INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE"

Transcription

1 INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

2 Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence des terrains immunodéprim primés. Les infections candidosiques invasives constituent une cause principale de morbidité et de mortalité chez les patients immunodéprim primés. Le but de notre travail est de préciser l apport l de l imagerie et surtout l él échographie dans le diagnostic positif et dans la prise en charge thérapeutique de cette pathologie.

3 Matériels et méthodesm Nous rapportons quatre cas d insuffisance d rénale aigue secondaire à des infestations candidosiques.. Les patients sont explorés par un arbre urinaire sans préparation, paration, une échographie abdominale. La TDM a été pratiquée e dans deux cas. La néphrostomie per cutanée e a été réalisée dans 1 cas.

4 Résultats l infection candidosique est survenue chez: - un greffé rénal sous immunosuppresseurs, - deux nouveaux nées. n - un insuffisant rénal r chronique, L échographie a posé le diagnostic en montrant des particules échogènes dans les cavités excrétrices qui correspondent aux «FUNGUS BALLS». La confirmation diagnostic a été fait par les prélèvements mycologiques.

5 Cas N 1 Greffon: echographie: bézoards avec dilatation des cavités excrétrices.

6 Greffon: TDM: Fungus bull calcifié

7 Cas N 2

8 Cas N 3 Nouveau née avec une dysplasie kystique du rein gauche et un syndrome de jonction à droite.

9

10 Cas N 4 Échographie: fungus bull avec dilatation des cavités excrétrices

11 Néphrostomie percutanée sous guidage TDM

12 Discussion Au niveau de l appareil l urinaire, les infections candidosiques sont relativement peu fréquentes et constituentl essentiel essentiel des infections opportunistes sur des terrains à risque. L agent mycosique causal infectant les urines est engénéral de provenance digestive ou génitale. La levure le plus souvent isolée e des urines est le Candida albicans qui est un saprophyte du tube digestif et parfois du vagin. D autres D agents mycosiques peuvent être rencontrés: Candida tropicalis, Torulopsis Glabarata, Aspergilloma.

13 Plusieurs facteurs favorisants sont impliqués s dans la genèse d une d infection urinaire à Candida albicans, notamment les états d immunodd immunodéficience, le diabète, le port prolongé de cathéters ters centraux ou de sondes urinaires. L obstruction de la voie excrétrice constitue un autre facteur favorisant. Elle peut être due à une lithiase, une compression vasculaire, un obstacle congénital nital ou à des débris de nécrose n papillaire. Les amas de filaments candidosiques peuvent, en formant une «boule fongique»,, obstruer les voies excrétrices. On parle alors de bézoard b candidosique ou «Fungus ball» pour les anglo-saxons.

14 Deux formes de candidoses rénales r sont décrites: - la forme associée à une candidose généralisg ralisée entraînant nant l atteinte l de plusieurs organes profonds avec candidémie. - la forme isolée e ou primitive, oùo l atteinte rénale r se fait par voie ascendante sans candidémie ni autre localisation profonde. L atteinte rénale r se manifeste par une oligo- anurie, une hématurie h ou par des douleurs lombaires, simulant une thrombose de la veine rénale. L imagerie est d un d grand apport diagnostique.

15 L échographie rénale r retrouve habituellement des masses en nombre et en taille variables, échogènes, volontiers hétérogh rogènes, sans cône d ombre postérieur occupant le système excréteur et correspondant à des amas mycéliens intracavitaires, pouvant occasionner une dilatation pyélo lo-calicielle et urétérale. rale. L échodoppler, pulsé ou mieux couleur attestera de la perméabilit abilité de la veine rénale. r

16 L aspect TDM n a n été que rarement rapporté.. Les bézoards b candidosiques se présentent comme des structures hypodenses, hétérogh rogènes, de tailles variables, moulant les parois des cavités excrétrices qu elles occupent et entraînent nent une dilatation d amont. d

17 bézoards vésicaux v sont plus rares. En effet, ils Les BC vésicaux v apparaissent sous forme d images lacunaires à l UIV, et sous forme de masse échogène à l échographie. Ces aspects n en n sont pas spécifiques.toutefois, l absence d anomalie d de la paroi vésicale v et l existence de lésions l similaires au niveau du haut appareil urinaire, sont des signes en faveur de l él étiologie candidosique des ces lésions, l d autant plus qu elles surviennent chez un patient prédispos disposé. L examen mycologique des urines permet d affirmer l origine l candidosique.

18 A côté du traitement général g de l infection l candidosique et de l alcalinisation l des urines, le traitement local vise à l ablation des bézoards b. Par ailleurs, la radiologie interventionnelle, grâce aux techniques de ponctions percutanées es constitue de plus en plus une thérapeutique adjuvante au cours des obstructions des voies excrétrices supérieures.

19 Conclusion: Les localisations candidosiques rénales r et vésicales sont peu fréquentes et peuvent passer inaperçues. La connaissance de leurs aspects urographiques, échographiques et tomodensitomètriques triques est fondamentalepour l établissement précoce du diagnostic. Par ailleurs, la radiologie interventionnelle, grâce aux techniques de ponctions percutanées, es, peut constituer une thérapeutique adjuvante au cours des obstructions des voies excrétrices supérieures.

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois LES CANDIDOSES et levuroses diverses Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois depuis 25 ans : modifications des pratiques médicales (immunodépressions induites, greffes d organes,

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES. Nathalie Friberg, 2004

CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES. Nathalie Friberg, 2004 CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES Nathalie Friberg, 2004 Candidoses systémiques Définition: infections fongiques opportunistes à levures du genre Candida aboutissant à l envahissement

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z.

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. MNIF S E RV I C E D I M A G E R I E M É D I C A L E. C H U

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Cours URO NEPHRO Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Pyélonéphrite aiguë bactérienne Le plus fréquemment : infections ascendantes E Coli et autres Gram négatifs Facteurs

Plus en détail

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Champignons ou Fungi eucaryotes (vrai noyau) (Protistes, Fungi, végétal, animal) hétérotrophes

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion :

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Nom et signature des médecins délégants : Docteur Docteur Docteur PROTOCOLE D EXPLORATION Date de Validation : DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Date de révision : MATERIEL Echographe TOSHIBA APLIO

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose 20/04/2015 MASSA Jacques François L2 CR : BRASSIER Julia. Digestif Professeur Ranque 6 pages AIH - Aspergilloses Plan A. Introduction B. Pathogénicité C. Mise en évidence de l'aspergillose D. Les différentes

Plus en détail

Infections fongiques - Quand y penser?

Infections fongiques - Quand y penser? Infections fongiques - Quand y penser? Jean-Michel LAFFOSSE Département de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie CRIOACGSO 2 ème Congrès National des CRIOAC Lille 3 et 4 Septembre 2015 Les infections

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires DIU de techniques de monitorage et d ultrasonographie en me decine pré-hospitalie re et salle d accueil des urgences vitales Session janvier 2015 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie de France (CERF) : Nicolas Grenier, Alain Luciani

Plus en détail

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant Faculté de Médecine Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7 Date Cours Enseignant Lundi 19/10/2015 Mardi 20/10/2015 15h00-16h30 Mercredi 21/10/2015 Hématurie Physiologie de

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Echo-Doppler de l appareil urinaire

Echo-Doppler de l appareil urinaire Echo-Doppler de l appareil urinaire Laurent BRUNEREAU CHU de TOURS Technique d examen Sonde abdominale : Sonde courbe 3 à5 Mhz Rein = Organe mobile : Inspiration-expiration Apnée Fenêtre acoustique : Attention

Plus en détail

Echo-Doppler de l appareil urinaire

Echo-Doppler de l appareil urinaire Echo-Doppler de l appareil urinaire Laurent BRUNEREAU CHU de TOURS Technique d examen Sonde abdominale : Sonde courbe 3 à 5 Mhz Rein = Organe mobile : Inspiration-expiration Apnée Fenêtre acoustique :

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Echographie et abdomen. Echographie et abdomen en réanimation. Epanchement intrapéritonéal. Epanchement intrapéritonéal. Epanchement intrapéritonéal

Echographie et abdomen. Echographie et abdomen en réanimation. Epanchement intrapéritonéal. Epanchement intrapéritonéal. Epanchement intrapéritonéal Echographie et abdomen Echographie et abdomen en réanimation B.Lapuyade Unité d Imagerie Abdominale Digestive et Endocrinienne Haut Levêque - Pessac Objectifs pédagogiques: Savoir rechercher et diagnostiquer

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI*

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* Service d Hématologie, Service de Parasitologie * HCA INTRODUCTION

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE ANATOMIE ANATOMIE ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE = bassinet Imagerie Centrale M.A BAYOL DIU TUSAR 29/01/2013 Toulouse - Purpan COUPES ECHOGRAPHIQUES ECHOGRAPHIE RENALE COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe longitudinale

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE ANATOMIE ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE = bassinet M.A BAYOL DIU TUSAR 26/01/2015 Imagerie Centrale Toulouse - Purpan ANATOMIE COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe longitudinale COUPES ECHOGRAPHIQUES ECHOGRAPHIE

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE Z.CAMBON DIU TUSAR 25/01/2016 Imagerie Centrale Toulouse - Purpan ANATOMIE = bassinet ANATOMIE COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe longitudinale COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe axiale

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

CANDIDOSES BUCCALES. I. Généralités

CANDIDOSES BUCCALES. I. Généralités CANDIDOSES BUCCALES I. Généralités Les candidoses buccales sont des infections très fréquentes de la bouche qui apparaissent uniquement en présence d un ou de plusieurs facteurs favorisants ; ceuxci peuvent

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE M.A BAYOL DIU TUSAR 29/01/2013 Imagerie Centrale Toulouse - Purpan ANATOMIE = bassinet ANATOMIE COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe longitudinale COUPES ECHOGRAPHIQUES Coupe axiale

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE

ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE ANATOMIE ECHOGRAPHIE DE L ARBRE URINAIRE = bassinet Imagerie Centrale Z.CAMBON DIU TUSAR 25/01/2016 Toulouse - Purpan COUPES ECHOGRAPHIQUES ANATOMIE Coupe longitudinale ECHOGRAPHIE RENALE COUPES ECHOGRAPHIQUES

Plus en détail

Echographie et abdomen en réanimation

Echographie et abdomen en réanimation Echographie et abdomen en réanimation B.Lapuyade Unité d Imagerie Abdominale Digestive et Endocrinienne Haut Levêque - Pessac Echographie et abdomen Objectifs pédagogiques: Savoir rechercher et diagnostiquer

Plus en détail

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus Aspergillus : plan Aspergillus DFGSM 2/3 Interactions Hôte - Agents infectieux Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Année 2012-2013 Agent pathogène Eco-épidémiologie Pathogénicité Clinique Bases du diagnostic

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Raphaëlle Audollent CHU de Brest Homme de 36 ans d origine espagnole Motif d hospitalisation 2 épisodes récents d angiocholite ATCD personnel: Cholécystectomie

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse Obs Angers Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie JRS 26-27/9/12 Mr S DTN : 9/2/1947 Infirmier Psy à retraite jardin chasse ITRch PU 1990 glom non étiquetée IdM

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Incidence et prévalence...1 2 Facteurs de risque... 2 3 Dépistage... 3 4 Diagnostic de la lithiase

Plus en détail

Dr Mehdi Jaidane. Trajet anormal reliant la vessie au vagin Affection très s ancienne Progrès s de la chirurgie et de l obstl

Dr Mehdi Jaidane. Trajet anormal reliant la vessie au vagin Affection très s ancienne Progrès s de la chirurgie et de l obstl La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane Introduction - Définition Trajet anormal reliant la vessie au vagin Affection très s ancienne Progrès s de la chirurgie et de l obstl obstétrique trique baisse

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires Séminaire Echographie du patient aigu Nîmes, décembre 2013 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division ARDU Pr de La Coussaye CHU Nîmes Carémeau Etude prospective en 1996 126 patients avec

Plus en détail

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE A.R. 25.6.2014 fixant les procédures, délais et conditions en matière d intervention de l assurance obligatoire soins de santé et indemnités dans le coût des implants et des dispositifs médicaux invasifs

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC.

IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. IMAGERIE RADIOLOGIQUE ET SCANNER DANS LA PUBALGIE B. ROGER, Z. VUCKOVIC. SUPPORT DE CE TRAVAIL. ETUDE PROSPECTIVE PROTOCOLÉE: RX, US, TDM, IRM. 2IEME SEMESTRE 2011 : 48 PATIENTS. ETUDE PROSPECTIVE NON

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence Hervé COLLADO Centre Phocéa Pôle de l appareil locomoteur St Marguerite Pôle de MPR et de Médecine du Sport AP-H Marseille DESC Médecine du Sport Diplômé

Plus en détail

Radiologie Interventionnelle Information pour les patients

Radiologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie Au cours des 20 dernières années, la radiologie interventionnelle a beaucoup évolué.

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

S Novellas, PH imagerie médicale Archet

S Novellas, PH imagerie médicale Archet S Novellas, PH imagerie médicale Archet Rappels anatomiques Techniques d imagerie et leurs indications Non invasive: échographie, IRM Faiblement invasive: Rayons X TDM Invasive: Artériographie Pyélographie

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville)

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville) MYCOSES ET CANCER M Develoux (Brazzaville) Mycoses et cancer une relation moins bien documentée qu avec les parasitoses Environ 1/5 des cancers sont d origine infectieuse Le rôle de certaines infections

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

La Lithiase Urinaire. DES de radiologie

La Lithiase Urinaire. DES de radiologie La Lithiase Urinaire DES de radiologie 2005-2006 2006 Notions généralesg Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéin

Plus en détail