On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) :"

Transcription

1 INTRODUCTION La filtration est une technique générale de séparation de deux phases, phase liquide et phase solide, par passage au travers d un élément poreux qui constitue un filtre et retient la phase solide. L élément poreux ou média, retient les particules en laissant librement s écoulé un liquide épuré appelé filtrat. Le système passe d un état désordonné à un état plus ordonné. Cette opération est consommatrice d énergie et cette énergie déterminera la mise en œuvre de différentes techniques de filtration. On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) : - La force mise en jeu (filtration sous vide ou filtration sous pression par exemple) - La taille des particules (filtration grossière, Filtration fine, ultrafiltration) - L efficacité souhaitée ( filtration clarifiante ou stérilisante) - Le média filtrant (filtration sur pré couches de diatomées, sur plaque de cellulose ou sur cartouches polypropylène ou nylon ) La filtration frontale, technique adaptée aux liquides peu chargés, consiste en l application d un gradient de pression sur le liquide afin de le forcer à traverser le média. Les média peuvent être de différentes natures. Les plus courant sont la cellulose et les terres de diatomée (kieselguhrs ou perlites). I/ RAPPEL THEORIQUE POROSITE : (2) C est le volume de vide d une substance par rapport à son volume total. La porosité s exprime en pourcentage. La porosité maximale d une couche de solide est déterminée par la forme des particules qui la composent et leur arrangement. Cette porosité maximale est obtenue lorsque les particules ont toute la même dimension, ou encore la porosité du lit de filtration se rapproche d autant plus de la porosité maximale escomptée, qu e le spectre granulométrique des composants est étroit. Il ne faut pas confondre, comme c est souvent le cas, la porosité avec le diamètre des pores. La notion de diamètre des pores correspond à la définition du seuil de filtration. (2)

2 Le seuil de filtration correspond à la dimension du canal équivalent le plus gros qui débouche de part et d'autre de ce média. Il est important de bien définir les conditions opératoires car selon la vitesse de passage au travers d'un pore de diamètre donné, il est possible d'arrêter des particules de diamètre très nettement inférieur à celui-ci. En effet, les filets de fluides sont soumis dans l'épaisseur de la paroi à une succession de changements de section et de direction qui provoquent l'arrêt mécanique de particules de dimension inférieure à la section moyenne de ces canaux. Le colmatage sera faible si les particules sont solides et indéformables par contre, il apparaîtra rapidement dans le cas de produits amorphes, colloïdaux. Le seuil de filtration, dans le cas de filtres-presses ou de filtres à plateaux horizontaux chargés avec des terres de filtration, est plus difficile à définir car il faut en distinguer le seuil du rapport en toile ou reps et le seuil obtenu par le gâteau constitué par les terres. PERMEABILITE : (2) La perméabilité est la propriété d une substance à laisser passer plus ou moins facilement un liquide. Cette perméabilité s exprime en DARCIES. Pour un matériau filtrant, la darcie se définit ainsi : (Règle des "sept fois 1"). Une couche filtrante qui a : une épaisseur de 1 cm une surface de 1 cm 2 qui est traversée par une quantité de liquide de 1 cm 3 a une pression de 1 atmosphère pendant un temps de 1 seconde et donc la viscosité du liquide est de 1 centipoise a une PERMEABILITE de 1 DARCIES. (2) Le débit est proportionnel à la surface, la pression à la perméabilité mais inversement à la viscosité et à l'épaisseur L aptitude à la filtration des adjuvants de filtration se traduit pratiquement par un débit de liquide qui dépend de : La surface de filtration La pression motrice La viscosité de la suspension à filtrer et surtout de la résistance à l écoulement provoquée par le dépôt d adjuvant ou gâteau de filtration. Le débit de filtration peut permettre dans des conditions bien déterminées de différencier les adjuvants de filtration entre eux mais il ne conduit pas à la connaissance directe des grandeurs caractérisant le gâteau de filtration comme par exemple sa perméabilité spécifique.

3 Celle-ci peut être déterminée à partir du volume de filtrat écoulé en fonction du temps, à condition que l écoulement suive les lois usuelles de filtration quelle que soit l épaisseur du gâteau. EQUATION DE LA FILTRATION : (2) Q = S x P x Bo N x e Q = débit S = surface de filtration P = différence de pression (pression de filtration) N = viscosité du liquide e = épaisseur du gâteau. Bo = perméabilité LES MECANISMES DE RETENTION (2) LE TAMISAGE : Toutes les particules d une grosseur supérieure aux pores de la couche filtrante y sont retenues mécaniquement. L efficacité du tamisage dépend du diamètre des pores de la matière filtrante. Plus la perméabilité des adjuvants utilisés sera faible, plus l effet du tamisage sera important. L ABSORPTION : Au cours de la filtration en profondeur effectuée par le passage du liquide trouble à travers une couche d adjuvants de filtration, les particules solides (particules colloïdales, suspension microbienne et dépôts) sont retenues par absorption. C est une rétention en profondeur dans toute l épaisseur de la couche filtrante. Elle s effectue dans les couches des canaux de circulation. L ADSORPTION : C est un phénomène électrostatique qui permet la rétention de très petites particules à la surface et à l intérieur de la couche filtrante. Ces particules ont des diamètres inférieurs à ceux des canaux. Toutes les substances filtrantes agissent plus ou moins par adsorption. LOIS REGISSANTS LA FILTRATION DES LIQUIDES PEU CHARGES (3) Les travaux de HERMANS et BREDEE (1935, 1936) montrent que les filtrations de suspensions peu concentrées (concentration en particules inférieure à 1 % en volume) obéissent à quatre lois pour lesquelles il est possible de proposer les modèles mathématiques simples suivants, lorsque les filtrations sont réalisées à pression différentielle constante :

4 - loi du colmatage brusque des pores : q = -k1 V+qo - loi du colmatage progressif des pores : t = k2 t +1 V qo - loi de la filtration sur gâteau t = k3 V +1 V qo - loi du colmatage intermédiaire des pores: avec t = k4 t +1 q qo V = volume filtré à l'instant t (m3) t = temps de filtration (s) qo = ( dv) = débit initial à l'instant to ( dt )o = constante (m3/s) (avant que le premier pore du filtre soit obturé, le débit est constant) q = dv = débit à l'instant t (m3/s) dt Filtration avec colmatage brusque des pores : Il est admis que le filtre se comporte comme une série de tubes capillaires de diamètre et de longueur constante. De même, on considère que chaque particule en suspension dans le liquide obture un pore. q tangά = k1 qo V Vmax Figure 1 Représentation graphique

5 L'équation (1) caractérise la loi de filtration du colmatage brusque des pores, sa représentation graphique est une droite (figure 1). q = -k1v + q o (1) Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le calcul des débits correspondants et le tracé du graphe : q = f (V). Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage brusque des pores. Le tracé de la droite donne le volume maximum filtrable (Vmax); l'ordonnée à l'origine est égale au débit initial qo. Filtration avec colmatage progressif des pores : Au cours de la filtration, les particules se déposent à l'intérieur des pores, ce qui provoque une diminution de leur diamètre. L'équation (2) caractérise la loi du colmatage progressif des pores; sa représentation graphique est une droite (figure 2). t = k2 t+1 (2) V qo Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le tracé du graphe t V = f (t) 1 v tangά = k qo t t1 t2 Figure 2 - Représentation graphique

6 Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage progressif des pores. Le tracé de la droite donne le volume filtrable pour un temps déterminé ; l'ordonnée à l'origine est égale à 1 qo Le volume maximum filtrable (Vmax) est obtenu rapidement par le calcul : En effet, l'équation (2) s'écrit en divisant par t : 1 = k2 +1 V qo t Quand t 1 0 qo t V 1 cotg ά qui représente Vmax K2 Le volume maximal filtrable est donc directement calculable à l aide de la formule suivante : Vmax = cotg ά = avec V1volume filtré à l'instant t1 V2 volume filtré à l'instant t2 Filtration sur gâteau : Dans ce cas, les particules se déposent dans la masse du gâteau qui augmente d'épaisseur au cours de la filtration. L'équation (3) caractérise la loi de la filtration sur gâteau ; sa représentation graphique est une droite (figure 3) : t = k3 V +1 (3) V qo Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le tracé du graphe t = f(v) V

7 Si la représentation est linéaire, la loi de la filtration sur gâteau est vérifiée. Le tracé de la droite donne le temps de filtration d'un volume déterminé. t v tangά = k qo V Vmax Figure 3 - Représentation graphique L ordonnée à l origine est égale à 1 qo Remarque: Dans le cas où la résistance à l'écoulement imputable au tamis serait négligeable, (cas de la filtration à alluvionnage continu où le tamis est une toile métallique), dans l'équation (3): 1 0 qo L'équation (3) devient: t = k3 V V qui peut encore en coordonnées logarithmiques être notée: Log V = 1/2 Log t + cste La représentation graphique de cette équation est une droite de pente 1/2 Dans ce cas, le tracé de la droite sur papier logarithmique donne le volume filtré pour un temps déterminé.

8 Filtration avec colmatage intermédiaire des pores : Il est admis l'existence dune loi empirique, intermédiaire entre la filtration sur gâteau et la filtration avec colmatage progressif des pores. Elle est caractérisée par l'équation (4) ; sa représentation est une droite (figure 4). 1 = k4 t +1 (4) q qo 1 q tang ά = k qo t Figure 4 - Représentation graphique Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le calcul des débits correspondants et le tracé du graphe 1 = f(t) q Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage intermédiaire des pores. Le tracé de la droite donne le débit pour un temps déterminé ; l'ordonnée à l'origine permet le calcul du débit initial qo. II/ LES MEDIA FILTRANTS (2) 1/ KIESELGUHR Le Kieselguhr ou diatomite, est une roche sédimentaire composée par une accumulation, au cours des temps géologiques, de carapaces ou frustules de silice amorphe hydratée, sécrétée par les diatomées.

9 Les diatomées sont des algues microscopiques unicellulaires de la famille des algues brunes. La membrane cellulosique de leur cellule, la frustule, capte la silice dissoute dans l'eau et s'en imprègne. Une des conditions principales de formation est évidemment la présence d'eaux riches en silice solubilisée. Après destruction de la substance organique, il reste une carapace de silice hydratée, striée par des alvéoles et des canicules, et constituée de deux valves qui s'emboîtent l'une dans l'autre. La forme de la frustule présente les aspects les plus divers. Ses dimensions peuvent varier de quelques microns à plusieurs centaines de microns. On dénombre encore actuellement plus de espèces de diatomées dont 400 d'eau douce, Leur classification est basée sur la structure de la boîte siliceuse. On distingue deux groupes, les diatomées centriques et les diatomées pennées. Les «centriques» sont les plus anciennes et sont quelquefois en dépôt, associées à des fossiles de radiolaires et à des spicules de spongiaires. Les dépôts soit d'origine marine, soit d'origine lacustre, vieux de 100 à 60 millions d'années, sont largement répandus dans le monde. Cette accumulation a donné naissance à une roche tendre, friable, légère, gorgée d'eau, constituant de puissantes formations géologiques. Toutefois, bon nombre de gisements ne sont ni assez importants, ni suffisamment purs (teneur en argile entre autres) pour présenter une valeur commerciale réelle. Les plus importants gisements connus sont situés en Californie, district de Santa- Barbara. A Lompoc en particulier, la couche de diatomée d'origine marine, en majorité des Coscinodiscus, atteindrait par endroit, -plus de 200 mètres. D'autres gisements importants sont exploités aux U.S.A., en Europe, en Afrique du nord, en Islande. En France, des dépôts abondants datant du miocène existent à l'emplacement d'anciens lacs du Massif Central, dans le Cantal (Murat, Riom ès Montagnes) et en Ardèche (St-Bauzile). Dans le Cantal, les diatomées rencontrées sont essentiellement centriques Cyclotella. En Ardèche, ce sont des pennées : Cymbella, Synedra, Navicula. La diatomite fut d'abord utilisée, comme absorbant pour la nitroglycérine, et aussi comme source de silice pour la fabrication des silicates. C'est vers la fin du XIXe siècle que débuta son utilisation comme adjuvant de filtration et vers 1920 que fut mis au point le procédé de frittage permettant l'obtention de types à perméabilité élevée.

10 Photo : Diatomées Extraction : Le minerai est le plus souvent extrait de gisements à ciel ouvert au moyen d'un matériel spécial. Lors de son extraction, le minerai de diatomite a une haute teneur en humidité (environ 60 %). Cette caractéristique du minerai de départ implique la nécessité économique de placer l'usine de fabrication près de la mine, et d'expédier ensuite le produit fini vers les lieux de consommation. Fabrication : Après concassage, des pré sécheurs appropriés, travaillant à des températures ne dépassant pas 450 C enlèvent la majeure partie de cette humidité. Selon la nature des traitements ultérieurs auxquels le minerai est soumis, on obtient 3 grandes catégories d'adjuvants de filtration : les naturels, les calcinés, les frittés. Kieselguhrs naturels : La roche est séchée et désagglomérée dans un broyeur sécheur ventilé. L'opération de «broyage» doit être à la fois efficace, pour conduire à la séparation des diatomées en particules élémentaires, et suffisamment ménagée, pour éviter de briser les diatomées. La diatomite désagglomérée est soumise à une épuration pneumatique destinée à éliminer les impuretés lourdes et grossières, qui, à l'origine sont déposées avec les diatomées. Le passage dans des cyclones de triage permet d'effectuer une classification par air des particules en fractions de granulométrie définie.

11 Kieselguhrs calcinés Les adjuvants calcinés reçoivent le même traitement préliminaire que les «naturels» Ils sont ensuite calcinés dans un four rotatif à une température variable entre 850 C et 950 C, suivant les types de kieselgurs recherchés. La vitesse de passage dans le four est différente suivant les qualités produites. A la sortie du four, les adjuvants sont soumis à un nouveau broyage contrôlé, à une épuration pneumatique et un fractionnement par cyclonage selon des tranches de granulométrie différentes. La calcination a pour but d'une part, de détruire complètement les matières organiques plus ou moins colloïdales et gélatineuses toujours associées aux diatomées, et d'autre part, de modifier la structure et d'agglomérer par frittage les très fines particules d'argile, généralement très «colmatantes» qui peuvent alors être éliminées sous forme d'agglomérats au cours de l'épuration finale. Elle réduit en outre fortement la réactivité et la solubilité des éléments constitutifs de la diatomite. Les produits simplement calcinés sont roses ou saumon clair, couleur due à la présence de fer ferrique. Ils sont fins ou très fins. En général, 60 à 80 % des particules sont inférieures à un diamètre équivalent de 10 microns et 40 à 60 % sont plus petits que 5 microns. Leur efficacité est élevée, mais leur perméabilité est relativement faible. Kieselguhrs frittés : Les adjuvants frittés reçoivent eux aussi le même traitement préliminaire que les «naturels». Avant calcination, on incorpore un fondant, du carbonate de soude (2 à 8 %) puis ils sont calcinés, à une température comprise entre 900 C et C. La calcination est suivie d'un broyage ménagé, d'une épuration pneumatique, et d'une sélection granulométrique. Pour obtenir des agents filtrants plus, perméables, il est nécessaire d'accroître artificiellement les dimensions des particules.. Pour se faire, on procède par frittage, à une agglomération contrôlée des diatomées élémentaires et de leur débris. Comme la diatomite est assez réfractaire, l'adjonction d'un fondant, tel que le carbonate de sodium précité, permet le frittage aux températures comprises entre 900 C et C. En faisant varier à la fois le taux de fondant, entre 2 et 8 % environ, et la température entre 900 et 1.100, on accroît le degré d'agglomération, par suite, la dimension moyenne des particules et la perméabilité spécifique. Les agents filtrants obtenus sont blancs. Leur masse volumique en gâteau est plus élevée que celle des produits simplement calcinés d'environ 20 %, ce qui se traduit par une légère diminution de la porosité totale qui passe ainsi de 87 à %.

12 Important : stockage du kieselguhr dans un endroit sec, hors de portée de produits odorants ; (le kieselguhr a la propriété de fixer les odeurs). COMPOSITION CHIMIQUE DES KIESELGUHRS Non calciné % m. S. Calciné % m. S. Calciné fritté % m. S. Si O2 86, ,9 Al2O3 4,1 4,6 5,9 Fe203 1,6 11,9 1,1 P205 0,2 0,2 0,2 CaO 1,7 1,4 1,1 Mg 0 0,4 0,4 0,3 Na2O + K20 1,1 1,1 3,3 Perte de la calcination 4,6 0,3 0,1 PH 5 à 8 6 à 8 8 à 10 METHODE DE CONTROLE DES KIESELGUHRS Pour permettre d'apprécier la qualité du kieselguhr, et pouvoir contrôler sa régularité dans les livraisons, il existe toute une série de contrôles. Humidité des kieselguhrs Elle se mesure comme pour l'orge, par la technique suivante Prise d'échantillon : 2 g, pesage au départ, puis pesage après 3 heures à 106 +/- 1 Les résultats doivent être inférieurs à 2 % et 0,5 % pour les frittés. La majorité des kieselguhrs ont des taux d'humidité compris entre 0,05 % et 1,28 %. Perte à la calcination Prise d'échantillon : 2 g, pesage au départ, puis pesage après une heure à 600 C. Elle doit être inférieure à 1 %. Le but de la calcination étant de détruire les matières organiques, argileuses ou calcaires pouvant exister dans la diatomite, si leur taux est élevé, il y a risque d'obstruction du filtre et des ennuis organoleptiques. Moyenne 0,37% Granulométrie Effectuée sur l'élutriateur BAHCO, elle s'étale entre 2 microns et 100 microns. Elle permet de suivre la régularité de fabrication des kieselguhrs. Sa détermination s'établit de la façon suivante : on part d'une prise d'échantillon connu et on fait passer le kieselguhr à travers des tamis de dimensions en microns connues. Tout ce qui passe à travers est donc de dimensions inférieures au tamis.

13 TABLEAU DES RÉPARTITIONS GRANULOMÉTRIQUES Echelle Kieseluhr fin Kieseluhr moyen Kieselguhr rapide > 50 µ 2,5% 13% 56% 50-30µ 4% 6% 13% 30-20µ 4,5% 9% 9,5% 20-10µ 12,5% 39% 15,5% 10 5µ 20,5% 18% 3% 5 3µ 20% 15% 3% < 3µ 36% 0 0 ph Déterminé sur une solution à 10 % dans de l'eau distillée (voir tableau composition chimique). Densité Déterminée par la Méthode MÉTAFILTER sur un échantillon de 5 g de kieselguhr. On introduit 5 g de kieselgur dans une éprouvette graduée de 100 ml, on remplit l'éprouvette d'eau distillée à la température du laboratoire, on agite vigoureusement et on laisse reposer pendant 24 h. Au bout de ce temps, on note le volume occupé par le kieselguhr déposé. On calcul ensuite la densité égale à : Poids étudié (5g) Volume occupé en ml La densité des kieselgurs est comprise entre 0,270 et 0,420. Volume mouillé : Déterminé à partir de la densité ( Méthode de METAFILTER) Il s agit de savoir combien de litres occupe un kg de kieselguhr une fois qu il est mouillé. Calcul : Volume occupé par 5 g en ml = 5 densité par 1000 g en ml = 5 X 200 densité

14 1kg en l = 5 X 200 X 1 densité kg en l = 1 densité l/kg Kieselgur Perlite Filtrox : Volume mouillé au l/kg des perlites et kieselguhrs 2/ PERLITE C'est une roche vitreuse d'origine volcanique appartenant, comme les obsidiennes et les ponces, au groupe des rhyolites. De composition analogue à celle du verre, elle résulterait de l'altération, éventuellement hydrothermale, de roches volcaniques. La roche perlitique est assez dure, mais friable. De texture grumeleuse, elle est caractérisée par des éléments globuliformes ou polyédriques, dont la structure est constituée par des lamelles membraneuses, disposées en strates, entre lesquelles s'interpose de l'eau interstitielle. L'eau, dont la teneur dans les perlites susceptibles d'être convenablement expansées est comprise entre 2 et 5 %, serait liée chimiquement dans la proportion de 1 à 2 %. C'est cette dernière qui, après ramollissement de la roche perlitique par chauffage rapide à provoquerait, sous l'effet de sa pression interne élevée, le gonflement caractéristique de la perlite. Au contraire du kieselguhr, qui se présente sous forme de coquilles ou de bâtonnets, la perlite est constituée de fragments de spères creuses et son plus grand volume permet une économie de 20 ou 30 % de la quantité nécessaire par rapport au kieselgur. Elle est souvent utilisée pour la filtration des moûts et des liquides très chargés. Elle est très abrasive pour les parties métalliques.

15 Photo : Perlite COMPOSITION CHIMIQUE DE LA PERLITE Perlite % m. S. SIO2 74,7 Al2O3 13,2 Fe203 0,67 P205 Traces CaO 0,83 MgO 0,03 Na20 + K20 9,5 Perte de la calcination 1 PH 7 à 10 3/ CELLULOSE ORIGINE - FABRICATION: La cellulose est un corps pur. C'est la substance fondamentale de toute paroi cellulaire végétale. La cellulose est un oside provenant de la condensation d'un grand nombre de molécules de glucose. Le dioside obtenu par son hydrolyse ménagée est le cellobiose. Sa formule chimique est : (C6 H1205) n n étant égal à 200 à 1000 environ. Elle est donc constituée de longues chaînes de molécules simples, à structure périodique, accolées les unes aux autres suivant un ordre régulier. Les

16 macromolécules de cellulose sont alignées dans une direction privilégiée, et forment de petites fibres. Pour la préparation des couches filtrantes, on utilise des poudres de cellulose plus nobles obtenues au départ, de bois sélectionnés, bois de pin, de bouleau ou*de hêtre. Les petits morceaux de bois obtenus par broyage, sont soumis à des réactions chimiques, qui dissolvent la lignine et libèrent les fibres. Après lavage à l'eau, la pâte obtenue constitue la pulpe brute. Celle-ci est ensuite soumise à une série d'étapes de purification décoloration, trempage dans des solutions alcalines, nombreux lavages à l'eau, qui éliminent la majeure partie de la lignine, ainsi que d'autres impuretés : résines, polysaccharides, etc. La pulpe ainsi purifiée est ensuite transformée en feuilles et séchée. Ces feuilles sont alors traitées mécaniquement, de façon à isoler les fibres les unes des autres et à les fragmenter. Cette réduction de la longueur des fibres produit une poudre fluide. En faisant varier l'intensité de l'action mécanique, on obtient un éventail de granulométrie et de densité différentes, correspondant aux besoins de l'industrie. La cellulose est utilisée sous deux formes : - Les fibres constituant le papier filtre et la charpente des plaques filtrantes cartonnées. - Sous forme de poudre seule ou mélangée avec des fibres de polyéthylène pour la préparation des précouches. La cellulose utilisée pour la filtration est relativement pure, elle ne contient que des traces de cations. IV / LA FILTRATION FRONTALE SUR ADJUVANTS DEFINITION La filtration frontale, technique adaptée aux liquides peu chargés, consiste en l application d un gradient de pression sur le liquide afin de le forcer à traverser le média. Ce média ( Kieselguhr ) est retenu par un support

17 PRESSION Solides Adjuvants filtration Toile Il existe différents types de support : - support constitué de rondelles cannelées empilées les une sur les autres - support en tissu de coton - support en tissu de nylon ou tergal - support en tissu de fils d acier inox ou reps - support en porcelaine ou céramique poreuse Ces tissus minces, assez fins pour que les adjuvants de filtration soient retenus à leur surface, sont supportés (pour éviter leur déformation) par des soutiens rigides de cadres cannelés ou de cribles, à mailles plus larges, qui serviront également au drainage du liquide filtré. Dans le cas des toiles métalliques, les soutiens sont, la plupart du temps, constitués par un grillage métallique à maille large et à gros fil. Les tissus supports sont constitués à l'heure actuelle, essentiellement sous la forme de tissage reps, plus stable et plus rigide. Les fils de trame sont plus serrés que les fils de chaîne, lesquels sont plus minces et plus écartés. Les vides de maille sont réguliers. Les diamètres de pore des tissus rencontrés actuellement, sont généralement compris entre 50 et 120 microns.

18 FONCTIONNEMENT En règle général, on utilise 2 adjuvants de filtration ayant des granulométries différentes : Le premier (plus ouvert), forme la précouche, dont le rôle sera de retenir les particules fines du second adjuvant de filtration, d'autoriser un débit de filtration élevé et de faciliter le débatissage du filtre. On l'utilise à la dose de 1 kg/m² environ. Réalisée obligatoirement avec un produit blanc (calciné fritté), dont la perméabilité est égale ou supérieure à 1 Darcie, afin de permettre un bon accrochage du gâteau. Le second (plus fin), est utilisé en alluvionnage ou nourrissage, c'est lui qui joue le rôle de filtre en retenant dans les couches formées successivement, les particules et les micro-organismes. En général, on utilise un grade calciné (rose). Le dosage peut varier en fonction de l'encrassement de la saumure et de l'objectif fixé à la filtration. Lors de la filtration, la pression interne du filtre doit augmenter régulièrement et faiblement. Une progression rapide révèle un colmatage du média (réduction du cycle de filtration). Une pression stable indique une "ouverture" trop importante de l'adjuvant de filtration, qui se traduira par un passage de particules et/ou de micro-organismes dans le filtrat. REMARQUE Le nourrissage doit toujours être effectué avec l'adjuvant le plus fin (dose 0,5 kg/m² environ). Par ailleurs, pour une efficacité de filtration optimale et rapide, celui-ci sera utilisé pour constituer la dernière partie de la précouche. Alluvionnage 2 ème Précouche 1 ère Précouche

19 Adjuvant correct pour la clarification Adjuvant correct pour la clarification Mais Alluvionnage trop faible Porosité insuffisante Alluvionnage plus important, Débit important CHOIX DU KIESELGUHR (OU DE L'ADJUVANT) L'adjuvant est essentiel dans la filtration par alluvionnage, car il est le principal responsable de la filtration. Il est très difficile de trouver l'adjuvant de filtration idéal. Certains choix se révèlent impossibles. Il faut donc déterminer en fonction de la qualité de filtration désirée, les adjuvants les mieux adaptés, en respectant les paramètres suivants - Avoir le minimum d'adjuvants différents (3 à 4 max.). - Couvrir l'ensemble de la gamme des produits à filtrer avec les adjuvants choisis. - Trouver des formulations simples pour éviter les erreurs. - Bien choisir ses adjuvants en fonction du type de filtre dont on dispose, de ses capacités, suivant la qualité du travail désiré. - Rechercher une consommation réduite.

20 Faible densité libre : - à poids égal, l'épaisseur de diatomées sur le plateau filtrant sera plus importante. On obtiendra donc une plus grande surface de filtration et un acheminement plus long pour la rétention des particules. - à granulométrie égale, la perméabilité des kieselguhrs de faible densité libre sera plus élevée. Le débit sera donc meilleur et le colmatage moins rapide. - une faible densité libre permet de constituer un gâteau plus difficilement compressible et poreux. - pour finir l'indice de colmatage sera maintenu plus longtemps durant la filtration. Faible densité humide : Une faible densité humide entraîne une moins grande absorption de liquide et facilite l'évacuation du gâteau lors de la rotation des éléments filtrants. COMPRESSIBILITÉ DE L'ADJUVANT Tous les agents filtrants sont compressibles mais à des pressions et à des seuils différents. La compressibilité, phénomène perceptible, est la conséquence d'une rugosité des particules qui doit être la plus élevée, et d'une répartition granulométrique dont le pic doit être le plus étroit. La compressibilité des agents filtrants calcinés varie de 18 à 22 % entre 1 et 4 bars, avec un décrochement rapide entre 1,5 et 2,5 bars, puis de 26 à 70 % entre 8 et 16 bars. La compressibilité des agents filtrants activés (frittés) varie de 20 à 25 % entre 1 et 4 bars, selon une courbe presque rectiligne, puis de 36 à 52 % entre 8 et 16 bars. Lorsque le P est compris entre 1,5 et 2,5 bars, nous avons donc un passage délicat au cours de la filtration, avec des risques de passage trouble. Il faut surveiller cette séquence et remettre, si nécessaire, le filtre en circuit fermé pour faire un renfort de précouche. RÉPARTITION DU GÂTEAU Pour une combinaison donnée d'adjuvants de filtration avec du liquide non filtré, l'effet de filtration optimal est obtenu lorsque le gâteau de diatomées présente sur toute la surface filtrante une croissance d'épaisseur identique, et une répartition uniforme de composants fins et grossiers.

21 L obtention d une bonne qualité de filtration passe avant tout par le respect des débits de filtration et un alluvionnage approprié à la charge contaminante. La montée en pression doit être progressive et régulière. Voici quelques exemples de situations à éviter pour mener à bien une filtration : 1) Augmentation anormale de la pression due à un alluvionnage trop important : P T en heure Cette courbe traduit un alluvionnage supérieur aux besoins entraînant une faible pente de montée en pression. Ce type de conduite de filtration n a pas d incidence sur la qualité du filtrat. Seul le coût économique au m 3 filtré est plus important. Il peut être optimisé par une réduction de l alluvionnage. ATTENTION!!! Sur des saumures servant au salage de fromages à pâte pressée cuite, il est possible d obtenir ce type de courbes. La faible présence de matières organiques dans ce type de saumures fait que le colmatage est peu important. La quantité de kieselguhrs par m 3 filtré est très faible, elle est de l ordre de 50 à 100 gr. Ceci permet une durée importante des cycles de filtration (18-24 heures).

Notice technique La filtration sur terre

Notice technique La filtration sur terre Notice technique La filtration sur terre 1 PRINCIPES ET DEFINITIONS La filtration du vin est une pratique très ancienne. Le mot lui même est un dérivé de «filtrum», le feutre qui était alors utilisé pour

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Préchauffage et réchauffage

Préchauffage et réchauffage Accessoires Préchauffage et réchauffage Page 6 Préchauffage et réchauffage Batterie hors-gel FSH 00 00 500 Ø 60 0 e boîtier du filtre de l'air extérieur FSH (FSH = batterie hors gel) sert à protéger l'échangeur

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Mesure de la teneur en alcool

Mesure de la teneur en alcool 37 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins 285 1.1. Sur le plan organoleptique 285 1.2. Sur le plan biologique 285 1.3. Sur le plan réglementaire 285 1.4. Sur le plan commercial

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

PROJET DE : ÉTANCHÉITÉ / ISOLATION THERMIQUE MÉMOIRE DESCRPTIF CONDITIONS TECHNIQUES

PROJET DE : ÉTANCHÉITÉ / ISOLATION THERMIQUE MÉMOIRE DESCRPTIF CONDITIONS TECHNIQUES PROJET DE : ÉTANCHÉITÉ / ISOLATION THERMIQUE MÉMOIRE DESCRPTIF CONDITIONS TECHNIQUES 1 1. OBJECTIF Cette spécification a pour objectif d'établir des normes de bonne exécution des travaux d'étanchéité /

Plus en détail

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012 TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB 1 Dispositifs agréés Typologie et principe Procédés à écoulement saturé

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests Notice Produit Edition 09.2012 Identification no4794 Version no. 2012-208 Sarnavap 5000E SA Pare-vapeur Description du produit Sarnavap 5000E SA est un pare-vapeur auto-adhésif pour système en adhérence

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été

Plus en détail

Le plaisir du petitdéjeuner. 28 ~

Le plaisir du petitdéjeuner. 28 ~ le petit- déjeuner Le plaisir du petitdéjeuner. 28 ~ 29 ~ le petit-déjeuner CR-22 961010715 EAN-13: 8412788027698 Essence ~ Cafetière expresso. ~ Design innovant : version chocolat et aluminium, réservoir

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Assainissement autonome

Assainissement autonome Accessoires 64 Tube épandage Géotextile Géofosse 125 ML Tube avec étui 125 ml STUB0125 5,24 carton de 30 pcs Regard de répartition 67 63 Pouzzolane Roche naturelle volcanique possédant une texture scoriacée

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune :

INJECTION DIESEL. Page : Savoir S 3.3 1 DATE : CLASSE : Electronique. L injection à rampe commune : 1 L injection à rampe commune : 1.Mise en situation : 2. Définition : - On entend par système «common rail», un système d injection Diesel dont les injecteurs sont alimentés par une rampe commune et pilotés

Plus en détail

Contrôle non destructif Magnétoscopie

Contrôle non destructif Magnétoscopie Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Séparateurs d huile/eau

Séparateurs d huile/eau Les Systèmes Customeng, Conception, R&D et manufacturier d équipements spécialisés 10717 Rue Waverly, Montréal, Québec, H3L 2W7, T : 514331-5121, F : 514-331-5292 Séparateurs d huile/eau Préparé par: Gilles

Plus en détail

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre des cossettes de betteraves. Après le passage du malaxeur

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE Au service de l'eau F 57600 FORBACH Fax 03 87 88 18 59 E-Mail : contact@isma.fr DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE www.isma.fr SOMMAIRE Pages 1. GÉNÉRALITÉS...

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques 8/FR www.caleffi.com Groupes de transfert pour installations solaires Copyright Caleffi Séries 8 9 MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE Fonction Avertissements Gamme de produits Caractéristiques

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Vanne à tête inclinée VZXF

Vanne à tête inclinée VZXF Caractéristiques et fourniture Fonction LavanneàtêteinclinéeVZXF est un distributeur 2/2 à pilotage externe. Les distributeurs de ce type sont commutés par le biais d'un fluide de commande supplémentaire.

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN AIM To cite this version: Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN

Plus en détail

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Tranchées d éd épandage en terrain pentu. Ce document reprend la

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

HUBER Procédé de flottation HDF

HUBER Procédé de flottation HDF HUBER Procédé de flottation HDF Traitement des eaux usées, récupération et recyclage de l eau grâce au procédé de flottation avec micro bulles d air Système anti-colmatage avec décanteur lamellaire The

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage LES INSTALLATIONS FIXES pierres naturelles sables et graviers recyclage Les installations fixes une ingénierie «Made in Autriche» Franz Wageneder ne pouvait pas imaginer en 1950, lorsqu il construisit

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail