Jean-Pierre Angenot 1, Luis Beltrán 2 & Daniel Mutombo Huta-Mukana 3 Universidade Federal de Rondônia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean-Pierre Angenot 1, Luis Beltrán 2 & Daniel Mutombo Huta-Mukana 3 Universidade Federal de Rondônia"

Transcription

1 L ETAT DE LA RECHERCHE ETYMOLOGIQUE DES BANTOUISMES AFRO-IBEROAMERICAINS: BILAN, DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES OFFERTES PAR LE PROGRAMME UNIR-ALCALA / AECI Jean-Pierre Angenot 1, Luis Beltrán 2 & Daniel Mutombo Huta-Mukana 3 Universidade Federal de Rondônia 1. Un Programme d'identification Étymologique des Bantouismes En octobre 2007 se sont tenues à Porto Velho deux conférences internationales - l une sur la diaspora africaine en Amazonie et l autre sur la provenance polyethnique des afro-ibéroaméricains d origine bantoue -, qui ont inauguré un ambitieux programme de recherches financé par l Agence Espagnole de Coopération Internationale, lequel se propose d entreprendre une identification étymologique exhaustive des vocables d origine bantoue en portugais et en espagnol des Amériques. Les antécédents de ce programme remontent aux années 70 à l ex- Université Nationale du Zaïre, à Lubumbashi, où enseignaient les actuels coordinateurs de ce programme et où se formèrent la plupart des participants africains présents à Porto Velho. Ce programme, qui s intitule Réhabilitation du Patrimoine Immatériel Afro-ibéroaméricain: Les Bantouismes en Espagnol et Portugais d Amérique, est le fruit d une collaboration entre le cours de post-graduat en ethnolinguistique africaniste de l Université Féderale de Rondônia et la chaire UNESCO d Etudes Afro-ibéroaméricaines de l Université de Alcalá. Des bantouistes de formation linguistique, anthropologique et ethnohistorique, contribuent aux recherches conjointes dans leurs pays respectifs suivants : Brésil (Universidade Federal de Rondônia, Universidade de São Paulo / Centro de Estudos Africanos); Espagne (Universidad de Alcalá); Belgique (Musée Royal de l Afrique Centrale, Tervuren); Angola (Instituto de Línguas Nacionais, Museu Nacional da Escravatura, Universidade Agostinho Neto); Mozambique 1 Docteur en Linguístique Africaine (Leiden, Hollande, 1971). Professeur Titulaire de l Université Fédérale de Rondônia, Coordinateur du Post-Graduat en Ethnolingüístique Africaniste. Coordinateur du Programme International UNIR-Alcalá / AECI Réhabilitation du Patrimoine Immatériel Afro-ibéroaméricain : Les Bantouismes en Espagnol et Portugais d Amérique. 2 Docteur en Sociologie et Anthropologie (Madrid, Espagne, 1969). Professeur Titulaire de la Chaire UNESCO d Etudes Afro-ibéroaméricaines de l Université Alcalá de Henares, Madrid. Co-coordinateur du Programme International UNIR-Alcalá / AECI 3 Docteur en Langues et Littératures Africaines (Lubumbashi, R. D. Congo, 1977). Professeur Colaborateur de l Université Fédérale de Rondônia, Programme de Post- Graduat en Ethnolingüístique Africaniste. Membre de la Chaire UNESCO/Alcalá de Estudios Afroiberoamericanos

2 2 (Universidade Eduardo Mondlane); R. D. du Congo (Institut Pédagogique National de Mbujimayi, Université de Lubumbashi, Université Simon Kimbangu de Kinshasa); Zambie (University of Zambia); Gabon (Université Omar Bongo); Cameroun (Université de Yaounde); Cuba (Universidad Central de Las Villas, Instituto de Literatura y Lingüística de La Habana); Argentine (Instituto Nacional de Musicología); Vénézuéla (Centro de Estudios Afrollaneros). Tous les chercheurs impliqués partagent la conviction qu il existe un paradoxe scientifiquement troublant et qui mérite une réévaluation entre, d une part, les évidences historiques qui soutiennent l origine diversifiée et majoritairement continentale des esclaves bantous et, d autre part, l allégation classique selon laquelle ces esclaves auraient importé au Brésil un héritage linguistique bantou pratiquement restreint aux trois langues littorales angolaises kikongo, kimbundu et umbundu. 2. Méthodologie Adoptée Les étapes méthodologiques d exécution de ce programme sont les suivantes: (a) constitution de deux inventaires lexicaux complémentaires des bantouismes pressentis afro-brésiliens et afro-hispaniques, le premier étant en voie d achèvement avec près de vocables déjà identifiés, alors que le second est en phase de construction; (b) distribution d une copie de ces inventaires de bantouismes à tous les chercheurs du programme; (c) distribution d un modèle unifié de questionnaire avec lignes et 6 colonnes, qui sera utilisé pour les recherches intégrées qui sont en cours de réalisation à la fois sur le terrain en Afrique et à partir des sources bibliographiques, et qui sera appliqué à l ensemble des plus de 500 langues bantoues reconnues; (d) distribution d un modèle unifié de tableau comparatif des données bantoues recueillies (cognats et non-cognats), pour chaque bantouisme pressenti; (e) visualisation de ces données, préalablement classifiées, et leur report sur cartes (cf. le modèle dit de Tervuren), avec établissement des isoglosses des items en distribution et de leurs variantes; (f) formulation des hypothèses étymologiques les plus plausibles et identification, dans l inventaire des cognats, de ceux qui, étant pan-bantous dérivent, en dernière analyse, d étymons proto-bantous, de ceux qui sont attestés régionalement (cf. les 5 régions du domaine) ou sous-régionalement (cf. les 16 zones, de A à S), voire circonscrits à tel ou tel groupe interne à l intérieur d une zone spécifique, ou même de ceux qui sembleraient dériver d une unique langue individuelle. 3. Pour L Établissement d'une Distinction Typologique Diachronique entre Proto-étymons et Néo-étymons Pré-ibéro-américains Il est admis qu en linguistique historico-comparative, l étymologie est la discipline qui a pour fonction d expliquer l évolution des mots d une langue,

3 em remontant dans le passé jusqu à des unités lexicales appelées étymons, à partir desquelles ont été dérivées les formes modernes. Lorsque l on se penche sur la question de déterminer, avec la précision souhaitable, l origine des bantouismes attestés en portugais et en espagnol, l enjeu majeur de ce type de recherche ne doit pas se limiter à chercher à identifier les éventuelles formes proto-bantoues qui auraient servi à la communication verbale il y a trois millénaires, formes qui, pour un bon nombre d entre elles, ont déjà été solidement établies (cf. Guthrie, ; Meeussen, 1969/1980; Bastin, Coupez, Mumba & Schadeberg, 2003). Un des objectifs principaux de notre programme de recherche consiste à «faire parler» historiquement les vestiges lexicaux à travers des analyses linguistiques et statistiques, de façon à contribuer à une détermination de l importance qualitative et quantitative des apports ethniques respectifs qui ont participé grandement à la construction du peuple brésilien. La réalisation d un tel programme permettrait de compenser, du moins partiellement, la carence reconnue des archives historiques, qui ont été considérablement détruites à l époque de l émancipation des esclaves. Il faut reconnaître que l intégration linguistique au Brésil n a pas bénéficié des mêmes conditions évolutives normales que celles qu ont connues les langues bantoues qui ont continué à être parlées de mode naturel en Afrique. Après la traversée de l Atlantique, il n y a pas pas eu sur place de possibilité continuité évolutive qui se serait réalisée selon un rhythme harmonieux et dans des conditions naturelles. Au contraire, les locuteurs bantous ont été confrontés à des conditions adverses et perturbantes caractérisées par la brutale cohabitation forcée d éléments lingüístiques hétéroclites qui étaient condamnés à compétir entre eux. Il est légitime d imaginer que, en règle générale, ce sont les items lexicaux transplantés au Brésil qui détenaient un plus grand nombre de cognats comuns à de nombreuses langues bantoues différentes qui ont eu le plus de chance d être unanimement acceptés et de s insérer dans le nouveau parler de compromis interlinguistique qui était en train de se construire. On peut supposer qu en principe d autres mots bantous potentiellement concurrents mais avec moins de cognats partagés ont eu moins de chance de s imposer. La problématique de la détermination précise de la manière avec laquelle se serait construit le parler inicial de communication inter-ethnique est évidemment complexe et restera en partie hypothétique. Toutefois il faut se rendre compte que, en dépit des distances géographiquement parfois très grandes entre leurs différents points de capture dans le continent africain, ces esclaves parlaient des langues bantoues apparentées même si l intercompréhension était à peine partielle. Ce fut là un facteur positif qui a dû faciliter la constitution du nouveau véhicule de communication linguistique. Quoi qu il en ait été, la situation spécifique de l incorporation d importants fragments lexicaux bantous dans le portugais et l espanhol des Amériques dans des conditions traumatizantes constitue un cas d espèce qui requiert une approche méthodologique appropriée en ce qui concerne la reconstruction de l écheveau des fils conducteurs fatalement entremêlés qui forment le lien historique encore mystérieux entre les bantouismes latinoaméricains et leurs matrices restées sur place en Afrique bantoue. 3

4 Nous sommes d opinion que, pour des raisons de pragmatisme méthodologique, il convient de mettre en place une distinction typologique opérationnelle entre deux catégories d étymons bantous qui correspondent à des moments diachroniques bien différents. Nous proposons que la recherche étymologique s articule en deux temps, en premier lieu, pour déterminer le faisceau de langues bantoues (ou, plus rarement, la langue indivividuelle) auxquelles des évidences permettent d attribuer la paternité de chacun des bantouismes présumés. Nous suggérons l adoption de l expression co-néoétymons pour désigner un faisceau de langues duquel est issu un bantouisme. Quant aux étymons traditionnels, à savoir les formes ancestrales reconstruites des mots bantous actuels, nous les dénommerons proto-étymons (éventuellement qualifiés de paleogénétiques), de façon à les différencier des néo-étymons diachroniquement plus récents puisqu ils datent de la période pré-afroibéroaméricaine. En outre, les uns se différentient structurellement des autres dans la mesure où les proto-étymons sont des lexèmes reconstruits qui appartiennent à un moment du passé alors que les co-néo-étymons sont les membres associés d une constellation de cognats convergents. Un proto-étymon classique correspond à un cas relationnel de monopaternité avec polyfiliation (les réflexes) alors que, au contraire, un faisceau de co-néo-étymons correspond à un cas relationnel de polypaternité avec, cas par cas, des monofiliations (chaque bantouisme individualisé, qui présente souvent diverses variantes phoniques résultantes d influences régionales ou locales particulières imposées par la langue d accueil portugaise ou hispanique, au cours d un récent processus évolutif proprement intra-ibéroaméricain. En guise d illustration des deux types d étymons proposés, nous allons interpréter quelques variantes lexicales d une dénomination d origine bantoue que signifie vache et qui est amplement représentée au Brésil et dans les pays hispaniques. Ces trois formes synonymes que Vogt & Fry (1996) ont relevées dans le vocabulaire du quilombo de Cafundó sont «ingombe», «ongombe» et «ingomo». Assez curieusement, les auteurs leur attribuent une seule et même origine kimbundu en dépit des différences phoniques et de structure morphologique qu elles manifestent entre elles. Une première analyse permet de formuler les hypothèses selon lesquelles, dans le tableau ci-dessous, ces trois variantes de bantouisme en compétition signifiant vache, soit «ingombe», «ongombe» et «ingomo», du bantouisme sont hypothétiquement dérivées de différents faisceaux de co-néo-étymons bantous. On peut observer que : (a) les trois bantouismes 1, 2 et 3 ci-dessous ont entre eux des relations de cognation, tout comme l ont entre eux les cinq faisceaux de néo-étymons α, β, γ, δ et η ; (b) le bantouisme 1 est en relation de cognation avec les autres faisceaux de néoétymons β, γ, δ et η, tout comme l est le bantouisme 2 avec le faisceau α, γ, δ et η et le bantouisme 3 avec le faisceau α, β, γ et δ ; 4

5 5 (c) le bantouisme 1 est en relation de dérivation étymologique relativement récente avec le faisceau de néo-étymons α, tout comme l est le bantouisme 2 avec le faisceau β et le bantouisme 3 avec le faisceau η ; (d) les trois bantouismes 1, 2 et 3 et les cinq faisceaux de néo-étymons α, β, γ, δ et η sont en relation de dérivation étymologique paléogénétique avec la reconstruction proto-bantoue. Etymon archaïque Proto-Bantou : *(dzi$ #) n-go$ m be$ 9/10 vache **(dzi$+)n-go$ m be$ 9/10 m 9/10 ***(i/o+)n-go$ m be$ 9/10 ***n-go$ m bi$ 9/10 m 9/10 m 9/10 α [ N go$ m be$ ] β [ o N go$ m be$ ] γ [ N go$ m bi$ ] δ [ N m ] η [ N m ] Co-néo-étymons H16 Kikongo H21 Kimbundu K11 Chokwe K12b Ngangela K14 Lwena K332 Gciriku L11 Phende L31a Luba Co-néo-étymons R11 Umbundu R13 Nyaneka R22 Ndonga R23 Kwambi R31 Herero Bantouisme 1 Bantouisme 2 [ (i) N )»go) m bi ] [ ο) N»go) m bi ] Ingombe Ongombe Vogt & Fry, 1996 Vogt & Fry, 1996 Gombe Orongombe Freitas & Freitas, 1967 Cognats C83 Bushong B70 Teke H41 Mbala L21 Kete Cognats H31 Yaka Co-néo-étymons C32 Bobangi Bantouisme 3 [ i) N»go)mU ] Ingomo Vogt & Fry, 1996 Il convient de noter que la nature de la différence de qualité entre les voyelles initiales «i» et «o» des exemples ci-dessus ne correspond pas seulement à un détail relativement anodin de changement de timbre. La divergence a ici une portée grammaticale importante. En effet, le «i» de «ingombe» provient d une adaptation prothétique qui a été conditionnée par l intégration de ce mot bantou dans le système phonotactique portugais qui ne tolère pas la présence de consonnes occlusives pré-nasalisées telles que «N g» (tout comme, pour les mêmes raisons téléologiques, l oralisation complète de «N g» dans la variante «gombe», la voyelle «o» correspond à un ancien augment pré-préfixal fossilisé de classe 9 qui, en s intégrant au système morphologique portugais, se fond dans le radical nominal, de telle sorte que le nom bantou trimorphémique de classe 9 / o+n-go m be 9 / [ o N go m be] devient un nom monomorphémique masculin en portugais, soit / o n»go m be / [ o) N»go) m bi ].

6 6 4. Um Bilan Négatif Le bilan du niveau des études étymologiques des bantouismes réalisées jusqu à ce jour est plutôt désenchanteur. Ce domaine de recherche se trouve encore dans les limbes. En dépit des admirables résultats obtenus au plan de la description et de l interprétation sociologique des parlers afro-américains (nous pensons particulièrement aux travaux sociolinguistiques décisifs de Yêda Pesoa de Castro sur les parlers afro-bahianais) le point faible, le véritable talon d Achille est l identification étymologique des bantuismes. Il semble que les études historico-comparatives des trente dernières années (cf. Megenney 1978, Schneider 1991, Lopes 1996/2001, Pessoa de Castro 2001, Salles 2003, etc.) n aient guère progressé d um iota en ce qui concerne l identification scientifique des langues bantoues dont proviennent les bantouismes. En effet, on continue à répéter de livres en livres cette même ritournelle des années trente (cf. Raymundo 1933, Mendonça 1936, Laytano 1936, Senna , Carneiro 1937, Dornas Filho 1943, etc.), selon laquelle les bantouismes brésiliens auraient eu une origine confinée aux trois langues littorales kikongo, kimbundu e umbundu. Une affirmation qui paraît simpliste et qui ne s ajuste pas à la connaissance historique bien consolidée selon laquelle l immense majorité des esclaves ont été capturés à l intérieur du continent et non point le long des côtes des anciens royaumes du Congo et de Ngola. Dans une tentative de contourner cette contradiction gênante entre les évidences réunies par les historiens à propos de l origine très diversifiée et prédominament continentale des esclaves bantous et l allégation selon laquelle ces esclaves ont importé au Brésil un ensemble linguistique pratiquement limité au trio kikongo-kimbundu-umbundu (cet accueillant et généreux fourre-tout étymologique!), a été postulée la théorie selon laquelle, au moment d être embarqués dans les navires négriers, les esclaves bantous avaient acquis dans les ports angolais une lingua franca de base essentiellement kimbundu (cf. Vogt & Fry, 1996). Cette explication hypothétique ne méritera d être prise au sérieux que si et seulement si il était préalablement prouvé, au terme de recherches comparées sur l ensemble des centaines de langues bantoues documentées, que la plupart des bantouismes proviennent directement de ces langues de la côte angolaise. Personnellement nous ne prévoyons pas un tel dénouement. En conclusion, il semble impératif que l ensemble des interprétations étymologiques publiées, qui ont souvent reçu l aval des principaux dictionnaires de la langue portugaise du Brésil puissent être systématiquement réévaluées. Voici un exemple concret du type de révision que nous préconisons. 5. Réinterprétation Étymologique des Bantouismes Quimbanda e Umbanda 5.1. QUIMBANDA [ ki) m»ba) n då ] (a) guérisseur, devin, occultiste, praticien de la «macumba» ; (b) prêtre de culte dit d Angola-Congo ;

7 (c) magie noire ; ligne rituelle de l «umbanda» qui est considérée maléfique Étymons proposés : Cunha, A. G. da (1982) : < kimbundu [ ki m ba n da ] guérisseur, devin Schneider, J. T (1991) : < kimbundu [ ki m ba n da ] guérisseur, Houaiss, A. (2001) : < kimbundu [ ki m ba n da ] chef religieux Lopes, N. (2003) : < kimbundu [ ki m ba n da ] médecin rituel Castro, Y. Pessoa de (2005) : < kikongo / kimbundu [ ki m ba n da ] et umbundu [ ovi m ba n da ] Holanda, Aurélio Buarque de (2007) : < kikongo Observations critiques : Le mot ki-n-ba n da 7+9 [ ki m ba n da ] guérisseur est attesté en kimbundu (H21), tout comme dans au moins trois autres langues ou dialectes du même groupe H20 de la zone H : ngola (H21a), bolo (H23) et songo (H24), ainsi que dans deux langues du grupe H30 ; mbangala (H34) et yungo (H35). On peut donc émettre l hypothèse que le bantouisme brésilien «quimbanda» résulte d un faisceau de co-néo-étymons pré-ibéroaméricains qui est formé par au moins six langues concentrées dans deux groupes de la zone H; les cognats ci-dessous ont dû, pour leur part, contribuer à renforcer l insertion de ce bantouisme dans le lexique afro-brésilien de compromis intercommunicationnel : (a) / t S i n ba n da 7+9 / [ t j i m ba n da ] guérisseur, dans 7 langues de la zone K chokwe (K11), ngangela (K12b), luchazi (K13), luvale (K14), mbunda (K15), mbwela (K17) et luyana (K31) ; (b) / o+t S i n ba n da 7+9 / [ ot S i m ba n da ] guérisseur en umbundu (R11) ; (c) / i n ba n da 5+9 / [ i m ba n da ] guérisseur en yungo (H35), comme variante ; (d) / e$ n ba n da 5+9 / [ e$ m ba n da ] guérisseur en nyaneka (R1) et khumbi (R14) ; (e) un cognat plus distant est / o n ba n du 9 / [ o m ba n du ] guérisseur en sangu (B42); (f) le vocable peu fréquent / mu n ba$n da$ 3+9 / [ mu m ba$ n da$ ] aideguérisseur serait attesté en kikongo (H16). l étymon proto-bantou est : / *ki$ n ba$ n da$ 7+9 / [ *ki$ m ba$ n da$ ] guérisseur, dont les réflexes actuels se concentrent dans les zones H, K, L et R ; la forme umbundu [ ovi m ba n da ] citée par Pessoa de Castro (2001) est le pluriel de classe 8+9, dont le singulier de classe 7, que signifie est [ ot S i m ba n da ], cité ci-dessus ; la référence au kikongo (H16) faite par Pessoa de Castro (2001) et reprise par Holanda (2007) semble résulter d un quiproquo parce qu aucun cognat, même distant, n a pu être identifié dans aucun des nombreux dictionnaire disponibles dédiés aux multiples dialectes de cette langue (cf. Bentley, 1887; Bittremieux, 1922 ; Laman, 1936; Declercq, 1939 ; Dereau, 1957 ; Silva Maia, 1961 ; Van 7

8 8 Roy, 1963 ; Jacquot, 1982, Swartenbroeckx, 1973 et Mabiala, Signalons que le terme courant pour désigner le guérisseur en kikongo est [ N ga N ga ] UMBANDA [ u) m»ba) n då ] (a) religion née à Rio de Janeiro à la fin du 19 ème siècle, qui a agrégé des éléments bantous et spirites; (b) magie blanche. Étymons proposés : Cunha, A. G. da (1982) : < kimbundu [ u m ba n da ] Schneider, J. T (1991) : < kimbundu [ u m ba n da ] médecine traditionnelle; magie Houaiss, A. (2001) : < kimbundu [ u m ba n da ] Lopes, N. (2003) : < kimbundu / umbundu [ u m ba n da ] médecine traditionnelle Castro, Y. Pessoa de : < kikongo / kimbundu / umbundu [ ( m )ba n da ] tabou, chose sacrée, sorcellerie < [ bandala ] invoquer les esprits; supplier. Holanda, Aurélio Buarque de (2007) : < kimbundu Observations critiques : en plus du kimbundu (H21), le mot bantou [ u m ba n da ] est attesté avec la signification de médecine traditionnelle en chokwe (K11), luvale (K14) et en umbundu (R11), laquelle langue connaît une variante moins connue qui est / u t S i n ba n da / [ ut S i m ba n da ] science de la guérison ; le sens de remède est également attesté en kimbundu ; un cognat de forme / vu n ba n da 14+9 / [ vu m ba n da ] remède est attesté en ngangela (K12b), luchazi (K13) et mbwela (K17) ; l interprétation étymologique mentionnée ci-dessus de Pessoa de Castro (2003) est particulièrement tarabiscotée et n a pas résisté au contrôle des sources que nous avons effectué. Addenda - Voici quelques autres cognats bantous qui, toutefois, sont assez distants des bantouismes quimbanba et umbanda : il convient de noter que l étymon proto-bantou guérisseur est une forme dérivée, avec adjonction d un préfixe secondaire de classe 9, d une reconstruction principale qui est / *ki$ ba$ n da$ 7 / [ *ki$ba$ n da$ ] esprit, dont voici quelques exemples de réflexes directs et indirects qui se partagent les zones L, M et N : (a) / t S i wa n da 7 / [ t S iwa n da ] esprit en lala (M52), lamba (M54), mpoto (N14), tonga-siska (N15), henga (N21c), tumbuka (N21d), nsenga (N41),et ngindu (P14). En cewa (N31b), [ t S iwa n da ] a développé la signification spécifique de esprit de folie qui s empare d un assassin ; (b) en kikongo (H16) est attesté / mu wa n da 3 / [ m w a n da ] espírito.

9 9 7. Un Échantillon de Pseudo Étymons/Cognats Abracadabrants Il convient de considérer que, pour des raisons théoriques et méthodologiques que nous avons évoquées ci-dessus, les vocables bantous épinglés par les auteurs ne peuvent pas être acceptés a priori comme des néo-étymons confirmés. Toutefois, a posteriori, une partie des propositions de ces auteurs devrait pouvoir être récupérée dans le cadre et au terme d une recherche quantitative systématique appliquée à un nombre maximum de langues bantoues documentées. Certaines de ces propositions étymologiques préliminaires pourraient alors - et seulement alors - être légitimées comme membres de faisceaux de néo-étymons ou comme des cognats susceptibles d avoir aidé historiquement à la fixation de certains bantouismes. Il s avère donc intéressant de chercher à établir les degrés de plausibilité de chacune des propositions qui ont été publiées, que ce soit sur le plan de leur naturalité phonologique (mesurable en termes du degré de soumission aux processus universaux du langage) et/ou de la vraisemblance sémantique. Ainsi, par exemple, il serait difficile d accepter sans sourire qu un /zu/ puisse se transformer en un /ma/ ou que le signifié "chien" puisse évoluer en celui de "fenêtre". Il est bien connu que toutes les langues naturelles, quelles qu elles soient, sont soumises à des pressions évolutives constantes. Ces pressions sont particulièrement accélérées en cas d intégration d emprunts d une langue X dans le système d une langue Y, principalement si elles sont typologiquement et génétiquement distantes, comme cela a éte le cas entre les langues bantoues et le portugais ou l espagnol des Amériques. Signalons, en guise d exemple bien connu, le changement drastique qui a été occasionné par l adaptation du système tonal propre au bantou, qui est basé sur des différences de fréquence fondamentale, en un système accentuel propre au portugais qui est basé sur des différences d amplitude. Une fois décomptés les changements phonétiques qui peuvent être imputés à des exigences d intégration au système du portugais, il sera possible de tenter de déterminer si tel ou tel candidat à néo-étymon ou à cognat suggéré par tel ou tel auteur peut être considéré comme probable, possible, improbable ou à rejeter sans appel. Or si une évaluation de la plausibilité sémantique des candidats-à-cognat exige surtout une bonne dose d intuition et un niveau moyen de formation spécifique, ce n est pas le cas en ce qui concerne la détermination du degré de plausibilidade (morpho)phonologique et phonétique, laquelle exige, au préalable, une solide formation spécialisée. Hélas c est ici que le bât souvent blesse car, selon moi, la plupart des propositions publiées souffrent cruellement d un manque de rigueur scientifique. Or sans recherches systématiques appliquées au plus grand nombre possible de langues bantoues, il n y a pas de salut en vue! Que le lecteur juge par soi-même. Voici, ci-dessous, un inventaire très incomplet de perles historico-comparatives qui s apparentent à une galéjade et qui, bien qu amplement divulguées, ne paraissent avoir guère suscité de la part de la communauté des lecteurs l émoi scientifique qu elles auraient mérité de

10 10 provoquer. Par convention, les sigles VF et YP ci-dessous renvoient respectivement à Vogt & Fry (1996) et à Pessoa de Castro (2001). Pseudo Etymons bantous proposés por YP ou VF pas ou très peu plausibles (leurs exemples ont été retranscrits phonétiquement) Bantouismes brésiliens qui, selon eux, en dériveraient YP Kik [ m bu n da m bu n da ] [ i) N gu»ru N gå ] ingurunga (terrain accidenté) YP Kik-Kim [ vatitutitu ] [ bat S i»ku) ] baticum (tapage) YP Kik [ vutukilawe ] [ batuka»ze ] batucajé (type de danse) YP Kim [ fu n du N gulu ] [ bu»du) ] budum (puanteur) YP Kik-Kim [ kafwana N goma ] [ kafuri) N»gomå ] cafuringoma (bavard) YP Kik [ mwa m ba ] [ kalu) m»ba ] calumbá (jus de canne) YP Kim [ kala n w a mena ] [ ka»mo å ] camonha (soûlerie) YP Kik-Kim [ kinua jaaja ] [ kamu»lajå ] camulaia (soûlerie) YP Kik [ N kadiako N go ] [ kapi»ko) N gu ] capicongo (rustique) YP Kim [ kuluku m ba ] [ ka»su) m bå ] caxumba (parotidite) YP Kim [ ka N gulukai ] [ kula»ilaiª ] culailai (autrefois) YP Kik [ kunwa lwa jaaja ] [ kumu»lajå ] cumulaia (eau-de-vie) YP Kik-Kim [ k w i m bila ] [ kuri )m»ba ] curimbá (chanter) YP Kik-Kim [ kitata ] [ dama»ta ] damatá (esp. de symbole) YP Kik [ m fiokolo ] [ fjo»fç ] fiofó (anus) YP Kik [ fulukuta ] [ futu»ka ] futucá (trifouiller) YP Kim [ kuseka ] [ fusi»ka ] fuxicá (cancaner) YP Kik [ m vwazakana ] [ fu»zahkå ] fuzarca (fôlatrerie)

11 YP Kik [ m vwazile ] [ fuzu»we ] fuzuê (confusion) YP Kik-Kim [ dilo N ga ] [ gari) N go) N»ga ] garingongá (plat) YP Kim [ wa N ga ] [»gro) N gå ] gronga (sorcellerie) YP Kim [ ku N go N ga ] [ gu) N gu»na ] gunguná (murmurer) YP Kik [ ma n doki ] [ ma) n»drakå ] mandraca (magie) YP Kik [ n du n du ] [ ma) n»du ] mandu (carnavalesque) YP Kim [ n de N ge ] [ maxu»wa)gi ] marruangue (enfant) YP Kik [ mazike ] [ miza»kre ] mizacrê (cocu) YP Kik [ mu n to ] [ moi9»tu) m bå ] moitumba (brousse) YP Kik-Kim [ kuteleka ] [ mo»kekå ] moqueca (plat bahianais) YP Kik [ N k j ama ] [ muki»ranå ] muquirana (morpion) YP Kik [ sa N golo ] [ naboro»do ] naborodô (coït) YP Kik-Kim [ ki N go m bo ] [»kjabu ] quiabo (esp. de légume) YP Kik-Kim [ bakala ] [ ki»batå ] quibata (pénis) YP Kik [ evu m bi ] [ ki) m»bi) m bå ] quimbimba (défunt) YP Kik [ N kosi ] [»xosu ] roxo (nom d une divinité) YP Kik [ t S ubilu ] [ Sibi»Ju ] xibiu (vulve) YP Kik [ sa m bafwana ] [ zamafu»ramu ] zamafuramo (nom de Lemba) VF Kim [ dikota ] [ ZokoRo»kotU ] jocorocoto (vieux) VF Kim [ ma o n dzo ] [ ma»fonå ] mafona (banane) VF Kim [ amakwa ] [ ka»ma ) ZI ] 11

12 12 camanje (autrui) VF Kim [ mu m bu n do ] [ kamano»fu ] camanofu (homme noir) VF Ronga [ kuga N ga ] [ ga) n»zipi ] ganzipe (pénis) VF Kim [ etupa ] [ e»ta ] etá (pénis) VF Kim [ m bigi ] [ ma»zi ] maji (poisson) VF Kim [ me u ] [ mujo) m»ba ] muiombá (mourir) VF Kim [ ki m bi ] [ mu»jo) m bu ] muiombo (défunt) VF Kim [ kib w a N ga ] [ t S i»puni ] tipune (chapeau) VF Kim [ tubia ] [ t S i»kerå ] tiquera (vagin) Références Angenot, Jean-Pierre, Jean-Pierre Jacquemin and Jacques L. Vincke Répertoire de Vocables brésiliens d Origine africaine. Lubumbashi, Zaïre: Collection Travaux et Documents du CELTA. 192 pp. Angenot, Jean-Pierre and Geralda de Lima V. Angenot Dicionário de Bantuismos Brasileiros. Porto Velho, Rondônia: Université Fédérale de Rodônia. (près de entrées lexicales) Castro, Yêda Pessoa de Falares Africanos na Bahia: um Vocabulário afrobrasileiro. Rio de Janeiro: Academia Brasileira de Letras e Topbooks Editora, 366 pp. Vogt, Carlos and Peter Fry Cafundó, a África no Brasil: Linguagem e Sociedade.Campinas: Editora da UNICAMP. 373 pp.

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Une banque de données d ADN va aider à identifier les victimes de la dictature

Une banque de données d ADN va aider à identifier les victimes de la dictature Une banque de données d ADN va aider à identifier les victimes de la dictature Les parents vont aider à constituer le profil génétique des victimes du régime militaire 1 et les données seront comparées

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT -

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - 2 ème Subvention forfaitaire à l Ecole Régionale post-universitaire d Aménagement et

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087 de l'université Paris 4 Avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation

Plus en détail

La necessité de cr6er un lieu, i L ORSTO, où l on pourrait

La necessité de cr6er un lieu, i L ORSTO, où l on pourrait AVANT-PROPOS En janvier 1985, I ORSTOM, Institut Français de Recherche Scientifique pour le Développement en Coopération, décidait d organiser en collaboration avec le CIE, Centre International de l Enfance,

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand

1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand 1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand DESCRIPTIF ET PROGRAMMES La Licence se compose de 18 Unités d Enseignement UE) réparties en 6 semestres de 3 UE chacun : 1 ère année : semestres 1 et 2-2 e

Plus en détail

Concevoir et lancer un projet

Concevoir et lancer un projet Dr Raphaël Cohen Concevoir et lancer un projet De l idée au succès, 2006 ISBN : 2-7081-3704-2 Introduction «En fin de compte, la production d idées est plutôt abondante. C est leur mise en œuvre qui est

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009

Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009 Présentation de l Instituto Cervantes Direction de la gestion commerciale et du développement de produit Instituto Cervantes Novembre 2009 SOMMAIRE 1. L Instituto Cervantes 2. Siège central de l Instituto

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III)

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) E/ECA/STATCOM/3/7 décembre

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s)

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s) GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUELQUE HOMOPHONES QUELQUE(S) QUEL(S) QUE/QUELLE(S) QUE QUEL(S)/QUELLE(S) QU ELLE(S) 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes quelque quelque(s) quel(s)

Plus en détail

L ESPAGNOL à PARIS 2

L ESPAGNOL à PARIS 2 L ESPAGNOL à PARIS 2 Le Pôle Langues de l Université de Paris 2 propose des TD de langue et de civilisation espagnole aux étudiants de toutes les années (du L1 au M2) et de toutes les filières. Cette formation

Plus en détail

PAUL TEYSSIER UNIVERSITÉ DE PARIS-SORBONNE

PAUL TEYSSIER UNIVERSITÉ DE PARIS-SORBONNE L Amérique latine: PAUL TEYSSIER UNIVERSITÉ DE PARIS-SORBONNE 1 L Amérique latine qu il vaudrait mieux appeler l Amérique ibérique est l ensemble des pays de langue espagnole et portugaise qui occupent

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

LANGUE TRADUCTION ET CULTURE

LANGUE TRADUCTION ET CULTURE Année Universitaire 2013-2014 Département d Etudes portugaises et brésiliennes MAQUETTE DES ENSEIGNEMENTS LICENCE LEA- PORTUGAIS LICENCE 2 SEMESTRE 3 LANGUE TRADUCTION ET CULTURE Tableau des enseignements

Plus en détail

"TELEMEDECINE, ETHIQUE ET DROIT "

TELEMEDECINE, ETHIQUE ET DROIT PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATÓLICA ARGENTINA GRENOBLE ECOLE DE MANAGEMENT SEMINAIRE RECHERCHE "TELEMEDECINE, ETHIQUE ET DROIT " Grenoble 27 mars 2014 PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATÓLICA ARGENTINA GRENOBLE ECOLE

Plus en détail

PROGRAMME BRAFITEC BRAsil France Ingénieurs TEChnologie

PROGRAMME BRAFITEC BRAsil France Ingénieurs TEChnologie PROGRAMME BRAFITEC BRAsil France Ingénieurs TEChnologie 11 ème FORUM BRAFITEC 11 ème FORUM BRAFITEC Curitiba, Brésil, 10 13 Juin 2015 Pontificia Universidade Católica do Paraná (PUCPR) Universidade Federal

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Langue, territoire et État-nation dans le cas du Pays basque

Langue, territoire et État-nation dans le cas du Pays basque Langue, territoire et État-nation dans le cas du Pays basque Joseba Arregi Joseba Arregi Aranburu a été le premier secrétaire général de la politique linguistique du gouvernement autonome basque entre

Plus en détail

OUVERTURE DE VACANCE

OUVERTURE DE VACANCE U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Réf. : CA 19.04.10/IV.27 PHILO Bruxelles, le 20 avril 2010. OUVERTURE DE VACANCE L Université Libre de Bruxelles

Plus en détail

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE Du 4 au 5 décembre 2014, il s est tenu à l hôtel Royal

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

Traverse des Architectes, bâtiment B63d Localité/Ville: Liège Code postal: 4000. Monsieur Paul Thirion (Président de la BICfB) bicfb@ulg.ac.

Traverse des Architectes, bâtiment B63d Localité/Ville: Liège Code postal: 4000. Monsieur Paul Thirion (Président de la BICfB) bicfb@ulg.ac. 1/ 19 BE001 8/9/2014 - Numéro BDA: 2014-519908 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les traites négrières et l esclavage»

Leçon n 3 : «Les traites négrières et l esclavage» Leçon n 3 : «Les traites négrières et l esclavage» Introduction : La mise en esclavage et le commerce des esclaves noirs, débutés au Moyen-Age, provoquèrent le déplacement forcé de millions d africains.

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Conférence Internationale: Éducation pour le développement durable à l'épreuve des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)

Conférence Internationale: Éducation pour le développement durable à l'épreuve des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) Conférence Internationale: Éducation pour le développement durable à l'épreuve des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) Yaoundé Cameroun 3 Décembre 2012 Alberto Almeida Directeur Régionale

Plus en détail

Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais

Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Bi-disciplinaire Espagnol- Portugais Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org GUIDE

Plus en détail

1/ 12 BE001 3/7/2015 - Numéro BDA: 2015-517588 Formulaire standard 2 - FR Fourniture et maintenance d'une solution sécurisée de mobilité (B.Y.O.D.

1/ 12 BE001 3/7/2015 - Numéro BDA: 2015-517588 Formulaire standard 2 - FR Fourniture et maintenance d'une solution sécurisée de mobilité (B.Y.O.D. 1/ 12 BE001 3/7/2015 - Numéro BDA: 2015-517588 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français AVANT-PROPOS Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français dans le cadre d une recherche avancée.

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011

7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011 7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011 Le développement cohérent des terminologies néolatines Denis Godbout Office québécois de la langue

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL DE COOPERATION TERRITORIALE ESPACE SUD-OUEST EUROPÉEN ACCORD D OCTROI DE L AIDE FEDER. Entre: Le Gouvernement de Cantabrie

PROGRAMME OPERATIONNEL DE COOPERATION TERRITORIALE ESPACE SUD-OUEST EUROPÉEN ACCORD D OCTROI DE L AIDE FEDER. Entre: Le Gouvernement de Cantabrie PROGRAMME OPERATIONNEL DE COOPERATION TERRITORIALE ESPACE SUD-OUEST EUROPÉEN ACCORD D OCTROI DE L AIDE FEDER Entre: Le Gouvernement de Cantabrie Et Projet ,

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Parmi les nombreuses expériences qui transforment

Parmi les nombreuses expériences qui transforment DES ÉTUDES À L ÉTRANGER Parmi les nombreuses expériences qui transforment votre curriculum vitae de petit franchouillard en celui de véritable citoyen du monde, le passage par un séjour d études est une

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales

Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales 1. Les articles devront être inédits et rédigés en français, en portugais ou en anglais. 2. Le titre, le résumé et les mots-clés

Plus en détail

Rue des Marronniers 4 bte4 Localité/Ville: Perwez Code postal: 1360. Fax:

Rue des Marronniers 4 bte4 Localité/Ville: Perwez Code postal: 1360. Fax: 1/ 14 BE001 24/6/2015 - Numéro BDA: 2015-516411 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009)

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) Les concours peuvent être considérés comme des compétitions mettant en concurrence des candidats issus de tout le territoire national. On peut les

Plus en détail

1 Introduction. El español en Argentina

1 Introduction. El español en Argentina 1 Introduction El español en Argentina L espagnol est aujourd hui la troisième langue la plus parlée dans le monde après l anglais et le mandarin, mais il est bien connu que la langue espagnole, aussi

Plus en détail

1/ 14 BE001 4/9/2015 - Numéro BDA: 2015-523053 Formulaire standard 2 - FR Acquisition et mise en place d une solution de Business Intelligence

1/ 14 BE001 4/9/2015 - Numéro BDA: 2015-523053 Formulaire standard 2 - FR Acquisition et mise en place d une solution de Business Intelligence 1/ 14 BE001 4/9/2015 - Numéro BDA: 2015-523053 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Le travail phonétique en classe de FLE: à quel moment? Comment? Pourquoi?

Le travail phonétique en classe de FLE: à quel moment? Comment? Pourquoi? Le travail phonétique en classe de FLE: à quel moment? Comment? Pourquoi? Les métiers du FLE Accueil et scolarisation des primo-arrivants. Université de Mons, 12 décembre 2013 Marina Gioiella marina.gioiella@umons.ac.be

Plus en détail

Institut Bruxellois pour la Gestion de l'environnement. Localité/Ville: Bruxelles (Woluwe-Saint-Lambert) Code postal: 1200

Institut Bruxellois pour la Gestion de l'environnement. Localité/Ville: Bruxelles (Woluwe-Saint-Lambert) Code postal: 1200 1/ 14 BE001 28/5/2014 - Numéro BDA: 2014-511987 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Fax: Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

Fax: Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 17 BE001 2/9/2015 - Numéro BDA: 2015-522760 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

joanne.boulanger@gial.be Fax: +32 22295454 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

joanne.boulanger@gial.be Fax: +32 22295454 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 14 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200 e.proc@publicprocurement.be www.publicprocurement.be

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie. Localité/Ville: Bruxelles Code postal: 1210. achat.aankoop@economie.fgov.be Fax: +32 22775108

SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie. Localité/Ville: Bruxelles Code postal: 1210. achat.aankoop@economie.fgov.be Fax: +32 22775108 1/ 13 BE001 09/07/2015 - Numéro BDA: 2015-518102 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

b.herson@province.luxembourg.be Fax: +32 63212799 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

b.herson@province.luxembourg.be Fax: +32 63212799 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 12 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200 e.proc@publicprocurement.be www.publicprocurement.be

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Smals-BB-001-010-2015@Smals.be. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

Smals-BB-001-010-2015@Smals.be. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 16 BE001 31/03/2015 - Numéro BDA: 2015-508060 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail