CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG"

Transcription

1 ViVi I KUM Gestion INIS Doc. enreg* M N. TRN : ls CRN-VIV-109. LES ESSAIS EN TENSION DU VIVITRON JJVL HELLEBOID et le groupe Vivitron 1 MARS 1992 CENTRE DE RECHERCHES NUCLEAIRES STRASBOURG IN2P3 UNIVERSITE v CNRS LOUIS PASTEUR f.*i

2 LES ESSAIS EN TENSION DU VIVITRON J 1 M. Helleboid et le groupe Vivitron The initial commissioning of the Vivitron generator has been continued this year. Unfortunately, several unexpected difficulties, most of which were connected with the gas handling system, arose in the course of the year, leading to a severe hampering of all tests. The latter had to be stopped as of August 7, 1991, when a major accident of chemical nature occurred, resulting in pollution of the entire Vivitron. An intermediate voltage level of 17.6 MV had been reached but with high parasitic currents from the rollers to the belt and not without damage to the column. In spite of repeated monitoring, it later became apparent that an excessive degree of humidity had prevailed in the machine during all tests. This condition was probably responsible for the anomalies observed. Indroduction Le début de l'année a été consacré à des opérations de mise au point relatives aux problèmes rencontrés sur les systèmes auxiliaires lors de la première montée en tension à 10,7 MV en fin d'année dernière [I]. Deux campagnes d'essais ont alors été menées, la première (117 h), a permis d'atteindre 17,6 MV au terminal, la seconde (84 h) 15,8 MV. Chaque fois la colonne a subi des dommages comparables malgré certaines modifications apportées entre temps. Suite aux craintes du fabricant des plots isolants les essais en tension ont alors été d'abord suspendus puis malheureusement stoppés du fait de deux accidents majeurs intervenus sur le système de gaz, le second entraînant une sévère pollution chimique de toute l'installation. Le reste de l'année a été occupé aux réparations et nécessaires modifications du système de gaz et au nettoyage de la machine qui devrait s'achever fin janvier 92. Les essais en tension [2] La première montée en tension au niveau de 10,7 MV avait été effectuée sitôt le générateur complété (montage mécanique, tests d'étanchéité, tests et conditionnement du système de charge), mais avant que nombre d'équipements auxiliaires aient pu être testés et mis au point (barres de court-circuit, appareillage de mesures, système de contrôle provisoire mais surtout le système de gaz). Les travaux de janvier ont permis d'améliorer partiellement le fonctionnement de ces équipements jusqu'à un niveau minimal pour permettre la continuation des essais. A ce stade, les problèmes principaux du système de gaz et en particulier l'impossibilité de recirculer n'ont pu être résolus. Néanmoins l'apparente absence d'humidité dans la machine, fondée sur l'affirmation réitérée d'un taux d'humidité du gaz non évolutif, et de l'ordre de 5 vpm comme déjà lors du premier fonctionnement, a conduit à continuer les essais en tension. Une première campagne du 29 janvier au 8 février a permis d'atteindre 17,6 MV au terminal après 177 heures de fonctionnement et 11 claquages pour une pression de 6,8 bars. La valeur de 16 MV a été dépassée à la fin de la période et maintenue plusieurs heures sans instabilité apparente. Le niveau des courants parasites, fortement accru par rapport à décembre, entraînait cette fois une distorsion longitudinale du potentiel encore plus importante de 36 % à 17,6 MV soit l'équivalent de 20 % à 35 MV. Après arrêt pour une intervention programmée sur le système de gaz et ouverture pour inspection, des arborescences résultant de décharges superficielles étaient observées sur un plot mais surtout sur plusieurs des planches isolantes de la colonne. Après un certain nombre de modifications ponctuelles sur celle-ci et l'ajout de peignes éliminateurs dans les sections mortes, une seconde campagne a été menée du 21 au 27 mars. Une haute tension de 15,8 MV a été atteinte cette fois après 84 heures et 22 claquages avant qu'un dernier claquage n'entraîne l'apparition de petites décharges systématiques localisées, à partir de 8 MV. Les dommages observés après ouverture étaient tout-à-fait de même nature que précédemment hormis au niveau des sections mortes où la modification testée semble avoir donné satisfaction. A l'inverse les tentatives pour éviter les décharges sur les planches isolantes au niveau de la jonction avec les portiques comme pour s'affranchir des courants parasites sur les rouleaux n'ont pas abouti à ce stade. s-!

3 1 Suite aux craintes de CM. Cooke sur la tenue des plots isolants aux surtensions lors des claquages, les essais ont d'abord été suspendus momentanément en l'attente d'une meilleure compréhension du comportement dynamique. Les efforts ont alors été orientés simultanément dans différentes directions : V à court terme : - Réparation des dommages et en particulier changement de deux planches détériorées par les décharges. - Réalisation des modifications aux interfaces des sections mortes pour l'ensemble de la machine. - Réduction du nombre de rouleaux du système de charges compatible avec les intensités réduites nécessaires pour les essais du générateur de manière à diminuer l'amplitude de la distorsion longitudinale du champ électrique. 2) à moyen et long terme : - Etude et essais de solutions pour limiter ou compenser les courants parasites des rouleaux du système de charge [3]. - Analyse des causes possibles des dommages subis, recherche de solutions, études et mise en oeuvre. Analyse des problèmes rencontrés Suite aux dégâts occasionnés lors des deux premières campagnes d'essai, un travail de réflexion sur les différents aspects de la conception de la machine a été mené en particulier en collaboration avec M. Letournel. En même temps, à l'initiative de CM. Cooke, un travail plus directement lié à l'étude du comportement dynamique et décrit par ailleurs [4] a été entrepris. Les principaux points d'abord mis en cause furent : L'emploi d'arceaux conducteurs pour le supportage des électrodes colonne à partir des planches isolantes, la réalisation de la fixation du diviseur sur ces mêmes planches, ainsi que la forme de la connexion électrique entre les électrodes colonne et le diviseur, notamment au niveau du raccordement des portiques à la colonne. Le fort couplage de la colonne avec son environnement résultant du raccordement direct des portiques à celle-ci. Le couplage par les heptagones des portiques entre eux conduisant à un comportement de ligne de transmission avec une impédance caractéristique de l'ordre de 18 Q plutôt que les 125 Q estimés lors de la conception. La valeur sans doute beaucoup trop élevée d'allumage des éclateurs longitudinaux formés par les électrodes colonne ne permettant pas une réelle protection de l'intérieur vis-à-vis de l'extérieur. La forte contrainte électrique au niveau des planches isolantes comparée à la tenue en tension du matériau lui-même, compte tenu de la cartographie du champ électrique en particulier lors d'un claquage. La qualité du matériau constituant les planches isolantes. La validité des tests effectués sur celles-ci dans l'accélérateur CN avec une seule section accélératrice, en particulier en ce qui concerne le comportement dynamique de la structure. Rapidement certaines modifications allant dans le sens de rendre la réalisation plus conforme à la conception étaient décidées : - remplacement des fixations métalliques du diviseur de tension par des fixations en mat de verre-époxy pour supprimer une source d'activité en regard des planches en cas de transitoire. - remplacement des arceaux métalliques supportant les électrodes colonne à partir des planches isolantes par des arceaux isolants de même géométrie. Compte tenu du nombre de pièces concernées et de leur prix une première commande a été limitée aux électrodes de jonction des portiques soit 28 arceaux. - remplacement de la connexion électrique entre les électrodes colonne et le diviseur qui constituait un chemin préférentiel vers les planches en cas de claquage extérieur par une liaison directe. - modification des électrodes colonne pour réduire la tension d'amorçage longitudinal entr'elles. Là aussi du fait de l'ampleur d'une telle modification un essai était prévu sur seulement un ou deux espaces. Les réalisations mécaniques correspondantes ont été étudiées et lancées. Entre temps, une fois les dégâts dans le Vivitron réparés et les modifications possibles (blindage des fixations des planches dans toutes les sections mortes et fixations isolantes du diviseur dans deux sections pour essai) effectuées, il a été décidé de reprendre des essais partiels à pression de gaz réduite de manière à explorer le comportement électrostatique de la structure tout en évitant les dégâts du fait de la diminution de la contrainte sur les isolants comme de l'énergie stockée. Aussi, du fait de la mise en cause du couplage résultant de la jonction directe des portiques à la colonne, 13 des 14 terminaisons de chacun des portiques ont été démontées pour essai. En même temps émergeait l'idée que les décharges sur les planches aient éventuellement pu être la cause des claquages observés plutôt que leur conséquence soulevant à nouveau la question de la tenue en tension du matériau isolant, non :- L

4 seulement lors de fortes contraintes transitoires, mais du simple point de vue du champ électrostatique, et mettant encore en cause la validité des tests effectués sur le CN, cette fois au niveau du matériau lui-même, compte tenu du temps de stockage important entre ces tests et les essais dans le Vivitron. Parmi les hypothèses, la présence d'une trop forte humidité, maintes fois soulevée déjà, avait toujours été écartée du fait de la mesure répétée d'un point de rosée toujours apparemment excellent, voisin de 5 vpm. Un simple contrôle mit rapidement en cause tant l'appareillage lui-même que le mode opératoire, conduisant à une mesure erronée, optimiste et quasiment constante depuis les tous premiers essais quel que soit l'état réel d'humidité du gaz. Une mesure correcte indiquera à ce stade une proportion d'eau de 240 vpm! Dès lors une question primait toutes les autres : "Dans quelle mesure l'humidité présente a-t-elle été la cause tant des difficultés de tenue en tension et des dégâts observés que des valeurs élevées et croissantes des courants parasites au niveau du système de charge? " La meilleure manière d'y répondre était de reprendre immédiatement les essais en tension après avoir asséché la machine ce que n'ont malheureusement pas permis les problèmes croissants rencontrés avec le système de gaz. Principales difficultés et incidents sur le système de gaz A part nombre de problèmes non résolus malgré lesquels il était possible de fonctionner une difficulté majeure restait de ne pouvoir recirculer le gaz. Une première tentative pour étudier cette question a malheureusement conduit, à la suite d'une fausse manoeuvre, à la dispersion de 10 ce de mercure dans l'installation, et possiblement en faible proportion, dans la machine. Après plus d'un mois d'immobilisation consacré au nettoyage et au dégazage de l'installation, le problème de recirculation put enfin être étudié et la cause identifiée comme des pertes de charges excessives dans l'ensemble du circuit et principalement au niveau du sécheur lui-même. Tel que, il était néanmoins possible de recirculer jusqu'à 3 à 4 bars en tournant à vitesse moitié et en dérivant une partie du flux hors du sécheur. Cette procédure a été appliquée pour un premier séchage avant de réactiver la charge d'alumine du sécheur par chauffage dans un flux d'air. Après vidage, du gaz SFg prélevé sur Ie Vivitron fut réintroduit trop tôt dans le sécheur non encore refroidi, entraînant sa décomposition thermique et la formation, par hydrolyse des produits de réaction, d'un ou plusieurs litres de liquide fortement acide entraîné ensuite dans le circuit et jusqu'au Vivitron par l'effet du recirculateur malencontreusement en fonctionnement à ce moment. Du fait de leur agressivité, ce liquide et les produits de décomposition gazeux ont entraîné la destruction complète du sécheur ainsi qu'une pollution sévère et généralisée de l'ensemble de l'installation. Grâce à la récupération du sécheur de l'accélérateur MP, le circuit a pu être remis en état deux mois après l'accident du 7 août et la machine dépressurisée après purification du gaz le 20 octobre. L'ampleur des dégâts alors observés dans le Vivitron lui-même dépassait les craintes des plus pessimistes, chaque pièce, chaque surface, chaque recoin, ayant été pollué par le gaz chargé d'acides et de produits corrosifs. De surcroît l'atmosphère régnant à l'intérieur du réservoir n'en permettait pas l'accès sans protection respiratoire. La dépollution [5] Après analyses, consultations et essais pour déterminer le mode de nettoyage et les moyens à mettre en oeuvre il a été fait appel à une entreprise extérieure spécialisée dans la dépollution chimique. Le travail avec une équipe de 20 personnes s'est poursuivi jusqu'à la fin de l'année pour tout l'extérieur de la colonne et partiellement l'intérieur. Le reste du nettoyage nécessite d'importants démontages à faire par nos soins et pourrait être achevé pour la fin janvier 92. Conclusion Durant l'année écoulée un grand nombre de problèmes, plus qu'on pouvait raisonnablement en attendre dans un tel projet, ont été rencontrés, Ia plupart relatifs au système de gaz. De ce fait seulement 240 heures de fonctionnement du Vivitron ont pu être consacrées aux essais en tension. Qui plus est la mesure erronée du point de rosée du gaz durant toute cette période et l'humidité correspondante de la machine lors de ces essais rendent les observations et résultats non significatifs. Néanmoins les hautes tensions obtenues dans ces conditions avec des dommages limités constituent tout de même un résultat encourageant qui laisse espérer de bonnes performances dans Ia mesure où l'ensemble des difficultés rencontrées, tant la valeur excessive des courants parasites que les dommages observés, peuvent résulter de la seule humidité. Un autre aspect positif est d'avoir suscité une réflexion approfondie, notamment sur les aspects dynamiques du

5 fonctionnement du Vivitron et du comportement des isolants, ainsi que sur le système de gaz et plus spécialement le processus de séchage, qui n'avait pas été menée jusque là. Les incidents, et particulièrement l'accident majeur intervenu le 7 août sur le système de gaz, ont entraîné un retard conséquent et une somme très importante de travail (réparations, démontages, dépollution, remontages...) sans réel intérêt pour le Vivitron. Ce retard a pourtant permis la préparation de modifications qui seront mises en oeuvre en début d'année amenant dans la réalisation un meilleur respect de la conception originale. Après séchage du gaz les essais haute tension pourront reprendre dans les meilleures conditions. Références [1] Première montée en tension du Vivitron, J.M.Helleboid et coll. Rapport d'activité du C.R.N et Rapport d'activité Vivitron, CRN-VIV-96,1991 [2] Start of the Vivitron as an H.V. Electrostatic Generator, J.M.Helleboid and the Vivitron Group. Communication au S.N.E.A.P.'91 Santa Fe, octobre 1991 [3] Fonctionnement du système de charge du Vivitron lors des essais de tension. Nouveaux développements, J.M.Helleboid et coll. Présent rapport d'activité. [4] Phénomènes transitoires dans le Vivitron, G.Frick et coll. Présent rapport d'activité. [5] La dépollution du Vivitron après l'accident sur le système de gaz, J.M.Helleboid, J.Mac Cordick et le groupe Vivitron. Présent rapport d'activité. V I-

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

efelec NOTES D'INFORMATIONS TECHNIQUES LES TESTS DIELECTRIQUES LES ESSAIS DE RIGIDITE ET D'ISOLEMENT

efelec NOTES D'INFORMATIONS TECHNIQUES LES TESTS DIELECTRIQUES LES ESSAIS DE RIGIDITE ET D'ISOLEMENT NOTES D'INFORMATIONS TECHNIQUES LES ESSAIS DE RIGIDITE ET D'ISOLEMENT efelec Parc d'activités du Mandinet - 19, rue des Campanules 77185 -LOGNES - MARNE LA VALLEE Téléphone : 16 (1) 60.17.54.62 Télécopie

Plus en détail

GE Security. KILSEN série KSA700 Centrale de détection et d alarme Incendie analogique adressable. Manuel d utilisation

GE Security. KILSEN série KSA700 Centrale de détection et d alarme Incendie analogique adressable. Manuel d utilisation GE Security KILSEN série KSA700 Centrale de détection et d alarme Incendie analogique adressable Manuel d utilisation g ination imag at work Kilsen is a brand name of GE Security. www.gesecurity.net COPYRIGHT

Plus en détail

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009)

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 2086 Décembre 2012 Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 1 Introduction Photo 1 : Installation PV

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES page 1 1 CLAUSES ET PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 OBJET DE LA NOTICE Le présent CCTP concerne la description des travaux du lot PLOMBERIE SANITAIRES pour la construction des nouvelles

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Les résistances de point neutre

Les résistances de point neutre Les résistances de point neutre Lorsque l on souhaite limiter fortement le courant dans le neutre du réseau, on utilise une résistance de point neutre. Les risques de résonance parallèle ou série sont

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Mesurer, collecter et monitorer pour agir

Mesurer, collecter et monitorer pour agir Mesurer, collecter et monitorer pour agir Services de gestion de l'énergie Lausanne, 6 novembre 2014 Antoine Hayek, Energy Management Services Eric Magnin, Energy Management Specialist Michael Grelier,

Plus en détail

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro

Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Ligne d'alimentation compacte DCL-Pro Transmission sûre de l énergie Transmission sûre de l énergie Les machines mobiles sont tributaires d'une alimentation fiable en énergie. Les lignes d'alimentation

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales

INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS. centres r&d usines mécaniques usines terminales INDUSTRIE AUTOMOBILE SYSTÈMES ET ÉQUIPEMENTS centres r&d usines mécaniques usines terminales Pour vos centres R & D SYSTÈMES D ESSAIS HYDRAULIQUES, AÉRAULIQUES ET MÉCANIQUES Nos systèmes permettent la

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

Thermocouple et Sonde à résistance

Thermocouple et Sonde à résistance Instructions de service 42/10-20-FR Thermocouple et Sonde à résistance Sommaire Blinder Text Thermocouple et Sonde à résistance Instructions de service 42/10-20-FR 12.2006 Rev. 03 Fabricant : ABB Automation

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE En application de l arrêté du 4 avril 2011 et de la norme XP C16-600 Réf dossier n 100512.4204 A Désignation du ou des immeubles bâti(s) LOCALISATION DU

Plus en détail

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS 2012 AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS VOUS VENDEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER? INFO CONSEIL Diagnostic vous donne les Informations nécessaires et indispensables

Plus en détail

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose

Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués sur acier en usine ou sur site de pose RECOMMANDATION PCRA 003 Octobre 2003 Rev.0 Commission Protection Cathodique et Revêtements Associés Recommandations pour le contrôle par méthode électrique des défauts des revêtements organiques appliqués

Plus en détail

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT INTRODUCTION Les pinces ampèremétriques sont destinées à étendre les capacités de mesure des multimètres, appareils de mesure de puissance, oscilloscopes,

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE Département du Rhône (69) VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE CENTRE DE LOISIRS 1 RUE DES BLEUETS Ville

Plus en détail

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B Migration de Emax à Emax 2 en conservant la certification ) ayant c) des ayant caractéristiques des caractéristiques d installation d installation dans la même dans la disposition physique tion Fiche physique

Plus en détail

Solutions de surveillance OMICRON

Solutions de surveillance OMICRON Solutions de surveillance OMICRON Surveillance des décharges partielles sur les équipements haute tension M/G Allongement de la durée de vie des équipements haute tension Pourquoi assurer une surveillance?

Plus en détail

NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED

NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED NOTICE TUNNEL DE SECHAGE ECONORED Ce manuel contient les éléments suivants : 1-01-16-003 Déballage et assemblage du convoyeur 2-01-16-004 Dessin d assemblage 3-01-16-005 Dessin de convoyage du tapis 4-01-16-006

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS

PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS I - Etude visuelle de l'extérieur a) En périphérie du volume: Nous notons un semblant de drain (?) autour de certaines façades par une bande gravier; néanmoins,

Plus en détail

VRM Monitor. Aide en ligne

VRM Monitor. Aide en ligne VRM Monitor fr Aide en ligne VRM Monitor Table des matières fr 3 Table des matières 1 Introduction 3 2 Vue d'ensemble du système 3 3 Getting started 4 3.1 Démarrage de VRM Monitor 4 3.2 Démarrage de Configuration

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014

Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014 Louis-Philippe Gagnon Auditeur De Système D Alarme LABORATOIRES DES ASSUREURS DU CANADA 12 Novembre, 2014 UL and the UL logo are trademarks of UL LLC 2012 2 OBJECTIFS DE LA MISE À L'ESSAI ET INSPECTION

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

Systèmes de surveillance pour transformateurs de puissance

Systèmes de surveillance pour transformateurs de puissance 100x 100x Offshore 100x-3/-2/-1 Load Voltage kv ma Load Current Ambient Oil Position Top Oil Bottom Oil MS-7 X1 X2 X3 H3 H1 Bushing Monitor ZVCM-1001 Systèmes de surveillance pour transformateurs de puissance

Plus en détail

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC!

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! MAGIX PC Check & Tuning 2010 est la solution logicielle complète pour l'analyse, la maintenance et l'accélération

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE MACHINE Pagina 1 SOMMAIRE I. Conditions de garantie A. Objets assurés B. Garanties de base C. Garanties supplémentaires D. Exclusions II. Conditions communes et administratives

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC

EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES RELATIVES À LA PRODUCTION ÉOLIENNE MAI 2003 1. Contexte Le document «Exigences

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ White Paper 10 2010 SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ MATTEO GRANZIERO, Responsabile comunicazione tecnica, SOCOMEC UPS Avant l

Plus en détail

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée A.F.I.A.P. Association française des ingénieurs en appareils à pression Cahier technique professionnel Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée Edition février 2005 Pour tout

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

http://www.lamoot-dari.fr Distribué par Lamoot Dari contact@lamoot-dari.fr GTS-L 5 / 10 / 15 DONNEES TECHNIQUES

http://www.lamoot-dari.fr Distribué par Lamoot Dari contact@lamoot-dari.fr GTS-L 5 / 10 / 15 DONNEES TECHNIQUES GTS-L / 0 / GROUPES STATIQUES DE PUISSANCE A COMMANDE LOGIQUE Applications principales Lignes d'extrusion et presses d'injection pour matières plastiques Canaux chauds Thermoformeuses Machines d'emballage

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 02249-AGRASC-10-13 AFNOR XP C 16-600

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Marque de commande Caractéristiques Possibilité de positionner la tête du détecteur par rotations successives 40 mm, non noyable Fixation rapide Propre à l'emploi jusqu'à SIL 2 selon IEC 61508 Accessoires

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

Herrebout-Vermander N.V. S.A.

Herrebout-Vermander N.V. S.A. Pag. 1/5 Herrebout-Vermander N.V. S.A. Kuurne, mai 2002 rev. Janvier 2005 Le parquetteur est parti, et qu'est-ce qu'on fait maintenant Félicitations avec votre nouveau Le parquet est un revêtement de sol

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE EN HAUTE TENSION

TECHNIQUES DE MESURE EN HAUTE TENSION ours de A. Tilmatine HAPITE IX TEHNIQES DE MESE EN HATE TENSION I) VOLTMETE ELETOSTATIQE Il fonctionne suivant le principe de la force d attraction électrique F e entre deux charges. G M B P Le disque

Plus en détail

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 Notice technique Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 WGA 02 (avec sonde WGA-ES4) Code Article : 265 0021 Sonde WGA-R6 (sonde seule) Code Article : 265 0027 Sonde WGA-ES4 (sonde seule)

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

1 Schneider Electric Services

1 Schneider Electric Services S ce Prestations de Services Schneider Electric S ce Schneider Electric Services guide de choix page S ce 2 accompagnement produits et équipements page S ce 4 accompagnement parcs et réseaux page S ce

Plus en détail

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité La climatisation des salles informatiques: compréhension et état des lieux Charles Vion, Responsable Service Projet Sylvain Ferrier,

Plus en détail

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation GE Security KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle Manuel d utilisation g ination imag at work Kilsen is a brand name of GE Security. www.gesecurity.net COPYRIGHT

Plus en détail

CONTACT MAGNETIQUE DE FEUILLURE POUR MONTAGE ENCASTRE OU EN SAILLIE. 2 : contact = Capteur REED. 3 : Boitier pour montage en saillie

CONTACT MAGNETIQUE DE FEUILLURE POUR MONTAGE ENCASTRE OU EN SAILLIE. 2 : contact = Capteur REED. 3 : Boitier pour montage en saillie page 1 / 5F CONTACT MAGNETIQUE DE FEUILLURE POUR MONTAGE ENCASTRE OU EN SAILLIE Le contact d'ouverture PNA2P020 est utilisé dans les systèmes de gestion des bâtiments pour détecter les changements d'état

Plus en détail

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg FICHE D'INTERVENTION sur CIRCUIT de FROID, CLIMATISATION, POMPE A CHALEUR (fixe) CONTENANT des CFC HCFC ou HFC à conserver 5 ans par l'opérateur et le détenteur suivant le Code de l'environnement articles

Plus en détail

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques BA 4.3 - M/NSK Boîtier de fin de course type NSK et MSK Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques selon la directive CE relative à la basse tension 73/23/CEE selon la directive

Plus en détail

Spécifications Techniques d Interface

Spécifications Techniques d Interface 67, Édition 2 / Octobre 2000 Spécifications Techniques d Interface SRXUOHUpVHDXGH)UDQFH7pOpFRP 'LUHFWLYH&( &DUDFWpULVWLTXHVGHVLQWHUIDFHVG DFFqV DXVHUYLFH7UDQVIL[0pWURSROLWDLQ 5pVXPp Ce document présente

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 15/0205/MOR AFNOR XP C 16-600 (février

Plus en détail

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS Fontenay-aux-Roses, le 9 juillet 2014 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00265 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF - Réacteur EPR de Flamanville 3 Conception détaillée

Plus en détail

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 2006 ITM-CL 317.1 Monte escalier à siège ou pour chaise roulante sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond Prescriptions de sécurité types

Plus en détail

Pose avec volet roulant

Pose avec volet roulant Pose avec volet roulant Coffre volet roulant Coulisse MONTAGE 2 PERSONNES MINIMUM La quincaillerie 4,2 x 25 Les outils (x 10) 3,5 x 9,5 (x 10) (x 1) (x 4) 3 2 1 (x 1) (x 4) 7 1 Positionnez les coulisses

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

Compteurs d énergie monophasé

Compteurs d énergie monophasé Fiche technique www.sbc-support.com Compteurs d énergie monophasé avec interface S-us serielle Les compteurs d énergie avec une interface S-us permettent le relevé de toutes les données importantes telles

Plus en détail

CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT

CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT 05 CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT 05-1 PARCOURS DU LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT PIECE DE LEVAGE DE CARBURATEUR THERMOSOUPAPE PIECE DE LEVAGE DE COLLECTEUR D'ADMISSION EMPLACEMENT DU SYSTEME INDICATEUR DE TEMPERATURE

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ AGENCEMENT INTÉRIEUR CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février 1992) Les épreuves

Plus en détail

Information Equipment

Information Equipment PLM Information Equipment SOMMAIRE: DESCRIPTION ET CARACTERISTIQUES PRINCIPALES PLAN D INSTALLATION INFORMATIONS TECHNIQUES CONFIGURATION Sealed Air S.A.S. 53 rue St Denis Boîte Postale 9 F-28234 EPERNON

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

2651, 2654, 2654 Hygienic, 2660, TKU 001. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation

2651, 2654, 2654 Hygienic, 2660, TKU 001. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation Type 2651, 2654, 2654 Hygienic, Stainless-steel and brass ball valves in 2-way and 3-way design Kugelhähne aus Edelstahl und Messing in 2- und 3-Wege-Ausführung Robinets à boisseau sphérique en acier inoxydable

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Instructions d Installation & Maintenance KAPTIV PURGEUR DE CONDENSAT SANS PERTE D AIR 07/09

Instructions d Installation & Maintenance KAPTIV PURGEUR DE CONDENSAT SANS PERTE D AIR 07/09 Instructions d Installation & Maintenance KAPTIV PURGEUR DE CONDENSAT SANS PERTE D AIR 07/09 INFORMATIONS GENERALES Le KAPTIV est un purgeur électronique sans perte d air opérant sur base du niveau de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION Conformément au Code de la Construction et de l Habitation : articlel134, la LOI n 2006-872 du 13 juillet

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Directives sur les vitrages avec fonction d'alarme

Directives sur les vitrages avec fonction d'alarme Directives sur les vitrages avec fonction d'alarme Sommaire: 1. Description des vitrages d'alarme Principe de fonctionnement du circuit d'alarme 2. Caractéristiques techniques du circuit d'alarme 2.1 Circuit

Plus en détail

FUITE OU PROBLÈME CONDUITE D'EAU PROBLÈME D'ÉLECTRICITÉ. Que fait le réparateur?

FUITE OU PROBLÈME CONDUITE D'EAU PROBLÈME D'ÉLECTRICITÉ. Que fait le réparateur? FUITE OU 4 DE GAZ 5 6 AUTRES S DÉGÂTS À VOTRE TOIT le Chute de tuiles Un événement soudain générant une infiltration d'eau dans votre toit ou une situation dangereuse fixer une bâche remettre les tuiles

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6 Isolation thermiques des parois vitrées Fiche réalisée par l AGEDEN Mise à jour NL : 18/09/2015 De par leur fonction d'ouverture et de transparence, les baies vitrées sont les parois les plus vulnérables

Plus en détail

RAPPORT D INTERVENTION

RAPPORT D INTERVENTION R PRESTATAIRE DE SERVICES RAPPORT D INTERVENTION N 7445 Rédigé par Eric TANGUY Céline LETORT Intervention du 23/07/2010 Affaire Nature de l intervention Toiture contrôlée Intervention à la demande de Résidence

Plus en détail

Les barrières-vapeur

Les barrières-vapeur Les barrières-vapeur 01_Montage d une barrière-vapeur et d une couche d étanchéité à l air Sisalex 518 dans une piscine intérieure Outre la thématique de l étanchéité à l air, la protection des bâtiments

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

Nom du distributeur Adresse du distributeur

Nom du distributeur Adresse du distributeur Adresse du distributeur Numéro de licence R.B.Q. : MANUEL DE CONTROLE DE LA QUALITÉ Pour la vérification de l installation initiale et le contrôle de la corrosion de réservoir de propane sous terre conformément

Plus en détail

PicoScope USB Oscilloscope. GuÍa rápida de inicio

PicoScope USB Oscilloscope. GuÍa rápida de inicio GuÍa rápida de inicio 3 Français... 21 3.1 Introduction... 21 3.2 Consignes de sécurité... 21 3.3 Table des matières...24 3.4 Configuration système requise...24 3.5 Installation du logiciel PicoScope...25

Plus en détail