MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»"

Transcription

1 MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30

2 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une réaction exothermique 20 Fiche 3 Emballement thermique 27 2 / 30

3 Objectif de la séance et travail à effectuer Cette mise en situation pratique a plusieurs objectifs : - Vous permettre de repérer, sur une situation concrète, les éléments du bilan thermique évoqués dans les séquences précédentes, - d abord dans le cas d une opération sans réaction chimique (ce cas vous permettra également de vous familiariser avec les commandes du simulateur), - ensuite dans le cas d une opération avec réaction chimique, - Vous confronter à différents modes de conduite d une réaction exothermique, - Vous confronter à la situation d emballement thermique.. Les différentes opérations sont effectuées grâce à un simulateur dont le fonctionnement est décrit ci-dessous. Les premiers éléments du bilan thermique ainsi que la prise en main du procédé sont abordés dans la fiche 1 (système sans réaction chimique). La fiche 2 aborde la conduite d une réaction exothermique. La fiche 3 aborde la question de l emballement thermique. Utilisation du simulateur Avant de conduire l opération, vous devez choisir la concentration du réactif introduit. Vous avez le choix entre 4 concentrations de réactif : - solvant pur - 5 moles / litre - 10 moles / litre - 21 moles / litre Le choix «solvant pur» vous permettra de vous familiariser avec les commandes du système et d observer les réactions du réacteur (vitesse de réponse, limites de fonctionnement du condenseur, ) Le choix se fait en cliquant une des concentrations du premier écran (cf. figure 1). FIGURE 1 3 / 30

4 Écran du choix de la concentration en réactif Une fois la concentration choisie, l écran de conduite du réacteur s affiche (cf. figure 2) Figure 2 Écran de conduite du réacteur (ici, pour une concentration en réactif de 10 mol/l) Le réacteur Comme l indique la représentation schématique de la figure 3, le réacteur est chauffé ou refroidi par l intermédiaire d un serpentin extérieur. Le liquide qui circule dans le serpentin est de l eau pressurisée dans laquelle il est possible d injecter de la vapeur. La température de l eau qui circule dans le serpentin peut ainsi évoluer entre 15 C et 140 C. Le contrôle de la température dans le serpentin extérieur se fait par une vanne automatique commandée par un curseur. Les indications disponibles sont : - la température d entrée de l eau pressurisée dans le serpentin, - la température de sortie de l eau pressurisée du serpentin, - la température de la masse réactionnelle, - la composition en réactif dans la masse réactionnelle ainsi que le taux de transformation du réactif introduit. 4 / 30

5 Ces dernières informations sont obtenues à la demande, il ne s agit pas d une analyse en ligne mais bien des caractéristiques de la prise d échantillon faite en cliquant sur «Demande analyse» (cf. Figure 3). Cliquez ici pour commander une prise d échantillon et son analyse Température de la masse réactionnelle Curseur de commande du débit vapeur (contrôle de la température d entrée d eau pressurisée dans le serpentin extérieur) Température de sortie dans le serpentin extérieur Température d entrée dans le serpentin extérieur Le réservoir de stockage FIGURE 3 Informations et commande sur le réacteur La concentration en réactif est rappelée sur le réservoir de stockage de réactif. Le réactif est stocké à température ambiante : 20 C. Un curseur identique à celui de la vanne vapeur permet de commander la vanne de réactif (cf. Figure 4). Le niveau de réactif dans le réservoir évolue au fur et à mesure de l introduction (comme le niveau dans le réacteur). 5 / 30

6 Concentration en réactif Curseur de commande du débit d introduction de réactif FIGURE 4 Informations et commande sur le réservoir de réactif Le condenseur Le condenseur sert à éliminer la chaleur que la double enveloppe ne peut pas éliminer. La colonne est vide, les condensats, dont le débit est mesuré, sont recyclés en totalité dans le réacteur par le sommet de la colonne. Les informations disponibles sur le condenseur sont : - la température dans la canalisation de respiration, - le débit de condensats Un piège situé sur le circuit de respiration, entre le condenseur et la canalisation principale de respiration permet de récupérer les condensats entraînés en cas de dépassement de la capacité du condenseur ou d entraînement par les mousses. Le niveau dans ce piège est visualisé (comme le niveau dans le réacteur). Un hublot sur la colonne permet de détecter le passage des mousses en cas de moussage trop important dans le réacteur. Le moussage ne se produit qu en cas de réaction et d ébullition importante, l ébullition du solvant pur n entraîne pas de moussage. La figure 5 présente l ensemble des informations liées au condenseur. La figure 6 présente une situation de moussage. - comparez le hublot en situation normale et en situation de moussage, - remarquez le piège sur le circuit de respiration qui se rempli. 6 / 30

7 Température dans la canalisation de respiration Piège pour les entraînements de condensats Hublot de détection des mousses Débit de condensats FIGURE 5 Informations sur le condenseur FIGURE 6 Situation de moussage 7 / 30

8 Arrêt d urgence Le fait de cliquer sur le bouton «Arrêt d urgence» entraîne immédiatement la fermeture des vannes de vapeur et d introduction de réactif et la vidange du réacteur vers un réservoir à moitié rempli d eau froide (le quench). Un message de demande d arrêt d urgence est affiché (cf. Figure 7). Remarques : Lorsque les conditions de fonctionnement dépassent certaines limites, l arrêt d urgence est déclenché automatiquement par le système de sécurité (cf. Figure 8). Vous remarquerez le niveau de remplissage du piège sur le circuit de respiration. Lorsque l arrêt d urgence est déclenché (manuellement ou automatiquement) il faut revenir à l écran de choix de la concentration en réactif (cf. «Autres commandes») pour redémarrer une nouvelle opération. Message de demande d arrêt d urgence Ouverture de la vanne de vidange vers le réservoir de quench FIGURE 7 Demande d arrêt d urgence 8 / 30

9 Message de déclenchement automatique d arrêt d urgence Ouverture de la vanne de vidange vers le réservoir de quench FIGURE 8 Déclenchement automatique de l arrêt d urgence Autres commandes Trois autres commandes sont disponibles : - «Accélération calculs» - «Stopper les calculs» - «Choisir la concentration La figure 9 présente ces 3 commandes. 9 / 30

10 FIGURE 9 Autres commandes «Accélération calculs» : En position mini, l horloge tourne environ deux fois plus vite que la réalité. En position moyen, l horloge tourne environ 10 fois plus vite que la réalité. En position maxi, l horloge tourne environ 20 fois plus vite que la réalité. Attention, l accélération effective dépend également des performances de l ordinateur utilisé, dans certains cas, la différence entre «moyen» et «maxi» ne sera pas très sensible. «Stopper les calculs» : Cette commande est équivalente à une touche «pause». Un message d alerte «Vous avez demandé l arrêt des calculs» apparaît, il suffit de cliquer sur «Reprendre les calculs pour continuer l opération. «Choisir la concentration» : Cette commande stoppe les calculs et renvoie à la page de choix de la concentration en réactif. 10 / 30

11 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 1) Introduction d un liquide froid dans une cuve chaude sans ébullition Collecte des données Choix de la concentration en réactif : solvant pur 1) Chauffez le pied de cuve à 80 C environ, attendez la stabilisation des températures (les températures d entrée et de sortie du serpentin externe et la température dans la cuve doivent être les mêmes). La vanne vapeur gardera son ouverture tout au long de l opération. Vous pouvez passer l accélération des calculs à «maxi». 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à 50% environ, observez et complétez le tableau de relevés. 3) L opération prend fin lorsque l équilibre thermique est atteint de nouveau. 11 / 30

12 Tableau de relevés Fiche 1.a Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) commentaire 12 / 30

13 Tableau de relevés Fiche 1.a (suite) Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) commentaire 13 / 30

14 14 / 30

15 Analyse des résultats Vous constatez sans doute à l examen du tableau de relevés que la température dans la cuve commence par diminuer, passe par un minimum, puis augmente jusqu à la fin de la coulée. Elle augmente plus rapidement après la fin de la coulée jusqu à l équilibre thermique. En identifiant les paramètres qui évoluent durant l opération, pouvez-vous expliquer l évolution de la température dans la cuve durant chaque phase? Coulée et diminution de température Coulée et augmentation de température Fin de coulée et augmentation plus rapide de la température 15 / 30

16 2) Introduction d un liquide froid dans une cuve chaude à l ébullition Collecte des données Choix de la concentration en réactif : solvant pur 1) Chauffez le pied de cuve jusqu à l ébullition (88 C) et réglez la vanne vapeur de manière à obtenir un débit de condensats d environ 250 l/h. La vanne vapeur gardera son ouverture tout au long de l opération. Vous pouvez passer l accélération des calculs à «maxi». 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à 50% environ, observez et complétez le tableau de relevés. 3) L opération prend fin lorsque le débit de condensats est à nouveau stabilisé. 16 / 30

17 Tableau de relevés Fiche 1.b Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Débit condens. (l/h) commentaire 17 / 30

18 Tableau de relevés Fiche 1.b (suite) Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Débit condens. (l/h) commentaire 18 / 30

19 19 / 30

20 Analyse des résultats Observez l évolution du débit de condensats. A partir de l évolution des paramètres du procédé, pouvez-vous expliquer les différentes phases de l évolution de ce débit? 20 / 30

21 3) Limite de fonctionnement du condenseur Collecte des données Choix de la concentration en réactif : solvant pur 1) Chauffez le pied de cuve jusqu à l ébullition (88 C) et réglez la vanne vapeur de manière à obtenir un débit de condensats d environ 250 l/h. Vous pouvez passer l accélération des calculs à «maxi». 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à fond et remplissez la cuve jusqu à noyer complètement l hélice supérieure. 3) Pousser la chauffe par paliers jusqu à l ouverture totale de la vanne et observez l évolution du procédé : - observez l effet de gonflement du à l ébullition, - observez l évolution de la température du circuit de respiration. Analyse des résultats Vous déterminerez les conditions limites de fonctionnement du condenseur, attendez bien d observer le remplissage du piège installé sur le circuit de respiration. Remarque : Un autre phénomène peut amener l entraînement de liquide dans le circuit de respiration, c est le moussage qui se produit en présence des produits de la réaction et lorsqu il y a ébullition. Si le niveau dans la cuve est élevé et si l ébullition est trop importante, le moussage amène l entraînement de liquide dans le circuit de respiration! 21 / 30

22 Fiche 2 Conduite d une réaction exothermique 1) Réaction à 80 C Vous allez conduire cette fois la réaction chimique (réactif concentré à 5 moles/litre ou 10 moles/litre). La consigne de température est de 80 C. Un tolérance de 2 C est acceptée sur la valeur de la mesure de température de cuve (pour que le lot soit validé, il faut que la température de réaction reste comprise entre 78 C et 82 C). Vous pouvez considérer l opération comme terminée lorsque le taux de transformation dépasse 95% (cf. le bordereau d analyse) Votre objectif est de valider le lot bien sûr, mais également le couler le réactif le plus rapidement possible! Collecte des données Choix de la concentration en réactif : 5 moles/litre ou 10 moles/litre 1) Chauffez le pied de cuve à 80 C environ, attendez la stabilisation des températures. 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à 50% environ, et régler la vanne vapeur de manière à garder la température de cuve entre 78 C et 80 C. 3) Vous augmenterez progressivement l introduction de réactif tout en respectant les consigne sur la température de cuve (vous pouvez jouer sur l accélération des calculs au moment des changements de régime). 4) Vous pouvez dupliquer le tableau de relevés ci-dessous pour garder trace de vos essais infructueux Ne notez la concentration et le taux de transformation que de temps en temps. 22 / 30

23 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 2.a Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 23 / 30

24 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 2.a (suite) Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 24 / 30

25 25 / 30

26 2) Réaction à 88 C (ébullition) La réaction se passe cette fois à l ébullition (88 C) qui doit être maintenue tout au long de l opération. Le débit de condensats doit être maintenu entre 50 et 350 l/h. Vous pouvez considérer l opération comme terminée lorsque le taux de transformation dépasse 95% (cf. le bordereau d analyse) Votre objectif est de valider le lot bien sûr, mais également le couler le réactif le plus rapidement possible! Collecte des données Choix de la concentration en réactif : 5 moles/litre ou 10 moles/litre 1) Chauffez le pied de cuve jusqu à l ébullition (88 C) et réglez la vanne vapeur de manière à obtenir un débit de condensats d environ 200 l/h. 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à 50% environ, et régler la vanne vapeur de manière à garder le débit de condensats entre 50 et 350 l/h. 3) Vous augmenterez progressivement l introduction de réactif tout en respectant les consigne sur le débit de condensats (vous pouvez jouer sur l accélération des calculs au moment des changements de régime). 4) Vous pouvez dupliquer le tableau de relevés ci-dessous pour garder trace de vos essais infructueux Ne notez la concentration et le taux de transformation que de temps en temps. 26 / 30

27 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 2.b Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) Débit condens. (l/h) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 27 / 30

28 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 2.b Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) Débit condens. (l/h) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 28 / 30

29 29 / 30

30 Analyse des résultats Quel mode de conduite vous a sembler le plus facile? Expliquez Recommencez les deux opérations mais en introduisant le réactif le plus concentré (21 moles/litres) et complétez votre première analyse. 30 / 30

31 Fiche 3 Emballement thermique Collecte des données Choix de la concentration en réactif : 21 moles/litre 1) La vanne vapeur reste fermée tout au long de l opération. 2) Ouvrez la vanne d introduction de réactif à fond, vous la fermerez complètement lorsque la température de cuve atteindra 22,5 C assez précisément. 3) Observez l évolution des températures et complétez le tableau de relevés ci-dessous. Ne notez la concentration et le taux de transformation que de temps en temps. 31 / 30

32 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 3 Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 32 / 30

33 Concentration en réactif : Tableau de relevés Fiche 3 (suite) Heure T entrée serp ext ( C) T cuve ( C) T sortie serp ext ( C) Concentration mol/l Taux de trans % commentaire 33 / 30

34 34 / 30

35 Analyse des résultats Commentez l évolution des températures : Comparez les valeurs de concentration atteintes sur cette opération avec celles des tableaux de la fiche 2 : Recommencez l opération en stoppant l introduction à 23 C, conclusion : 35 / 30

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

MODULE DISTILLATION. Physique de la distillation. Séparation industrielle. Guide TP «séparation industrielle»

MODULE DISTILLATION. Physique de la distillation. Séparation industrielle. Guide TP «séparation industrielle» MODULE DISTILLATION Séparation industrielle Guide TP 1 / 11 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Collecte des données 5 Fiche 2 Exploitation

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR 1 I. Objectif. On se propose d étudier la vaporisation de l eau, considérée comme un corps pur. A l aide de deux capteurs de température et de pression,

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

SYSTEME DE REMPLISSAGE D AZOTE LIQUIDE DE PRISMA

SYSTEME DE REMPLISSAGE D AZOTE LIQUIDE DE PRISMA SYSTEME DE REMPLISSAGE D AZOTE LIQUIDE DE PRISMA PRESENTATION GENERALE. Le système doit assurer le remplissage d azote de 25 détecteurs Germanium. Le remplissage doit se faire à une fréquence fixe ( par

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08 PROSSIS PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier ANR-07-Stock-E-08 Lingai LUO LOCIE-CNRS-Université de Savoie Le projet PROSSIS Titre : PROcédé pour le Stockage Solaire Inter Saison Partenaires : -

Plus en détail

QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS

QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS La version Qualification de fichiers Pro de Ditel vous permet de qualifier vos fichiers adresses de professionnels en les complétant automatiquement du capital

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures TP Numéro 1 AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures On considère dans ce sujet un dispositif de remplissage de bacs. Le dispositif concerné est représenté sur la figure ci-dessous,

Plus en détail

UT Installation et paramétrage logiciel de sauvegarde INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE. Groupe PROGMAG

UT Installation et paramétrage logiciel de sauvegarde INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE. Groupe PROGMAG GUIDE UTILISATION POINT DE VENTE INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE SOMMAIRE 1 Créer une tâche de sauvegarde... 4 1.1 Paramètres de la tâche... 4 1.1.1 Nommer la tâche... 4 1.1.2 Emplacement

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Chaudière murale gaz condensation. Condens 7500 WT WBC 25C RD C75H N. Notice d utilisation 6 720 800 954 (2014/03) T30.43453.01

Chaudière murale gaz condensation. Condens 7500 WT WBC 25C RD C75H N. Notice d utilisation 6 720 800 954 (2014/03) T30.43453.01 Chaudière murale gaz condensation Condens 75 WT WBC 25C RD C75H N 6 72 8 954 (214/3) T3.43453.1 Notice d utilisation Madame, Monsieur, Vous avez choisi une chaudière murale gaz Condens 75 WT de type WBC

Plus en détail

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ.

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. Auteur : Rouibet Karim Eddine ingénieur process Structure : SH, Acivité Amont/ DP/Direction exploitation BP50 Hassi Messaoud Email : krouibet@yahoo.com Résumé : Les

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

Centre de sécurité et de formations hyperbares Caisson hyperbare «PROCEDURE DE MISE EN PRESSION DU CAISSON HYPERBARE» PRO 01 - HYP.

Centre de sécurité et de formations hyperbares Caisson hyperbare «PROCEDURE DE MISE EN PRESSION DU CAISSON HYPERBARE» PRO 01 - HYP. Centre de sécurité et de formations hyperbares Caisson hyperbare Date d application : 19.07.2004 Indice de révision : original «PROCEDURE DE MISE EN PRESSION DU CAISSON HYPERBARE» PRO 01 - HYP Sommaire

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Découvrir l'ordinateur (niveau 2)

Découvrir l'ordinateur (niveau 2) I. Module Initiation Découvrir l'ordinateur (niveau 2) Médiathèque de Haguenau - mediatheque.ville-haguenau.fr Espace Cyber-base de la médiathèque de Haguenau 1 Sommaire Sommaire 2 I. Rappel : Comment

Plus en détail

I-Blast 4 Manuel de l utilisateur

I-Blast 4 Manuel de l utilisateur Tutorial du logiciel I-Blast Guide d utilisateur 5 : Surpression Aérienne I-Blast 4 Manuel de l utilisateur LOGICIEL DE CONCEPTION DE TIRS Une technologie DNA-Blast développée par FOR A MILLION DOLLAR

Plus en détail

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw Chaudières fi oul au sol à condensation Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli chaudières fiou L utilisation de la condensation en rénovation et dans le

Plus en détail

8. Réglage du système

8. Réglage du système 8. Réglage du système Réglage du système Comme est conçu pour satisfaire différents environnements, il est important de régler le système correctement. Dans le cas contraire, les performances de l appareil

Plus en détail

L ENTRETIEN DE VOTRE ORDINATEUR

L ENTRETIEN DE VOTRE ORDINATEUR L ENTRETIEN DE VOTRE ORDINATEUR -1- Pourquoi Windows XP est un système d exploitation, chargé d assurer la liaison entre les ressources matérielles qui composent votre ordinateur, les applications ou programmes

Plus en détail

WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits

WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits WinTask x64 Le Planificateur de tâches sous Windows 7 64 bits, Windows 8/8.1 64 bits, Windows 2008 R2 et Windows 2012 64 bits Manuel d initiation du Planificateur 2 INTRODUCTION 5 CHAPITRE I : INSTALLATION

Plus en détail

QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS

QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS QUALIFICATION QUALIFICATION DE FICHIERS PROFESSIONNELS 2 Téléchargement 3 Installation 7 Ecran d accueil 14 Qualification sur Score3 16 Qualification de fichiers sur Pages Jaunes 32 Configuration d internet

Plus en détail

T.P. Colonne de refroidissement

T.P. Colonne de refroidissement T.P. Colonne de refroidissement INTRODUCTION L'objectif de ce TP est d étudier les caractéristiques de fonctionnement d'un système de refroidissement par évaporation. L'influence des débits d'eau et d'air

Plus en détail

AIR CONDITIONNÉ AUTOMATIQUE

AIR CONDITIONNÉ AUTOMATIQUE 1 10 2 3 4 A. TABLEAU DE COMMANDE CONDUCTEUR 1 - Régulation de confort automatique Un appui sur cette commande, confirmé par l affichage du voyant A/C et de AUTO sur l afficheur, permet de gérer automatiquement

Plus en détail

condens SD_IsoCondens_pro.indd 1 14/09/10 18:10:22

condens SD_IsoCondens_pro.indd 1 14/09/10 18:10:22 condens Confort Sanitaire Rendement chauffage CONDENSATION 15% Crédit d impôt IsoDyn 2, une technologie exclusive Iso condensation bénéficie évidemment des toutes dernières innovations technologiques

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB...

SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB... Documentation Extraclub Page 1/11 Sommaire SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB... 2 INTRODUCTION... 2 Bien utiliser la gestion du club... 2 Termes utilisés dans cet espace... 2 Par quoi commencer?... 2 L onglet

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR

MANUEL DE L UTILISATEUR MANUEL DE L UTILISATEUR 1 2 SOMMAIRE (A) Utilisation générale P4 (B) Textes de fonctionnement P5 (C) Mode en cours et explication des icônes P6-7 (D) Ecran d accueil P8-9 (E) Menu «utilisateur» P10-11

Plus en détail

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires Catalogue 2 Les chauffe-eau solaires Itho Daalderop propose deux modèles de chauffe-eau solaires, le Solior et le Préchauffeur. Le Solior est un

Plus en détail

ECRAN DE CONTROLE STOCK

ECRAN DE CONTROLE STOCK SUPPORT 14/03/2008 Page 1/7 -Mise en place d un écran de contrôle de stock (6 claviers de 24 touches max) uniquement sur un TFT A partir de cette version, vous avez la possibilité de visualiser en temps

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE

CONSIGNES DE SECURITE CONSIGNES DE SECURITE BITUME CHAUD RISQUES PRECAUTIONS BRULURES GRAVES au 3ème degré Les bitumes sont stockés et manipulés à des températures élevées ordinairement supérieures à 130 C. PORTER des VETEMENTS

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE Session 2006 Brevet de Technicien Supérieur CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE U42 - Automatismes et logique Durée : 2 heures Coefficient : 2 Aucun document autorisé. Calculatrices interdites.

Plus en détail

Guide du logiciel PEB

Guide du logiciel PEB Guide du logiciel PEB pour les pompes à chaleur General Pour certificateurs PEB et architectes Ce manuel vous guide dans l intégration de notre bibliothèque de produits General dans votre logiciel PEB.

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Description. Consignes de sécurité

Description. Consignes de sécurité 2 3 Description a Couvercle b Réservoir à eau c Verseuse verre ou pot isotherme (selon modèle) d Niveau d eau e Volet pivotant f Porte-filtre g Bouton d ouverture du volet h Sélecteur d arôme Modèles programmables

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Table des Matières. 1. Description du matériel... 4. 2. Données techniques... 4. 3. Présentation du matériel... 5

Table des Matières. 1. Description du matériel... 4. 2. Données techniques... 4. 3. Présentation du matériel... 5 Serrure Biométrique Manuel de Mise en Service Table des Matières 1. Description du matériel... 4 2. Données techniques... 4 3. Présentation du matériel... 5 3.1. La serrure... 5 3.2. Enrôleur... 6 4.

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs.

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs. Présentation Professeur agrégé de mécanique, j enseigne la conception des installations frigorifiques depuis 1989 en B.T.S. Fluides Énergies Environnement option Génie Frigorifique. Lors de sa dernière

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08

Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08 Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08 Table des matières 1 Remarques relatives à la documentation 4 2 Identification CE 4 3 Choix de l emplacement 4 4 Consignes de sécurité 4 5 Liste

Plus en détail

ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE

ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE UN MAXIMUM DE PERFORMANCES DANS UN MINIMUM D ESPACE LES 6 POINTS CLÉS DE L INNOVATION

Plus en détail

Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social

Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social La demande d un écoprêt logement social auprès de la Caisse des

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Mémo vocal

Manuel d'utilisation de Mémo vocal Manuel d'utilisation de Mémo vocal Copyright 2002 Palm, Inc. Tous droits réservés. HotSync, le logo Palm et Palm OS sont des marques déposées de Palm, Inc. Le logo HotSync et Palm sont des marques commerciales

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

DATALOGGERS SEFRAM LOG1601 et LOG1620

DATALOGGERS SEFRAM LOG1601 et LOG1620 DATALOGGERS SEFRAM LOG1601 et LOG1620 Présentation des minis enregistreurs : Les minis enregistreurs SEFRAM LOG1601 et LOG1620 permettent d enregistrer des températures et un taux d humidité relative (LOG1620

Plus en détail

ODYSSÉE 2 CRÉDIT D IMPÔT * 26%

ODYSSÉE 2 CRÉDIT D IMPÔT * 26% ODYSSÉE 2 Chauffe-eau thermodynamique sur air non chauffé Naturellement plus performant Grand confort eau chaude Haut rendement Économies d énergie et respect de l environnement Souplesse d installation

Plus en détail

Clé 3G+ ZTE MF633R. Guide rapide d utilisation

Clé 3G+ ZTE MF633R. Guide rapide d utilisation Clé 3G+ ZTE MF633R Guide rapide d utilisation Introduction La clé 3G+ ZTE MF633R est compatible avec les réseaux mobiles HSUPA/HSDPA/UMTS/EDGE/GPRS/GSM. Elle se connecte au port USB de votre ordinateur

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS. ENREGISTREUR USB (Température, Humidité )

MANUEL D INSTRUCTIONS. ENREGISTREUR USB (Température, Humidité ) MANUEL D INSTRUCTIONS ENREGISTREUR USB (Température, Humidité ) 1 La boîte standard contient : a) USB enregistreur avec capuchon USB transparent. b) CD (driver USB et logiciel d exploitation). c) Pile

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Manuel d utilisation du modèle

Manuel d utilisation du modèle Manuel d utilisation du modèle FLOWMAX-90 Chauffe-eau à condensation 85 000 BTU AVERTISSEMENT Si les consignes suivantes ne sont pas attentivement respectées, un feu ou une explosion peut se produire et

Plus en détail

SYSTEME DE GESTION DES ENERGIES EWTS EMBEDDED WIRELESS TELEMETRY SYSTEM

SYSTEME DE GESTION DES ENERGIES EWTS EMBEDDED WIRELESS TELEMETRY SYSTEM Gestion des ressources Smart - EWTS metering, Smart sensing SYSTEME DE GESTION DES ENERGIES EWTS EMBEDDED WIRELESS TELEMETRY SYSTEM Copyright TECH 2012 Technext - 8, avenue Saint Jean - 06400 CANNES Société

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE LOGEMENT COMMUNAUTAIRE D OTTAWA. Présentation sur la modernisation d installations d eaux ménagères

SOCIÉTÉ DE LOGEMENT COMMUNAUTAIRE D OTTAWA. Présentation sur la modernisation d installations d eaux ménagères SOCIÉTÉ DE LOGEMENT COMMUNAUTAIRE D OTTAWA Présentation sur la modernisation d installations d eaux ménagères Conservation à LCO LCO dépense plus de 23 M$ par année pour les services publics Les appareils

Plus en détail

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB..

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Les ballons d eau chaude électriques à circuit fermé HAJDU sont créés pour fournir de l eau chaude

Plus en détail

Mode d emploi et instructions de programmation. Permanence téléphonique 24 h/24 au 1-318-865-1711 NOV 2001 *8195958*

Mode d emploi et instructions de programmation. Permanence téléphonique 24 h/24 au 1-318-865-1711 NOV 2001 *8195958* Mode d emploi et instructions de programmation Permanence téléphonique 24 h/24 au 1-318-865-1711 NOV 2001 *8195958* Ordinateur Dean Compu-Fry : Mode d emploi et instructions de programmation TABLE DES

Plus en détail

M1500. Moteur pour vanne à siège

M1500. Moteur pour vanne à siège M1500 Moteur pour vanne à siège septembre 2007 Le moteur M1500 est un moteur électromécanique prévu pour commander des vannes à siège deux et trois voies dans : les circuits d eau chaude sanitaire les

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

8-11-14 kw. Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1

8-11-14 kw. Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1 8-11-14 kw Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1 Conformité CE et ROHS Ce produit est conforme aux directives européennes : LVD n 73/23 modifiée 93/68 CEE relative à la basse tension EMC n 89/336 modifiée

Plus en détail

Étude d un thermocouple

Étude d un thermocouple TP N 8 Étude d un thermocouple - page 35 - - T.P. N 8 - On mesurera la f.e.m. du thermocouple à différentes températures connues. Ici encore, les mesures n'ont de sens que si ces températures sont constantes

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

PROTOCOLE TECHNIQUE AIGEP ÉTUDE RÉACTEURS AGITÉS PISTONS. Novembre 2014 Manip n 17

PROTOCOLE TECHNIQUE AIGEP ÉTUDE RÉACTEURS AGITÉS PISTONS. Novembre 2014 Manip n 17 PROTOCOLE TECHNIQUE ÉTUDE RÉACTEURS AGITÉS PISTONS Novembre 2014 Manip n 17 1 SOMMAIRE 1 Photo de l installation 2 Schéma de principe et caractéristiques du pilote 3 Descriptif du pilote 4 Mode opératoire

Plus en détail

Manuel d utilisation du PTS : Protein Tracking System. Version Février 2012. 2012 by AgileBio. www.agilebio.com & www.labcollector.

Manuel d utilisation du PTS : Protein Tracking System. Version Février 2012. 2012 by AgileBio. www.agilebio.com & www.labcollector. Manuel d utilisation du PTS : Protein Tracking System Version Février 2012 2012 by AgileBio. www.agilebio.com & www.labcollector.com Sommaire 1- INTRODUCTION... 3 2- INSTALLATION... 4 3- GENERALITES...

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

Guide d installation UNIVERSALIS 2016

Guide d installation UNIVERSALIS 2016 Guide d installation UNIVERSALIS 2016 (Windows) Nous vous recommandons de lire ce document avant de commencer l installation d UNIVERSALIS 2016 sur Windows. Vous y trouverez la description de la procédure

Plus en détail

DIRECTION A ASSISTANCE ELECTRIQUE

DIRECTION A ASSISTANCE ELECTRIQUE DIRECTION A ASSISTANCE ELECTRIQUE SEQUENCE DE TRAVAUX PRATIQUES N 1 Fonctionnement et performances 1/18 2/18 SOMMAIRE 1. PROBLEME TECHNIQUE:... 5 2. DEROULEMENT DE LA SEANCE... 6 3. MISE EN SITUATION...

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Chaudière sol gaz condensation. Condens 4500 FM FBGC 25C R C120 N DO. Notice d utilisation 6 720 801 011 (2014/03) T30.43823.01

Chaudière sol gaz condensation. Condens 4500 FM FBGC 25C R C120 N DO. Notice d utilisation 6 720 801 011 (2014/03) T30.43823.01 Chaudière sol gaz condensation Condens 4500 FM FBGC 25C R C120 N DO 6 720 801 011 (2014/03) T30.43823.01 Notice d utilisation Madame, Monsieur, Vous avez choisi une chaudière sol gaz Condens 4500 FM de

Plus en détail

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Fiche d application : Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Date Modification Version 01 décembre 2013 Précisions sur les CET grand volume et sur les CET sur air extrait 2.0

Plus en détail

Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4. Page 1

Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4. Page 1 Honeywell AQ6 REGULATION W6060C1000 EN FONCTION DE LA TEMPERATURE EXTERIEURE NOTICE D'UTILISATION FR2R 8218 R4 Page 1 Table des matières Fontionnement de l'appareil 3 Sauvegarde du programme 3 Les programmes

Plus en détail

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE Chauffage et production d eau chaude sanitaire avec préparateur solaire intégré, puissance 6 à 24 kw LA COMBINAISON GAGNANTE DU CHAUFFAGE

Plus en détail

NOTICE D' UTILISATION

NOTICE D' UTILISATION REGULATION ECOCONTROL 3 NOTICE D' UTILISATION - 1 circuit de chauffage avec vanne mélangeuse - 1 brûleur avec 1 allure - production d'eau chaude sanitaire Façade avant Réf. : CI - 666 - C - 4 01/03 1 Réf.

Plus en détail

CONTROLEUR TYPE SM SS E POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE MANUEL D INSTRUCTION

CONTROLEUR TYPE SM SS E POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE MANUEL D INSTRUCTION CONTROLEUR TYPE SM SS E POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE MANUEL D INSTRUCTION INTRODUCTION Nous vous remercions d avoir choisie notre contrôleur SM SS E spécialement conçu pour les chauffe eau solaires. Nous espérons

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

AIDE à l utilisation du cédérom «L athlétisme à l école» Niveau Primaire SOMMAIRE

AIDE à l utilisation du cédérom «L athlétisme à l école» Niveau Primaire SOMMAIRE AIDE à l utilisation du cédérom «L athlétisme à l école» Niveau Primaire SOMMAIRE Arborescence du cédérom (page 2) Lancement du Cédérom et configuration minimale de votre ordinateur (page 3). Loupe, page

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

COMMENT PARAMÉTRER ET UTILISER LE TRACEUR USB VIGIKEY? NOTICE D UTILISATION DU DISQUE DE PROGRAMME ET DU TRACEUR USB VIGIKEY

COMMENT PARAMÉTRER ET UTILISER LE TRACEUR USB VIGIKEY? NOTICE D UTILISATION DU DISQUE DE PROGRAMME ET DU TRACEUR USB VIGIKEY COMMENT PARAMÉTRER ET UTILISER LE TRACEUR USB VIGIKEY? NOTICE D UTILISATION DU DISQUE DE PROGRAMME ET DU TRACEUR USB VIGIKEY SOMMAIRE DIAPO 3 17 => NOTICE D UTILISATION DU LOGICIEL DE PARAMÉTRAGE DU TRACEUR

Plus en détail

Tutoriel Plateforme Moodle Utiliser l activité Dépôt de devoirs

Tutoriel Plateforme Moodle Utiliser l activité Dépôt de devoirs Tutoriel Plateforme Moodle Utiliser l activité Dépôt de devoirs La plateforme Moodle propose une activité très utile, celle de dépôt de devoirs par les étudiants directement dans un espace partagé dans

Plus en détail

Fontaine à eau. Manuel d utilisation Modèle : X-16 lg-x52 A. Type de distributeur d eau chaude et froide. Compresseur avec réfrigération.

Fontaine à eau. Manuel d utilisation Modèle : X-16 lg-x52 A. Type de distributeur d eau chaude et froide. Compresseur avec réfrigération. Fontaine à eau Manuel d utilisation Modèle : X-16 lg-x52 A Type de distributeur d eau chaude et froide. Compresseur avec réfrigération. Nous vous remercions d avoir acheté notre distributeur d eau. Lisez

Plus en détail

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique I- But de la manipulation : Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique Le but est de procéder à la modélisation et à l identification paramétrique d un procédé considéré

Plus en détail

TP 11: Réaction d estérification - Correction

TP 11: Réaction d estérification - Correction TP 11: Réaction d estérification - Correction Objectifs : Le but de ce TP est de mettre en évidence les principales caractéristiques de l'estérification et de l'hydrolyse (réaction inverse). I ) Principe

Plus en détail

Machines laser ML04-R2 Guide de l utilisateur

Machines laser ML04-R2 Guide de l utilisateur Machines laser ML04-R2 24 Octobre 2001 V2.0 Introduction Les machines laser ML04 sont pilotées par une unité de commande comportant un ordinateur industriel et des interfaces vers la machine laser proprement

Plus en détail

Manuel d utilisation de DTEncryptor

Manuel d utilisation de DTEncryptor Manuel d utilisation de DTEncryptor DTEncryptor est un outil de DataTraveler Locker qui vous permet de créer et accéder à une zone protégée par un un mot de passe utilisateur appelée Zone Privée, sur votre

Plus en détail

Le 1 er opérateur belge illimité! d utilisation. Solution Billi

Le 1 er opérateur belge illimité! d utilisation. Solution Billi Le 1 er opérateur belge illimité! Manuel & d installation d utilisation Solution Billi 1 SOMMAIRE 1. Introduction 2 2. Installation du matériel 3 2.1. Descriptif de votre matériel 3 2.2. Mise en place

Plus en détail

INTERFACE WEB API ENVOI DE SMS EN MASSE NOTICE D UTILISATION MAJ : 22/06/2007

INTERFACE WEB API ENVOI DE SMS EN MASSE NOTICE D UTILISATION MAJ : 22/06/2007 INTERFACE WEB API ENVOI DE SMS EN MASSE NOTICE D UTILISATION MAJ : 22/06/2007 Ce document est destiné aux professionnels, qui ont choisi d utiliser notre API, via l interface WEB mise à leur disposition,

Plus en détail

Chaîne d analyse de la pression partielle de CO 2. MN Colibri - Mars 2006

Chaîne d analyse de la pression partielle de CO 2. MN Colibri - Mars 2006 Chaîne d analyse de la pression partielle de CO 2 MN Colibri - Mars 2006 Denis Diverrès Centre IRD de Bretagne BP 70 29280 Plouzané Tél. (33) 02 98 22 46 55 Fax. (33) 02 98 22 45 14 Denis.Diverres@ird.fr

Plus en détail

AOLbox. Partage d impression Guide d utilisation. Partage d impression Guide d utilisation 1

AOLbox. Partage d impression Guide d utilisation. Partage d impression Guide d utilisation 1 AOLbox Partage d impression Guide d utilisation Partage d impression Guide d utilisation 1 Sommaire 1. L AOLbox et le partage d impression...3 1.1 Le partage d imprimante...3 1.2 Méthode classique sous

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DE LA SALLE DES MARCHES APPEL D OFFRES OUVERT ACCES ENTREPRISES

MANUEL D UTILISATION DE LA SALLE DES MARCHES APPEL D OFFRES OUVERT ACCES ENTREPRISES MANUEL D UTILISATION DE LA SALLE DES MARCHES APPEL D OFFRES OUVERT ACCES ENTREPRISES Vous allez utiliser les services en ligne de la plate forme de dématérialisation de la Salle des Marchés achatpublic.com.

Plus en détail

POMPES à CHALEUR. AIR EAU / SOL-EAU 3 à 540 kw. N ART. PV (CHF) Hors Taxes

POMPES à CHALEUR. AIR EAU / SOL-EAU 3 à 540 kw. N ART. PV (CHF) Hors Taxes AERO SPLIT, pompe à chaleur air/eau split inverter (3.5 à 12kW) avec production d eau chaude sanitaire intégrée, DescriptiF et prix N ART. PV (CHF) Hors Taxes Aéro Split est un système «tout en un» pour

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

INSTALLATION DBSWin 5.0.1 En réseau

INSTALLATION DBSWin 5.0.1 En réseau INSTALLATION DBSWin 5.0.1 En réseau Important : DBSWin 5.0.1 nécessite un lecteur de DVD et minimum 1 Go de RAM 1) PARTAGE DU DISQUE...page 2 2) OUVERTURE DES PORTS DU PARE-FEU WINDOWS...page 3 3) INSTALLATION

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Client SFTP WinSCP. Version française du client 1/22

Client SFTP WinSCP. Version française du client 1/22 Client SFTP WinSCP Version française du client 1/22 Index 1. Introduction...3 1.1. Clause de sauvegarde....3 1.2. But....3 1.3. Où télécharger le client SFTP WinSCP?...3 2. Configuration du client SFTP

Plus en détail