Session de préparation aux tests de présélection. Raisonnement verbal QCM questions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Session de préparation aux tests de présélection. Raisonnement verbal QCM 1. 20 questions"

Transcription

1 SERVICE PRÉPARATION AUX CONCOURS DES INSTITUTIONS EUROPÉENNES Session de préparation aux tests de présélection Raisonnement verbal QCM 1 20 questions 1

2 Les femmes et la maternité Les générations féminines les plus récentes ont franchi plus tard que leurs ainées les étapes considérées comme constitutives du passage à la vie adulte (fin des études, départ de chez les parents, début d'une vie en couple, recherche d'un emploi); leurs calendriers, bien que plus serrés et plus précoces que ceux des hommes, n'ont cessé de s'allonger depuis le milieu des années En parallèle, l âge moyen des femmes à la maternité est passé de près de 27 ans en 1975 à plus de 29 ans en Ce recul a eu lieu, pour l'instant, sans remettre en cause le renouvellement des générations puisque toutes ont eu environ 2,1 enfants par femme à 40 ans. En ce qui concerne la première maternité, l âge moyen des femmes au moment de l'accouchement est passé d'un minimum de moins de 24 ans en 1972 à 25 ans en 1983, puis 26 ans en Source : Meron, Monique & Widmer, Isabelle (2002). Les femmes au chômage retardent l'arrivée du premier enfant, Population (French Edition), Vol. 57, No. 2 (Mar. - Apr., 2002), pp Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Depuis 2000, l âge moyen des femmes à la maternité est de plus de 30 ans. B. L augmentation de l âge moyen à la maternité est une conséquence directe du passage tardif à la vie adulte. C. Entre 1972 et 1989, l âge moyen auquel les femmes sont devenues mères pour la première fois pourrait avoir augmenté de trois ans. D. Le renouvellement des générations est mis en péril par le recul de l âge moyen à la maternité. Age extrême de la vie La baisse de la mortalité aux âges élevés a fortement contribué à l'augmentation de l espérance de vie dans les pays développés. Ce sont les personnes âgées ou même très âgées qui ont le plus bénéficié du recul de la mortalité (notamment en raison de celui des maladies de dégénérescence) et il n'est plus rare que certaines atteignent des âges impensables il y a trente ou quarante ans. Dans les années 1960, une femme française âgée de 80 ans pouvait espérer vivre encore 6,4 ans; en 1970, 7,2 ans et en 1997, 9,4 ans! Cette nouvelle étape dans la baisse de la mortalité, qui permet à un nombre croissant de personnes âgées de différer leur rendez-vous avec la mort, a entrainé une augmentation sans précédent du nombre d'individus âgés et, surtout, de personnes très âgées. Source : Barbi, Elisabetta ; Caselli, Graziella & Vallin, Jacques (2003). Hétérogénéité des générations et âge extrême de la vie, Population (French Edition), Vol. 58, No. 1 (Jan. - Feb., 2003), pp Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Le recul de la mortalité n a concerné que les personnes âgées voire très âgées. B. A la fin du 20 ème siècle, l espérance de vie des femmes approchait les 90 ans. C. La baisse de la mortalité n a pas permis l augmentation du nombre de personnes âgées. D. C est le recul des maladies de dégénérescence qui est responsable de la baisse de la mortalité chez les personnes âgées. 2

3 La fécondation in vitro En réponse aux problèmes d'infécondité se sont développées des techniques de fécondation in vitro (FIV). La FIV consiste à prélever des ovocytes (lors d'une ponction folliculaire) et à recueillir des spermatozoïdes - chez les conjoints en général, chez des donneurs parfois pour réaliser la fécondation en laboratoire. Une fois l'ovocyte fécondé et devenu embryon, ce dernier est placé dans l'utérus ou dans les trompes de Fallope de la femme. C'est ainsi qu'est née Louise Brown le 25 juillet 1978 dans les faubourgs de Manchester (Angleterre), connue sous le nom de «premier bébé-éprouvette». La France attendra le 24 février 1982 pour voir naitre à l'hôpital Antoine- Béclère de Clamart son «premier bébé-éprouvette», prénommé Amandine. Source : De La Rochebrochard (2003). Des hommes médicalement assistés pour procréer: IAD, FIV, ICSI, bilan d'une révolution dans la prise en charge médicale de l'infertilité masculine, Population (French Edition), Vol. 58, No. 4/5 (Jul. - Oct., 2003), pp Extrait : p Laquelle de ces affirmations n est pas correcte? A. Il est possible de recourir à des donneurs pour la FIV. B. La FIV est une réponse aux problèmes d infécondité. C. La fécondation in vitro consiste à placer l'ovocyte dans l utérus de la femme. D. Le «premier bébé-éprouvette» est britannique. Les agricultures de l'union européenne dans la mondialisation L Union européenne constitue, avec les États-Unis, un des deux pôles majeurs du commerce mondial des produits agricoles et agroalimentaires. Elle est, en particulier, la première destination mondiale des exportations de produits agricoles effectuées par les pays en développement. Elle absorbe environ 25 % de leurs exportations agricoles (contre 12 % seulement pour les États-Unis) et même 75 % des exportations agricoles des PMA, c est à dire des 49 pays les plus pauvres de la planète, ces pays bénéficiant de franchises totales de droits de douane dans le cadre de l initiative «tout sauf les armes» mise en place par l UE en février Certains produits comme le sucre sont même achetés aux pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) dont la majorité sont d anciennes colonies de métropoles européennes, non pas au cours mondial, mais au cours du marché intérieur européen qui est souvent plus élevé. Source : Charvet, Jean-Paul (2009). Les agricultures de l'union européenne dans la mondialisation, L'Information géographique, 2009/1 Vol. 73, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. L Union européenne exporte 25% de ses productions agricoles vers les pays en développement. B. Les pays ACP sont les anciennes colonies des métropoles européennes. C. L exonération des droits de douane s applique aux exportations des pays les plus pauvres. D. Les pays en développement exportent essentiellement vers les Etats-Unis. 3

4 La politique commerciale de l'union européenne L idée d intégration commerciale a toujours accompagné le projet d Europe unie. Elle est à la source de la logique fonctionnaliste des pères fondateurs du traité de Rome. L intégration européenne est d abord une intégration par le commerce. Elle doit aussi beaucoup au processus, concomitant, d intégration par le droit, sous l influence notamment de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE). Des principes juridiques dégagés en matière commerciale ont été étendus à d autres domaines, jusqu à la problématique des droits fondamentaux et des libertés individuelles, suivant un phénomène de contagion entre les quatre libertés du Traité, dans le cadre du processus d unification et d harmonisation conduisant au grand marché intérieur. Source : Delpech, Raphaël & Paugam, Jean-Marie (2005). La politique commerciale de l'union européenne ; Le fédéralisme clandestin, Politique étrangère, 2005/4 Hiver, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Le commerce est un domaine privilégié pour l intégration européenne. B. Les principes des droits fondamentaux ont été étendus au domaine commercial. C. La CJCE a été contrainte d appliquer l intégration par le droit. D. La création d un grand marché intérieur est à l origine de l harmonisation européenne. L'Union européenne crée-t-elle ou détruit-elle la démocratie? L Europe a aussi une identité composite (et non pas cohérente, comme pour les États-nations), puisque les citoyens maintiennent une identification et un sentiment d appartenance beaucoup plus forts avec leur pays qu avec l Union. Les sondages Eurobaromètre démontrent cependant que si leur identité primaire est centrée sur leur État d origine, près de la majorité d entre eux tous États confondus se réclament d une identité secondaire européenne. Bien que l identité européenne dans le sens de l «être» européen soit assez faible, elle se construit dans le domaine du «faire» : la manière dont les États membres se sont engagés en Europe, ont construit l Europe. L Union renvoie donc essentiellement au «faire» pas encore à l «être». Source : Schmidt, Vivien A. (2007). L'Union européenne crée-t-elle ou détruit-elle la démocratie?, Politique étrangère, 2007/3 Automne, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Les citoyens européens n ont pas de sentiment d appartenance avec l Union. B. L identité nationale prévaut sur l identité européenne. C. Tous les citoyens européens se réclament d une identité secondaire européenne. D. L identité européenne se construit différemment de l identité nationale. 4

5 Un commerce équitable local Depuis le milieu des années 2000, plusieurs acteurs français du commerce équitable, notamment Minga, Breizh Ha Reizh et dans une moindre mesure la Fédération Artisans du Monde, revendiquent l établissement d un commerce équitable qui ne se limite pas aux relations avec les pays du Sud, mais vise également les producteurs marginalisés du Nord. Au premier abord, cette idée semble être une simple extension du projet initial du commerce équitable. En réalité, la revendication d un commerce équitable local est loin d être consensuelle. Elle implique aussi très souvent de critiquer la façon dont est conçu le commerce équitable dans les filières construites autour du logo de garantie Max Havelaar. Les militants de Minga et de Breizh Ha Reizh contestent ainsi la stratégie de développement par l exportation propre au projet de Max Havelaar. Source : Le Velly, Ronan (2009). Quel commerce équitable pour quel développement durable?, Innovations, 2009/2 n 30, p Extrait: pp Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Certains producteurs du Nord sont concernés par le commerce équitable. B. L idée du commerce équitable n est pas consensuelle. C. La stratégie de développement de Breizh Ha Reizh est contestée par Max Havelaar. D. Le commerce équitable se limite aux producteurs du Sud. L énergie, vecteur de la construction européenne Après des années de lente dérive, la question de la mutualisation des enjeux énergétiques est de nouveau au cœur de la politique européenne. La libéralisation des marchés de l électricité et du gaz est aujourd hui l enjeu clef pour la Commission en matière d économie industrielle. La politique ambitieuse qui consiste à introduire un marché des émissions de CO2 et à réduire les émissions de gaz carbonique de 20 % en dessous de leur niveau de 1990 à échéance 2020 est un des rares domaines politiques où l Europe peut se targuer d un réel «leadership» mondial. Les relations avec les pays fournisseurs d hydrocarbures, et en premier lieu les relations avec la Russie, constituent aujourd hui un volet central de la politique étrangère de l UE. Source : Keppler, Jan Horst (2007). L'Union européenne et sa politique énergétique, Politique étrangère, 2007/3 Automne, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. La Commission européenne a libéralisé les marchés de l électricité et du gaz. B. La Russie, fournisseur d hydrocarbures, entretient des relations privilégiées avec l UE. C. L Europe est un leader mondial dans de nombreux domaines. D. Les Etats membres s engagent à diminuer de 20% leurs émissions de CO2. 5

6 L'influence du Parlement européen Depuis la fin des années 1980, les campagnes d information sur les élections européennes mettent en avant l influence croissante du Parlement européen (PE) dans le système décisionnel de l Union pour appeler les citoyens à prendre part au vote. L argument est en fait double. En premier lieu, on souligne la spectaculaire évolution des pouvoirs de l assemblée, passée en l espace d une décennie d assemblée consultative, à la raison d être toute symbolique, à une assemblée dotée de pouvoirs très larges, mis en œuvre par les députés avec une grande détermination. En second lieu, la référence à l influence du PE est également un appel aux citoyens pour qu ils la renforcent par leur participation, la montée continue de l abstentionnisme aux élections européennes étant considérée comme un danger majeur pour la légitimité et, in fine, l influence de l institution. Source : Costa, Olivier (2009). Le parlement européen dans le système décisionnel de l'union européenne : la puissance au prix de l'illisibilité, Politique européenne, 2009/2 n 28, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. L influence du Parlement européen est menacée par l abstentionnisme aux élections européennes. B. L abstentionnisme aux élections européennes est en net recul. C. Les députés sont appelés à renforcer l influence du Parlement européen. D. Les pouvoirs du Parlement européen ont toujours été très importants. La Turquie veut-elle toujours adhérer à l'union européenne? Les analystes ont eu maintes fois l occasion de s interroger en 2009 sur les tendances de fond du processus de transformation que traverse la Turquie. Réorientation des priorités diplomatiques, incertitudes sur l évolution de dossiers internes essentiels pour l avenir politique du pays, tels la question kurde ou les rapports entre armée et pouvoir civil : l aggiornamento du pacte national entrepris sous l égide du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) repose aujourd hui sur un équilibre de forces particulièrement complexe et, semble-t-il, précaire. Vu de France, l ensemble de ces tensions agissent comme un puissant dissuasif contre l adhésion de la Turquie à l Union européenne (UE). Source : Schmid, Dorothée (2010). De l'élargissement à l'éloignement : la Turquie veut-elle toujours adhérer à l'union européenne?, Politique étrangère, 2010/1 Printemps, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Les tensions internes à la Turquie sont un frein à son adhésion à l UE. B. L avenir politique de la Turquie est menacé. C. Les rapports entre l armée et le pouvoir civil sont tendus. D. La question kurde est l un des dossiers internes essentiels pour l avenir politique de la Turquie. 6

7 Les politiques familiales dans l Union européenne Si la politique familiale n est pas un domaine d intervention explicitement identifié au niveau européen, le cadre européen formule des directives et énonce des objectifs qui relèvent du champ traditionnel des politiques familiales : directive sur les congés parentaux, objectif de couverture des modes de garde, impact de la parentalité sur l emploi, etc. Cependant, on peut penser que la portée des recommandations européennes reste limitée dans la mesure où, du point de vue de la répartition des compétences, la définition des politiques sociales reste nationale. Source : Courtioux, Pierre & Thévenon, Olivier (2007). Les politiques familiales dans l'union européenne et la Stratégie de Lisbonne : quelques enseignements de l'expérience française, Horizons stratégiques, 2007/2 n 4, p Extrait: p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. La politique familiale est un domaine d intervention de l Union européenne. B. Les Etats membres définissent leurs politiques sociales. C. Les politiques familiales ne concernent pas l emploi. D. Les recommandations européennes font autorité en matière de politique familiale. L'approvisionnement énergétique de l'union Européenne L Union européenne (UE) importe environ 50 % de son énergie. Cette remarque soulève naturellement la question de savoir si l on pourra satisfaire cette demande. Étant donné le degré de dépendance énergétique des pays de l Union européenne, une éventuelle diminution ou interruption de l approvisionnement représenterait une menace sérieuse pour la stabilité politique, économique et sociale des pays membres. Il s agit d un risque non conventionnel, qui serait en mesure de déstabiliser en profondeur nos sociétés occidentales. Suite à la crise énergétique de janvier 2006 entre l Ukraine et la Russie, qui a mis en danger la sécurité des approvisionnements en gaz pour les pays de l Union européenne, tous les États de l UE se sont découverts très vulnérables face à ce problème. Source : Biava, Alessia (2007). L'action de l'union européenne face au défi de la sécurisation de son approvisionnement énergétique, Politique européenne, 2007/2 n 22, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. L Union européenne importe la grande majorité de son énergie. B. L approvisionnement en gaz et en électricité de l UE a été mis en danger par la crise de C. La stabilité politique de l UE dépend de l approvisionnement énergétique suffisant. D. L Union européenne cherche à augmenter la part de ses importations énergétiques. 7

8 Le dialogue énergétique Union européenne-russie Les relations énergétiques entre la Russie et l Union européenne (UE) se trouvent à l aube d une profonde modification. Le passé est révolu : l intégration croissante des marchés se substitue progressivement au traditionnel mode d approvisionnement du continent européen par la Russie. La maturité grandissante des compagnies énergétiques russes les pousse à vouloir pénétrer les marchés européens, tandis que les compagnies européennes cherchent des partenariats de production en amont afin d assurer leurs positions en aval sur les marchés européens. Le climat politique se modifie lui aussi : les normes de concurrence communautaires deviennent un facteur de plus en plus important. Source : Milov, Vladimir & Allevione, Jessica (2007). Le dialogue énergétique Union européenne-russie : concurrence contre monopoles, Politique étrangère, 2007/5 Hors série, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. La Russie est l unique fournisseur énergétique de l Union européenne. B. Les compagnies énergétiques russes et européennes établissent des partenariats pour pénétrer les marchés européens. C. Les relations énergétiques entre la Russie et l UE ont subi de profondes modifications. D. Les normes de concurrence communautaires ont des conséquences sur le climat politique. La fièvre de l or gagne Bucarest On dit que chaque maison de mineur du village Roşia Montană [en Transylvanie] recelait un passage qui conduisait aux carrières d'or. On ne peut plus vérifier cette histoire, car Romania Gold Corporation les a toutes rachetées. Avant de pouvoir exploiter l'or de Roşia Montană, cette jointventure entre la société canadienne Gabriel Resources et l entreprise publique roumaine Minivest, n'attend plus qu'un certificat environnemental. La guerre est totale. Le noyau dur d'opposants à la réouverture de cette mine fermée en 2006, soutient que le projet rayerait de la carte le massif Cârnic, réduirait en poussière un patrimoine culturel qui date de l'antiquité, quand les Romains exploitaient l'or de la région, et que celle-ci pourrait être gravement affectée par les dangers de la technologie d extraction au cyanure. Gold Corporation soutient pour sa part qu'elle prendra soin des sites archéologiques Moise, Lidia (2011) La fièvre de l or gagne Bucarest, Revista 22, Presseurop. 14. Pour quelle raison l extraction au cyanure est-elle problématique? A. Les militants s opposent à la méthode d extraction au cyanure. B. La co-entreprise privée Romania Gold Corporation est dans l attente d une attestation environnementale. C. La technologie d extraction au cyanure freine l obtention du certificat environnemental. D. La méthode d extraction de l or pourrait dégrader le patrimoine archéologique de la région. 8

9 La prise en charge de la dépendance des personnes âgées D'ici à 2030, partout en Europe, la population âgée de 75 ans ou plus va fortement augmenter. Or, même si la majorité des personnes âgées vieillissent en bonne santé, avec l'avancée en âge, le risque de dépendance physique et psychique augmente. Le fort vieillissement à venir de la population européenne laisse donc présager un accroissement important des besoins de prise en charge de la dépendance. Toutefois, avec le renouvellement des générations de personnes âgées, le volume et la nature des besoins d'assistance risquent de changer. Les ainés de demain seront, en effet, différents de ceux d'aujourd'hui sur bien des points (état de santé, situation matrimoniale, modes de vie...) et ces évolutions vont contribuer à donner d'autres contours à la prise en charge de la dépendance que ceux prévus à la seule lumière de l'accroissement futur de la population âgée. Source : Gaymu, Joëlle ; Ekamper, Peter & Beets, Gijs (2007). Qui prendra en charge les Européens âgés dépendants en 2030?, Population (French Edition), Vol. 62, No. 4 (2007), pp Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Le risque de dépendance psychique et physique augmente pour les personnes âgées. B. La qualité et la quantité des besoins d assistance sont amenées à évoluer avec le renouvellement des générations de personnes âgées. C. C est l accroissement de la population âgée qui détermine la prise en charge de la dépendance. D. L accroissement des besoins de la prise en charge de la dépendance entraine un vieillissement de la population. De la pluralité des présidences dans l'union européenne Depuis que la «crise» financière est en route, l Union européenne, après avoir donné le sentiment qu elle pourrait y répondre, semble s y enfoncer À tel point qu au sein de la zone euro, le cœur même de l intégration européenne, des doutes commencent à s élever parmi les responsables politiques et économiques des États qui en sont les membres sur la pertinence de son organisation et sur les réformes qu il conviendrait d y apporter Chacun a le sentiment qu on approche une fois de plus? de la croisée des chemins, c est-à-dire du moment où il faudra effectuer un choix crucial entre laisser-aller qui ne masquerait que de manière cosmétique le dérèglement actuel dû au primat de l intergouvernemental et l indispensable saut qualitatif vers le fédéralisme qui permettrait d éviter le naufrage des économies et, au-delà, des États liés par l euro Source : Constantinesco, Vlad (2011). De la pluralité des présidences dans l'union européenne, L'Europe en Formation, 2011/4 n 362, p Extrait: p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. L Union européenne n a jamais semblé pouvoir répondre à la crise financière. B. Le fédéralisme est une solution à la crise économique de l Union européenne. C. Il conviendrait d apporter des réformes à l organisation de l Union européenne. D. Une approche intergouvernementale constitue une réponse à la crise économique. 9

10 Le Conseil européen d Helsinki En décembre 1999, le Conseil européen d Helsinki a opéré un changement de cap significatif dans le processus d élargissement de l Union européenne (UE) aux pays d Europe centrale et orientale (PECO). Il a invité les pays dits de la deuxième vague à entamer des négociations d adhésion, ouvertes jusqu alors aux seuls pays dits de la première vague. L abandon de la division initiale entre États candidats, c est-à-dire entre la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Slovénie et l Estonie d une part, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Lettonie et la Lituanie d autre part, visait à donner une nouvelle impulsion au processus d élargissement. L UE privilégiait ainsi l approche de la régate, les premiers partis n étant pas forcément les premiers arrivés. Source : Duboz, Marie-Line (2002). Les conséquences agricoles d'un élargissement sélectif de l'union européenne, Économie internationale, 2002/3 no 91, p Extrait: p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. Avant 1999, les négociations d adhésion étaient ouvertes aux pays dits de la deuxième vague. B. La division des pays en deux groupes a permis de donner une nouvelle impulsion au processus d élargissement. C. Le processus d élargissement de l Union européenne a été modifié grâce au Conseil européen d Helsinki. D. En 1999, les pays dits de la deuxième vague ont pu intégrer l Union européenne. L'emploi féminin à l'ombre du chômage Vingt ans de chômage et de rationnement du travail n'ont pas entamé la poursuite du mouvement de féminisation du salariat. La continuité de la vie professionnelle des femmes semble désormais inscrite dans les comportements d'activité à la manière d'une norme sociale dominante. Pour autant, ces mutations majeures n'ont pas cassé les mécanismes de production des inégalités de sexe. A côté des formes anciennes d'inégalité professionnelle -écarts de salaire, différences de carrières, ségrégations horizontales et verticales - de nouvelles modalités de disparités ont vu le jour : la création de noyaux durs de sur-chômage et de sous-emploi féminins solidement installés - et largement tolérés. Maruani Margaret (2006) Travail et emploi des femmes, La découverte «Repères», (3 e éd.), Extrait : p Laquelle de ces affirmations décrit correctement la situation actuelle des femmes sur le marché de l emploi? A. Malgré la féminisation du salariat, il y a trop d inégalités entre hommes et femmes au travail. B. Les changements dans la structure professionnelle ont amélioré la situation des femmes au travail. C. Malgré certaines poches de chômage, les femmes sont plus présentes que les hommes sur le marché de l emploi. D. Les disparités entre hommes et femmes sont de plus en plus nombreuses et complexes. 10

11 La Russie, l'otan, l'union européenne, et la sécurité La prise de conscience des priorités stratégiques et des défis communs a conduit l OTAN, l UE et la Russie, à établir des «partenariats stratégiques» (Russie-UE, UE-OTAN et Russie-OTAN). Les problèmes traités dans le cadre de ces partenariats englobent, entre autres, le terrorisme, le maintien de la paix, la prolifération des armes nucléaires, la défense antimissile de théâtre, le sauvetage en mer, la réforme des forces armées, la défense civile, les situations d urgence et un large éventail de dossiers relevant de la soft security. Ces relations triangulaires semblent offrir un format idéal pour la sécurité européenne : la capacité militaire de l OTAN compléterait en effet les compétences et les savoir-faire de l Union en matière de coopération judiciaire et policière, tandis que le resserrement de leurs liens avec la Russie élargirait leur champ de compétences et d expérience. Source : Monaghan, Andrew & Rossini, Alba (2007). La Russie, l'otan et l'union européenne : triangle de sécurité européenne ou nouvelle «Entente»?, Politique étrangère, 2007/5 Hors série, p Extrait p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. La sécurité européenne pourrait être renforcée par les relations triangulaires. B. La Russie, l Union européenne et l OTAN ont établi un partenariat stratégique. C. La sécurité militaire de l Union européenne dépend de l OTAN. D. Des opérations de maintien de la paix sont menées conjointement par l OTAN et l UE. L'Union européenne dans la lutte contre le changement climatique Le dernier inventaire complet des gaz à effet de serre des pays de l annexe B du protocole de Kyoto ne laisse aucun doute sur la position de leader de l Union européenne dans la lutte contre le changement climatique. Les émissions de GES des quinze pays de l UE qui s étaient engagés à réduire d ici à 2012 leurs émissions de 8 % par rapport à 1990 ont été réduites de 2,2 % entre 1990 et Les vingt-sept pays de l UE ont pour leur part diminué de 7,4 % leurs émissions sur cette période. C est bien mieux que le Japon (+ 5 %), les États-Unis (+ 14 %), le Canada (+ 21 %) ou l Australie (+ 29 %). Les données préliminaires et les nouveaux calculs communiqués par l UE et les États-Unis en avril et mai 2009 accentuent encore l écart : les émissions américaines auraient progressé de 1,4 % entre 2006 et 2007; l UE 15 aurait en revanche enregistré une baisse des émissions de 1,6 % entre 2006 et Source : Le Cacheux, Jacques & Laurent, Éloi (2009). L'Union européenne dans la lutte contre le changement climatique, Regards croisés sur l'économie, 2009/2 n 6, p Extrait : p Laquelle de ces affirmations est correcte? A. L Union Européenne est en retard dans la lutte contre les gaz à effet de serre. B. Les pays européens se sont engagés à diminuer l émission des gaz à effet de serre. C. La baisse des GES a été plus importante pour l UE 15 que pour les Etats-Unis entre 2006 et D. Entre 1990 et 2012, l augmentation des émissions de GES a été plus importante au Canada qu aux Etats-Unis. 11

12 Raisonnement verbal QCM 1 Grille de correction Question Réponse 1 C 2 B 3 C 4 C 5 A 6 B 7 A 8 B 9 A 10 D 11 B 12 C 13 D 14 D 15 B 16 B 17 C 18 D 19 A 20 C 12

Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée?

Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée? Les fondements d une politique énergétique européenne. Quelles perspectives pour la Méditerranée? Prof. B. Mérenne-Schoumaker Association Régionale de l'ihedn Toulon Var Corse, 27-02-10 Malgré la mise

Plus en détail

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements ANALYSE 2008 Les frontières de l UE et ses futurs élargissements Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Les Frontières de

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Une Europe des droits et des valeurs :

Une Europe des droits et des valeurs : Une Europe des droits et des valeurs : Le Traité de Lisbonne La dignité humaine, la liberté, la démocratie, l égalité, l État de droit et les droits de l homme : ces valeurs fondamentales de l'union européenne

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE?

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? C O M P T E - R E N D U UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DÉBAT ORGANISÉE LE 2 DÉCEMBRE 2014 À PARIS, PAR L IRIS ET LA MAISON DE L EUROPE. autour

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives > Les synthèses de FranceAgriMer février 2011 numéro5 ÉLEVAGE / VIANDES CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité Global Chance Petit mémento énergétique de l Union Européenne Fiche 16 Production d électricité 1. Évolution de la production d électricité en UE-27 1.1 Évolution par source de production La production

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/2012/4 Distr. générale 13 septembre 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Vingt et unième

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature (L Agenda Énergie en 10 points du Ministère fédéral de l Économie et de l Énergie [BMWi]) 1. Énergies renouvelables, loi

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle SYNTHESE ANALYTIQUE

Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle SYNTHESE ANALYTIQUE Direction générale de la Communication Unité de suivi de l opinion publique Bruxelles, le 21 août 2013. Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

les Réponses à vos Questions

les Réponses à vos Questions _Allemagne _Belgique _France _Italie _Luxembourg _Pays-Bas _Danemark _Irlande _Royaume-Uni _Grèce _Espagne _Portugal _Autriche _Finlande La Constitution Européenne : les Réponses à vos Questions _Suède

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE)

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) 1 1. Un groupe universitaire grenoblois à l origine d un réseau européen Le Groupe de Recherche et d'etude en Gestion (GREG) est une

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable :

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Commentaires d IIDD sur les nouveaux Principes pour un investissement responsable dans l agriculture et

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Groupe de travail FSESP/ISP

Groupe de travail FSESP/ISP Groupe de travail FSESP/ISP 4-5 mai 2006, Bruxelles Une nouvelle Fédération Notre voix en Europe La Fédération européenne a besoin d une constitution qui reflète nos objectifs et nous donne la structure,

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR Résumé Production, consommation et commerce : faits marquants Prévisions à long terme : le remplacement de l or par les bijoux en or Sur le long terme, l UE devrait

Plus en détail

La mixité énergétique en Europe

La mixité énergétique en Europe La mixité énergétique en Europe Toute l'europe, le Mouvement Européen - France et la Commission Europe du MEDEF organisaient ce jeudi 16 avril un débat «Quel mix énergétique pour l Europe en 2020?»" dans

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Pour une Europe des droits de l Homme

Pour une Europe des droits de l Homme Le manifeste de l AEDH et de ses membres en vue de l élection 2014 du Parlement européen Bruxelles, le 11 Novembre 2013 1. Citoyenneté et démocratie et respect des droits de l Homme Une citoyenneté de

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1131099L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1131099L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation des amendements à l article 1 er et à l article 18 de l accord portant création de la Banque

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4 L OFFRE DE FORMATION carbone 4 Changement climatique, raréfaction des ressources énergétiques la contrainte carbone s intensifie et les acteurs publics et privés doivent s adapter rapidement. Or, la meilleure

Plus en détail

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Atelier du RC&D, 28 avril 2014 Alix Mazounie, coordinatrice des politiques internationales au RAC Un climat en crise GIEC 2013:

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 LES «BOULÈGUE» EN CHIFFRES 10 rendez-vous 450 personnes rencontrées 200 photos 30 verbatims Thématiques abordées 40% 31% 29% Réponse de l'europe

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA)

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Historique 25 juillet 1978 : Naissance du premier bébé éprouvette en Angleterre 24 février 1982 : Naissance du premier bébé éprouvette

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications Clôture le 31 mai 2015 Seconde édition des dialogues de la recherche : «Prévention et gestion des risques climatiques dans les politiques territoriales» 17 ET 18 SEPTEMBRE 2015.

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

Un Pacte pour l Energie. Améliorer la gouvernance européenne et la coordination des politiques énergétiques nationales

Un Pacte pour l Energie. Améliorer la gouvernance européenne et la coordination des politiques énergétiques nationales Un Pacte pour l Energie Améliorer la gouvernance européenne et la coordination des politiques énergétiques nationales Une contribution de la Fondation Concorde à l Union de l énergie Rapporteurs : Elodie

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET Jean-Louis Roy La gouvernance politique de l humanité est une entreprise considérable qui sollicite le concours de millions de personnes quotidiennement.

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE La COP 21 & Haïti LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU EST CE QUE LA COP 21? LES ENJEUX DE LA COP 21 LES OBJECTIFS DE L ACCORD LA CONTRIBUTION D HAÏTI LA COOPERATION DE LA FRANCE HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

Plus en détail

Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel -

Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel - INTRODUCTION DEFIS ET ENJEUX DES ENERGIES FOSSILES AU XXI EME SIECLE Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel - ont été des composantes

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION DÉCLARATION DE LA CES ADRESSÉE AU SOMMET EUROPÉEN DE PRINTEMPS DE MARS 2009 Ière partie : Ce à quoi nous sommes confrontés

Plus en détail

ANNEXE. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

ANNEXE. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Strasbourg, le 27.10.2015 COM(2015) 610 final ANNEX 1 ANNEXE à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ET AU COMITÉ DES

Plus en détail