Ralima KOUCHA. La Nuit sauvage, Si Diable veut L Arbre à dires Comme un bruit d abeilles Simorgh. Madame Beïda CHIKHI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ralima KOUCHA. La Nuit sauvage, Si Diable veut L Arbre à dires Comme un bruit d abeilles Simorgh. Madame Beïda CHIKHI"

Transcription

1 Université Paris IV Sorbonne ECOLE DOCTORALE III LITTERATURE FRANCAISE ET COMPAREE CENTRE INTERNATIONAL D ETUDES FRANCOPHONES THESE DE DOCTORAT Présentée et publiquement soutenue par Ralima KOUCHA LES DERNIERES OEUVRES DE MOHAMMED DIB UN USAGE HISTORIEN DES GENRES LITTERAIRES La Nuit sauvage, Si Diable veut L Arbre à dires Comme un bruit d abeilles Simorgh Directeur de thèse Madame Beïda CHIKHI 2007

2 Position de thèse Ecrivain algérien de langue française de la toute première heure, Mohammed Dib a toujours été attentif aux remous de l Histoire. Impliqué dans la guerre d indépendance de l Algérie, il prend ses responsabilités vis-à-vis du drame colonial dans ses premiers écrits romanesques : La Grande maison (1952), L Incendie (1954) et Le Métier à tisser (1957). Aux romans cités s ajoutent les recueils de nouvelles : Au Café (1956) et Le Talisman (1964) et un premier recueil de poèmes : Ombre Gardienne (1961). Ces œuvres semblent s écrire dans le respect des genres établis au 19 e siècle : discours romanesque réaliste, cohérent et lisible ou poésie dans la plus pure tradition symboliste. Il s inscrit alors dans le contexte de toute la littérature algérienne des années cinquante, une littérature de témoignage et de dénonciation de la colonisation française. Ecrire, c était incarner la prise de conscience et un engagement contre toutes formes d injustices. Par la suite, Mohammed Dib s ouvre à d autres genres : il publie quatre contes, Baba Fekrane (1959), L Histoire du chat qui boude (1974), L Hippopotame qui se trouvait vilain (1996) et Salem et le sorcier (2000) ; une pièce de théâtre, Mille hourras pour une gueuse (1980) ; un ouvrage de photographies sur la ville de Tlemcen, prises et commentées par l auteur lui-même, Tlemcen ou les lieux de l écriture (1994) ; et plus tardivement un essai, L Arbres à dires (1998) dont la forme hybride alterne le document, le récit de voyage, l album-souvenirs, la fiction, et la réflexion sur la religion, l histoire, l art, la littérature. Côté roman, et à la suite des premiers romans dits «réalistes», Mohammed Dib se dirige vers le roman fantastique et symbolique, Qui se souvient de la mer (1962) et Cours sur la rive sauvage (1964). La critique spécialisée a constaté que c est le genre romanesque qui, chez lui, a subi les plus grandes métamorphoses. Ces métamorphoses sont motivées par le regard porté sur une Histoire souvent tragique, qui module les fictions et leurs narrations. Le troisième et dernier recueil de nouvelles, La Nuit sauvage (1995), exprime fortement les émotions et les positions de l auteur qui assiste, impuissant, à une nouvelle tragédie : la guerre civile en Algérie des années quatre-vingt-dix. Dans la postface, il réaffirme le devoir de l écrivain algérien de s engager de nouveau dans les nouvelles luttes de son pays : l obscurantisme et l intégrisme. Il s interroge donc sur l écriture de l Histoire et sa représentation dans l œuvre littéraire. Il déclare que cette dernière ne doit présenter ni «solution de continuité», ni

3 rechercher une quelconque explication dans la succession chronologique des événements : aucune histoire officielle, racontée comme une continuité, n a pu jusque-là prévoir les retours, souvent inopinés, de la violence historique. Par conséquent, l écrivain doit se donner le pouvoir de dévoiler ce que l Histoire officielle ne peut, ne sait ou ne veut pas dire : les contraintes des genres empêchent l expression des langages inspirés à l écrivain par les événements. Leur éclatement apparaît alors comme un moyen de briser une continuité artificiellement constituée, qui masque ce que nous cherchons à comprendre. Pour mettre à profit cette démarche, Mohammed Dib brise le cadre narratif et écartèle la structure formelle du roman Comme un bruit d abeilles (2001), et dans Si Diable veut (1998), il déguise le roman avec les attributs du conte. Comment progressivement le projet d une autre littérature amène-t-il Mohammed Dib à s interroger sur le pourquoi et le comment d un nouvel imaginaire? La question historique apporte un premier élément de réponse et l exploitation des différents genres littéraires constitue le second. En fait, les deux sont liés. Manifestement, l éclatement de la forme textuelle et la retranscription de la complexité de l Histoire dans une œuvre fictionnelle signifient indubitablement qu il est désormais primordial de repenser les genres. Trois pistes de réflexion s ouvrent à nous. Dans un premier temps, une poétique de l œuvre définie comme objet sémiotique, complexe, permet d expliquer l identité multiple du genre littéraire tel que le conçoit Mohammed Dib. Autrement dit, le texte de Dib n appartient pas seulement au genre annoncé en couverture, mais peut être composé d une multiplicité générique, et le texte peut renfermer plusieurs marqueurs et déterminations génériques. Le passage du genre labellisé «roman réaliste» de ses premières oeuvres au genre déclaré «complexe» des dernières se double d un questionnement historien. Désormais, la retranscription de la situation chaotique du monde s exprime à travers une forme tout aussi chaotique. Aussi les derniers écrits de l auteur sont-ils jugés difficiles et déconcertants. Par ailleurs, dans l espace que notre auteur nous autorisait à reconnaître comme réservé au récit poétique, le genre lyrique nous fait passer d une attitude normative à une liberté autofictionnelle, et le genre narratif se voit quant à lui confronté aux relations transtextuelles. Pour le dire autrement, Mohammed Dib passe d une poésie de la prescription mimétique du 19 e siècle français enseigné à l école à un roman créatif, autofictionnel : L.A. Trip. Ce texte d un genre nouveau présente une forme amphibologique car il peut se lire comme un roman ou comme une autobiographie. Du reste, l autofiction figure la marque même de la

4 déconstruction et procède au renversement des oppositions traditionnelles des écritures personnelles et intimes. Dans L.A. Trip, Mohammed Dib, le poète, se réapproprie l espace poétique perdu par le poète contemporain. Il lui rappelle qu il ne doit pas se laisser submerger par des images qui ne reflètent qu une pâle copie de la fulgurance de l image poétique. En fictionnalisant le réel, Mohammed Dib ouvre le champ et libère la poésie de ses pesanteurs. Dans le même temps, le niveau narratif bénéficie d une intertextualité remarquable. Alors que la continuité caractérise les rapports relationnels entre les romans des années cinquante et les recueils de nouvelles de la même période dans lesquels certaines nouvelles complètent et développent des propos déjà soulignés dans les romans, l intertextualité permet des évolutions autrement plus intéressantes que la simple filiation. Désormais, la répétition d un texte après une période de plusieurs décennies permet non seulement de réactualiser un texte antérieur mais aussi d y apporter un nouveau message. La nouvelle «La Nuit sauvage» parue en 1963 revient en 1998 avec des modifications réactualisant le message initial. Dans un deuxième temps, les bouleversements imposés aux genres permettent non seulement de prendre acte de l évolution formelle de l œuvre mais également d observer le rôle fondamental de l Histoire dans cette évolution. Si l exploration de l essai intervient tardivement chez l auteur, elle n en aboutit pas moins à une pratique tout à fait originale. Son seul essai déclaré, L Arbre à dires, en présentant une forme hybride, commence d abord par décliner l identité de l écrivain francophone algérien aux prises avec son histoire, voire ses histoires. Cet essai, que l on peut lire comme un exutoire à sa colère est aussi une manière de recentrer le propos générique autour de «la personnalité littéraire de l écrivain algérien» quelle que soit sa langue d écriture. Ensuite, les identifications génériques de ses deux derniers «romans» se révèlent particulièrement intéressantes car Si Diable veut exhibe des marques génériques tantôt du roman, tantôt du conte, Comme un bruit d abeilles opte plutôt pour des expressions multiples dont les principales sont le récit, la nouvelle et la tragédie. Ces deux dernières œuvres semblent résumer à elles seules toutes les positions littéraires en Algérie : l imitation, l émancipation, la création. Pourtant, le roman, dont on a dit qu il était le genre importé par la colonisation, est le genre qui a le mieux porté les expressions chaotiques de l Histoire algérienne. Dans sa forme algérienne, le roman a représenté toutes les voix, y compris celle du peuple jusque-là quasi absente dans la littérature française. Le roman s est développé en même temps que le projet démocratique de la société, et il absorbe et restitue dans ses mouvements les plus affirmés les secousses de l Histoire.

5 Le roman formule de manière progressive les chocs du 20 e siècle : deux guerres mondiales et toutes les guerres de décolonisation du continent africain. Comme un bruit d abeilles exprime cette capacité du roman, revisité par un écrivain algérien du 20 e siècle, à dire la malléabilité d un genre et sa disponibilité à l acte pulvérisateur d un écrivain malade de son histoire : pulvérisation du temps, de l espace, des personnages et du sujet de l énonciation, qui tente malgré tout de se faire entendre Dans un troisième temps, il importe d observer que la pulvérisation traduit le désir d une littérature autre, à travers un imaginaire autre. Celle-ci a un rôle fondamental pour les individus car elle les secoue et les rassemble dans le même temps. Les enjeux sont capitaux, particulièrement lorsque deux imaginaires s opposent dans un seul et même miroir : le territoire. Celui des colonisés a su s opposer et résister à l imaginaire colonial. A ses débuts, Mohammed Dib a proposé une utopie comme alternative à la réalité morose de la période coloniale et post-coloniale. Par la suite, il s est solidarisé avec la quête mémorielle collective et la restitution d une instance subjective. Il se révèle alors essentiellement tourné vers le souvenir et la réparation. Néanmoins, derrière l éclatement affiché, le texte s avère extrêmement élaboré et rigoureux. Si l on se concentre sur les modalités de déstructuration du texte, et si l on suit la filière engagée jusqu au dénouement par l incipit et le paratexte, il apparaît que la formation de ce nouvel imaginaire passe par une application partielle des règles fondamentales déjà élaborées par Aristote et interprétées par Averroès. En effet, Mohammed Dib dénonce les limites du récit linéaire qui emprisonne l écrivain dans la continuité. Lorsqu il relate l Histoire dans ses écrits, il s attache à montrer ce qui est caché. Retranscrire toute la richesse et la complexité de l Histoire induit donc l emploi d une forme plus adaptée, permettant nuance et complexité. Une étude comparative de Simorgh (2003) avec l œuvre récente d Edouard Glissant, La Cohée du Lamentin (2005), permet de constater les correspondances qui existent entre deux oeuvres différentes. Ces deux grands auteurs se sont penchés respectivement dans leurs écrits sur l histoire de leur propre pays. Mohammed Dib sur la colonisation française et Edouard Glissant sur l esclavage. Tous deux constatent les conséquences présentes des tragédies historiques. Dès lors, les deux auteurs ont créé des œuvres qui se répondent au vingt et unième siècle car au bout de leur réflexion a germé un projet similaire: créer un nouvel imaginaire pour dépasser les souffrances engendrées par la tragédie. Edouard Glissant a mis en place un nouvel épique qui s enracine dans la créolisation. Mohammed Dib fait aboutir un

6 patient et vaste projet qui se concrétise véritablement dans Simorgh, son dernier ouvrage. Simorgh traduit un imaginaire enrichi par la connaissance de deux cultures littéraires majeures. Il s est donc non seulement construit sur ces deux héritages, mais il brille aussi par l originalité de sa structure, inédite, et par la diversité des sujets abordés : le clonage, la mondialisation, l intolérance, le capitalisme. A ces thèmes s ajoutent d autres thèmes plus communs : le langage et son pouvoir, l exil, la mémoire, l Histoire, l amour, la femme, la mort, le partage, l héritage, la transmission, l altérité. Manifestement Mohammed Dib a eu la volonté de dépasser le clivage de l appartenance de l écrivain à une littérature dite «nationale». Son projet apparaît clairement : donner vie à des imaginaires «désexotisés» dans lesquels la lumière serait projetée sur tout ce qui peut rapprocher les individus sans risquer de les faire basculer dans l horrible «entre-monde».

7 TITRE ET RESUME en français Les dernières œuvres de Mohammed Dib : un usage historien des genres littéraires. La Nuit sauvage, L Arbre à dires, Si Diable veut, Comme un bruit d abeilles et Simorgh. Poète, romancier, nouvelliste, conteur, dramaturge et plus tardivement essayiste, Mohammed Dib ( ), l un des écrivains francophones algériens de la toute première heure, est l auteur d une œuvre abondante dans laquelle il fait subir aux genres littéraires des transformations significatives. Les textes publiés entre 1995 et 2003 révèlent une nouvelle pratique de l essai qui mêle étroitement document, poésie, réflexion et fiction. Cet emmêlement affecte également ce qui s annonce au commencement comme un roman, rendant aléatoire l identification générique. Ces transformations imposées aux genres, qui vont parfois jusqu à la contorsion, manifestent une volonté d inscrire la discontinuité dans l œuvre littéraire. En déstabilisant le genre, Mohammed Dib nous initie à un nouvel imaginaire qui correspond à une autre vision de l Histoire. En brisant les codes de la représentation générique, il conteste les «solutions de continuité logique» qui prétendraient expliquer les événements contemporains : le récit, par exemple, ne suffit plus à contenir la diversité des langages créés par l auteur. C est pourquoi dans ses derniers écrits, il abolit complètement la «continuité» pour mettre en lumière les non-dits. Son dernier ouvrage Simorgh publié en 2003 porte un tel projet. Il incarne un nouveau genre capable de dire la diversité des visions et au-delà de réunir tout en les critiquant les deux traditions littéraires auxquelles il appartient : l occidentale et l arabe. C est ainsi que les discours narratif, poétique et politique se disputent l espace textuel et entraînent de manière ostentatoire l éclatement de la forme. Ce dernier ouvrage symbolise au final la nécessité d exprimer une complexité qui excède toute frontière pour que l histoire portée par la littérature soit à la hauteur de la réalité qu elle est censée rapporter. TITRE ET RESUME en anglais The final works of Mohammed Dib : a historical treatment of literary genres. La Nuit sauvage [tr. The Savage Night], L Arbre à dires, Si Diable veut, Comme un bruit d abeilles and Simorgh. Mohammed Dib ( ), a poet, novelist, short-story writer, playwright, and later essayist, was one of the earliest French-speaking Algerian writers. He is the author of a large collection of works, showing significant transformations to the literary genres. The texts published between 1995 and 2003 reveal a new practice of essay-writing, which carefully blends information, poetry, reflection and fiction. This intermingling likewise affects works which appear at the start to be novels, thus rendering the identification of genre problematic. The transformations Mohammed Dib imposes on the genres, occasionally distorting them completely, are evidence of a desire to include an element of discontinuity in his literary works. By breaking out of the mould, Dib initiates us into a new imaginative world, which corresponds to another vision of History. By resisting the codes of genre representation, he opposes solutions of logical continuity, designed to explain contemporary events. The linear narrative, for example, is no longer sufficient to contain the diversity of voices created by the author. Thus, in his final writings he abandons completely the notion of continuity to bring to light all that has been left unsaid. His last work, Simorgh, published in 2003, demonstrates such a project. It embodies a new genre, capable of demonstrating the diversity of perspectives, and beyond that, of combining them. At the same time Dib explores the two literary traditions to which he belonged: Western and Arabic. In this way, the narrative, poetic and political voices compete for space in a text, leading to an ostentatious break with the fixed form. This last work finally symbolises the need to show a complexity, which knows no boundaries, such that the history dealt with in literature measures up to the reality which it is supposed to convey. MOTS-CLES : genres littéraires, éclatement, transformation, déconstruction, fragmentation, discontinuité, Histoire, imaginaire, écriture mytho-poétique, nouvel épique. LABORATOIRE DE RECHERCHE Centre international d Etudes Francophones Université PARIS IV-SORBONNE 1, rue Victor Cousin PARIS Cedex 05

8

Ralima KOUCHA. La Nuit sauvage, Si Diable veut L Arbre à dires Comme un bruit d abeilles. Madame Beïda CHIKHI

Ralima KOUCHA. La Nuit sauvage, Si Diable veut L Arbre à dires Comme un bruit d abeilles. Madame Beïda CHIKHI ECOLE DOCTORALE III LITTERATURE FRANCAISE ET COMPAREE CENTRE INTERNATIONAL D ETUDES FRANCOPHONES THESE DE DOCTORAT Présentée et publiquement soutenue par Ralima KOUCHA LES DERNIERES OEUVRES DE MOHAMMED

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs :

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Comment construire la compréhension et quels dispositifs pour l entrée en lecture? Comment s approprier les textes? Constats

Plus en détail

l écriture biographique, un genre protéiforme

l écriture biographique, un genre protéiforme l autobiographie, l autofiction et les écritures de soi l écriture biographique, un genre protéiforme Selon qui vous êtes, pour qui et pourquoi vous voulez écrire, on peut parier sur ce que sera votre

Plus en détail

Le Théâtre. Ecriture, mise en scène et représentation Plusieurs ateliers sont à proposer :

Le Théâtre. Ecriture, mise en scène et représentation Plusieurs ateliers sont à proposer : Le Théâtre Cette exposition a été achetée chez «Comme vous voulez». Le théâtre, lieu d émotion et de partage, est ici présenté à travers le temps et aussi à travers le monde. Du théâtre antique aux comédies

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Pistes d animation suggérées

Pistes d animation suggérées Grande compétence : Rechercher et utiliser de l information A2 : Interpréter des documents A1 : Lire des textes continus Grande compétence : Communiquer des idées et de l information B1 : Interagir avec

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE RELATIONS ET APPARTENANCE Aperçu de l année L élève de la première année explorera les liens et les relations qui existent au sein des groupes et des communautés.

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014

Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014 Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les membres

Plus en détail

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES STAGES PHOTO DES RENCONTRES D ARLES LES STAGES DE DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES des Rencontres d Arles proposent aux photographes amateurs comme aux simples

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Communication Visuelle

Communication Visuelle Communication Visuelle L image de marque : la cerner, la créer. Public : Chefs d entreprises, Franchises, Entrepreneurs indépendants, Etudiants en Marketing ou Communication, Directeurs Marketing, Directeurs

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position Programmes de Français Baccalauréat Professionnel Classe de 2 nde Sujet Interrogations Contenus et mise en œuvre Construction de l information Les médias disent-ils la vérité? Comment s assurer du bien

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

NOSTALGIE DE LA LUMIERE Patricio Guzman

NOSTALGIE DE LA LUMIERE Patricio Guzman NOSTALGIE DE LA LUMIERE Patricio Guzman TREINTA ANOS Nicolas Lasnibat France/ Chili 2006 fiction 21 Public : Pour les plus grands Trente ans sont passés depuis le coup d état de Pinochet au Chili. Jorge

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE. POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES. Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu

NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE. POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES. Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu NOUVELLE APPROCHE PEDAGOGIQUE ET LUDIQUE POUR ENFANTS (6-11 ans) EN DIFFICULTES (Troubles du comportement, handicaps, échecs scolaires ) Auteures du programme, Sandrine Lefebvre et Catherine Mathieu 1

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

LA LITTÉRATURE À L ÉCOLE MATERNELLE

LA LITTÉRATURE À L ÉCOLE MATERNELLE LA LITTÉRATURE À L ÉCOLE MATERNELLE «CE NE SONT PAS LES LIVRES QUI SONT IMPORTANTS MAIS CE QUE L ON FAIT AVEC EUX, CE QU ILS PERMETTENT DE RESSENTIR, DE COMPRENDRE, DE TRANSFORMER, DE QUESTIONNER» AFL

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant Niveau et discipline : première année du deuxième cycle du secondaire en histoire et éducation à la citoyenneté Intention éducative : vivre

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités

FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse. Généralités FICHE DE TRAVAIL : méthodologie de la synthèse Généralités La synthèse s apparente au résumé dans la mesure où se sont tout deux des exercices qui refusent toute subjectivité. Toutefois la synthèse contrairement

Plus en détail

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 La production d écrits Programmation Cycle 3 École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 Production d'écrits Programmation Cycle 3 1 Conférence pédagogique / Stage École Trois Fontaines Dambenois,

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

ECOLE DOCTORALE III Littérature française et comparée CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES FRANCOPHONES

ECOLE DOCTORALE III Littérature française et comparée CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES FRANCOPHONES ECOLE DOCTORALE III Littérature française et comparée CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES FRANCOPHONES Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE (PARIS IV) Discipline : Littérature

Plus en détail

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux Notre programme d interventions Contexte Depuis plusieurs années, les questions de santé au travail occupent une place croissante,

Plus en détail

J entends le bruit du monde. résidence de Marie-Célie Agnant

J entends le bruit du monde. résidence de Marie-Célie Agnant J entends le bruit du monde. résidence de Marie-Célie Agnant Présentation de l auteure Marie-Célie Agnant est née en Haïti, à Port-au-Prince, mais vit au Québec depuis plus de 40 ans. Elle y a enseigné

Plus en détail

Section 3- Formation de base diversifiée

Section 3- Formation de base diversifiée Section 3- Formation de base diversifiée La FBD de A à Z La FBD, de multiples avantages Légende des couleurs pour les tableaux des programmes Domaine des langues Domaine de la mathématique, de la science

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Lire des œuvres littéraires

Lire des œuvres littéraires Lire des œuvres littéraires Une culture littéraire se constitue par la fréquentation régulière des œuvres Une culture littéraire Elle s'est constituée comme un univers où les thèmes, les personnages, les

Plus en détail

Table des matières. Abréviations et explications de mots... 11. Remerciements... 13

Table des matières. Abréviations et explications de mots... 11. Remerciements... 13 Table des matières Abréviations et explications de mots... 11 Remerciements... 13 Avant-propos...15 INTRODUCTION. Enjeux théoriques... 21 I. Qu est-ce que l énonciation?... 21 II. Énonciation et poésie...

Plus en détail

Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS)

Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS) Rentrons à la maison petit ours Waddel Martin, Firth Barbara Pastel, paru en 2000 (PS, MS) Auteurs du dossier Suzy MALZIEU Annie DIBERT réalisé le 01/1992 Table des matières Remarques préliminaires Page

Plus en détail

BEAU LIVRE. Deux voyageurs partis à la recherche du Vietnam d autrefois ont rencontré en chemin celui d aujourd hui

BEAU LIVRE. Deux voyageurs partis à la recherche du Vietnam d autrefois ont rencontré en chemin celui d aujourd hui DOSSIER DE PRESSE BEAU LIVRE Deux voyageurs partis à la recherche du Vietnam d autrefois ont rencontré en chemin celui d aujourd hui Présentation de l ouvrage «Lieux et visages. Tradition et XXI e siècle,

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

À PROPOS DU SITE SÉSAMATH LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE

À PROPOS DU SITE SÉSAMATH LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE 189 À PROPOS DU SITE «SÉSAMATH» LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE On a souvent dit, du professeur, qu il était seul, seul face à ses élèves. Et comment nier cette évidence : en dernier recours,

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

de grands classiques pour une note parfaite

de grands classiques pour une note parfaite F i c h e p é d a g o g i q u e de grands classiques La collection 10/10, qui compte maintenant plus de soixante titres, offre des rééditions en format de poche de classiques d auteurs établis, de romans

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE. Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire.

ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE. Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire. ACTIVITÉS AUTOUR DU LIVRE L'HISTOIRE D'UNE IMAGE Montrer à l enfant une image et lui demander de raconter l histoire. Matériel : photocopie d un page d album ou d'un livre (ne pas mettre de texte avec

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer Compte rendu Ouvrage recensé : Entreprises collectives. Les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l économie sociale, Louis Favreau (2008), Québec, Presses de l Université du Québec,

Plus en détail

CARLOS SPOTTORNO CHINA WESTERN 06.12.13-02.02.14 DOSSIER DE PRESSE DANS LE CADRE DU FESTIVAL STRASBOURG-MÉDITERRANÉE

CARLOS SPOTTORNO CHINA WESTERN 06.12.13-02.02.14 DOSSIER DE PRESSE DANS LE CADRE DU FESTIVAL STRASBOURG-MÉDITERRANÉE CARLOS SPOTTORNO CHINA WESTERN 06.12.13-02.02.14 DOSSIER DE PRESSE CARLOS SPOTTORNO, SANS TITRE, CHINA WESTERN, 2008 - IMAGE RECADRÉE DANS LE CADRE DU FESTIVAL STRASBOURG-MÉDITERRANÉE CARLOS SPOTTORNO

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Romain Di Vora Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 13/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Le magasin des suicides

Plus en détail

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Animation du livre Fiche 2.1 Compréhension de texte Fiche 2.1 CORRIGÉ Fiche 2.2 Fiche «Éthique et culture religieuse»

Plus en détail

Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours

Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours Les savoirs écologiques paysans : connaissance, recueil et valorisation Du 22 au 26 mars 2010 Maya Leclercq Doctorante en ethnologie MNHN

Plus en détail

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez

PROPOSE Un séminaire. de réflexion sur le thème. Jeudi 8 novembre de 9h à 13h à rodez LA mission départementale de la culture DE l AVEYRON en partenariat avec l OBSERVATOIRE DES POLITIQUES CULTURELLES PROPOSE Un séminaire de réflexion sur le thème LA PARTICIPATION À LA VIE ARTISTIQUE ET

Plus en détail

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS Objectifs spécifiques... 2 1- Les fonctions économiques... 2 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises... 2 1.2-L innovation, une récente

Plus en détail

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique?

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique? Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir Enoncé : d une même problématique? Une histoire de boîtes (cinquième) On dispose d une feuille

Plus en détail

Raconter dans l espace public

Raconter dans l espace public Raconter dans l espace public STAGE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER PÉDAGOGIQUE Durée du stage I 5 jours (35 heures) Lieu I La Compagnie, lieu de création - quartier Belsune à Marseille Période I

Plus en détail

APPEL A CONSULTATIONS

APPEL A CONSULTATIONS APPEL A CONSULTATIONS DESCRIPTION DES FONCTIONS L UNESCO projette d élaborer un manuel pédagogique de référence pour la formation à la citoyenneté à destination des jeunes de 16 à 25 ans dans le cadre

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Échange et partenariats : parties intégrantes de la mission éducative du secondaire II

Échange et partenariats : parties intégrantes de la mission éducative du secondaire II Institut des sciences de l éducation Échange et partenariats : parties intégrantes de la mission éducative du secondaire II Exposé pour la Journée thématique sur l échange et la mobilité au secondaire

Plus en détail

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique Initiation bande dessinée La semaine du 21 au 25 avril 2014 De 9h30 à 16h30 Module Scénario BD du 7 et 8 décembre 2013 du 11 et 12 janvier 2013 Tous les mardis du 21 janvier au 8 avril 2014 Module Dessin

Plus en détail