Alphonse Des jardins : le pouvoir d agir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alphonse Des jardins : le pouvoir d agir"

Transcription

1 Alphonse Des jardins : le pouvoir d agir Citations sur la pertinence du modèle coopératif Monique F. Leroux

2 Alphonse Des jardins : le pouvoir d agir Citations sur la pertinence du modèle coopératif ISBN : Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec (2012) Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada (2012) Les Éditions Dorimène Fédération des caisses Desjardins 100, rue des Commandeurs Lévis (Québec) Canada G6V 7N5 Téléphone : , poste 2695 ou , poste 2695 Télécopieur : Fédération des caisses Desjardins du Québec

3

4 Table des matières Introduction : Une pensée qui appelle à l action... page 4 Contributions et remerciements... page 9 Chapitre 1 : «La coopération» : l engagement personnel et l association... page 10 Chapitre 2 : L épargne et le crédit, à la base de l économie... page 18 Chapitre 3 : La rigueur dans la gestion et la solidité financière... page 25 Chapitre 4 : La croissance et la prospérité durable... page 32 Chapitre 5 : Des valeurs et des convictions fortes... page 37 Chapitre 6 : La concertation internationale des coopératives... page 44 Chapitre 7 : La constance au fil des successeurs... page 49 Conclusion : L étonnant pouvoir des coopératives... page 64 Épilogue : Lettre d Alphonse à Dorimène Desjardins... page 67 Notes biographiques Alphonse Desjardins... page 70 Dorimène Desjardins... page 71 À propos de l auteur... page 72 Parcours des personnes citées au sein de Desjardins... page 73 La Maison Alphonse-Desjardins... page 74 Références complètes des sources citées en abrégé... page 76 3

5 Introduction Une pensée qui appelle à l action Alphonse Desjardins a multiplié les écrits. Depuis que j ai le privilège de servir les caisses Desjardins, leurs membres et notre Mouvement, j ai consacré beaucoup de temps à étudier l homme et sa pensée. Au début, je l ai fait un peu par devoir, pour mieux comprendre. J ai toutefois rapidement découvert que la lecture des écrits d Alphonse Desjardins me procurait bien davantage qu une connaissance, d ailleurs essentielle, des origines de son projet et des objectifs qu il poursuivait en créant la Caisse populaire de Lévis et celles qui ont suivi. Alphonse Desjardins était un visionnaire, un entrepreneur tourné vers l action, un homme de réseaux. Il était bien sûr une personne de son temps, le fruit d une éducation et d un milieu typiques de la fin du XIX e siècle au Québec. Mais il a su tout au long de sa vie s ouvrir l esprit par la réflexion, la lecture et une abondante correspondance avec de nombreux vis-à-vis du Québec, des autres provinces canadiennes, des États-Unis et d Europe. Il avait aussi une remarquable intelligence financière et sociale, ainsi que de grandes qualités humaines. C était surtout un homme de conviction, profondément engagé dans les débats sociaux de son temps. En cette année 2012, décrétée Année internationale des coopératives par l Organisation des Nations unies, il me semble important et surtout pertinent de revisiter la pensée d Alphonse Desjardins. Cela l est d autant plus que le présent contexte n est pas sans rappeler, à certains égards, celui dans lequel les premières caisses ont été fondées. 4

6 Aujourd hui comme à l époque, de nombreuses personnes se sentent laissées pour compte par un système économique et financier mondial déconnecté de leur réalité. Certaines deviennent cyniques ou grossissent les rangs des indignés. Pour plusieurs, il devient difficile de proposer des solutions durables. Il faut reconnaître qu il est devenu très exigeant et délicat de bâtir des consensus dans notre société. L engagement personnel, qui est à la base de la formule coopérative, peut autant faire partie de la solution en 2012 que c était le cas en D ailleurs, on pourrait croire que certains des textes que vous allez découvrir ont été écrits hier. J ose espérer que vous aurez un grand plaisir à lire ce livre. À vous laisser imprégner des idées et des textes d Alphonse Desjardins. À y réfléchir dans le contexte d aujourd hui et des années à venir. Peut-être même qu il stimulera votre goût d agir pour une société responsable et pour un développement durable. L idée de ce livre m est aussi venue pour une raison plus personnelle. J aime toujours me rattacher à des principes et à des balises pour m assurer que, dans le feu de l action, l essentiel n est jamais perdu de vue. Chez Desjardins, la vision d Alphonse Desjardins doit être un de nos principaux points d ancrage avec la mission du Mouvement, les valeurs coopératives et les orientations stratégiques que nous nous donnons. Comme dirigeants élus des caisses et comme employés du Mouvement, et aussi comme citoyens engagés dans la société, nous nous retrouvons dans la pensée d Alphonse Desjardins. Au cours des dernières années, j ai rencontré beaucoup de dirigeants élus par les membres des caisses. Le Mouvement compte des milliers de ces hommes et de ces femmes qui font vivre cette vision et qui sont tous, d une certaine manière, des successeurs d Alphonse Desjardins. Leur action prouve que le modèle coopératif apporte tout autant aujourd hui qu hier une contribution unique à notre société. Si certaines citations correspondent à mes convictions, d autres éveillent une certaine émotion, car elles communiquent bien plus que des idées ou des opinions, elles expriment l âme d un homme, sa détermination, ses valeurs humaines. Alphonse Desjardins a gagné sa vie par l écriture 1. La fondation des caisses ne lui a pas rapporté un seul dollar. Au contraire, il y a investi de son temps, de son argent et sans doute sa santé. Son style littéraire est celui d un homme de la fin du XIX e siècle et il lui est arrivé de verser dans la polémique. 1. Voir les notes biographiques en page 70. 5

7 Ses mots nous incitent à la réflexion mais aussi à l action. J aime particulièrement cette citation que je répète souvent, car elle est si juste et tellement actuelle, ou plutôt intemporelle : «Deux qualités par excellence triompheront de tout : en premier lieu, une intelligence nette de ce qu il y a à faire et de la manière de le faire; puis, la belle vertu de persévérance, persévérance indomptable, énergique et sûre d elle-même par la conviction intime que l on est sur la bonne voie 2.» Combien de situations laissons-nous se détériorer dans notre société ou dans nos vies personnelles parce que nous ne parvenons pas à admettre qu une chose doit être faite, à définir comment elle doit l être ou que nous n affichons pas la volonté de persister dans notre action? C est une règle de vie qui est si bien résumée dans ces quelques mots. Alphonse Desjardins avait la conviction que chaque personne, en se prenant ellemême en charge, a la capacité d assurer son épanouissement. Cela peut sembler paradoxal à première vue, mais ce sens de l initiative personnelle est à la base de la coopération. En effet, une coopérative est par définition une association de personnes qui se prennent en charge individuellement et qui s associent collectivement pour répondre à un besoin commun. C est la notion de self-help si chère à notre fondateur. «Comme moyen de bien faire comprendre toute la fécondité que comporte l aide-toi toi-même (self-help), connaissance si précieuse pour assurer le succès dans les combats de la vie, la coopération est encore ici le meilleur éducateur connu 3.» On est loin du réflexe d attendre que «quelqu un» solutionne «le problème», ce «quelqu un» étant souvent une autre personne, une entreprise ou un gouvernement. Penser que «d autres» vont régler nos problèmes fonctionne rarement. Bien sûr «d autres» peuvent nous aider et nous devons comprendre le désarroi de ceux qui vivent des situations très difficiles. Il n en reste pas moins que la volonté de s en sortir et l engagement personnel précèdent toujours la solidarité. À terme, la passivité conduit pour sa part au cynisme et à la déresponsabilisation. 2. «Mémoire sur l organisation de l agriculture dans la province de Québec», vers 1906, dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. Les références complètes des sources citées en abrégé sont données à la fin de l ouvrage. Alphonse Desjardins a laissé derrière lui un très grand nombre d écrits et, inévitablement, ceux-ci contiennent quelques coquilles que nous nous sommes permis de corriger dans les citations retenues pour ce livre. 3. Rapports du comité spécial de la Chambre des communes auquel a été renvoyé le projet de loi n 2 concernant les sociétés coopératives et industrielles,

8 Je vous invite donc à découvrir ou à redécouvrir un personnage inspirant, dont la pensée est encore novatrice. Un homme qui prône la solidarité et dont le discours appelle à la prise en charge, à la responsabilisation, donc à l action! Notre monde d aujourd hui, où les marchés financiers sont perturbés et où plusieurs pays vivent une crise sur le plan économique, a bien besoin de ces principes fondamentaux. Le chapitre 7 regroupe des citations d autres leaders qui ont présidé à la destinée du Mouvement Desjardins, car elles contribuent également à faire comprendre nos origines et à mieux nous projeter dans l avenir. Les propos de ces anciens présidents reflètent une certaine constance dans les thèmes touchés et une cohérence dans les idées. Cela démontre comment, au fil de plus de 110 ans d histoire, le Mouvement Desjardins a réussi à évoluer tout en demeurant fidèle aux valeurs fondamentales de la coopération. Le Mouvement poursuit son évolution. Et pourtant, d une époque à l autre, certains enjeux sont toujours présents. Cela s explique parce que nous sommes avant tout une association de personnes. Car, au fil des générations, et au-delà des développements technologiques, la nature humaine demeure toujours la même. Les coopérateurs sont constamment à la recherche du point d équilibre entre autonomie et solidarité, en quête de la meilleure façon de vivre la coopération et la démocratie. Ce «petit livre» se veut une modeste contribution à la diffusion de la pensée d Alphonse Desjardins. Les membres des caisses qui forment aujourd hui le Mouvement Desjardins, ses dirigeants élus et ses employés peuvent tirer beaucoup de fierté à faire partie de ce grand Mouvement, né de l intelligence et de la persévérance d Alphonse et Dorimène Desjardins. J achève ce livre au moment où l Année internationale des coopératives prend son envol, un peu partout dans le monde. C est une occasion privilégiée pour rendre hommage à celui et à celle qui, par leur engagement et leurs convictions coopératives, ont contribué de façon exceptionnelle à bâtir un monde meilleur. Monique F. Leroux Présidente et chef de la direction Mouvement des caisses Desjardins 7

9 8

10 Contributions et remerciements Un projet, quel qu il soit, fait toujours appel à des personnes. Ce livre est le fruit du travail d une équipe de personnes. Des personnes passionnées par l histoire et par Desjardins. Des personnes qui ont aussi la passion de l écriture et de la communication. Je souhaite souligner la contribution de M. André Forgues, directeur principal Nouveaux Médias et Publications du Mouvement Desjardins, qui m a accompagnée et soutenue dans la conception et la rédaction de ce livre. Sa connaissance du Mouvement et son talent ont rendu possible la réalisation de ce projet. Je le remercie très sincèrement de son engagement. Ma reconnaissance va aussi à M. Pierre Poulin, historien, et à toute l équipe de la Société historique Alphonse-Desjardins, pour leur précieuse contribution non seulement à ce livre, mais plus généralement à la connaissance, à la conservation et à la promotion de l œuvre de nos cofondateurs. Je tiens également à remercier pour ses commentaires toujours pertinents M me Suzanne Maisonneuve-Benoît, dirigeante élue, depuis longtemps engagée dans le Mouvement et aussi administratrice de Desjardins Sécurité financière. Il serait trop long de mentionner tous les collaborateurs ayant participé à ce projet mais j aimerais citer enfin M. Robert Marquis, directeur des communications au bureau de la présidence du Mouvement, M. Sébastien Vovan, responsable de la conception graphique, et M. Claude Côté, photographe. Ce livre est en effet enrichi par de nombreuses photos prises à la Maison Alphonse-Desjardins. Peut-être vous aideront-elles à incarner dans une réalité bien concrète les réflexions d Alphonse Desjardins. En annexe, je vous propose un bref survol de l histoire de cette demeure où Alphonse et Dorimène Desjardins ont habité et qui est aujourd hui un musée consacré à perpétuer leur mémoire, qui rappelle les conditions dans lesquelles ils ont érigé les bases de ce qui allait devenir le Mouvement des caisses Desjardins. 9

11 «La coopération» : l engagement personnel et l association

12 Chapitre 1 «La coopération»: l engagement personnel et l association «Ce qui doit surtout frapper et retenir l attention de l observateur, c est que, dans le mouvement coopérateur, le principe dirigeant fait sans cesse appel à l initiative individuelle 4.» S engager plutôt qu être spectateur. Contribuer plutôt que critiquer. Faire sa part pour améliorer les choses. C est cette impulsion, cette volonté d agir qui a été à la source de la naissance de toutes les coopératives. C est vrai aussi pour Desjardins. Vrai pour les membres qui participent à l assemblée générale de leur caisse. Vrai pour les dirigeants qu ils élisent et qui sont des leaders dans leur milieu aussi bien que dans notre grand groupe financier coopératif. Vrai pour les directeurs généraux des caisses et pour l ensemble des gestionnaires et des employés du Mouvement, qui ont à cœur de très bien servir nos membres et nos clients et de jouer un rôle dans le développement de Desjardins et des collectivités. C est vrai dans tous les domaines, des équipes sportives à l action citoyenne. Il y a là un paradoxe qu Alphonse Desjardins a mis en lumière : la coopération ne peut s épanouir, l action collective est impossible si, à la base, il n y a pas l initiative individuelle, le désir d entreprendre et la volonté de s engager. C est cette alliance forgée entre l engagement personnel et l action collective qui fait la force des coopératives et qui explique que ces entreprises s inscrivent dans la durée. On ne parle pas assez de «l aide-toi toi-même» en Devant les limites de l État-providence, il faut redécouvrir la puissance de l initiative individuelle et son visage collectif, la coopération. Il faut tendre l oreille et entendre la voix d Alphonse Desjardins. 4. «La coopération d épargne et de crédit», Conférence prononcée vers Les lettres et les textes inédits proviennent du Fonds Alphonse-Desjardins conservé à la Fédération des caisses Desjardins, à Lévis. 11

13 «C est là le fruit de l initiative privée et c est la seule qui produise des œuvres durables. Il importe de la fortifier, non de la paralyser, de la stimuler, non de l affaiblir, de la rendre plus énergique, non de l énerver, en un mot, de l aider efficacement mais discrètement. Et le premier moyen à prendre pour y arriver, c est de créer une situation juridique nette et puissante qui favorise l action fortifiante du self-help [ ]. L initiative provoquée au sein du peuple, partant des profondeurs des masses populaires, voilà le levier irrésistible dont il importe de se servir et qu il faut utiliser [ ].» Mémoire à l honorable Sydney Fisher, ministre de l Agriculture du Canada, «Puis, cette accoutumance de recourir à la subvention de l État n estelle pas déprimante en soi, n amène-t-elle pas une anémie redoutable dans l effort, une quasi-somnolence des énergies, par l espèce de conviction qu elle crée, que l État [ ] doit tout faire, fournir les fonds et les dépenses comme bon lui semble, prenant bien soin de se ménager une petite place sous la gouttière, afin d être du nombre des faméliques qui profiteront de ces fonds sans souci de l équivalence à donner.» «Mémoire sur l organisation de l agriculture dans la province de Québec», vers 1906, dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. «L effort individuel a presque seul créé ce vaste mouvement [coopératif]. [ ] il est juste de reconnaître que la part principale de ce phénoménal succès revient à l initiative individuelle de courageux pionniers [ ]. Sans eux, l œuvre aurait périclité. Leur action seule lui a valu la vitalité prodigieuse qui suscite à bon droit une si profonde admiration chez tous ceux qui l étudient. [ ] C est donc l initiative individuelle qui est la pierre fondamentale sur laquelle doit reposer cet édifice économique.» Rapports du comité spécial de la Chambre des communes auquel a été renvoyé le projet de loi n 2 concernant les sociétés coopératives et industrielles, «L association stimulerait sans cesse l initiative individuelle, au lieu de l atrophier, en lui offrant une aide efficace soit au point de vue économique, soit au point de vue technique, et cette stimulation de l initiative, ennemie de la routine, serait un précieux élément de progrès ; [ ].» «Mémoire sur l organisation de l agriculture dans la province de Québec», vers 1906, dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. «Comme l a proclamé à maintes reprises le Congrès international des sociétés coopératives de crédit et tous les économistes qui ont étudié la question, le rôle du gouvernement doit se borner à aider à faire, et non pas à faire lui-même. La sagesse ne nous commande-t-elle pas de s en tenir à cette formule consacrée par l expérience?» «Lettre à J.-P. Lefranc [pseudonyme de l abbé Philibert Grondin], 20 mars 1918», dans Catéchisme des caisses populaires,

14 La force du nombre À plusieurs, nous sommes plus intelligents, plus forts, plus influents. Les technologies, par exemple en rendant possible l émer gence des médias sociaux, peuvent favoriser l action collective et «connecter» entre elles des personnes qui partagent des intérets et des objectifs communs. Nous l avons vu de manière on ne peut plus convaincante en 2011, lors du printemps arabe, quand des mouvements de foules ont pu s organiser, se multiplier et faire plier des gouvernements en misant sur Facebook ou sur Twitter pour mobiliser les populations. Un jour, peutêtre bientôt, l évolution de ces médias sociaux permettra qu un grand nombre de membres des caisses Desjardins soient rassemblés virtuellement et «connectés» dans un esprit coopératif tout comme, en son temps, Alphonse Desjardins pouvait réunir de petits groupes de sociétaires, au sein de la communauté paroissiale, sur le perron de l église. Qui sait si une nouvelle forme de dialogue avec les membres ne pourra pas alors prendre forme? «L association est le levier par excellence. C est là une vérité vieille comme le monde, mais qui est loin d être comprise par tous et en sa totalité.» «L union des forces sur le terrain économique», La Vérité, 24 septembre «Vous n avez que des sous, me direz-vous. Je suis tenté de dire : tant mieux, car c est avec des sous que l on fait des prodiges.» Les Caisses populaires. Conférence donnée devant les délégués de l Association canadienne-française d éducation d Ontario,

15 La puissance éducative de la coopération L éducation est ce qu il y a de plus important et de plus structurant pour les personnes et la société civile. Au Québec, dans les années 1960, la Révolution tranquille nous a permis de faire un important bond en avant, notamment sur ce plan. Le Mouvement Desjardins, lui, participe depuis toujours à l éducation financière de ses membres, ce qui est tout à fait naturel pour une coopérative. Cette dimension éducative est d ailleurs clairement énoncée dans la mission du Mouvement, On réalise moins, cependant, que la seule existence des caisses a eu pour effet de rendre le monde financier plus accessible à un grand nombre de personnes. D ailleurs, nous sommes présentement à élargir la mission de l Institut coopératif Desjardins pour mieux répondre au besoin d éducation financière, coopérative et économique de nos dirigeants, de nos gestionnaires et de nos employés. La caisse est une école qui enseigne à ceux qui s y engagent la gouvernance, la démocratie, la gestion financière et le pouvoir de l entreprise collective. Nous y trouvons notamment de nombreux dirigeants stagiaires qui bénéficient d un apprentissage qui les conduit souvent à devenir des dirigeants élus et à s engager comme leaders dans la collectivité qui les entoure. «L un [des] avantages [de la coopération], qui se rattache à l essence même de ce régime, est sa puissance éducative. [ ] si vous prenez, par exemple, ses applications à l épargne et au crédit, vous constaterez qu elles ont fait connaître au peuple travailleur les immenses avantages de l économie, de l épargne, de la prévoyance, et, par-dessus tout, qu elles lui ont enseigné la valeur du sou comme élément d épargne.» Rapports du comité spécial de la Chambre des communes auquel a été renvoyé le projet de loi n 2 concernant les sociétés coopératives et industrielles,

16 Coopérer pour solutionner des problèmes Nous avons tous été témoins de ce qu un déficit de coopération peut entraîner comme conséquences. Nous en avons eu une démonstration avec la crise des dettes souveraines en Europe. Nous avons constaté, tant sur le Vieux Continent qu aux États- Unis, combien les difficultés politiques interfèrent dans la mise en œuvre des moyens qu il faut déployer pour résoudre leur problème de finances publiques. La coopération et l association permettent de mieux surmonter des problèmes. Des problèmes parfois fondamentaux. Des problèmes qui, à l origine du moins, sont toujours à l échelle humaine. Agir en groupe donne la capacité de relever des défis et de gagner des batailles auxquelles nous ne pourrions faire face seuls. «La coopération offre le plus sûr moyen de solutionner bien des problèmes et de mettre fin à bien des conflits en même temps qu elle anime de son souffle puissant et de parfaite équité pour toutes les œuvres de progrès. En préparant les voies à son épanouissement parmi nous, en assurant la création de ces cellules économiques qui complètent les organes de tout groupe de population, ce sera, il nous semble, faire un peu de bonne action sociale.» «Une œuvre sociale et économique. Les caisses populaires», La Vérité, 21 novembre «Au fond l association coopérative n est rien autre chose qu une collectivité fondée en vue de suppléer à la faiblesse individuelle dans le champ économique. Les membres n ont pas pour but de s enrichir aux dépens de leurs voisins, mais de s aider réciproquement et de protéger les plus faibles d entre eux.» Lettre à Lomer Gouin, premier ministre du Québec, 14 février «Dans le monde économique tel qu il fonctionne aujourd hui, ayant la concurrence égoïste pour base, c est la lutte sans merci, l étranglement du concurrent, et malheur à l isolé, comme autrefois, dans les vieilles sociétés païennes, livrées aux assauts de la force brutale, on disait : malheur aux vaincus. Paraphrasant la même pensée, on peut dire aujourd hui : malheur aux isolés, car ils sont, eux aussi, livrés sans défense aux entreprises irrésistibles des forces associées, et ces forces sont elles-mêmes dominées par l intérêt le plus étroit et le plus égoïste. C est à qui se taillera la part la plus belle et la plus large [ ].» «Mémoire sur l organisation de l agriculture dans la province de Québec», vers 1906, dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. 15

17 Les personnes avant l argent Alphonse Desjardins a entretenu une importante correspondance en anglais. Il a aussi publié des articles et prononcé des conférences dans cette langue, dans le cadre de ses efforts pour propager son modèle de caisses en Ontario et ailleurs au Canada ainsi qu en Nouvelle-Angleterre. En anglais comme en français, il plaçait les personnes au cœur de son projet, avant toute autre considération. La première citation de ce bloc fait penser au mouvement Occupy Wall Street et à celui des indignés, qui ont émergé en «The working classes have the same economic needs today as in the past, are the victims of the same selfishness and rapacity, but intensified by modern economic methods. It follows therefore that the necessity of protecting them is even greater than formerly, and that that protection should be afforded by institutions based on rules assuring their usefulness and their stability 5.» The Cooperative People s Bank. La Caisse populaire, «Jusqu à présent on a, croyons-nous, faussement orienté l effort demandé au public en le faisant reposer sur des initiatives extérieures, par exemple celle du gouvernement, tandis qu à notre humble avis cet effort aurait dû être basé sur l aide-toi toi-même, c est-à-dire qu on aurait dû faire comprendre au public que rien de fécond ni de durable ne peut être créé s il ne repose pas sur l initiative première de ce même public. [ ] Il faut donc réformer l orientation et lui donner pour point d appui l initiative même du public appelé à bénéficier de l effort nouveau qui sera fait. Ce sera le meilleur moyen d intéresser les gens au succès de leurs propres initiatives et de leur donner l esprit de suite et de persévérance indispensables au triomphe définitif.» «Mémoire sur l organisation de l agriculture dans la province de Québec», vers 1906, dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. «Ce qui caractérise surtout la société coopérative et la différencie de toute autre association fondée dans une pensée de pure spéculation ou de bénéfices directs, c est la parfaite égalité des sociétaires quant à leur droit individuel de régler sa marche et de peser sur ses décisions. [ ] Cette différence constitue une force, une sauvegarde presque irrésistible contre toute tentative d accaparement de la part d une ou de plusieurs individualités à leur avantage personnel, et au détriment des concurrents plus faibles.» «Exposé des motifs. Projet de loi concernant les syndicats coopératifs», , dans Alphonse Desjardins, pionnier de la coopération d épargne et de crédit en Amérique. 5. Alphonse Desjardins reprend ici un constat qu il avait fait en 1912 : «De nos jours comme autrefois, en ces siècles reculés, les classes laborieuses éprouvent les mêmes besoins, sont victimes des mêmes procédés de l égoïsme et de la rapacité humaine, intensifiés par le mécanisme moderne, d où suit encore la nécessité de les protéger davantage par un ensemble d organes efficaces basés sur un régime qui en assure cette fois la permanence et la fécondité.» (La Caisse populaire I, 1912). 16

18 En somme Alphonse Desjardins a trouvé avec le modèle coopératif une solution efficace aux problèmes qui l interpellaient à son époque. En misant sur la force du nombre, la puissance éducative de la coopération, la coopération pour solutionner des problèmes et en plaçant les personnes avant l argent, le modèle coopératif peut encore contribuer au bien commun. Et cela est vrai non seulement dans le secteur financier, mais plus généralement sur les plans économique et social. Le modèle coopératif est un facteur d équilibre dans une société pour assurer la croissance économique sans oublier les besoins des personnes. La plus grande intégration planétaire accroît notre interdépendance. Nous partageons désormais les risques économiques, financiers, sécuritaires, climatiques Si le monde change, il a aussi une constante. Il évolue et s adapte sous l impulsion des hommes et des femmes qui en font partie. Il est toujours fondé sur l action de l humain. Et notre monde a plus que jamais besoin de remettre l humain au premier plan, ce qui est à la base des coopératives. En 1900, en plus de faire de l éducation économique et financière, les besoins auxquels il s agissait de répondre se résumaient aisément : donner à tous accès à des services d épargne et de crédit. Ces besoins sont tout aussi fondamentaux aujourd hui, dans le contexte des crises financières que connaissent plusieurs pays aux prises avec d importants enjeux de dette publique, des plans d austérité parfois draconiens et de nombreuses personnes sans emploi. La coopération peut permettre à tous les citoyens de s engager pour répondre aux besoins tout en assurant le bien commun! 17

19 L épargne et le crédit, à la base de l économie

20 Chapitre 2 L épargne et le crédit, à la base de l économie «Ne l oublions pas, l épargne alimentée par le travail peut seule former la richesse d un peuple et assurer son avenir. La spéculation ne peut semer que des ruines, tandis que l économie est toujours bienfaisante 6.» Alphonse Desjardins avait une véritable pensée économique, en plus de posséder la fibre entrepreneuriale. Il a étudié toute sa vie pour comprendre les rouages de l économie et de la finance. Sa bibliothèque et sa correspondance en témoignent. La citation qui coiffe ce chapitre est un véritable antidote aux excès qui ont mené aux bulles en tous genres. Bulle immobilière aux États-Unis en 2008 ou bulle technologique, comme on l a vécue sur le marché boursier en 2001, l origine du fiasco est toujours la même : la création d une valeur spéculative qui n a rien à voir avec l économie réelle qui, elle, se fonde sur le fruit du travail. Alphonse Desjardins a aussi démarré plusieurs entreprises, seul ou avec d autres. Dans le contexte actuel où de nombreux pays font face à une crise de leur dette souveraine et où l endettement des ménages atteint un niveau inquiétant, on se rappelle la sagesse et la vertu de l épargne. D ailleurs, chez Desjardins, nous avons longtemps mis de l avant que «le souci de l épargne épargne bien des soucis». Cela nous semble particulièrement évident aujourd hui. Alphonse Desjardins s appuyait sur son pragmatisme et sur de solides convictions économiques de base. Encore de nos jours, il serait un sage conseiller financier, voire un visionnaire qui serait consulté par les uns et par les autres à travers le monde. D ailleurs, quand il parle d économie bienfaisante, dans la citation ci-dessus, c est bien sûr dans le sens d économiser. Promoteur de «l épargne du sou», il a, pendant des années, fait personnellement la tournée des écoles de Lévis pour inciter les enfants à épargner avec constance. Sans doute aurait-il été très frappé et attristé de constater, en prenant connaissance de l Indice Desjardins de finances personnelles, qu encore en 2011 un jeune Canadien sur deux ignore comment calculer le rendement réel d un placement. 6. «Lettre à J.-P. Lefranc [pseudonyme de l abbé Philibert Grondin], 20 mars 1918», dans Catéchisme des Caisses populaires,

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Pour comprendre et réduire vos frais de service

Pour comprendre et réduire vos frais de service O C T O B R E 2 0 1 2 Volume 4 No 3 Du 8 au 11 octobre, s est tenu à Québec, le Sommet international des Coopératives auquel était associé le Mouvement Desjardins. Pas moins de 130 conférenciers de renommée

Plus en détail

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Principes fondamentaux du PQD de la Côte-Nord Des énoncés exploratoires relatifs à la vision se dégagent des principes fondamentaux qui transcendent

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Des fondations pour réussir. des infrastructures

Des fondations pour réussir. des infrastructures Des fondations pour réussir PLAN québécois des infrastructures Le contenu de cette publication a été rédigé par le Secrétariat du Conseil du trésor. Cette édition a été produite par la Direction des communications.

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Notes pour une allocution prononcée par

Notes pour une allocution prononcée par Notes pour une allocution prononcée par M e Louis Morisset Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Conférencier et invité d honneur Choisir la prospérité Congrès 2013 de l assurance

Plus en détail

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Monsieur l Ambassadeur, Mesdames les élues, Chers compatriotes,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Cambridge (Ontario) Le 2 mai 2013. Pour obtenir de plus amples renseignements :

Cambridge (Ontario) Le 2 mai 2013. Pour obtenir de plus amples renseignements : Allocution de Julie Dickson, surintendante des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) à l occasion du Forum sur invitation concernant les services financiers

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Allocution d ouverture

Allocution d ouverture Allocution d ouverture Pierre SIMON Président de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Mesdames, Messieurs, Chers amis, C est avec grand plaisir que je vous accueille aujourd hui à la Chambre

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

La reddition de comptes

La reddition de comptes Bureau du vérificateur interne Votre référence en gestion, risque et contrôle La reddition de comptes Novembre 2005 TABLE DES MATIÈRES Page 1. Introduction... 1 2. Une définition de la reddition de comptes...

Plus en détail

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere.

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere. DISCOURS DE L INVITE D HONNEUR, SON EXCELLENCE, JAKAYA MRISHO KIKWETE, LE PRESIDENT DE LA REPUBIQUE-UNIE DE LA TANZANIE LORS DE L OUVERTURE OFFICIELLE DE LA 36è CONFERENCE ANNUELLE ET L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte

Idées nouvelles recherchent avocats du diable. Récolte Idées nouvelles recherchent avocats du diable (et vice-versa...) Récolte de la rencontre du 6 octobre 2015 Et si notre milieu était appelé à s adapter, sommes-nous vraiment à l écoute de ces aînés qui

Plus en détail

LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI

LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI LE DISCOURS DU BUDGET Le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

50 e DE LA CAISSE UN ESPRIT D INNOVATION QUI TRAVERSE LES DÉCENNIES

50 e DE LA CAISSE UN ESPRIT D INNOVATION QUI TRAVERSE LES DÉCENNIES 50 e DE LA CAISSE UN ESPRIT D INNOVATION QUI TRAVERSE LES DÉCENNIES Notes pour une allocution de M. Michael Sabia Président et chef de la direction Cercle canadien de Montréal Montréal, le 27 mai 2015

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné?

La démarche québécoise de développement durable. Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? La démarche québécoise de développement durable Comment le gestionnaire de parc immobilier est-il concerné? Visez vert des gestes durables AGPI Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi n o 27 LOI SUR L ÉCONOMIE SOCIALE Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI Allocution de monsieur Jean-Claude Ménard, actuaire en chef Bureau de l actuaire en Chef Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Canada à l occasion du Forum mondial de la sécurité

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE POURQUOI MAINTENANT? La crise est bien réelle Notre industrie forestière est essentielle à la santé économique du Nouveau-Brunswick, car la subsistance de 22 000 travailleurs dépend de cette importante

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

Madame la Présidente du Comité exécutif, Monsieur le Président du Comité technique, Monsieur le Président du Comité des marchés émergents,

Madame la Présidente du Comité exécutif, Monsieur le Président du Comité technique, Monsieur le Président du Comité des marchés émergents, 1 Madame la Présidente du Comité exécutif, Monsieur le Président du Comité technique, Monsieur le Président du Comité des marchés émergents, Mesdames et Messieurs, Introduction Le 16 octobre 1929, l'économiste

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE MME MONIQUE F. LEROUX PRÉSIDENTE ET CHEF DE LA DIRECTION DU MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS «GRANDIR POUR NOS MEMBRES ET NOS CLIENTS» CENTRE DES CONGRÈS DE QUÉBEC, LE 29 MARS

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement

L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement L investissement responsable une démarche fondée sur le risque et le rendement Lancement canadien du Carbon Disclosure Project Galerie de la Bourse de Toronto Le 4 octobre 2006 David Denison Président

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Assurance individuelle de protection du revenu Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Quel est votre actif le plus précieux? Vous croyez peut-être que votre maison, votre voiture

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Manifeste d engagement pour une communication plus responsable

Manifeste d engagement pour une communication plus responsable Manifeste d engagement pour une communication plus responsable Face aux nouvelles urgences sociales et environnementales, et au moment où des millions de citoyens prennent leur distance avec la société

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique :

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique : Mesdames et messieurs les Représentants des média, Chers partenaires des milieux culturels, Je suis heureuse de vous présenter aujourd hui la proposition de politique de développement culturel de la Ville

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail