On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) :"

Transcription

1 INTRODUCTION La filtration est une technique générale de séparation de deux phases, phase liquide et phase solide, par passage au travers d un élément poreux qui constitue un filtre et retient la phase solide. L élément poreux ou média, retient les particules en laissant librement s écoulé un liquide épuré appelé filtrat. Le système passe d un état désordonné à un état plus ordonné. Cette opération est consommatrice d énergie et cette énergie déterminera la mise en œuvre de différentes techniques de filtration. On classe les procédés de filtration suivant les critères suivants ( 1 ) : - La force mise en jeu (filtration sous vide ou filtration sous pression par exemple) - La taille des particules (filtration grossière, Filtration fine, ultrafiltration) - L efficacité souhaitée ( filtration clarifiante ou stérilisante) - Le média filtrant (filtration sur pré couches de diatomées, sur plaque de cellulose ou sur cartouches polypropylène ou nylon ) La filtration frontale, technique adaptée aux liquides peu chargés, consiste en l application d un gradient de pression sur le liquide afin de le forcer à traverser le média. Les média peuvent être de différentes natures. Les plus courant sont la cellulose et les terres de diatomée (kieselguhrs ou perlites). I/ RAPPEL THEORIQUE POROSITE : (2) C est le volume de vide d une substance par rapport à son volume total. La porosité s exprime en pourcentage. La porosité maximale d une couche de solide est déterminée par la forme des particules qui la composent et leur arrangement. Cette porosité maximale est obtenue lorsque les particules ont toute la même dimension, ou encore la porosité du lit de filtration se rapproche d autant plus de la porosité maximale escomptée, qu e le spectre granulométrique des composants est étroit. Il ne faut pas confondre, comme c est souvent le cas, la porosité avec le diamètre des pores. La notion de diamètre des pores correspond à la définition du seuil de filtration. (2)

2 Le seuil de filtration correspond à la dimension du canal équivalent le plus gros qui débouche de part et d'autre de ce média. Il est important de bien définir les conditions opératoires car selon la vitesse de passage au travers d'un pore de diamètre donné, il est possible d'arrêter des particules de diamètre très nettement inférieur à celui-ci. En effet, les filets de fluides sont soumis dans l'épaisseur de la paroi à une succession de changements de section et de direction qui provoquent l'arrêt mécanique de particules de dimension inférieure à la section moyenne de ces canaux. Le colmatage sera faible si les particules sont solides et indéformables par contre, il apparaîtra rapidement dans le cas de produits amorphes, colloïdaux. Le seuil de filtration, dans le cas de filtres-presses ou de filtres à plateaux horizontaux chargés avec des terres de filtration, est plus difficile à définir car il faut en distinguer le seuil du rapport en toile ou reps et le seuil obtenu par le gâteau constitué par les terres. PERMEABILITE : (2) La perméabilité est la propriété d une substance à laisser passer plus ou moins facilement un liquide. Cette perméabilité s exprime en DARCIES. Pour un matériau filtrant, la darcie se définit ainsi : (Règle des "sept fois 1"). Une couche filtrante qui a : une épaisseur de 1 cm une surface de 1 cm 2 qui est traversée par une quantité de liquide de 1 cm 3 a une pression de 1 atmosphère pendant un temps de 1 seconde et donc la viscosité du liquide est de 1 centipoise a une PERMEABILITE de 1 DARCIES. (2) Le débit est proportionnel à la surface, la pression à la perméabilité mais inversement à la viscosité et à l'épaisseur L aptitude à la filtration des adjuvants de filtration se traduit pratiquement par un débit de liquide qui dépend de : La surface de filtration La pression motrice La viscosité de la suspension à filtrer et surtout de la résistance à l écoulement provoquée par le dépôt d adjuvant ou gâteau de filtration. Le débit de filtration peut permettre dans des conditions bien déterminées de différencier les adjuvants de filtration entre eux mais il ne conduit pas à la connaissance directe des grandeurs caractérisant le gâteau de filtration comme par exemple sa perméabilité spécifique.

3 Celle-ci peut être déterminée à partir du volume de filtrat écoulé en fonction du temps, à condition que l écoulement suive les lois usuelles de filtration quelle que soit l épaisseur du gâteau. EQUATION DE LA FILTRATION : (2) Q = S x P x Bo N x e Q = débit S = surface de filtration P = différence de pression (pression de filtration) N = viscosité du liquide e = épaisseur du gâteau. Bo = perméabilité LES MECANISMES DE RETENTION (2) LE TAMISAGE : Toutes les particules d une grosseur supérieure aux pores de la couche filtrante y sont retenues mécaniquement. L efficacité du tamisage dépend du diamètre des pores de la matière filtrante. Plus la perméabilité des adjuvants utilisés sera faible, plus l effet du tamisage sera important. L ABSORPTION : Au cours de la filtration en profondeur effectuée par le passage du liquide trouble à travers une couche d adjuvants de filtration, les particules solides (particules colloïdales, suspension microbienne et dépôts) sont retenues par absorption. C est une rétention en profondeur dans toute l épaisseur de la couche filtrante. Elle s effectue dans les couches des canaux de circulation. L ADSORPTION : C est un phénomène électrostatique qui permet la rétention de très petites particules à la surface et à l intérieur de la couche filtrante. Ces particules ont des diamètres inférieurs à ceux des canaux. Toutes les substances filtrantes agissent plus ou moins par adsorption. LOIS REGISSANTS LA FILTRATION DES LIQUIDES PEU CHARGES (3) Les travaux de HERMANS et BREDEE (1935, 1936) montrent que les filtrations de suspensions peu concentrées (concentration en particules inférieure à 1 % en volume) obéissent à quatre lois pour lesquelles il est possible de proposer les modèles mathématiques simples suivants, lorsque les filtrations sont réalisées à pression différentielle constante :

4 - loi du colmatage brusque des pores : q = -k1 V+qo - loi du colmatage progressif des pores : t = k2 t +1 V qo - loi de la filtration sur gâteau t = k3 V +1 V qo - loi du colmatage intermédiaire des pores: avec t = k4 t +1 q qo V = volume filtré à l'instant t (m3) t = temps de filtration (s) qo = ( dv) = débit initial à l'instant to ( dt )o = constante (m3/s) (avant que le premier pore du filtre soit obturé, le débit est constant) q = dv = débit à l'instant t (m3/s) dt Filtration avec colmatage brusque des pores : Il est admis que le filtre se comporte comme une série de tubes capillaires de diamètre et de longueur constante. De même, on considère que chaque particule en suspension dans le liquide obture un pore. q tangά = k1 qo V Vmax Figure 1 Représentation graphique

5 L'équation (1) caractérise la loi de filtration du colmatage brusque des pores, sa représentation graphique est une droite (figure 1). q = -k1v + q o (1) Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le calcul des débits correspondants et le tracé du graphe : q = f (V). Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage brusque des pores. Le tracé de la droite donne le volume maximum filtrable (Vmax); l'ordonnée à l'origine est égale au débit initial qo. Filtration avec colmatage progressif des pores : Au cours de la filtration, les particules se déposent à l'intérieur des pores, ce qui provoque une diminution de leur diamètre. L'équation (2) caractérise la loi du colmatage progressif des pores; sa représentation graphique est une droite (figure 2). t = k2 t+1 (2) V qo Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le tracé du graphe t V = f (t) 1 v tangά = k qo t t1 t2 Figure 2 - Représentation graphique

6 Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage progressif des pores. Le tracé de la droite donne le volume filtrable pour un temps déterminé ; l'ordonnée à l'origine est égale à 1 qo Le volume maximum filtrable (Vmax) est obtenu rapidement par le calcul : En effet, l'équation (2) s'écrit en divisant par t : 1 = k2 +1 V qo t Quand t 1 0 qo t V 1 cotg ά qui représente Vmax K2 Le volume maximal filtrable est donc directement calculable à l aide de la formule suivante : Vmax = cotg ά = avec V1volume filtré à l'instant t1 V2 volume filtré à l'instant t2 Filtration sur gâteau : Dans ce cas, les particules se déposent dans la masse du gâteau qui augmente d'épaisseur au cours de la filtration. L'équation (3) caractérise la loi de la filtration sur gâteau ; sa représentation graphique est une droite (figure 3) : t = k3 V +1 (3) V qo Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le tracé du graphe t = f(v) V

7 Si la représentation est linéaire, la loi de la filtration sur gâteau est vérifiée. Le tracé de la droite donne le temps de filtration d'un volume déterminé. t v tangά = k qo V Vmax Figure 3 - Représentation graphique L ordonnée à l origine est égale à 1 qo Remarque: Dans le cas où la résistance à l'écoulement imputable au tamis serait négligeable, (cas de la filtration à alluvionnage continu où le tamis est une toile métallique), dans l'équation (3): 1 0 qo L'équation (3) devient: t = k3 V V qui peut encore en coordonnées logarithmiques être notée: Log V = 1/2 Log t + cste La représentation graphique de cette équation est une droite de pente 1/2 Dans ce cas, le tracé de la droite sur papier logarithmique donne le volume filtré pour un temps déterminé.

8 Filtration avec colmatage intermédiaire des pores : Il est admis l'existence dune loi empirique, intermédiaire entre la filtration sur gâteau et la filtration avec colmatage progressif des pores. Elle est caractérisée par l'équation (4) ; sa représentation est une droite (figure 4). 1 = k4 t +1 (4) q qo 1 q tang ά = k qo t Figure 4 - Représentation graphique Pour une filtration à p constante, l'enregistrement des volumes écoulés en fonction du temps permet le calcul des débits correspondants et le tracé du graphe 1 = f(t) q Si la représentation est linéaire, la filtration est régie par la loi du colmatage intermédiaire des pores. Le tracé de la droite donne le débit pour un temps déterminé ; l'ordonnée à l'origine permet le calcul du débit initial qo. II/ LES MEDIA FILTRANTS (2) 1/ KIESELGUHR Le Kieselguhr ou diatomite, est une roche sédimentaire composée par une accumulation, au cours des temps géologiques, de carapaces ou frustules de silice amorphe hydratée, sécrétée par les diatomées.

9 Les diatomées sont des algues microscopiques unicellulaires de la famille des algues brunes. La membrane cellulosique de leur cellule, la frustule, capte la silice dissoute dans l'eau et s'en imprègne. Une des conditions principales de formation est évidemment la présence d'eaux riches en silice solubilisée. Après destruction de la substance organique, il reste une carapace de silice hydratée, striée par des alvéoles et des canicules, et constituée de deux valves qui s'emboîtent l'une dans l'autre. La forme de la frustule présente les aspects les plus divers. Ses dimensions peuvent varier de quelques microns à plusieurs centaines de microns. On dénombre encore actuellement plus de espèces de diatomées dont 400 d'eau douce, Leur classification est basée sur la structure de la boîte siliceuse. On distingue deux groupes, les diatomées centriques et les diatomées pennées. Les «centriques» sont les plus anciennes et sont quelquefois en dépôt, associées à des fossiles de radiolaires et à des spicules de spongiaires. Les dépôts soit d'origine marine, soit d'origine lacustre, vieux de 100 à 60 millions d'années, sont largement répandus dans le monde. Cette accumulation a donné naissance à une roche tendre, friable, légère, gorgée d'eau, constituant de puissantes formations géologiques. Toutefois, bon nombre de gisements ne sont ni assez importants, ni suffisamment purs (teneur en argile entre autres) pour présenter une valeur commerciale réelle. Les plus importants gisements connus sont situés en Californie, district de Santa- Barbara. A Lompoc en particulier, la couche de diatomée d'origine marine, en majorité des Coscinodiscus, atteindrait par endroit, -plus de 200 mètres. D'autres gisements importants sont exploités aux U.S.A., en Europe, en Afrique du nord, en Islande. En France, des dépôts abondants datant du miocène existent à l'emplacement d'anciens lacs du Massif Central, dans le Cantal (Murat, Riom ès Montagnes) et en Ardèche (St-Bauzile). Dans le Cantal, les diatomées rencontrées sont essentiellement centriques Cyclotella. En Ardèche, ce sont des pennées : Cymbella, Synedra, Navicula. La diatomite fut d'abord utilisée, comme absorbant pour la nitroglycérine, et aussi comme source de silice pour la fabrication des silicates. C'est vers la fin du XIXe siècle que débuta son utilisation comme adjuvant de filtration et vers 1920 que fut mis au point le procédé de frittage permettant l'obtention de types à perméabilité élevée.

10 Photo : Diatomées Extraction : Le minerai est le plus souvent extrait de gisements à ciel ouvert au moyen d'un matériel spécial. Lors de son extraction, le minerai de diatomite a une haute teneur en humidité (environ 60 %). Cette caractéristique du minerai de départ implique la nécessité économique de placer l'usine de fabrication près de la mine, et d'expédier ensuite le produit fini vers les lieux de consommation. Fabrication : Après concassage, des pré sécheurs appropriés, travaillant à des températures ne dépassant pas 450 C enlèvent la majeure partie de cette humidité. Selon la nature des traitements ultérieurs auxquels le minerai est soumis, on obtient 3 grandes catégories d'adjuvants de filtration : les naturels, les calcinés, les frittés. Kieselguhrs naturels : La roche est séchée et désagglomérée dans un broyeur sécheur ventilé. L'opération de «broyage» doit être à la fois efficace, pour conduire à la séparation des diatomées en particules élémentaires, et suffisamment ménagée, pour éviter de briser les diatomées. La diatomite désagglomérée est soumise à une épuration pneumatique destinée à éliminer les impuretés lourdes et grossières, qui, à l'origine sont déposées avec les diatomées. Le passage dans des cyclones de triage permet d'effectuer une classification par air des particules en fractions de granulométrie définie.

11 Kieselguhrs calcinés Les adjuvants calcinés reçoivent le même traitement préliminaire que les «naturels» Ils sont ensuite calcinés dans un four rotatif à une température variable entre 850 C et 950 C, suivant les types de kieselgurs recherchés. La vitesse de passage dans le four est différente suivant les qualités produites. A la sortie du four, les adjuvants sont soumis à un nouveau broyage contrôlé, à une épuration pneumatique et un fractionnement par cyclonage selon des tranches de granulométrie différentes. La calcination a pour but d'une part, de détruire complètement les matières organiques plus ou moins colloïdales et gélatineuses toujours associées aux diatomées, et d'autre part, de modifier la structure et d'agglomérer par frittage les très fines particules d'argile, généralement très «colmatantes» qui peuvent alors être éliminées sous forme d'agglomérats au cours de l'épuration finale. Elle réduit en outre fortement la réactivité et la solubilité des éléments constitutifs de la diatomite. Les produits simplement calcinés sont roses ou saumon clair, couleur due à la présence de fer ferrique. Ils sont fins ou très fins. En général, 60 à 80 % des particules sont inférieures à un diamètre équivalent de 10 microns et 40 à 60 % sont plus petits que 5 microns. Leur efficacité est élevée, mais leur perméabilité est relativement faible. Kieselguhrs frittés : Les adjuvants frittés reçoivent eux aussi le même traitement préliminaire que les «naturels». Avant calcination, on incorpore un fondant, du carbonate de soude (2 à 8 %) puis ils sont calcinés, à une température comprise entre 900 C et C. La calcination est suivie d'un broyage ménagé, d'une épuration pneumatique, et d'une sélection granulométrique. Pour obtenir des agents filtrants plus, perméables, il est nécessaire d'accroître artificiellement les dimensions des particules.. Pour se faire, on procède par frittage, à une agglomération contrôlée des diatomées élémentaires et de leur débris. Comme la diatomite est assez réfractaire, l'adjonction d'un fondant, tel que le carbonate de sodium précité, permet le frittage aux températures comprises entre 900 C et C. En faisant varier à la fois le taux de fondant, entre 2 et 8 % environ, et la température entre 900 et 1.100, on accroît le degré d'agglomération, par suite, la dimension moyenne des particules et la perméabilité spécifique. Les agents filtrants obtenus sont blancs. Leur masse volumique en gâteau est plus élevée que celle des produits simplement calcinés d'environ 20 %, ce qui se traduit par une légère diminution de la porosité totale qui passe ainsi de 87 à %.

12 Important : stockage du kieselguhr dans un endroit sec, hors de portée de produits odorants ; (le kieselguhr a la propriété de fixer les odeurs). COMPOSITION CHIMIQUE DES KIESELGUHRS Non calciné % m. S. Calciné % m. S. Calciné fritté % m. S. Si O2 86, ,9 Al2O3 4,1 4,6 5,9 Fe203 1,6 11,9 1,1 P205 0,2 0,2 0,2 CaO 1,7 1,4 1,1 Mg 0 0,4 0,4 0,3 Na2O + K20 1,1 1,1 3,3 Perte de la calcination 4,6 0,3 0,1 PH 5 à 8 6 à 8 8 à 10 METHODE DE CONTROLE DES KIESELGUHRS Pour permettre d'apprécier la qualité du kieselguhr, et pouvoir contrôler sa régularité dans les livraisons, il existe toute une série de contrôles. Humidité des kieselguhrs Elle se mesure comme pour l'orge, par la technique suivante Prise d'échantillon : 2 g, pesage au départ, puis pesage après 3 heures à 106 +/- 1 Les résultats doivent être inférieurs à 2 % et 0,5 % pour les frittés. La majorité des kieselguhrs ont des taux d'humidité compris entre 0,05 % et 1,28 %. Perte à la calcination Prise d'échantillon : 2 g, pesage au départ, puis pesage après une heure à 600 C. Elle doit être inférieure à 1 %. Le but de la calcination étant de détruire les matières organiques, argileuses ou calcaires pouvant exister dans la diatomite, si leur taux est élevé, il y a risque d'obstruction du filtre et des ennuis organoleptiques. Moyenne 0,37% Granulométrie Effectuée sur l'élutriateur BAHCO, elle s'étale entre 2 microns et 100 microns. Elle permet de suivre la régularité de fabrication des kieselguhrs. Sa détermination s'établit de la façon suivante : on part d'une prise d'échantillon connu et on fait passer le kieselguhr à travers des tamis de dimensions en microns connues. Tout ce qui passe à travers est donc de dimensions inférieures au tamis.

13 TABLEAU DES RÉPARTITIONS GRANULOMÉTRIQUES Echelle Kieseluhr fin Kieseluhr moyen Kieselguhr rapide > 50 µ 2,5% 13% 56% 50-30µ 4% 6% 13% 30-20µ 4,5% 9% 9,5% 20-10µ 12,5% 39% 15,5% 10 5µ 20,5% 18% 3% 5 3µ 20% 15% 3% < 3µ 36% 0 0 ph Déterminé sur une solution à 10 % dans de l'eau distillée (voir tableau composition chimique). Densité Déterminée par la Méthode MÉTAFILTER sur un échantillon de 5 g de kieselguhr. On introduit 5 g de kieselgur dans une éprouvette graduée de 100 ml, on remplit l'éprouvette d'eau distillée à la température du laboratoire, on agite vigoureusement et on laisse reposer pendant 24 h. Au bout de ce temps, on note le volume occupé par le kieselguhr déposé. On calcul ensuite la densité égale à : Poids étudié (5g) Volume occupé en ml La densité des kieselgurs est comprise entre 0,270 et 0,420. Volume mouillé : Déterminé à partir de la densité ( Méthode de METAFILTER) Il s agit de savoir combien de litres occupe un kg de kieselguhr une fois qu il est mouillé. Calcul : Volume occupé par 5 g en ml = 5 densité par 1000 g en ml = 5 X 200 densité

14 1kg en l = 5 X 200 X 1 densité kg en l = 1 densité l/kg Kieselgur Perlite Filtrox : Volume mouillé au l/kg des perlites et kieselguhrs 2/ PERLITE C'est une roche vitreuse d'origine volcanique appartenant, comme les obsidiennes et les ponces, au groupe des rhyolites. De composition analogue à celle du verre, elle résulterait de l'altération, éventuellement hydrothermale, de roches volcaniques. La roche perlitique est assez dure, mais friable. De texture grumeleuse, elle est caractérisée par des éléments globuliformes ou polyédriques, dont la structure est constituée par des lamelles membraneuses, disposées en strates, entre lesquelles s'interpose de l'eau interstitielle. L'eau, dont la teneur dans les perlites susceptibles d'être convenablement expansées est comprise entre 2 et 5 %, serait liée chimiquement dans la proportion de 1 à 2 %. C'est cette dernière qui, après ramollissement de la roche perlitique par chauffage rapide à provoquerait, sous l'effet de sa pression interne élevée, le gonflement caractéristique de la perlite. Au contraire du kieselguhr, qui se présente sous forme de coquilles ou de bâtonnets, la perlite est constituée de fragments de spères creuses et son plus grand volume permet une économie de 20 ou 30 % de la quantité nécessaire par rapport au kieselgur. Elle est souvent utilisée pour la filtration des moûts et des liquides très chargés. Elle est très abrasive pour les parties métalliques.

15 Photo : Perlite COMPOSITION CHIMIQUE DE LA PERLITE Perlite % m. S. SIO2 74,7 Al2O3 13,2 Fe203 0,67 P205 Traces CaO 0,83 MgO 0,03 Na20 + K20 9,5 Perte de la calcination 1 PH 7 à 10 3/ CELLULOSE ORIGINE - FABRICATION: La cellulose est un corps pur. C'est la substance fondamentale de toute paroi cellulaire végétale. La cellulose est un oside provenant de la condensation d'un grand nombre de molécules de glucose. Le dioside obtenu par son hydrolyse ménagée est le cellobiose. Sa formule chimique est : (C6 H1205) n n étant égal à 200 à 1000 environ. Elle est donc constituée de longues chaînes de molécules simples, à structure périodique, accolées les unes aux autres suivant un ordre régulier. Les

16 macromolécules de cellulose sont alignées dans une direction privilégiée, et forment de petites fibres. Pour la préparation des couches filtrantes, on utilise des poudres de cellulose plus nobles obtenues au départ, de bois sélectionnés, bois de pin, de bouleau ou*de hêtre. Les petits morceaux de bois obtenus par broyage, sont soumis à des réactions chimiques, qui dissolvent la lignine et libèrent les fibres. Après lavage à l'eau, la pâte obtenue constitue la pulpe brute. Celle-ci est ensuite soumise à une série d'étapes de purification décoloration, trempage dans des solutions alcalines, nombreux lavages à l'eau, qui éliminent la majeure partie de la lignine, ainsi que d'autres impuretés : résines, polysaccharides, etc. La pulpe ainsi purifiée est ensuite transformée en feuilles et séchée. Ces feuilles sont alors traitées mécaniquement, de façon à isoler les fibres les unes des autres et à les fragmenter. Cette réduction de la longueur des fibres produit une poudre fluide. En faisant varier l'intensité de l'action mécanique, on obtient un éventail de granulométrie et de densité différentes, correspondant aux besoins de l'industrie. La cellulose est utilisée sous deux formes : - Les fibres constituant le papier filtre et la charpente des plaques filtrantes cartonnées. - Sous forme de poudre seule ou mélangée avec des fibres de polyéthylène pour la préparation des précouches. La cellulose utilisée pour la filtration est relativement pure, elle ne contient que des traces de cations. IV / LA FILTRATION FRONTALE SUR ADJUVANTS DEFINITION La filtration frontale, technique adaptée aux liquides peu chargés, consiste en l application d un gradient de pression sur le liquide afin de le forcer à traverser le média. Ce média ( Kieselguhr ) est retenu par un support

17 PRESSION Solides Adjuvants filtration Toile Il existe différents types de support : - support constitué de rondelles cannelées empilées les une sur les autres - support en tissu de coton - support en tissu de nylon ou tergal - support en tissu de fils d acier inox ou reps - support en porcelaine ou céramique poreuse Ces tissus minces, assez fins pour que les adjuvants de filtration soient retenus à leur surface, sont supportés (pour éviter leur déformation) par des soutiens rigides de cadres cannelés ou de cribles, à mailles plus larges, qui serviront également au drainage du liquide filtré. Dans le cas des toiles métalliques, les soutiens sont, la plupart du temps, constitués par un grillage métallique à maille large et à gros fil. Les tissus supports sont constitués à l'heure actuelle, essentiellement sous la forme de tissage reps, plus stable et plus rigide. Les fils de trame sont plus serrés que les fils de chaîne, lesquels sont plus minces et plus écartés. Les vides de maille sont réguliers. Les diamètres de pore des tissus rencontrés actuellement, sont généralement compris entre 50 et 120 microns.

18 FONCTIONNEMENT En règle général, on utilise 2 adjuvants de filtration ayant des granulométries différentes : Le premier (plus ouvert), forme la précouche, dont le rôle sera de retenir les particules fines du second adjuvant de filtration, d'autoriser un débit de filtration élevé et de faciliter le débatissage du filtre. On l'utilise à la dose de 1 kg/m² environ. Réalisée obligatoirement avec un produit blanc (calciné fritté), dont la perméabilité est égale ou supérieure à 1 Darcie, afin de permettre un bon accrochage du gâteau. Le second (plus fin), est utilisé en alluvionnage ou nourrissage, c'est lui qui joue le rôle de filtre en retenant dans les couches formées successivement, les particules et les micro-organismes. En général, on utilise un grade calciné (rose). Le dosage peut varier en fonction de l'encrassement de la saumure et de l'objectif fixé à la filtration. Lors de la filtration, la pression interne du filtre doit augmenter régulièrement et faiblement. Une progression rapide révèle un colmatage du média (réduction du cycle de filtration). Une pression stable indique une "ouverture" trop importante de l'adjuvant de filtration, qui se traduira par un passage de particules et/ou de micro-organismes dans le filtrat. REMARQUE Le nourrissage doit toujours être effectué avec l'adjuvant le plus fin (dose 0,5 kg/m² environ). Par ailleurs, pour une efficacité de filtration optimale et rapide, celui-ci sera utilisé pour constituer la dernière partie de la précouche. Alluvionnage 2 ème Précouche 1 ère Précouche

19 Adjuvant correct pour la clarification Adjuvant correct pour la clarification Mais Alluvionnage trop faible Porosité insuffisante Alluvionnage plus important, Débit important CHOIX DU KIESELGUHR (OU DE L'ADJUVANT) L'adjuvant est essentiel dans la filtration par alluvionnage, car il est le principal responsable de la filtration. Il est très difficile de trouver l'adjuvant de filtration idéal. Certains choix se révèlent impossibles. Il faut donc déterminer en fonction de la qualité de filtration désirée, les adjuvants les mieux adaptés, en respectant les paramètres suivants - Avoir le minimum d'adjuvants différents (3 à 4 max.). - Couvrir l'ensemble de la gamme des produits à filtrer avec les adjuvants choisis. - Trouver des formulations simples pour éviter les erreurs. - Bien choisir ses adjuvants en fonction du type de filtre dont on dispose, de ses capacités, suivant la qualité du travail désiré. - Rechercher une consommation réduite.

20 Faible densité libre : - à poids égal, l'épaisseur de diatomées sur le plateau filtrant sera plus importante. On obtiendra donc une plus grande surface de filtration et un acheminement plus long pour la rétention des particules. - à granulométrie égale, la perméabilité des kieselguhrs de faible densité libre sera plus élevée. Le débit sera donc meilleur et le colmatage moins rapide. - une faible densité libre permet de constituer un gâteau plus difficilement compressible et poreux. - pour finir l'indice de colmatage sera maintenu plus longtemps durant la filtration. Faible densité humide : Une faible densité humide entraîne une moins grande absorption de liquide et facilite l'évacuation du gâteau lors de la rotation des éléments filtrants. COMPRESSIBILITÉ DE L'ADJUVANT Tous les agents filtrants sont compressibles mais à des pressions et à des seuils différents. La compressibilité, phénomène perceptible, est la conséquence d'une rugosité des particules qui doit être la plus élevée, et d'une répartition granulométrique dont le pic doit être le plus étroit. La compressibilité des agents filtrants calcinés varie de 18 à 22 % entre 1 et 4 bars, avec un décrochement rapide entre 1,5 et 2,5 bars, puis de 26 à 70 % entre 8 et 16 bars. La compressibilité des agents filtrants activés (frittés) varie de 20 à 25 % entre 1 et 4 bars, selon une courbe presque rectiligne, puis de 36 à 52 % entre 8 et 16 bars. Lorsque le P est compris entre 1,5 et 2,5 bars, nous avons donc un passage délicat au cours de la filtration, avec des risques de passage trouble. Il faut surveiller cette séquence et remettre, si nécessaire, le filtre en circuit fermé pour faire un renfort de précouche. RÉPARTITION DU GÂTEAU Pour une combinaison donnée d'adjuvants de filtration avec du liquide non filtré, l'effet de filtration optimal est obtenu lorsque le gâteau de diatomées présente sur toute la surface filtrante une croissance d'épaisseur identique, et une répartition uniforme de composants fins et grossiers.

21 L obtention d une bonne qualité de filtration passe avant tout par le respect des débits de filtration et un alluvionnage approprié à la charge contaminante. La montée en pression doit être progressive et régulière. Voici quelques exemples de situations à éviter pour mener à bien une filtration : 1) Augmentation anormale de la pression due à un alluvionnage trop important : P T en heure Cette courbe traduit un alluvionnage supérieur aux besoins entraînant une faible pente de montée en pression. Ce type de conduite de filtration n a pas d incidence sur la qualité du filtrat. Seul le coût économique au m 3 filtré est plus important. Il peut être optimisé par une réduction de l alluvionnage. ATTENTION!!! Sur des saumures servant au salage de fromages à pâte pressée cuite, il est possible d obtenir ce type de courbes. La faible présence de matières organiques dans ce type de saumures fait que le colmatage est peu important. La quantité de kieselguhrs par m 3 filtré est très faible, elle est de l ordre de 50 à 100 gr. Ceci permet une durée importante des cycles de filtration (18-24 heures).

Notice technique La filtration sur terre

Notice technique La filtration sur terre Notice technique La filtration sur terre 1 PRINCIPES ET DEFINITIONS La filtration du vin est une pratique très ancienne. Le mot lui même est un dérivé de «filtrum», le feutre qui était alors utilisé pour

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL INDUSTRIES DE PROCÉDÉS ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL INDUSTRIES DE PROCÉDÉS ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SESSION 2013 ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE Sous épreuve A2 : ÉTUDE ET CONDUITE DES OPÉRATIONS UNITAIRES DOSSIER RESSOURCES Le dossier se compose de 8 pages, numérotées de 1/8 à 8/8. Dès que le dossier

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

OSMOSE INVERSE. La fraction de débit qui traverse la membrane est le taux de conversion Y défini par: Y Q p

OSMOSE INVERSE. La fraction de débit qui traverse la membrane est le taux de conversion Y défini par: Y Q p 1 OSMOSE INVERSE I/ DÉFINITIONS Une membrane semi-sélective est une membrane permettant certains transferts de matière entre deux milieux qu'elle sépare, en interdisant d'autres ou plus généralement en

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

Comment fabriquer une colle à partir du lait?

Comment fabriquer une colle à partir du lait? BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : - par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie

LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie LES A'CROCs DE L'INFO la recuperation d'eau de pluie Les differents systemes de recuperation d'eau de pluie Selon l utilisation que vous en faites, vous pouvez avoir un circuit uniquement pour l usage

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone.

Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone. News News News Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone. Spas-Piscines-Agro-alimentaire-Mayens-Cabanes-Fromageries-etc Deux procédés totalement différents,

Plus en détail

37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1. www.sgd-france.com

37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1. www.sgd-france.com 37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1 www.sgd-france.com 37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 2 QUALITÉ / S.A.V. / GARANTIE + de 20 ans d expérience dans la recherche de SOLUTIONS de NETTOYAGE

Plus en détail

Calibro Plus Evaporation

Calibro Plus Evaporation Calibro Plus Evaporation Le produit CALIBRO P. E., est un système spécifiquement formulé pour réaliser les enduits anti-humidité, anti-sel et anti-condensation sur maçonneries humides. Est constitué de

Plus en détail

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK Fiche technique Interfilt en PE-HD ProMinent Réf.: 987758 ProMinent Dosiertechnik GmbH 69123 Heidelberg Germany TM IT 002 06/04 F Interfilt Filtration avec le filtre par gravité automatique (SK) Quels

Plus en détail

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut Extraction d un liquide et isolement du liquide brut 1- Isolement d un liquide : Pour retirer un liquide contenu dans un milieu réactionnel on peut : Hydrodistiller Le principe consiste à extraire le liquide

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage. Environnement. Agro-alimentaire.

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage. Environnement. Agro-alimentaire. EAU PRO Notre métier : gestion, traitement et réutilisation de vos effluents Expertise - Conception - Réalisation Environnement Agro-alimentaire Industries Traitement des lixiviats de Plateformes de compostage

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Actualisé le 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT MECANIQUE

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES Initiation au calcul Page 1 sur 20 Sommaire : 1. Constance du débit 2. Pertes de charge 2.1 Pertes de charge linéaire 2.2 Pertes de charge localisées 2.3 Hauteur

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Concours externe à dominante scientifique

Concours externe à dominante scientifique CONCOURS DE CONTRÔLEUR DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES DES 10 ET 11 MARS 2009 Concours externe à dominante scientifique ÉPREUVE N 3 : à options durée 3 heures - coefficient

Plus en détail

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites Broyeurs-Sécheurs Séries A et B Des Poudre Parfaites Des Poudres Parfaites Le broyeur-sécheur Atritor Le principe et la conception du broyeur-sécheur Atritor demeurent uniques. Fondamentalement, c est

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

ANNEXES. à la proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

ANNEXES. à la proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.3.2014 COM(2014) 174 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative au rapprochement des législations des

Plus en détail

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau et Page : 1 de 9 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

Servoperl royal. Fiche technique Servoperl royal Page 1 de 5

Servoperl royal. Fiche technique Servoperl royal Page 1 de 5 Fiche technique Servoperl royal Page 1 de 5 Mortier à joints semi-fin coloré, flexible, hydrofuge, haute résistance, et résistant à la saleté Servoperl royal utilisation en intérieur et extérieur et bassins

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

Assemblage et maintenance

Assemblage et maintenance Assemblage et maintenance Vaste gamme provenant d'une source unique. Conceptions durables uniques. Performances rapides et fiables. Type Nbr de modèles Page Pompes d'épreuve 2 9.2 Gel tubes électriques

Plus en détail

Filtre automatique à rinçage par contre-courant pour la technique de process : AutoFilt RF3.

Filtre automatique à rinçage par contre-courant pour la technique de process : AutoFilt RF3. Filtre automatique à rinçage par contre-courant pour la technique de process : AutoFilt RF3. AutoFilt RF3 : Autonome, Le défi Les particules polluantes véhiculées dans l'eau de process et d'autres fluides

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE)

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement par absorption sont les composés odorants et

Plus en détail

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toutes les eaux usées de votre habitation doivent être dirigées vers une fosse qui assure un prétraitement, avant d'être traitées dans un système

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

FILTRATION à SABLE A/G

FILTRATION à SABLE A/G FILTRATION à SABLE A/G Le média filtrant A/G Le sable A/G est unanimement reconnu pour ses excellentes qualités de filtration, bien supérieures à celles d un traditionnel sable de Loire par exemple. Cela

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Système de filtration OenoFlow HS. Récupération de vins de plus grande valeur à partir des lies FBOENOHSEN

Système de filtration OenoFlow HS. Récupération de vins de plus grande valeur à partir des lies FBOENOHSEN FBOENOHSEN La récupération de vins constitue l un des plus grands défis rencontrés en matière de filtration par les entreprises vinicoles. La concentration élevée et la variabilité des particules solides

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Pompes immergées en matière plastique Série ETL

Pompes immergées en matière plastique Série ETL Pompes immergées en matière plastique Série ETL protection marche à sec, haute résistance à l'usure, grande douceur de marche Document 360 056 2007/03/23 Taille: ETL 20-100 j.q. 80-200 Débit: j.q. 100

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981)

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981) CODEX STAN 57 Page 1 de 1 NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS 1 CHAMP D APPLICATION (CODEX STAN 57-1981) La présente norme s applique au produit tel qu il est défini à la section 2 ci-dessous,

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 Capacité annuelle et nominale: Capacité annuelle et nominale: 17.000 m3 -avec 250 jours de travail

Plus en détail

BETONS REFRACTAIRES ISOLANTS BETON REFRACTAIRES DENSES. Conseils de mise en œuvre

BETONS REFRACTAIRES ISOLANTS BETON REFRACTAIRES DENSES. Conseils de mise en œuvre BETONS REFRACTAIRES ISOLANTS BETON REFRACTAIRES DENSES Conseils de mise en œuvre Les bétons Manville sont livrés «prêt à l emploi». Ils sont élaborés à partir de matières premières sélectionnées dont les

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013)

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58. ASPHALTE COULÉ 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 1. BUT DE L'ESSAI Caractériser, par un essai de retrait

Plus en détail

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel 1) DEFINITIONS L'eau est utilisée comme: - excipient : toutes formes liquides - lavage : verrerie, matériel - agent externe (bain marie, vapeur ) 1 La pharmacopée définit plusieurs type d'eau: A) Eau purifiée:

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Capteurs de pression interstitielle

Capteurs de pression interstitielle Chapitre: 5.2 Capteurs de pression interstitielle Page No.: 1 Numéro des Pages: 2 Plus le sol ou la roche est fin, plus la part de l'eau adsorbée est grande. De plus les forces d'attraction intermoléculaires

Plus en détail

Stockage et transfert avec ProMinent Des produits adéquats pour le stockage et le transfert des produits chimiques liquides

Stockage et transfert avec ProMinent Des produits adéquats pour le stockage et le transfert des produits chimiques liquides Stockage et transfert avec ProMinent Des produits adéquats pour le stockage et le transfert des produits chimiques liquides Printed in Germany, PT PM 052 02/09 F MT06 01 04/05 F Stockage et transfert Réservoirs

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

RACLEURS POLY PIG. Racleurs type PP : 85 ou 110 kg/m 3. en mousse de polyuréthane élastique dur munis d'un fond en polymère.

RACLEURS POLY PIG. Racleurs type PP : 85 ou 110 kg/m 3. en mousse de polyuréthane élastique dur munis d'un fond en polymère. 100 &&racleur de canalisation,poly pig,foam pig,racleur mousse,racleur CC,pipe pig&& RACLEURS POLY PIG Racleurs type FP : 25 kg/m 3. en mousse de polyester souple, avec plaque de base imperméable à l'eau.

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage 1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail