16/04/03 Confidentiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "16/04/03 Confidentiel"

Transcription

1 MEMORANDUM DATE : 16/04/03 DE : RE : FRANÇOIS HOUYEZ NOTE SUR LE RISQUE DE MALADIE CARDIO-VASCULAIRE ET TRAITEMENT HAART NOTE: DES INFORMATIONS CONTENUES DANS CE RAPPORT PEUVENT ETRE CONFIDENTIELLES. ELLES DEVRAIENT PROCHAINEMENT ETRE PUBLIEES DANS UNE REVUE SCIENTIFIQUE. INTRODUCTION De 20 à 50% des personnes traitées par antirétroviraux voient s élever leur taux de cholestérol et de triglycérides. Dans la population générale, ceci a été identifié comme un marqueur prédictif de survenue d un infarctus du myocarde ou d un accident vasculaire cérébral. Taux de mortalité pour maladies cardio-vasculaires dans certains pays (année la plus récente) Hommes de 35 à 74 ans Mortalité pour habitants La question est donc la suivante: après le début d un traitement antiviral, lr risque de maladie cardio-vasculaire grave est-il augmenté? Si oui, dans quelles proportions? Cela pourrait-il chez certains amoindrir le bénéfice thérapeutique du traitement antirétroviral? Comme ce risque n a pas pu être correctement évalué avant la mise sur le marché des antiviraux, il est indispensable de mener des études à long terme pour documenter cet aspect du traitement antiviral. De tels efforts ont été initiés en 1999, et ce rapport présente quelques uns des résultats les plus récents.

2 Si vous souhaitez en savoir plus, au fur et à mesure que d autres résultats seront connus, merci de contacter l auteur de ce rapport. CONTEXTE REGLEMENTAIRE En mars 1999, l agence européenne d évaluation des médicaments, European Medicinal Evaluation Agency (EMEA), a organisé une réunion sur le sujet, en réponse à des questions posées par le groupe de travail sur la pharmacovigilance. Un comité de pilotage fut créé, à charge de répondre aux questions suivantes: 1. Quels sont les moyens les plus appropriés pour répondre aux questions soulevées par le CPMP au sujet de la prévalence (nombre de cas à un moment donné) et surtout de l incidence (nombre de nouveaux cas sur une période): a) des complications à long terme b) Des effets à court terme sur la composition corporelle et les troubles métaboliques La structure du comité est la suivante: 9 sociétés pharmaceutiques ayant commercialisé un produit antirétroviral, des chercheurs universitaires, des représentants des agences (FDA et EMEA), et des représentants associatifs. 4 projets ont été proposés en Octobre 1999: 1. Une étude rétrospective au sein de la cohorte de l administration des vétérans aux USA 2. Une étude prospective multi-cohortes pour évaluer le risque cardiovasculair - étude D.A.D. (Data collection on Adverse events of anti-hiv Drugs). 3. Une étude sur la définition de la lipodystrophie. 4. Une méta-analysis des essais cliniques. Membres du comité de pilotage: Dr Silvia Bader-Weder Hoffman La Roche Dr Marie-Do Mompas Pfizer Dr. Sam Bozette Verteran Administration, San Diego Dr. Robert Munk New Mexico AIDS Infonet Dr. Paul Beninger / Dr Paul Coplan Merck Sharp D. Dr. Orjan Mortimer Rep of CPMP-EMEA Lakemedelsverket, Medical Products Agency, Sweden Dr. Andrew Carr St Vincent s Hospital Sydney Pr. Janet Darbyshire MRC Clinical Trials Unit François Houÿez EATG Dr. Ron Lewis San Diego, USA Dr Edde Loeliger Glaxo Smith Kline Dr. Jens Lundgren D:A:D study, Copenhagen Dr. Jeff Murray US FDA Dr. David Pizutti, Bristol Myers Squibbs, chair person Dr. Steven Schnittman Bristol Myers Squibb Dr. Stephen Storfer Boerhinger Ingelheim Dr Randall Tressler Abbott Laboratories Pr. Ian Weller, chair person, London FUNCTIONNEMENT Le budget dédié à ces études jusqu en 2002 consistait en: $ gérés par une Contract research organisation

3 2-3 membres du comité de pilotage au sein de chaque comité scientifique des études financées. Les investigateurs principaux restent indépendants vis à vis des sponsors. Les principales décisions scientifiques et procédurières sont prises par le comité de pilotage. ETUDES PRESENTEES 1. Etude rétrosepctive de la Veteran Administration (VA) (publiée dans NEJM, 19 février 2003) 1 La VA est un système de soins gratuits pour les employés du ministère de la défense des USA. Depuis janvier 1993, la VA possède une base de données contenant des informations sur l infection HIV. Les événements cliniques sont rapportés, ainsi que les traitements prescrits. La source sont les hôpitaux de l administration VA Origine = 01/93 ou 1 ère admission dans la Veteran Administration pour soin HIV Durée = analyse jusqu au 30 juin 2001 (12/99 pour la mortalité) ou 6 mois après la dernière admission. POPULATION 36,766 patients de janvier 1993 à juin ,463,000 patients-mois de suivi (médiane = 40 mois) 50% africains-américains, 98% d hommes; 80% > 35 ans Exposition aux antiviraux: ~70% ont pris des analogues nucléosidiques (NRTI) pour une médiane de 15 mois ~42% ont pris des inhibiteurs de protéase (IP) pour une médiane de 16 mois ~26% ont pris des inhibiteurs non nucléosidiques (NNRTI) pour une médiane de 9 mois >1000 patients ont pris IPs pour >= 48 mois NNRTI s pour >= 24 mois RESULTATS 1764 admissions hospitalières pour maladie cardio-vasculaire sur cette période 2006 admissions hospitalières ou décès imputables à une maladie cardio-vasculaire 15,074 décès quelque soit la cause EXPOSITION AUX ANTIVIRAUX NA = analogues nucléosidiques, PI = inhibiteurs de protéase, NNRTI = inhibiteurs non nucléosidiques. Years Exposure/100 Pt-Yrs Any ARV NA PI NNRTI Bozzette S, Ake C, Tam H, Chang S, Louis T. Cardiovascular and Cerebrovascular Events in Patients Treated for Human Immunodeficiency Virus Infection. N Engl J Med 2003;348:8:702-10

4 ANALYSE Comme observé dans d autres cohortes, la mortalité globale a décliné après la fin de Les taux d admission dans les hôpitaux de la VA pour maladie cardio-cérébro vasculaires n ont pas augmenté pendant cette période. Il était capital de s assurer que tous les décès cardio-vasculaires survenus étaient effectivement rapportés: certains peuvent être survenus en dehors des hôpitaux de la VA, plus proches du domicile. Ceci fut vérifié à partir de l Index National des Décès Events/100 Pt-Yrs Toutes causes de mortalité All cause mortality Hospitalisations MCV ou décès Cardio/ cerebro-vascular admission or death Hospitalisations MCV Cardio/ cerebro-vascular admission Events/100 Pt-Yrs Décès toutes causes ou admissions MCV Cardio/ cerebro-vascular admission or death from any cause All cause mortality Toutes causes de mortalité Le graphique ci-dessus est très parlant: la courbe de la mortalité globale et celle de la mortalité globale et des admissions pour maladie-cardiovasculaires sont parallèles, sans la moindre divergence. Si des événements cardio-vasculaires étaient devenus plus fréquents, les deux courbes ne seraient pas restées parallèles. AU NIVEAU DES PATIENTS Dans cette étude, le nombre annuel d admissions vasculaires pour 100 patients n augmente pas en fonction de l exposition aux antirétroviraux (graphe ci-dessous): les taux d admissions pour cause vasculaire ne sont pas différents chez les patients ayant reçu moins d un an de traitement par rapport à ceux ayant été traités depuis plus de quatre ans.

5 RISQUE RELATIF A 24 MOIS Aucune classe d antiviraux ne semble favoriser la survenue de maladies cardio-vasculaires après 24 mois de traitement, comme l indique le graphe ci-dessous: NA = analogues nucléosidiques, PI = inhibiteurs de protéase, NNRTI = inhibiteurs non nucléosidiques POURSUITE DE L ETUDE NA PI NN NA/PI NA/NN Une des principales limites de cette étude est la relativement courte durée d analyse. C est vrai pour l ensemble de la base, mais cependant un sous-groupe de plus de 4000 patients disposent de données sur plus de 4 ans. La poursuite de l étude devrait permettre d augmenter la précision des estimations et de mesurer des effets à plus long terme. Des études de pharmacovigilance et coût/efficacité pourraient être conduites.

6 Miilllliiers de patiients-moiis Actuellement Extension Nouveau total % augmentation Total 1, ,114 44% NA % PI % NNRTI % Comme le montre la table ci-dessus, la projection des données collectées après l extension de l étude illustre le gain attendu: par exemple, en ce qui concerne l exposition aux NNRTI, cela représenterait une augmentation de 181% et ceci augmenterait la fiabilité des résultats. EN RESUME L étude rétrospective VA ne montre pas d évolution du nombre annuel de nouvelles maladies cérébro-cardiovasculaires pendant la période d observation. Il s agit d une étude très large et puissante comparativement à d autres études rétrospectives de ce type. Non seulement elle ne montre aucune augmentation, mais en plus aucun effet imputable à une classe de médicaments n a pu être trouvé: il ne semble pas y avoir d effet lié à une classe de produits antiviraux plutôt qu une autre qui serait associé à une augmentation des maladies cardio-vasculaires. Cette absence d augmentation de l incidence peut s expliquer de plusieurs façons: 1. Effectivement, il n y a pas eu de telle augmentation 2. Une telle augmentation existe mais n a pas pu être mesurée par cette étude. Elle serait passée inaperçue. Ce serait le cas si de très nombreux infarctus du myocarde n ont pas été soignés dans les hôpitaux de la VA ou s il y avait eu une tendance à se rendre moins systématiquement à l hôpital dans les dernières années (phénomène observé dans la plupart des états aux USA : les coûts prohibitifs et les complications nosocomiales écartent les patients des structures hospitalières). Il est difficile de savoir si un phénomène de la même ampleur existe pour la VA qui dispense pourtant des soins gratuits. Il est également possible que l impact des antirétroviraux existe, mais qu il ait été trop faible pour être convenablement enregistré dans cette étude. Je me permets de détailler un peu plus ce point de vue. Supposons que vous souhaitiez mesurer l impact de la pollution atmosphérique sur le cancer du poumon. Si vous suivez 100 fumeurs pendant 20 ans (période pendant laquelle la pollution augmente, mais pas la consommation de tabac), le taux de nouveaux cancers peut ne pas changer. Si 4 nouveaux cancers apparaissent chaque année, en nombre cumulé sur 10 ans cela représente 40 cas, mais sans que l on observe d augmentation du nombre annuel de nouveaux cas au cours le temps. 60 personnes ont résisté au cancer induit par le tabac. Elles ont peut-être une constitution les protégeant très fortement contre cet agent polluant majeur, de sorte qu un agent polluant mineur comme la pollution atmosphérique n a pas eu d impact apparent. Considérons maintenant la même étude mais chez des non-fumeurs : pendant les 5 premières années, on n enregistre aucun cancer du poumon, puis de temps en temps un ou deux nouveaux cancers. Ces personnes ne sont pas exposées au tabac, mais seulement à la pollution atmosphérique qui augmente au cours du temps. C est le seul facteur associé à l augmentation apparente des cancers du poumon. Même si la pollution à un moindre impact que le tabac, cet impact peut être plus facilement mesuré dans une population non exposée au tabac. Son effet est marginal chez le fumeur, mais devient significatif chez le non-fumeur.

7 Pour le risque cardio-vasculaire, un tel phénomène existe peut-être : la population de patients suivis par la VA consiste principalement d hommes, de plus de 40 ans, avec un régime alimentaire très riche (US army), retraités et sédentaires avec moins d exercice physique, et des valeurs augmentées de cholestérol. Le stress y est important, et l hypertension sans doute fréquente. Tout concourt à ce qu ils soient atteints de maladies cardiovasculaires. A côté de cette «force» qui les pousse à la maladie cardiaque, les traitements antiviraux n exercent peut-être qu un effet noyé dans la masse, un effet marginal. Ceux qui n ont pas développé de maladie cardiaque malgré tout sont tout à fait capables de résister à l effet des antiviraux. Au contraire, dans l étude DAD, européenne à 70%, le régime alimentaire est différent, comme le mode de vie, il y a plus de femmes (24% contre 2%), et le risque de aux maladies cardiaques est peut-être plus faible qua dans la population des VA. En revanche, un nouveau facteur de risque comme le traitement antiviral peut exercer un effet mesurable. Le graphe de la page 1 illustre les inégalités en fonction du pays de résidence : la fréquence des maladies cardiaques est très supérieure aux US comparativement aux pays de l étude DAD. Les taux sont tellement élevés aux USA, qu un effet marginal comme le traitement antiviral peut y tout à fait passer inaperçu, même s il existe. 2. D:A:D 2 (publication en cours): Data Collection of Adverse events of anti-hiv Drugs L étude DAD, débutée en 1999, a pour but de déterminer si l exposition aux antiviraux est associée à un risque accru d infarctus du myocarde (IDM). Comme son investigateur principal l a expliqué (Jens Lundgren, Copenhagen), l utilisation des antirétroviraux est de plus en plus souvent associée à une augmentation des taux de lipides (dyslipidémies), de la résistance à l insuline, de l accumulation de graisse intraviscérale et peut-être aussi de l hypertension artérielle. Si c est le cas, on peut vraisemblablement s attendre à une augmentation parallèle des phénomènes d athérosclérose et d autres maladies cardiovasculaires (MCV). Cependant, la précision de l extrapolation du risque que font courir ces facteurs de risque aux personnes infectées par HIV et sous traitement antirétroviral n est pas «établie. Une hypothèse a servi de base à cette étude : sur le graphe ci-contre, les traits verticaux représentent les années. Il se peut qu il y ait une période de latence entre le moment où le cholestérol s accumule dans les vaisseaux artériels et celui où cela provoque un infarctus du myocarde. C est effet n est pas immédiat, mais aucun cardiologue n a pu mesurer la durée de cette latence, même dans la population générale. Au départ, on ne sait même pas si cela peut effectivement se traduire par une augmentation des troubles cardiaques. Si cela se révérait être le cas, quelle serait son ampleur? 2 N Friis-Møller, CA Sabin, R Weber, A d Arminio Monforte, W El-Sadr, P Reiss, F Dabis, L Morfeldt, S De Wit, C Pradier, G Calvo, M Law, O Kirk, AN Phillips and JD Lundgren for the D:A:D Study Group D:A:D Coordinating Centre, Copenhagen HIV Programme, Denmark, AHOD, Aquitaine, ATHENA, BASS, CPCRA, EuroSIDA, HivBIVUS, ICONA, Nice Cohort, St. Pierre Cohort, Swiss HIV Cohort Study. 10th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, Boston, February , Abstract 130

8 L étude DAD est donc une étude prospective (plusieurs milliers de patients sont inclus puis suivis au fur et à mesure). Son objectif principal est de mesurer l évolution du risque d infarctus du myocarde. L objectif secondaire est de modéliser ce risque, afin de prédire des estimations à plus long terme : la figure 8 montre différents scénarios en fonction de différentes hypothèses pour le long terme. 1. Le risque augmente très fortement au fil du temps (ligne bleue) 2. Le risque augmente modérément (ligne rouge) 3. Le risque augmente mais plutôt faiblement (ligne verte) 4. Dans un premier temps le risque augmente, puis il redevient ce qu il était (ligne jaune) METHODES - Etude de cohorte, prospective, multinationale (11 cohortes d Europe, Australie et USA) - Information collectée: infection HIV, traitements, risque de survenue de MCV et de diabète. - Puissance statistique: être capable de mesurer un doublement du risque d infarctus du myocarde en fonction de l exposition au traitement. 100 infarctus du myocarde sont nécessaires pour analyser les données. - L ensemble des données des 11 cohortes ont été rassemblées dans une base de données commune en septembre DAD est une étude prospective: à partir du début de l étude DAD, et pour chaque patient, il y a une date de première visite. Certains patients étaient déjà suivis avant cette date, et leurs données ont pu être récupérées de façon rétrospective. (c est la cas des patients 1 et 3 de la figure 9). Au contraire, d autres patients ont été inclus après le début de DAD (comme le patient 2 qui est entré directement dans DAD sans recueil rétrospectif de ses données). A la fin de l étude, le patient 1 continue d être suivi dans l une des 11 cohortes. Le patient 2 n est plus suivi, et il aura été suivi pour un total de 23 mois. Le patient 3 a eu un

9 infarctus après 16 mois de suivi dans DAD. A partir de ces exemples, on peut calculer : - le nombre total de patient mois de suivi: 30 pour (1), 23 pour (2), 16 pour (3), total: 69 - un seul infarctus est survenu: le taux est donc de 1 infarctus pour 69 patients-mois de suivi. C est de cette façon que les calculs ont été faits pour l ensemble des participants représentant un total de années-patients de suivi. DONNEES INITIALES ET ESTIMATIONS A chaque visite initiale, les informations suivantes furent collectées: âge, sexe, triglycerides, cholestérol total, HDL cholestérol, diabète, index de masse corporelle, tension artérielle, tabagisme, antécédents de maladie cardio-vasculaire, antécédents familiaux de MCV (tous facteurs de risques habituels pour IDM). Pour chaque personne, il est possible de calculer une estimation du risque d IDM à 5 ans ou 10 ans à partir de ces facteurs de risque initiaux: grâce à des travaux notamment menés dans la ville de Framingham, on peut calculer la probabilité qu une personne ait un infarctus dans 5 ou 10 ans en fonction de ses valeurs de cholestérol et autres facteurs de risque à un moment donné. Il existe des équivalents européens de l étude Framingham (USA), comme MONICA ou MUNSTER. Pour chacune d elles, une équation a été établie qui permet de calculer le risque. On ignore encore si l une de ces équations est applicable aux personnes vivant avec HIV. On ignore par exemple si l infection HIV elle-même ou l inflammation chronique qu elle provoque sont susceptibles de provoquer des perturbations de cet ordre. Mais une estimation frustre peut être faite, elle tiendra compte : - des taux de lipides à l entrée dans l étude (figure 10): ils sont plus élevés chez les personnes traitées, notamment chez les personnes traitées par analogues nucléosidiques et inhibiteurs de protéase. - Des autres facteurs de risque (figure 11) - En fonction desquels on peut estimer un risque moyen à 3 ans, en fonction du sexe (figure 12) TAUX INITIAUX DE LIPIDES (FIGURE 10) Comparativement aux patients jamais traités, le cholestérol total est plus élevé chez les personnes traitées, quel que soit le type de traitement. Le LDL cholestérol est plus élevé chez les personnes traitées par inhibiteurs de protéase. Ceci concerne des personnes dont il s agit du premier traitement antiviral. Cependant, comme l a suggéré le Dr. Stefan Mauss 3, le cas le plus fréquent d hypercholesterolémie chez des personnes HIV+ traitées par antirétroviraux est représenté par une 3 Differentiating Hypercholesterolemia Associated with Antiretroviral Therapy (ART) S. Mauss* 1, J. Stechel 2, R. Willers 3, G. Schmutz 1, and W. Richter 4 1Ctr. for HIV and Hepatogastroenterology, Düsseldorf; 2 Cologne; 3 Computer Ctr., Univ., Düsseldorf; and 4 Res. Inst. for Lipid Metabolism, Windach, Germany. 9 th CROI, 2002 abstract 689.

10 augmentation du VLDL cholestérol. L analyse de la composition en VLDL chez ces personnes révèle des particules de VLDL riches en triglycérides qui ressemble plutôt à l hypertriglycéridémie familiale à faible risque de maladie coronaire par opposition aux hyperlipidémies combinées à haut risque coronaire. En conséquence, une forte proportion de patients avec hypercholestérolémie sous un traitement antiviral pourrait avoir en fait un faible risque coronaire. AUTRES FACTEURS DE RISQUE (FIGURE 11) La population de l étude DAD est certainement différente de la population générale en Europe et aux USA : plus de 50% de tabagisme, des valeurs élevées de cholestérol chez 20% des gens. Parmi les participants, l âge médian est de 39 ans (IQR 34 45). C est important à savoir, car chez les individus de plus de 45 ans, le risque coronaire augmente rapidement. Du seul fait du vieillissement de la population de DA, l infarctus du myocarde devrait devenir «naturellement» plus fréquent. 24% des participants sont des femmes, 45% sont des hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes, 20% sont des utilisateurs de stupéfiants intraveineux, o26% sont au stade sida. Le taux médian de lymphocytes CD4 est de 418/mm 3 (IQR: ). 55% ont une charge virale indécelable. % RISQUE A 3 ANS (FIGURE 12) 4 Avec de tels paramètres, il fut possible d estimer le risque en fonction du type de traitement (figure 12). En appliquant simplement l équation de Framingham, on pouvait prédire une légère augmentation du risque d IDM chez les personnes traitées par inhibiteurs de protéase ou par inhibiteur de protéase et inhibiteurs non nucléosidiques, comparativement aux personnes jamais traitées ou aux autres associations. On note que le risque estimé reste très limité, de l ordre de 1.2% à trois ans. Même dans le cas où de nombreux infarctus du myocarde seraient fatals, cela ne remettrait pas en question l efficacité globale des antirétroviraux. 4 Law M, Friis -Møller N, Weber R, Reiss P, Thiebaut R, Kirk O et al. Modelling the three year risk of myocardial infarction among participants in the D:A:D study. Hiv Medicine 2003; 4(1):1-10.

11 Les figures 13 et 14 comparent le bénéfice du traitement (baisse de la mortalité de l infection HIV) et le risque possible (survenue d IDM). La différence entre les deux courbes parle d elle-même : la diminution de plus de 80% de la mortalité de l infection HIV ou de la survenue du sida n est pas menacée par une élévation du risque coronaire à 5 ou 10 ans. Cependant ce ne sont que des estimations, et il est important d attendre les conclusions de DAD pour savoir si ces estimations sont valides ou si le risque est plus important, ou au contraire négligeable. Bénéfice du traitement antiviral Possible évolution du risque coronaire par type de traitement Etant donné la taille de la population de DAD, il sera possible de distinguer un effet en fonction de la classe thérapeutique envisagée. Le tableau 15 montre la répartition des différentes associations utilisées par les participants. REGIME ANTIRETROVIRAL INITIAL Tableau 15: traitement initial % y ayant déjà recouru Durée Médiane (IRQ)* ou naifs PI 67% 2.6 ans ( ) NNRTIs 34% 0.9 ans ( ) NRTIs 81% 3.3 ans ( ) Naifs 19% *parmi les sujets traités Résultats: infarctus du myocarde rapportés (IDM) Cette partie ne peut être diffusée en avril Des résultats ont été présentés lors de la 10è Conférence sur les Rétrovirus à Boston en février 2003, mais ils sont en cours de publication dans un magasine scientifique et leur divulgation risquerait de gêner ce processus.

12 Dès que l article aura été publié, vous recevrez un complément. Néanmoins, sachez qu au cours de sa présentation orale à Boston, Jens Lundgren a commenté la première analyse des résultats, selon laquelle il y aurait effectivement une légère augmentation du risque d infarctus du myocarde associée au traitement antiviral. LA POPULATION DE DAD EST-ELLE REPRESENTATIVE DE LA POPULATION HIV EN EUROPE? La figure 20 montre la distribution de la population DAD. La grande majorité vit en Europe (2500 aux USA, 800 en Australie et en Europe). L Europe de l Est est sous-représentée. EN CONCLUSION Il est rassurant de constater que l augmentation du cholestérol total n est pour le moment pas associé à une forte augmentation du nombre d infarctus du myocarde au cours des traitement anti-hiv. Les personnes à haut risque de maladie coronaire devraient néanmoins être suivies de près. L IDM peut être fatal. Les recommandations thérapeutiques devraient préciser le type de suivi cardiologique à mettre en œuvre au moment d initier un traitement anti-hiv et pendant son suivi. L incidence actuelle de l IDM est faible dans la population traitée par antirétroviraux. Mais les facteurs de risque sont en augmentation constante, et il est possible que l IDM devienne de plus en plus fréquent à moyen terme. L athérosclérose ne se produit pas en un jour, des décennies sont nécessaires avant qu elle ne se manifeste bruyamment par un IDM. Pour ces raisons, il importe de suivre les personnes concernées de façon à déterminer si leur risque évolue de la même façon que dans la population générale. Il importe également de préciser la place thérapeutique des médicaments hypolipémiant. Comme toutes les classes semblent concernées, il peut être illusoire de changer précocement le régime thérapeutique d»un patient pour diminuer son risque coronaire.

13 Il existe deux types de facteurs de risque : ceux qui peuvent être modifiées, ceux qui ne le peuvent pas.. Ceux qui peuvent l être: Dyscholestérolémie (total cholestérol > 6.2 mmol/l, et/ou HDL < 0.9 mmol/l) Triglycérides > 2.3 mmol/l Tabagisme Obésité (Index de masse corporelle > 30) Non modifiables mais pouvant être traités: Hypertension Diabète Ne pouvant être modifiés : Age > 45 ans chez l homme / > 55 ans chez la femme Parent proche (1 er degré) ayant eu un IDM à moins de 50 ans Maladie cardio-vasculaire déjà diagnostiquée RECOMMANDATIONS 1. Poursuivre les recherches: 2è analyse de DAD (2 années supplémentaires de suivi) pour mieux apprécier le risque à moyen terme. Ainsi que des sous-études visant à améliorer l analyse statistique et la robustesse des données, visant à distinguer le rôle de chaque classe thérapeutique, etc. Définition d une équation DAD modélisant le risque coronaire dans cette population. 2. Poursuivre les recherches : étude rétrospective VA. 2 années supplémentaires de suivi augmenterait l exposition en terme de patients-années de suivi. 3. Poursuivre les efforts : la définition du syndrome de lipodystrophie. Le rôle diagnostique des marqueurs de l inflammation doit être précisé. 4. Développer des travaux sur la causalité : aucune étude en cours ne compare l athérosclérose chez des personnes HIV+ à des personnes HIV-. Une méta-analyse d essais contrôlés (ACTG 384, FIRST, INITIO) est en cours, mais elle ne permettra pas de comparer à des personnes HIV-. Le virus HIV et l inflammation qu il induit peuvent jouer un rôle parallèlement aux traitement. Si l IDM est plurifactoriel, il faut pouvoir le préciser. Il ne semble pas judicieux de changer le label (product label) des médicaments commercialisés au sujet du risque cardiovasculaire. L information doit être expliquée aux personnes avant le début d un traitement, ou au fur et à mesure. L information contenue dans les boîtes de médicaments n est lue qu au moment de la première prise, c est bien en amont que cette information doit être communiquée et discutée, lorsque le médecin propose le traitement, et non à la pharmacie ou de retour chez soi lorsque l on ouvre la boîte de comprimés. Il faut donc adapter les recommandations thérapeutiques pour que les médecins pensent à en informer leurs patients et au besoin proposer un suivi cardiologique renforcé. Auteur François Houÿez

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Communiqué de presse. Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation

Communiqué de presse. Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation Communiqué de presse Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation Boehringer Ingelheim France inaugure son nouveau siège social à Paris Boehringer Ingelheim s engage en oncologie et annonce

Plus en détail

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS

ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS ECHOS DE COLAUS PSYCOLAUS Numéro 2 Printemps 2009 L étude se poursuit avec vous dès aujourd hui! Chers participants, Vous avez été plus de 6000 personnes à participer à l étude CoLaus et plus de 3500 à

Plus en détail

Recommandations de Recueil

Recommandations de Recueil Recommandations de Recueil Murielle Mary-Krause INSERM U943 SFLS Juin 2013 Document Ministériel Règles de base Homogénéisation du recueil Envoyé aux ARS et aux différents hôpitaux Recueil de données :

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Chiffres et données sur les maladies cardio-vasculaires en Suisse

Chiffres et données sur les maladies cardio-vasculaires en Suisse Édition 2012 Chiffres et données sur les maladies cardio-vasculaires en Suisse Fondation Suisse de Cardiologie Active contre les maladies cardiaques et l'attaque cérébrale Impressum Éditeur Fondation Suisse

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC Pierre-Carl Michaud, ESG UQAM, CIRPÉE, CIRANO et Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Cohorte et essais cliniques : complémentarité et limites dans le traitement de l infection àvih Quel apport en terme de tolérance àlong terme?

Cohorte et essais cliniques : complémentarité et limites dans le traitement de l infection àvih Quel apport en terme de tolérance àlong terme? Cohorte et essais cliniques : complémentarité et limites dans le traitement de l infection àvih Quel apport en terme de tolérance àlong terme? Dominique Costagliola U943, Inserm et Université Pierre et

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE et INFECTION PAR LE VIH

RISQUE CARDIOVASCULAIRE et INFECTION PAR LE VIH RISQUE CARDIOVASCULAIRE et INFECTION PAR LE VIH Correspondances en Risque CardioVasculaire Cardiovascular risk in HIV-infected patients Franck BOCCARA, Stéphane EDERHY, Catherine MEULEMAN, Sandra JANOWER,

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000 CAISSE NATIONALE LE SUIVI DES BENEFICIAIRES DE L ASSURANCE MALADIE DES PROFESSIONS INDEPENDANTES SOUFFRANT DE DIABETE DE TYPE 2, TRAITES EXCLUSIVEMENT PAR DES HYPOGLYCEMIANTS ORAUX EN 1998 DECEMBRE 2001

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 12 janvier 2001 par arrêté du 20 janvier 2001. TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 CADUET 5 mg/10 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées CIP : 369 304-4 Boîte de 30 comprimés pelliculés

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D.

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D. ST. MICHAEL S HOSPITAL UNIVERSITY OF TORONTO RAPPORT DE LA DIVISION DE CARDIOLOGIE ST. MICHAEL S HOSPITAL, UNIVERSITÉ DE TORONTO MC Le traitement hypolipidémiant et la prévention primaire et secondaire:

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

RISQUES A LONG TERME. Les risques: lipodystrophies INFECTION PAR LE VIH:

RISQUES A LONG TERME. Les risques: lipodystrophies INFECTION PAR LE VIH: INFECTION PAR LE VIH: RISQUES A LONG TERME Dr Yann GERARD yann.gerard@orthez.aquisante.fr Réunion Rézopau le 5 février 27 Les risques: lipodystrophies Lipohypertrophie mammaire et abdominale Lipodystrophie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Points à comprendre Les anomalies du métabolisme lipidique sont à l origine de perturbations biologiques avec des conséquences importantes en termes de santé

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia On distingue deux types de diabète, le type 1 et le type 2. Dans le diabète de type 1, la sécrétion d insuline est négligeable

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par REVUES GENERALES Risque cardiovasculaire J. FERRIERES Service de Cardiologie B, CHU Rangueil, TOULOUSE. Prévalence des différentes dyslipidémies en France Peu de données sont disponibles sur la prévalence

Plus en détail

Etude APROVIR: Résumé du protocole

Etude APROVIR: Résumé du protocole AntiPROtéases COhorte Résumé Objectif principal Etudier l'évolution clinique et biologique des patients infectés par le VIH débutant un traitement avec antiprotéase dans le contexte de la pratique actuelle

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE

LES FACTEURS DE RISQUE LES FACTEURS DE RISQUE C EST QUOI UN FACTEUR DE RISQUE? C est une caractéristique lié à une personne, à son environnement à sa culture, à son mode de vie qui entraine pour elle une probabilité plus importante

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol Etude clinique pilote sur la diminution naturelle du taux de cholestérol Documentation sur les applications réussies des recommandations du Dr Rath pour une meilleure Santé cellulaire Editeur: MR Publishing

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

Les 15 ans du régime d assurance médicaments. Le régime privé. Denis Gobeille, M.Sc. R.I.

Les 15 ans du régime d assurance médicaments. Le régime privé. Denis Gobeille, M.Sc. R.I. Les 15 ans du régime d assurance médicaments Le régime privé Denis Gobeille, M.Sc. R.I. Historique : Avant 1997 Seuls certains travailleurs québécois et leur famille avaient accès à une assurance médicaments

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

Fiche Médicale de demande d admission

Fiche Médicale de demande d admission Fiche Médicale de demande d admission A remplir par le Médecin de famille ou le pédiatre ou le Médecin RéPPOP Pour les médecins RéPPOP : les parties grisées, déjà renseignées sur PEPS, sont facultatives.

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES

MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES LES MALADIES DU CŒUR ET LES MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES PRÉVALENCE, MORBIDITÉ ET MORTALITÉ AU QUÉBEC DIRECTION PLANIFICATION, RECHERCHE ET INNOVATION UNITÉ CONNAISSANCE-SURVEILLANCE OCTOBRE 2006 AUTEUR

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail