Stéphane Priet. Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design. Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stéphane Priet. Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design. Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB)"

Transcription

1 Stéphane Priet Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB) CNRS UMR Aix-Marseille Université

2 - Les polymérases - Les antiviraux - Trois exemples: Acyclovir Efavirenz Ribavirine 2

3 Les polymérases Enzymes qui synthétisent un polymère d'arn ou d'adn en utilisant des NTPs ou dntps Rôles biologiques dans la cellule: - maintien de l information génétique, génération des copies du génome = réplication - génération d un ARN messager à partir de l ADN = transcription 3

4 Classement de l "Enzyme Commission of the International Union of Biochemistry and Molecular Biology" L' "EC number" (Enzyme Commission number) est une classification des enzymes basée sur la réaction qu'elles catalysent EC 2. Transférases EC 2.7. Transférases d un groupement contenant un phosphore (polymérase et kinase) EC Nucleotidyltransférases (transfert d'un NMP sur un groupement OH) - Matrice indépendante Les polymérases EC Polynucleotide adenylyltransferase (poly(a) polymerase) - utilisant une matrice (synthèse d'un brin complémentaire et antiparallèle à la matrice) matrice produit EC DNA-dependent RNA polymerase (DdRp, ex: RNApol) EC DNA-dependent DNA polymerase (DdDp, ex: DNA polymerase I) EC RNA-dependent RNA polymerase (RdRp, ex: polymérase HCV, Dengue) EC RNA-dependent DNA polymerase (RdDp, ex: RT HIV) 4

5 Les polymérases 5 Poly(A) polymérase - mimivirus (ds DNA) - variole (small pox) virus (dsdna) DNA-dependent RNA polymerase (DdRp) - mimivirus - variole DNA-dependent DNA polymerase (DdDp) - mimivirus - variole - herpesvirus, varicella-zoster virus (dsdna) RNA-dependent RNA polymerase (RdRp) - poliovirus (+ssrna) - dengue virus (+ssrna) - influenza virus (-ssrna) 30nm, 7,5kb RNA-dependent DNA polymerase (RdDp or RT) - HIV (+ssrna) - hépatite B virus (dsdna) 42nm, 3kb 100nm, 13kb variole, vaccinia 250nm, 250kb 50nm, 11kb 80nm, 10kb mimivirus 400 nm, 1200kb herpes 170nm, 125kb

6 DdDp (cellulaires ou virales) RdRp (virales) dsdna +/-ssrna dsrna Les polymérases new dsdna new +/-ssrna Mécanisme spécifique des RdRp virales (pas d équivalents cellulaires!) è cibles privilégiés pour antiviraux 6

7 Transcription - production des ARN messagers DdRp (cellulaires ou virales) mrna dsdna RdRp -ssrna mrna mrna Rétro-transcription production d ADN complémentaire à partir d ARN (RT) Les polymérases +ssrna ou mrna ssrna/dna dsdna Mécanisme spécifique des RdRp et RT virales (pas d équivalents cellulaires!) è cibles privilégiés pour antiviraux 7

8 convention sur la numérotation des atomes de carbone du ribose ou désoxyribose (2 sans OH) d un nucléotide Les polymérases 4' 5' 3' OH OH 1' 2' 8

9 5' G 3' O OH 5' C 3' OH OH Les polymérases γ 4' 5' 3' OH OH Les polymérases connectent toujours le groupement 3 -OH d un nucléotide déjà incorporé au phosphore α d un groupement phosphate lié au carbone 5 du NTP à incorporer. β α 1' 2' 9

10 - dépendant d une amorce : ADN 5 pppa-pg-pc-pt-oh 3 ARN 5 pppa-pg-pc-pu-oh 3 NH NH 2 -Gly-Ala-Trp-Glu-NH-CH-CH HC H 2 C 2 OH Protéique C=O CO Ser-Pro----Asp-COOH Les polymérases - indépendante d une amorce (initiation de novo) : NTP OH OH 10

11 3 5 3 Site actif deux acides aspartiques Les polymérases site actif Amorce et ion catalytique Mg 2+ A sont liés 11

12 3 5 3 NTP à incorporer Site actif deux acides aspartiques Les polymérases site actif Amorce et ion catalytique Mg 2+ A sont liés NTP entre dans le site actif avec le Mg 2+ B 12

13 3 5 3 NTP à incorporer Site actif deux acides aspartiques Les polymérases site actif Amorce et ion catalytique Mg 2+ A sont liés NTP entre dans le site actif avec le Mg 2+ B Attaque nucléophile de l'oxygène 3' sur le phosphate α Formation d'une liaison phosphodiester et libération d'un pyrophosphate inorganique (pp i ) 13

14 3 5 3 NTP à incorporer Site actif deux acides aspartiques Les polymérases 14 site actif Amorce et Mg 2+ A sont liés NTP entre dans le site actif avec le Mg 2+ B Attaque nucléophile de l'oxygène 3' sur le phosphate α Formation d'une liaison phosphodiester et libération d'un pyrophosphate inorganique (pp i ) Le NMP incorporé passe du site catalytique vers le site du "primer" et un nouveau cycle recommence

15 La synthèse d un ARN ou ADN se déroule en plusieurs étapes qui impliquent des changement conformationnels des polymérases. Les polymérases Un antiviral peut bloquer la polymérase dans une de ces conformations et peut inhiber la synthèse. 15

16 Ex: synthèse de novo (RdRp ou DdRp) Initiation matrice site actif ppp PPP 2ème nucléotide à incorporer ppp PPP 1 er nucléotide élément de la polymérase stabilisant le NTP Elongation 3 dinucléotide synthétisé avance mouvement de l élément stabilisateur Les polymérases 5 3 matrice 3 PPP 3 site actif 5 matrice amorce 5 3 distributive dissociation du complexe ternaire possible accumulation de produits courts «abortifs» PPP 3 amorce 5 processive complexe ternaire stable synthèse continue jusqu'à la fin 16

17 Incorporation de NTPs marqués radioactivement lors d'une cinétique : accumulation des produits intermédiaires et finaux visualisée sur gel de polyacrylamide T7 DdRp (DNA virus) HCV RdRp (+RNA) Phase processive Les polymérases Phase distributive 17

18 Ex: T7 RNApol pppggg RNA product Les polymérases 3 dans le site active Changement du sous-domaine N-terminal Création d un tunnel pour le produit l ARN ne peut plus se dissocier de la polymérase 18

19 RNA template Ex: RdRp phage 6 Cystoviridae (dsrna) sous-domaine doigts NTP sous-domaine pouce 3 Les polymérases dsrna exit Asp catalytiques sous-domaine paume motifs catalytiques 19

20 RNA template Ex: RdRp phage 6 Cystoviridae (dsrna) sous-domaine doigts NTP sous-domaine pouce 3 Les polymérases élément stabilisateur du premier NTP plateforme d initiation Asp catalytiques sous-domaine paume motifs catalytiques 20

21 Nter 30 kda not shown RdRp (55 kda) poliovirus (+ssrna) + dsrna product DdRp (98 kda) T7 bacteriophage (dsdna) + dsdna + RNA RNAseH Exonuclease Les polymérases 21 p51not shown RT (heterodimer 66kDa + 51kDa) HIV (+ssrna) DNA/RNA primer/template RNAseH? DdDp (110 kda) herpes simplex virus (dsdna) + dsdna product

22 - Même principe catalytique (deux Asp catalytiques, Mg 2+ - dépendent) - Grands principes d architecture similaires (repliement «main droite», doigts-paume-pouce, tunnels matrice, entrée des (d)ntp, sortie produit) - Motifs catalytiques conservés (sous-domaine paume) Les polymérases mais - Fonctionnellement et structuralement très complexes, plutôt flexible - Beaucoup de différences locales offrent de multiples manières d inhibition spécifiques 22

23 - Activité primordiale pour la réplication des virus - Interviennent plusieurs fois pendant la réplication virale (réplication, transcription du génome) Les polymérases - Multiples réactions (pour la génération d une copie du génome à réactions enzymatiques de transfert d un NTP ou dntp) - Absence d homologues cellulaires (RdRp, RT) - Cibles antivirales vérifiés en clinique (herpes, HIV, HBV) 23

24 Antiviral = médicament qui ralentit/empêche une infection virale principe générale : baisse de la virémie dans un patient infecté è idéalement guérison des patients arrêt de la transmission è ralentit une épidémie Les antiviraux principes d action diminution : - de l infection des cellules cibles par le virus - relargage et de la réplication de génome virale - de l'assemblage du virus et de la sortie des cellules infectées 24

25 exemple: antiviraux en développement contre virus de la dengue Les antiviraux Cycle viral virus de la dengue Flavivirus Flaviviridae (+ssrna) 25

26 1. le développement de vaccins peut être difficile - à cause du réassortiment génétique exemple: virus de la grippe - dans le cas des infections persistantes exemple: HIV - à cause d'existence de plusieurs sérotypes exemples: virus de la dengue 4 sérotypes Les antiviraux 2. vaccination exhaustive est coûteuse ou difficile exemples: virus de la fièvre jaune, virus rougeole (encore morts par an chez les jeunes enfant!) 26

27 3. après l éradication d une maladie virale par vaccination exemple poliovirus but de l OMS - arrêter transmission fin 2012 après arrêt de la vaccination pour éviter infection à cause du vaccin (vaccin orale - virus «vivant» mais atténué) antiviraux devient très important Les antiviraux exemple variole (smallpox) maladie déclarée éradiquée en 1980 vaccin existe (virus atténué, effets latéraux) le virus existe dans des laboratoires surveillées danger bioterrorisme programme développement d antiviraux lancé en

28 1. impact sur la santé publique symptômes assez sévères et/ou épidémies répandues plutôt que locales (marché?) 2. existence d une fenêtre temporelle pour le traitement infection chronique avantage: fenêtre temporelle thérapeutique large inconvénient: de préférence administration par voie orale effets secondaires plus sévères d'un traitement long infection aigüe avec une virémie à longue durée ou avec une diagnostic rapide Les antiviraux avantage: administration par voie intraveineuse possible effets secondaires moins importants traitement court 3. lien entre la charge virale et la sévérité des symptômes dosage différentielle après diagnostique possible 4. modèle animal indispensable 5. essais cliniques doivent être faisables 28

29 Exemple: le développement d un antiviral contre la dengue est envisageable 1. dengue a un impact considérable sur la santé publique syndrome de type grippal sévère fièvre hémorragique Les antiviraux millions d infections annuelles cas de fièvre hémorragique morts

30 Exemple: le développement d un antiviral contre la dengue est envisageable 2. infection aigüe mais un diagnostique rapide est possible (NS1) Incubation Clinical Symptoms IgM Ab diagnostics too late IgG Days D-14 a D-3 D0 D+4/+7 D+15 Les antiviraux Viremia Detection of the virus (cellular culture, 6 days) ARN viral (PCR, expensive) Viral protein NS1 in the blood (2008 commerical kits from Bio-Rad, Panbio) Kumarasamy et al. (2007) J Virol Methods 140:75; Libraty et al. (2002) J Inf Dis 186:1165

31 Exemple: le développement d un antiviral contre la dengue est envisageable 3. il y a une corrélation entre le niveau de NS1 (virémie) et la sévérité des symptômes (fièvre hémorragique) 4. modèle animal depuis études cliniques possible mais difficile 6. developpement d un vaccin compliqué par l existense de 4 sérotype Les antiviraux dès 2005 augmentation du nombre de projets de développement d un antiviral contre la dengue (recherche publique et industrielle)

32 Exemples d antiviraux en clinique ou en développement virus infection molécules protéine ou étape cible aigüe ou chronique Les antiviraux 32 Herpes chronique Acyclovir polymérase (Herpesviridae) Tromantadine entrée (fusion) HIV(Retroviridae) chronique Enfurvitide entrée (GP41 fusion) Efavirenz polymérase Ritonavir protéase Hepatitis B chronique Adefovir polymérase (Hepdnaviridae) Influenza A aigüe Amantadine M2 (Orthomyxoviridae) Onseltamivir neuraminidase (sortie) Arbidol entrée (fusion) HCV chronique Ribavirin polymérase / réplication (Flaviviridae) Telaprevir protéase Boceprevir protéase En développement Variole aiguë ST-246 F13L (maturation) (Poxviridae) Herpes chronique PNU polymérase HIV chronique Vicriviroc CCR5 (co-receptor) Influenza A, B aigüe Peramivir neuraminidase (sortie) Favipiravir (T-705) polymérase HCV chronique Setrobuvir polymérase VX222 polymérase Rhinovirus aigüe WIN uncoating (Picornaviridae) Pleconaril VP1 (receptor-binding) à large spectre

33 exemples d'antiviraux qui ciblent les polymérases : - spécifiques Acyclovir - inhibiteur DNA polymérase herpes virus Adefovir - inhibiteur RT hépatite B Efavirenz - inhibiteur RT HIV Les antiviraux - à large spectre Cidofovir - inhibiteur DNA polymérases viral (cytomegalovirus, herpes) Favipiravir (T-705) - inhibiteur RdRp (virus ARN influenza etc.) Ribavirine - modes d action multiples (virus ARN) 33

34 Nucleoside analog inhibitors (NI) nucléosidiques (ou nucléotidiques) - souvent inhibiteurs à large spectre - activation nécessaire vers la forme tri-phosphate par des kinases - inhibiteurs compétitifs par rapport aux NTPs - souvent incorporés pendant la polymérisation (effet terminateur de chaine ou mutagénique) Les antiviraux Ex: Acyclovir - DNA polymérase Adefovir - RT hépatite B Cidofovir - viral DNA polymérases Favipiravir (T-705) RdRp Ribavirine - modes d action multiples 34

35 Non-nucleotide analogs inhibitors (NNI) non-nucléosidiques - pas d activation dans la cellules nécessaire - pas de ressemblance aux molécules présentes dans la cellule - agissent sur des sites allostériques - provoquent un changement de conformation ou bloquent la polymérase dans une conformation particulière Les antiviraux Efavirenz - inhibiteur RT HIV Setrobuvir inhibiteur RdRp hépatite C (en développement) 35

36 réponse naturelle à la pression sélective d un médicament apparition de virus mutés moins sensibles au médicament plus rapide chez le virus ARN que ADN (DdDp avec correction par l activité exonucléase) plus importante chez les personnes immunodéficientes Fonctionnement de la pression sélective : Les antiviraux pendant la réplication génération de mutations = virus existe en quasiespèces quand la réplication virale est inhibée par un antiviral les mutants résistants ont un avantage et sont donc sélectionnés nécessité de «suivre» le virus et de développer des antiviraux contre les souches résistantes 36

37 Acyclovir (Aciclovir) Zovirax ou Activir acycloguanosine 2-amino-9-((2- hydroxyethoxy)methyl)-1h-purin-6(9h)- one Exemple: Acyclovir analogue nucléosidique (NI) 37

38 Acyclovir Premier médicament antiviral (découvert en 1977, premiers essais cliniques 1982) Herpesviridae (dsdna) HSV-1 - herpès oro-faciaux, HSV-2 - herpès génital Exemple: Acyclovir VZV (varicella-zoster virus) varicelle, zona (éruption cutanée localisée et des douleurs de type brûlures) EBV (virus d'epstein-barr) - mononucléose infectieuse (MNI), infection généralement bénigne, états grippaux Infections aigües, persistantes (latente) 38

39 Inhibiteur DdDp sous forme triphosphate HO compétitif du dgtp Exemple: Acyclovir montre spécificité pour DdDp de Herpesviridae K i = 3 nm DdDp HSV-1, HSV-2 K i = 180 nm DdDp alpha humaine (x60) Inhibition de la synthèse d ADN par incorporation dans la chaine naissante terminaison de la polymérisation (pas de groupement 3 OH) 39 Derse et al. (1981) Journal Biological Chemistry 256:11447

40 Administration sous forme hydroxyle (molécules chargées ne traversent pas la membrane cellulaire) Conversion en monophosphate par la thymidine kinase virale (3000 plus efficace que TK cellulaire) Conversion en di- et triphosphate par les kinases cellulaires thymidine Exemple: Acyclovir après transport du ACV-triphosphate dans le noyau inhibition de HSV DdDp 40

41 Sustiva ou Stocrin (4S)-6-chloro-4-(2-cyclopropylethynyl)-4-(trifluoromethyl)-2,4-dihydro-1H-3,1- benzoxazin-2-one Antiviral contre HIV Exemple: Efavirenz Inhibiteur non-nucléosidique de la réverse transcriptase (NNRTI) Découvert en 1995 par drug design basé sur des NNRTIs connus «seconde génération» inhibe aussi des mutants RT qui sont résistants contre «première génération» NNRTIs 41

42 Efavirenz Mode d'action Inhibition de la synthèse d ADN, non-compétitive versus dntps et matrice Liaison à un site allostérique changement de la conformation des Asp catalytiques baisse d activité RT doigts pouce close-up backview Exemple: Efavirenz Cœur de la RT, RNA/DNA paume efavirenz DNA 3 site actif normal site actif changé 42

43 Problème des NNRTIs développement rapide de résistance Utilisation en bi- ou tri-thérapie = HAART (highly active antiretroviral therapy) exemples: efavirenz + zidovudine (NRTI azido-thymidine (AZT)) + lamivudine (NRTI - 2',3'-didéoxy-3'-thiacytidine (3TC)) Exemple: Efavirenz efavirenz + tenofovir (NRTI adenosine analog) + emtricitabine (NRTI cytidine analog) La recherche de nouveaux inhibiteurs de la RT et de HIV est toujours très active! 43

44 Rebetol, Copegas analogue nucleosidique O Exemple: Ribavirine NH 2 N N N HO O OH OH 1-(β-D-Ribofuranosyl)-1H-1,2,4-triazole-3-carboxamid guanosine phosphorylation en RMP RDP RTP par des kinases cellulaires 44

45 découvert en 1972 à l'issue d'une recherche systématique d'activité antivirale des nucléosides synthétiques non approuvé par FDA (Food-Drug-Administration) à cause des effets secondaires approuvé 1998 contre hépatite C (HCV) (+ssrna (Flaviviridae)) Exemple: Ribavirine 170 millions de personnes infectées Chronicité dans 70-80% des cas Atteintes hépatiques graves Traitement interferon-α + ribavirin efficace dans 40 à 80 % des cas (génotype 2/3>1/4/5) 45

46 RTP est un NI RTP est incorporé par la RdRp en face de C et de U Exemple: Ribavirine effet antiviral par "error-catastrophe" 46

47 génération des mutations C/U, U/C ou A/G, G/A première incorporation synthèse brin -!5'-CCGAUCACGUA-3'!!!!!!3'-GGCUARUGCRU-5'! synthèse brin +!!!!5'-CCGAUUACGCA-3'!!!!!3'-GGCUARUGCRU-5'!! première incorporation synthèse brin + 5'-CCGRUCACRUA-3'!!!!!3'-GGCUAGUGCAU-5'! Exemple: Ribavirine synthèse brin -!!!!5'-CCGRUCACRUA-3'!!!!!3'-GGCCAGUGUAU-5'! synthèse brin + 5'-CCGGUCACAUA-3'!!!!!3'-GGCCAGUGUAU-5'! 47

48 ribavirine provoque une «erreur catastrophe» = mutagenèse létale les polymérases font 1 erreur tous les 10 3 à 10 5 nt les DdDp avec un domaine exonucléase corrigent 1 erreur tous les 10 7 nt les RdRp (et RT) - pas de domaine exonucléases pas de correction en présence de RTP encore plus d'erreurs x pour HCV in vitro Exemple: Ribavirine les virus à ARN existent en "quasi espèces" proche du seuil d'erreur baisse d'infectivité du virus à cause d'un taux excessif de mutations 48

49 1. ribavirine extracellulaire change la balance entre cellules T-helper 1 et T-helper 2 (diminution) et entraine augmentation production INFγ 2. ribavirine intracellulaire induit la "interferon signalling cascade" (ISG) qui déclenchent la réponse du système immunitaire inné 3. RMP inhibe la «inosin-monophosphate-dehydrogenase» (IMPDH) responsable de la formation du GTP intracellulaire effet indirect sur la RdRp virale IMPDH catalyse la conversion d inosine-monophosphate au xanthosine-monophosphate 49

50 ribavirine interféron inhibiteurs spécifiques Incivo Telaprevir (VX-950) inhibiteur protéase approuvé sept en Europe (mai 2011 aux USA Incivek ) Johnson & Johnson Exemple: Ribavirine Victrelis Boceprevir inhibiteur protéase approuvé juillet 2011 en Europe (mai 2011 aux USA) Merck 8 inhibiteurs de polymérase en phase clinique II (juin 2011) 5 NNI et 3 NI VX222 Vertex NNI but = réussite en traitement de tous les génotypes! 50

51 effets secondaires à forte dose (anémie) approuvé en "rescue therapy» pour combattre des infections sévères thérapie intraveineuse et de courte durée exemple RSV Exemple: Ribavirine respiratoire syncytial virus (RSV) -ssrna (Paramyxoviridae) RSV cause la plus fréquente infections respiratoires des jeunes enfants 34 millions de cas / an dans le monde décès = 0.3% utilisation de ribavirine dans le cas de symptômes sévères approuvé en

52 Exemples: Lassa virus (Arenaviridae) Hanta virus -ssrna (Bunyaviridae) Exemple: Ribavirine Lassa hemorrhagic fever (Afrique, cas, 5000 décès = 1.7%) cas sévères la ribavirine baisse le risque de mortalité de 55% à 5% Hantaan hemorrhagic fever with renal syndrome (Asie, décès 2 12%) utilisé depuis

53 Les polymérases virales sont des cibles par excellence pour le développement des antiviraux Beaucoup de polymérases virales n'ont pas de domaine exonucléase taux d'erreurs élevés (1 pour 10 3 à 10 5 nt) beaucoup de mutations et donc adaptations génération de résistances Développement des antiviraux spécifiques mais aussi à large spectre contre des virus émergeantes, sauvages et résistants, est un sujet de la recherche très actif. Nous essayons d être en avance sur les virus! 53

54 Plateforme de Criblage Marseille-Luminy PCML Mission: Découverte et caractérisation d antiviraux et de leurs cibles Moyens: Chimiothèque molécules Chimiothèque Nationale (23 000) Collection médicaments approuvés Prestwick (900) Chimiothéque commercial Chembridge (30 000) Collections des extraits de plantes Robots pour faire de criblages haut débit 2 fluorimetres/luminométres Compteur à scintillation (Salle radioactivité) Salle culture cellulaire Savoir-faire: Essais enzymatique sur des protéines virales polymérases (virus de la dengue, hépatite C, VIH) enzymes impliquées dans la formation de la coiffe hélicases Essais interaction protéines-protéines du complexe réplicatif Essais cytotoxicité sur cellules mammifères Essais réplication virale dans des cellules mammifères intégrée dans AD2P: Antiviral Drug Development Platform Aix-Marseille Université 54

Antiviraux ciblant les polymérases virales

Antiviraux ciblant les polymérases virales Antiviraux ciblant les polymérases virales Barbara Selisko Barbara.Selisko@afmb.univ-mrs.fr Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Head: Bruno Canard Architecture et Fonction

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX UE de l Agent Infectieux à l Hôte Mars 2012 TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr La lutte antivirale Mesures

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole Tous les êtres vivants hébergent h des virus Structure et réplication des virus Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie Bactéries (bactériophages) Champignons Algues Plantes Tabac Virus de la mosaïque

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX La thérapeutique antivirale progresse avec lenteur car elle s'attaque à des micro-organismes ne se multipliant qu'à l'intérieur des cellules vivantes dont ils détournent

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Slim Fourati To cite this version: Slim Fourati. Contribution des

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance

Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance Bienvenue à tous, je m appelle Myron (Mike) Cohen; je suis le directeur du centre des maladies infectieuses à l Université de Caroline du Nord à Chapel

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Vers un leadership mondial de la programmation de l ADN

Vers un leadership mondial de la programmation de l ADN Vers un leadership mondial de la programmation de l ADN Romainville 27 mars 2009 Note de mise en garde Le présent communiqué et les informations qu il contient, ne constituent ni une offre de vente ou

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Lundi 4 et mardi 5 décembre 2006 Monday 4th et tuesday 5th december 2006

Lundi 4 et mardi 5 décembre 2006 Monday 4th et tuesday 5th december 2006 XIXes Entretiens du Centre Jacques Cartier XIXth Jacques Cartier Symposium NOUVELLES PANDEMIES, LES COMPRENDRE, LES COMBATTRE Les virus HIV et le SIDA, et HCV et les hépatites chroniques On HIV and AIDS,

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE

TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE RAPPORT D EVALUATION Avril 2010 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE UNIVERSITÉ DES ANTILLES-GUYANE PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE DES ETUDES DE SANTÉ DR MARYSE ETIENNE-JULAN-OTTO Gènes VI B. LEWIN DeBoeck Université BIBLIOGRAPHIE

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Les médicaments anti-vih

Les médicaments anti-vih Les médicaments anti-vih 2012 Deuxième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Keith Alcorn, Selina Corkery et Greta Hughson Deuxième édition française: 2012 Adaptée de la onzième édition

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

VIH & Interactions Médicamenteuses

VIH & Interactions Médicamenteuses VIH & Interactions Médicamenteuses L ABC en quizz K. De Heller & M.Cavassini MIN-IAL, le 21 avril 2005 Ce que je ne vais pas aborder Les interactions médicamenteuses entre les différents antirétroviraux!!!

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail