Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril"

Transcription

1 La thrombo-embolie veineuse dévoilée Pierre Baril M me Élisa T., 53 ans, se présente au service d urgence ambulatoire en raison d une douleur thoracique droite associée à de la dyspnée dont elle souffre depuis trois jours.elle a déjà eu un cancer du sein,traité il y a 10 ans,de même qu une maladie de Crohn stabilisée à l aide de médicaments.l examen physique est peu révélateur, sauf pour une fréquence cardiaque de 96 battements par minute. La radiographie pulmonaire est par ailleurs normale.m me T.court-elle vraiment un risque d embolie pulmonaire? 2 Encadré Terminologie EP Embolie pulmonaire Sensibilité Mesure de la capacité d un test à donner un résultat positif lorsque la maladie est présente Spécificité Mesure de la capacité d un test à donner un résultat négatif lorsque la maladie n est pas présente Valeur prédictive négative (VPN) Probabilité que la maladie ne soit pas présente lorsque le test est négatif Valeur prédictive positive (VPP) Probabilité que la maladie soit présente lorsque le test est positif EMBOLIE PULMONAIRE est la troisième cause de mortalité d origine cardiovasculaire en Amérique du L Nord 1. Elle constitue donc un grave problème de santé publique, de même qu un grand défi diagnostique pour les médecins. Les signes cliniques de l embolie pulmonaire sont polymorphes, associés de diverses façons et variables tandis qu aucun n est vraiment propre à la maladie. Les symptômes peuvent également être masqués par les signes caractéristiques de maladies préexistantes. Les facteurs de risque d embolie pulmonaire les plus fréquents sont décrits au tableau I ci-contre. L embolie pulmonaire sera souvent soupçonnée devant un tableau clinique évocateur chez un patient Le D r Pierre Baril, spécialiste en médecine d urgence, exerce à l Hôpital de l Enfant-Jésus, à Québec. Tableau I Facteurs de risque d embolie pulmonaire les plus fréquents Facteurs de risque acquis O Opération dans les trois derniers mois O Traumatisme O Cancer O Mobilité réduite L AVC L Hospitalisation L Alitement L Plâtre (membre inférieur) O Cathéter central ou stimulateur cardiaque O Thrombose veineuse superficielle O Varices O Obésité O Obstétrique L Grossesse L Accouchement L Césarienne L Période postpartum O Voyages prolongés en position assise O Antécédents de maladie thrombo-embolique veineuse O Médicaments L Contraception orale L Hormonothérapie substitutive L Chimiothérapie O Insuffisance cardiaque congestive O Maladie intestinale inflammatoire O Syndrome des anticorps antiphospholipides Facteurs de risque constitutionnels O Thrombophilies L Déficit en antithrombine L Facteur V Leiden L Déficit en protéine C L Mutation du gène L Déficit en protéine S de la prothrombine présentant un ou plusieurs facteurs de risque de la maladie. On sait, toutefois, que plusieurs examens Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

2 36 paracliniques tels que la gazométrie artérielle, la radiographie pulmonaire et l électrocardiographie (ECG) sont d une utilité restreinte pour établir un diagnostic d embolie pulmonaire (figure 1). Heureusement, au cours des dernières années, l apparition de l analyse décisionnelle a permis d élaborer de nouvelles stratégies diagnostiques non effractives. En effet, l estimation de la probabilité clinique à l aide de modèles standardisés, tels que le dosage des D-dimères, l échographie des membres inférieurs, la scintigraphie pulmonaire ou la tomodensitométrie hélicoïdale, s est intégrée à la démarche diagnostique et a ainsi permis de réduire considérablement la proportion de patients devant subir une angiographie pulmonaire 2. Pourquoi et comment estimer la probabilité clinique prétest? La détermination de la probabilité clinique est l étape initiale indispensable à la démarche diagnostique chez les patients chez qui on soupçonne une embolie pulmonaire. Selon les caractéristiques cliniques propres au patient, elle permet d estimer l éventualité que la maladie soit présente avant même la réalisation de tests. À l aide de cette méthode, il est possible d isoler les groupes de patients à prévalence faible chez qui la stratégie diagnostique peut alors être simplifiée et le diagnostic éliminé, même au moyen d examens d une sensibilité relative, tandis qu il serait utile de poursuivre l évaluation en présence d une forte probabilité clinique, et donc, d une 1. Le caillot se forme dans une veine d où il est délogé, puis il migre vers le cœur. Figure 1. Formation d une embolie pulmonaire 2. L embole se déplace dans le cœur, puis vient se figer dans une branche de l artère pulmonaire. Tableau II Scores de prédiction clinique pour l embolie pulmonaire Score canadien (Wells) 3 Cancer +1 Hémoptysie +1 Antécédents de MTE +1,5 FC > 100 battements/min +1,5 Opération/immobilisation +1,5 Signes cliniques d une TPP +3 Autre diagnostic moins probable que celui d embolie pulmonaire +3 Probabilité clinique Points EP Faible 2 2% 6% Modérée 2 à 6 17 % 24 % Élevée 6 54 % 78 % MTE : maladie thrombo-embolique ; FC : fréquence cardiaque ; prévalence d embolie pulmonaire élevée. La probabilité clinique d embolie pulmonaire peut être évaluée implicitement par le clinicien ou à l aide de scores de prédiction, avant la réalisation d examens complémentaires. Comme ils sont standardisés, ces scores offrent l avantage de limiter le plus possible le caractère subjectif de l évaluation empirique. L emploi de deux scores de prédiction a été largement validé, et leur utilité a été prouvée. Il s agit du score canadien (score de Wells) 3 et du score de Genève 4 (tableau II). Le score canadien de Wells pour l embolie pulmonaire est d utilisation répandue, bien qu il inclue la notion d un autre diagnostic moins probable que celui de l embolie pulmonaire. Cet élément constitue un puissant facteur prédictif d embolie, mais l estimation de la probabilité d un autre diagnostic ne

3 Score de Genève 4 Gazométrie artérielle Score de Genève révisé 5 Âge O ans +1 O 80 ans +2 Antécédents de MTE +2 Opération récente +3 FC 100 battements/min +1 Radiographie O atélectasie +1 O élévation du diaphragme +1 PaO 2 O O 49 59,9 +3 O 60 71,2 +2 O 71,3 82,4 +1 PaCO 2 O 36 mm Hg +2 O 36 mm Hg 39 mm Hg +1 Âge 65 ans +1 Cancer (évolutif ou guéri 1 an) +2 Antécédents de MTE +3 Opération (sous anesthésie générale) ou fracture d un membre inférieur dans les derniers mois +2 Hémoptysie +2 Douleur unilatérale du mollet +3 Signes cliniques d une TPP +4 FC O battements/min +3 O 95 battements/min +5 Formation continue Probabilité clinique Points EP Faible 0 à 4 8 % 13 % Modérée 5 à 8 34 % 43 % Élevée 9 69 % 90 % Probabilité clinique Points EP Faible % 12 % Modérée % 31 % Élevée % 82 % TPP : thrombophlébite profonde ; EP : embolie pulmonaire peut être standardisée et repose sur l expertise du clinicien qui évalue le patient, limite que l on souhaite justement faire tomber. Le score de Genève, quant à lui, exige le recours à une gazométrie artérielle et à la radiographie pulmonaire, des examens auxquels on ne soumet pas toujours les patients soupçonnés de souffrir d embolie pulmonaire. Plus récemment, s est ajouté le score de Genève révisé 5, un outil simple, entièrement clinique et standardisé, qui repose sur des paramètres faciles à recueillir (tableau II). Le score de Genève révisé a été validé au sein d une cohorte de patients différente de celle qui a servi à son élaboration 5.On doit toutefois souligner que ces modèles ayant été mis au point auprès de patients s étant présentés à l urgence, leur application convient moins aux personnes hospitalisées. Avez-vous une stratégie diagnostique préétablie? L objectif de toute stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire doit viser à limiter l usage de l angiographie pulmonaire, à diminuer le coût de la démarche et, dans la mesure du possible, à réduire l exposition du patient aux rayonnements. Parmi les nombreux algorithmes proposés à cette fin, les figures 2 et 3 présentent ceux qui sont en vigueur dans notre milieu. Par ailleurs, les examens diagnostiques intégrés à ces stratégies illustrent une sensibilité et une spécificité imparfaites. Ils doivent donc être associés La détermination de la probabilité clinique est l étape initiale indispensable à la démarche diagnostique chez les patients chez qui on soupçonne une embolie pulmonaire. L absence d une stratégie diagnostique appropriée accroît le risque d erreurs diagnostiques. Repères Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

4 Figure 2 Arbre décisionnel utilisant la scintigraphie pulmonaire 12 Stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire Probabilité clinique prétest Score de Genève révisé Faible ou modérée Élevé Dosage des D-dimères (ELISA rapide) VQ Diagnostic d embolie pulmonaire exclu Normale ou quasi normale Probabilité élevée Faible, modérée ou non diagnostique PPT élevée PPT faible ou modérée Diagnostic d embolie pulmonaire exclu Embolie pulmonaire Poursuivre l évaluation* PPT : probabilité prétest ; VQ : scintigraphie pulmonaire de perfusion-ventilation * Échographie veineuse des membres inférieurs, angiotdm multibarette, angiographie. L échographie des membres inférieurs peut précéder la scintigraphie. 38 à une évaluation de la probabilité clinique prétest. En outre, l absence d une stratégie diagnostique appropriée accroît le risque d erreurs diagnostiques 6. Peut-on se fier au dosage des D-dimères? La valeur du dosage des D-dimères repose sur la capacité de ce test à exclure une maladie thromboembolique. Comme il ne s agit pas d une épreuve de confirmation, on doit davantage l interpréter en fonction de sa valeur prédictive négative (VPN). Il existe plusieurs techniques de dosage sur le marché. Ainsi, l excellente sensibilité des techniques ELISA rapides (VIDAS, Stratus) ou des tests immunoturbidimétriques présentant des caractéristiques comparables (Liatest) permet généralement d éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire lorsque la probabilité clinique prétest est faible ou modérée. Par ailleurs, la sensibilité moindre de certains tests (SimpliRED) ne permettra d écarter la maladie qu en présence d une faible probabilité clinique prétest. Le dosage des

5 Figure 3 Arbre décisionnel utilisant l angiotdm multibarette 12 Stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire Probabilité clinique prétest Score de Genève révisé Formation continue Faible ou modérée Élevée Dosage des D-dimères (ELISA rapide) AngioTDM AngioTDM * Embolie pulmonaire exclue Embolie pulmonaire Poursuivre l évaluation * Si seul un angiotdm monobarette est disponible, il est recommandé de procéder à une échographie veineuse des membres inférieurs pour confirmer le diagnostic d embolie pulmonaire. Échographie veineuse des membres inférieurs, scintigraphie de perfusion-ventilation, angiographie. L échographie des membres inférieurs peut précéder l angiotdm. D-dimères contribue à exclure l embolie pulmonaire chez environ un tiers des patients évalués au service de l urgence 7. La scintigraphie pulmonaire est-elle plus fiable? Il s agit d un examen simple, rapide et non effractif, dont l interprétation repose sur des critères validés permettant de classer la scintigraphie en trois catégories : normale ou quasi normale, de probabilité élevée ou non diagnostique (de probabilité faible ou modérée). Ainsi, une scintigraphie pulmonaire normale ou quasi normale a une valeur prédictive négative (VPN) de 96 % 8 et permet d exclure la présence d une embolie pulmonaire. Par ailleurs, la valeur prédictive positive (VPP) d une scintigraphie de probabilité élevée associée à une forte probabilité clinique est de 96 % et confirme le diagnostic de la maladie 8. Toutefois, la VPP d une scintigraphie pulmonaire de probabilité élevée jumelée à une probabilité clinique faible ou modérée n est que de 87 %, ce qui n est pas suffisant pour établir le diagnostic Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

6 Photo 1. Ventilation normale Photo 2. Perfusion normale Photo 3. Ventilation dans l embolie pulmonaire (normale) Photo 4. Déficits de perfusion dans l embolie pulmonaire (flèches) 40 sans la réalisation de tests complémentaires 8. Enfin, en présence d une faible probabilité clinique, d une scintigraphie non diagnostique et d une échographie veineuse normale des membres inférieurs, le risque de maladie thrombo-embolique à trois mois est de 1,7 %. Cette dernière stratégie est considérée comme suffisante pour exclure le diagnostic 9. Le principal avantage de la scintigraphie pulmonaire par rapport à l angiotomodensitométrie (ou angiotdm) thoracique hélicoïdale réside dans une intensité d irradiation plus faible, soit de 1 msv à 2 msv, ce qui correspond à de 50 à 100 radiographies pulmonaires alors que l angiotdm émet une irradiation de 5 msv. Malheureusement, de 50 % à 70 % des scintigraphies réalisées sont de probabilité modérée ou faible (non diagnostiques) 8. Ce pour-

7 Formation continue Photo 5. AngioTDM thoracique multibarette chez une patiente souffrant d une embolie pulmonaire massive. Les flèches indiquent la présence de caillots dans les artères pulmonaires proximales. Photo 6. Coupe coronale chez la même patiente. On peut observer de multiples caillots. centage peut toutefois être réduit à 20 % lorsque la scintigraphie est effectuée chez un patient jeune habituellement en bonne santé 10. Personnellement, je privilégie le recours à la scintigraphie pulmonaire dans le cas d un patient peu âgé dont la radiographie pulmonaire est normale ou quasi normale, le but premier étant de réduire l irradiation le plus possible. Quel test choisir : la scintigraphie pulmonaire ou l angiotdm thoracique hélicoïdale? Scintigraphie pulmonaire (photos 1-4) O Technique : Elle vise à examiner la répartition d un traceur radioactif gamma dans la circulation sanguine. La réalisation d une scintigraphie de perfusion comporte l injection de microagrégats d albumine marquée au technétium (Tc99m). L occlusion temporaire d artérioles précapillaires (0,1 % 0,2 %) permet de déceler les anomalies segmentaires ou sous-segmentaires dans les vaisseaux pulmonaires. La scintigraphie de ventilation consiste, quant à elle, à faire inhaler un gaz de xénon ou de krypton au patient. O Résultats : Le diagnostic d embolie pulmonaire repose sur la coexistence d un défaut d irrigation systématisé et d une ventilation normale dans la même région. O Avantage : Lorsqu elle est normale, la scintigraphie permet d écarter le diagnostic d embolie pulmonaire. O Limites : L aspect de probabilité élevée n est pas le plus fréquent ; les aspects moins typiques (probabilité modérée ou faible) nécessitent des examens de confirmation. AngioTDM thoracique multibarette (photos 5 et 6) O Technique : Acquisition rapide hélicoïdale par déplacement de la source et du patient ; une injection d iode est nécessaire. O Résultats : Les images révèlent la présence de caillots dans les troncs proximaux, lobaires ou segmentaires. O Avantage : D exécution rapide, cet examen permet parfois de confirmer le diagnostic d autres affections que l embolie pulmonaire. O Limites : Les caillots périphériques peuvent être peu visibles. Cet examen ne peut à lui seul éliminer la possibilité d une embolie pulmonaire. Une réaction allergique à l iode et la néphrotoxicité sont des complications possibles. Plusieurs études ont tenté d établir l efficacité de l angiotdm dans la présomption d une embolie pulmonaire. Tout comme ceux de la scintigraphie, les résultats de cet examen doivent être interprétés en tenant compte de la probabilité clinique prétest. À elle seule, l angiotdm n est pas dotée d une sensibilité suffisante pour éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire. Selon l étude PIOPED II 11, la valeur prédictive négative atteint respectivement 96 % et 89 % en À elle seule, l angiotdm n est pas dotée d une sensibilité suffisante pour éliminer le diagnostic d embolie pulmonaire. Repère Le Médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre

8 42 présence d une probabilité clinique faible ou modérée associée à une angiotdm normale, alors qu elle n est que de 60 % lorsque la probabilité clinique prétest est élevée 11. Par ailleurs, la valeur prédictive positive est respectivement de 92 % et de 96 % dans les cas de probabilité clinique modérée ou élevée 11 et n affiche que 58 % en présence d une faible probabilité clinique avant le test 11. L intensité du rayonnement émis lors d une angiotdm thoracique est de l ordre de 5 msv (soit l équivalent de 250 radiographies pulmonaires). Par ailleurs, plusieurs auteurs recommandent de toujours effectuer une échographie des membres inférieurs avant de procéder à une scintigraphie ou à une angiotdm, car si le résultat de l échographie se révèle positif, le diagnostic d embolie pulmonaire est alors établi d emblée. Retour sur le cas d Élisa La radiographie pulmonaire de M me Élisa T. s est avérée normale. Compte tenu de la fréquence cardiaque de la patiente, la probabilité clinique prétest estimée au moyen du score de Genève révisé était modérée. Le résultat du dosage des D-dimères était positif. La scintigraphie pulmonaire a, pour sa part, montré une forte probabilité d embolie pulmonaire à la base droite du poumon. Une évaluation complémentaire en cours d hospitalisation a mis en évidence une lésion néoplasique à l œsophage. 9 Date de réception : 4 juillet 2007 Date d acceptation : 16 juillet 2007 Mots clés : embolie pulmonaire, diagnostic, probabilité prétest, algorithme Le D r Pierre Baril n a signalé aucun intérêt conflictuel. Bibliographie Summary Diagnosis of pulmonary embolism. Pulmonary embolism is the third cause of cardiovascular mortality in North America. During the last decade, decisional analysis methods have largely contributed to the diagnosis of pulmonary embolism. The use of pre-test clinical probability scores as well as major advances made in the field of non-invasive diagnostic techniques made it possible to reduce the recourse to invasive examinations. In a very large majority of cases, a diagnostic strategy involving pretest clinical probability in combination with D-dimer assays, lower limb ultrasonography, scintigraphy and CT angiography will allow to refute or confirm the diagnosis of pulmonary embolism. Keywords: pulmonary embolism, diagnosis, pre-test probability, algorithm. 1. Bounameaux H, Perrier A. Diagnosis of pulmonary embolism: in transition. Curr Opin Hematol 2006 ; 13 (5) : Perrier A. Stratégies diagnostiques de l embolie pulmonaire et analyse décisionnelle. Rev Mal Respir 1999 ; 16 (5BIS) : Wells PS, Anderson DR, Rodger M et coll. Derivation of a simple clinical model to categorize patients probability of pulmonary embolism: increasing the models utility with the SimpliRED D-dimer. Thromb Haemost 2000 ; 83 (3) : Wicki J, Perneger TV, Junod AF et coll. Assessing clinical probability of pulmonary embolism in the emergency ward: a simple score. Arch Intern Med 2001 ; 161 (1) : Le Gal G, Righini M, Roy PM et coll. Prediction of pulmonary embolism in the emergency department: the revised Geneva score. Ann Intern Med 2006 ; 144 (3) : Roy PM, Meyer G, Vielle B et coll. Appropriateness of diagnosis management and outcomes of suspected pulmonary embolism. Ann Intern Med 2006 ; 144 (3) : Miron MJ, Perrier A, Bounameaux H et coll. Contribution of noninvasive evaluation to the diagnosis of pulmonary embolism in hospitalized patients. Eur Respir J 1999 ; 13 (6) : The PIOPED investigators. Value of the ventilation/perfusion scan in acute pulmonary embolism. Results of the prospective investigation of pulmonary embolism diagnosis (PIOPED).The PIOPED Investigators. JAMA 1990 ; 263 (20) : Perrier A, Miron MJ, Desmarais S et coll. Using clinical evaluation and lung scan to rule out suspected pulmonary embolism: Is it a valid option in patients with normal results of lower-limb venous compression ultrasonography? Arch Intern Med 2000 ; 160 (4) : Matthews S. Imaging pulmonary embolism in pregnancy: what is the most appropriate imaging protocol? Br J Radiol 2006 ; 79 (941) : Stein PD, Fowler SE, Goodman LR et coll. Multidetector computed tomography for acute pulmonary embolism. N Engl J Med 2006 ; 354 (22) : Concepts and clinical practice. Vascular System, figure 87-3 (chapitre IV). Dans : Marx J, Hockberger R, Walls R, rédacteurs. Textbook Rosen s Emergency Medicine. 6 e éd. Elsevier : Philadelphie ; 2006.

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE Marc Righini Service d Angiologie et d Hémostase, Département de Médecine Interne Générale, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse,

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR

ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR ALGORITHME DIAGNOSTIQUE DANS LA MALADIE VEINEUSE THROMBO- EMBOLIQUE ( MVTE ) Pr M.SARR DEFINITION ALGORITHME : ENSEMBLE DE RÈGLES PRATIQUES PERMETTANT D EFFECTUER UN CALCUL PAR EXTENSION = ARBRE DÉCISIONNEL

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier

Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Docteur, est-ce que je fais une phlébite? Alain Beaumier Trois patients qui vous consultent à votre cabinet ou à l urgence craignent d avoir une thrombophlébite. O M me Lafrance, 52 ans et adepte de la

Plus en détail

Stratégies diagnostiques validées devant une suspicion clinique d embolie pulmonaire sans critère de gravité

Stratégies diagnostiques validées devant une suspicion clinique d embolie pulmonaire sans critère de gravité JEUR, 2003, 16, 32-36 Masson, Paris, 2003 FMC Stratégies diagnostiques validées devant une suspicion clinique d embolie pulmonaire sans critère de gravité A. PERRIER Département de Médecine Interne, Hôpitaux

Plus en détail

Dr Pascal GODFROY-LETELLIER SAU Saint Camille Bry Sur Marne

Dr Pascal GODFROY-LETELLIER SAU Saint Camille Bry Sur Marne Dr Pascal GODFROY-LETELLIER SAU Saint Camille Bry Sur Marne Douleur du mollet unilatérale (60%) Œdème (différence > 3cm par rapport au mollet controlatéral) Chaleur locale Erythème local Cyanose plantaire

Plus en détail

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE. O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E.

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE. O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E. DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon OBJECTIFS pédagogiques Connaître la séméiologie de base d'une

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Stratégie diagnostique aux urgences lors d une suspicion d embolie pulmonaire

Stratégie diagnostique aux urgences lors d une suspicion d embolie pulmonaire Chapitre 35 Stratégie diagnostique aux urgences lors d une suspicion d embolie pulmonaire A. PENALOZA 1, 2, G. LE GAL 3, P.-M. ROY 1 Points essentiels Le diagnostic d EP en 2011, reste un défit pour le

Plus en détail

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT

S. Dambrine, A.-S. Bordot, K. Pattier, P.-M. Roy MISE AU POINT Réanimation (2008) 17, 745 752 MISE AU POINT Facteurs prédictifs et éléments diagnostiques de l embolie pulmonaire aux urgences Predictive factors and diagnostic strategies for suspected pulmonary embolism

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc Maladie thromboembolique veineuse Diagnostic Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc 1 Embolie pulmonaire (EP) et thrombose veineuse profonde (TVP) Environ 50% des patients avec TVP

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire*

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* pratique Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire* Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 1204-9 A. Junod Pr Alain Junod Professeur honoraire à la Faculté

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique. 9 au 11 Avril 2014 EAU VEINEUSE

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique. 9 au 11 Avril 2014 EAU VEINEUSE EAU 2012 2013 DIUE EAU 2013 2014 Nîmes Coordonnateurs régionaux: Pr M Dauzat, Pr P Taourel Organisateur : Dr X Bobbia 9 au 11 Avril 2014 EAU VEINEUSE ECHOGRAPHIE VEINEUSE 4 POINTS À LA RECHERCHE DE THROMBOSE

Plus en détail

Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes

Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes Embolie pulmonaire, quand y penser? G Meyer Hôpital Européen Georges Pompidou, Université Paris Descartes Quand penser à l embolie pulmonaire? Toujours? La nuit en sursaut? En vous rasant le matin? Moi

Plus en détail

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE A. Ancion (1), M. Melissopoulou (2), P. Lancellotti (3) Résumé : Cet article résume la place de l imagerie et des tests de laboratoire

Plus en détail

Le rapport D-dimD. ne. Un nouvel outil diagnostique dans l embolie pulmonaire? SEMINAIRES IRIS. Mathieu Jeanmaire DES Médecine Interne INTRODUCTION

Le rapport D-dimD. ne. Un nouvel outil diagnostique dans l embolie pulmonaire? SEMINAIRES IRIS. Mathieu Jeanmaire DES Médecine Interne INTRODUCTION Le rapport D-dimD dimères/fibrinogène. ne. Un nouvel outil diagnostique dans l embolie pulmonaire? Mathieu Jeanmaire DES Médecine Interne INTRODUCTION L incidence de l embolie pulmonaire MTEV : 1,8 par

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

EMBOLIE PULMONAIRE (EP) DIAGNOSTIC

EMBOLIE PULMONAIRE (EP) DIAGNOSTIC EMBOLIE PULMONAIRE (EP) DIAGNOSTIC OBJECTIF Proposer une méthode diagnostique pour la prise en charge des patients chez qui on soupçonne une embolie pulmonaire (EP) RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX La thromboembolie

Plus en détail

Maladie thromboembolique veineuse MTEV. Sémiologie Cas cliniques

Maladie thromboembolique veineuse MTEV. Sémiologie Cas cliniques Maladie thromboembolique veineuse MTEV Sémiologie Cas cliniques Cas cliniques MTEV 1 Cas clinique 1 Une homme de 55 ans se plaint d'une dyspnée apparue sans raison depuis 48 heures. Il a été opéré d'une

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

GROSSESSE DIAGNOSTIC DE LA TVP ET DE L EP

GROSSESSE DIAGNOSTIC DE LA TVP ET DE L EP GROSSESSE DIAGNOSTIC DE LA TVP ET DE L EP OBJECTIF Proposer une méthode diagnostique pour l évaluation des femmes enceintes qui font l objet d une suspicion clinique de thrombose veineuse profonde (TVP)

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients

patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients Embolie pulmonaire chez le patient âgé de plus de 80 ans : étude rétrospective comparative de 180 patients Sébastien Miranda, G. Armengol, M. Bordage, M. Le Besnerais, N. Cailleux-Talbot, H. Lévesque,

Plus en détail

item 224 MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE

item 224 MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE item 224 MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE Principaux facteurs de risque acquis de maladie thromboembolique veineuse Facteurs de risque constitutionnels de maladie thromboembolique veineuse score PESI

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence

Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Prise en charge de l embolie pulmonaire en urgence Pierre-Marie Roy, Anne-Sophie Bordot, Anis Bichri, Nadia Sivova, Nicolas Delvau, Karine Pattier Service d Accueil et traitement des Urgences, Centre Hospitalier

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Clinical diagnosis of pulmonary embolism: a real challenge

Clinical diagnosis of pulmonary embolism: a real challenge La Revue de médecine interne 28 (2007) 394 399 Mise au point La clinique de l embolie pulmonaire : décidément difficile Clinical diagnosis of pulmonary embolism: a real challenge G. Le Gal a, *, M. Righini

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1)

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) Occlusion d une veine par un caillot sanguin Localisation préférentielle : les membres inférieurs Souvent asymptomatique THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE FACTEURS

Plus en détail

Modalites de prise en charge

Modalites de prise en charge Modalites de prise en charge Dr Ruxandra Cojocaru Services des Urgences Adultes Hopitaux Universitaires de Strasbourg MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV incidence 1,8 /1000 habitants (Europe, EU ) TVP et EP

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Scores et échelles cliniques : où les trouver? N oubliez pas le label : Médimento L'aide-mémoire médical à l adresse : http://www.masef.com/freewares/medimento.htm Sur le site des Médecins Auteurs de Sharewares

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Analyse décisionnelle dans la maladie thrombo-embolique veineuse. Bruno TRIBOUT Médecine Vasculaire CHU AMIENS

Analyse décisionnelle dans la maladie thrombo-embolique veineuse. Bruno TRIBOUT Médecine Vasculaire CHU AMIENS Analyse décisionnelle dans la maladie thrombo-embolique veineuse Bruno TRIBOUT Médecine Vasculaire CHU AMIENS Prévalence de MTEV chez patients suspects de MTEV Hôpital Universitaire de Genève Année MTEV

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Thrombose veineuse profonde - Embolie pulmonaire. chez le sujet âgé. Epidémiologie - Diagnostic

Thrombose veineuse profonde - Embolie pulmonaire. chez le sujet âgé. Epidémiologie - Diagnostic Thrombose veineuse profonde - Embolie pulmonaire chez le sujet âgé Epidémiologie - Diagnostic E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix (AP-HP) Ivry-sur-Seine Données épidémiologiques Incidence

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

L écho-doppler veineux est-il utile en cas d embolie pulmonaire?

L écho-doppler veineux est-il utile en cas d embolie pulmonaire? L écho-doppler veineux est-il utile en cas d embolie pulmonaire? Joël Constans, Caroline Doutrelon, Sophie Skopinski, Carine Boulon Médecine vasculaire Hôpital St André, CHU Bordeaux Intérêt de l écho-doppler

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT ANNEE 2015 THESE POUR LE DIPLOME DE DOCTEUR EN MEDECINE GENERALE RECENSEMENT ET VALIDITE DES SCORES CLINIQUES DIAGNOSTICS DANS

Plus en détail

Le risque de thrombose. Quelle démarche peut on proposer face à une TVP?

Le risque de thrombose. Quelle démarche peut on proposer face à une TVP? Le risque de thrombose Quelle démarche peut on proposer face à une TVP? Plan Le bilan étiologique Les situations à risque Le suivi d une TV P. 2 brèves TV P. proximales 50 % des embolies pulmonaires 10

Plus en détail

Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder

Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder Cas 1 Patiente de 20 ans, à l'âge de 18 ans, long voyage en avion, hospitalisée à Hong-Kong pour une embolie

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

Séméiologie de la thrombose veineuse. Carine Boulon, Joël Constans Médecine vasculaire, hôpital St André, CHU Bordeaux

Séméiologie de la thrombose veineuse. Carine Boulon, Joël Constans Médecine vasculaire, hôpital St André, CHU Bordeaux Séméiologie de la thrombose veineuse Carine Boulon, Joël Constans Médecine vasculaire, hôpital St André, CHU Bordeaux Thrombose veineuse A- Profonde des mb inf B- Profonde des mb sup C- superficielle MTEV=

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES?

POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? POURQUOI LES SCORES CLINIQUES? Alain F. Junod Professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Genève Pourquoi les scores cliniques? Toute décision médicale est faite de deux composantes principales :

Plus en détail

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie Communiqué de presse Point presse «COC» du 26 juin 2013 Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie La

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Embolie pulmonaire et grossesse. Proposé par le Groupe de travail «femmes et poumon» de la Société de Pneumologie de Langue Française

Embolie pulmonaire et grossesse. Proposé par le Groupe de travail «femmes et poumon» de la Société de Pneumologie de Langue Française Embolie pulmonaire et grossesse Proposé par le Groupe de travail «femmes et poumon» de la Société de Pneumologie de Langue Française Plan Introduction générale La cas de la femme enceinte Cas clinique

Plus en détail

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

- 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999

- 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999 - 5 % à 7 % des consultations Amsterdam EA et al; Cardiol Rev, 1999-3,16 % des consultations 2 ième motif de consultation 22 SAU de janvier 2008 à juin 2009 Accroissement de l activité des SAU Médicalisation

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

1- OBJET Prise en charge diagnostique des patients suspect de thrombose veineuse et/ou d embolie pulmonaire.

1- OBJET Prise en charge diagnostique des patients suspect de thrombose veineuse et/ou d embolie pulmonaire. DIAGNOSTIC DE THROMBOSE VEINEUSE ET EMBOLIE PULMONAIRE ( hors grossesse) MPU Référence : 2080-PR-DIA- Pôle Urgences Processus :DIAGNOSTIC Rubrique de classement : Pôle URGENCES Page 1/ Rev1 1.02.200 1-

Plus en détail

V / Q SPECT et EP aiguë. Pierre Weinmann CHU Avicenne AP-HP

V / Q SPECT et EP aiguë. Pierre Weinmann CHU Avicenne AP-HP V / Q SPECT et EP aiguë Pierre Weinmann CHU Avicenne AP-HP December 1 2009, Volume 50, Issue 12 Pourquoi reparle t on de la scintigraphie pulmonaire alors que son sort semblait réglé? PIOPED 1 avait mis

Plus en détail

TVP - EP chez le sujet âge. Strategie diagnostique

TVP - EP chez le sujet âge. Strategie diagnostique TVP - EP chez le sujet âge Strategie diagnostique Pr E. PAUTAS Unité de Gériatrie Aiguë GH Pitié-Salpêtrière-Charles Foix (APHP) UFR Médecine P. et M. Curie Paris 6 Inserm U765 Université Paris Descartes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

TVP - EP chez le sujet âgé. Epidémiologie - Diagnostic E. PAUTAS. Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix (AP-HP) Ivry-sur-Seine.

TVP - EP chez le sujet âgé. Epidémiologie - Diagnostic E. PAUTAS. Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix (AP-HP) Ivry-sur-Seine. TVP - EP chez le sujet âgé Epidémiologie - Diagnostic E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix (AP-HP) Ivry-sur-Seine Inserm U-765 Données épidémiologiques Incidence de la MTEV et âge 40-60

Plus en détail

Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine

Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine 23 Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine Brochure d information Pour vous, pour la vie Quelques faits. La grande majorité des bébés naissent normaux ;. Toutes les femmes, quelque soit leur âge, présentent

Plus en détail

Prise en charge diagnostique de la maladie thromboembolique des personnes âgées

Prise en charge diagnostique de la maladie thromboembolique des personnes âgées Prise en charge diagnostique de la maladie thromboembolique des personnes âgées Pierre-Marie Roy, MD, PhD Service des Urgences Centre Hospitalier Universitaire Faculté de Médecine Université d Angers ANGERS

Plus en détail

Instrumentaliser les données?

Instrumentaliser les données? Instrumentaliser les données? Maïeutique en statistique Léo Sila Pièce en trois actes Acte I De quoi s agit-il? M. : J ai tracé ces histogrammes (il montre les histogrammes ci-dessous). Qu en dis-tu? Pourcent

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec FORMATION CONTINUE 2012-2013 VENDREDI 12 OCTOBRE 2012 SÉANCE FACULTATIVE RÉPÉTÉE Docteur Michel Rouleau Pneumologue CHUQ - Hôtel-Dieu de Québec 293 D r

Plus en détail

CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013

CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013 CPU CASE N3 DR SASSI.M Le 26/04/2013 Patient âgé de 69 ans dont ses ATCD: HTA depuis 12 ans sous lopril 2cps /j Diabétique sous daonil 3cps /j dyslipidémie non traitée hospitalise en cardio pour TVP en

Plus en détail

Compression médicale et femme enceinte

Compression médicale et femme enceinte Compression médicale et femme enceinte SYMPOSIUM SIGVARIS RISQUE VEINEUX THROMBO-EMBOLIQUE PENDANT LA GROSSESSE ET LE POST- PARTUM EPIDEMIOLOGIE ANALYSE DU RISQUE Dr Michèle CAZAUBON Angéiologue Secrétaire

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Contexte Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker symptômes 1 2 Démarche diagnostique Objectifs d une étude diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD,

Plus en détail

Compressibilité de la veine

Compressibilité de la veine Échographie 4 points Intérêt Réalisation pratique Application pratique Un seul critère Compressibilité de la veine A savoir NORMAL THROMBOSE Contenu quasi anéchogène hyperéchogène Parois non visibles visibles

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Chère patiente, cher patient, Au nom de la direction de la clinique et de l hôpital, nous vous souhaitons la bienvenue

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant. JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014

Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant. JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014 Embolie pulmonaire. Du nouveau pour le médecin traitant JJ Goy Cardiologie, HFR 6 novembre 2014 Facteurs prédisposants à la TVP Facteurs prédisposants à la TVP Stratification du risque Embolie suspectée

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

Staff St Camille 7 mai 2015

Staff St Camille 7 mai 2015 Staff St Camille 7 mai 2015 1 Mai 2015 Clément Morin Service de médecine Interne c.morin@ch-bry.org 0149831859 Conflits d intérêts : aucun 2 Thromboses veineuses superficielles, profondes et embolies pulmonaires

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Le point de vue du radiologue

Le point de vue du radiologue Le point de vue du radiologue Noémie Butori Assistante en radiologie - CH Mâcon Le téléphone sonne à 0h30 60 ans, douleur abdominale et vomissements, multiples ATCD chir abdo. «Je suis interne d ortho,

Plus en détail

Embolie pulmonaire et scintigraphie en 2012

Embolie pulmonaire et scintigraphie en 2012 Embolie pulmonaire et scintigraphie en 2012 Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, eric.zerbib@cimen.fr Rationnel Eléments d orientation d + critères res de Wells : Contexte

Plus en détail