La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat"

Transcription

1 La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4 novembre Chambéry 1

2 APESA Pole Technologies Notre Plateau Technique est le support d'expérimentation de notre Pôle. Véritable plateforme d essais, il permet de réaliser des expérimentations et des tests visant à valider la fiabilité des projets de nos clients dans le domaine de la valorisation énergie matière. Nous pouvons tester l ensemble d une filière de traitement de la biomasse, depuis le gisement jusqu à la qualité du produit aval (digestat et/ou compost) 2

3 Sommaire 1) Contexte 2) Protocole mis en place 3) Résultats et limites 4) Conclusion 3

4 Contexte digestat = déchet plan d épandage Digestat compostage (NFU ) homologation produit Possibilité de déposer un dossier avant la mise en service de l unité en pilote s'appuyer sur des résultats d'essai 4

5 Essais en réacteur pilote Mesure composition biogaz balance Objectif : reproduire le système de traitement et simuler le fonctionnement du scénario envisagé Echantillonnage des intrants chez les producteurs Conservation des matières Introduction quotidienne selon le plan de charge Analyses des matières premières 5

6 Protocoles mis en place 4 phases de fonctionnement: phase de lancement phase de montée en charge (selon scénario) phase de fonctionnement stabilisé phase d échantillonnage du digestat (gestion en lots) Suivi des performances: T C, débit et composition biogaz, ph, redox, AGV, TAC, MS, MO 6

7 Protocoles mis en place 2 essais réalisés : deux projets > tonnes/an n 1: intrants agricoles et agroalimentaires, hygiénisés en totalité, 1 digesteur IM, 39 C, TRH= 40j n 2: intrants agricoles et agroalimentaires, seuls les C3 sont hygiénisés, 1 digesteur IM, 43 C, TRH=30j + 1 post digesteur, 37 C, TRH=23j. Analyses réalisées: n 1: agronomiques, ETM, CTO, microbiologie, test cresson, AT4, biodisponibilité et minéralisation de l azote n 2: agronomiques, ETM, CTO, microbiologie 7

8 Résultats: paramètres agronomiques Alimentation moyenne ESSAI n 1 ESSAI n 2 Moyenne digestat Coeff variation digest Alimentation moyenne Moyenne digestat Coeff variation digest MS % PB 20, % % MO g/kg MS 833, % % C organique g/kg MS 416, % % NTK+Nox g/kg MS 27, % nc nc nc N ammoniacal g/kg MS 3, % nc nc nc NTK g/kg MS % N org g/kg MS % 6 C/N 15, % % MO/Norg 36, % P 2 O 5 g/kg MS 12, % % K 2 O g/kg MS 5, % % MgO g/kg MS 2, % % CaO g/kg MS 20, % % Na 2 O g/kg MS 3, % % SO 3 g/kg MS 7, % % Chlorures g/kg MS 2, % % MS, MO, C/N - Coef de variation <10 % pour la majorité des paramètres 8

9 Résultats: paramètres agronomiques Alimentation moyenne moyenne digestat MS % PB 20,33 8,02 NTK+Nox g/kg brut 5,49 5,70 Azote ammoniacal g/kg brut 0,78 2,80 Azote orga g/kg brut 4,70 2,90 P2O5 g/kg brut 2,58 2,55 K2O g/kg brut 1,19 1,47 Evolution de l azote organique en azote ammoniacal Conservation des éléments NPK 9

10 T/an Résultats: ETM Ref. anses flux max annuel (g/ha) Cr 600 Cu Ni 300 Zn Cd 15 Pb 900 Hg 10 Se 60 As apport de digestat pour respect des critères ANSES Cr Cu Ni Zn Cd Pb Hg Se As tonnage de digestat 1 qu'il est possible d'apporter tonnage de digestat 2 qu'il est possible d'apporter Valeur limitante = cuivre max 46T/ha soit 266 kg N/ha déjà trop pour une majorité de culture Flux ETM < seuil ANSES 10

11 Résultats: CTO 1 0,9 0,8 PCB 6 5 CTO 0,7 4 0,6 0,5 3 0,4 0,3 0,2 2 1 digestat essai 1 digestat essai 2 seuil anses 0,1 0 PCB 028 PCB 052 PCB 101 PCB 118 PCB 138 PCB 153 PCB 180 somme 7 PCB mg/kg MS 0 Fluoranthène Benzo(b)fluoranthène Benzo(a)Pyrène Mg/kg MS Teneur CTO < seuil ANSES Pas d évolution de ces valeurs au cours de la DA 11

12 Microbiologie: entérocoques 1E+09 Essai Essai Seuil anses alimentation essai 1 digestat essai 1 alimentation essai 2 digestat essai /g PB Entérocoque Coef de variation: entre 70 et 100% en entrée et 20 et 70% en sortie Résultats différents selon les essais. Cas n 1: forte croissance, peut être due à une concentration de 8*10^4 dans l inoculum mais prélèvements réalisés après 5 temps de séjour Valdipro propose la méthode SLANETZ 12

13 Microbiologie: Clostridium Essai Essai 1 Essai Essai 1 alimentation essa 100 Seuil anses 100 digestat essai 1 alimentation essa digestat essai /g PB Spore Clostridium perfringens UFC/g 1 Clostridium perfringens Coef de variation: entre 55 et 160% en entrée et 0 et 85% en sortie Résultats prévisibles car résistance à des T C élevées. Clostridium survit à l hygiénisation 13

14 Microbiologie: Staphylocoques 1000 Essai 1 100? Essai 2 alimentation essai 1 digestat essai 1 Seuil anses alimentation essai 2 10 digestat essai 2? 1 UFC/g PB Staphylococcus aureus ou à coagulase + Coef de variation120% en entrée et entre 0 et 120% en sortie La mesure ne semble pas adaptée. < UFC signifie qu après 5 dilutions il n y a pas UFC observable 14

15 Microbiologie: Escherichia Coli Essai 1 Essai Seuil anses 100 alimentation essai 1 digestat essai 1 alimentation essai 2 digestat essai 2 10 NPP/g PB 1 Escherichia coli Coef de variation 46 à 75% en entrée et entre 0 et 33% en sortie Résultats en dessous des valeurs pour les œufs et larves de nématodes, salmonelle et abattement sur de nombreux autres microorganismes. 15

16 AT4 Résultats: phytotoxicité Paramètre Digestat à T0 Digestat à T0 + 1 mois Composé stabilisé Consommation O2 (mg O2/gMS) Indice de respiration dynamique (mg O2/kg MVS/h) Valeur > seuil, mais < aux valeurs obtenues sur matières fraiches Méthanisation taux de stabilité de la MO, mais pas suffisamment pour atteindre un stade stabilisé stockage nécessaire avant utilisation Cresson T0 et T0+ 1 mois pas d émergence A T0+ 3 mois: la germination commence mais < témoin. Il doit rester des AGV ne pas semer une culture juste après l épandage, mais attendre pour que ces composés antigerminatifs soient biodégradés dans le sol. Sur une culture déjà en place le phénomène ne sera pas observé à condition de respecter les doses préconisées. 16

17 exprimé en % du témoin exprimé en % du témoin Croissance foliaire La dose d utilisation du digestat a été considérée à 30T/ha dose 1 dose 2 dose 10 11,79 g/l mélange 23,58 g/l mélange 117,9 g/l mélange blé 26-mai 23-juin 25-août dose1 dose2 dose10 dose1 dose2 dose10 emergence (%) biomasse (mg/plantule) /05/2014 laitue 25/08/2014 tomate dose1 dose2 dose10 dose1 dose2 dose10 emergence (%) 23/06/2014 tomate laitue et tomate biomasse (mg/plantule) Pour le blé: Pour la laitue et la tomate: Aucun effet néfaste à toutes les doses pour le digestat à t0 et pour le digestat stocké 1 mois et 3 mois Effet néfaste sur la germination et la croissance foliaire à la dose 10 pour le digestat à t0 et t0+1mois Effet favorable à la croissance aux doses 1 et 2. à la dose 10 uniquement pour le digestat stocké 1 mois et 3 mois Effet favorable à la croissance foliaire aux doses 1 et 2 pour le digestat stocké 1 mois et 3 mois 17

18 Conclusion (1) Les résultats sont dépendants du scénario du projet chaque situation est spécifique Certains aspects sont bien maitrisés: paramètre agronomique, CTO, ETM, essais de stabilité, de phytotoxicité Post traitement influence les résultats (effet de la durée de stockage du digestat) Microbiologie = point sensible 18

19 Conclusion (2) A l échelle pilote reproduire la totalité de la chaine de traitement du digestat est plus ou moins facile : stockage, séchage réalisables à l échelle pilote, autres post-traitements plus difficile à mettre en œuvre extrapolations nécessaires basées sur l expertise Certaines méthodes d analyses ne sont pas adaptées au digestat microbiologie, cresson L essai Pilote permet une caractérisation globale du digestat permet d apporter des données «réelles/concrètes» pour constituer le dossier de demande d homologation instruit par l Anses. 19

20 Merci de votre attention Avez-vous des questions? Marine Cordelier

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Journées thématiques du Réseau National Biofilms, 14-15 Juin 2006, Orléans Etude de la formation du biofilm lors du démarrage de procédés intensifs de méthanisation R. Cresson, R. Escudié, H. Carrère,

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s).

Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s). Recherche Innovation Transfert de Technologie pour les Matières fertilisantes Organiques Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s). Nicolas THEVENIN Plan 1. Compostage :

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013 Sommaire du document 1. Naskeo en quelques chiffres 2. Les prestations proposées par Naskeo 3. Références Naskeo et projets en cours 4. Activités Narbonne

Plus en détail

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION

LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION LES AUTRES THÈMES BIOMÉTHANISATION Technologies émergeantes de biométhanisation de la biomasse végétale en Inde H.N. Chanakya, Centre for Sustainable Technologies (formerly ASTRA Centre), Indian Institute

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction de l Eau et de la Biodiversité Sous-Direction de la Protection et de la Gestion des Ressources

Plus en détail

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE Agro-alimentaire et Environnement SOMMAIRE Page Introduction 1 Analyses microbiologiques 5 Microbiologie des aliments 6 Microbiologie des eaux 7 Microbiologie

Plus en détail

biophyt sa Institut de recherches et de consultations en agronomie et écologie appliquées

biophyt sa Institut de recherches et de consultations en agronomie et écologie appliquées biophyt sa Institut de recherches et de consultations en agronomie et écologie appliquées Le compost, c est quoi? Définition, composition, valorisation, qualité Dr. Jacques G. Fuchs, biophyt sa 1. Généralités

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

Station décentralisée de traitement anaérobie des boues de vidange

Station décentralisée de traitement anaérobie des boues de vidange Projet mise en œuvre d améliorations des services d assainissement adaptés Station décentralisée de traitement anaérobie des boues de vidange Note descriptive 20 Septembre 2013 BIOECO SARL bioecosarl@yahoo.fr

Plus en détail

Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine

Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine L expérience allemande de la méthanisation à la ferme : transposition au contexte français Compte tenu d une politique d achat de l électricité peu incitative, la centaine d unités de méthanisation construites

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

Vade-mecum technique et administratif relatif à la biométhanisation de biomasse humide en Région wallonne.

Vade-mecum technique et administratif relatif à la biométhanisation de biomasse humide en Région wallonne. Vade-mecum technique et administratif relatif à la biométhanisation de biomasse humide en Région wallonne. Un Facilitateur, gratuitement au service des porteurs de projets en biométhanisation Depuis 2001,

Plus en détail

Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires

Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires ARNAUD Thierry(1), PELLET Stéphane(1), FOLLUT Marie-Laure (2) (1)Veolia Eau, Direction Technique & Synergies, 1 Rue Battista Pirelli,

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique

la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique Pour les projets d une puissance électrique inférieure à 500 kw e Septembre 2011 Le principe biologique de la méthanisation Les 4 étapes de la méthanisation Biomasse

Plus en détail

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE STR/P8077/janvier 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 PRESENTATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage

Plus en détail

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables

Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Investissements territoriaux dans les énergies renouvelables Caen 1 Plan stratégique Elan 2020 : quatre priorités au service du développement durable Le logement Les universités Les PME L environnement

Plus en détail

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait!

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Actualisation janvier 2009 Processus de production de biogaz BIOMASSE Matière organique fraîche (déjections,

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI DE LA BIOLOGIE SUR UNE UNITE DE METHANISATION AGRICOLE

GUIDE DE SUIVI DE LA BIOLOGIE SUR UNE UNITE DE METHANISATION AGRICOLE GUIDE DE SUIVI DE LA BIOLOGIE SUR UNE UNITE DE METHANISATION AGRICOLE La biologie de la méthanisation La phase de démarrage d un digesteur Le suivi de la biologie en régime nominal Les équipements de mesure

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires P3-oxonia active Description Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires Qualités Le P3-oxonia active est efficace à froid. Il n'est ni rémanent ni polluant. Il ne contient pas d'acide

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Notice d emploi et guide méthodologique

Notice d emploi et guide méthodologique Notice d emploi et guide méthodologique Elise Lorinquer, Paul Ponchant et Pascal Levasseur Février 2014 PLAN : Notice d emploi 1. Généralités p 2 2. Feuille de présentation générale p 2 3. Partie porc

Plus en détail

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Salon Best 19 octobre 2013 Situation en Région wallonne Coût d achat du courant

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée L application de la circulaire Voynet-Le pensec et la mise en place des programmes

Plus en détail

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes

TITRONIC et TitroLine. Les nouveaux titrateurs et burettes TITRONIC et TitroLine Les nouveaux titrateurs et burettes Un pas en avant pour la titration Si vous cherchez l innovation: SI Analytics vous propose ses nouveaux TitroLine 6000 et 7000 et ses nouvelles

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2

Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2 Innovations Agronomiques (2009) 4, 1521 Amendements organiques et maraîchage biologique sous abri Observations après 6 années d apport. F. Bressoud 1, A. Arrufat 2 1 : INRASAD, Domaine horticole du mas

Plus en détail

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine 22 rue de l'hermite 33520 BRUGES Tél. 05 56 16 20 16 - Fax 05 56 57 68 07 info-devis@atlanticlabo-ics.fr - www.atlanticlabo-ics.fr Un pas en avant pour la titration

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Logo CERVIA Parce que l enjeu alimentaire est plus que jamais un défi pour demain, le CERVIA PARIS Ilede-France,

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie PREFECTURE REGION NORD PAS DE CALAIS Direction Régionale de l Environnement Nord - Pas de Calais Service Eau, Milieux Aquatiques et Risques Naturels Cellule Réglementation et Gestion Territoriale de l'eau

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

A. Présentation générale

A. Présentation générale A. Présentation générale Page 1/29 PAGE INTENTIONNELLEMENT BLANCHE Page 2/29 Sommaire A. Présentation générale...... 1 1 Lettre de demande...... 9 2 Identité de l établissement... 11 2.1 Demandeur... 11

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Atelier de l innovation

Atelier de l innovation Programme Jeudi 11 avril 2013 Aurillac En partenariat avec la Chambre de commerce et d industrie du Cantal Accompagner le développement du territoire : une ambition partagée par EDF et la Datar Être au

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE

LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE LE CADRE REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES ACTIVITES AGRICOLES DE METHANISATION ET DE COMPOSTAGE Novembre 2012 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : Étude réalisée APESA pour (coordinateur) le compte

Plus en détail

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant les références applicables aux denrées alimentaires en tant que critères

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses...

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses... FEVRIER 2015 Qualité des produits alimentaires Prélèvements, demande d analyse... 2 Analyses bactériologiques... 2 Analyses chimiques... 5 Analyses combinées... 6 Analyses diverses... 11 Autres prestations...

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE par Jean Paul CHABRIER Société ENVIRO-CONSULT Ingénieur Consultant en séchage thermique des boues et déchets AQUATECH

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7

Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7 Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7 LIGNES DIRECTRICES ET NORMES POUR L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ANALYTIQUES

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

La méthanisation «à la ferme»

La méthanisation «à la ferme» Solagro Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Association Loi 1901 75 Voie du TOEC - 31076 TOULOUSE Cedex 3 0 (+33) 5 67 69 69 69 - Fax 0 (+33) 5 67 69 69 00 Email : solagro@solagro.asso.fr

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

La R&D et l'innovation : quelles opportunités pour les collectivités locales?

La R&D et l'innovation : quelles opportunités pour les collectivités locales? La R&D et l'innovation : quelles opportunités pour les collectivités locales? Intervenants : > Laurent BELLEMARE > Marie-Yvonnick LEGAL > Véronique CHARBEAUX > Nicolas TONNET R&D et innovation au service

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir»

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» La gestion future : dispositifs en expérimentation Plateforme technologique PFT GH 2 0 4 ème Semaine de l eau - Journée Technique

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation

CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation CREDIT AGRICOLE et le financement de la filière méthanisation Page 1 EXPO BIOGAZ 2013 1 LE CREDIT AGRICOLE ET LA METHANISATION 2 RETOUR D EXPERIENCE: UN PROJET DE METHANISATION A LA FERME Page 2 EXPO BIOGAZ

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

L épandage des boues d épuration sur prairies en élevage laitier. Guide pratique

L épandage des boues d épuration sur prairies en élevage laitier. Guide pratique L épandage des boues d épuration sur prairies en élevage laitier Guide pratique cette brochure a été rédigée par l (Jean-Baptiste dollé, Fatah Bendali, Valérie david, Philippe dumonthier, André Le Gall,

Plus en détail

Annexe IV : Fiches techniques d ingrédients

Annexe IV : Fiches techniques d ingrédients Annexe IV : Fiches techniques d ingrédients FICHE TECHNIQUE CARACTERISATION EXTRAIT ANIMAL DEFINITION DE LA MATIERE PREMIERE UTILISEE POUR L EXTRACTION Espèce animale, Tissus animal, Age des animaux utilisés

Plus en détail

RÉDUIRE, TRIER ET VALORISER LES BIODÉCHETS DES GROS PRODUCTEURS

RÉDUIRE, TRIER ET VALORISER LES BIODÉCHETS DES GROS PRODUCTEURS RÉDUIRE, TRIER ET VALORISER LES BIODÉCHETS DES GROS PRODUCTEURS Guide pratique Novembre 2013 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par IDE Environnement Contrat n 1206C0033 Coordination technique :

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

option pour le climat?

option pour le climat? Biosolides municipaux Quelle est la meilleure option pour le climat? Claude Villeneuve, professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil de l Université du Québec à Chicoutimi (Claude_Villeneuve@uqac.ca)

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT

DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT > SOMMAIRE UTILISATION P 3 POLITIQUE DE LA DIRECTION P 4 LE GROUPE P 5 TRAÇABILITÉ P 6 MANAGEMENT DE LA QUALITÉ P 7 ORGANIGRAMME P 8 CARTOGRAPHIE DES P

Plus en détail