Conseil génétique en cancérologie. Dr Vénat-Bouvet Laurence CHU Dupuytren

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseil génétique en cancérologie. Dr Vénat-Bouvet Laurence CHU Dupuytren"

Transcription

1 Conseil génétique en cancérologie Dr Vénat-Bouvet Laurence CHU Dupuytren

2 Le début de l ère de la médecine prédictive Suspectée au début du siècle dernier: Observation de formes familiales de cancer Traité des tumeurs - Paul Broca (1866) 1 ère description médicale - Warthin (1913) Recensement des formes familiales de cancer - Henry Lynch (1974) Description et isolement de familles présentant une fréquence élevée de cancers spécifiques sur plusieurs générations Identification de nombreux gènes de prédisposition au cancer durant les 2 dernières décennies. Gènes transmissibles génétique acquise de la tumeur M.C. KING (1990) - Familial early onset breast cancer locus on chromosome 17q12-q23 S.A. NAROD (1991) - Familial breast-ovarian cancer locus on chromosome 17q12-q23 Y. MIKI (1994) - A strong candidate for the breast and ovarian cancer susceptibility gene : BRCA1 identification des 2 principaux gène impliqués dans le syndrome HNPCC (MSH2 id en 1993 et MLH1 en 1994) Les formes familiales de cancers ne représentent que 6 à 8% de la totalité des cancers Grande variabilité en fréquence et en pénétrance

3 Le début de l ère de la médecine prédictive Après l identification des 2 gènes majeurs de susceptibilité dans les cancers du sein et du colon des laboratoires ont proposé de réaliser les analyses puis. Il étaient 2 en 1995, 6 en 1998 puis réseau des labo pour harmoniser les pratiques crée en ans plus tard, le ministère de la santé prend la décision de financer les activités d oncogénétique, plus tard relayer par l INCA. Appel d offre pour les labo en 2002 puis pour les cs d oncogénétique en 2003.

4 Le début de l ère de la médecine prédictive Élaboration de recommandations nationales d identification et de prise en charge du syndrome de Lynch et de la prédisposition au cancer du sein et de l ovaire en 2003 EN 2004, 48 structures de cs rayonnant sur 102 sites dans 66 villes. Renforcement de l activité des labo en 2005 et création de réseaux de prédispositions rares au cancer. Mise en place de la bases de données nationales des mutations MMR et BRCA. Création d un nouveau métier celui de conseillers génétiques intégrés aux cs à partir de 2008.

5 Quelques chiffres rapport INCA paru en dec sites de cs, dépendant de 48 établissements, 86 villes en France métropolitaine et au sein des DOM cs soit de 11% vs 2012 Plus de 80 gènes Actuellement implémentation du NGS qui permet d analyser un panel de gènes

6 Transmission autosomique dominante Probabilité de transmission : 50%

7 CONTRÔLE GENETIQUE DE LA DIVISION CELLULAIRE (1) Anti-oncogènes Inhibition de la division cellulaire on Oncogènes stimulation de la division cellulaire La division cellulaire est régulée, positivement et négativement, par l expression de nombreux gènes.

8 Les gènes de susceptibilité Les oncogènes Codent pour une protéine qui stimule la prolifération L atteinte d un seul allèle est suffisante 1 seul événement: mutation, amplification par duplication du gène ou suppression de l inactivation normale de l allèle Mutation activatrice germinale rare, le plus souvent somatique Oncogène RET et CMT Les gènes suppresseurs de tumeur ou antioncogènes codent pour une protéine inhibant la prolifération cellulaire et favorisant l apoptose L atteinte des deux allèles est nécessaire pour qu il y ait inactivation

9 CONTRÔLE GENETIQUE DE LA DIVISION CELLULAIRE (2) on Le CANCER est dû à des ALTERATIONS GENETIQUES qui perturbent l équilibre entre stimulation et inhibition de la prolifération cellulaire

10 1. Introduction Prédisposition : modèle génétique M N Gène suppresseur de tumeur Gènes modificateurs Mutations inactivatrices en accord avec l hypothèse d inactivation biallèlique de gènes oncosuppresseurs émise par Knudson L atteinte du 1er allèle est le facteur prédisposant = MUTATION CONSTITUTIONNELLE INACTIVATRICE Puis inactivation du 2ème allèle du gène M BRCA soit par méthylation du promoteur ou par perte de la région Environnement chromosomique portant le gène

11 Les syndromes familiaux de prédisposition aux cancers de très faible fréquence mais à forte pénétrance Rétinoblastome et gène Rb (rétinoblastome et sarcomes) Le syndrome de Li- Fraumeni et p53 (sarcomes, tumeurs cérébrales, CS et K du sein) La neurofibromatose et le gène NF1 La maladie de Von Hippel Lindeau et VHL (REINS, Hémangioblastome rétine et SNC) La Polypose Adénomateuse Familiale et APC Cancer Medullaire de la Thyroide et RET Les NEM La probabilité de développer un cancer est X par 1000 à /Pop gén

12 Les syndromes familiaux de prédisposition aux cancers plus fréquents mais à pénétrance moyenne Les formes familiales de cancers du sein et ou de l ovaire liées aux gènes BRCA Plus récemment PALB2, New England Journal Aout 2014 Les formes familiales de cancers colo-rectales liées aux gènes MMR Plus récemment PMS2 et EPCAM Augmentation du risque de cancer moyenne de 8 à 10 Les mélanomes familiaux (au moins 2 cas apparentés au 1 er degré) : p16/cdkn2a et CDK4 et p14 (mélanome et tumeurs cérébrales)

13 Consultation d oncogénétique : objectifs Répondre à la demande des patients qui, compte tenu de leur histoire personnelle et/ou familiale, s'interrogent sur leur risque de cancer, ou sur ceux de leurs descendants ou apparentés, et de les informer des possibilités de prévention et de dépistage adaptés (1, 3, 20) (1) Delaloge S et al. Prédisposition génétique aux cancers du sein et de l ovaire : diagnostic moléculaire et conséquences. Oncologie 2006;8: (3) Chompret A, Nogues C, Stoppa-Lyonnet D. Consultation d oncogénétique pour cancer du sein. Presse Med 2007;36: (20) Expertise INSERM-FNCLCC. Identification et prise en charge des prédispositions héréditaires aux cancers du sein et de l'ovaire (mise à jour 2004). Bull Cancer 2004;91:

14 La consultation d oncogénétique Pour qui? Le patient: l âge et le sexe La tumeur: type histologique particulier, phénotype tumoral et génétique somatique La famille: nombre de cas anormalement élevé dans une même branche parentale

15 Le conseil génétique, en pratique Si une hérédité est suspectée Réalisation des analyses moléculaires chez le sujet atteint de cancer = cas index (individu le plus informatif sur le plan génétique) Si une mutation est identifiée, tout membre adulte de la famille et/ou de la branche parentale atteinte pourra connaître son statut génétique en réalisant un test prédictif. ouvre un nouveau champ de la médecine préventive

16 Qui? Recherche de mutations : technique 25 laboratoires en France agréés par le Ministère de la Santé Comment? (1) Prélèvement sanguin + extraction de lymphocytes + extraction ARN et ADN génomique Séquençage complet des gènes (sensibilité : 95 %) + recherche de réarrangements complexes MAINTENANT séquençage nouvelle génération ou NGS Dans quel contexte? Encadrement légal strict (1) Delaloge S et al. Prédisposition génétique aux cancers du sein et de l ovaire : diagnostic moléculaire et conséquences. Oncologie 2006;8:

17

18 Psychologie Impact des tests génétiques

19 La première consultation Il y a un patient, un individu avec: Une identité Une expérience de vie Une subjectivité Une première cs avec l élaboration de l arbre généalogique: Mise au grand jour de l histoire de vie personnelle et familiale Filiation, rupture, conflits, les secrets, le vécu de la maladie, les décès Une évaluation du risque individuel qui peut impliquer tous les membres de la famille ayant ou pas un cancer

20 Les consultants 3 profils de consultants avec une échelle de risque très variable Les indemnes se croyant à tort ou à raison plus menacés que les autres Les indemnes = cas apparentés appartenant à une famille ayant un haut risque génétique de cancer Les cas atteints = cas index qui cs à sa demande, à la demande d un médecin ou d un tiers Les 2 principales motivations +/- conscientes sont: La peur de la mort et/ou de la déchéance physique La culpabilité et le poids de la transmission

21 L impact psychologique du résultat Le paradoxe concernant le test pré-symptomatique Si le résultat est positif (présence de la mutation): l individu en bonne santé est menacé par le savoir anticipé d une maladie qui surviendra ou pas, sans savoir le moment ou ça arrivera Si le résultat est négatif (l individu n est pas porteur de la mutation): l individu est soulagé mais va devoir faire le deuil de «guérir du risque»

22 La loi La parution du Décret n du 20 juin 2013 relatif aux conditions de mise en œuvre de l information de la parentèle dans le cadre d un examen des caractéristiques génétiques à finalité médicale vient poser un nouveau cadre réglementaire à la démarche d oncogénétique en soulevant à la fois: De nouvelles questions éthiques Une obligation légale d informer officiellement ses apparentés Une harmonisation des règles de bonnes pratiques

23 La transmission de l information L épreuve psychologique et émotionnelle de la mauvaise nouvelle reçue par le médecin Le traumatisme affectif de la transmission de l information à sa famille C est prendre le risque de parlé, d être rejeté

24 PREDISPOSITION HEREDITAIRE AU CANCER DU SEIN ET OU DE L OVAIRE Hérédité impliquant les gènes BRCA

25 1. Introduction Cancer du sein Prédisposition et susceptibilité (1) 0 Cancers sporadiques 100 sur 100 cancers du sein Prédisposition : - 5 à 10% des cancers du sein - Monogénique - Transmission autosomique dominante - Allèles rares à forte pénétrance Susceptibilité : - 15 % des cancers du sein - Multigénique - Faible pénétrance (risque de cancer faible) (1) Delaloge S et al. Prédisposition génétique aux cancers du sein et de l ovaire : diagnostic moléculaire et conséquences. Oncologie 2006;8:

26

27 Mutations de BRCA1 et BRCA2 Plus de 1000 mutations délétères différentes décrites France 1/1000 Prévalence : 1/400 dans les populations occidentales (1) Seulement 4 mutations récurrentes : Population ashkénaze : BRCA1 185delAG, 5382insC ; BRCA2 6174delT (1) Prévalence de ces trois mutations dans la population ashkénaze : 2,5 % (1) Islande : BRCA2 999del5 (17) (1) Delaloge S et al. Prédisposition génétique aux cancers du sein et de l ovaire : diagnostic moléculaire et conséquences. Oncologie 2006;8: (17) Thorlacius S et al. Population-based study of risk of breast cancer in carriers of BRCA2 mutation. Lancet 1998;352:

28 Qui adresser à la consultation? QUI PRELEVER?

29 Qui adresser en consultation? Score d EISINGER Situation Poids Mutation BRCA identifiée dans la famille 5 Cancer du sein chez une femme < 30 ans 4 Cancer du sein chez une femme ans 3 Cancer du sein chez une femme ans 2 Cancer du sein chez une femme ans 1 Cancer du sein chez un homme 4 Cancer de l ovaire 3 Additionner les poids respectifs par compartiment d affiliation. Profil retenu (recommandé par l expertise INSERM): score 5 ou plus. Selon le score obtenu, l indication est: 5 et plus: excellente indication 3-4: indication possible 2 et moins: utilité médicale faible Limites: Toutes les indications ne sont pas des prédispositions héréditaires Certaines bonnes indications ne sont pas repérées par ce calcul

30 oui SUJET ATTEINT non Probabilité 10% Probabilité<10% K sein type médullaire quelque soit l âge K <40 ans ou G3 triple neg <50ans (Kandel et al ASCO 2006) K sein bilatéral si <50 ou 1K<40ans K sein masculin K multiples (sein, ovaire, pancréas) Ovaire grade 3 isolé Histoire familiale de K sein/ovaire 3 cas de K appartenant à une même branche parentale 1er ou 2ème degré 2 cas de K unis au 1er degré dont 1 cas < 40 ans ou bil ou 2 cas < 50 ans 2 cas de K de l ovaire quelque soit l âge Association sein/ovaire oui non PRELEVEMENT DU CAS INDEX atteint

31 Famille Fo. Cancer de la prostate Cancer du sein 80 ans 83 ans 75 ans 75 ans 61 ans ans Méningite BRCA1- BRCA1- Entre 60 et 70 ans 2 BRCA1+ BRCA1- Cancer du sein CIS 43 ans ans 43 ans 38 ans 36 ans Cancer du sein 60 ans Grade 2, RH+, Her2-20 ans 19 ans 17 ans Cancer du sein en 2010 BIL DCD EP Un cas de cancer inhabituel chez un homme

32 Famille De. Cancer du sein bilatéral grade 2 Cancer du sein bilatéral chez les 2 jumelles à 63 et 72 ans Cancer de l ovaire à 72 ans (cystadénocarcinome) Cancer de la peau Cancers inconnus Cancer du sein à 63 ans BRCA1/2- et RGT- 84 ans 70 ans 60 ans? BRCA1/2- et RGT- 50 ans Cancer de la prostate 37 ans Cancer du sein droit à 45 ans - CCI, grade 1 RH+ N+ Cancer du sein gauche à 49 ans - CCI grade 1 RH+ N- Lymphome non hodgkinien Cancer de la vessie Cancer de la thyroïde à 31 ans

33 Risque tumoral des femmes porteuses d une MCD de BRCA Risque de cancer du sein < 70 ans de 40 à 85% vs 10 % dans la population générale Risque de cancer ovarien < 70 ans de 10 à 63% vs 1% dans la population générale Risque différent pour BRCA1 et BRCA2 (Antoniou et al) BRCA1: sein 65% et ovaire 45% BRCA2: sein 45% et ovaire 11% Risque de cancer controlatéral/an estimé entre: 3,8 et 6,4% pour BRCA1 2,1 et 4,2% pour BRCA2

34 Probabilité d atteinte Données épidémiologiques Cancer du sein et de l ovaire lié à une MCD Probabilité d atteinte avant l âge de 45 ans (2) 25 % 7 % 10 % BRCA1 BRCA2 < 1 % Cancer du sein Cancer de l ovaire (2) Eisinger F et al. Identification et prise en charge des prédispositions héréditaires aux cancers du sein et de l'ovaire. Pathol Biol 2006;54:

35 Risque tumoral des hommes porteurs d une MCD de BRCA Risque de cancer du sein proche d une femme de 40 à 49 ans de l ordre de 7% < 80 ans pour BRCA2 (plus faible pour BRCA1 1,2%) vs 1% dans la pop générale J Natl Cancer Inst Nov 2007 Risque de cancer de la prostate de 20% < 80 ans avec un risque élevé < 65 ans (BRCA2) Des zones d ombre persistent

36 Spectre d expression tumorale en dehors du cancer du sein et de l ovaire Sur-risque important de cancer des trompes x 120 Sur-risque probable de cancer du pancréas en particulier pour BRCA2/PALB2 Sur-risque possible de cancer de la prostate Pour BRCA2 risque de 20% < 80 ans et risque augmenté < 65 ans Sur-risque de cancers cutanés (baso-cellulaires 1 ), contreverses pour le mélanome surtout pour BRCA2 1 Ginsburg, Fam Cancer, 2010 sur 2729 femmes

37 Quelle prise en charge chez un femme asymptomatique? Surveillance clinique des seins 2 à 3 fois /an à partir de an Mammo annuelle à partir de 30 ans avec incidence de face et en oblique externe pour chaque sein avec double lecture comparative. Écho annuelle couplée à la mammo si la densité mammaire 2 (la densité mammaire est un FDR et les femmes porteuses d une MCD ont une densité élevée). IRM annuelle Tous les examens sont réalisés dans un intervalle de 2 mois en commencant par l IRM puis la mammographie plus ou moins échographie de second look = RECO HAS 2014

38 La chirurgie prophylactique Chirurgie prophylactique de l ovaire: peu accessible au dépistage Examen gynéco, échographie et dosage du Ca125 non efficace Annexectomie bilatérale avec prélèvement du liquide dans le cul de sac de Douglas ou lavage péritonéal sous coelioscopie Pas d hystérectomie systématique Validée par une équipe pluridisciplinaire Âge en fonction du gène et de l accomplissement du désir de maternité: 40 ans pour BRCA1, 50 ans pour BRCA2 Entraine une diminution du risque de cancer du sein de 50% lorsqu elle est réalisée à un âge moyen de 40 ans chez les femmes BRCA1 +. Pas de modification significative du risque avec la prise d un THS Non démontré pour BRCA2

39 La chirurgie prophylactique Chirurgie prophylactique mammaire (1): Mastectomie prophylactique bilatérale totale avec conservation de l étui cutané et ablation de la PAM avec reconstruction immédiate. Âge 30 ans Validée par une équipe multidisciplinaire et accompagnement psy obligatoire Les données (expertise INSERM 2003) incitent à " recommander cette intervention sous réserve d une qualité de vie après l intervention compatible avec le niveau de protection attendu et une espérance de vie significative (15 à 20 ans)

40 De DAMOCLES à Angelina

41 La chirurgie prophylactique mammaire (2): impact sur la survie? Etude hollandaise prospective: mastectomie vs surveillance 570 femmes mutées indemnes: MBP (37%) chez 156 BRCA1+/56 BRCA2+ vs 63% de surveillance Incidence k SEIN pour 1000 Femme/année: 0 pour MBP vs 28 dans le groupe surveillance Survie sans k sein: 100% vs 74% K SEIN diagnostiqués dans la cohorte surveillance : 66% T1N0 et 10% CIS BRCA1 20%>BRCA2 7% âge médian au diagnostic id 43 vs 44 ans Stade favorable pour BRCA1 ds 72% vs 100% pour BRCA2 4/51 femmes avec K invasif sont devenues M+ (BRCA1+ dans tous les cas et 75% TN) et st dcd 1 AN après M+ Dans la cohorte MBP: K découverte fortuite dans 6 cas 2 cas de CIS chez BRCA2+ 4 cas invasif chez BRCA1+ dont 2 cas bil pas de K pendant le suivi de 6,3 ans vs 2/ 102 ds étude de Rebbeck et 3/96 dans étude de Skytte Annals of oncol, avril 2013

42 L hormonothérapie préventive Doit prendre en compte la balance bénéfice/risque Efficacité du TAM dans les situations à haut risque familial (IBIS 1 et NSABP1) TOXICITE : X 2,4 cancer utérus X 1,9 thromboses veineuses X 1,5 accident vasculaire cérébral 2 essais en cours internationaux avec les IA mais dont les critères d inclusion ne sont pas BRCA+ IBIS II risque familial et in situ ANA vs Placebo MAP3 gail >1,66 et âge >60 Exe vs Placebo Réduction du risque de K sein de 65% au total et de 75% K sein RH+ Pour 1 cancer évité il faut traiter 94 femmes sur 3 ans TOXICITE 30% d arthralgie 1 essai Français LIBER Letrozole vs placebo chez les femmes BRCA+ (clos aux inclusions Aout 2013)

43 Syndrome de Li-Frauméni 1990: caractérisation moléculaire du LFS Mutation sur p53 retrouvée dans 50 à 70 % des familles répondant aux critères classiques et dans 20 à 25 % des familles avec LFS incomplet ou Li-Fraumeni like. Transmission autosomique dominante Incidence difficile à estimer Pénétrance= risque d apparition d un cancer est de 15% avant 15 ans, 80 % pour les femmes à 50 ans et 40% pour les hommes au même âge. La différence est liée au cancer du sein. Conseil génétique délicat en raison du large spectre des tumeurs et de la survenue à tout âge. Soulève des questions éthiques car aucune mesure de dépistage est efficace à l exception de celle du cancer du sein à partir de 20 ans.

44 Famille M? Cancer du sein Cancer du sein à 47 ans ans 1970 Cancer du sein à 20 ans 22 ans Cancer du sein MUTATION P53 Cancer du sein bilatéral à 20 ans Corticosurrenalome à 7ans Une histoire familiale inhabituelle BRCA-/p53-

45 Oncogénétique et Médecine personnalisée Du «sur mesure» pour chaque patient

46 L exemple du cancer de l ovaire Un nouveau traitement est actuellement disponible pour le traitement des patientes ayant un cancer de l ovaire et une mutation constitutionnelle de BRCA en situation de rechute platine sensible OLAPARIB

47 Inhibiteurs de PARP et la létalité synthétique des cellules tumorales Base excision repair Normal tissue cells HR repair PARP inhibitor Base excision repair HR repair Few effects HR repair HR repair Base excision repair BRCA1/2-deficient tumour cells PARP inhibitor Base excision repair Specific tumour cell killing

48 Les syndromes de prédisposition héréditaire au cancer colo-rectal (CCR) HNPCC PAF Polypose MYH

49 SPECTRE TUMORAL Spectre tumoral étroit: Syndrome HNPCC Cancer colo-rectal (colon droit, peu différencié, composante mucineuse, instabilité micro-satellitaire) Cancer de l endomètre Cancer intestin grèle Carcinome urothélial voies urinaires supérieures Spectre tumoral élargi: Adénocarcinome gastrique Cholangio-carcinome Cancer de l ovaire (ADK endométrioïde) Glioblastome (syndrome de Turcot) Carcinome sébacée (Syndrome de Torre-Muir)

50 DEFINITIONS Syndrome H.N.P.C.C. Critères d Amsterdam II 1999 Agrégation familiale d au moins 3 cas de cancers appartenant au spectre étroit prouvés histologiquement liés deux à deux au 1er degré > polypose colo-rectale exclue > touchant 2 générations distinctes diagnostiqués avant 50 ans dans au moins un cas. Critères d Amsterdam II élargis Au minimum 2 sujets atteints de cancers appartenant au spectre large apparentés au 1er degré

51 GENES MMR Le syndrome HNPCC Lié dans % des cas à une MCD d un des gènes MMR (si critère Amsterdam remplis et MSI+). Si les critères d Amsterdam ne sont pas réunis, la probabilité de trouver une MCD est de 10%. 4 gènes sont impliqués dans la réparation des mésappariements de l ADN (MMR=MisMatch Repair): MSH2 (40%), MLH1 (30 %), MSH6 (< 5%), PMS1/2 Les mutations de ces gènes sont responsables d une caractéristique tumorale appelée MSI (MicroSatellite Instability) = anomalies des séquences d ADN répétitives dites microsatellites mee soit par PCR soit par IHC ( = perte d expression de la protéine correspondante)

52 Le syndrome HNPCC GENOTYPAGE Les tumeurs HNPCC sont dans 95 % des cas MSI+. La valeur prédictive négative de MSI est très importante 1/3 des K du côlon droit sont MSI+ vs 5% pour le côlon gauche. 15 % des K sporadiques ont un phénotype MSI et/ou une perte d expression de MLH1 par méthylation du promoteur lié à l âge (Kakar et al, Cancer 2003): 0 % 40 ans 4,9 % entre 41 et 50 ans 8,3 entre 51 et 60 ans 13% > 60 ans Recherche de la mutation de BRAF Recherche d une méthylation du promotteur

53 Le syndrome HNPCC Les risques tumoraux cumulés en % à 70 ans Toutes localisations confondues F/H 70 à 80% HOMMES FEMMES CCR 70% 40% ENDOMETRE 30 à 40% ESTOMAC 10% 10 % GRELE (1 étude à 4%) 1 à 4 % 1 à 4% VOIES BILIAIRES 5 % 5% VOIES URINAIRES 5% 5% OVAIRES 8 % mais Syndrome de TURCOT: + GB Syndrome de Muir-Torre: + CARCINOME SEBACES <5% * *Aucune estimation valide pour permettre une prise en charge efficace (étude ERISCAM) publication en juin 2011 des premiers résultats sur 537 familles mutées risque ovarien serait augmenté 20% pour MLH1, 24% pour MSH2 vs 1% pour MSH6 risque endomètre à 70 ans 54% pour MLH1, 21% pour MSH2, 16% pour MSH6 plus faible et plus tardif 1à 2% à 40 ans risque CCR 50% vs 12% pour MSH6 et risque faible < 30 ans données non matures pour K poumon, prostate, pancréas et sein

54 Polypose adénomateuse digestive hors PAF : GENE MYH Appartient au système Base Excision Repair ou BER qui participe à la réparation de l ADN lorsque celui-ci subit des dégâts secondaires à des lésions oxydatives 1 famille princeps en 2002 et depuis Mutation germinale biallélique de MYH dans PAF non APC et non MSI. Maladie récessive avec transmission horizontale Phénotype proche de la PAF entre 15 et 100 polypes EXPRESSION PLUS TARDIVE en pratique pas d indication à rechercher une mutation de MYH si polype <15 ou 10 mais débat en cours C est le nombre de polypes cumulés qui compte et l âge, Test MYH si: 15 polypes quelque soit l âge Entre 10 et 20 < 60 ans Entre 5 et 9, si < 40 ans, si associé à un CCR, si au moins 5 polypes avancés, 10mm architecture adenomateuse, villeuse ou tubullovilleux

55 Signification pratique des examens génétiques La PAF et le HNPCC sont transmis selon les lois de transmission héréditaire autosomique-dominante. Pénétrance: PAF: 100% HNPCC: 80 à 85% Risque pour les descendants du trait d un(e) porteur(se): 50% Si mutation identifiée: possibilité d un diagnostic présymptomatique chez tous les apparentés consentents après un conseil génétique détaillé. Prise en charge spécifique des sujets porteurs de la MCD dits à risque très élevé de CCR.

56 Mélanomes et facteurs génétiques Indications et prescriptions du test génétique Au moins 2 cas de mélanomes invasifs sur la même branche parentale, 1 er ou 2 nd degré 2 2 mélanomes chez le même individu si invasifs, au moins un invasif, l autre in situ ou < 40 ans Un cancer du pancréas peut remplacer un mélanome 10% des cas de mélanomes résultent d une prédisposition héréditaire 2 gènes majeurs de forte pénétrance : CDKN2A: 20% des familles de mélanome, risque accru de cancers du pancréas+++, RARE mais aussi du sein, du poumon, de carcinomes épidermoides mais non démontrés CDK4: 13 familles dans le monde BAP1: récent, mélanomes occulaires et mésothéliome

57 Le mélanome: une prédisposition multifactorielle polymorphismes ayant chacun une faible pénétrance et qui interagissent avec les facteurs environnementaux (UV) et modulent le risque de mélanome le plus étudié est le gène qui code pour le récepteur de type1 à la mélanocortine ou MC1R. Certains variants sont associés à une augmentation du risque au même titre que le phototype cutané, la couleur des yeux ou des cheveux ou le nombre de naevus (OR>2)

58 Autres indications justifiant une consultation d oncogénétique Tous les CMT Tous les paragangliomes Tous les cancers du rein diagnostiqués avant 50 ans ou les histologies type cancer papillaire Tous les cas d hémangioblastome du SNC ou de la rétine Les tumeurs desmoides Les tumeurs rares pathognomoniques: les gangliocytomes de la fosse postérieure, les tumeurs ORL du sac endolymphatique Les âges jeunes < 30 ans

59 6. Conclusion Conclusion L identification et la prise en charge des personnes ayant une anomalie constitutionnelle d un gène de prédisposition au cancer sont récentes La cs d oncogénétique est une démarche volontaire et motivée Les conditions de consultation d oncogénétique sont codifiées Le domaine reste très évolutif particulièrement sur la recherche d efficacité des nouvelles pratiques de dépistage, chimioprévention et plus recemment de traitement permettant de faire pencher la balance du côté de bénéfices indéniables au test génétique

60 Le mot de la fin Now this is not the end. It is not even the beginning of the end. But it is, perhaps, the end of the beginning. Sir Winston Churchill

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Lille - 22/03/2013 Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Valérie Bonadona, MD, PhD Centre Léon Bérard & CNRS UMR 5558 Lyon Le Syndrome de Lynch = Syndrome HNPCC (Hereditary Nonpolyposis Colorectal Cancer)

Plus en détail

cancers du sein et de l ovairel

cancers du sein et de l ovairel Prédispositions héréditaires h aux cancers du sein et de l ovairel 1ère Journée Médicale Calédonienne E.Camus JUIN 2012 17q21 2cM BRCA1 King, 1990 BCLC, 1993 Skolnick, 1994 13q12 BRCA2 Stratton, 1994 Stratton,

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Génétique et cancer Cours DCEM1 Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Plan 1. Définitions 2. Exemples de proto-oncogènes 3. Exemples de gènes suppresseurs de tumeurs 4. Cancers familiaux 1. Exemple

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET L'ADN EST LE SUPPORT DE L'INFORMATION GENETIQUE Si l on déroule les chromosomes cela donne 2 bandelettes

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND Le cancer du sein 1 000 000 nouveaux cas par an dans

Plus en détail

ONCOGENETIQUE. Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers. Ce n est pas de la recherche

ONCOGENETIQUE. Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers. Ce n est pas de la recherche ONCOGENETIQUE Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers Ce n est pas de la recherche (message pour vos correspondants et les familles) 1 Prédisposition Génétique

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009 Génétique et Cancer Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard Rencontres 2009 Conférence du 16/11/2009 1 Plan Les gènes à l origine du cancer! Qu est-ce qu une prédisposition

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

Oncogénétique : où en sommes nous?

Oncogénétique : où en sommes nous? Oncogénétique : où en sommes nous? Docteur Elisabeth LUPORSI Centre d Investigation Clinique de Cancérologie (CICC) CHU- CAV Vandoeuvre les Nancy Nancy 24 octobre 2009 Centre d investigation Clinique Pierre

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Oncogénétique du cancer colorectal Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Les différentes prédispositions aux cancers colorectaux

Plus en détail

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris 5èmes rencontres du Réseau ONCO 28 Chartres 15 Octobre 2009 Les formes héréditaires des cancers Généralités Bases moléculaires Les arguments du diagnostic

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

LE CONSEIL EN ONCOGENETIQUE POUR QUI, PAR QUI, QUAND ET COMMENT ANNONCER LES RESULTATS?

LE CONSEIL EN ONCOGENETIQUE POUR QUI, PAR QUI, QUAND ET COMMENT ANNONCER LES RESULTATS? E.P.U. 95 MONTMORENCY Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA REGION DE MONTMORENCY LE CONSEIL EN ONCOGENETIQUE POUR QUI, PAR QUI, QUAND ET

Plus en détail

D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2

D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2 D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2 Dr Carole CORSINI Département d oncogénétique CHRU Montpellier 24/09/15 Congrès ONCOLR Définition selon l OMS de la

Plus en détail

PREDISPOSITION HEREDITAIRE AUX CANCERS SEIN-OVAIRE GENES BRCA- EVALUATION DES RISQUES DE CANCER

PREDISPOSITION HEREDITAIRE AUX CANCERS SEIN-OVAIRE GENES BRCA- EVALUATION DES RISQUES DE CANCER PREDISPOSITION HEREDITAIRE AUX CANCERS SEIN-OVAIRE GENES BRCA- EVALUATION DES RISQUES DE CANCER Risque de cancer du sein jusqu à 70 ans BRCA1: 51 à 75% (INCA 2009) Avant 45 ans: 25 à 40% (Mavadatt 2013)

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER

DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER DÉVÉLOPPEMENT DE L ONCOGÉNÉTIQUE DANS LES HÔPITAUX PRIVÉS : IDENTIFICATION ET SUIVI DES PERSONNES A RISQUE ÉLEVÉ DE CANCER Céline Guien, Aurélie Fabre, David Salgado, Véronica Cusin, Philippe Souchois,

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT Centre Eugène Marquis - RENNES RELATIONS CANCERS-GENES (1) 1 - CANCER = MALADIE GENETIQUE SOMATIQUE = maladie de l'adn = altération de gènes ayant une

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

Je veux savoir si je porte ce gène! Berne - SOS A. E. Murphy 24 mars 2011

Je veux savoir si je porte ce gène! Berne - SOS A. E. Murphy 24 mars 2011 Je veux savoir si je porte ce gène! Berne - SOS A. E. Murphy 24 mars 2011 Combien de personnes développent un cancer en Suisse par année? 35911 nouveaux cas par année Quatre personnes sur dix développent

Plus en détail

Atelier Pratique Femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire

Atelier Pratique Femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire Atelier Pratique Femmes à haut risque de cancer du sein et de l ovaire Jocelyne ATTIA Service Gynécologie-Oncologie Pr. D.RAUDRANT- Pr. F.GOLFIER Centre H LYON SUD Pierre Bénite 7fevrier 2012 De quoi s

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

Syndromes de prédisposition aux

Syndromes de prédisposition aux Syndromes de prédisposition aux tumeurs cérébralesc Phacomatoses : NF1, NF2, Syndrome de Li-Fraumeni Syndrome de Gorlin Mutations de SUFU Syndrome de prédisposition aux tumeurs rhabdoïdes des Syndrome

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Les marqueurs en oncogénétique : quels tests prescrire? dans quelles indications? comment?

Les marqueurs en oncogénétique : quels tests prescrire? dans quelles indications? comment? Les marqueurs en oncogénétique : quels tests prescrire? dans quelles indications? comment? Laurence GLADIEFF Département de médecine Institut Claudius Regaud Christine TOULAS Laboratoire Régional d Oncogénétique

Plus en détail

Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers. Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY

Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers. Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY Besançon-UFR SMP Mardi 17 mars 2015 L'existence de gènes de prédisposition au

Plus en détail

CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT

CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT 79 80 Progrès en Urologie (2002), 12, N 5, Supp.2 Cancers Hereditaires en Urologie de l Adulte O. CUSSENOT A. CANCERS DU REIN FAMILIAUX Les formes

Plus en détail

Tenir compte de l histoire familiale des cancers pour estimer le risque pour

Tenir compte de l histoire familiale des cancers pour estimer le risque pour Comment prendre en compte le risque génétique? La consultation d oncologie génétique : qui, pourquoi, comment? Cancer genetics clinics: what for? Mots-clés : Oncogénétique BRCA1/2 Cancer du sein Cancer

Plus en détail

De la prédisposition aux cancers au traitement personnalisé

De la prédisposition aux cancers au traitement personnalisé De la prédisposition aux cancers au traitement personnalisé Exemple des inhibiteurs de PARP 20/05/2015 Centre François Baclesse - U1079 - Plateforme SéSAME 1 Les prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes

Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes 1 - Estimation du risque individuel de cancer du sein :

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Atelier MMR / RER 26/04/2014 Dr Virginie Bubien Dr Emmanuelle Barouk-Simonet Unité d oncogénétique - Département de Biopathologie - Institut

Plus en détail

Prédisposition aux cancers mammaires Indications de la chirurgie prophylactique

Prédisposition aux cancers mammaires Indications de la chirurgie prophylactique . Prédisposition aux cancers mammaires Indications de la chirurgie prophylactique G. Body Centre Olympe de Gouges Pôle de Gynécologie Obstétrique, Médecine Fœtale Médecine et Biologie de la Reproduction.

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

«Je suis porteuse d une mutation BRCA.» Qu est ce que cela change?

«Je suis porteuse d une mutation BRCA.» Qu est ce que cela change? «Je suis porteuse d une mutation BRCA.» Qu est ce que cela change? Anne LESUR Parcours sein Mutée, pas mutée??? Situations possibles Au préalable, consultation oncogénétique Histoire familiale Cancer du

Plus en détail

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Les prédispositions génétiques aux cancers Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Fréquence des cancers, France, femmes Nombre de nouveaux cas (2000) Nombre de décès (2000) Source:

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique

Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique DES de Gynécologie- Obstétrique - Lundi 19 janvier 2013 Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique Anne-Sophie Bats, Chérazade Bensaïd, Nathalie Douay-Hauser, Julien Seror, Claude Nos, Fabrice

Plus en détail

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Indications de la consultation d oncogénétique Cancers digestifs (colo-rectaux:

Plus en détail

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies :

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies : Mercredi 16 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Nguyen 12 pages Oncogénétique Plan A. Introduction B. Cancer C. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic clinique, traitement et suivi III. Génétique du

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Objectifs pédagogiques Quels patients doivent faire l objet d une prise en charge oncogénétique? Quelles sont les modalités de cette prise en charge?

Plus en détail

Place de la Génétique en Médecine Générale

Place de la Génétique en Médecine Générale Place de la Génétique en Médecine Générale Principes et indications des examens en génétique médicale ECU-UCL 12.01.2008 Dr I.Maystadt Génétique : quelques petits rappels Cytogénétique tique 46 chromosomes

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

Cancer du sein et ovaire

Cancer du sein et ovaire Cancer du sein et ovaire Elisabeth LUPORSI Ludovic MANSUY Centre d investigation Clinique Pierre DROUIN Indications de la consultation Indications : Histoire familiale ou personnelle justifiant une consultation

Plus en détail

Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique

Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique Consentement éclairé lors du dépistage génétique Jocelyne Chiquette, médecin sénologue Josée Rhéaume, infirmière-conseillère en oncogénétique

Plus en détail

Prédisposition héréditaire au cancer du sein et de l ovaire

Prédisposition héréditaire au cancer du sein et de l ovaire Prédisposition héréditaire au cancer du sein et de l ovaire EPU Biarritz 26/09/2014 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET Unité d oncogénétique Dr Michel LONGY Le cancer est une maladie toujours génétique mais

Plus en détail

LES FORMES FAMILIALES DU CANCER DU SEIN

LES FORMES FAMILIALES DU CANCER DU SEIN LES FORMES FAMILIALES DU CANCER DU SEIN CANCER ET GÉNÉTIQUE Différence entre le «prédestiné» et l «acquis» Un des deux modèles de réflexion (le plus facile pour le médecin rationaliste) CANCERS DU SEIN

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES. Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux

ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES. Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux Les problématiques Adulte jeune atteint : le cas index Quel type de consultation? Quelle

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER

BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER Thierry Frebourg Service de Génétique, CHU de Rouen Inserm U614, Faculté de Médecine, Rouen Frebourg@chu-rouen.fr LE CANCER EN 2009 : UNE MALADIE GENETIQUE

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17)

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17) CANCER COLO-RECTAL Second cancer le plus fréquent. Âge moyen 70 ans. Plus de 36 000 nouveaux cas par an 50-60% de survie à 5 ans. Au stade II: 34% de récurrences. La chimiothérapie est prescrite dans 90

Plus en détail

GÉNÉTIQUE MÉDICALE Oncogénétique. Oncogénétique

GÉNÉTIQUE MÉDICALE Oncogénétique. Oncogénétique 09/12/2015 CAMMILLERI Zacharie L2 Génétique médicale Pr Zattara 10 pages Oncogénétique Plan I. A. Oncogénétique I. Cancer II. Prédisposition génétique au cancer B. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir Tursac octobre 2006. Pauline Roumeguère, Bordeaux Forme la plus fréquente des cancers colorectaux familliaux : 2 à 4 % des CCR Maladie génétique, autosomique

Plus en détail

Dossier Presse. Mardi 21 Octobre 2014. Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement

Dossier Presse. Mardi 21 Octobre 2014. Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement Dossier Presse Mardi 21 Octobre 2014 Femmes à risque particulier de cancer du sein du dépistage à l accompagnement Création d un centre universitaire de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Génétique Oncologique

Génétique Oncologique Génétique Oncologique Ou Oncogénétique Prise en charge de la prédisposition héréditaire au cancer Dr Odile Cohen-Haguenauer Centre des Maladies du sein, Hôpital St-Louis Tel Rendez-vous : 01 42 49 42 62

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

L activité d oncogénétique

L activité d oncogénétique TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION L activité d oncogénétique DÉCEMBRE 2008 2003 2007 CONTEXTE L identification de gènes de prédisposition au cancer a permis l introduction de tests biologiques destinés

Plus en détail

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Conflits d intérêts, S Delaloge, Nov 2015 Consulting / expert Conferences/ formations Research grants

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Génétique et cancers digestifs : qui envoyer à une consultation d oncogénétique et pour rechercher quoi?

Génétique et cancers digestifs : qui envoyer à une consultation d oncogénétique et pour rechercher quoi? Lyon le 23 novembre 2012 Génétique et cancers digestifs : qui envoyer à une consultation d oncogénétique et pour rechercher quoi? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie et de Cancérologie digestive

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Diagnostic des patientes à risque de cancer du sein 1

Diagnostic des patientes à risque de cancer du sein 1 Diagnostic des patientes à risque de cancer du sein 1 D. Stoppa-Lyonnet, M. Gauthier-Villars, I. Coupier, P. This et N. Andrieu Introduction L estimation du risque de cancer du sein a reposé jusqu au début

Plus en détail