TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS"

Transcription

1 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées avant d être analysées puis référencées dans des rapports. Bien que la phase de traitement vienne après la collecte, il est important de la planifier le plus tôt possible, en même temps que la phase d élaboration de la méthodologie et du questionnaire. TRAITEMENT DES DONNÉES Trois méthodes de traitement peuvent être utilisées : Saisie manuelle Cette méthode implique la création d une base de données correspondant à la structure du questionnaire. Une fois les questionnaires remplis par les recenseurs, le matériel est transmis au centre de saisie pour que les commis à la saisie saisissent les réponses sur support informatique afin de les intégrer dans la base de données. La saisie 68 69

2 sur support informatique consiste à nettoyer, à rechercher la cause des erreurs éventuelles et à structurer les réponses pour que celles-ci puissent être utilisées au cours de la phase d analyse. La saisie manuelle est recommandée dans le cadre d évaluations rapides. Figure 10 : Activités et outils de traitement Acteurs Activités Outils Numérisation Avec cette méthode, le questionnaire doit être rédigé dans un logiciel spécifique de façon à ce que les réponses puissent être numérisées et intégrées dans la base de données. Un code barres et des champs réservés aux réponses figurent sur chaque page du formulaire imprimé. Il suffit ensuite de numériser les formulaires pour saisir les réponses. Entretien assisté par ordinateur Cette méthode consiste à élaborer un questionnaire sur un Smartphone, une tablette, un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau. Les recenseurs qui procèdent à un entretien sur le terrain ou par téléphone enregistrent directement les réponses dans le dispositif correspondant qui se connecte à une base de données. Dans ce cas, la collecte et la saisie ne font plus qu un! Ces technologies peuvent être utilisées pour les évaluations menées dans les premiers temps d une catastrophe. Néanmoins, elles nécessitent une formation adéquate et une préparation rigoureuse. Le traitement comporte plusieurs étapes illustrées dans le diagramme suivant (figure 10). Certaines étapes peuvent être différentes (devenir plus simples ou plus complexes) en fonction de la méthodologie appliquée. ÉLÉMENTS CLÉS DU TRAITEMENT DES DONNÉES Formation nécessaire Temps nécessaire à l installation et test Coût lié à la saisie Coût lié à la qualité Coût lié à la correction Coût du matériel Risque de perte Protection Délais requis Compétences techniques requises Équipe des recenseurs / évaluateurs Chef d équipe Centre de saisie Superviseur de la saisie Équipe de saisie Administration du questionnaire à l aide de papiers/stylos, de Smartphones ou d enregistreurs Première vérification recueillies Retour d information à l équipe des recenseurs Réception des formulaires complétés, des notes prises au cours de l entretien, de l enregistrement de la discussion avec le groupe cible et des autres observations Deuxième vérification des formulaires complétés ou brutes Distribution des tâches au sein de l équipe de saisie Retour d information au chef d équipe Saisie Nettoyage Problèmes et solutions Codage et résumé des informations descriptives issues de la discussion avec le groupe cible Stockage Extraction et exportation vers le logiciel d analyse Questionnaires Smartphones, tablettes, ordinateurs portables Formulaires de contrôle Procédures standard Procédures standard Formulaires de contrôle Programme de saisie et d'analyse de données Procédures standard 70 71

3 ANALYSE DES DONNÉES L analyse constitue la dernière étape d un exercice de profilage ou d évaluation conjointe. Elle sert de base à l élaboration de rapports. L analyse peut être réalisée de différentes façons selon la méthodologie utilisée et le type de données / d analyse générées. Le présent chapitre ne fournit pas un guide complet sur l analyse. Cependant, les étapes suivantes sont toutefois recommandées : Processus de consultation Les rôles et les responsabilités au cours de l analyse doivent être clairement définis, la priorité étant d élaborer la première ébauche et de coordonner le processus d approbation consultatif de la version finale. Cela renforcera la prise d engagement et l utilisation même par les organisations participantes. Contrôles de base de la qualité Au cours de cette étape, les erreurs non liées à l analyse statistique doivent être détectées. Ces erreurs peuvent être dues, entre autres, à une mauvaise saisie, à des questions ambiguës, à un échec de localisation de la personne à interroger, etc. Taux de réponse Lorsqu une enquête par sondage a été conçue dans le but de générer des résultats représentatifs (profilage de situation de déplacements internes), un certain nombre de personnes à interroger ont été ciblées. Cependant, il est rare que cet objectif soit atteint. Parfois, les recenseurs n arrivent pas à localiser les personnes à interroger, ou certaines refusent de participer. Il est donc indispensable de calculer le nombre réel de personnes interrogées. Si le taux de réponse est inférieur à 90 %, les statisticiens doivent évaluer la fiabilité des résultats et les possibilités / limites d extrapolation. Réponses manquantes, «Je ne sais pas» et «Autre(s)» Les nombreuses réponses manquantes et les questions auxquelles «Je ne sais pas» et «Autre(s)» ont été répondus doivent être rigoureusement analysées. Un taux important de réponses de ce type peut indiquer une erreur de saisie ou une mauvaise interprétation des questions, ou signifier que l information n est pas fiable et doit être analysée conjointement avec d autres éléments d information. Schémas attendus Certains schémas peuvent clairement découler d autres enquêtes ou des informations d ores et déjà disponibles. Il est recommandé de vérifier que ces schémas correspondent aux résultats obtenus. Dans le cas contraire, l analyse doit déterminer les causes de cet écart. Variables de base L analyse devient plus intéressante si différents champs de données sont mis en corrélation. Une approche consiste à définir quelques variables de base sur lesquelles s appuiera l analyse (par exemple, le «sexe», l «âge» et la «localisation» des personnes interrogées peuvent constituer des variables de base ; ainsi, les autres champs comme ceux de la «fréquentation scolaire» et des «intentions de retour» seront analysés et présentés en fonction du sexe, de l âge et de la localisation des personnes interrogées). Taille minimale de l échantillon Certaines variables seront couvertes par un nombre limité de personnes interrogées (par exemple, la «situation des personnes âgées» ou les «nourrissons de moins de 3 mois»). Toute extrapolation fondée sur un nombre très restreint risque d être erronée. L analyste doit donc interpréter ces variables avec précaution et déterminer si une extrapolation est possible ou non. Si oui, il devra définir la taille minimale de l échantillon pour que l extrapolation soit acceptable. Il existe un certain nombre de mesures de validité sur lesquelles l analyste peut se baser pour fournir des chiffres pertinents. PARK online contient des informations sur quelques méthodes permettant de mesurer et de justifier la validité des chiffres présentés

4 ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS Quatre types de rapports peuvent être générés pour présenter les résultats obtenus et l analyse : 1. Rapport préliminaire : Un court rapport (15 25 pages) qui présente les principaux résultats. Son but est d inciter les acteurs à participer à l élaboration du rapport d analyse et à communiquer les principaux résultats aux organismes gouvernementaux, aux ONG, aux donateurs, à la presse et au grand public. Ce rapport ne doit pas inclure de résultats «hasardeux» qui pourraient être remis en question par une analyse plus approfondie. 2. Rapport technique : Un rapport reprenant en détail la méthodologie, y compris toutes les méthodes statistiques utilisées dans le cadre de l analyse et des travaux d extrapolation. Ce rapport doit également inclure les résultats, qui seront présentés sous forme de tableaux et de graphiques conformément au plan d analyse. 3. Rapport d analyse ou rapport final : Un rapport général, largement diffusé, qui inclut une vue d ensemble de la méthodologie, des procédures opérationnelles et des résultats par thème, ainsi que des recommandations clés. Ces rapports peuvent être particulièrement longs ; il est donc recommandé de rédiger en parallèle un document de synthèse. STRUCTURE DU RAPPORT FINAL CONSEIL POUR L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS L élaboration d un rapport complet est un processus laborieux. C est pourquoi il est important d y consacrer suffisamment de temps. Or, les informations doivent être divulguées dans les plus brefs délais pour rester pertinentes et faciliter leur utilisation. La publication d un rapport préliminaire peut vous permettre d entreprendre une analyse approfondie tout en ayant communiqué les principaux résultats aux parties prenantes. Les résultats d un exercice de profilage ou d évaluation conjointe seront utilisés pour guider les acteurs humanitaires opérant dans le pays dans leurs prises de décisions. En outre, les résultats serviront à planifier et à modifier les interventions et les programmes. Au cours de l analyse, une attention particulière doit donc être accordée aux calculs et à l interprétation des résultats. De même, toute interprétation doit être approuvée par l ensemble des partenaires de l exercice et comparée aux informations d ores et déjà disponibles. L établissement d un rapport n est pas le résultat final d un exercice de profilage ou d évaluation conjointe. En effet, l objectif premier est d utiliser concrètement les données et les connaissances apprises afin de venir en aide à la population affectée ou de défendre ses intérêts. Plus les résultats sont pris en compte dans le processus de décision, plus l exercice sera réussi! Résumé Introduction et contexte Méthodologie et limites Chapitres présentant les résultats (par thème) Méthode d échantillonnage Instruments de l enquête 4. Rapport spécialisé (sur demande) : Un rapport détaillé axé sur des thèmes précis et sollicité spécifiquement par une partie prenante

5 Pour faciliter ce processus, les éléments suivants doivent être considérés : Intégration Il convient de rappeler que le profilage de situation de déplacements internes et les évaluations conjointes sont des processus concertés. La logique de collaboration doit être appliquée à chaque étape du processus. L intégration favorise la participation du plus grand nombre possible et encourage l utilisation effective des résultats. De plus, elle permet de s assurer que l on dispose des compétences spécialisées nécessaires à la mise en œuvre des méthodes et des analyses appropriées en vue d optimiser la qualité de l exercice. Diffusion Le rapport final doit être diffusé pour s assurer que les résultats parviennent à toutes les personnes intéressées. Cependant, l envoi d un simple groupé ne suffit pas! En effet, un processus doit être mis en place pour s assurer que le rapport est transmis aux bonnes personnes / organisations, que celles-ci sont intéressées par une partie ou l ensemble des résultats et qu elles ont été informées, au préalable, de l envoi du rapport. La diffusion du rapport doit se faire à différents niveaux, à l échelle internationale, nationale et sous-régionale. CONTENU DU PARK Ce chapitre du PARK se divise en neuf sections : Saisie et logiciel d analyse Cette section contient les guides d utilisation de plusieurs logiciels de saisie et d analyse, dont Sphynx, Martus, Limesurvey, CSPro et X-FORMS. Cette section sera continuellement enrichie. Collecte mobile Cette section contient des présentations sur des cas pratiques d utilisation des technologies mentionnées ci-dessus, des informations détaillées sur MEDES Epidefender et Open Data Kit Android (deux systèmes utilisés par le HCR), et des évaluations de systèmes de collecte. Numérisation Dans cette section, le PARK fournit des exemples de saisie par numérisation (méthode utilisée, entre autres, dans le cadre du travail de recensement réalisé au Ghana en 2008). Bien que cette technique se soit avérée beaucoup plus rapide que la méthode de saisie manuelle, elle a toutefois ses revers. Qualité Cette section examine l importance de la qualité au regard des statistiques officielles et propose également des normes de qualité statistique nationales qui pourraient servir de référence au contrôle de la qualité du mécanisme de traitement. Processus Cette section contient des documents et des directives sur la saisie et la consolidation, ainsi que des comptes-rendus d exercices de profilage et d évaluation conjointe menés sur le terrain ; ceux-ci offrent un excellent aperçu des défis à relever une fois sur place

6 Références générales Cette section contient des documents relatifs au traitement, et fournit quelques informations utiles sur le mécanisme de gestion des données (notamment pour les enquêtes et les groupes de réflexion) et son cycle de vie. Analyse Cette section contient des documents et des présentations sur l analyse, des instructions relatives à l analyse des ensembles de données et des conseils détaillés pour éviter les erreurs les plus fréquentes et garantir un niveau de qualité optimal. Des formations utiles sur le traitement de l information et les analyses quantitatives, y compris des exercices, des présentations et des explications détaillées, sont également disponibles. Rapports Cette section contient des instructions exhaustives sur l établissement de rapports dans des situations de crise, l utilisation obtenues à des fins de rapport, et comment élaborer un rapport en présentant de manière efficace les besoins auxquels il faudra répondre. Des informations spécifiques sur l élaboration et l utilisation de cartes à des fins de présentation sont également disponibles. Diffusion Cette section donne des précisions sur le traitement des résultats et l élaboration du rapport en vue de transmettre l information au groupe cible. Les documents proposent des exemples et fournissent des instructions sur la présentation et la diffusion appropriées de l information à des fins de sensibilisation. À RETENIR La phase de traitement doit être planifiée en parallèle à la phase d élaboration de la méthodologie et du questionnaire. Le traitement doit être réalisé par une personne compétente ; l analyste doit s y atteler le plus tôt possible. Le traitement ne consiste pas uniquement à saisir des données dans un ordinateur ou à numériser des formulaires. Un travail fastidieux de nettoyage et de vérification doit également être effectué. Il est important de prévoir du temps pour la phase de traitement, quitte à voir large. Le stockage brutes est un point important. De même, un stockage approprié est indispensable, notamment si les données doivent être réexaminées à des fins de vérification, ou si une analyse plus approfondie des rapports entre les questions s avère nécessaire. La consultation reste une priorité, notamment au stade de l analyse et des recommandations. En dépit des contraintes de temps, une consultation permet de procéder plus rapidement à la transposition des résultats en programmes et en politiques. Si les délais sont serrés, publier un rapport préliminaire. planifier la phase de diffusion des résultats celle-ci ne se limite pas à l envoi d un simple groupé! 78 79

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES INTRODUCTION Le kit de ressources

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Section 8. Analyse des données

Section 8. Analyse des données Section 8 Analyse des données 127 Analyse des données Ne pas retarder l analyse une fois que les données sont disponibles. Un programme de statistique ne remplace pas un statisticien. Ne pas communiquer

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Annexe 3. Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire

Annexe 3. Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire Annexe 3 Budget type d une évaluation de l impact d un programme alimentaire scolaire Phase I : Juillet 999 Décembre 2000 a Proposition de recherche sur l alimentation au niveau des écoles Evaluation de

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention

Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention Version 1 Service Hot Line Aareon 2009 page 1 de 15 Table des matières 1 Saisie d une demande d intervention... 3 1.1 Accès au site

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

ENSA Tétouan S2 2012 EL KADIRI Kamal Eddine

ENSA Tétouan S2 2012 EL KADIRI Kamal Eddine ENSA Tétouan S2 2012 EL KADIRI Kamal Eddine Importance d une démarche proactive (planification, surveillance & maîtrise) Plus la date d identification du risque est tardive: Plus les possibilités d agir

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne Fiche méthode n 3 Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 1. Définition d un projet GPEC Une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences est par définition,

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013 Réponses et mesures s par la Recommandation 1 finances s assure de la résiliation en temps opportun des fiches de spécimen de signature tout au long de l année. Une initiative menée dans le cadre du partenariat

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014)

Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014) Check-list pour l élaboration de projets SCCP (version 5 / avril 2014) (Base : Stratégie et dispositif de prise en charge des adultes handicapés en cas de placement difficile, 15 septembre 2011) L élaboration

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Consultation publique du 12/07/10 au 12/09/10 : l ouverture des.fr à l Europe

Consultation publique du 12/07/10 au 12/09/10 : l ouverture des.fr à l Europe L AFNIC dispose de deux ans pour ouvrir le.fr aux personnes physiques dont l adresse est située hors de France, dans l Union européenne ainsi qu à l ensemble des personnes morales établies dans l Union

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification

Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification du 25 novembre 2009 (état le 15 octobre 2015) Domaine de qualification «Pratique professionnelle»... 2 Domaine de qualification «Travail

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Assistant(e) Ressources Humaines Niveau III Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) OBJECTIF PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA, 21 MARS 2015 Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre à

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. INITIATION DES CADRES DE LA DNEEP ET DU MMG AUX LOGICIELS EXCEL, EVIEWS, SPSS et STATA

TERMES DE REFERENCE. INITIATION DES CADRES DE LA DNEEP ET DU MMG AUX LOGICIELS EXCEL, EVIEWS, SPSS et STATA REPUBLIQUE DE UINEE Travail Justice Solidarité MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION NATIONALE DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA PREVISION (DNEEP) TERMES DE REFERENCE INITIATION DES CADRES DE

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming L'audit interne Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming Marie-Hélène GENTIL - Maître de Conférences marie-helene.gentil@u-bordeaux.fr Université de

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

Open Bee TM e-fact PRO

Open Bee TM e-fact PRO Open Bee TM e-fact PRO SOLUTION GLOBALE D AUTOMATISATION DU TRAITEMENT DES FACTURES FOURNISSEURS 80 % des factures fournisseurs sont encore actuellement reçues au format papier. 13,8 est le coût moyen

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

SCHEMA DE CONNEXION. 49/51 rue Samatan 13 007Marseille Tel : 04 91 46 25 88 Fax : 04 91 46 49 15 Mail : support@nauticom.fr

SCHEMA DE CONNEXION. 49/51 rue Samatan 13 007Marseille Tel : 04 91 46 25 88 Fax : 04 91 46 49 15 Mail : support@nauticom.fr SCHEMA DE CONNEXION Les schémas ci-dessous montrent l intégralité des installations possibles entre des instruments et un ordinateur où le Multiplexeur NMEA joue un rôle prépondérant. Dans chaque cas l

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

auprès des entreprises

auprès des entreprises Méthodologie des enquêtes structurelles auprès des entreprises De la théorie à la pratique : le cas Alice Introduction Le travail du statisticien d enquête consiste à maximiser la qualité et la fiabilité

Plus en détail

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Sarah Hughes Directeur de sondages sr. Projets internationaux NORC Université de Chicago 15 janvier 2008 Hypothèses de la présentation Nous envisageons

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail