Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux"

Transcription

1 Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences Laboratoire de géotechnique Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon Yves ATLAN Ingénieur au département Ingénierie géotechnique au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)* Introduction Le confinement des décharges fait souvent appel à des couches de matériaux argileux compactés. L'étude préalable en laboratoire des matériaux argileux susceptibles d'être utilisés suit en général les étapes suivantes : identification géotechnique et minéralogique du matériau, étude du compactage par essai Proctor, étude de la perméabilité du matériau compacté. L'objectif de la recherche présentée ici est l'amélioration des deux dernières procédures. En effet, la méthode actuelle présente des aspects critiquables. Compactage RESUME Dans cet article nous présentons l'appareillage et la méthode utilisée pour le compactage statique ainsi que la mesure de la perméabilité des sols compactés dans ces conditions. Les résultats obtenus sur divers types de sols, montrent que le compactage statique est bien adapté au cas des sols fins argileux. Nous montrons également qu'il existe un optimum de teneur en eau pour lequel la perméabilité est à la fois minimale et peu sensible à l'énergie de compactage. MOTS CLÉS : 42 - Essai - Compactage Statique - Argile - Perméabilité - Mesure - Eau Optimlum - Teneur en eau -/Décharge Confinement. Le compactage Proctor est un essai dynamique, peu adapté au compactage des matériaux argileux, ou en tout cas pas mieux adapté qu'un essai plus simple comme le compactage statique. Perméabilité à l'eau La perméabilité du matériau compacté est mesurable de plusieurs façons. Quand le matériau est semi-perméable, il est possible de réaliser la mesure directement dans le moule de compactage. Cela n'est plus possible quand le matériau est peu perméable * Au moment de la rédaction de cet article, Consultant en géotechnique à Montpellier. actuellement Bull, liaison Labo. P. et Ch nov.-déc Réf

2 (ce qui est le cas des matériaux argileux) car l'essai durerait trop longtemps du fait des dimensions du moule. En fait, assez souvent, l'essai est réalisé soit en prélevant un échantillon plus petit dans le moule Proctor, d'où introduction d'une manipulation induisant des remaniements et des erreurs, soit en réalisant un compactage statique dans un œdomètre. Cette deuxième manière de faire, la plus courante, évite de prélever un échantillon, avec les problèmes de contact entre le matériau et la paroi du perméamètre que cette opération entraîne, mais elle introduit une incohérence dans la méthode : l'étude de compactage est faite par l'essai Proctor et l'essai de perméabilité est réalisé sur un échantillon compacté statiquement, alors que l'on sait que la structure de l'échantillon et sa perméabilité dépendent du mode de compactage [Daniel, 1985 ; Chapuis, 1989]. Nous avons mis au point un protocole de laboratoire pour l'étude du compactage et de la perméabilité à l'eau des argiles et des matériaux fins, spécifique au problème des couvertures et des fonds de décharges. En effet, deux aspects fondamentaux distinguent ce problème de ceux habituellement rencontrés dans les études de compactage : les matériaux fins étant argileux ou argilolimoneux, il est possible d'utiliser un moule de compactage de dimensions inférieures à celui de l'essai Proctor, les effets de bords étant moins importants car liés au rapport des dimensions de grains du matériau étudié à celui du moule de compactage ; le paramètre que l'on veut contrôler est la perméabilité. Cela entraîne que, sous réserve d'avoir un matériau ayant les caractéristiques mécaniques minimales qui assurent la stabilité de l'ouvrage, le compactage pourra être conçu de façon à obtenir une imperméabilisation suffisante, en considérant comme secondaire, par exemple les problèmes de portance (qui sont à l'origine de l'exigence d'un compactage très soigné dans le domaine routier). A partir des considérations qui viennent d'être exposées, le programme suivant a été décidé : mise au point d'un essai de compactage statique qui aura pour intérêt d'être plus rapide et d'exiger moins de matériaux qu'un essai Proctor ; mesure de la perméabilité en utilisant le moule de compactage, mesure rendue plus fiable parce que réduisant au minimum les risques de cheminements préférentiels le long de l'interface matériaux - moule. Identification des matériaux étudiés Cinq types de matériaux ont été étudiés. Les caractéristiques d'identification géotechniques et minéralogiques sont présentées dans les tableaux I et II : argile de Soulaines : argile grise, peu plastique, à pôle kaolinique ; deux argiles de Saint-Sauveur (près de La Hague) prélevés en deux endroits (PI et P2) : argiles jaunes, très plastiques, à pôle smectique ; argile de Roumazière (Limousin) : argile jaune, très plastique, à pôle kaolinique, avec des teneurs significatives en montmorillonite ; limon de plateau (Roissy) : brun jaune, peu plastique ; mélanges sable - argile (P2) (matériaux provenant de Saint-Sauveur). TABLEAU I Résultats des essais d'identification géotechnique I f 7<Z :ywifô>iajir * T -3 k " Soulaines Argile peu plastique Roumazière Argile très plastique La Hague (P1) Argile très plastique La Hague (P2) Argile très plastique Roissy Limon peu plastique Sable Sable étalé ,5 1,5-16

3 TABLEAU II Analyses minéralogiques par diffraction aux rayons X ilfr ''' II."-. â Soulaines Infra-trace 10 Roumazière La Hague Étude du compactage statique et de mesure de la perméabilité Appareillage Le moule de compactage statique représenté sur la figure 1 est constitué des éléments suivants : une bague contenant l'échantillon, de 70 mm de diamètre et de 25 mm d'épaisseur ; une rehausse en deux parties vissée sur la bague ; deux pierres poreuses assurant le drainage des deux faces de l'éprouvette ; un piston coulissant dans un cylindre de même diamètre que la bague, permettant de répartir l'effort vertical sur l'éprouvette ; une embase. Le chargement de l'éprouvette s'effectue au moyen d'une presse, permettant de régler la vitesse d'application de la contrainte. Le déplacement du piston et la pression de compactage sont mesurés au moyen d'un capteur électronique. La mesure de la perméabilité se fait sur un banc de mesure spécialement construit et permettant de réaliser en même temps une dizaine de mesures. La cellule de perméabilité présentée sur la figure 2. est constituée : d'une bague de 70 mm de diamètre et de 25 mm d'épaisseur ; d'une embase et d'un couvercle munis de pierres poreuses, entre lesquels est placé l'échantillon. Fig. 1 - Appareillage du compactage statique. Compactage statique Mode opératoire Un échantillon de 250 g de matériau, amené à la teneur en eau souhaitée, soit wv est introduit dans le moule. Par l'intermédiaire du piston, une pression croissante de 0 à 2,5 MPa est appliquée à la vitesse v de 1,3 MPa par minute. Au cours de la montée en charge, le déplacement du piston est noté par lecture directe à intervalles réguliers de pression, soit 0, ,5-2 et 2,5 MPa, ce qui permet de calculer le poids volumique humide de l'échantillon pour la pression considérée, une fois mesuré à la fin de l'essai le poids volumique humide de l'échantillon compacté sous 2,5 MPa. La même opération est répétée à différentes teneurs en eau w2, w3, w4 et w5. A Sens de percolation Fig. 2 - Moule pour la mesure de perméabilité. 17

4 4. Résultats expérimentaux et premières constatations La figure 3 donne un exemple des résultats obtenus sur un diagramme yd - w. Pour chaque pression de compactage, les courbes yd - w s'emboîtent selon la disposition habituellement observée pour les courbes obtenues par compactage à la dame avec des énergies de compactage croissantes. Les courbes yd - w provenant des essais Proctor normal et Proctor modifié sont également tracées sur la figure 3. On note que : la ligne joignant les optimums statiques est décalée vers les basses teneurs en eau par rapport à celle joignant les optimums Proctor normal et modifié ; la courbe Proctor normal est située entre les courbes de compactage statique relatives aux pressions 0,8 et 1,3 MPa. Densité sèche De cette première manipulation, on peut tirer les conclusions principales suivantes : le mode opératoire utilisé permet, avec beaucoup plus de rapidité que l'essai dynamique, d'obtenir un ensemble de courbes yd - w représentant les divers états obtenus par utilisation de diverses énergies de compactage ; les résultats sont conformes à ce qui est présenté dans la littérature, en particulier en ce qui concerne l'intervalle de pression encadrant la courbe Proctor normal, pour des sols de ce type [Ilker, 1969 ; Subbarao, 1972]. TABLEAU III Influence de la vitesse d'application de la contrainte sur la densité du sol Soulaines 2,5 Yd La Hague (P1) 2,5 Yd Roumazière 2,5 Yd w = 16,4 % 1,85 1,85 1,83 w =21,7 % 1,70 1,72 1,72 w= 17,1 % 1,74 1,74 1,74 w = 25,6 % 1,60 1,60 1,59 w= 16,8 % 1,73 1,72 1,72 w =28,2 % 1,55 1,55 1,54 Influence du temps d'application de la contrainte Si la contrainte de compactage est maintenue constante pendant un certain temps, une variation importante de densité est-elle observable? Pour vérifier ce point, des essais ont été réalisés sur des éprouvettes d'argiles préparées du côté sec et du côté humide et compactées statiquement à la pression permettant d'obtenir une courbe (yd - w) proche de celle du Proctor normal. Nous avons maintenue constante la contrainte de compactage pendant une durée de 60 min, au cours de laquelle nous avons suivi l'évolution de la déformation et donc la densité de l'échantillon en fonction du temps écoulé. Les résultats présentés dans le tableau IV sont donnés sous forme de pourcentage d'augmentation de la densité (après un certain temps) par rapport à la densité initiale (temps zéro). = ut) - ut 0) x 100 ^ Wo ) - ydt0 : densité sèche initiale correspondant au moment où la contrainte de compactage voulue est atteinte ; - ydt : densité sèche après un temps t. TABLEAU IV Influence du temps d'application de la contrainte sur la densité du sol Influence de certains paramètres sur les résultats du compactage Vitesse de montée en charge Des essais ont été effectués sur des échantillons d'argile de Soulaines, de Roumazière et de La Hague à deux teneurs en eau, du côté sec et du côté humide, pour chaque échantillon testé. Dans le domaine des vitesses utilisées (vx = vil, v2 = v et v3 = 2v, avec v = 1,3 MPa/min), les résultats obtenus montrent que la densité du sol est très peu dépendante de la vitesse de chargement (tableau III) ,8 0,9 0,3 0,3 5 2,1 1,4 0,5 0,7 10 2,3 1,7 0,5 0,9 20 2,5 2,1 0,6 1,3 40 2,6 2,7 0,7 1,8 60 2,7 4,3 0,8 2,2 18

5 Les résultats obtenus montrent que, l'influence du temps d'application de la contrainte sur la densité du sol n'est pas négligeable. Il faut donc tenir compte de ce paramètre et éviter d'arrêter le processus de compactage au cours de l'essai, cela, afín de mieux simuler le compactage in situ, où le temps d'application de la charge est très court. Cycle de chargement On sait que la compacité croît avec le nombre de cycle [Grimm, 1974]. La complexité du phénomène nous conduit à préférer un mode opératoire ne comportant pas de cycle, de façon à obtenir un essai de réalisation simple. Influence des dimensions de l'éprouvette Epaisseur En fin de compression statique, pour une pression de 2,5 MPa, la densité humide de l'échantillon a été mesurée de deux façons : par mesure du déplacement du piston, ce qui donne le volume, d'où la densité des 250 g de matériau compacté ; après démontage du piston et arasage des 5 à 10 mm de matériau extérieur à la bague, par pesée du matériau contenu dans la bague. On a ainsi la densité de la partie inférieure de l'échantillon. Les deux méthodes donnent le même résultat, ce qui montre que le gradient vertical de compacité, s'il existe, est négligeable et le reste si l'on utilise une bague plus épaisse de 10 à 20 %. Diamètre Pour tester l'existence d'un gradient horizontal de compacité, des mesures de densité de la partie centrale de l'éprouvette ont été exécutées. A la précision de la mesure, la compacité observée au centre est identique à la compacité moyenne de l'éprouvette. Cela montre que l'effet de bord dû à la rigidité des parois du moule est négligeable pour des matériaux de ce type. Conclusion L'ensemble des résultats présentés montre que le mode opératoire choisi donne des résultats qui dépendent peu de légères variations des conditions expérimentales (vitesse d'application de la contrainte, par exemple). Ces résultats sont importants car ils permettent, dans la pratique du laboratoire, d'utiliser ce mode opératoire avec des appareillages moins sophistiqués que ceux que nous avons utilisés. Mesure de la perméabilité L'appareillage de mesure de perméabilité est du type à parois fixes (fig. 2), ce qui rend les mesures plus faciles et donne des résultats aussi fiables que l'utilisation de perméamètres à parois souples [Daniel et al., 1985]. Les éprouvettes sont saturées sous vide, puis un essai de perméabilité à charge constante est exécuté ; la durée de l'essai est telle que le flux ayant traversé l'échantillon en fin de mesure soit au moins égal à un volume de pore. Pendant la saturation et l'essai de perméabilité, où l'eau arrive par le bas de l'échantillon, l'éprouvette étant complètement confinée, aucun gonflement n'est possible. Ce protocole de mesure simule le fonctionnement d'une couche argileuse en fond de décharge qui serait soumise à une contrainte verticale supérieure à la pression de gonflement. Dans le cas d'un gonflement prévisible, cet appareillage pourra être modifié en laissant, par exemple, dans l'espace supérieur de l'éprouvette un vide où le gonflement pourrait se faire librement pendant la phase de saturation. Synthèse des résultats L'examen des résultats obtenus conduit à distinguer le comportement des argiles de celui des mélanges sable - argile et de celui des limons. Les commentaires qui suivent sont à confirmer par des essais complémentaires, mais la cohérence des résultats permet de penser qu'ils sont généralisables. Matériaux argileux Le compactage statique apparaît bien adapté à l'étude des sols argileux. On constate, en effet, pour les matériaux étudiés que : la contrainte de compactage statique permettant d'obtenir une densité sèche équivalente au Proctor normal est comprise entre 0,8 et 1,3 MPa. Pour les sols argileux, le compactage statique sous 1 MPa est une approximation suffisante de ce qu'il est possible d'obtenir sur chantier, avec un atelier de compactage adapté. La figure 3 donne un exemple des résultats obtenus ; les mesures de perméabilité sur les éprouvettes compactées permettent d'évaluer la plage de teneur en eau et densité sèche où il est nécessaire de se trouver en fin de mise en œuvre pour respecter la valeur de la perméabilité souhaitée. En particulier, la relation entre perméabilité, teneur en eau et pression de compactage (fig. 4) montre l'existence d'une teneur en eau optimale et d'une perméabilité minimale peu variables avec la pression de compactage dès lors que celle-ci est supérieure à une pression minimale (de l'ordre de 0,5 à 0,6 MPa). Il s'agit là d'un résultat qui, s'il est confirmé, est important au plan pratique, car il permet d'améliorer la conduite des chantiers de compactage. 19

6 Fig. 4 - Évolution du coefficient de perméabilité en fonction de la teneur en eau et de la compacité (argile de La Hague, P1). Densité sèche Coefficient de perméabilité (m / s) Fig. 5 - Évolution du coefficient de perméabilité en fonction de la teneur en eau et de la compacité (limon de Roissy). Limon de Roissy Les résultats obtenus ne diffèrent pas sensiblement de ceux observés sur les argiles : la pression de compactage statique permettant d'obtenir un optimum voisin de l'optimum Proctor normal est de 2 MPa (fig.5) ; les mesures de perméabilité sur des éprouvettes compactées statiquement ne posent pas de problème particulier. Comme pour les argiles, la figure 5 qui donne les relations entre énergie de compactage, teneur en eau et perméabilité montre qu'il existe un optimum de teneur en eau (égal à environ la teneur en eau de l'optimum Proctor + 2 %), pour lequel la perméabilité est à la fois minimale et peu sensible à l'énergie de compactage. densité optimale égale à celle du Proctor normal augmente. Les résultats obtenus sont donnés dans le tableau V et sur les figures 6a, 6b et 6c. La densification statique d'un sol sableux, dont le processus est très voisin de celui de l'essai œdométrique, est plus difficile à réaliser que celle d'un sol argileux. TABLEAU V Pression statique permettant d'obtenir une densité égale à celle du Proctor normal Mélanges argile - sable Les essais réalisés montrent que, plus la proportion de sable augmente, plus la pression statique nécessaire pour obtenir une 20

7 Densité sèche Des résultats de perméabilité semblables à ceux déjà observés sur les argiles ont été obtenus pour le mélange 50 % - 50 %. La perméabilité minimale trouvée est de 10 9 m/s pour une teneur en eau de 24 %. Par contre, du fait d'un lessivage des éléments fins, il n'a pas été possible de mesurer la perméabilité des mélanges comportant 75 % de sable et 25 % d'argile en poids. Conclusion Les résultats présentés montrent l'intérêt du protocole expérimental mis au point dans le cas des sols argileux. On obtient rapidement, et d'une manière plus reproductible, des courbes de compactage à diverses pressions (donc à diverses énergies de compactage) ainsi qu'une bonne représentation du champ des perméabilités dans le plan teneur en eau - densité sèche. Un résultat intéressant a été obtenu sur les matériaux testés : ils présentent une teneur en eau optimale qui permet d'obtenir une perméabilité minimale, celle-ci étant peu dépendante de l'énergie de compactage. La comparaison entre les courbes de compactage statique et celles de compactage dynamique (Proctor normal) des sols semble montrer que la pression permettant de donner l'optimum Proctor est d'autant plus forte que le sol est moins argileux. Notamment, pour les sols fins argileux étudiés, la courbe Proctor normal se trouve située entre les courbes de compactage statique obtenues pour des pressions de 0,8 et 1,3 MPa. En revanche, pour le mélange 25 % d'argile - 75 % de sable, nous avons constaté que la pression permettant de donner l'optimum Proctor normal est relativement forte (7,5 MPa). Ce résultat montre que le chemin statique suivi (chemin œdométrique) est peu ou pas adapté au compactage des sols granulaires. Cela est dû sans doute aux efforts normaux qui se développent entre les grains et qui conduisent au blocage de ceux-ci. De ce fait, il apparaît clairement que le compactage statique de ce type de sol suivant un chemin œdométrique est moins efficace qu'un compactage ayant une action de pétrissage ou une action vibratoire réduisant l'effort normal entre les grains. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES c Fig. 6 - Courbes de compactage statique ( ) et dynamique ( ) pour l'argile de La Hague (P2) et deux mélanges de sable et d'argile. CHAPUIS R.P., BAASS K., DAVENNE L. (1989), Granular soils in rigid-wall permeameters: method for determining the degree of saturation, Can. Geotech. J., vol. 26, 1, pp CHAPUIS R.P., GILL D.E., BAASS K. (1989), Laboratory permeability tests on sand : influence of the compaction method on anisotropy, Can. Geotech. J., vol. 26, 4, pp

8 DANIEL D.E. et al. (1985), Fixed wall versus flexible wall permeameters, Hydraulic Barriers in Soil and Rock, ASTM Special Technical Publication, vol. 874, pp DANIEL D.E., BENSON OH. (1990), Water contentdensity criteria for compacted soil liners, J. Geotech. Engrg., vol. 116, 12, pp GRIMM D. (1974), Principes de base du compactage, In pratique du compactage, Ecole Centrale des Arts et Manufactures, Paris, 27 p. ILKER U. (1969), Ecrouissage et fragilité comparée pour plusieurs argiles, Thèse de Docteur Ingénieur, Université de Grenoble, 130 p. MOUSSAI B. (1993), Étude en laboratoire du compactage statique et de la perméabilité des sols fins argileux, Thèse de doctorat de l'institut National des Sciences Appliquées de Lyon, 235 p. MUNDELL J.A., BAILLEY B. (1985), The Design and testing of a compacted clay barrier layer to limit percolation through landfill covers, Hydraulic Barriers in Soil and Rock, ASTM Special Technical Publication, vol. 874, pp SUBBARAO C. (1972), Compactage et mécanique des milieux continus, Thèse de Docteur Ingénieur, Université Scientifique et Médicale de Grenoble, 173 p. 22

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Chapitre 4 : Résistance au cisaillement des sols - 1 - RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Dans la pratique la résolution dun problème de Mécanique des Sols consiste souvent à : - vérifier que la stabilité

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

Comportement des sols fins argileux pendant un essai de compactage

Comportement des sols fins argileux pendant un essai de compactage Comportement des sols fins argileux pendant un essai de compactage statique : détermination des paramètres pertinents (clayey soil behaviour under static compaction test) A. MESBAH, J.C. MOREL, M. OLIVIER

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable)

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) Géomatériaux TD 1 Granulats 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) But de l'essai L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux respectifs des

Plus en détail

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports CANQ TR 1481 34 Broch. im".0011 ek-i- I 34 Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire Ministère des Transports 930, Chemin Ste-Foy Ce étage Québec

Plus en détail

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux.

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Expérimentation combinant essais mécaniques et approche microstructurale Myriam Duc, Aurélie Maloula, Lamis Makki Laboratoire Central

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

3- La classification des sols

3- La classification des sols Géotechnique routière 3- La classification des sols V4 FRED PORTET OLIVIER NOËL, ENSEIGNANTS À L'ENTE D'AIX-EN-PROVENCE SYLVIE NICAISE, LABORATOIRE DU CETE MÉDITERRANÉE CAROLE PORTILLO ET MATHIEU VERMEULEN,

Plus en détail

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art par E. PRANDI Ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de l'arrondissement de l'ouest et du Laboratoire Régional d'autun Il est difficile

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013)

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58. ASPHALTE COULÉ 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 1. BUT DE L'ESSAI Caractériser, par un essai de retrait

Plus en détail

04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES,

04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES, 04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES, CENDRES VOLANTES 04.01 ESSAI DE STABILITE DES SCHISTES ROUGES DANS L EAU. 04.08 CONSTANCE DE QUALITE DES CENDRES VOLANTES (ESSAI OPTICOMPACT). 04.01 ESSAI

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets rnaud BUDK SIT France 132 rue des 3 Fontanot 92758 Nanterre

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Introduction à

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

ESSAI C.B.R. (California Bearing Ratiotest) Norme NF P

ESSAI C.B.R. (California Bearing Ratiotest) Norme NF P UE2 MODULE G1 Travaux pratiques de géotechnique - Page 1 / 7 ESSAI C.B.R. (California Bearing Ratiotest) Norme NF P 94-078 A. BUT DE L ESSAI : L essai CBR est un essai de portance (aptitude des matériaux

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS MAIRIE DE NYONS 26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS SONDAGE DE RECONNAISSANCE EN VUE DE L'IMPLANTATION DU NOUVEAU CIMETIERE DANS LE QUARTIER DE LA ROCHETTE - NYONS [26] par J. PUTALLAZ BUREAU

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Prospekt 66-01F Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Sommaire Le procédé et son marché...3 Description du procédé...4 Amélioration de sols...6 Confortement de fondations...8 Comblement

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST

Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST - Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST MICROTEST, S.A. Instruments and Equipments for Materials Testing (+34) 91 796 33 32 www.microtest-sa.com 1 INTRODUCCIÓN Les machines d'essais

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL Matériaux de Construction Responsable : Pr. GHOMARI Fouad Les méthodes de formulation du Béton Le béton est un mélange dont

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

GCI 733 Géotechnique environnementale A. Cabral. (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979)

GCI 733 Géotechnique environnementale A. Cabral. (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979) 4.0.7 Aquifères, aquitards et aquicludes (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979) 4.0.7.1 Définitions Aquifères : Unité géologique saturée pouvant transmettre des quantités significatives

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE

EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE Yu-Jun CUI 1, Pierre DELAGE 1, Pascale ALZOGHBI-MASSAAD 2 1 Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC) CERMES, Institut

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES Rabah ARAB AFITEX 13 15 rue louis Blériot 8300 Champhol France Tél. : 00 33 (0) 37 18 01 54 Fax : 00 33 (0) 37 18 01 60 Email : rabah.arab@afitex.com

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE LES ESSAIS PORCHET Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE 15 Novembre 2012 ESSAI PORCHET ESSAI DE PERMEABILITE A CHARGE CONSTANTE

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Qu est-ce que la mousse à bitume? Bitume chaud Eau Air Chambre d expansion avec buse

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE CONCLUSION GÉNÉRALE Dans un centre de stockage de déchets, la réalisation d une barrière de sécurité passive a pour but l obtention d un confinement continu, homogène, présentant l épaisseur et les caractéristiques

Plus en détail

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23 Applications Revêtement pour murs (de jardin) et parois Propriétés Panneaux linéaires originaux en quartzite, grès ou ardoise comme revêtement de façade Disponible en 8 couleurs différentes Pour projets

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

Moulage. Objectifs. Connaître les différents procédés de moulage 1-1

Moulage. Objectifs. Connaître les différents procédés de moulage 1-1 Moulage Objectifs Connaître les différents procédés de moulage 1-1 1. Généralités sur la mise en forme 1-2 2. Définitions Le Moulage : reproduire un objet au moyen d un moule. Le mot moulage définit aussi

Plus en détail

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI Organisme Autonome sous Tutelle du Ministre des Travaux Publics, Transports et Communications PORT-AU-PRINCE, LE : 27 DÉCEMBRE

Plus en détail

TOOTH PACK. Domaines concernés : Technologique, Comportemental. Présentation générale du projet

TOOTH PACK. Domaines concernés : Technologique, Comportemental. Présentation générale du projet T OTH PACK TOOTH PACK Domaines concernés : Technologique, Comportemental Présentation générale du projet Les Français consomment en moyenne 4,4 tubes de dentifrice par an, soit un total de 189000000 tubes

Plus en détail

Le traitement de sol.

Le traitement de sol. Le traitement de sol. 1 ) Intro : Pourquoi un traitement à la chaux? Les sols fins ont naturellement une qualité médiocre qui empêche de les utiliser en l état. Ils peuvent gonfler, devenir plastique en

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES

LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES LES ENTREPRISES P.E.B. LTÉE LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES Par Marie-Andrée Larouche, ing. Les Entreprises PEB Ltée Sablière et carrière Usines de pavage Travaux d aqueducs et d égouts Mise en œuvre

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX Exemple 7.2 Voilement local Leçon support : Leçon 7.3 - Voilement local Fichier : EX 7-2.doc EXEMPLE 7.2 VOILEMENT LOCAL 1. PROBLEME Trois tôles en acier

Plus en détail

Modifier UN ALTERNATEUR VALEO 50 A pour usage éolien, avec hélice en prise directe Par Jean Yves Seveno février 2004

Modifier UN ALTERNATEUR VALEO 50 A pour usage éolien, avec hélice en prise directe Par Jean Yves Seveno février 2004 Modifier UN ALTERNATEUR VALEO 50 A pour usage éolien, avec hélice en prise directe Par Jean Yves Seveno février 2004 Introduction Trouver une génératrice ou un alternateur susceptible de fonctionner à

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

ACQUISITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEES

ACQUISITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEES TD : CQUIITION ET CONDITIONNEMENT DE DONNEE 1 Introduction Dans de nombreuses applications pour mesurer : une déformation sur une pièce une force ou une masse ou détecter un choc, on utilise des capteurs

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 24 ELEMENTS ELASTIQUES ELASTOMERE THERMOPLASTIQUE POUR ORGANES DE CHOC ET TRACTION EDITION : 03/2004 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1.

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

ETUDE EN LABORATOIRE DU COMPORTEMENT MONOTONE D UN SOL GRANULAIRE: EFFET DE LA STRUCTURE INITIALE ET D AUTRES PARAMETRES

ETUDE EN LABORATOIRE DU COMPORTEMENT MONOTONE D UN SOL GRANULAIRE: EFFET DE LA STRUCTURE INITIALE ET D AUTRES PARAMETRES COLLOQUE INTERNATIONAL «REDUCTION DU RISQUE SISMIQUE» CHLEF LES 1 et 11 OCTOBRE 212 ETUDE EN LABORATOIRE DU COMPORTEMENT MONOTONE D UN SOL GRANULAIRE: EFFET DE LA STRUCTURE INITIALE ET D AUTRES PARAMETRES

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 89 Septembre 2004 Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme Le traitement des sols en place

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

Transferts d eau et de gaz à travers une étanchéité composite en couverture d une installation de stockage de déchets

Transferts d eau et de gaz à travers une étanchéité composite en couverture d une installation de stockage de déchets Transferts d eau et de gaz à travers une étanchéité composite en couverture d une installation de stockage de déchets Etude in situ et en laboratoire Camille Barral*, ** Irini Djéran-Maigre* Patrick Pierson**

Plus en détail

Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé

Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé Journée hommage au Professeur Jean Biarez «Du Grain à l Ouvrage» mercredi 12 mars 2008 Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé Modèle de comportement

Plus en détail

PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE

PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE EUROPEAN LABORATORY FOR NUCLEAR RESEARCH CERN - LHC DIVISION LHC-VAC/KW Vacuum Technical Note 00-09 May 2000 PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE K. Weiss Performances d une pompe turbomoléculaire

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Essais inter-laboratoires. Informations techniques

Essais inter-laboratoires. Informations techniques Essais inter-laboratoires Analyses de riz Informations techniques - Nombre d'essais sur une période de 1 an : 3 échantillons expédiés par courrier, respectivement aux mois de juin, octobre et février.

Plus en détail

Survol de la présentation

Survol de la présentation Les enrobés du MTQ : relation entre leurs caractéristiques, leur mise en œuvre et leur performance sur la route Michel Paradis, ing. M.Sc. Transports Québec Service des matériaux d infrastructures Colloque

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS 04/03/2014 Pour le compte de : Oakwood Import ZA La Croix Blanche 46200 Lachapelle-Auzac Contact : PFT

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail