L'enfuvirtide, nouveau médicament dans le traitement de l'infection par le VIH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'enfuvirtide, nouveau médicament dans le traitement de l'infection par le VIH"

Transcription

1 Notes sur les technologies de la santé en émergence numéro 50 octobre 2003 L'enfuvirtide, nouveau médicament dans le traitement de l'infection par le VIH Sommaire L'enfuvirtide est le premier médicament d'une nouvelle classe appelée les inhibiteurs de fusion. Son emploi a été autorisé dernièrement au Canada dans le traitement de l'infection par le VIH en présence de signes de réplication du VIH-1 en dépit d'une thérapie antirétrovirale en cours. Les données probantes actuelles sur l'innocuité et l'efficacité du médicament se limitent à une période d'utilisation maximale de 48 semaines dans le cadre des études. Deux essais cliniques de phase III démontrent que l'adjonction d'enfuvirtide en injection sous-cutanée, chez des malades dont la réponse au traitement antirétroviral faiblit, à un régime antirétroviral oral optimisé produit une réduction de la charge virale et une augmentation de la numération des lymphocytes CD4 remarquables. Le coût élevé et l'offre restreinte limite-ront peut-être l'utilisation de ce médicament. La technologie L'enfuvirtide (appelé également pentafuside ou T-20) est le premier médicament d'une nouvelle classe, les inhibiteurs de fusion ou d'entrée, utilisé dans le traitement de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) 1. Ce virus entraîne l'immunodéficience principalement en faisant chuter le nombre de lymphocytes CD4 2. Contrairement aux antirétroviraux qui agissent à l'intérieur de la cellule, l'enfuvirtide se fixe au VIH et empêche sa liaison au lymphocyte CD4, inhibant ainsi l'entrée du virus dans la cellule hôte en entravant la fusion des membranes virale et cellulaire 1,3. Même si la prise en charge de l'infection par le VIH a connu d'importantes percées, l'échec virologique survient encore. Cet échec est attribuable notamment à l'apparition de la résistance à un antirétroviral, laquelle s'étend souvent aux autres antirétroviraux de la même classe médicamenteuse 3. La résistance à l'égard des antirétroviraux connus jusqu'ici ne semble pas s'appliquer (résistance croisée) à l'enfuvirtide, vraisemblablement en raison de son mécanisme d'action distinctif 3,4. Par contre, des mutations du VIH associées à une diminution de la sensibilité du virus à l'enfuvirtide ont été observées 1,3. Stade de la réglementation Le 14 juillet 2003, Santé Canada a autorisé la mise sur le marché d'enfuvirtide (Fuzeon MC, Hoffmann-La Roche Ltd.) 5. Combiné avec d'autres antirétroviraux, l'enfuvirtide est indiqué dans le traitement de l'infection par le VIH-1 chez des malades déjà traités présentant des signes de réplication virale en dépit d'une thérapie antirétrovirale en cours 6. Cependant, le médicament n'est toujours pas disponible au Canada. Son emploi est également approuvé aux États-Unis (mars 2003) et en Europe (mai 2003) dans la même indication 4,7,8. Groupe cible L'infection par le VIH, transmise par contact sanguin, sexuel ou périnatal, est caractérisée par l'incapacité de l'organisme à maintenir sa compétence immunitaire. Les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et les utilisa-

2 teurs de drogues injectables représentent la majorité des quelque Canadiens qui étaient infectés par le VIH en ,10. L'infection par le VIH-1 constitue la cause la plus fréquente du syndrome d'immunodéficience acquis (sida), tandis que l'infection par le VIH- 2, virus moins pathogène, est moins courante 2,11. Le délai médian de transformation de l'infection initiale en sida chez une personne non traitée est d'environ 10 ans 2. Pratique courante La thérapie antirétrovirale exerce un effet marqué sur la progression de la maladie et la survie 2. Le traitement étalon actuel est la thérapie antirétrovirale hautement active (HAART) 2. Ce régime associe plusieurs antirétroviraux en vue d'obtenir la meilleure efficacité pratique. Dans cette optique, les régimes suivants sont préconisés : un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (NNRTI) accompagné de deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTI); un ou deux inhibiteurs de la protéase (IP) associés à deux NRTI; ou trois NRTI 12. Les nouveaux médicaments produisent une activité antirétrovirale même chez des malades déjà traités manifestant une résistance à plusieurs médicaments 12. Toutefois, l'adjonction d'un agent actif à un régime dont l'efficacité faiblit risque de provoquer l'apparition d'une résistance au médicament 12. En outre, il peut être nécessaire de prescrire d'autres médicaments pour traiter ou prévenir des affections reliées au VIH. Cette polythérapie médicamenteuse accroît le risque d'effets indésirables et d'inobservance thérapeutique, facteurs qui favorisent la résistance et l'échec thérapeutique 12. Les objectifs thérapeutiques sont de supprimer durablement la charge virale (CV), de restaurer et de maintenir la fonction immunitaire, d'améliorer la qualité de vie et de réduire la morbidité et la mortalité reliées au VIH 12. La CV, marqueur de l'évolution de la maladie, illustre l'ampleur de la réplication virale. La numération des lymphocytes CD4, autre marqueur de la progression de la maladie, précise l'étendue du déficit immunitaire 2. Ces deux marqueurs sont des indicateurs prévisionnels de la morbidité et de la mortalité liées au VIH 1. Une CV initiale élevée s'accompagne d'un pronostic sombre 12. Lorsque la maladie progresse, il est nécessaire d'optimiser le traitement pour atteindre les objectifs voulus 12. Données probantes Deux essais cliniques de phase III, randomisés, ouverts, contrôlés et en groupes parallèles ont été effectués : les études T-20 versus Optimized Regimen Only 1 et T-20 versus Optimized Regimen Only 2 (TORO 1 et TORO 2) 13,14. Ont été publiés les résultats exhaustifs concernant les 24 premières semaines des essais de 48 semaines (voir le tableau 1). Tableau 1 : Sommaire des résultats après 24 semaines Paramètres TORO 1 TORO 2 Enf + TAO TAO Enf + TAO TAO Nombre de patients Baisse du niveau initial à la 1,70 a 0,76 1,43 a 0,65 semaine 24 [ARN-VIH (log 10 copies/ml)] Hausse du niveau initial à la 76 a b 38 semaine 24 [numération CD4 (cellules/mm 3 )] % patients dont ARN-VIH <50 copies/ml 19,6 a 7,3 12,2 c 5,3 a p<0,001; b p=0,02; c p=0,01; Enf = enfuvirtide

3 Tableau 2 : Sommaire des résultats après 48 semaines (compilation de TORO 1 et 2) Paramètres Enf + TAO) TAO Nombre de patients Baisse du niveau initial à la semaine 48 1,48 a 0,63 [ARN-VIH (log 10 copies/ml)] Hausse du niveau initial à la semaine a 45 [numération CD4 (cellules/mm 3 )] % patients dont ARN-VIH <50 copies/ml 18,3 a 7,8 a p<0,0001 Les deux essais cliniques sont de structure semblable, à l'exception des thérapies antérieures des patients. L'effet de l'enfuvirtide (à raison de 90 mg en injection sous-cutanée deux fois par jour) combiné à la thérapie antirétrovirale optimisée (TAO) est comparé à celui de la TAO, composée de trois à cinq antirétroviraux en fonction des antécédents du patient en matière de thérapeutique. Les patients recrutés dans le cadre de TORO 1 ont déjà été traités pendant au moins six mois, entre autres par un NRTI, un NNRTI et deux IP, ou manifestent une résistance confirmée à ces médicaments, ou les deux 14. Pour ce qui est de TORO 2, les patients devaient être sous traitement dans les trois mois précédant l'admission par un médicament de chacune des classes antirétrovirales, exprimer une résistance confirmée à chacune de ces classes ou les deux 13. Les régimes thérapeutiques ont été établis avant la répartition aléatoire 2:1 13,14. Le principal critère de jugement de l'efficacité est la variation de la concentration d'arn-vih du début de l'étude à la semaine 24. Au nombre des paramètres d'intérêt secondaire figure la fluctuation de la numération des lymphocytes CD4. Il était possible de modifier le régime thérapeutique advenant la survenue d'une toxicité ou en cas d'échec virologique. Les personnes en situation d'échec thérapeutique, huit semaines suivant le début du traitement, étaient incitées à modifier leur TAO; les personnes du groupe témoin pouvaient ajouter l'enfuvirtide à leur régime thérapeutique 13,14. Les résultats préliminaires couvrant la période de 48 semaines des études TORO 1 et 2 ont été rendus publics dernièrement (voir le tableau 2) 15. L'effet de l'enfuvirtide se maintiendrait tout au long de la première année d'utilisation. Rien ne vient justifier l'emploi d'enfuvirtide dans le cadre du traitement initial. Une étude de phase II en cours examine la possibilité de l'utiliser quand HAART est interrompu temporairement 16. Les données publiées sur l'emploi d'enfuvirtide en pédiatrie se limitent à une étude de phase I-II, ouverte et non contrôlée comptant 14 enfants âgés de quatre à douze ans. Vingt-quatre semaines suivant le début de l'étude, le niveau d'arn-vih est inférieur à 50 copies/ml chez trois enfants (21 %). De plus, les chercheurs ont constaté chez 11 enfants une hausse médiane de 146/mm 3 (IC de 95 % : 13 à 655) des lymphocytes CD4 par rapport au niveau initial 17. Effets indésirables L'analyse de l'innocuité englobant les études TORO 1 et 2 révèle que la pneumonie, bactérienne dans la plupart des cas, est plus fréquente dans le groupe sous enfuvirtide que dans le groupe témoin à la 24 e semaine (4,9 contre 0,6 par 100 patient-années) 13,14 et à la 48 e semaine (6,6 contre 0,6 par 100 patient-années) 15. La monographie du médicament renferme désormais une mise en garde au sujet du risque de

4 pneumonie bactérienne 6. Les groupes traités par l'enfuvirtide combinés sont caractérisés par une tendance (p=0,37) à l'état septique dans une plus grande mesure que les groupes témoins 14. Deux cas d'hypersensibilité systémique à l'enfuvirtide, qui s'est manifestée à la reprise du traitement, ont été signalés également 14. Presque tous les participants (98,2 %) ont éprouvé au moins une réaction au site d'injection (RSI), légère ou modérée dans la plupart des cas. Moins de 10 % des participants de chacun des essais ont subi une RSI grave, nécessitant l'emploi d'un analgésique, l'hospitalisation ou l'abandon d'activités courantes 4,13,14. Une infection associée à une RSI s'est produite chez 1 % des participants 4. L'on estime que 2,5 % des participants ont interrompu le traitement pour cause de RSI après 24 semaines 4 (4,4 % après 48 semaines) 15. Des enfants ont également présenté des RSI 17. Administration et coût L'enfuvirtide se présente dans un flacon à usage unique et doit être reconstitué en vue de l'injection sous-cutanée. Les doses recommandées sont de 90 mg deux fois par jour chez l'adulte et de 2 mg/kg deux fois par jour chez l'enfant (de six ans à seize ans) 6. Aux États-Unis, le prix de gros du traitement d'un an s'élève à environ $US 1,7,18. Le prix du produit au Canada n'est pas encore connu. Activités dans le domaine Des représentants de nouvelles classes médicamenteuses sont étudiés actuellement, notamment des analogues de nucléotide, des immunomodulateurs, des vaccins et des médicaments intervenant à l'entrée du virus dans la cellule hôte 19. Dans ce dernier groupe figurent l'inhibiteur de fusion T-1249, des antagonistes des corécepteurs aux chémokines et des inhibiteurs de liaison 20. Taux d'utilisation En raison du procédé de fabrication complexe, la production de la prochaine année ne comblera les besoins que d'environ malades dans le monde, surtout dans les pays industrialisés. En outre, le prix élevé du médicament limitera vraisemblablement son utilisation 7. La réceptivité des malades à la nécessité de s'injecter le médicament a été étudiée dans des essais cliniques de phase II ou de phase III, à l'aide du questionnaire sur l'injection souscutanée. Les résultats indiquent que la nécessité de s'injecter le médicament ne constitue pas un frein à l'usage de l'enfuvirtide 21,22. À noter que l'aiguille de la seringue d'enfuvirtide se rétracte automatiquement après l'injection 6. Bien que cela réduise le risque de blessures, il n'en demeure pas moins nécessaire de disposer de l'aiguille contaminée par le VIH avec les précautions d'usage. Questions d'implantation L'adjonction d'enfuvirtide à un régime antirétroviral en perte d'efficacité maintient la réponse clinique pendant un an. Par contre, seules des études sur l'efficacité et l'innocuité au long cours permettront de déterminer la place de l'enfuvirtide dans le traitement de l'infection par le VIH. À l'heure actuelle, on préconise de limiter son emploi au traitement de malades ayant déjà été exposés à plusieurs médicaments 12. Enfin, une étude de phase III ouverte est en cours pour évaluer les effets indésirables graves 23. Références 1. Coleman CI, Musial BL, Ross J. Enfuvirtide. The first fusion inhibitor for the treatment of patients with HIV-1 infection. Formulary 2003;38(4): Fletcher CV, Kakuda TN, Collier AC. Human immunodeficiency virus infection. In: DiPiro JT, Talbert RL, Yee GC, Matzke GR, Wells BG, Posey LM, editors. Pharmacotherapy: a pathophysiologic approach. 5th ed. New York: McGraw-Hill; p

5 3. Chen RY, Kilby JM, Saag MS. Enfuvirtide. Expert Opin Invest Drugs 2002;11(12): Center for Drug Evaluation and Research, Food and Drug Administration. Fuzeon TM (efuvirtide for injection). Rockville (MD): The Center; 2003 Mar. Available: 5. Fuzeon. In: Notices of Compliance [database online]. Ottawa: Therapeutics Products Directorate, Health Canada; Available: (accessed 2003 Aug 22). 6. Fuzeon TM (enfuvirtide) for injection [product monograph]. Mississauga (ON): Hoffmann-La Roche Ltd.; 2003 Jul Tashima KT, Carpenter CC. Fusion inhibition- -a major but costly step forward in the treatment of HIV-1. N Engl J Med 2003;348(22): The European Agency for the Evaluation of Medicinal Products. Fuzeon: International Nonproprietary Name (INN): enfuvirtide [abstract]. London: The Agency; Available: (accessed 2003 Jun 13). 9. Joint United Nations Program on HIV/AIDS. Epidemiological fact sheets: on HIV/AIDS and sexually transmitted infections: 2002 update UNAIDS; Available: ct_sheets/pdfs/canada_en.pdf. 10. National HIV prevalence and incidence estimates for 1999: no evidence of a decline in overall incidence. HIV/AIDS Epi Update 2003;April:1-5. Available: 11. Katz MH, Hollander H. HIV infection. In: Tierney LM, McPhee SJ, Papadakis MA, editors. Current medical diagnosis & treatment. 41st ed. New York: McGraw-Hill Companies; Panel on Clinical Practices for the Treatment of HIV Infection. Guidelines for the use of antiretroviral agents in HIV-1-infected adults and adolescents. Rockville (MD): AIDSinfo; 2003 Jul 14. Available: pdf (accessed 2003 Aug 8). 13. Lazzarin A, Clotet B, Cooper D, Reynes J, Arastéh K, Nelson M, et al. Efficacy of enfuvirtide in patients infected with drug-resistant HIV-1 in Europe and Australia. N Engl J Med 2003;348(22): Lalezari JP, Henry K, O'Hearn M, Montaner JS, Piliero PJ, Trottier B, et al. Enfuvirtide, an HIV-1 fusion inhibitor, for drug-resistant HIV infection in North and South America. N Engl J Med 2003;348(22): Katlama C, Arastéh K, Clotet B, Cooper D, Henry K, Lalezari J, et al. Enfuvirtide TORO studies: 48 week results confirm 24 week findings [abstract]. 2nd IAS Conference on HIV Pathogenesis and Treatment; 2003 Jul 13-16; Paris. 16. HIV maintenance therapy with T-20 during HAART interruption. In: ClinicalTrials.gov [database online]. Bethesda (MD): National Institutes of Health; Available: 17. Church JA, Cunningham C, Hughes M, Palumbo P, Mofenson LM, Delora P, et al. Safety and antiretroviral activity of chronic subcutaneous administration of T-20 in human immunodeficiency virus 1-infected children. Pediatr Infect Dis J 2002;21(7): Steinbrook R. HIV infection--a new drug and new costs. N Engl J Med 2003;348(22): Alcorn K. New HIV drugs in London: NAM Publications; 2002 Dec 31. Available: (accessed 2003 Jun 4).

6 20. Lalezari JP, Eron JJ, Carlson M, Cohen C, DeJesus E, Arduino RC, et al. A phase II clinical study of the long-term safety and antiviral activity of enfuvirtide-based antiretroviral therapy. AIDS 2003;17(5): Green J, Wintfeld N. Patient acceptance with self-injection of enfuvirtide (T-20) for HIV over 24 weeks of treatment [abstract]. Sixth International Congress on Drug Therapy in HIV Infection; 2002; Glasgow, UK. 22. Cohen CJ, Dusek A, Green J, Johns EL, Nelson E, Recny MA. Long-term treatment with subcutaneous T-20, a fusion inhibitor, in HIV-infected patients: patient satisfaction and impact on activities of daily living. AIDS Patient Care STDS 2002;16(7): Fuzeon (enfuvirtide) early access program for patients with HIV-1 infection. In: ClinicalTrials.gov [database online]. Bethesda (MD): National Institutes of Health; Available: Ce résumé a été préparé par Sukaina Moledina, B.pharm., résidente en pharmacie, ESI Canada / Université de Toronto et Michel Boucher, B.pharm., M.Sc., OCCETS L'OCCETS assume l'entière responsabilité de ce bulletin et nous apprécions les commentaires des examinateurs suivants : Jonathan Angel, B.Sc., M.D. Professeur agrégé de médecine Université d'ottawa Ottawa (Ontario) Laurene Redding, B.Sc., M.B.A. Chef d'équipe, Groupe sur les résultats cliniques Hoffmann-La Roche Ltd. Mississauga (Ontario) Kelly B. Zarnke, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C. Professeure agrégée, Divisions de médecine interne générale et de pharmacologie clinique Départements de médecine et d'épidémiologie et de biostatistique University of Western Ontario London (Ontario) Christine Hughes, B.pharm., Pharm.D. Professeure-clinicienne agrégée Pharmacienne clinicienne, VIH Faculté de pharmacie et des sciences pharmaceutiques Université de l'alberta Régie régionale de la santé de la capitale Edmonton (Alberta) ISSN (en ligne) ISSN (imprimé) Numéro de la convention de poste-publications :

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats de ses examens des prix des nouveaux médicaments brevetés. Ces examens sont

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL NUMÉRO 131 : JUILLET 2002 PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL I - Introduction Au niveau international, l Organisation

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire Le maraviroc (Celsentri ) est un antirétroviral antagoniste des corécepteurs CCR5 sur lequel certains virus HIV-1 se fixent pour pénétrer dans les lymphocytes. Il est commercialisé en France, à la suite

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Notes sur les technologies de la santé

Notes sur les technologies de la santé Notes sur les technologies de la santé numéro 110 décembre 2007 Sommaire Le maraviroc (Celsentri ) contre le virus de l immunodéficience humaine (VIH)-1 multirésistant Contexte Le maraviroc appartient

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Collaborations internationales

Collaborations internationales Collaborations internationales Principes directeurs Hypothèses de recherche nécessitant l inclusion d un nombre de patients tel que ces questions ne peuvent être explorées au sein de chaque cohorte participante

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail

Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation

Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation Paolo Renzi MD Directeur Médical Unité de Phase 1 et 2 CRCHUM Professeur titulaire Université de Montréal Sommaire de la présentation 1) La

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 26 septembre 2000 (JO du 30 septembre 2000) NOVORAPID 100 U/ml, solution

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

AUTORISATION AVEC CONDITIONS DE DAKLINZAMC

AUTORISATION AVEC CONDITIONS DE DAKLINZAMC Santé Canada affiche des avertissements concernant l'innocuité des produits de santé, des avis de santé publique, des communiqués de presse et d'autres avis provenant de l'industrie à titre de service

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization)

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) ANRS 12269-THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) Renforcement de l observance et traitement à base de darunavir et raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de deuxième

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Simplification et observance : une corrélation à démontrer?

Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Dr. Jean-Jacques Parienti CHU Caen Côte de Nacre Conflits d intérêt: BMS, Abbott, Boehringer Ingelheim Niveau de preuve Simplification des traitements

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Les résultats présentés lors d une session de dernière minute dans le cadre de CROI 2017 soutiennent l éventuelle soumission règlementaire à la FDA

Les résultats présentés lors d une session de dernière minute dans le cadre de CROI 2017 soutiennent l éventuelle soumission règlementaire à la FDA Theratechnologies annonce de nouvelles données issues de l étude pivot de phase III pour l ibalizumab, un anticorps monoclonal à action prolongée présentement à l étude dans le traitement du VIH L ibalizumab

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort.

Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort. Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort. Jean- Sébas;en Lebon, M.D., F.R.C.P.C., B Pharm Assistant professeur Département d anesthésiologie Directeur du programme

Plus en détail

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI Santé Canada affiche des alertes d innocuité, des avis de santé publique, des communiqués et d autres avis provenant de l industrie pour informer les professionnels de la santé, les consommateurs et les

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue

Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue F Rapport sur le marché du café Mars 2015 Le marché du café s établi à un niveau inférieur mais la demande reste soutenue En mars 2015, le marché du café a chuté pour le cinquième mois consécutif, pendant

Plus en détail

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café continuent d'enregistrer une chute progressive pendant que les spéculations sur la récolte brésilienne de 2015/16

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015

Communiqué de presse. Bâle, Juillet 31, 2015 Communiqué de presse Bâle, Juillet 31, 2015 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a été homologué en Europe pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein agressif de stade

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention

EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Edurant Dénomination commune : Rilpivirine Fabricant : Janss. Inc Forme : Comprimé Teneur : 25 mg Ajout

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

Canada et Brésil : une étude de la citoyenneté et de la bonne gouvernance mondiale

Canada et Brésil : une étude de la citoyenneté et de la bonne gouvernance mondiale Canada et Brésil : une étude de la citoyenneté et de la bonne gouvernance mondiale W. Flanagan Faculté de droit Queen s University Chercheur principal G. Whiteman Rotterdam School of Management Erasmus

Plus en détail

Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil

Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil E Castro 1-2, M Cavassini 2, A Pelet 1, A-L Marchal 1, M Monnat 1 et l Equipe Soignante du Centre Saint

Plus en détail

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat?

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Garanties collectives Nouveaux coûts Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Le marché des médicaments de spécialité, en rapide

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

9. Les registres d essais cliniques

9. Les registres d essais cliniques 9. Les registres d essais cliniques Les registres d essais thérapeutiques sont des bases de données qui enregistrent les essais thérapeutiques planifiés, en cours de réalisation ou terminés, possédant

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD Communiqué Pour publication immédiate TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD TORONTO (Ontario) Les motifs

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail