CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG"

Transcription

1 ViVi I KUM Gestion INIS Doc. enreg* M N. TRN : ls CRN-VIV-109. LES ESSAIS EN TENSION DU VIVITRON JJVL HELLEBOID et le groupe Vivitron 1 MARS 1992 CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG IN2P3 UNIVERSITE v CNRS LOUIS PASTEUR f.*i

2 LES ESSAIS EN TENSION DU VIVITRON J 1 M. Helleboid et le groupe Vivitron The initial commissioning of the Vivitron generator has been continued this year. Unfortunately, several unexpected difficulties, most of which were connected with the gas handling system, arose in the course of the year, leading to a severe hampering of all tests. The latter had to be stopped as of August 7, 1991, when a major accident of chemical nature occurred, resulting in pollution of the entire Vivitron. An intermediate voltage level of 17.6 MV had been reached but with high parasitic currents from the rollers to the belt and not without damage to the column. In spite of repeated monitoring, it later became apparent that an excessive degree of humidity had prevailed in the machine during all tests. This condition was probably responsible for the anomalies observed. Indroduction Le début de l'année a été consacré à des opérations de mise au point relatives aux problèmes rencontrés sur les systèmes auxiliaires lors de la première montée en tension à 10,7 MV en fin d'année dernière [I]. Deux campagnes d'essais ont alors été menées, la première (117 h), a permis d'atteindre 17,6 MV au terminal, la seconde (84 h) 15,8 MV. Chaque fois la colonne a subi des dommages comparables malgré certaines modifications apportées entre temps. Suite aux craintes du fabricant des plots isolants les essais en tension ont alors été d'abord suspendus puis malheureusement stoppés du fait de deux accidents majeurs intervenus sur le système de gaz, le second entraînant une sévère pollution chimique de toute l'installation. Le reste de l'année a été occupé aux réparations et nécessaires modifications du système de gaz et au nettoyage de la machine qui devrait s'achever fin janvier 92. Les essais en tension [2] La première montée en tension au niveau de 10,7 MV avait été effectuée sitôt le générateur complété (montage mécanique, tests d'étanchéité, tests et conditionnement du système de charge), mais avant que nombre d'équipements auxiliaires aient pu être testés et mis au point (barres de court-circuit, appareillage de mesures, système de contrôle provisoire mais surtout le système de gaz). Les travaux de janvier ont permis d'améliorer partiellement le fonctionnement de ces équipements jusqu'à un niveau minimal pour permettre la continuation des essais. A ce stade, les problèmes principaux du système de gaz et en particulier l'impossibilité de recirculer n'ont pu être résolus. Néanmoins l'apparente absence d'humidité dans la machine, fondée sur l'affirmation réitérée d'un taux d'humidité du gaz non évolutif, et de l'ordre de 5 vpm comme déjà lors du premier fonctionnement, a conduit à continuer les essais en tension. Une première campagne du 29 janvier au 8 février a permis d'atteindre 17,6 MV au terminal après 177 heures de fonctionnement et 11 claquages pour une pression de 6,8 bars. La valeur de 16 MV a été dépassée à la fin de la période et maintenue plusieurs heures sans instabilité apparente. Le niveau des courants parasites, fortement accru par rapport à décembre, entraînait cette fois une distorsion longitudinale du potentiel encore plus importante de 36 % à 17,6 MV soit l'équivalent de 20 % à 35 MV. Après arrêt pour une intervention programmée sur le système de gaz et ouverture pour inspection, des arborescences résultant de décharges superficielles étaient observées sur un plot mais surtout sur plusieurs des planches isolantes de la colonne. Après un certain nombre de modifications ponctuelles sur celle-ci et l'ajout de peignes éliminateurs dans les sections mortes, une seconde campagne a été menée du 21 au 27 mars. Une haute tension de 15,8 MV a été atteinte cette fois après 84 heures et 22 claquages avant qu'un dernier claquage n'entraîne l'apparition de petites décharges systématiques localisées, à partir de 8 MV. Les dommages observés après ouverture étaient tout-à-fait de même nature que précédemment hormis au niveau des sections mortes où la modification testée semble avoir donné satisfaction. A l'inverse les tentatives pour éviter les décharges sur les planches isolantes au niveau de la jonction avec les portiques comme pour s'affranchir des courants parasites sur les rouleaux n'ont pas abouti à ce stade. s-!

3 1 Suite aux craintes de CM. Cooke sur la tenue des plots isolants aux surtensions lors des claquages, les essais ont d'abord été suspendus momentanément en l'attente d'une meilleure compréhension du comportement dynamique. Les efforts ont alors été orientés simultanément dans différentes directions : V à court terme : - Réparation des dommages et en particulier changement de deux planches détériorées par les décharges. - Réalisation des modifications aux interfaces des sections mortes pour l'ensemble de la machine. - Réduction du nombre de rouleaux du système de charges compatible avec les intensités réduites nécessaires pour les essais du générateur de manière à diminuer l'amplitude de la distorsion longitudinale du champ électrique. 2) à moyen et long terme : - Etude et essais de solutions pour limiter ou compenser les courants parasites des rouleaux du système de charge [3]. - Analyse des causes possibles des dommages subis, recherche de solutions, études et mise en oeuvre. Analyse des problèmes rencontrés Suite aux dégâts occasionnés lors des deux premières campagnes d'essai, un travail de réflexion sur les différents aspects de la conception de la machine a été mené en particulier en collaboration avec M. Letournel. En même temps, à l'initiative de CM. Cooke, un travail plus directement lié à l'étude du comportement dynamique et décrit par ailleurs [4] a été entrepris. Les principaux points d'abord mis en cause furent : L'emploi d'arceaux conducteurs pour le supportage des électrodes colonne à partir des planches isolantes, la réalisation de la fixation du diviseur sur ces mêmes planches, ainsi que la forme de la connexion électrique entre les électrodes colonne et le diviseur, notamment au niveau du raccordement des portiques à la colonne. Le fort couplage de la colonne avec son environnement résultant du raccordement direct des portiques à celle-ci. Le couplage par les heptagones des portiques entre eux conduisant à un comportement de ligne de transmission avec une impédance caractéristique de l'ordre de 18 Q plutôt que les 125 Q estimés lors de la conception. La valeur sans doute beaucoup trop élevée d'allumage des éclateurs longitudinaux formés par les électrodes colonne ne permettant pas une réelle protection de l'intérieur vis-à-vis de l'extérieur. La forte contrainte électrique au niveau des planches isolantes comparée à la tenue en tension du matériau lui-même, compte tenu de la cartographie du champ électrique en particulier lors d'un claquage. La qualité du matériau constituant les planches isolantes. La validité des tests effectués sur celles-ci dans l'accélérateur CN avec une seule section accélératrice, en particulier en ce qui concerne le comportement dynamique de la structure. Rapidement certaines modifications allant dans le sens de rendre la réalisation plus conforme à la conception étaient décidées : - remplacement des fixations métalliques du diviseur de tension par des fixations en mat de verre-époxy pour supprimer une source d'activité en regard des planches en cas de transitoire. - remplacement des arceaux métalliques supportant les électrodes colonne à partir des planches isolantes par des arceaux isolants de même géométrie. Compte tenu du nombre de pièces concernées et de leur prix une première commande a été limitée aux électrodes de jonction des portiques soit 28 arceaux. - remplacement de la connexion électrique entre les électrodes colonne et le diviseur qui constituait un chemin préférentiel vers les planches en cas de claquage extérieur par une liaison directe. - modification des électrodes colonne pour réduire la tension d'amorçage longitudinal entr'elles. Là aussi du fait de l'ampleur d'une telle modification un essai était prévu sur seulement un ou deux espaces. Les réalisations mécaniques correspondantes ont été étudiées et lancées. Entre temps, une fois les dégâts dans le Vivitron réparés et les modifications possibles (blindage des fixations des planches dans toutes les sections mortes et fixations isolantes du diviseur dans deux sections pour essai) effectuées, il a été décidé de reprendre des essais partiels à pression de gaz réduite de manière à explorer le comportement électrostatique de la structure tout en évitant les dégâts du fait de la diminution de la contrainte sur les isolants comme de l'énergie stockée. Aussi, du fait de la mise en cause du couplage résultant de la jonction directe des portiques à la colonne, 13 des 14 terminaisons de chacun des portiques ont été démontées pour essai. En même temps émergeait l'idée que les décharges sur les planches aient éventuellement pu être la cause des claquages observés plutôt que leur conséquence soulevant à nouveau la question de la tenue en tension du matériau isolant, non :- L

4 seulement lors de fortes contraintes transitoires, mais du simple point de vue du champ électrostatique, et mettant encore en cause la validité des tests effectués sur le CN, cette fois au niveau du matériau lui-même, compte tenu du temps de stockage important entre ces tests et les essais dans le Vivitron. Parmi les hypothèses, la présence d'une trop forte humidité, maintes fois soulevée déjà, avait toujours été écartée du fait de la mesure répétée d'un point de rosée toujours apparemment excellent, voisin de 5 vpm. Un simple contrôle mit rapidement en cause tant l'appareillage lui-même que le mode opératoire, conduisant à une mesure erronée, optimiste et quasiment constante depuis les tous premiers essais quel que soit l'état réel d'humidité du gaz. Une mesure correcte indiquera à ce stade une proportion d'eau de 240 vpm! Dès lors une question primait toutes les autres : "Dans quelle mesure l'humidité présente a-t-elle été la cause tant des difficultés de tenue en tension et des dégâts observés que des valeurs élevées et croissantes des courants parasites au niveau du système de charge? " La meilleure manière d'y répondre était de reprendre immédiatement les essais en tension après avoir asséché la machine ce que n'ont malheureusement pas permis les problèmes croissants rencontrés avec le système de gaz. Principales difficultés et incidents sur le système de gaz A part nombre de problèmes non résolus malgré lesquels il était possible de fonctionner une difficulté majeure restait de ne pouvoir recirculer le gaz. Une première tentative pour étudier cette question a malheureusement conduit, à la suite d'une fausse manoeuvre, à la dispersion de 10 ce de mercure dans l'installation, et possiblement en faible proportion, dans la machine. Après plus d'un mois d'immobilisation consacré au nettoyage et au dégazage de l'installation, le problème de recirculation put enfin être étudié et la cause identifiée comme des pertes de charges excessives dans l'ensemble du circuit et principalement au niveau du sécheur lui-même. Tel que, il était néanmoins possible de recirculer jusqu'à 3 à 4 bars en tournant à vitesse moitié et en dérivant une partie du flux hors du sécheur. Cette procédure a été appliquée pour un premier séchage avant de réactiver la charge d'alumine du sécheur par chauffage dans un flux d'air. Après vidage, du gaz SFg prélevé sur Ie Vivitron fut réintroduit trop tôt dans le sécheur non encore refroidi, entraînant sa décomposition thermique et la formation, par hydrolyse des produits de réaction, d'un ou plusieurs litres de liquide fortement acide entraîné ensuite dans le circuit et jusqu'au Vivitron par l'effet du recirculateur malencontreusement en fonctionnement à ce moment. Du fait de leur agressivité, ce liquide et les produits de décomposition gazeux ont entraîné la destruction complète du sécheur ainsi qu'une pollution sévère et généralisée de l'ensemble de l'installation. Grâce à la récupération du sécheur de l'accélérateur MP, le circuit a pu être remis en état deux mois après l'accident du 7 août et la machine dépressurisée après purification du gaz le 20 octobre. L'ampleur des dégâts alors observés dans le Vivitron lui-même dépassait les craintes des plus pessimistes, chaque pièce, chaque surface, chaque recoin, ayant été pollué par le gaz chargé d'acides et de produits corrosifs. De surcroît l'atmosphère régnant à l'intérieur du réservoir n'en permettait pas l'accès sans protection respiratoire. La dépollution [5] Après analyses, consultations et essais pour déterminer le mode de nettoyage et les moyens à mettre en oeuvre il a été fait appel à une entreprise extérieure spécialisée dans la dépollution chimique. Le travail avec une équipe de 20 personnes s'est poursuivi jusqu'à la fin de l'année pour tout l'extérieur de la colonne et partiellement l'intérieur. Le reste du nettoyage nécessite d'importants démontages à faire par nos soins et pourrait être achevé pour la fin janvier 92. Conclusion Durant l'année écoulée un grand nombre de problèmes, plus qu'on pouvait raisonnablement en attendre dans un tel projet, ont été rencontrés, Ia plupart relatifs au système de gaz. De ce fait seulement 240 heures de fonctionnement du Vivitron ont pu être consacrées aux essais en tension. Qui plus est la mesure erronée du point de rosée du gaz durant toute cette période et l'humidité correspondante de la machine lors de ces essais rendent les observations et résultats non significatifs. Néanmoins les hautes tensions obtenues dans ces conditions avec des dommages limités constituent tout de même un résultat encourageant qui laisse espérer de bonnes performances dans Ia mesure où l'ensemble des difficultés rencontrées, tant la valeur excessive des courants parasites que les dommages observés, peuvent résulter de la seule humidité. Un autre aspect positif est d'avoir suscité une réflexion approfondie, notamment sur les aspects dynamiques du

5 fonctionnement du Vivitron et du comportement des isolants, ainsi que sur le système de gaz et plus spécialement le processus de séchage, qui n'avait pas été menée jusque là. Les incidents, et particulièrement l'accident majeur intervenu le 7 août sur le système de gaz, ont entraîné un retard conséquent et une somme très importante de travail (réparations, démontages, dépollution, remontages...) sans réel intérêt pour le Vivitron. Ce retard a pourtant permis la préparation de modifications qui seront mises en oeuvre en début d'année amenant dans la réalisation un meilleur respect de la conception originale. Après séchage du gaz les essais haute tension pourront reprendre dans les meilleures conditions. Références [1] Première montée en tension du Vivitron, J.M.Helleboid et coll. Rapport d'activité du C.R.N et Rapport d'activité Vivitron, CRN-VIV-96,1991 [2] Start of the Vivitron as an H.V. Electrostatic Generator, J.M.Helleboid and the Vivitron Group. Communication au S.N.E.A.P.'91 Santa Fe, octobre 1991 [3] Fonctionnement du système de charge du Vivitron lors des essais de tension. Nouveaux développements, J.M.Helleboid et coll. Présent rapport d'activité. [4] Phénomènes transitoires dans le Vivitron, G.Frick et coll. Présent rapport d'activité. [5] La dépollution du Vivitron après l'accident sur le système de gaz, J.M.Helleboid, J.Mac Cordick et le groupe Vivitron. Présent rapport d'activité. V I-

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A.

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE J. Becker NEXANS BENELUX S.A. F. Musique ELECTRABEL S.A. RESUME Pour aborder avec confiance et réalisme le marché dérégulé, les Compagnies de Distribution

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

Recommandations importantes pour la sécurité

Recommandations importantes pour la sécurité Manuel d utilisation du kit «TOP DRIVE SYSTEM» Version AC Réf. 583301 Recommandations importantes pour la sécurité ATTENTION : pour éviter tout risque de choc électrique ou électrocution Ne démontez pas

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement.

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. 1.1. Vérifications à effectuer avant toute mise en service La mise en service est une opération obligatoire imposée

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs REPUBLIQUE FRANCAISE Paris, le 17 février 2010 NOTE TECHNIQUE Le rôle pour la sûreté des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs de 900 MWe et la problématique de l usure prématurée

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

Kit de rinçage. Mode d'emploi. Référence: 18090 Français,, situation 21.08, Version V1.1

Kit de rinçage. Mode d'emploi. Référence: 18090 Français,, situation 21.08, Version V1.1 Kit de rinçage Mode d'emploi Référence: 18090 Français,, situation 21.08, Version V1.1 Roten Trading AG, tous droits réservés. Sous réserve de modifications techniques et d'erreurs! Page 1 de 8 Important

Plus en détail

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP 1 Table des matières Contenu de la livraison Page 2 Introduction Page 3 Préparation Page 4 Lieu d'installation Page 5 Instructions de montage Page 6 Indications

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE ELECTRIQUE Norme XP C 16 600

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE ELECTRIQUE Norme XP C 16 600 ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE ELECTRIQUE Norme XP C 16 600 Adresse: 69, RUE CLAUDE BERNARD 75005 PARIS Objet du Constat : Etat de l installation intérieure électrique dans le cadre d une vente - Appartement,

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Administration Expliquer et respecter les procédures en vigueur dans l'entreprise Expliquer et décrire les procédures du métier Développement durable Utiliser avec discernement les

Plus en détail

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009)

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 2086 Décembre 2012 Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 1 Introduction Photo 1 : Installation PV

Plus en détail

Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15

Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15 Note d information sur les développements fongiques après traitement thermique «56/30» NIMP15 Depuis que le traitement thermique relatif à la NIMP 15 a été mis en application, il est apparu, dans certains

Plus en détail

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 Edition : 3 Dispositifs indémontables robinet de sécurité à obturation automatique intégrée / tuyau flexible métallique onduleux XP E 29-140 / NF D 36-121 Sommaire

Plus en détail

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes,

LES DEGIVRAGES 1) Généralites: chauffage par l'intérieur des tubes, chauffage par l'extérieur des tubes, LES DEGIVRAGES 1) Généralites: Lorsque, dans les évaporateurs refroidisseurs d'air, la température de la batterie est inférieure à 0 C, du givre se dépose sur les tubes. Le givre réduit l'intensité des

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

Refroidisseurs air/huile

Refroidisseurs air/huile REFROIDISSEURS AIR / HUILE MOBILES HAUTE PERFORMANCE NOUVEAU DESIGN COMPACT AVEC VENTILATEURS DC Applications Ces refroidisseurs sont spécialement conçus pour des applications dans le mobile où puissance,

Plus en détail

«Conversion de la biomasse en

«Conversion de la biomasse en «Conversion de la biomasse en combustible par procédé plasma» (Décharge élémentaire stationnaire à la pression atmosphérique) Présentation d études préliminaires de laboratoire GFC-23 novembre 2007 Jocelyn

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

TECHNIQUES DE LA HAUTE TENSION

TECHNIQUES DE LA HAUTE TENSION TECHNQES DE LA HATE TENSON SOMMARE : Chapitre : Généralités sur la haute tension Chapitre : Phénomènes d ionisation dans les gaz Chapitre : Claquage des isolants gazeux Chapitre V : Décharge couronne Chapitre

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

Série 04. La mobilité et la flexibilité de l alimentation d air comprimé: la solution idéale pour améliorer la productivité TOPRING

Série 04. La mobilité et la flexibilité de l alimentation d air comprimé: la solution idéale pour améliorer la productivité TOPRING Série La mobilité et la flexibilité de l alimentation d air comprimé: la solution idéale pour améliorer la productivité w w w. T O P R I N G. c o m 26 UN SYSTÈME MODULAIRE DE RAILS PNEUMATIQUES POUR LA

Plus en détail

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE Maintenance industrielle Niveau V CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive Informations sur la smart fortwo electric drive Faits : La smart fortwo electric drive utilise-t-elle le freinage par récupération pour recharger la batterie? Quand le conducteur touche pour la première

Plus en détail

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS centres r&d usines mécaniques usines terminales Pour vos centres R & D SYSTÈMES D ESSAIS HYDRAULIQUES, AÉRAULIQUES ET MÉCANIQUES Nos systèmes permettent la

Plus en détail

ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT

ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT Notice rob. DVK2.IT vapeur, page - 1 - ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Utilisation sur : vapeur saturée Pression maximum d'utilisation :120 bar vapeur saturée Montage

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Instructions complémentaires. Collage complet

Instructions complémentaires. Collage complet Instructions complémentaires Collage complet Juin 2014 1 Collage complet à l'aide de produits Stauf Douglas, Chêne Afin de garantir un résultat optimal, il est important que le parquet soit correctement

Plus en détail

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6 06/2015 Courants de court-circuit, temps de coupure, énergie passante, risque de blessures: Quelle est l importance du temps de coupure? Nous connaissons les temps de coupure de 0,3 / 0,4 / 5 et 120 secondes

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval Résumé Les réseaux de distribution de fluides au travers du site du CERN datent dans certains cas, du début du laboratoire et sont toujours

Plus en détail

Un nouveau poste urbain HTA/ BT de distribution publique intégré à son environnement

Un nouveau poste urbain HTA/ BT de distribution publique intégré à son environnement Un nouveau poste urbain HTA/ BT de distribution publique intégré à son environnement Mots clés M11 Postes urbains, Distribution publiques, Environnement. Par V. Murin 1, P. Lauzevis 2 1 EDF R&D, Laboratoires

Plus en détail

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06 Résines d'injection Polyuréthane monocomposant & Epoxy MEDIATAN 703 / 705 Résines souples d injection 1195.0703/5 I01 Polyuréthanes monocomposants souples pour injections, destinés à stopper les arrivées

Plus en détail

CESAB P320 2,0 tonnes

CESAB P320 2,0 tonnes CESAB P320 2,0 tonnes Transpalette électrique Taille compacte, performances élevées Maniabilité et productivité élevées. Le design compact et le châssis bas offrent une visibilité panoramique et une maniabilité

Plus en détail

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE)

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) AIR CARE Gamme XES EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) Les chambres froides Positives 1 L IONISATIONDE L OXYGENE : UN PROCESSUS NATUREL L air est naturellement porteur d ions négatifs

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014 Matériaux 2014 Monitoring on line de la corrosion localisée par électrochimie: de l utilisation des techniques de polarisation et de bruit électrochimique aux applications industrielles L. DIGUET Matériaux/Corrosion

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

RM-NC GRM-NC. Découpeuses-cambreuses automatiques

RM-NC GRM-NC. Découpeuses-cambreuses automatiques RM-NC GRM-NC Découpeuses-cambreuses automatiques à servocommande Les découpeuses-cambreuses automatiques à servocommande les plus rapides du monde Augmentez l efficacité de votre production. Avec les découpeuses-cambreuses

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS

LA CLIMATISATION. Tout ce que vous devez savoir sur. Tout ce que vous devez savoir sur. www.peugeot.com.tn LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LE CONSEIL PEUGEOT LES AMORTISSEURS LES BALAIS ESSUIE-VITRES LA BATTERIE LA CONTREFAÇON L ÉCHAPPEMENT L ÉCLAIRAGE LE FILTRE À PARTICULES LE FREINAGE LA GAMME PEUGEOT DE PIÈCES D ORIGINE LES LUBRIFIANTS

Plus en détail

AMS 4711 - transmetteur de pression compatible aux milieux pour applications industrielles en format de boîte d'allumettes

AMS 4711 - transmetteur de pression compatible aux milieux pour applications industrielles en format de boîte d'allumettes Pour les capteurs de pression piézo-résistifs, on sait qu'ils ne sont pas appropriés pour une mesure de la pression dans les fluides tels que la mesure de niveau. Par la suite, cet article démontre à l'exemple

Plus en détail

ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE

ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE Améliorer l environnement des soudeurs est, depuis toujours, un axe prioritaire qui doit être développé. La prise en compte de l environnement est indissociable

Plus en détail

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation GE Security KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle Manuel d utilisation g ination imag at work Kilsen is a brand name of GE Security. www.gesecurity.net COPYRIGHT

Plus en détail

Appareils de traitement et de mesure de gaz SF 6

Appareils de traitement et de mesure de gaz SF 6 Appareils de traitement et de mesure de gaz SF 6 Concept DILO pour la réutilisation de gaz SF 6 Maniement du gaz SF 6 selon la technologie la plus moderne 1 2 5 3 1. Mesure de la qualité de gaz avec un

Plus en détail

Bureau Enquêtes-Accidents

Bureau Enquêtes-Accidents Bureau Enquêtes-Accidents RAPPORT relatif à l'accident survenu le 27 octobre 1997 à Strasbourg-La Robertsau (67) au Robin DR 400-120 immatriculé F-BUPB F-PB971027 AVERTISSEMENT Ce rapport exprime les conclusions

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Le lamellé-collé. Charpente Bois Lamellé-collé page 1 / 10

Le lamellé-collé. Charpente Bois Lamellé-collé page 1 / 10 Le lamellé-collé 1- Introduction : 2 2- Le matériau : 2 2-1- Le bois : 2 2-2- La colle : 2 2-3- Le produit fini : 3 3- Son comportement au feu : 3 4- Réalisation d une poutre : 4 4-1- Mode opératoire de

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN Attention : A lire Impérativement! Avant d'utiliser cet appareil, il convient de lire attentivement le

Plus en détail

VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN

VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN 1(5) VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN MATERIAU ACIER MATERIAU INOXYDABLE PIECEDENOMINATION 1 TUYAU DU CORPS P235GH

Plus en détail

CCTP ISOLATION FACADE NORD ECOLE SAILLANS DIANE LOMETTO

CCTP ISOLATION FACADE NORD ECOLE SAILLANS DIANE LOMETTO Mairie de SAILLANS 26340 CCTP ISOLATION FACADE NORD ECOLE SAILLANS DIANE LOMETTO 1. OBJET DU DOCUMENT Le présent CCTP a pour objet de décrire la réalisation des travaux d'isolation par l'extérieur prévus

Plus en détail

Avant d utiliser votre appareil, veuillez lire attentivement le présent manuel.

Avant d utiliser votre appareil, veuillez lire attentivement le présent manuel. Avant d utiliser votre appareil, veuillez lire attentivement le présent manuel. La garantie constructeur ne s'applique qu'à la condition que l'appareil soit utilisé conformément à l'usage pour lequel il

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Chaudières fioul Chaudières gaz Services et prestations durant la période de garantie Interventions non comprises dans le service d'entretien Durée

Plus en détail

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000

WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 WTT T20 STATION D'IMPREGNATION DU BOIS SOUS VIDE ET PRESSION CLASSIQUE D'OCCASION Type T20 Ø 1.800 x 18.000 Capacité annuelle et nominale: Capacité annuelle et nominale: 17.000 m3 -avec 250 jours de travail

Plus en détail

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP FORMATION POUR LES ELECTROMECANICIENS SPECIALISES DANS LA MAINTENANCE DES PRINCIPAUX COMPOSANTS DE VEHICULES ELECTRIQUES: BATTERIES, MOTEURS ELECTRIQUES,

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 ANNEE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Maintenance des systèmes embarqués de l automobile 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1. Définition La mention complémentaire Maintenance

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

La sécurité des canalisations de transport de gaz. Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer La sécurité des canalisations de transport de gaz Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer CARACTERISTIQUES DU GAZ NATUREL Le gaz naturel contient essentiellement :

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B Migration de Emax à Emax 2 en conservant la certification ) ayant c) des ayant caractéristiques des caractéristiques d installation d installation dans la même dans la disposition physique tion Fiche physique

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 6, 8, 9, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Les manchons sont équipés de brides tournantes suivant les normes (DIN, ASA, BS etc.). Ils sont livrés prêt à être

Plus en détail

SYNTHÈSE GLOBALE DE L INSPECTION

SYNTHÈSE GLOBALE DE L INSPECTION RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-058932 Lyon, le 23 octobre 2013 XXXXXXXX Monsieur le Chef de Base EDF - BCOT BP 127 84504 BOLLENE cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin :

Choix d'un vérin. Critères de choix : Calculs des efforts de poussée et de rentrée du vérin : Nom.. Prénom.. Pneumatique Thème Technologie schéma 1 TECHNOLOGIE PNEUMATIQUE Du latin pneuma : souffle - esprit La pneumatique est la technologie de contrôle des gaz sous pression pour générer des forces

Plus en détail

Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Etat de l Installation Intérieure d Electricité Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : 15/0619/PHD Norme méthodologique employée : AFNOR XP C 16-600 (février 2011) Date du repérage : 09/03/2015 La présente mission consiste,

Plus en détail

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 Les précisions d éléments de contenu A. Repérer des éléments sur des plans : d installations électriques; d architecture; de climatisation; de plomberie. Les dessins

Plus en détail

Manuel d Instructions

Manuel d Instructions Contrôleurs de Niveau séries IMN TB 1 Transmetteurs de Niveau séries TMN 300 Manuel d Instructions C-MI- IMN TMN Rev. : 0 SOMMAIRE 2 1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT..p.3 2. INSTALLATION..p.3 2.1 Eviter des

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Capteurs de position et de déplacement

Capteurs de position et de déplacement MECA2755 Automatisation Industrielle Capteurs de position et de déplacement H. BUYSE 2004 - Université catholique de Louvain Capteurs de position ou de déplacement Les déplacements ou les positions qu'on

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Dossier de presse. Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage (VHU) Ministère de l'environnement

Dossier de presse. Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage (VHU) Ministère de l'environnement Dossier de presse Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage () Ministère de l'environnement Mercredi, le 15 mars 2006 1 Cadre légal Directive 2000/53/CE du Parlement et du

Plus en détail

Psychromètre avec thermomètre IR 5020-0896 Notice d utilisation

Psychromètre avec thermomètre IR 5020-0896 Notice d utilisation Psychromètre avec thermomètre IR 5020-0896 Notice d utilisation INTRODUCTION Nous vous remercions d'avoir acheté le psychromètre avec thermomètre IR 5020-0896. Ce dispositif fournit des mesures de température

Plus en détail

Sonde de niveau LFH - Mesure de niveau de remplissage dans les liquides

Sonde de niveau LFH - Mesure de niveau de remplissage dans les liquides F i c h e t e c h n i q u e Sonde de niveau LFH - Mesure de niveau de remplissage dans les liquides La sonde de niveau LFH se distingue par sa qualité et sa précision de mesure, ce qui en fait l'outil

Plus en détail

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement Hella KGaA Hueck & Co., Lippstadt 15 décembre 2002 1-5 Sonde lambda Rôle Des normes de plus en plus sévères sont prescrites pour les gaz d'échappement, contraignant l'industrie automobile à réduire les

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

Groupe Thermique BERLIN

Groupe Thermique BERLIN 60 INSTANTANÉE CHAUDIÈRES A FIOUL Groupe Thermique BERLIN Principales caractéristiques Corps en acier; Haut rendement, supérieur à 93%; Grande efficacité énergétique grâce à la conception des corps de

Plus en détail

CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA

CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA Le système se compose d un contrôleur de niveau MPS intégrant de 1 à 5 modules associés à une électronique SNIA, avec une indication par leds

Plus en détail

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION T H E R M O P T I M PRISE EN MAIN EXEMPLE D'UNE INSTALLATION DE CONDITIONNEMENT D'AIR VERSIONS JAVA 1.3 ET SUPERIEURES R. GICQUEL SEPTEMBRE 2013 2 SOMMAIRE PRISE EN MAIN DE THERMOPTIM... 3 INSTALLATION

Plus en détail

Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014

Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014 Guide : Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED Version 08/2014 Sommaire Chapitre 1. Protection contre la foudre et les surtensions pour les éclairages à LED 3 Chapitre

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Assemblage et maintenance

Assemblage et maintenance Assemblage et maintenance Vaste gamme provenant d'une source unique. Conceptions durables uniques. Performances rapides et fiables. Type Nbr de modèles Page Pompes d'épreuve 2 9.2 Gel tubes électriques

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq

CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq CARe AUTO BODY Étude de cas CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq «Une planification adaptée se traduit par une meilleure qualité de service grâce à

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Refroidisseurs air/huile

Refroidisseurs air/huile REFROIDISSEURS AIR/HUILE NOUVEAU DESIGN COMPACT AVEC VENTILATEURS ELECTRIQUES AC ET PERFORMANCES DE REFROIDISSEMENT ELEVEES Applications Ces refroidisseurs ont été conçus spécialement pour des applications

Plus en détail

commandes de reproduction). DEMANDE DE BREVET D'INVENTION N 74 29544

commandes de reproduction). DEMANDE DE BREVET D'INVENTION N 74 29544 ikictttht lu m n iia i INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE n'utiliser que pour les commandes de reproduction). PARIS A i DEMANDE DE BREVET D'INVENTION N 74 29544 Dispositif de supportage de

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 07-15-0846 AFNOR XP C 16-600 (février

Plus en détail

Spécifications Techniques d Interface

Spécifications Techniques d Interface 67, Édition 2 / Octobre 2000 Spécifications Techniques d Interface SRXUOHUpVHDXGH)UDQFH7pOpFRP 'LUHFWLYH&( &DUDFWpULVWLTXHVGHVLQWHUIDFHVG DFFqV DXVHUYLFH7UDQVIL[0pWURSROLWDLQ 5pVXPp Ce document présente

Plus en détail

HD4 équipé de contacts auxiliaires Kraus & Naimer Instructions pour le remplacement des contacts auxiliaires

HD4 équipé de contacts auxiliaires Kraus & Naimer Instructions pour le remplacement des contacts auxiliaires Medium voltage products HD4 équipé de contacts auxiliaires Kraus & Naimer Instructions pour le remplacement des contacts auxiliaires Table des matières Pour votre sécurité! 2 1. Description 3 1.1. Généralités

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail