Analyse de la dynamique de l infection VIH Sensibilité aux traitements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de la dynamique de l infection VIH Sensibilité aux traitements"

Transcription

1 71 Prépublication n 16 Fascicule n 2 Analyse de la dynamique de l infection VIH Sensibilité aux traitements Marie-José Mhawej IRCCyN Institut de recherche en communication et cybernétique de Nantes, UMR-CNRS , rue de la Noë BP Nantes Cedex 03, France Résumé : Le virus VIH/SIDA affecte le système immunitaire en infectant les cellules saines CD4+, qui se muent en de véritables usines productrices de nouvelles particules virales. Les multithérapies qui existent se composent essentiellement des inhibiteurs de protéase (PI) qui perturbent la maturation des nouveaux virions, et des inhibiteurs de transcriptase inverse (RTI) qui contrarient la production de nouveaux virions en bloquant la transcription inverse de l ARN viral en ADN viral. Dans ce papier, nous nous intéressons à l effet de ces deux voies d action thérapeutique sur les paramètres du modèle mathématique de l infection. Nous abordons aussi le problème de la sensibilité aux traitements par étude de la commandabilité du modèle. Ce travail a été globalement mis en œuvre sur des modèles identifiés à partir de données cliniques réelles fournies par le CHU de Nantes. Mots-clés : automatique, modélisation, identification, commandabilité, efficacité des traitements, sensibilté aux traitements. 1 Introduction La lutte contre le VIH/SIDA suit plusieurs axes de recherche. En particulier, la modélisation et l analyse mathématique de la dynamique de l infection permettent de mieux comprendre ses mécanismes en vue d une aide au diagnostic. Les modèles mathématiques qui existent de nos jours décrivent les dynamiques des cellules CD4+ saines (principales cibles du virus), des cellules CD4+ infectées, de la charge virale et parfois des cellules CD8+. Les premiers travaux en ce sens datent des années 90 [1, 2, 3, 4]. Ils ont permis par exemple d estimer les durées de vie in vivo du virus et des cellules infectées [2, 1]. Des travaux plus récents mettent l accent sur l identification des paramètres des modèles mathématiques [5, 6, 7] ou encore sur l application des théories de la commande pour l optimisation des traitements antirétroviraux [8, 9]. Marie-José Mhawej «Analyse de la dynamique de l infection VIH Sensibilité aux traitements»

2 72 Dans ce papier, nous nous intéressons particulièrement à l efficacité des traitements que l on aborde sous deux axes : 1. D abord, l étude de l impact des traitements sur les paramètres du modèle ; 2. Ensuite, l analyse de la sensibilité aux traitements par étude de la commandabilité du modèle. L ensemble des résultats est mis en œuvre sur des données cliniques réelles reçues du CHU de Nantes. Les multi-thérapies qui existent se composent essentiellement des Inhibiteurs de la Protéase (PI) qui perturbent la maturations des nouveaux virions et des Inhibiteurs de la Transcriptase Inverse (RTI) qui empêchent la production de nouveaux virions en bloquant la transcription inverse de l ARN viral en ADN. D un point de vue d automaticien, les traitements sont les entrées du système à contrôler. Dans un problème de commande, il est d abord nécessaire d identifier le lieu d application des entrées, ce qui correspond au premier point ci-dessus. Une fois que les paramètres affectés par la commande sont identifiés, il est important de vérifier la commandabilité du système, ce que nous traitons en second lieu. L organisation de ce papier est comme suit : en section 2, nous présentons deux modèles de la dynamique de l infection. Dans la partie 2.3 nous discutons l identifiabilité de ces deux modèles ainsi que la méthode d identification utilisée pour le calcul des paramètres. Dans la section 3, nous analysons l effet des traitements sur les paramètres du modèle alors qu en section 4 nous abordons le problème de la sensibilité aux traitements par étude de la commandabilité du modèle mathématique linéarisé. Les résultats de cette section ont été validés sur des données réelles. Enfin, la section 5 conclut ce travail et ouvre de nouvelles perspectives dans l application de l automatique dans le domaine de la santé. 2 Modélisation et identification Nous présentons dans cette section deux modèles décrivant la dynamique de l infection par le VIH. Le premier modèle est le modèle de base à 3 dimensions. Ce modèle est simple à manipuler et donne des résultats assez satisfaisants du point de vue rapport complexité / exactitude. Cependant, ce modèle ne peut être commandé que par une seule entrée représentant l effet des RTI. On ne peut pas donc y voir un effet découplé des deux voies d action thérapeutique. C est donc pourquoi nous introduisons un modèle à 4 dimensions, très proche du premier, mais sur lequel on peut nettement séparer l effet des RTI et des PI. 2.1 Le modèle 3D Reprenons le modèle 3D de base. Ce modèle fait intervenir trois grandeurs caractéristiques : la population de cellules CD4+ saines (T ) en (CD4/mm 3 ), la population de cellules CD4+ infectées (T ) en (CD4/mm 3 ) et la charge virale (V ) en (copiesd ARN/ml). T = s δt βt V, T = βt V µt, V = kt cv. (1) Ce modèle suppose que les CD4+ sains sont produits à un taux constant s et meurent à un taux δ. Ils sont infectés à la «vitesse» βt V proportionnelle à leur nombre et à la charge virale (V ). Les CD4+ infectés meurent à un taux µ et les virus à un taux c. Les virions sont produits par les CD4+ infectés à un taux kt.

3 73 Le paramètre β est un indicateur de l efficacité du processus d infection. Il inclut la probabilité de rencontre d une cellule CD4+ saine et d un virus ainsi que le taux de pénétration du virus dans celle-ci. Le paramètre k est in indicateur de la production de virus. Ces deux paramètres reflètent le pouvoir «offensif» du virus [10]. Ces deux paramètres sont donc les «cibles» potentielles des traitements. Dans la suite, nous utiliserons le modèle 3D à une seule entrée u 1 = 1 η RT I où η RT I est l efficacité combinée des RTI administrés (0 η RT I 1). Ce modèle suppose donc un traitement aux RTI seuls. T = s δt u 1 βt V, T = u 1 βt V µt, V = kt cv. (2) 2.2 Le modèle 4D Afin de mieux illustrer l effet des traitements,nous pouvons décrire la dynamique de l infection par un modèle à 4 dimensions. En effet, ce modèle est très similaire au modèle 3D mais il permet de distinguer les virus infectieux (V 1 ) des virus non-infectieux (V 2 ) produits sous l effet des PI. T = s δt u 1 βt V 1 T = u 1 βt V 1 µt V 1 = u 2 kt c 1 V 1 V 2 = (1 u 2 )kt c 2 V 2 L effet des RTI est de ralentir le processus d infection et, selon une majorité d études, ils agissent sur le paramètre β [11, 12, 9]. La première entrée de commande est donc u 1 = 1 η RT I où η RT I est l efficacité de l ensemble des RTI administrés (0 η RT I 1). Par ailleurs, les PI empêchent les cellules CD4 infectées de produire des particules virales infectieuses en bloquant la maturation des protéines virales. Leur action se reflète donc essentiellement sur le paramètre k [2, 11, 12]. La deuxième entrée de commande est donc u 2 = 1 η P I où η P I est l efficacité de l ensemble des PI administrés (0 η P I 1). 2.3 Identifiabilité et identification des modèles 3D et 4D L identifiabilité des systèmes dynamiques est une propriété fondamentale puisqu elle permet, avant toute estimation, de savoir si le problème d identification peut être résolu. Dans le cas contraire, les tests d identifiabilité donnent les conditions nécessaires à la mise en œuvre de la procédure d identification. Selon la théorie de l identifiabilité présentée dans [13], nous avons montré que les modèles 2 et 3 sont algébriquement identifiables c est à dire qu on peut calculer les paramètres de ces modèles à partir de la seule connaissance des sorties mesurées, à savoir, la population totale de CD4 (y 1 = T + T ) et la charge virale (y 2 = V pour le modèle 3D et y 2 = V 1 + V 2 pour le modèle 4D). Pour des raisons d espace, nous ne reprenons pas les calculs d identifiabilité dans ce papier. L identification des paramètres des modèles 3D et 4D à partir des données cliniques standard a été introduite dans [14]. Cette approche se basait sur l optimisation par la méthode du simplex visant à minimiser la distance entre les données réelles et le modèle. Mais, à cause de la complexité du problème liée notamment au très faible nombre de données disponibles, l algorithme présenté dans [14] était sensible à son initialisation. Il était donc nécessaire de calibrer manuellement l algorithme afin de réduire les erreurs. Pour surmonter ce problème, une nouvelle méthode d identification basée sur l approche Monte-Carlo (3)

4 74 a été proposée dans [6]. Celle-ci prend naissance de la méthode proposée en [14] mais consiste à initialiser aléatoirement l algorithme dans l espace admissible des paramètres et ceci à différentes reprises (des centaines de fois). La robustesse de cette technique vis-à-vis des bruits de mesure a été présentée dans [15] et [7]. Cet algorithme d identification a été implémenté dans un logiciel disponible sur le web 1. Les identifications présentées dans ce papier ont été faites directement avec ce logiciel. 3 Étude de l effet des thérapies sur les paramètres du modèle Le but de cette partie est d utiliser le modèle 3 pour prédire l efficacité des diverses familles de médicaments à partir de l identification des paramètres. Nous rappelons que les dosages de RTI et PI sont les entrées de commande du système et nous posons (1 η RT I )β = β et η P I k = k. Ainsi les paramètres β et k seraient des images des efficacités respectives des RTI et des PI. Ce travail trouve sa motivation dans la large gamme de médicaments disponibles. Ces médicaments sont adaptés aux diverses souches de virus. Dans les pays développés, la composition d une multi-thérapie se base sur l analyse génotypique du virus mais cette analyse est trop chère pour être accessible à grande échelle dans les pays en développement. C est donc pourquoi, nous estimons qu une analyse mathématique peut aider dans l évaluation et l adaptation d une thérapie tout en évitant les grands frais des analyses génotypiques. D une manière succincte et très schématique, nous pouvons résumer comme suit l action des deux voies thérapeutiques telles qu elles sont présentées en littérature : Les RTI agissent sur β [11, 12, 9] ; Les PI agissent sur k [2, 11, 12]. C est cette modélisation qui est considérée dans le modèle 4D. Ce modèle suppose un découplage total des effets des RTI et des PI. Jusqu à nouvel ordre, aucun résultat illustrant cette modélisation théorique n est disponible. Notre but est donc d essayer de valider ou réfuter ces hypothèses en se basant sur l identification des paramètres du modèle 4D (notament les paramètres β et k) à partir de données réelles. Pour ce faire, un protocole particulier doit être mis en place. Pour un même patient, nous avons besoin de trois séries de données successives : 1. Une série de données avant le début du traitement ; 2. Une série de données sous RTI seuls ; 3. Une série de données sous RTI et PI ensemble. À noter que le traitement par PI seuls n est pas acceptable cliniquement. Chaque série de données doit inclure au moins 6 mesures du taux total de CD4 et 6 mesures de la charge virale pour garantir l identifiabilité du modèle 4D ; ces mesures doivent être fréquentes en phase transitoire du régime. La réalisation d un tel protocole n est pas facile, mais de premiers résultats se basant sur des données hors-protocole que nous avons pu avoir du CHU de Nantes montrent que les effets des RTI et PI ne sont pas tout à fait découplés et que l efficacité d une bi-thérapie est plus visible sur le paramètre k. Des travaux plus concrets restent à mettre en œuvre dans cette optique qui reste une perspective de recherche ouverte. 1. IRCCyN Web software for the computation HIV infection parameters, Available at http ://www.irccyn. ec-nantes.fr/hiv.

5 75 4 Commandabilité et sensibilité aux traitements 4.1 Préliminaires Décomposition par valeurs singulières La décomposition par valeurs singulières (SVD pour Singular Value Decomposition) d une matrice A de dimension m n est la factorisation A = UΣV T où U et V sont des matrices orthogonales et Σ = diag(σ 1, σ 2,...σ r) avec r = min(m, n) et σ 1 > σ 2 >... > σ r. Les valeurs σ i sont les valeurs singulières (valeurs propres) de la matrice A. La matrice A est singulière si au moins une des valeurs propres de σ est nulle ; le nombre de valeurs propres non nulles correspond au rang de cette matrice. Lorsqu une valeur propre de A tend vers zéro,on s attend alors à une chute de rang de A Linéarisation autour d un point de fonctionnement Soit le système non linéaire { ẋ = f(x, u), ẏ = h(x). (4) Le système linéaire approché s écrit alors : { ẋ = f f.x + x u.u, (5) ẏ = h x.x. Ce système est de la forme { ẋ = Ax + Bu, ẏ = Cx. (6) La matrice de commandabilité du système 6 est C= (B, AB, A 2 B,..., A n 1 B) où n est la dimension de l espace des états. 4.2 Application aux modèles du VIH Les modèles 2 et 3 sont non linéaires. On peut donc les linéariser autour d un point de fonctionnement donné (x 0, u 0 = 1). Après linéarisation, on obtient respectivement les matrices A RT I et B RT I pour le modèle 2 et les matrices A CO et B CO pour le modèle 3. On calcule alors les matrices de commandabilité des ces deux modèles C RT I et C CO. En appliquant la décomposition par valeurs singulières aux matrices C RT I et C CO on peut avoir une «estimée» de la commandabilité du système. En effet, en examinant l évolution de la plus petite valeur singulière (en valeur absolue) de ces deux matrices, on peut dire que le système devient moins contrôlable lorsque cette valeur s approche de zéro. Dans la suite, nous désignerons par VSM cette valeur singulière minimale. 4.3 Résultats Les simulations effectuées sur les modèles identifiés à partir de données réelles ont permis de valider les résultats de [11] en ce qui concerne la commandabilité de la dynamique du virus. En effet, pour tous les essais effectués, le profil de commandabilité présente une excellente corrélation avec la charge virale en phase asymptomatique. On peut dire aussi que le patient est le plus sensible aux traitements (système maximalement commandable) juste avant que la charge virale n atteigne son maximum. Le pic de VSM a toujours lieu quelques jours avant le pic de la charge virale en primo infection. De plus, il a été conclu à partir de

6 76 Patient 06KEIN Patient s(mm 3 j 1 ) δ(j 1 ) β(mm 3 j 1 ) 3.49E E 08 µ(j 1 ) k(mm 3 ml 1j 1 ) c(j 1 ) T (0)(CD4/mm 3 ) T (0)(CD4/mm 3 ) V (0)(copies/ml) Tab. 1: Paramètres des patients 06KEIN et estimés sur une période de l infection. Pour le modèle 4D, on a c 1 = c 2 = c, V 1(0) = V (0) et V 2(0) = 0. l étude purement mathématique des matrices de commandabilité que tous les états de la maladie sont commandables sauf ceux pour lesquels T ou V sont nuls pour la plupart des jeux de paramètres. Ce résultat a été notamment validé par les courbes obtenues pour des patients naïfs c est-à-dire qui n ont jamais eu de traitement préalable. Ces patients se caractérisent par une charge virale qui décroît rapidement vers le niveau d indétectabilité et par un paramètre k très faible. Chez ces patients, on remarque que la VSM s annule quand la charge virale s annule, ce qui explique bien la perte de commandabilité dans ce cas. Par ailleurs, on remarque sur la figure 3 que la courbe VSM du modèle 4D est au-dessus de la courbe VSM du modèle 3D ce qui montre bien que la bithérapie est plus efficace que les monothérapies en ce qui concerne la commande de la charge virale. Par ailleurs, une telle étude du profil de commandabilité permet de prédire les moments où un certain patient serait le plus favorable à la thérapie, c est-à-dire les moments où la thérapie aura l impact le plus bénéfique. En effet, il suffit de quelques points (6 à 10) pris sur quelques mois pour obtenir le jeu de paramètres qui caractérise un quelconque patient. À partir du modèle obtenu, les simulations sur des périodes plus longues pourraient indiquer des moments propices de thérapie ou au contraire d interruption éventuelle de traitement. Patient 06KEIN : La table 1 montre les paramètres relatifs au patient 06KEIN. Ce patient est naïf à tout traitement préalable. Pour ce patient le coefficient de corrélation entre la charge virale et la VSM est de pour les deux modèles. Patient : De même, la table 1 montre les paramètres relatifs au patient Ce patient est «complexe» dans ce sens qu il n est pas naïf au traitement, par contre, il a reçu des traitements trop variés. Pour ce patient le coefficient de corrélation entre la charge virale et la VSM est de pour le modèle 3D et de pour le modèle 4D. Évolution conjointe de de la VSM et de la charge virale pour le patient 06KEIN 2 x 10 3 Evolution conjointe de la charge virale et de la VSM x x 10 3 Evolution conjointe de la charge virale et de la VSM x valeur singuliere minimale 1 5 charge virale en copies/ml valeur singuliere minimale 1 5 charge virale en copies/ml Modèle 3D (RTI seuls) Modèle 4D (RTI+PI) Fig. 1: Analyse de la commandabilité pour le patient 06KEIN.

7 77 Évolution conjointe de de la VSM et de la charge virale pour le patient Evolution conjointe de la charge virale et de la VSM x Evolution conjointe de la charge virale et de la VSM x valeur singuliere minimale charge virale en copies/ml valeur singuliere minimale charge virale en copies/ml Modèle 3D (RTI seuls) Modèle 4D (RTI+PI) Fig. 2: Analyse de la commandabilité pour le patient VSM 3D VSM 4D valeur singulière minimale Fig. 3: Représentation de la VSM des modèles 3D et 4D pour le patient Pour le modèle 4D (action combinée de RTI et PI) la courbe de commandabilité est au-dessus de celle du modèle 3D (RTI seuls). 5 Conclusion Le travail présenté nous permet de mieux comprendre la dynamique de l infection par le VIH. Dans ce papier, nous avons mis le point sur l étude de l effet des traitements sur les paramètres du modèle mathématique. Nous avons conclu que les paramètres les plus affectés par les thérapies sont bien les paramètres k et β, cependant nous n avons pas pu trancher sur les effets découplés des RTI et PI et ceci à cause du manque de données adéquates pour ce genre d étude. Cependant, ce travail reste un début de modélisation des «actionneurs» du système. À noter que la pharmacocinétique et la pharmacodynamique des antirétroviraux ne sont pas à négliger en vue d une modélisation complète de l action effective des médicaments sur la dynamique de l infection. D autre part, nous avons pu montrer que l étude de la commandabilité du modèle mathématique permet d évaluer la sensibilité du patient aux traitements au cours du temps. Nous avons aussi validé sur des données clinique réelles les résultats de la littérature concernant la corrélation qui existe entre l évolution de la charge virale et cette sensibilité. On peut alors dire qu un patient serait le plus «favorable» au traitement quelques jours avant le pic de la charge virale, c est à dire en début de primo-infection. Enfin, ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives dans le domaine. Il s agit par exemple de l utilisation des modèles identifiés à partir de données réelles dans l établissement de

8 78 lois de commande optimales personnalisées [16, 11, 17, 12, 9, 18, 10, 8, 19] ou encore de l utilisation de l analyse mathématique dans l aide au diagnostic (diagnostic précoce des échecs thérapeutiques). Références [1] A.S. Perelson et al. Decay characteristics of HIV-1 infected compartment during combination therapy. Nature, 387 : , [2] A.S. Perelson and P.W. Nelson. Mathematical analysis of HIV-1 dynamics in vivo. SIAM Review, 41(1) :3 44, [3] David D. Ho et al. Rapid turnover of plasma virion and CD4 lymphocytes in HIV-1 infection. Nature, 373 : , [4] Xiping Wei et al. Viral dynamics in human immunodeficiency virus type 1 infection. Nature, 373 : , [5] R.A. Filter, X. Xia, and I.K. Gray. Dynamic HIV/AIDS parameter estimation with application to a vaccine readiness study in southern Africa. IEEE Transactions on Biomedical Engineering, 52(5) : , [6] D.A. Ouattara. Mathematical analysis of the HIV-1 infection : Parameter estimation, therapies effectiveness, and therapeutical failures. In 27th Annual International Conference of the IEEE Engineering in Medecine and Biology Society, Shanghai, China, [7] D.A. Ouattara. Modélisation de l infection par le VIH, identification et aide au diagnostic. PhD thesis, Ecole Centrale de Nantes & Université de Nantes, Nantes, France, [8] R. Zurakowski and R.A. Teel. A model predictive control based scheduling method for HIV therapy. Journal of Theoretical Biology, pages , [9] H. Shim, S.-J. Han, C.C. Chung, S.W. Nam, and J.H. Seo. Optimal scheduling of drug treatment for HIV infection : Continuous dose control and receding horizon control. International Journal of Control, Automation, and Systems, 1(3), [10] A.M. Jeffrey. A control theoretic approach to HIV/AIDS drug dosage desing and timing the initiation of therapy. PhD thesis, University of Preotria, South Africa, [11] M.A. Jeffrey, X. Xia, and I.K. Graig. When to initiate HIV therapy : A control theoretic approach. IEEE Transactions on Biomedical Engineering, 50(11) : , [12] I. Craig and X. Xia. Can HIV/AIDS be controlled? IEEE Control sytems Magazine, pages 80 83, [13] X. Xia and C. H. Moog. Identifiability of nonlinear suystems with application to hiv/aids models. IEEE Transactions on Automatic Control, 48(2) : , [14] R.A. Filter and X. Xia. A penalty function to HIV/AIDS model parameter estimation. In 13th IFAC Symposium on System Identification, Rotterdam, [15] D.A. Ouattara and C.H. Moog. Modelling of the HIV/AIDS infection : an aid for an early diagnosis of patients. In Biology and control theory : current challenges, volume Springer Series in Lecture Notes in Control and Information Sciences (LNCIS). Springer Verlag, [16] D. Kirschner, S. Lenhart, and S. Serbin. Optimal control of the chemotherapy of HIV. J. Math. Biol, 35 : , [17] F. Biafore and C.E. D Attellis. Exact linearisation and control of an HIV-1 predator-prey model. In 27th Annual International Conference of the IEEE Engineering in Medecine and Biology Society, Shanghai, China, [18] J. Kim, W.H. Kim, H.B. Chung, and C.C. Chung. Constant drug dose leading long-term nonprogressor for HIV-infected patients with RTI and PI. In 44th IEEE Conference on Decision and Control, and the European Control Conference 2005, Seville, Spain, [19] D.A. Ouattara and C.H. Moog. Identification, linéarisation et commande optimale du modèle 3D de l infection VIH-1. In Conférence International Francophone d Autotmatique, CIFA 2006, Bordeaux, France, 2006.

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Maitine.Bergounioux@labomath.univ-orleans.fr Plan 1. Un peu de

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique

SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE SY09 Rapport TP4 : Analyse discriminante, régression logistique CUNI Frédéric 15 juin 2015 Objectifs du TP : Le but de ce TP est l application de l analyse discriminante

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Lean Game Production de lampes de poche

Lean Game Production de lampes de poche Lean Game Production de lampes de poche Management industriel Analyse technique 1 er lancement Montage de cinq lampes selon des gammes opératoires données, les cinq postes de montage dans l ordre suivant

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques

Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques Prise en compte des phénomènes aggravants dans la conception en fatigue Surfaces usinées : cas d alliages d aluminium aéronautiques J. Limido, M. Suraratchai, C. Mabru C. Espinosa, M. Salaün, R. Chieragatti,

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Simulation de variables aléatoires S. Robin INA PG, Biométrie Décembre 1997 Table des matières 1 Introduction Variables aléatoires discrètes 3.1 Pile ou face................................... 3. Loi de

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c

Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c 1 Étude succincte de la fonction x f(x) = a.x.ln(x) + b.x + c A priori, a, b, c, x sont des réels quelconques et f prend ses valeurs dans R. 1.1 Restriction préliminaire Si

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e A. Zerrad 1, R&D, Nexialog Consulting, Juin 2015 azerrad@nexialog.com Les crises financières survenues dans les trente dernières années et les

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute Nº 755 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 883 Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute par Daniel BEAUFILS Institut National de Recherche Pédagogique, 910 Montrouge Juan-Carlos IMBROGNO

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSES FINANCIÈRE ET DE RISQUE AVEC LE LOGICIEL RETSCREEN COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

6.11 Bases de Lanczos bi-orthogonales pour des matrices non symétriques

6.11 Bases de Lanczos bi-orthogonales pour des matrices non symétriques Chapitre 6 Méthodes de Krylov 611 Bases de Lanczos bi-orthogonales pour des matrices non symétriques Dans le cas où la matrice A n est pas symétrique, comment peut-on retrouver une matrice de corrélation

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel L. Mathelin 1 L. Pastur 1,2 O. Le Maître 1 1 LIMSI - CNRS Orsay 2 Université Paris-Sud 11 Orsay GdR Contrôle des décollements 25 Nov. 2009 Orléans

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

Problème de contrôle optimal pour une chaîne de Markov

Problème de contrôle optimal pour une chaîne de Markov Problème de contrôle optimal pour une chaîne de Markov cours ENSTA MA206 Il s agit de résoudre un problème d arrêt optimal pour une chaîne de Markov à temps discret. Soit X n une chaîne de Markov à valeurs

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Elma m l a ki i Haj a a j r a Alla a Tao a uf u i f q B ur u kkad a i i Sal a ma m n a e n e Be B n e a n b a d b en e b n i b i Il I ham

Elma m l a ki i Haj a a j r a Alla a Tao a uf u i f q B ur u kkad a i i Sal a ma m n a e n e Be B n e a n b a d b en e b n i b i Il I ham Exposé: la technique de simulation MONTE-CARLO Présenté par : Elmalki Hajar Bourkkadi Salmane Alla Taoufiq Benabdenbi Ilham Encadré par : Prof. Mohamed El Merouani Le plan Introduction Définition Approche

Plus en détail

Modélisation de l infection par le VIH, identification et aide au diagnostic

Modélisation de l infection par le VIH, identification et aide au diagnostic Modélisation de l infection par le VIH, identification et aide au diagnostic Djomangan Adama Ouattara To cite this version: Djomangan Adama Ouattara. Modélisation de l infection par le VIH, identification

Plus en détail

Statistiques de groupe

Statistiques de groupe Système Méthodologique d Aide à la Réalisation de Tests Statistiques de groupe et analyse des questions de votre épreuve Une unité de soutien de l IFRES Université de Liège L analyse des statistiques de

Plus en détail

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL ET DES TI LOG770 - SYSTÈMES INTELLIGENTS ÉTÉ 2011 Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens Rappel théorique Les processus aléatoires La plupart des processus

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE MONTE CARLO PAR CHAÎNES DE MARKOV

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE MONTE CARLO PAR CHAÎNES DE MARKOV Séminaire MTDE 22 mai 23 INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE MONTE CARLO PAR CHAÎNES DE MARKOV Vincent Mazet CRAN CNRS UMR 739, Université Henri Poincaré, 5456 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex 1 juillet 23 Sommaire

Plus en détail

Manuel de maintenance utilisateur

Manuel de maintenance utilisateur U.S.T.L CER France Université des Sciences et Technologies de Lille Cité Scientifique 59 655 Villeneuve d'ascq Cedex Tél : 03.20.43.43.43 CER France Nord Pas-de-Calais 5 bis haute rue BP 10 019 Radinghem-en-Weppes

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail