx LA FORMATION PAR EXCELLENCE AU MANAGEMENT www.supdeco-montpellier.com ment NOS VALEURS, NOTRE

Plus en détail

Euro Marketing 2015. Plan de commandite

Euro Marketing 2015. Plan de commandite Euro Marketing 2015 Plan de commandite Comité Euro Marke/ng 2015 Euro Marketing 2015 Une délégation d étudiants motivés et passionnés, vous invite à prendre part à un projet d études des plus stimulant

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

MASTER MARKETING VENTE, SPÉCIALITÉ MARKETING STRATÉGIQUE DES PRODUITS ET DES MARQUES

MASTER MARKETING VENTE, SPÉCIALITÉ MARKETING STRATÉGIQUE DES PRODUITS ET DES MARQUES MASTER MARKETING VENTE, SPÉCIALITÉ MARKETING STRATÉGIQUE DES PRODUITS ET DES MARQUES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation Les

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS?

STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS? STRATEGIC SOLUTIONS 4 SELF SUCCESS SI VOUS POUVIEZ UTILISER PLEINEMENT LE POTENTIEL DE VOTRE ENTREPRISE, JUSQU OÙ IRIEZ-VOUS? Vous savez OÙ, Nous savons COMMENT! Demandez à vos employés, cadres, managers

Plus en détail

et la Porte d entrée vers l Afrique

et la Porte d entrée vers l Afrique Le Club et la Porte d entrée vers l Afrique Business In Africa Rejoignez le réseau «Business In Africa» pour s investir et investir en Afrique. Africa Business Solutions, en partenariat avec Africa SMB,

Plus en détail

Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion. Parce que vos équipiers font toute la différence!

Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion. Parce que vos équipiers font toute la différence! Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion Parce que vos équipiers font toute la différence! L organisation Tout a commencé par une idée toute simple : Trouvons un moyen efficace pour mettre en commun

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Le présent document vise à éclaircir le processus de présentation d une demande de projet présentée aux responsables de la recherche

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Import-Export de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ELABORATION D UN GUIDE METHODOLOGIQUE POUR LA CONSTRUCTION DE REFERENTIELS COMPETENCES-EMPLOIS-FORMATIONS DGRU (Direction Générale de la Rénovation Universitaire)

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Le nouveau a été mis en place en septembre 2012 pour remplacer les BTS : AGTL (Animation et gestion du tourisme local) et VPT

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Politique de la qualité de la communication. Adoptée par le Conseil pédagogique le 11 janvier 1989

Politique de la qualité de la communication. Adoptée par le Conseil pédagogique le 11 janvier 1989 Politique de la qualité de la communication Adoptée par le Conseil pédagogique le 11 janvier 1989 Mises à jour : 10 juin 1992 23 février 2000 22 mai 2013 POLITIQUE DE LA QUALITÉ DE LA COMMUNICATION CONTEXTE

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services

Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services Certificate of Advanced Studies Février Juin 2014 La Gestion de Projets révisée et adaptée au développement

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail