Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie."

Transcription

1 Chapter 4: Monnaie et inflation On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. 1

2 Question: Qu est-ce que la monnaie? Qu est-ce qui caractérise la monnaie? Nous allons considérer que la monnaie a deux caractéristiques principales qui sont: 1. C est un actif avec un rendement (nominal) de 0% (ou au mieux une très bas rendement). 2. C est un actif requis pour les transactions. 2

3 Quelles sont les trois fonctions les plus importantes de la monnaie? 1. Réserve de valeur (Permet de transférer du pouvoir d achat à travers le temps) 2. Unité de compte (unité de mesure d échange) 3. Intermédiaire des échanges (utilisée pour acheter des biens, à la place du troc) 3

4 La monnaie peut soit être: Monnaie fiduciaire (pas de valeur intrinsèque) Monnaie marchandise (avec valeur intrinsèque, soit parce qu elle est en or ou argent, ou parce qu elle peut être échangée contre quelque chose qui a de la valeur). De nos jours, la monnaie est fiduciaire. 4

5 Question: Comment la monnaie fiduciaire peut avoir de la valeur, étant donné qu elle n a pas de valeur intrinsèque et ne peut pas être échangée contre quelque chose qui a de la valeur? C est juste une pièce de papier... Donc, chaque fois qu un bien est vendu, quelqu un accepte une pièce de papier en échange de quelque chose qui a de la valeur, puisque ça va être échangé. 5

6 Pourquoi est-ce qu un tel échange (bien contre pièce de papier) est rationnel à la fois du point de vue du vendeur et de l acheteur? 6

7 Réponse: 1. Les gens ont des biens à échanger. 2. Les gens dérivent de l utilité de la consommation. 3. Mais, pour échanger, il faut que les deux côtés soient désireux de compléter l échange. Donc il faut une double coïncidence des besoins. 7

8 4. Il y a des frictions (rappelez vous du chapitre 6), qui font que trouver un partenaire qui veut le bien que vous produisez et dont vous voulez le bien, est un processus long et difficile. Dans ce cas, le troc (échange d un bien contre un autre bien) est inefficace, puisqu il y a peu d échanges. 8

9 Maintenant, supposons que des pièces de papier (appelées monnaie fiduciaire) sont introduites dans l économie. Maintenant, les gens peuvent échanger des biens contre des biens ou des biens pour de la monnaie. Maintenant, quand il y a un problème de double coïncidence des biens, les gens peuvent échanger des biens pour de la monnaie. Cela conduit à plus d échange et donc augmente le bien-être. Malgré tout, la question demeure de comprendre pourquoi les vendeurs accepteraient des pièces de papier. 9

10 Réponse: C est basé sur une prophétie auto-réalisatrice (self-fulfilling prophecy). Cela peut marcher si et seulement si les gens croient que, dans le futur, ils pourront eux-mêmes échanger la monnaie reçue pour des biens. Si les gens croient que la monnaie qu ils acceptent maintenant sera aussi acceptée dans le futur, ils acceptent la monnaie maintenant. Donc, si tout le monde accepte la monnaie maintenant, il est rationnel pour un individu de l accepter aussi. 10

11 Si les gens croient que la monnaie qu ils acceptent maintenant ne sera pas acceptée dans le futur, ils ne vont pas vouloir accepter la monnaie maintenant. Là aussi, si personne n accepte la monnaie lors d échange, il est rationnel pour un individu de ne pas accpeter la monnaie. 11

12 Offre de monnaie: Par définition, l offre de monnaie est la quantité de monnaie en circulation. (contrôlée en partie par la banque centrale) Comment est-ce mesuré? (1) pièces et billets de banque en circulation: C (2) dépôts à vue (comptes chèque) (3) fonds mutuels sur le marché monétaire, comptes d épargne. 12

13 Du plus au moins liquide: Si on utilise seulement (1): C Si on utilise (1) et (2): M 1 Si on utilise (1), (2) et (3): M 2 Généralement, M 1 ou M 2 sont utilisés. 13

14 La théorie quantitative de la monnaie L équation est en fait à la base une identité comptable qui tient compte de toutes les transactions dans l économie une année donnée: MV T PT, où: M est l offre de monnaie (monnaie en circulation), V T est la vitesse de circulation de la monnaie, P est le niveau des prix, T est le nombre de transactions dans une année. On peut donc voir que V T représente le nombre de fois que la monnaie circule en une année. 14

15 Toutes les transactions ne sont pas enregistrées. En général, on est intéressé par Y, le revenu ou PIB. Puisque le nouveau PIB (Y) est proportionnel est à peu près proportionnel aux transactions, nous pouvons réécrire la relation comme: MV Y PY, où: V Y est la vitesse de circulation de la monnaie en tant que revenu, Y est le PIB. 15

16 (Première) expression pour la demande pour la monnaie: Question: Pourquoi est-ce que les gens demande (ou pas) de la monnaie? En d autres termes, qu est-ce qui influence la volonté des gens de détenir de la monnaie? 16

17 La question devrait vraiment être posée comme: Pour un niveau de richesse donné, quelle proportion veut-on détenir sous la forme de monnaie? [rappelez vous que la monnaie est juste un autre type d actif, avec des propriétés particulières: rendement de 0%, mais utilisée dans les transactions.] Trois facteurs influent la demande de monnaie: 1. le niveau des prix, 2. le niveau de revenu, [1. et 2. ont à voir avec le role de la monnaie comme moyen de transaction.] 17

18 3. le coût d opportunité de posséder de la monnaie. [3. a à voir avec le fait que la monnaie n offre pas de rendement, alors que d autres actifs offrent un rendement.] 18

19 Pour l instant, nous prenons l expression suivante pour la demande d encaisses monétaires réelles ( Md P ): M d P ky, où k représente la proportion des revenus réels que les gens veulent détenir sous la forme de monnaie [ce qui influent k va être étudié très bientôt.] 19

20 Maintenant, nous pouvons regarder l équilibre dans le marché de la monnaie, i.e. quand la demande de monnaie est égale à l offre de monnaie. M d M s, Md P Ms P, ky Y V, k 1 V. Pour un niveau de revenu donné, et donc pour un certain nombre de transactions, si les gens veulent détenir peu de monnaie, cet argent doit circuler plus vite. 20

21 La théorie quantitative de la monnaie suppose que V est à peu près constant (et donc k aussi) V V MV PY. Dans le long-terme, Y Y [puisque le produit réel est seulement déterminé par les facteurs, capital et travail.] MV PY M P [le niveau des prix est proportionnel au montant de monnaie en circulation.] 21

22 1. Ce résultat est appelé la neutralité de la monnaie. Dans le long-terme, l offre de monnaie ne peut avoir que des effets nominaux [sur P], et pas d effets réels [sur Y]. 2. Cela implique que la politique monétaire ne peut être utilisée que pour des corrections a court-terme [i.e. lors d une récession]. 3. Dans le L/T, inflation taux de croissance de la monnaie. 22

23

24

25 Inflation et taux d intérêt: Nous aimerions dériver une relation entre inflation, taux d intérêt nominal et taux d intérêt réel. i: taux d intérêt nominal, r: taux d intérêt réel, : taux d inflation. Disons que le contrat précise que: - vous empruntez x 1 $ dans la 1 ère année, - vous remboursez x 2 $ x 1 1 i $ dans la 2 ème année. 23

26 Niveau des prix dans la 1 ère année: P 1. Niveau des prix dans la 2 ème année: P 2 P 1 1. Valeur réelle de ce qui a été emprunté: Valeur réelle du montant remboursé: x 2 P 2 x 1 1 i P 1 1 x 1 P 1 1 i. 1 x 1 P 1. 24

27 Donc le taux d intérêt réel est 1 i 1 1 r. 1 i 1 r 1 1 r r. Remarquez que pour des valeurs de r et très basses, r est négligible. (si r.03 et.03, r. 0009!) Donc, i r. 25

28 On devrait considérer que les gens bien sûr ne connaissent pas l inflation l année prochaine avec certitude. Plutôt, il doivent faire des anticipations sur le taux d inflation l année prochaine (inflation espérée, e ) avant de signer le contrat. Donc de facon plus précise: i r e. [Cela s appelle l equation de Fisher ou effet de Fisher.] 26

29 De nouveau, nous avons une forme de neutralité au long-terme: L équilibre dans le marché des emprunts [i.e. investissement I épargne S] détermine le taux d intérêt réel r. g M s détermine. i r. Dans le long-terme, le taux d intérêt réel ne dépend pas de l offre de monnaie. 27

30

31

32 Deuxième expression pour la demande de monnaie: Nous avions que Md P ky. Mais il y a un coût d opportunité de détenir de la monnaie. Les gens ont un choix entre détenir de la monnaie ou un autre actif avec un rendement réel positif. 27

33 Le rendement nominal de la monnaie est 0%. Cependant, l inflation fait perdre de la valeur à la monnaie en termes réels. Donc le rendement réel de la monnaie est 0% e e. L autre actif a un rendement réel égal à r. Donc, le coût d opportunité de la monnaie est r e r e i, le taux d intérêt nominal. 28

34 Donc, nous venons d exprimer plus précisément ce qui affecte la variable k dans l expression précédente (M d /P ky). Il est toujours vrai que plus le revenu est élevé, plus la demande pour la monnaie est élevée. Nous écrivons donc: M d P L i, Y. La demande pour la monnaie dépend négativement du taux d intérêt nominal et positivement du revenu réel. Ainsi, M d P L i, Y. 29

35 Nouvelle implication: M d /P L r e, Y. Les anticipations sur le futur affectent la demande pour la monnaie maintenant. Donc, la crédibilité de la banque centrale affecte la demande pour la monnaie maintenant et donc le niveau des prix maintenant. Comment cela? 30

36 M d P M d P L r e, Y Ms P Ms P L r e, Y Pour rendre l explication encore plus robuste, fixons l offre de monnaie maintenant et essayons de voir comment les anticipations sur l inflation future peut affecter le niveau des prix maintenant. M s P L r e, Y. 31

37 Explication technique: Être moins crédible pour la banque centrale implique que l inflation espérée e est élevé. Cela fait baisser la demande pour la monnaie. Avec une quantité fixe de monnaie en circulation, il faut que le niveau des prix P (maintenant) monte [pour que l offre de monnaie soit égale à la demande]. 33

38 Explication intuitive: Si les gens ne veulent pas détenir des encaisses monétaires réelles élevées (M/P), parce qu ils s attendent à ce que la monnaie perde beaucoup de valeur, mais si les encaisses monétaires nominales (M) sont fixes, alors il faut que P augmente. [Plus P est élevé, plus les gens veulent détenir de la monnaie.] Autre cas: Si e est bas i est bas M d /P M s /P est élevé P est bas. 34

39 En conclusion, la banque centrale a besoin d etre crédible dans son rôle de lutte contre l inflation. Le plus crédible elle est dans son rôle contre l inflation future, le plus facile est son travail maintenant. 34

40 Coûts sociaux d inflation: Ce qui est important est le pouvoir d achat réel. Un P plus élevé ne veut pas nécessairement dire moins de pouvoir d achat. Coûts dus à l inflation espérée: 1. Coûts de changement des prix (coûts de menu) (aussi, si tous les prix ne sont pas changés, cela crée des distortions dans les prix relatifs et les ressources de l économie ne sont pas allouées de manière optimale). 2. L inflation peut amener un plus grand fardeau fiscal même si les revenus réels n ont pas changé (ex.: impôts sur les gains capitaux nominaux). 35

41 Coûts dus à l inflation non-espérée: 1. Cela redistribue les richesses (entre emprunteurs et prêteurs par exemple) 2. Cela peut créer des problèmes pour des gens à revenus fixes. 36

42 Exemple: Pensez à un contrat entre un emprunteur et un prêteur, qui spécifie un taux d intérêt nominal fixe i. C est basé sur des anticipations d inflation future. Si i r e, cela veut dire que les deux parties sont OK avec un rendement/coût réel r i e. Cependant, en deuxième année, le vrai taux d inflation (ou taux d inflation réalisée) peut être différent du taux espéré e. 37

43 Définissons: r i, r e i e. On peut voir que r peut être plus petit ou plus grand que r e. Cela dépend de et de e. Plus précisement, i r e e r. Donc: r r e e. 38

44 Si l inflation réalisée ( ) est plus petite que que l inflation espérée ( e ) - c est à dire si e, le taux d intérêt réel (réalisé) est plus grand qu espéré, et dans ce cas les prêteurs en bénéficient, puiqu ils ont un rendement plus élevé qu espéré. (La valeur nominale de ce qu ils reçoivent est fixée par contrat, mais la monnaie n a pas perdu autant de valeur qu anticipé.) 39

45 Chapitre 18: L offre de monnaie et le systeme financier. Regardons l offre de monnaie de plus près. L offre de monnaie est déterminée par le gouvernement. Mais le gouvernement n est pas la seule entité qui influe sur la quantité de monnaie en circulation. 40

46 L offre de monnaie est aussi influencée indirectement par le systeme financier. Voyons comment le gouvernement (principalement) et le systeme financier influent l offre de monnaie. 41

47 Au chapitre précédent, nous avons défini: C: pièces et billets. M 1 : C dépôts à vue (comptes chèques) M 1 C D. Nous gardons M 1 comme notre meilleure mesure de la monnaie en circulation. C: pièces et billets détenus par le public (hormis les banques). (pas les pièces et billets détenus par les banques ou la banque centrale). 42

48 Remarques: 1. Les banques, quand elles reçoivent un dépôt, gardent une fraction en réserve pour permettre des retraits. Mais elles prêtent le reste. Appelé le systeme bancaire avec réserves fractionnaires. 2. Il peut y avoir dans certains pays des minimum de réserves imposé aux banques (coefficient de réserves). Ce n est pas le cas au Canada, mais c est le cas au Etats-Unis. 43

49 3. Les réserves des banques (R) sont définies comme la monnaie dans le coffre des banques montant des comptes de ces banques à la banque centrale. 4. Définissons la base monétaire B, comme la somme totale de C et de R: B C R. 45

50 Exemple: B =C + R. M1 = C+D. Coefficient minimum de réserves = 10%. Action Effet sur B Effet sur M1 1) X prend 100$ de son portefeuille Net C R Net C D et le dépose à sa banque (a). 0 $ -100 $ 100 $ 0 $ -100 $ 100 $ 2) La banque (a) garde 10$ et prête Net C R Net C D le reste à Y. 0 $ 90 $ -90 $ 90 $ 90 $ 0 $ 3) Y dépense les 90$ pour acheter Net C R Net C D un livre rare de Z. Z dépose les 90$ 0 $ -90 $ 90 $ 0 $ -90 $ 90 $ sur son compte à la banque (b). 4) La banque (b) garde 9$ et prête Net C R Net C D 81$ à W. 0 $ 81 $ -81 $ 81 $ 81 $ 0 $ 5) W dépense 81$ pour acheter un Net C R Net C D vélo à V. V dépose l'argent sur son 0 $ -81 $ 81 $ 0 $ -81 $ 81 $ compte à la banque (c). 6) La banque (c) garde 8.1$ et prête Net C R Net C D 72.90$ à U. 0 $ 72,9 $ -72,9 $ 72,9 $ 72,9 $ 0 $ etc etc etc

51 Dans ce cas, l accroissement total de M 1 est $90 $81 $ Dans le scénario ci-dessus (banques prêtant le plus possible et les ménages dépensant tout ce qui leur a été prêté, et les bénéficiaires déposant tous ces revenus), l augmentation totale générée par cet apport initial de 100 $ serait: $ $ $ $. (En fait, sous ce scénario, si une personne dépose S, M s augmenterait de S 1 a a,oùa est le taux de réserve requis.) 46

52 Dans cet exemple, la base monétaire est 100 $, etla quantité de monnaie en circulation est de 900 $. On dit que le multiplicateur monétaire est 9. 47

53 Le multiplicateur détermine combien de monnaie est générée par une injection donnée de base monétaire. Dans ce sens, le système financier participe à la création de monnaie. De quelle manière est-ce que l offre de monnaie est la responsibilité du gouvernement? 48

54 Réponse: 1. Le gouvernement peut injecter des réserves dans l économie (décrit bientôt). 2. Avec des réserves additionelles, les banques peuvent prêter plus, ce qui comme nous l avons vu, augmente la quantité de monnaie en circulation. 3. Donnons une définition générale du multiplicateur monétaire (m): m M 1 C 1 D. B C D C R R D C D 49

55 (Remarquez que dans notre exemple, tout le C était déposé dans les banques, et donc m était égal à 1/ R/D D/R et comme les banques gardaient exactement 10% de leur dépôts, D/R 9/1 9). Au Canada, en 2005, M1 320, 000 millions de $ et B 48, 000 millions de $ (StatsCanada). 50

56 Remarque: Le gouvernement contrôle la quantité de réserves injectée dans l économie, mais ne peut contrôler parfaitement (i) ce que les banques prêtent ni (ii) comment les ménages répartissent leur monnaie. (i) Combien prêter et combien garder en réserve est à la discrétion des banques (R/D), (ii) Combien garder sous forme de pièces et billets et combien déposer est à la discrétion des ménages (C/D). 51

57 Mais comment est-ce que la banque centrale peut injecter des réserves dans l économie? 52

58 OUTILS À LA DISPOSITION DE LA BANQUE DU CANADA: 1. Interventions sur le marché monétaire La banque centrale peut vendre ou acheter des obligations aux banques. 1.a. Disons que la Banque du Canada achète une obligation d une banque. En échange pour l obligation de 1 000$, la banque individuelle reçoit 1 000$ de réserves supplémentaires, Donc la base monétaire augmente et donc l offre de monnaie également. 53

59 1.b. Disons que la Banque du Canada vende une obligation à une banque. Les réserves de la banque individuelle décroissent, Donc la base monétaire décroit ainsi que l offre de monnaie aussi. Ces interventions sur le marché monétaire sont l outil le plus utilisé. 54

60 2. Taux d escompte La banque centrale peut prêter des réserves à des banques au taux d escompte. En général pour des prêts à très court-terme. Si la banque centrale prête, la base monétaire augmente. En augmentant ou baissant le taux d escompte, la banque centrale affecte les montanst prêtés. (Les banques peuvent aussi prêter/emprunter des reserves entre elles.) 55

61 3. Coefficient de reserves minimum (pas au Canada) Dans certains pays, la banque centrale peut définir un coefficient de reserves minimum. Si ce coefficient est baissé, le multiplicateur monétaire augmente (car les banques peuvent prêter plus à partir du même montant de dépôts.) 56

62 Qu est-ce que la politique monétaire? (Source: Site Web de la Banque du Canada) - La politique monétaire a trait à la quantité et à la valeur de la monnaie en circulation dans l économie. - Quelle est l approche de la Banque en matière de politique monétaire? 57

63 - L élément central du cadre de conduite de la politique monétaire de la Banque est sa stratégie de maîtrise de l inflation, dont l objectif consiste à maintenir le taux d inflation à environ 2 %, c est-à-dire au point médian d une fourchettecible,quivade1à3%.cettestratégiepermet de mesurer clairement l efficacité de la politique monétaire et d améliorer la prévisibilité de l inflation. 58

64 - La Banque se préoccupe de tout écart important qu il soit positif ou négatif du taux d inflation par rapport au point médian de 2 %. Lorsque la demande de biens et services canadiens est forte, elle risque de pousser l appareil de production aux limites de sa capacité. Dans ce cas, l inflation a tendance à augmenter au-dessus du point médian. - La Banque intervient alors en majorant les taux d intérêt afin de ralentir le rythme d expansion de l économie. À l inverse, lorsque la demande est faible, les pressions inflationnistes ont tendance à se relâcher. La Banque abaisse alors les taux d intérêt dans le but de stimuler l économie et d absorber les capacités excédentaires. 59

65 - Comment la politique monétaire est-elle mise en oeuvre? La Banque met en oeuvre la politique monétaire en influant sur les taux d intérêt à court terme. Pour ce faire, elle relève et abaisse le taux cible du financement à un jour. (Il s agit du taux d intérêt auquel les grandes institutions financières comme les banques, les caisses populaires et d autres établissements de crédit se prêtent des fonds pour une durée d un jour). En 2000, la Banque a instauré un régime de huit dates préétablies par année pour l annonce de ses décisions concernant le taux cible du financement à un jour. 60

66 Toute variation du taux cible du financement à un jour se répercute généralement sur les autres taux d intérêt, et, par conséquent, influe sur les décisions des gens en matière de dépenses. À leur tour, ces décisions exercent une influence sur la demande de biens et de services. Quand la demande est supérieure à l offre, les prix augmentent. 61

67 Traduction: - Les réserves ne gagnent pas d intérêt. Donc les banques ont intétêt à minimiser leurs réservers et prêter ce qu elles ont déterminer comme réserves excessives. offre aggrégée de réserves. - La demande aggrégée de réserves est proportionelle aux dépôts du public. 62

68 - Ces réserves sont échangées à un taux où demande de réserves offre de réserves. - C est ce taux là que la banque centrale cible. 63

69 - Ce taux est ciblé en fournissant la quantité appropriée de réserves aux banques, par l intermédiaire d interventions sur le marché monétaire. - Les autres taux sur le marché ont tendance à bouger comme le taux cible. Les taux de marché influent sur l activité économiques. 64

70 Page 1 sur 1

71 Page 1 sur 1

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Comprendre la dette publique en quelques minutes

Comprendre la dette publique en quelques minutes http://www.youtube.com/watch?v=aayyp_zewte Comprendre la dette publique en quelques minutes Depuis plusieurs décennies, la dette publique à laquelle sont confrontés des pays développés n a cessé de croitre

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Chapitre 7: La croissance économique (I)

Chapitre 7: La croissance économique (I) Chapitre 7: La croissance économique (I) Nous ne considérons plus un modèle statique - les quantités de ressources croissent: les entreprises investissent et du capital productif s accumule. Qu est-ce

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés T2 Organisation du chapitre Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés Organisation du chapitre! 2.1 Les valeurs capitalisées et actualisées de flux monétaires multiples! 2.2 L évaluation de flux

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

LE MARCHE DE LA MONNAIE

LE MARCHE DE LA MONNAIE LE MARCHE DE LA MONNAIE 1 Monnaie : Formes et Fonctions 2 La Création de Monnaie 3 La Banque Centrale 4 Théories Economiques et Monnaie 5 L Inflation 1 1 La monnaie : formes et fonctions Monnaie = ensemble

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Éléments de calcul actuariel

Éléments de calcul actuariel Éléments de calcul actuariel Master Gestion de Portefeuille ESA Paris XII Jacques Printems printems@univ-paris2.fr 3 novembre 27 Valeur-temps de l argent Deux types de décisions duales l une de l autre

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Monnaie, taux d intérêt et taux de change

Monnaie, taux d intérêt et taux de change Monnaie, taux d intérêt et taux de change Le taux de change dépend de deux facteurs: - l intérêt des dépôts en devises - le taux de change futur anticipé Pour comprendre comment sont déterminés les taux

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif :

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : YMCA Canada ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT I. FONDS DE PLACEMENT CONSOLIDÉ Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : Actif en dotation comprenant : a. des contributions

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail