Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012"

Transcription

1 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont visité établissements différents pour lesquels ils ont réalisé contrôles soit, en moyenne, plus de 5 contrôles pour un établissement visité. En 2012, 60,2 % des contrôles ont été effectués dans le secteur de la protection économique du consommateur, 30,8 % dans le secteur de la sécurité du consommateur et 9,0 % dans le secteur de la régulation concurrentielle des marchés infractions ont été constatées par les agents de la DGCCRF en Elles font suites à 18,9 % des contrôles effectués. Entre 2011 et 2012, le nombre d infractions constatées est en baisse de 9,2 % (soit infractions). Parmi les mesures prises par les agents de la DGCCRF suite aux infractions constatées en 2012, tous secteurs confondus, on dénombre rappels à la réglementation et notifications d informations réglementaires. Par ailleurs, infractions ont été relevées par procès-verbaux et mesures de police administrative ont été ordonnées en Ces mesures qui sanctionnent des infractions majeures sont moins fréquentes que les autres types de sanctions. 2 Baisse du nombre d établissements visités et baisse de la fréquence des contrôles en 2012 Au cours d un même déplacement dans un établissement, plusieurs «actions de contrôle» peuvent être réalisées. Ces «actions de contrôle» correspondent à autant de «vérifications» ou de «points de réglementation contrôlés». En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont contrôlé établissements différents pour lesquels ils ont réalisé contrôles, ainsi, un peu plus de cinq contrôles ont été réalisés, en moyenne, par établissement visité (tableau 1). Entre 2011 et 2012, le nombre de contrôles est en baisse de 13,3 % (en 2011, il s établissait à ) et celui du nombre d établissements contrôlés de 7,8 %. La diminution du nombre de contrôles est plus marquée que celle du nombre d établissements contrôlés et le rapport entre ces deux valeurs qui s établissait à 5,6 en 2011 est inférieur de 0,4 point en Cela signifie que, en moyenne, le nombre de contrôles par établissement visité est moindre en 2012, en comparaison à Entre 2010 et 2011, le nombre de contrôles était en baisse de 1,9 % et le nombre d établissements différents contrôlés de 4,0 %. Ainsi, entre ces deux années le nombre de points de réglementation contrôlés par établissement était en hausse (En moyenne, 5,6 contrôles pour un établissement contrôlé en 2011, 5,4 en 2010). En 2012, près de 19 % des contrôles effectués se sont soldés par le constat d une infraction En 2012, infractions ont été constatées par les agents de la DGCCRF. Elles font suite à 18,9 % des contrôles effectués (tableau 2). Entre 2011 et 2012, le nombre d infractions constatées est en baisse de 9,2 %, (soit infractions). La baisse du nombre de contrôles étant plus marquée que celle du nombre d infractions, le rapport entre le nombre d infractions constatées et le nombre de contrôles est supérieur en 2012, en comparaison à 2011 (près de 1 point supplémentaire). Cela signifie que, en moyenne, pour cent contrôles effectués, le nombre d infractions constatées est supérieur en 2012 en comparaison à Entre 2010 et 2011, le nombre de contrôles était en baisse de 1,9 % et le nombre d infractions constatées de 3,7 %. Ainsi, entre ces deux années le nombre moyen d infractions par contrôle a diminué de 0,3 point pour s établir à 18,0 % en 2011.

2 Tableau 1. Evolution du nombre d établissements contrôlés et du nombre de contrôles effectués entre 2010 et 2012 Tableau 1. évolution du nombre d établissements contrôlés et du nombre de contrôles effectués entre 2010 et Nombre % d'établissements des infractions contrôlés constatées). Ces mesures qui 160 sanctionnent 094 des 153 infractions 763 majeures sont moins fréquentes. Variations En annuelles comparaison (en volume) avec l année 2011, le nombre de rappels - à la règlementation a diminué de 7,7 % et celui des notifications est en baisse de 14,8 %. Entre 2010 et 2011, ces Variations types annuelles d infractions (en %) étaient également en baisse (respectivement - - 0,6 %- 4,0 et - 10,6 %). - 7,8 Nombre Entre de contrôles 2011 et effectués 2012, le nombre d infractions relevées 871 par 219 procès-verbaux est en baisse 740 de 471 1,3 %. Leur nombre était en hausse l année précédente (+ 4,3 % entre 2010 et 2011). Variations Le annuelles nombre (en volume) d injonctions et de mises en demeures - par la police administrative a 768 augmenté successivement de 10,2 % entre 2010 et 2011 et de 1,3 % entre 2011 et Variations annuelles (en %) - - 1,9-13,3 Fiche thématique n 9 Ratio "nombre de contrôles effectués / nombre 5,4 5,6 5,2 d'établissements contrôlés" Tableau 2. Evolution du nombre de contrôles effectués et du nombre de Source : manquements rapport d activité annuelle, constatés DGCCRF selon de l activité générale de contrôle selon le type d action entre 2010 et 2012 Tableau 2. évolution du nombre de contrôles effectués et du nombre d infractions constatés En 2012, près de 19 % des contrôles effectués se sont soldés par le constat selon l activité générale de contrôle et d une infraction le type d action entre 2010 et En 2012, infractions ont été constatées par les agents de la DGCCRF. Elles font Nombre de contrôles effectués suite à 18,9 % des contrôles effectués (Tableau 2). Entre 2011 et 2012, le nombre Variations d infractions annuelles (en constatées volume) est en baisse de 9,2 %, (soit infractions) La baisse du 768 nombre de contrôles étant plus marquée que celle du nombre d infractions, le rapport Variations annuelles (en %) - - 1,9-13,3 entre le nombre d infractions constatées et le nombre de contrôles est supérieur en 2012, en comparaison à 2011 (près de 1 point supplémentaire). Cela signifie que, en moyenne, Nombre d infractions constatées pour cent contrôles effectués, le nombre d infractions constatées est supérieur en 2012 Variations en annuelles comparaison (en volume) à Variations Entre annuelles 2010 (en et %) 2011, le nombre de contrôles était en - baisse de 1,9-3,7 % et le nombre - 9,2 Rappels d infractions à la réglementation constatées de 3,7 %. Ainsi, entre ces deux années 66 le 757 nombre moyen d infractions par contrôle a diminué de 0,3 point pour s établir à 18,0 % en Variations annuelles (en %) - -0,6-7,7 Des infractions pour la plupart mineures Infractions relevées par procès-verbaux Variations Parmi annuelles l ensemble (en %) des infractions constatées par les agents de la DGCCRF en 2012, on dénombre rappels à la réglementation 1-4,3-1,3, qui font suite à plus de 44 % des Notifications d'informations réglementaires infractions constatées, notifications d informations réglementaires (37,1 % des Variations infractions annuelles (en %) constatées) (Graphique 1). Ces dernières sont - des infractions -10,6 mineures qui, -14,8 en général, ne donnent pas lieu à sanction si l entreprise corrige le manquement Injonctions de police administrative constaté. Variations annuelles (en %) Par ailleurs, procès-verbaux 3-10,2 1,3 ont été dressés (près de 10 % des infractions Ratio "nombre d infractions constatées / nombre constatées) et mesures de police administrative 18,3 4 ont été ordonnées 18,0 en 2012 (8,8 18,9 de contrôles" (en %) Graphique 1. Répartition du nombre d infractions constatées en Graphique 1. Répartition du nombre de mesures prises par les agents de la DGCCRF suite aux infractions constatées en Avertissement adressé par l administration à une entreprise, en cas d infraction peu grave, suivi d un second contrôle. 2 Information communiquée par l administration à une entreprise sur la réglementation applicable, en cas Rappels à la réglementation d infraction mineure. 8,8 3 Transaction possible au parquet, soit une transaction financière sans suite judiciaire sur autorisation du procureur de la République. 9,9 44,1 Notifications d'informations réglementaires 4 Infractions relevées par procèsverbaux une entreprise de prendre des dispositions pour: Mesures ordonnées par l administration mettant en demeure 37,1 une mise en conformité, un retrait du marché d un produit dangereux, le rappel d un lot de produits ou une fermeture d établissement. Injonctions de police administrative

3 4 Des infractions pour la plupart mineures Parmi l ensemble des mesures prises par les agents de la DGCCRF en 2012, on dénombre rappels à la réglementation 1, qui font suite à plus de 44 % des infractions constatées, notifications d informations réglementaires 2 (37,1 % des infractions constatées) (Graphique 1). Ces dernières sont des infractions mineures qui, en général, ne donnent pas lieu à sanction si l entreprise corrige le manquement constaté. Par ailleurs, procès-verbaux 3 ont été dressés (près de 10 % des infractions constatées) et mesures de police administrative 4 ont été ordonnées en 2012 (8,8% des infractions constatées). Ces mesures qui sanctionnent des infractions majeures sont moins fréquentes. En comparaison avec l année 2011, le nombre de rappels à la réglementation a diminué de 7,7 % et celui des notifications est en baisse de 14,8 %. Entre 2010 et 2011, ces types d infractions étaient également en baisse (respectivement - 0,6 % et - 10,6 %). Entre 2011 et 2012, le nombre d infractions relevées par procès-verbaux est en baisse de 1,3 %. Leur nombre était en hausse l année précédente (+ 4,3 % entre 2010 et 2011). Le nombre d injonctions et de mises en demeures par la police administrative a augmenté successivement de 10,2 % entre 2010 et 2011 et de 1,3 % entre 2011 et Trois secteurs de compétence L activité de contrôle de la DGCCRF concerne trois principaux secteurs : la régulation concurrentielle des marchés : agir contre les pratiques faussant le jeu de la concurrence ; la protection économique du consommateur : faire respecter les règles relatives à l information des consommateurs et à la loyauté des pratiques commerciales à leur égard ; la sécurité du consommateur : garantir leur sécurité physique et leur santé. En 2012, contrôles ont été effectués dans le secteur de la protection économique du consommateur et dans le secteur de la sécurité du consommateur. Ces deux secteurs représentent respectivement 60,2 % et 30,8 % de l ensemble des contrôles effectués en 2012 (graphique 2). Le secteur de la régulation concurrentielle des marchés concentre 9,0 % de l activité de contrôle. Le nombre contrôles dans ce domaine s établit à en Tous secteurs confondus, pour contrôles réalisés en 2012, les agents de la DGCCRF ont relevé 18,7 infractions par procès-verbaux, 16,6 mesures de police administrative, 83,2 rappels à la réglementation et près de 70 notifications d information réglementaires (tableau 3). Pour 1000 contrôles réalisés dans le secteur de la régulation concurrentielle des marchés en 2012, les agents de la DGCCRF ont relevé 15,3 infractions par procès-verbaux, 1,5 mesures de police administrative, 51,6 rappels à la réglementation et 71,7 notifications d information réglementaires (tableau 3). En 2012, dans le secteur de la protection économique du consommateur, pour 1000 contrôles, on dénombre près de 90 rappels à la réglementation, 75,5 notifications, plus de 19 infractions relevées par procès-verbaux et près de 12 mesures de police administrative. Ce secteur dont le nombre de contrôles est le plus important, est aussi celui dont on dénombre la part la plus importante des intentions de suites aux contrôles. Dans la majorité des cas, ces mesures restent mineures. Dans le secteur de la sécurité du consommateur, le ratio relatif aux injonctions et mesures de police administrative, qui sanctionnent des infractions majeures, est nettement supérieur à ceux des deux autres secteurs. Pour 1000 contrôles effectués en 2012, 30,2 injonctions et mesures de police administrative ont fait suite, alors que ce ratio s établit à 12 pour 1000 dans le domaine de la protection économique du consommateur et à 1,5 pour dans le domaine de la régulation concurrentielle des marchés. (1) Avertissement adressé par l administration à une entreprise, en cas d infraction peu grave, suivi d un second contrôle. (2) Information communiquée par l administration à une entreprise sur la réglementation applicable, en cas d infraction mineure. (3) Transaction possible au parquet, soit une transaction financière sans suite judiciaire sur autorisation du procureur de la République. (4) Mesures ordonnées par l administration mettant en demeure une entreprise de prendre des dispositions pour : une mise en conformité, un retrait du marché d un produit dangereux, le rappel d un lot de produits ou une fermeture d établissement.

4 marchés. Graphique 2. Répartition des «actions de contrôle» selon le secteur de compétence en 2012 Graphique 2. Répartition des «actions de contrôle» selon le secteur de compétence en ,8 9,0 Régulation concurrentielle des marchés Protection économique du consommateur Fiche thématique n 9 60,2 Sécurité du consommateur Tableau 3. Les intentions de suites aux contrôles effectués en 2012 selon le secteur de compétence Tableau 3. Les intentions de suites aux Ratio "Nombre contrôles effectués en 2012 selon le secteur En volume d'infractions de compétence. contrôles" Nombre total de contrôles Rappels à la réglementation ,2 Infractions relevées par procès-verbaux* ,7 Notifications d'informations réglementaires ,9 Injonctions et police administrative ,6 "Régulation concurrentielle des marchés" Rappels à la réglementation ,6 Infractions relevées par procès-verbaux ,3 Notifications d'informations réglementaires ,7 Injonctions et police administrative 98 1,5 "Protection économique du consommateur" Rappels à la réglementation ,9 Infractions relevées par procès-verbaux ,2 Notifications d'informations réglementaires ,5 Injonctions et police administrative ,9 "Sécurité du consommateur" Rappels à la réglementation ,3 Infractions relevées par procès-verbaux ,4 Notifications d'informations réglementaires ,6 Injonctions et police administrative ,2 * Le total des infractions relevées par procès-verbaux (13 879) Source est différent : rapport de la d activité somme des annuelle, infractions DGCCRF relevés par procès-verbaux dans les trois secteurs de compétences de la DGCCRF (13 095) car 784 infractions, ne sont * Le total des infractions relevées par procès-verbaux (13 879) est différent de la somme des infractions pas affectables à un secteur particulier. relevés par procès-verbaux dans les trois secteurs de compétences de la DGCCRF (13 095) car 784 infractions, ne sont pas affectables à un secteur particulier.

5 Définitions et méthode de collecte Lors de la visite d un établissement, chaque intervention des enquêteurs de la DGCCRF fait l objet d un enregistrement comportant la nature des «actions de contrôle» effectuées et les suites prévues. Il arrive très souvent que plusieurs contrôles soient associés à la visite d un même établissement. Si le contrôle se solde par le constat d une infraction, un dossier contentieux est alors ouvert. Il existe deux possibilités de mesures en cas d infraction majeure : «la police administrative» et «les procès-verbaux». Toutefois, pour les manquements les moins graves, lorsqu une infraction est constatée, la DGCCRF utilise les «rappels à la réglementation» ou les «notifications d informations réglementaires» qui lui permettent de ne pas engager une procédure contentieuse si l établissement contrôlé corrige le manquement constaté. La DGCCRF n a pas un retour exhaustif des suites données par les parquets à ses procédures. à l instar des statistiques de la direction générale des impôts ou de celles de la direction générale des douanes et des droits indirects, les statistiques de la DGCCRF dépendent de l activité de ses services et des priorités fixées par les autorités ministérielles. Les infractions constatées par les agents de la DGCCRF sont essentiellement révélées par les contrôles effectués dans les entreprises Ainsi, depuis quelques années, la DGCCRF oriente ses contrôles en direction des secteurs les plus sensibles et les plus propices à la commission d une infraction relevant de son champ de compétence. Par conséquent, plus les contrôles seront ciblés vers des secteurs à risque, plus le nombre d infractions révélées pourra être important. D importantes variations saisonnières peuvent également être constatées en fonction des priorités fixées par l administration centrale. Ainsi, durant les périodes estivales, les infractions concernant la réglementation sur l hygiène dans les restaurants, sont généralement en forte hausse par rapport au reste de l année puisque, en été, une grande majorité des agents concentre ses contrôles vers les établissements susceptibles de contrevenir à cette réglementation. Il est donc très difficile d interpréter les statistiques de la DGCCRF qui ne permettent pas nécessairement d indiquer si une augmentation des procès-verbaux pour certaines infractions tient à un meilleur ciblage (donc à des contrôles plus efficaces) ou est vraiment révélatrice d une évolution de fond du phénomène. 6 * * * INHESJ/ONDRP Rapport 2013

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Opération Interministérielle vacances : Centre aéré visité

Opération Interministérielle vacances : Centre aéré visité Dossier de presse Opération Interministérielle vacances : Centre aéré visité Sous le pilotage de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) chargée tout particulièrement de la

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

Réseau de surveillance de l Internet : le bilan 2007

Réseau de surveillance de l Internet : le bilan 2007 Réseau de surveillance de l Internet : le bilan 2007 Le commerce électronique est en progression constante. Parallèlement, l activité du réseau de surveillance de l Internet et les contrôles de cyber-enquêteurs

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état Dossier de presse Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état le mercredi 11 janvier 2015 à la Clusaz Contact : Service

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Résultats 2011. de la DGCCRF

Résultats 2011. de la DGCCRF Résultats 2011 de la DGCCRF Bilan général 2011 Les chiffres clés 2011 Les contrôles de la DGCCRF 853 000 vérifications effectuées 153 000 établissements contrôlés 240 000 analyses 9 600 sites internet

Plus en détail

Dossier. L'hébergement en maison de retraite

Dossier. L'hébergement en maison de retraite Dossier L'hébergement en maison de retraite En France, entre 1990 et 2010, les hommes ont gagné 5,4 années de vie et les femmes, 3,8 années 1. L accroissement régulier de l espérance de vie entraîne inéluctablement

Plus en détail

Fraude de masse - L approche belge. Luxembourg le 14.03.11

Fraude de masse - L approche belge. Luxembourg le 14.03.11 Fraude de masse - L approche belge Luxembourg le 14.03.11 Fernand Van Gansbeke Directeur DG Controle et Médiation Qu est-ce que la «fraude de masse» Tous types de fraude Utilisant tous les techniques de

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle

DOSSIER DE PRESSE. Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction. Lundi 20 octobre 2014 à 15h00 Sur la RD 1120 dans le sens Naves - Tulle Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 24 DOSSIER DE PRESSE Opération de contrôles routiers alternatifs à la sanction Lundi 2 octobre 24 à 5h Sur la RD

Plus en détail

Le secteur du dépannage à domicile : évolution comparée des plaintes de consommateurs et des prix à la consommation

Le secteur du dépannage à domicile : évolution comparée des plaintes de consommateurs et des prix à la consommation N 7 Novembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur du dépannage à domicile : évolution

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Comité Opérationnel Départemental de la lutte Anti-Fraude (CODAF) : présentation du bilan des actions

DOSSIER DE PRESSE. Comité Opérationnel Départemental de la lutte Anti-Fraude (CODAF) : présentation du bilan des actions DOSSIER DE PRESSE Comité Opérationnel Départemental de la lutte Anti-Fraude (CODAF) : présentation du bilan des actions Mercredi 3 septembre 2014 À 14h30 Bureau de M. le préfet Qu est ce que le CODAF?

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat la somme de 1 500 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N 1003077 M. Yves Alain LXXXX M. Vennéguès Magistrat désigné M. Bernard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Rennes

Plus en détail

Le développement du e-commerce et la relation-clients

Le développement du e-commerce et la relation-clients N 8 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le développement du e-commerce et la relation-clients

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels La Commission de régulation de l'énergie (CRE) est une autorité administrative indépendante qui concourt, au bénéfice des consommateurs finals, au bon fonctionnement des marchés de l électricité et du

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs N 17 Août 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le commerce alimentaire de proximité Analyse

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail Politique de surveillance de l application de la loi Commission des normes du travail Date de la dernière modification : décembre 2009 Remplacement Cette politique remplace la Politique de surveillance

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS. 30 septembre 2011

NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS. 30 septembre 2011 NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS 30 septembre 2011 Direction Départementale des Territoires de la Corrèze SOMMAIRE Les différents types de sanction La

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes

PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes PRÉFET DE LA RÉGION NORD PAS-DE-CALAIS PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes Le présent plan régional triennal est une déclinaison

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE COMITÉ D'ENTREPRISE EN NOVEMBRE?

LETTRE D'INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE COMITÉ D'ENTREPRISE EN NOVEMBRE? LETTRE D'INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE COMITÉ D'ENTREPRISE EN NOVEMBRE? Le CE peut demander en novembre : - à être consulté sur la durée et l'aménagement du temps de travail (code du travail,

Plus en détail

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES

SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES SEMINAIRE FRATEL LA MESURE DE LA QUALITE DE SERVICE DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES 1 Sommaire 1. LES ACTEURS 2. LES OUTILS DE GESTION DE LA QOS 3. LES MÉTHODES UTILISÉES 4. LES ÉLÉMENTS QUI AFFECTENT

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Réglementation des implantations commerciales en

Réglementation des implantations commerciales en Réglementation des implantations commerciales en Belgique La réglementation des implantations commerciales, jusqu ici encadrée par la loi «Cadenas» du 29 juin 1975, est désormais soumise à la loi baptisée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, le 10 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Consultation de la Commission : «Habiliter les autorités nationales de concurrence à appliquer les règles européennes de concurrence plus efficacement»

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET OPTIQUE

COMPLEMENTAIRES SANTE ET OPTIQUE COMPLEMENTAIRES SANTE ET OPTIQUE Les liaisons dangereuses imposent un changement de monture pour la réforme du secteur Conférence de presse 20 mai 2014 Un sujet à la croisée de tous les regards Mis en

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-32 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Vinci Facilities Operations Services France, Energie Sécurité, Faceo Sécurité Prévention

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

50 Ans. nivirec@nivi.it

50 Ans. nivirec@nivi.it 50 Ans nivirec@nivi.it NIVI CREDIT offre aux Municipalités un service efficace pour la notification et le recouvrement des procès-verbaux dressés contre des citoyens résidents à l étranger et des véhicules

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI LOI N 2006-04 DU 4 JANVIER 2006, PORTANT CREATION DU CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL (CNRA) Exposé des motifs Le présent projet de loi a pour

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

De l'implantation au rythme de croisière

De l'implantation au rythme de croisière De l'implantation au rythme de croisière Contexte recherché (entreprises et Etat) Conditions cadre ordinaires (sociétés) Octroi et portée des allégements fiscaux Cas des salariés Politique économique Que

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009.

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. 1 Remarques introductives (1) La Loi LME, une loi sur les délais de paiement Concernant les délais interentreprises

Plus en détail

Qualité et limites des données

Qualité et limites des données Qualité et limites des données Le Registre des entreprises s appuie en grande partie sur les données obtenues au cours de l inscription à un numéro d entreprise (NE) auprès de l Agence de revenu du Canada

Plus en détail

PROJET DE LOI Volet «Réforme du système d inspection du travail» ------ Article xx (à compléter)

PROJET DE LOI Volet «Réforme du système d inspection du travail» ------ Article xx (à compléter) REPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Version soumise à la consultation du CNIT 21 novembre 2013 NOR : [ ] PROJET DE LOI Volet «Réforme

Plus en détail

L'évolution du système d'information de la gendarmerie

L'évolution du système d'information de la gendarmerie L'évolution du système d'information de la gendarmerie Et les statistiques CNIS - 26 novembre 2013 - DGGN/MPP 1 1 PULSAR EXTRAIT LES STATISTIQUES DE LA PROCÉDURE CNIS - 26 novembre 2013 - DGGN/MPP 2 1.1

Plus en détail

Yakdhane ABASSI http://yakdcours.webou.net 86

Yakdhane ABASSI http://yakdcours.webou.net 86 CHAPITRE 8 : LES TABLEUAX DE BORD 8.1 L utilité et le contenu des tableaux de bord : Le contrôle par les tableaux de bord vise à combler certaines insuffisances révélées par le contrôle budgétaire et le

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Circulaire interministérielle DGPR/DGCCRF/DGT/DGS/DGDDI du 25 juin 2013 relative aux contrôles des substances et produits chimiques

Circulaire interministérielle DGPR/DGCCRF/DGT/DGS/DGDDI du 25 juin 2013 relative aux contrôles des substances et produits chimiques MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, ET DE L'ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL MINISTÈRE

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION

PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION REGLEMENT PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION Article 1 er L autorisation de changement d usage est accordée à titre

Plus en détail

EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes)

EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes) EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes) Les corrigés sont en seconde partie de ce fichier (pages 4 à 8). Exercice 1: A la sortie d un hypermarché, on

Plus en détail

Le marché de la formation professionnelle continue de La Réunion en 2011

Le marché de la formation professionnelle continue de La Réunion en 2011 Le marché de la formation professionnelle continue de La Réunion en 2011 L activité des organismes de formation de La Réunion Service Régional de Contrôle de la Direction des Entreprises, de la Concurrence,

Plus en détail

Le rôle du Service Public de Wallonie

Le rôle du Service Public de Wallonie La nouvelle réglementation wallonne pour les services de taxis et de location de voitures avec chauffeur Le rôle du Service Public de Wallonie SPW- DGO2 - Direction du Transport de personnes Florence Wathelet

Plus en détail

Hygiène alimentaire :

Hygiène alimentaire : Service juridique, des affaires réglementaires et européennes 03/07/2015 Hygiène alimentaire : - Bilan des contrôles officiels pour l année 2014 - Opération alimentation vacances 2015 La Direction Générale

Plus en détail