Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril"

Transcription

1 La thrombo-embolie veineuse dévoilée Pierre Baril M me Élisa T., 53 ans, se présente au service d urgence ambulatoire en raison d une douleur thoracique droite associée à de la dyspnée dont elle souffre depuis trois jours.elle a déjà eu un cancer du sein,traité il y a 10 ans,de même qu une maladie de Crohn stabilisée à l aide de médicaments.l examen physique est peu révélateur, sauf pour une fréquence cardiaque de 96 battements par minute. La radiographie pulmonaire est par ailleurs normale.m me T.court-elle vraiment un risque d embolie pulmonaire? 2 Encadré Terminologie EP Embolie pulmonaire Sensibilité Mesure de la capacité d un test à donner un résultat positif lorsque la maladie est présente Spécificité Mesure de la capacité d un test à donner un résultat négatif lorsque la maladie n est pas présente Valeur prédictive négative (VPN) Probabilité que la maladie ne soit pas présente lorsque le test est négatif Valeur prédictive positive (VPP) Probabilité que la maladie soit présente lorsque le test est positif EMBOLIE PULMONAIRE est la troisième cause de mortalité d origine cardiovasculaire en Amérique du L Nord 1. Elle constitue donc un grave problème de santé publique, de même qu un grand défi diagnostique pour les médecins. Les signes cliniques de l embolie pulmonaire sont polymorphes, associés de diverses façons et variables tandis qu aucun n est vraiment propre à la maladie. Les symptômes peuvent également être masqués par les signes caractéristiques de maladies préexistantes. Les facteurs de risque d embolie pulmonaire les plus fréquents sont décrits au tableau I ci-contre. L embolie pulmonaire sera souvent soupçonnée devant un tableau clinique évocateur chez un patient Le D r Pierre Baril, spécialiste en médecine d urgence, exerce à l Hôpital de l Enfant-Jésus, à Québec. Tableau I Facteurs de risque d embolie pulmonaire les plus fréquents Facteurs de risque acquis O Opération dans les trois derniers mois O Traumatisme O Cancer O Mobilité réduite L AVC L Hospitalisation L Alitement L Plâtre (membre inférieur) O Cathéter central ou stimulateur cardiaque O Thrombose veineuse superficielle O Varices O Obésité O Obstétrique L Grossesse L Accouchement L Césarienne L Période postpartum O Voyages prolongés en position assise O Antécédents de maladie thrombo-embolique veineuse O Médicaments L Contraception orale L Hormonothérapie substitutive L Chimiothérapie O Insuffisance cardiaque congestive O Maladie intestinale inflammatoire O Syndrome des anticorps antiphospholipides Facteurs de risque constitutionnels O Thrombophilies L Déficit en antithrombine L Facteur V Leiden L Déficit en protéine C L Mutation du gène L Déficit en protéine S de la prothrombine présentant un ou plusieurs facteurs de risque de la maladie. On sait, toutefois, que plusieurs examens Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

2 36 paracliniques tels que la gazométrie artérielle, la radiographie pulmonaire et l électrocardiographie (ECG) sont d une utilité restreinte pour établir un diagnostic d embolie pulmonaire (figure 1). Heureusement, au cours des dernières années, l apparition de l analyse décisionnelle a permis d élaborer de nouvelles stratégies diagnostiques non effractives. En effet, l estimation de la probabilité clinique à l aide de modèles standardisés, tels que le dosage des D-dimères, l échographie des membres inférieurs, la scintigraphie pulmonaire ou la tomodensitométrie hélicoïdale, s est intégrée à la démarche diagnostique et a ainsi permis de réduire considérablement la proportion de patients devant subir une angiographie pulmonaire 2. Pourquoi et comment estimer la probabilité clinique prétest? La détermination de la probabilité clinique est l étape initiale indispensable à la démarche diagnostique chez les patients chez qui on soupçonne une embolie pulmonaire. Selon les caractéristiques cliniques propres au patient, elle permet d estimer l éventualité que la maladie soit présente avant même la réalisation de tests. À l aide de cette méthode, il est possible d isoler les groupes de patients à prévalence faible chez qui la stratégie diagnostique peut alors être simplifiée et le diagnostic éliminé, même au moyen d examens d une sensibilité relative, tandis qu il serait utile de poursuivre l évaluation en présence d une forte probabilité clinique, et donc, d une 1. Le caillot se forme dans une veine d où il est délogé, puis il migre vers le cœur. Figure 1. Formation d une embolie pulmonaire 2. L embole se déplace dans le cœur, puis vient se figer dans une branche de l artère pulmonaire. Tableau II Scores de prédiction clinique pour l embolie pulmonaire Score canadien (Wells) 3 Cancer +1 Hémoptysie +1 Antécédents de MTE +1,5 FC > 100 battements/min +1,5 Opération/immobilisation +1,5 Signes cliniques d une TPP +3 Autre diagnostic moins probable que celui d embolie pulmonaire +3 Probabilité clinique Points EP Faible 2 2% 6% Modérée 2 à 6 17 % 24 % Élevée 6 54 % 78 % MTE : maladie thrombo-embolique ; FC : fréquence cardiaque ; prévalence d embolie pulmonaire élevée. La probabilité clinique d embolie pulmonaire peut être évaluée implicitement par le clinicien ou à l aide de scores de prédiction, avant la réalisation d examens complémentaires. Comme ils sont standardisés, ces scores offrent l avantage de limiter le plus possible le caractère subjectif de l évaluation empirique. L emploi de deux scores de prédiction a été largement validé, et leur utilité a été prouvée. Il s agit du score canadien (score de Wells) 3 et du score de Genève 4 (tableau II). Le score canadien de Wells pour l embolie pulmonaire est d utilisation répandue, bien qu il inclue la notion d un autre diagnostic moins probable que celui de l embolie pulmonaire. Cet élément constitue un puissant facteur prédictif d embolie, mais l estimation de la probabilité d un autre diagnostic ne

3 Score de Genève 4 Gazométrie artérielle Score de Genève révisé 5 Âge O ans +1 O 80 ans +2 Antécédents de MTE +2 Opération récente +3 FC 100 battements/min +1 Radiographie O atélectasie +1 O élévation du diaphragme +1 PaO 2 O O 49 59,9 +3 O 60 71,2 +2 O 71,3 82,4 +1 PaCO 2 O 36 mm Hg +2 O 36 mm Hg 39 mm Hg +1 Âge 65 ans +1 Cancer (évolutif ou guéri 1 an) +2 Antécédents de MTE +3 Opération (sous anesthésie générale) ou fracture d un membre inférieur dans les derniers mois +2 Hémoptysie +2 Douleur unilatérale du mollet +3 Signes cliniques d une TPP +4 FC O battements/min +3 O 95 battements/min +5 Formation continue Probabilité clinique Points EP Faible 0 à 4 8 % 13 % Modérée 5 à 8 34 % 43 % Élevée 9 69 % 90 % Probabilité clinique Points EP Faible % 12 % Modérée % 31 % Élevée % 82 % TPP : thrombophlébite profonde ; EP : embolie pulmonaire peut être standardisée et repose sur l expertise du clinicien qui évalue le patient, limite que l on souhaite justement faire tomber. Le score de Genève, quant à lui, exige le recours à une gazométrie artérielle et à la radiographie pulmonaire, des examens auxquels on ne soumet pas toujours les patients soupçonnés de souffrir d embolie pulmonaire. Plus récemment, s est ajouté le score de Genève révisé 5, un outil simple, entièrement clinique et standardisé, qui repose sur des paramètres faciles à recueillir (tableau II). Le score de Genève révisé a été validé au sein d une cohorte de patients différente de celle qui a servi à son élaboration 5.On doit toutefois souligner que ces modèles ayant été mis au point auprès de patients s étant présentés à l urgence, leur application convient moins aux personnes hospitalisées. Avez-vous une stratégie diagnostique préétablie? L objectif de toute stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire doit viser à limiter l usage de l angiographie pulmonaire, à diminuer le coût de la démarche et, dans la mesure du possible, à réduire l exposition du patient aux rayonnements. Parmi les nombreux algorithmes proposés à cette fin, les figures 2 et 3 présentent ceux qui sont en vigueur dans notre milieu. Par ailleurs, les examens diagnostiques intégrés à ces stratégies illustrent une sensibilité et une spécificité imparfaites. Ils doivent donc être associés La détermination de la probabilité clinique est l étape initiale indispensable à la démarche diagnostique chez les patients chez qui on soupçonne une embolie pulmonaire. L absence d une stratégie diagnostique appropriée accroît le risque d erreurs diagnostiques. Repères Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

4 Figure 2 Arbre décisionnel utilisant la scintigraphie pulmonaire 12 Stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire Probabilité clinique prétest Score de Genève révisé Faible ou modérée Élevé Dosage des D-dimères (ELISA rapide) VQ Diagnostic d embolie pulmonaire exclu Normale ou quasi normale Probabilité élevée Faible, modérée ou non diagnostique PPT élevée PPT faible ou modérée Diagnostic d embolie pulmonaire exclu Embolie pulmonaire Poursuivre l évaluation* PPT : probabilité prétest ; VQ : scintigraphie pulmonaire de perfusion-ventilation * Échographie veineuse des membres inférieurs, angiotdm multibarette, angiographie. L échographie des membres inférieurs peut précéder la scintigraphie. 38 à une évaluation de la probabilité clinique prétest. En outre, l absence d une stratégie diagnostique appropriée accroît le risque d erreurs diagnostiques 6. Peut-on se fier au dosage des D-dimères? La valeur du dosage des D-dimères repose sur la capacité de ce test à exclure une maladie thromboembolique. Comme il ne s agit pas d une épreuve de confirmation, on doit davantage l interpréter en fonction de sa valeur prédictive négative (VPN). Il existe plusieurs techniques de dosage sur le marché. Ainsi, l excellente sensibilité des techniques ELISA rapides (VIDAS, Stratus) ou des tests immunoturbidimétriques présentant des caractéristiques comparables (Liatest) permet généralement d éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire lorsque la probabilité clinique prétest est faible ou modérée. Par ailleurs, la sensibilité moindre de certains tests (SimpliRED) ne permettra d écarter la maladie qu en présence d une faible probabilité clinique prétest. Le dosage des

5 Figure 3 Arbre décisionnel utilisant l angiotdm multibarette 12 Stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire Probabilité clinique prétest Score de Genève révisé Formation continue Faible ou modérée Élevée Dosage des D-dimères (ELISA rapide) AngioTDM AngioTDM * Embolie pulmonaire exclue Embolie pulmonaire Poursuivre l évaluation * Si seul un angiotdm monobarette est disponible, il est recommandé de procéder à une échographie veineuse des membres inférieurs pour confirmer le diagnostic d embolie pulmonaire. Échographie veineuse des membres inférieurs, scintigraphie de perfusion-ventilation, angiographie. L échographie des membres inférieurs peut précéder l angiotdm. D-dimères contribue à exclure l embolie pulmonaire chez environ un tiers des patients évalués au service de l urgence 7. La scintigraphie pulmonaire est-elle plus fiable? Il s agit d un examen simple, rapide et non effractif, dont l interprétation repose sur des critères validés permettant de classer la scintigraphie en trois catégories : normale ou quasi normale, de probabilité élevée ou non diagnostique (de probabilité faible ou modérée). Ainsi, une scintigraphie pulmonaire normale ou quasi normale a une valeur prédictive négative (VPN) de 96 % 8 et permet d exclure la présence d une embolie pulmonaire. Par ailleurs, la valeur prédictive positive (VPP) d une scintigraphie de probabilité élevée associée à une forte probabilité clinique est de 96 % et confirme le diagnostic de la maladie 8. Toutefois, la VPP d une scintigraphie pulmonaire de probabilité élevée jumelée à une probabilité clinique faible ou modérée n est que de 87 %, ce qui n est pas suffisant pour établir le diagnostic Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

6 Photo 1. Ventilation normale Photo 2. Perfusion normale Photo 3. Ventilation dans l embolie pulmonaire (normale) Photo 4. Déficits de perfusion dans l embolie pulmonaire (flèches) 40 sans la réalisation de tests complémentaires 8. Enfin, en présence d une faible probabilité clinique, d une scintigraphie non diagnostique et d une échographie veineuse normale des membres inférieurs, le risque de maladie thrombo-embolique à trois mois est de 1,7 %. Cette dernière stratégie est considérée comme suffisante pour exclure le diagnostic 9. Le principal avantage de la scintigraphie pulmonaire par rapport à l angiotomodensitométrie (ou angiotdm) thoracique hélicoïdale réside dans une intensité d irradiation plus faible, soit de 1 msv à 2 msv, ce qui correspond à de 50 à 100 radiographies pulmonaires alors que l angiotdm émet une irradiation de 5 msv. Malheureusement, de 50 % à 70 % des scintigraphies réalisées sont de probabilité modérée ou faible (non diagnostiques) 8. Ce pour-

7 Formation continue Photo 5. AngioTDM thoracique multibarette chez une patiente souffrant d une embolie pulmonaire massive. Les flèches indiquent la présence de caillots dans les artères pulmonaires proximales. Photo 6. Coupe coronale chez la même patiente. On peut observer de multiples caillots. centage peut toutefois être réduit à 20 % lorsque la scintigraphie est effectuée chez un patient jeune habituellement en bonne santé 10. Personnellement, je privilégie le recours à la scintigraphie pulmonaire dans le cas d un patient peu âgé dont la radiographie pulmonaire est normale ou quasi normale, le but premier étant de réduire l irradiation le plus possible. Quel test choisir : la scintigraphie pulmonaire ou l angiotdm thoracique hélicoïdale? Scintigraphie pulmonaire (photos 1-4) O Technique : Elle vise à examiner la répartition d un traceur radioactif gamma dans la circulation sanguine. La réalisation d une scintigraphie de perfusion comporte l injection de microagrégats d albumine marquée au technétium (Tc99m). L occlusion temporaire d artérioles précapillaires (0,1 % 0,2 %) permet de déceler les anomalies segmentaires ou sous-segmentaires dans les vaisseaux pulmonaires. La scintigraphie de ventilation consiste, quant à elle, à faire inhaler un gaz de xénon ou de krypton au patient. O Résultats : Le diagnostic d embolie pulmonaire repose sur la coexistence d un défaut d irrigation systématisé et d une ventilation normale dans la même région. O Avantage : Lorsqu elle est normale, la scintigraphie permet d écarter le diagnostic d embolie pulmonaire. O Limites : L aspect de probabilité élevée n est pas le plus fréquent ; les aspects moins typiques (probabilité modérée ou faible) nécessitent des examens de confirmation. AngioTDM thoracique multibarette (photos 5 et 6) O Technique : Acquisition rapide hélicoïdale par déplacement de la source et du patient ; une injection d iode est nécessaire. O Résultats : Les images révèlent la présence de caillots dans les troncs proximaux, lobaires ou segmentaires. O Avantage : D exécution rapide, cet examen permet parfois de confirmer le diagnostic d autres affections que l embolie pulmonaire. O Limites : Les caillots périphériques peuvent être peu visibles. Cet examen ne peut à lui seul éliminer la possibilité d une embolie pulmonaire. Une réaction allergique à l iode et la néphrotoxicité sont des complications possibles. Plusieurs études ont tenté d établir l efficacité de l angiotdm dans la présomption d une embolie pulmonaire. Tout comme ceux de la scintigraphie, les résultats de cet examen doivent être interprétés en tenant compte de la probabilité clinique prétest. À elle seule, l angiotdm n est pas dotée d une sensibilité suffisante pour éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire. Selon l étude PIOPED II 11, la valeur prédictive négative atteint respectivement 96 % et 89 % en À elle seule, l angiotdm n est pas dotée d une sensibilité suffisante pour éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire. Repère Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

8 42 présence d une probabilité clinique faible ou modérée associée à une angiotdm normale, alors qu elle n est que de 60 % lorsque la probabilité clinique prétest est élevée 11. Par ailleurs, la valeur prédictive positive est respectivement de 92 % et de 96 % dans les cas de probabilité clinique modérée ou élevée 11 et n affiche que 58 % en présence d une faible probabilité clinique avant le test 11. L intensité du rayonnement émis lors d une angiotdm thoracique est de l ordre de 5 msv (soit l équivalent de 250 radiographies pulmonaires). Par ailleurs, plusieurs auteurs recommandent de toujours effectuer une échographie des membres inférieurs avant de procéder à une scintigraphie ou à une angiotdm, car si le résultat de l échographie se révèle positif, le diagnostic d embolie pulmonaire est alors établi d emblée. Retour sur le cas d Élisa La radiographie pulmonaire de M me Élisa T. s est avérée normale. Compte tenu de la fréquence cardiaque de la patiente, la probabilité clinique prétest estimée au moyen du score de Genève révisé était modérée. Le résultat du dosage des D-dimères était positif. La scintigraphie pulmonaire a, pour sa part, montré une forte probabilité d embolie pulmonaire à la base droite du poumon. Une évaluation complémentaire en cours d hospitalisation a mis en évidence une lésion néoplasique à l œsophage. 9 Date de réception : 4 juillet 2007 Date d acceptation : 16 juillet 2007 Mots clés : embolie pulmonaire, diagnostic, probabilité prétest, algorithme Le D r Pierre Baril n a signalé aucun intérêt conflictuel. Bibliographie Summary Diagnosis of pulmonary embolism. Pulmonary embolism is the third cause of cardiovascular mortality in North America. During the last decade, decisional analysis methods have largely contributed to the diagnosis of pulmonary embolism. The use of pre-test clinical probability scores as well as major advances made in the field of non-invasive diagnostic techniques made it possible to reduce the recourse to invasive examinations. In a very large majority of cases, a diagnostic strategy involving pretest clinical probability in combination with D-dimer assays, lower limb ultrasonography, scintigraphy and CT angiography will allow to refute or confirm the diagnosis of pulmonary embolism. Keywords: pulmonary embolism, diagnosis, pre-test probability, algorithm. 1. Bounameaux H, Perrier A. Diagnosis of pulmonary embolism: in transition. Curr Opin Hematol 2006 ; 13 (5) : Perrier A. Stratégies diagnostiques de l embolie pulmonaire et analyse décisionnelle. Rev Mal Respir 1999 ; 16 (5BIS) : Wells PS, Anderson DR, Rodger M et coll. Derivation of a simple clinical model to categorize patients probability of pulmonary embolism: increasing the models utility with the SimpliRED D-dimer. Thromb Haemost 2000 ; 83 (3) : Wicki J, Perneger TV, Junod AF et coll. Assessing clinical probability of pulmonary embolism in the emergency ward: a simple score. Arch Intern Med 2001 ; 161 (1) : Le Gal G, Righini M, Roy PM et coll. Prediction of pulmonary embolism in the emergency department: the revised Geneva score. Ann Intern Med 2006 ; 144 (3) : Roy PM, Meyer G, Vielle B et coll. Appropriateness of diagnosis management and outcomes of suspected pulmonary embolism. Ann Intern Med 2006 ; 144 (3) : Miron MJ, Perrier A, Bounameaux H et coll. Contribution of noninvasive evaluation to the diagnosis of pulmonary embolism in hospitalized patients. Eur Respir J 1999 ; 13 (6) : The PIOPED investigators. Value of the ventilation/perfusion scan in acute pulmonary embolism. Results of the prospective investigation of pulmonary embolism diagnosis (PIOPED).The PIOPED Investigators. JAMA 1990 ; 263 (20) : Perrier A, Miron MJ, Desmarais S et coll. Using clinical evaluation and lung scan to rule out suspected pulmonary embolism: Is it a valid option in patients with normal results of lower-limb venous compression ultrasonography? Arch Intern Med 2000 ; 160 (4) : Matthews S. Imaging pulmonary embolism in pregnancy: what is the most appropriate imaging protocol? Br J Radiol 2006 ; 79 (941) : Stein PD, Fowler SE, Goodman LR et coll. Multidetector computed tomography for acute pulmonary embolism. N Engl J Med 2006 ; 354 (22) : Concepts and clinical practice. Vascular System, figure 87-3 (chapitre IV). Dans : Marx J, Hockberger R, Walls R, rédacteurs. Textbook Rosen s Emergency Medicine. 6 e éd. Elsevier : Philadelphie ; 2006.

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE Marc Righini Service d Angiologie et d Hémostase, Département de Médecine Interne Générale, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse,

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Trois patients qui vous consultent à votre cabinet ou à l urgence craignent d avoir une thrombophlébite. O M me Lafrance, 52 ans et adepte de la

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire*

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* pratique Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 1204-9 A. Junod Pr Alain Junod Professeur honoraire à la Faculté

Plus en détail

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT Réanimation (2008) 17, 745 752 MISE AU POINT Facteurs prédictifs et éléments diagnostiques de l embolie pulmonaire aux urgences Predictive factors and diagnostic strategies for suspected pulmonary embolism

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Pierre-Marie Roy, Anne-Sophie Bordot, Anis Bichri, Nadia Sivova, Nicolas Delvau, Karine Pattier Service d Accueil et traitement des Urgences, Centre Hospitalier

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT ANNEE 2015 THESE POUR LE DIPLOME DE DOCTEUR EN MEDECINE GENERALE RECENSEMENT ET VALIDITE DES SCORES CLINIQUES DIAGNOSTICS DANS

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec FORMATION CONTINUE 2012-2013 VENDREDI 12 OCTOBRE 2012 SÉANCE FACULTATIVE RÉPÉTÉE Docteur Michel Rouleau Pneumologue CHUQ - Hôtel-Dieu de Québec 293 D r

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE

LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE LA THROMBOPHLÉBITE PROFONDE: LA DÉTECTER ET INTERVENIR DE FAÇON APPROPRIÉE Mariane Brunet, MSc. pht Amélie Gauvin, Msc. pht Mylène Tourigny, Msc. pht Sonia Viau, MSc. pht PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test

Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test CABINET Forum Med Suisse N o 9 28 février 2001 213 Evidence-based Medicine: comment juger une étude sur un test diagnostique? Evidence-based Medicine: How to read an article about a diagnostic test U.

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

La douleur thoracique atypique :

La douleur thoracique atypique : La douleur thoracique atypique : l évaluation est la clé Alain Vadeboncoeur, MD Présenté au 75 e Congrès de l Association des médecins de langue française du Canada, octobre 2003 Comment procéder à l évaluation?

Plus en détail

Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses

Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses Revues Générales Vasculaire Grossesse et embolie pulmonaire : les liaisons dangereuses Résumé : L embolie pulmonaire est une des principales causes de mortalité pendant la grossesse et le postpartum. Le

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

UE Cardio-Vasculaire

UE Cardio-Vasculaire Année Universitaire 2012-2013 Sujet 1 Une patiente de 32 ans est hospitalisée pour une douleur thoracique. Initialement modérée, cette douleur est maintenant violente et inhibe la respiration. La patiente

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous.

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Découvrez les faits sur la maladie artérielle périphérique (MAP). 50 % des gens qui vivent avec la maladie artérielle périphérique n en

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Dyspnée aiguë de la femme enceinte

Dyspnée aiguë de la femme enceinte Dyspnée aiguë de la femme enceinte Olivier Sanchez Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Service de Pneumologie et Soins Intensifs, HEGP, AP-HP, Paris Prise en charge des urgences vitales de

Plus en détail

Thromboembolie veineuse et traitement antithrombotique pendant la grossesse

Thromboembolie veineuse et traitement antithrombotique pendant la grossesse N 308, juin 2014 (remplace n 95, septembre 2000) Thromboembolie veineuse et traitement antithrombotique pendant la grossesse La présente directive clinique a été rédigée par le groupe de travail sur la

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations

Embolie pulmonaire. Les nouvelles recommandations de l ESC. Éléments diagnostiques. Recommandations Embolie pulmonaire Les nouvelles recommandations de l ESC Nicolas Meneveau (Pôle Cœur-Poumon, CHU Jean Minjoz, esançon ; nicolas.meneveau@univ-fcomte.fr) Les nouvelles recommandations de la Société européenne

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence. SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris

Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence. SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris Guide de la juste prescription des biomarqueurs en médecine d urgence Dr P. RAY Dr G. LEFÈVRE SAU CHU Tenon - Paris Service de Biochimie et Hormonologie CHU Tenon - Paris Introduction De nombreuses décisions

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. *

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * 55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * *Swiss Medical Weekly 2001:131:659-662. Des bas de compression peuvent venir en aide COUREZ-VOUS UN RISQUE?

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS SEMINAIRE S.F.M.U. 2001 DOULEURS ABDOMINALES NON TRAUMATIQUES : prise en charge aux Urgences DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS AVIS DU CHIRURGIEN Ph. Jean, P. Nelh, R. Mazellier,

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie UE 28 PHLEBITES EMBOLIES PULMONAIRES L incidence de la maladie thrombo-embolique veineuse profonde (TVP) est de 1 pour 1 000 habitants par an, soit 60 000 cas annuels

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS Données et réflexions r en 2010 Congrès de la SFH Jeudi 24 novembre 2011 Marion SIMONET Pôle Vigilances / Direction Médicale / EFS Siège www.etablissement-francais-du-sang.fr

Plus en détail

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux?

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux? Dossier patient informatisé et sémantique médicale: comment concilier les deux? Dr Frédéric DEBELLE, Dr Sc. Méd. Clinique Louis Caty Baudour Liège Cercle de Wallonie 20 octobre 2011 Introduction Dossier

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Voyages en avion et thrombose

Voyages en avion et thrombose Voyages en avion et thrombose Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Questions Le risque de thrombose est-il augmenté en avion? Si oui, l augmentation est-elle importante? Conséquences?

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Scores et échelles cliniques : où les trouver? N oubliez pas le label : Médimento L'aide-mémoire médical à l adresse : http://www.masef.com/freewares/medimento.htm Sur le site des Médecins Auteurs de Sharewares

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008

Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008 Bulletin d information Volume 11, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Octobre 2008 LA THROMBOPROPHYLAXIE CHEZ LES PATIENTS MÉDICAUX Rédigé par : Josée Martineau, B. Pharm., M. Sc., BCPS et

Plus en détail

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante Etat de la situation en Suisse Formation en pneumologie du 30 avril 2015 Dr Régis Otasevic Importations d amiante (tonnes) Mésothéliomes

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, Scanner Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement de l

Plus en détail

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO

= Peripheral Inserted Central Cathéter. Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO Le PICC Line = Peripheral Inserted Central Cathéter Dr P. CATOGNI DAR CHG La Miséricorde AJACCIO PLAN INTRODUCTION Définition Historique PRINCIPES DE BASE Indications Contre-indications Technique Entretien

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES

FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES FEUILLET DU MATIN ABDOMEN GENITO-URINAIRE CERVICAL & ENDOCRINOLOGIE VASCULAIRE URGENCES 1/8 Module «Abdomen» (2 Sujets: 1 heure) o Quels sont les signes écho-doppler de la cirrhose hépatique et quel est

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal :

Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie. Ville : Province : Code postal : Assurance médicale Choix du voyageur La police est souscrite auprès de Co-operators Compagnie d assurance-vie Proposition d assurance page 1 Bureau d assurance voyage inc. Pour nous joindre 1-844-500-2947

Plus en détail