Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1"

Transcription

1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre 2013 à ce jour 21 pages 1

2 PREAMBULE Le présen Rappor es éabli en applicaion de la Documenaion Technique de Référence de RTE e des exes réglemenaires applicables au conrôle des insallaions de producion, en pariculier l arrêé du 6 juille 2010 précisan les modaliés du conrôle des performances des insallaions de producion raccordées aux réseaux publics d élecricié en moyenne ension (HTA) e en haue ension (HTB). Le présen Rappor es éabli par «Nom du Produceur» pour l Insallaion de producion «Nom de l Insallaion de Producion». Les performances echniques iniiales de cee Insallaion son consignées dans : - La Convenion de Raccordemen signée enre les Paries le jj/mm/aaaa, - E/Ou, la Convenion simplifiée de Raccordemen e de performances signée enre les Paries le jj/mm/aaaa. - E/Ou, la Convenion d engagemen de performances signée enre les Paries le jj/mm/aaaa. Par le présen Rappor, le Produceur aese du mainien des performances echniques iniialemen consignées pour l Insallaion. Le présen Rappor es consiué d une aesaion produie par le Produceur e de résulas d essais. 2

3 ATTESTATION Par la présene aesaion, le Produceur «Nom produceur» confirme le mainien des performances déclarées pour l Insallaion «Nom de l Insallaion de Producion» elles que menionnées dans la Convenion ciée en préambule. Le cas échéan, il précise les écars. Cee aesaion pore sur les performances suivanes : - Régime de neure, - Proecion conre les défaus, - Capacié en réacif de l insallaion, - Transformaeur élévaeur, - Réglage U/Q de l insallaion, - Réglage f/p de l insallaion, - Foncionnemen de l insallaion pour des plages excepionnelles de ension, - Tenue de l insallaion aux creux de ension, - Sabilié de l insallaion en couran de cour circui, - Foncionnemen pour des fréquences excepionnelles, - Foncionnemen pour des fréquences excepionnelles en éolien, - Foncionnemen pour des fréquences e ensions excepionnelles, - Limiaion des perurbaions provoquées par des à-coups de ension, flickers e déséquilibres, - Condiions de couplage au réseau, - Déconnexion e capacié de reconnexion au réseau, - Données de éléconduie à ransmere, - Paricipaion à la reconsiuion du réseau. 3

4 ESSAIS Le Produceur annexe au présen Rappor les résulas des essais de l Insallaion concernée, demandés au ire du conrôle des performances suivanes : - Réglage U/Q de l Insallaion, - Réglage f/p de l Insallaion, - Déconnexion e capacié de reconnexion au réseau. Ces essais doiven êre conduis conformémen aux exigences décries dans les fiches annexées. 4

5 ANNEXE 1 FICHES ESSAIS pour le conrôle périodique des insallaions de producion 5

6 [Champ d applicaion : insallaions de plus de 120 MW e faisan du réglage secondaire U/Q] FICHE «REGLAGE PRIMAIRE DE TENSION ET CAPACITE EN REACTIF» Essais réels Conrôle périodique des insallaions Objecifs La paricipaion d une insallaion au réglage primaire de la ension implique : 1. D un poin de vue dynamique, la capacié d assurer au moins la sabilié en peis mouvemens de l alernaeur ; 2. La capacié de fourniure ou d absorpion de puissance réacive au poin de livraison dans l inervalle [Q min ; Q max ] ; 3. Le respec de la caracérisique saique de la loi de réglage U(Q) au poin de livraison conracualisée avec RTE. L objecif es de vérifier les rois poins précédens. Descripion [dans le cas général :] Essai 1 : Groupe à puissance maximale P maximumgroupe (en foncion des condiions exérieures) e Q = 0 au poin de livraison dans la mesure du possible compe enu de la configuraion du réseau (la ension doi reser dans la plage normale) : échelon de + 2 % sur la consigne du réglage primaire de ension. Essai 2 : Groupe à puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) e Q = 0 au poin de livraison dans la mesure du possible compe enu de la configuraion du réseau (la ension doi reser dans la plage normale) : échelon de - 2 % sur la consigne du réglage primaire de ension. [dans le cas d une insallaion de producion à base d énergie faale, comme par exemple une insallaion éolienne :] Essai 1 : Insallaion à puissance P > 75 % de P max [ou pour une insallaion phoovolaïque] Insallaion à puissance P > 50% de P max e [dans le cas général] Q = 0 [dans le cas excepionnel d une insallaion ne disposan pas d un réglage de ype 2 ou 3, comme par exemple les oues premières insallaions éoliennes ayan fai leur demande de raccordemen] an φ = 0 e [ ] gradins de condensaeurs enclenchés au poin de livraison dans la mesure du possible compe enu de la configuraion du réseau (la ension doi reser dans la plage normale) : échelon de +2 % sur la consigne du réglage primaire de ension. Essai 2 : Insallaion à puissance P > 75 % de P max [ou pour une insallaion phoovolaïque] Insallaion à puissance P > 50% de P max e [dans le cas général] Q = 0 [dans le cas excepionnel d une insallaion ne disposan pas d un réglage de ype 2 ou 3, comme par exemple les oues premières insallaions éoliennes ayan fai leur demande de raccordemen] an φ = 0 e [ ] gradins de condensaeurs enclenchés au poin de livraison dans la mesure du possible compe enu de la configuraion du réseau (la ension doi reser dans la plage normale) : échelon de -2 % sur la consigne du réglage primaire de ension. Remarque pour les essais 1 e 2 : Les échelons de consigne ne doiven pas enraîner un dépassemen de la ension saor au delà de la plage normale. Condiions pariculières Les essais doiven êre programmés e réalisés en liaison avec RTE, noammen pour le mainien du groupe en fourniure e en absorpion maximales de puissance réacive. [A adaper, voire supprimer, selon les capaciés consrucives de l insallaion :] Le groupe ne paricipe pas aux réglages primaire e secondaire de fréquence (régulaion primaire en service mais ransparene pour les peis mouvemens, par exemple foncionnemen sur limieur), ni au réglage secondaire de la ension. [A adaper suivan le cas] Le ransformaeur de groupe principal es sur sa prise en vigueur ou le régleur en charge du ransformaeur de groupe principal agi suivan la loi de réglage convenue avec RTE Données d enrée (RTE Produceur) Loi de réglage U(Q) : [rappeler la loi de réglage e, dans le cas d un réglage primaire de ension de ype 2, préciser la valeur du paramère λ choisi pour les essais]. [Si le régulaeur de ension es de ype 2 :] avec = [ ]. 6

7 r 5 % Résulas (Produceur RTE) Pour chacun des essais, enregisremen des signaux emporels suivans : o o o o Tension efficace au nœud régulé. Puissance réacive au nœud régulé. Puissance acive au poin de livraison ou au saor si cee valeur n es pas mesurable au poin de livraison. Consigne du réglage primaire de ension injecée. Ces enregisremens doiven inclure les phases de régime permanen précéden e suivan l événemen (au minimum 10 secondes avan e 60 secondes après). Ils doiven se présener sous la forme suivane : Forma papier e informaique des enregisremens (fichier Excel par exemple). Graphes avec légende (grandeur mesurée e uniés). Echelles des courbes sur forma papier adapées aux ampliudes mesurées. Pour les essais 1 e 2, calcul des données suivanes : o Temps d éablissemen r à 5 % (V correspondan à la grandeur asservie par le réglage primaire de ension e, suivan le ype de régulaeur de ension, égale à Q, ou (U PDL /U n ) + (/0,67) (Q/P max ), ou U saor ) : V finale 5% de (V finale -V iniiale) o o V iniiale Temps d éablissemen de la puissance acive au poin de livraison à ±1 % de sa valeur finale. Ecar saique (noé %) enre la grandeur asservie injecée dans le régulaeur de ension e la consigne du régulaeur de ension : Crières de conformié Pour les essais 1 e 2 (échelons de consigne de ension) : o L unié de producion ne doi pas perdre la sabilié pour les essais d échelon de consigne ; o Le emps de réponse r doi êre inférieur à 10 s ; o L amorissemen du régime oscillaoire de la puissance élecrique doi êre inférieur à 10 s ; o L écar saique % doi êre inférieur à 0,2 %. o La loi de réglage doi êre vérifiée en régime éabli (avan e après les échelons de consigne). Les essais peuven êre fai soi «groupe en foncionnemen», soi «groupe à l arrê» avec l uilisaion de simulaeurs emps réel, ces essais éan compléés par un sysème de supervision de ype «e-monioring» permean de vérifier le bon comporemen de l insallaion «en marche». Dans le cas où le Produceur condui des essais propres (essais périodiques renran dans un processus qualié, essais de qualificaion suie à des remplacemens d équipemen, essais suie à mainenance, ) e que ces essais propres corresponden aux essais demandés, ces essais propres peuven êre accepés en lieux e place de ceux demandés à la condiion qu il n y ai pas eu de modificaion sur l insallaion (alernaeur, urbine, régulaeurs) enre les essais e la période de conrôle. Les essais pouvan êre pris en compe ne doiven pas avoir plus de 5 ans à parir de la dae de consiuion du dossier de conrôle périodique de l insallaion. Dans le cas de régulaeurs numériques, l absence de dérive sur ce ype d équipemen perme de lever cee limie sous réserve que le sysème d Assurance Qualié du produceur garanisse l absence de modificaion des paramères de l équipemen. Les essais peuven êre conduis avec une puissance différene de Pmax à condiion que le niveau de puissance acive soi suffisammen élevé. Les essais de la présene fiche peuven êre menés avec un niveau de réacif différen de 0 ; exemple : essais d échelon de consigne en fourniure e en absorpion de réacif. 7

8 [Champ d applicaion : oues les insallaions de plus de 120MW e faisan du réglage U/Q] FICHE «REGLAGE SECONDAIRE DE TENSION COMMANDE EN NIVEAU DE REACTIF» Essais réels Dossier final Objecifs L objecif es de vérifier que la réponse de l insallaion à une modificaion du niveau K es conforme aux prescripions du présen cahier des charges, en ermes de quanié e de rapidié de la variaion de puissance réacive. Descripion Les essais son réalisés avec le groupe à puissance [dans le cas général] maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) [dans le cas d une insallaion de producion à base d énergie faale, comme par exemple une insallaion éolienne] P > 75% de P max. Essai 2 : Injecion arificielle au niveau de l équipemen APR du groupe d un échelon posiif du niveau K de à 0,04 à 0,14. Essai 3 : Injecion arificielle au niveau de l équipemen APR du groupe d une rampe posiive du niveau K correspondan à la pene de 12 % de Q n saor par minue (soi une variaion de niveau K de 0,12.Q n saor / Q r par minue) jusqu à aeine d une limie du diagramme de foncionnemen normal (U, Q) au poin de livraison. Le niveau aein es noé K max. Essai 5 : Groupe iniialemen à puissance réacive nulle, injecion arificielle au niveau de l équipemen APR du groupe d une rampe négaive de niveau K correspondan à la pene de 12 % de Q n saor par minue (soi une variaion de niveau K de - 0,12.Q n saor / Q r par minue) jusqu à aeine d une limie du diagramme de foncionnemen normal (U, Q) au poin de livraison. Le niveau aein es noé K min. K.Q r Q saor Essai 2 Essai 3 K max.q r 0,14.Q r 0,04.Q r 0 écar réacif aendu réacif mesuré emps d éablissemen Figure 1 K.Q r Q saor Essai 5 K min.q r 0 écar réacif aendu réacif mesuré Figure 2 Condiions pariculières [Dans le cas d un ransformaeur paragé par plusieurs groupes :] Les essais son successivemen effecués pour chacun des groupes, les aures groupes éan à l arrê (ou démarrés hors RST),puis un dernier essai ous les groupes démarrés en RST (pour eser d évenuels pompages enre groupes). Dans le cas pariculier des insallaions «fil de l eau», les essais pourron se faire avec l ensemble des groupes démarrés mais les groupes n éan pas en essai seron en mode hors RST. [Si l insallaion compore plusieurs groupes] Les ess son à réaliser pour un groupe paricipan au réglage secondaire de ension à condiion que les aures groupes soien ideniques à celui esé. Les essais doiven êre programmés e réalisés en liaison avec RTE (la puissance de cour-circui apporée par le réseau au momen des essais sera déerminée). Les variaions de niveau K e par conséquen de réacif ne devron pas enraîner un dépassemen de la ension au poin de livraison au delà de la plage normale. Les condiions d exploiaion devron permere des variaions suffisanes du niveau K de sore que la valeur K max (respecivemen K min ) du niveau corresponde dans la mesure du possible à Q max saor (respecivemen Q min saor ). Les essais 5 e 6 pourron êre réalisés séparémen des essais 1, 2, 3 e 4 afin de permere une plus grande variaion de niveau K. [A adaper, voire supprimer, selon les capaciés consrucives de l insallaion :] Le groupe ne paricipe pas aux réglages primaire e secondaire de fréquence (régulaion primaire en service mais ransparene pour les peis mouvemens,). [A adaper suivan le cas] 8

9 Le ransformaeur de groupe principal es sur sa prise nominale ou le régleur en charge du ransformaeur de groupe principal agi suivan la loi de réglage convenue avec RTE Données d enrée (RTE Produceur) Rappel : Q r = [ ] Mvar(Faceur de paricipaion propre à chaque groupe, permean d uiliser oue la plage de réacif du groupe). Résulas (Produceur RTE) Enregisremens emporels des signaux suivans : Consigne K de niveau injecée. Tension efficace au poin de livraison ou au saor si non mesurable au poin de livraison. Puissances acive e réacive au poin de livraison. Puissances acive e réacive au saor du groupe ou uniquemen au saor si non mesurable au poin de livraison. Tension saor efficace du groupe. Variaion de la consigne du régulaeur primaire de ension. e des élésignalisaions suivanes : TS «En / Hors Service» du RST. TS «groupe en/hors buée UQ-», TS «groupe en/hors buée UQ+» Pour les essais 3 e 5, fourniure de la naure e de la valeur des limiaions aeines. Ces enregisremens doiven inclure les phases de régime permanen précéden e suivan l événemen (au minimum 10 secondes avan e 60 secondes après). Ils doiven se présener sous la forme suivane : Forma papier e informaique des enregisremens (fichier Excel par exemple). Graphes avec légende (grandeur mesurée e uniés). Echelles des courbes sur forma papier adapées aux ampliudes mesurées. Crières de conformié La sorie des buées évenuellemen aeines doi êre réalisée en moins de 10 s. Télésignalisaions conformes à l éa de foncionnemen du groupe. Vérificaion de la valeur de Q r à la fin de l essai 2 à +/- 3 % Sn Les signaux de puissance réacive devron respecer : Variaion de plus de 0,01 Qr pour l essai 1 Des penes (mesurées en sorie alernaeur) de variaion de réacif de 12% de Q n saor par minue. Le emps d éablissemen à ±5 % (mesuré en sorie alernaeur) inférieur à 180 secondes pour l essai 2. Pour raccordemen > 2000 : L écar enre puissance réacive aendue e puissance réacive mesurée inférieur à 0,12.Q n saor e supérieur à 0,03.Q n saor pendan au moins 80 % de la durée de la rampe pour les essais 3 e 5. Pour raccordemen < 2000 : Pour les essais 3 e 5, lors d'une rampe sollician le Groupe de Producion en deçà de la moiié de la pene maximale, l'erreur de raînage emporelle es équivalene à une erreur de raînage en ampliude εv évaluée comme sui : soi εv la différence enre Q en sorie du généraeur (Qsaor pour une machine synchrone) e le signal k.qr. Sur la période calculée à parir de 0 +Tr où 0 es l insan de débu de rampe, l'erreur de raînage εv caracérisan la dynamique de réponse doi reser inférieure à dk/d.qr.tr, où Tr=60s. La réponse es considérée comme correce si εv rese inférieure au seuil ci-dessus au moins de 80% de la durée de variaion. Les essais peuven êre fais soi «groupe en foncionnemen», soi «groupe à l arrê» avec l uilisaion de simulaeurs emps réel, ces essais éan compléés par un sysème de supervision de ype «e-monioring» permean de vérifier le bon comporemen de l insallaion «en marche». Dans le cas où le Produceur condui des essais propres (essais périodiques renran dans un processus qualié, essais de qualificaion suie à des remplacemens d équipemen, essais suie à mainenance, ) e que ces essais propres corresponden aux essais demandés, ces essais propres peuven êre accepés en lieux e place de ceux demandés à la condiion qu il n y ai pas eu de modificaion sur l insallaion (alernaeur, urbine, régulaeurs) enre les essais e la période de conrôle. Les essais pouvan êre pris en compe ne doiven pas avoir plus de 5 ans à parir de la dae de consiuion du dossier de conrôle périodique de l insallaion. Dans le cas de régulaeurs numériques, l absence de dérive sur ce ype d équipemen perme de lever cee limie sous réserve que le sysème d Assurance Qualié du produceur garanisse l absence de modificaion des paramères de l équipemen. Les essais peuven êre conduis avec une puissance différene de Pmax à condiion que le niveau de puissance acive soi suffisammen élevé. Pour les essais 3 e 5, les valeurs de Q min e Q max doiven êre conformes aux diagrammes [U, Q] fournis en réponse au paragraphe «Capacié en réacif de l Insallaion», e les limiaions aeines au cours des essais doiven êre cohérenes avec celles indiquées sur ces mêmes diagrammes [U, Q]. 9

10 [Champ d applicaion : insallaions de plus de 120 MW e faisan du réglage secondaire f/p (sauf énergie faale ou CCG)] FICHE «REGLAGE PRIMAIRE DE FREQUENCE» Essais réels Conrôle périodique des insallaions Objecifs En cas de déséquilibre enre puissance produie e consommée sur le réseau (aléas, monée de charge, ), oue insallaion de producion paricipan au réglage fréquence-puissance doi adaper la puissance produie par l insallaion dans un laps de emps suffisammen cour e dans les proporions voulues. Descripion Le groupe éan couplé au réseau, les essais suivans seron réalisés : Essai 1 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la réserve primaire Rp : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = mhz pendan 15 minues au niveau du régulaeur de viesse. f 50 Hz 49,8 Hz Essai 1 f = mhz P m P maximum groupe 50% de Rp P=Rp groupe r 15 min Figure 1 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de la réserve primaire Rp. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de la réserve primaire Rp. Essai 2 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50,2 Hz 50 Hz f = mhz Essai 2 P m P maximum groupe 50% de -RP P= -RP P= -K.f r RP r 15 min Figure 2 10

11 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50% de -RP. r RP : emps au bou duquel la réponse en puissance aein -RP. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95% de - K.f. Essai 3 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la réserve primaire Rp : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = - 50 mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50 Hz 49,95 Hz Essai 3 f = - 50 mhz P m 50% de min(rp ;- K.f) P = min(rp ; -K.f) P maximum groupe - Rp r 15 min Figure 3 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de min(rp ; - K.f). r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de min(rp ; - K.f). Essai 5 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = + 50 mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50,05 Hz 50 Hz f = + 50 mhz Essai 5 P m 50% de - K.f P= -K.f P maximum groupe r 15 min Figure 4 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50% de - K.f. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95% de - K.f. Essai 7 : Groupe à sa puissance minimale P min groupe : Injecion arificielle d un échelon de fréquence de Δf = - 50mHz pendan 15 minues au niveau du régulaeur de viesse. Essai 8 : Groupe (hydraulique uniquemen) à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la réserve primaire Rp : Injecion arificielle d une variaion de fréquence Δf = mhz au niveau du régulaeur de viesse correspondan au schéma donné ci-dessous. 11

12 Condiions pariculières Pour les insallaions hydrauliques, ce essai pourra se faire sur une bande de puissance supérieure à 75% de sa puissance maximale Pmaximum groupe. De même, lorsque l insallaion hydraulique possède des groupes ideniques, les résulas d un seul groupe pourron êre accepés comme éan valables pour les aures groupes. Les essais peuven êre fai soi «groupe en foncionnemen», soi «groupe à l arrê» avec l uilisaion de simulaeurs emps réel, ces essais éan compléés par un sysème de supervision de ype «e-monioring» permean de vérifier le bon comporemen de l insallaion «en marche». Dans le cas où le Produceur condui des essais propres (essais périodiques renran dans un processus qualié, essais de qualificaion suie à des remplacemens d équipemen, essais suie à mainenance, ) e que ces essais propres corresponden aux essais demandés, ces essais propres peuven êre accepés en lieux e place de ceux demandés à la condiion qu il n y ai pas eu de modificaion sur l insallaion (alernaeur, urbine, régulaeurs) enre les essais e la période de conrôle. Les ess doiven êre programmés e réalisés en liaison avec RTE. L insallaion ne paricipe pas aux réglages primaire e secondaire de fréquence au momen des essais. S il exise une bande more volonaire dans la régulaion de fréquence, elle ne doi pas êre acive pendan les essais. 12

13 Données d enrée (RTE Produceur) Energie réglane K = [ ] MW/Hz. Rappel : Rp [ ] MW [sera ransmis par le produceur lors de la réalisaion de l essai]. Résulas (Produceur RTE) Pour chacun des essais, enregisremens des signaux emporels de la figure 1 : Consigne injecée arificiellemen dans le régulaeur de viesse Puissance acive fournie par le groupe au poin de livraison e indicaion sur les enregisremens, des valeurs suivanes : m, r (e r RP pour l essai 2), P Ces enregisremens doiven inclure les phases de régime permanen précéden e suivan l événemen (au minimum 10 secondes avan e 60 secondes après). Ils doiven se présener sous la forme suivane : Forma papier e informaique des enregisremens (fichiers Excel par exemple). Graphes avec légende (grandeur mesurée e uniés). Echelles des courbes sur forma papier adapées aux ampliudes mesurées. De plus on calculera pour chacun des essais l énergie réglane e le saisme du régulaeur à parir de la valeur de P mesurée dans l essai 2 e des formules suivanes : * Crières de conformié Pour chacun des essais, les enregisremens doiven prouver visuellemen le respec des poins suivans : Forme d onde non oscillane. Temps r inférieur à 30 s pour ous les essais sauf pour l essai 2 (l essai 2 ne concerne pas l hydraulique). Temps r inférieur à 300 s uniquemen dans le cas de l hydraulique e pour ous les essais, sauf l essai 8. Temps r inférieur à 30 s uniquemen dans le cas de l hydraulique e pour l essai 8 : o 50% de la variaion de la RP aendue en 15s, o 95% de la variaion de la RP aendue en 30s. [Si l insallaion compore une pene rapide :] Temps r inférieur à = [ ] s pour l essai 2. [Si l insallaion ne compore pas de pene rapide :] Temps r inférieur à = 50 s pour l essai 2. Hors hydraulique : Temps m inférieur à 15 s. Pour l essai 1 : Variaion ΔP = Rp mainenue 15 min (après r ). Pour les essais 2 e 5: Variaion ΔP = -K.Δf mainenue 15 min (après r ). Pour les essais 3 e 7 Variaion ΔP = min(rp ; -K.Δf) mainenue 15 min (après r ). Pour les essais 2, 3 e 5, les enregisremens doiven monrer que : Energie réglane K mesurée = énergie réglane préréglée à ± 5 % près. 13

14 [Champ d applicaion : insallaions de ype CCG de plus de 120 MW e faisan du réglage secondaire f/p] FICHE «REGLAGE PRIMAIRE DE FREQUENCE» Essais réels Conrôle périodique des insallaions Objecifs En cas de déséquilibre enre puissance produie e consommée sur le réseau (aléas, monée de charge, ), oue insallaion de producion paricipan au réglage fréquence-puissance doi adaper la puissance produie par l insallaion dans un laps de emps suffisammen cour e dans les proporions voulues. Descripion Le groupe éan couplé au réseau, les essais suivans seron réalisés : Essai 1 : o Version a : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la réserve primaire Rp : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = mhz pendan 15 minues au niveau du régulaeur de viesse. f 50 Hz 49,8 Hz Essai 1a f = mhz P m P maximum groupe P maximum groupe - Rp 50% de Rp P=Rp r 15 min o Figure 1a m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de la réserve primaire Rp. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de la réserve primaire Rp. Version b : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai au plus Rp/X rp % : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = mhz pendan 15 minues au niveau du régulaeur de viesse. f 50 Hz 49,8 Hz Essai 1b f = mhz P m P maximum groupe P maximumugroupe Rp / X rp% 50% de Rp P=Rp r 15 min 14

15 Figure 1b m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de la réserve primaire Rp. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de la réserve primaire Rp. Essai 2 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50,2 Hz 50 Hz f = mhz Essai 2 P m P maximum groupe 50% de -RP P= - RP P= - K.f r RP r 15 min Figure 2 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50% de -RP r RP : emps au bou duquel la réponse en puissance aein -RP. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95% de -K.f. Essai 3 : o Version a : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : à laquelle on sousrai la réserve primaire Rp : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = - 50 mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50 Hz 49,95 Hz Essai 3a f = - 50 mhz P m 50% de min(rp ; - K.f) P = min(rp ; - K.f) P maximum groupe - Rp r 15 min Figure 3a m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de min (Rp ; - K.f). r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de min (Rp ; - K.f). o Version b : Groupe à sa puissance maximale Pmaximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai au plus Rp/Xrp% : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = - 50 mhz au niveau du régulaeur de viesse. 15

16 f 50 Hz 49,95 Hz Essai 3b f = - 50 mhz P m P maximum groupe P maximum groupe Rp / Xrp 50% de min(rp ; - K.f) P = min(rp ; - K.f) r 15 min Figure 3b m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50 % de min (Rp ; - K.f). r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95 % de min (Rp ; - K.f). Essai 5 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : Injecion arificielle d un échelon de fréquence Δf = + 50 mhz au niveau du régulaeur de viesse. f 50,05 Hz 50 Hz f = + 50 mhz Essai 5 P m P max imumu groupe 50% de - K.f P= - K.f r 15 min Figure 4 m : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 50% de - K.f. r : emps au bou duquel la réponse en puissance aein 95% de - K.f. Essai 7 : Groupe à sa puissance minimale P min groupe : Injecion arificielle d un échelon de fréquence de Δf = - 50mHz pendan 15 minues au niveau du régulaeur de viesse. Condiions pariculières Les essais peuven êre fai soi «groupe en foncionnemen», soi «groupe à l arrê» avec l uilisaion de simulaeurs emps réel, ces essais éan compléés par un sysème de supervision de ype «e-monioring» permean de vérifier le bon comporemen de l insallaion «en marche». Dans le cas où le Produceur condui des essais propres (essais périodiques renran dans un processus qualié, essais de qualificaion suie à des remplacemens d équipemen, essais suie à mainenance, ) e que ces essais propres corresponden aux essais demandés, ces essais propres peuven êre accepés en lieux e place de ceux demandés à la condiion qu il n y ai pas eu de modificaion sur l insallaion (alernaeur, urbine, régulaeurs) enre les essais e la période de conrôle. Le groupe de producion éan formé de deux généraeurs hermiques, dépendan l un de l aure e don la dynamique de réponse aux réglages de fréquence du second es noablemen plus lene que celle du premier, els que les CCG, le produceur choisi de réaliser pour les essais 1 e 3, soi la version a, soi la version b. Les ess doiven êre programmés e réalisés en liaison avec RTE. Le groupe ne paricipe pas aux réglages primaire e secondaire de fréquence au momen des essais. S il exise une bande more volonaire dans la régulaion de fréquence, elle ne doi pas êre acive pendan les essais. 16

17 Données d enrée (RTE Produceur) Saisme du groupe : = 4 %, soi une énergie réglane K = [ ] MW/Hz. Rappel : Rp [ ] MW sera ransmis par le produceur lors de la réalisaion de l essai. Rappel : X rp % = [ ]% sera ransmis par le produceur lors de la réalisaion de l essai. Résulas (Produceur RTE) Pour chacun des essais, enregisremens des signaux emporels de la figure 1 : Consigne injecée arificiellemen dans le régulaeur de viesse Puissance acive fournie par le groupe au poin de livraison e indicaion sur les enregisremens, des valeurs suivanes : m, r (e r RP pour l essai 2), P. Ces enregisremens doiven inclure les phases de régime permanen précéden e suivan l événemen (au minimum 10 secondes avan e 60 secondes après). Ils doiven se présener sous la forme suivane : Forma papier e informaique des enregisremens (fichiers Excel par exemple). Graphes avec légende (grandeur mesurée e uniés). Echelles des courbes sur forma papier adapées aux ampliudes mesurées. De plus on calculera pour chacun des essais l énergie réglane e le saisme du régulaeur à parir de la valeur de dans l essai 2 e des formules suivanes : P mesurée * Crières de conformié Pour chacun des essais, les enregisremens doiven prouver visuellemen le respec des poins suivans : Forme d onde non oscillane. Temps r inférieur à 30 s pou ous les essais sauf pour l essai 2. [Si l insallaion compore une pene rapide :] Temps r inférieur à = [ ] s pour l essai 2. [Si l insallaion ne compore pas de pene rapide :] Temps r inférieur à = 50 s pour l essai 2. Temps r RP inférieur à 30 s pour l essai 2. Temps m inférieur à 15 s. Pour l essai 1 : Variaion ΔP Rp mainenue 15 min (après r ) Pour les essais 2 e 5 : Variaion ΔP = - K.Δf mainenue 15 min (après r) Pour les essais 3 e 7 : Variaion ΔP min (Rp ; - K.Δf) mainenue 15 min (après r) Pour les essais 2, 3 e 5, les enregisremens doiven monrer que : Energie réglane K mesurée = énergie réglane préréglée à ±5 % près. 17

18 [Champ d applicaion : insallaion de plus de 120 MW, sauf si énergie faale ou si CCG e faisan du réglage secondaire f/p] FICHE «REGLAGE SECONDAIRE DE FREQUENCE» Essais réels Conrôle périodique des insallaions Objecifs La réponse en puissance de l insallaion à une modificaion du niveau N, doi êre conforme aux engagemens du produceur, en ermes de quanié e de rapidié. Descripion Le groupe éan couplé au réseau, les essais suivans seron réalisés : Essai 1 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la bande de réserve secondaire 2pr : Injecion arificielle d une rampe de -1 à +1 du niveau N (voir figure 1) en 800 secondes au niveau de la plaine de éléréglage e mainien à +1 pendan 15 minues. Essai 2 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures): Injecion arificielle d une rampe de +1 à -1 du niveau N (voir figure 1) en 800 secondes e mainien à -1 pendan 15 minues. Essai 5 : idenique à l essai 1 mais avec une variaion de niveau en 133 s au lieu de 800 s. Essai 6 : idenique à l essai 2 mais avec une variaion de niveau en 133 s au lieu de 800 s. Pc= P pr + N.pr Gabari de P P maximum groupe Essai 1 ou 5 Essai 2 ou 6 P c0 = P maximum groupe pr Pc+ v P Pol+ v P maximum groupe 2pr Pol- v b Pc- v b T Figure 1 T b : emps de réponse au bou duquel la bande de réserve secondaire es libérée. ε V : inceriude sur la mesure de puissance acive Pol : Pc /(1+ Tmax.p) (filrage de la consigne par une consane de emps) T : durée de la rampe augmenée de 100s Condiions pariculières [Si l insallaion compore plusieurs groupes] Les ess son à réaliser pour chaque groupe paricipan au réglage secondaire de fréquence. Pour les insallaions hydrauliques, ce essai pourra se faire sur une bande de puissance supérieure ou égale à 75% de sa puissance maximale Pmaximum groupe. De même, lorsque l insallaion hydraulique possède des groupes ideniques, les résulas d un seul groupe pourron êre accepés comme éan valables pour les aures groupes. Dans le cas où le Produceur condui des essais propres (essais périodiques renran dans un processus qualié, essais de qualificaion suie à des remplacemens d équipemen, essais suie à mainenance, ) e que ces essais propres corresponden aux essais demandés, ces essais propres peuven êre accepés en lieux e place de ceux demandés à la condiion qu il n y ai pas eu de modificaion sur l insallaion (alernaeur, urbine, régulaeurs) enre les essais e la période de conrôle. Les essais peuven êre fai soi «groupe en foncionnemen», soi «groupe à l arrê» avec l uilisaion de simulaeurs emps réel, ces essais éan compléés par un sysème de supervision de ype «e-monioring» permean de vérifier le bon comporemen de l insallaion «en marche». Les ess doiven êre programmés e réalisés en liaison avec RTE. Le groupe ne paricipe pas aux réglages primaire e secondaire de fréquence au momen des essais (régulaion primaire en service mais ransparene pour les peis mouvemens). 18

19 Données d enrée (RTE Produceur) Rappel : demi-bande de réserve secondaire pr [ ] MW sera ransmis par le produceur lors de la réalisaion de l essai. Résulas (Produceur RTE) Pour chacun des essais, enregisremens des signaux emporels de la figure 1 : Signal de niveau injecé arificiellemen dans le régulaeur de viesse Puissance acive au poin de livraison fournie par le groupe e indicaion sur les enregisremens, des valeurs suivanes : T b P Pc± v, Pol± v Ces enregisremens doiven inclure les phases de régime permanen précéden e suivan l événemen (au minimum 10 secondes avan e 60 secondes après). Ils doiven se présener sous la forme suivane : Forma papier e informaique des enregisremens (fichier Excel par exemple). Graphes avec légende (grandeur mesurée e uniés). Echelles des courbes sur forma papier adapées aux ampliudes mesurées. Crières de conformié Pour chacun des essais, les enregisremens doiven prouver visuellemen le respec des poins suivans : Forme d onde non oscillane analogue à la figure 1. Variaion ΔP = 2.pr. Pour les essais 1 e 5 (rampes posiives) : La puissance mesurée doi se siuer pendan 95% du emps T à l inérieur du gabari formé par les courbes Pc + ε V e Pol - ε V avec Pc= P 0 + N.Pr e Pol =Pc/(1+Tmax.p) Pour les essais 2 e 6 (rampes négaives) : La puissance mesurée doi se siuer pendan 95% du emps T à l inérieur du gabari formé par les courbes Pc - ε V e Pol + ε V avec Pc= P 0 + N.Pr e Pol =Pc/(1+Tmax.p) Le emps T es égal à la durée de la rampe augmenée de 100s. La consane de emps Tmax es celle définie dans le Conra Services Sysèmes pour les groupes y paricipan. Elle es égale à celle de la «Famille 2» du Conra Services Sysèmes pour les groupes hors conra. La valeur de ε V es prise égale à ε V = max (1MW, 5%Pr). Réserve libérée mainenue pendan 15 minues. 19

20 [Champ d applicaion : insallaions de ype CCG de plus de 120 MW e faisan du réglage f/p] FICHE «REGLAGE SECONDAIRE DE FREQUENCE» Essais réels Conrôle périodique des insallaions Objecifs La réponse en puissance de l insallaion à une modificaion du niveau N, doi êre conforme aux engagemens du produceur, en ermes de quanié e de rapidié. Descripion Le groupe éan couplé au réseau, les essais suivans seron réalisés : Essai 1 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai la bande de réserve secondaire 2pr : Injecion arificielle d une rampe de - 1 à +1 du niveau N (voir figure 1) en 800 secondes au niveau de la plaine de éléréglage e mainien à +1 pendan 15 minues. Essai 2 : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) : Injecion arificielle d une rampe de +1 à - 1 du niveau N (voir figure 1) en 800 secondes e mainien à - 1 pendan 15 minues. Essai 5 : o Version a : idenique à l essai 1 mais avec une variaion de niveau en 133 s au lieu de 800 s. o Version b : Groupe à sa puissance maximale P maximum groupe (en foncion des condiions exérieures) à laquelle on sousrai au plus 2.pr/X rs % : Injecion arificielle d une rampe de - 1 à +1 du niveau N (voir figure 1b) en 133 secondes au niveau de la plaine de éléréglage e mainien à + 1 pendan 15 minues. P max Pc=P c0 + N.pr Gabari de P Essai 5b P max 2pr/X rs % + 2pr P c0 = P max 2pr/X rs % + pr P P max 2pr/X rs % b Figure 1b Essai 6 : idenique à l essai 2 mais avec une variaion de niveau en 133 s au lieu de 800 s. T Pc = P maximum groupe pr + N.pr Gabari de P Essai 1 ou 5a Essai 2 P maximum groupe P c0 = P maximum groupe pr Pc+ v P Pol+ v P maximum groupe 2pr Pol- v b T Pc- v b T Figure 1 b : emps de réponse au bou duquel la bande de réserve secondaire es libérée. ε V : inceriude sur la mesure de puissance acive Pol : Pc /(1+ Tmax.p) (filrage de la consigne par une consane de emps) T : durée de la rampe augmenée de 100s 20

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Version 2 applicable à compter du 26 juillet 2011 113 pages

Version 2 applicable à compter du 26 juillet 2011 113 pages Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames type Article 8.3 Trame type de Cahier des charges des capacités constructives pour une installation de production raccordée au RPT Version 2 applicable

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

dspic30f3011 PWM "push-pull" avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM "push-pull" avec les structures Output Compare

dspic30f3011 PWM push-pull avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM push-pull avec les structures Output Compare DSPIC30F3011 PWM "push-pull" avec les srucures Oupu Compare Cee applicaion es uilisée dans le proje "VAE" (Vélo à Assisance Élecrique) pour piloer le converisseur DC-DC de l'éclairage. Le module "moeur"

Plus en détail

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin DOMS : une archiecure de suivi de la Qualié de Service dans les Sysèmes Réparis Obje Nahanaël Coin Responsable : M. Wack UTBM DEA IAP Besançon Février/Juille 2000 DOMS v1.0 : une archiecure de suivi de

Plus en détail

L électronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidité

L électronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidité Proje de Marchés Financiers Rappor Final L élecronique ou la criée, qui assure la meilleure liquidié Sous la direcion de M. Desvilles CIBRARIO Mahieu GHARIANI Sana REBAI Sofiane Table des Maières Inroducion...

Plus en détail

B34 - Modulation & Modems

B34 - Modulation & Modems G. Pinson - Physique Appliquée Modulaion - B34 / Caracérisiques d'un canal de communicaion B34 - Modulaion & Modems - Définiions * Half Duplex ou simplex : ransmission un sens à la fois ; exemple : alky-walky

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics DGPR CETE de Lyon Prévenion e gesion des déches issus de chaniers du bâimen e des ravaux publics Guide méhodologique à l aenion des Conseils Généraux e de la région Île-de-France Minisère de l'écologie,

Plus en détail

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente.

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente. CAHIER DES CHARGES OBJET: Le présen cahier des charges défini les condiions dans lesquelles s'exerce la couverure < Presaions Médicales > du personnel de la MUTUELLE DES AGENTS DE LA DIRECTION CÉruÉnnlE

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX : CS D NUMNN I Descipion des cicuis dans le cade de l RQS 1 ) Inducances popes e inducances muuelles de cicuis filifomes

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués Universié Joseph Fourier de Grenoble Mémoire présené e souenu publiquemen le 22 sepembre 2005 pour l obenion du Diplôme d Habiliaion à Diriger des Recherches Spécialié Phsique par Emmanuel SIMEU Tes e

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail