A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)"

Transcription

1 CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes depuis la levure jusqu à l humain. I) Super famille Ras La super famille RAS compte plus de 100 membres, on distingue 5 sous-familles. Dans chaque sous-famille, les protéines G possèdent des séquences géniques communes et vont assurer la même fonction avec des domaines protéiques homologues visant à fixer les dérivés guanyliques : A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) Elles ont quatre domaines de liaisons : Les domaines Switch assurent la flexibilité de la protéine et permettent le changement de conformation Le domaine E correspond à un domaine homologue pour la liaison avec l effecteur qui est en aval de la voie de signalisation, actif quand il lie le GTP.

2 - Rho, Rab et Ras ont des séquences de prényls s accrochant à la partie C-terminale de la protéine et s ancrant dans la membrane - Arf ont un prényl qui s accroche à N-terminale - Sa 1 et Ran n ont pas d ancrage Les protéines RAS sont ubiquitaires sauf : - Rab 3a dans les neurones, sur des cellules endocrines ou exocrines - Rab 17 dans les cellules épithéliales Les protéines G ont une localisation d expression particulière dans des compartiments particuliers de la cellule. La plupart sont dans le cytosol, dans la membrane ou dans les deux, sauf : - les Ran qui oscillent entre le cytosol et le noyau Il peut exister différents types de prényls (composés lipidiques) - Ras : farnésyl C 15 qui s accroche en C-terminale - Rho : geranyl/farnesyl C 20 - Arf : myristiles C 14 GAP stimule la protéine G qui hydrolyse le GTP en GDP et revient dans un état inactif. B) Fonctions des protéines G - Ras : différenciation et prolifération cellulaire (eucogène), principalement au cours du stade embryonnaire mais peut réapparaître en cas de maladie - Rab : régulation du transport vésiculaire (endo/exocytose) - Ran : transport nucléo-cytoplasmique - Arf : formation de vésicules membranaire

3 II) Les protéines Rho Il existe 17 types de protéines Rho, elles sont régulatrices de l assemblage du cytosquelette d actine et responsable de la poly/dépolymérisation de l actine. L expression de différentes séquences codantes pour les membranes des protéines Rho définit un phénotype cytosquelettique particulier. - Rho a, b, t : rôle dans l adhérence et la contraction des muscles - Cdc 42 : filopodes d actines à un pôle de la cellule, senseurs d orientation (polarité) et fibres de stress - Rac 1, 2, 3 : lamellipodes (ruffle) d actine polymérisée à front de progression/protusion L association de l activité de ces 3 groupes de protéines est nécessaire à la migration, elles sont impliquées dans la métastase cancéreuse. - Rnd inhibent Rho a, b, c, elles n ont pas d activité GTPasique intrinsèque, elles ne sont jamais inactives, leur action ne dépend que de leur expression Structure : - hélice α particulière : Rho insert - cystéine en C 190 sur laquelle s accroche un lipide en C 20 (pour Rho A) Site de prénylation

4 A) Le cycle des protéines Rho La protéine Rho A inactive est logée dans le cytosol, le GDi vient masquer le prényl, ce qui va solubiliser la protéine. Les Rho ne sont actives qu à la membrane (membrane plasmique pour Rho A). Le GDi se sépare de Rho A par d autres voies de signalisation impliquant la phosphorylation du GDi et de Rho, ce qui permet le relargage de GDi et l ancrage de Rho à la membrane. Il y a ensuite une réaction d échange GDP/GTP sous l influence de GEF. Activation de la protéine G effecteur GAP remet le GDP et Rho se resolubilise, ce qui induit un couplage avec le GDi Protéines GEFs : 70 membres

5 1) Les protéines GEFs L activation des protéines Rho par les GEFs se fait en 3 temps : - reconnaissance de faible affinité entre GEF et G - relation GEF-G qui permet le relargage du GDP : complexe libre de nucléotides de très haute affinité - GTP en excès va rentrer dans les protéines G et les rendre actives, faible affinité

6 2) Les effecteurs intracellulaires de Rho Les protéines Rho ont de multiples effecteurs dans les cellules : kinases, phosphatases, protéines de structure, facteurs de transcription. Pour Rho A : Rho kinase est l effecteur majeur Pour Rac 1 : PAK 1, 2, 3 kinase Pour Cdc 12 : PAK 1, 2, 3, 4 a) Effecteur de Rho A : ROCK Les effecteurs majeurs des Rho A, les Rho kinases Rock 1 et 2, ont trois domaines fonctionnels : - N-terminale : 90% d identités des acides aminés avec le domaine kinase (activité catalytique) - Partie médiane : 54% d identité, Rho Binding Domain - C-terminale : 65% d identité, PH domain, domaine riche en cystéine CRD

7 La protéine Rock est repliée au repos, elle masque l activité catalytique, Rho se lie à RBD, la protéine Rock s ouvre et le site kinase devient accessible. RND-3 se lie sur le domaine kinase et inhibe donc l ouverture de la protéine Rock. La Rho kinase peut être activée par d autres voies : - acide arachinodique (lipide) se lie au CRD et active la Rho kinase - acide sphingosyl phosphoryl choline se lie de la même manière - kaspase 3 suractive la Rho kinase après avoir clivé la protéine, provoquant l apoptose Lorsque Rho est sous forme GTP, il peut activer mdia qui est une protéine recrutée au site de polymérisation de l'actine. ROCK peut phosphoryler la myosine phosphatase et inhibe l'activité de cette myosine phosphatase (myosine phosphatase est impliquée dans la phosphorylation de la myosine). ROCK active aussi la LIM kinase qui agit sur la Cofilin (protéine de coiffe des actine en formation, s il y a coiffe, la polymérisation est finie) ce qui permet de stimuler la polymérisation en inhibant la dépolymérisation. Formation des fibres de stress Les protéines Rho répondent ou génèrent des forces, elles ont un rôle majeur dans les tensions et les forces, la perte ou le réarrangement de ces forces vont modifier l adhérence des cellules

8 b) Effecteurs de Rac PAK, POR et Arf 6 sont peu connus et mènent à la formation de lamellipodes (ruffles) c) Effecteurs de Cdc 42 Les Cdc 42 activent les WASP, produits du gène du syndrome de Wiskott Aldwich (déficience de l immunité caractérisée par un défaut de signalisation des lymphocytes B et T) qui vont interagir avec le complexe protéique nucléateur Arp 2/3. B) Rôle des protéines Rho, Rac et Cdc 42 Grâce au fonctionnement de ces protéines, les voies de signalisation contrôlent la polarité cellulaire. Toutes les cellules eucaryotes sont capables de polariser, en particulier Cdc 42 qui est nécessaire à former les bourgeonnements impliqués dans la fabrication des levures et qui joue également un rôle dans la polarisation des nématodes ou des neuroblastes des drosophiles. La polarisation est indispensable à la mise en place de la division asymétrique, ce qui induit la différenciation des cellules (protéines Par 1-2 au pôle postérieur, Pac 3-6 et PKC au pôle antérieur) Cette polarité est impliquée dans la morphologie.

9 Cdc42, par la polymérisation de l'actine, permet de mettre en place le cytosquelette nécessaire aux structures d'ancrages des cellules épithéliales. Cdc 42, PAR 6,3 et PKC (atypique) régulent l'assemblage des jonctions serrées et ainsi la polarité apicale et basolatérale des cellules épithéliales. Les neurones différenciés sont contrôlés par la protéine Rho A qui exerce un effet inhibiteur sur la pousse neuronale au niveau du cône de croissance et des épines dendritiques. Si on inhibe Rho kinase, les neurones se mettent à pousser (pousse de neurites). On distingue deux types de mouvements cellulaires : a- Mouvements non coordonnés Chaque cellule suit un mouvement qui lui est propre (cas des cellules cancéreuses), ce mouvement est dû à plusieurs types de forces impliquant toute une réorganisation dynamique et polarisée du cytosquelette d actine. Forces de protusion (Rac) Forces contractiles du corps cellulaire (Rho A) permettant la rétraction à l arrière de la cellule en cas de perte d adhérence : il y a inhibition de Rho A Orientation du mouvement due à Cdc 42 Cas des cellules cancéreuses (cellules invasibles) : pas de mouvement par chimiotaxie, mouvement induit par la cellule elle-même. La migration cellulaire s accompagne de la modification des programmes transcriptionnels et de la sécrétion de protéases à un pôle donné de la cellule dégradant la matrice extracellulaire, ce qui permet à la cellule d avancer. Cas de la croissance des neurones : les neurones sont soumis à deux types de molécules : les chimioattracteurs qui génèrent la pousse en activant Rac et Cdc 42 et les chimiorépulseurs qui l inhibent via Rho b- Mouvements coordonnés Des populations de cellules migrent en même temps, on retrouve ce cas dans l organogenèse et la réparation tissulaire. Un test de lésion sur un tapis cellulaire montre que les cellules «sentent» l espace libre et vont le reboucher. Rac est essentielle pour donner le mouvement cellulaire, les cellules migrent perpendiculairement à la déchirure depuis l élongation de leur MTOC et leur appareil de Golgi. Il existe des signaux sécrétés par la cellule pour inhiber un signal cellulaire.

10 Fonctions des vaisseaux sanguins : - conduction du sang - protection des tissus qu ils inhibent : système de contrôle qualité pour l organisme Les vaisseaux sont constitués de 2 grands types de cellule : - une couche de cellules endothéliales en contact avec le sang, allongées dans le sens de la circulation, avec beaucoup de Rac et peu de Rho - deux couches de cellules musculaires lisses : beaucoup de Rho et un peu de Rac Rac : - contrôle de l expression du gène induisant réaction inflammatoire - migration des cellules - angiogenèse : fabrication de nouveaux vaisseaux pour alimenter une tumeur Rho A : contraction des muscles lisses causée par une phosphorylation des chaînes légères de la myostine, ce qui induit une augmentation de la pression

11 MLCK : Kinase des chaînes légères de myosine. Cette protéine est activée par la concentration en calcium via la Calmoduline (CAM). La MLCP permet de déphosphoryler la chaîne légère. La Rho K phosphoryle la MYPT et la désactive. Ces protéines sont impliquées dans la phagocytose (Cdc 42) :

12 Rho A est impliqué dans la phase G1 du cycle cellulaire, Rho A contrôle un répresseur et un activateur du cycle cellulaire : - Active la cycline D1 - Inhibe le répresseur P21 Cip1 - Contrôle aussi la formation d'un anneau d'actine qui permet la cytodiérèse

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT UE2 : Trafic et migration cellulaire Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine Claire DURMORT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Structure modulaire du microtubule

Structure modulaire du microtubule Les microtubules Les microtubules 1. Structure et dynamique 1.1 Dimères de tubuline, fixation de GTP 1.2 Nucléation, polymérisation 1.3 Modifications post-traductionnelles et dynamique in vivo 1. Protéines

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Mise à jour: 28 03 07 BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 44 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Résumé du mécanisme Hormones impliquées Récepteur Protéine G Phospholipase C Protéine kinase C

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie Cellulaire Chapitre 5 : L adhérence cellulaire : les protéines d adhérence cellule-matrice extracellulaire Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE Rôle de la voie endo/exo-cytaire (eucaryote) Modification des molécules qui seront sécrétées vers l'extérieur Connections (indirecte) de la membrane plasmique au réticulum

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Signalisation cellulaire. Cours n 2 (19/09/13)

Signalisation cellulaire. Cours n 2 (19/09/13) Signalisation cellulaire Cours n 2 (19/09/13) C) Les protéines de la signalisation : Les protéines kinases Les protéines phosphatases Les Guanosines Triphosphatases (GTPases) Les protéines adaptatrices

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

CYTOSQUELETTE et MOBILITE

CYTOSQUELETTE et MOBILITE Master Physiopathologie Cellulaire et Moléculaire Option Cancérologie CYTOSQUELETTE et MOBILITE Eric GUERIN Laboratoire de Biochimie et de Biologie Moléculaire - Hôpital de Hautepierre EA 4438 Physiopathologie

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Pharmacologie générale: 3. Les principaux «2d messagers»

Pharmacologie générale: 3. Les principaux «2d messagers» Pharmacologie générale: 3. Les principaux «2d messagers» Paul M. Tulkens, Dr Med. Lic. Sc. Biomed. Faculté de pharmacie et sciences biomédicales Faculté de médecine et de médecine dentaire Université catholique

Plus en détail

Elles s associent latéralement aux microtubules pour leur conférer des propriétés. On distingue les MAP motrices et les MAP structurales.

Elles s associent latéralement aux microtubules pour leur conférer des propriétés. On distingue les MAP motrices et les MAP structurales. BIOLOGIE CELLULAIRE PARTIE III : LE CYTOSQUELETTE Le cytosquelette est la charpente de la cellule et la maintient en place. Il est dynamique et permet, en plus du maintien cellulaire, le déplacement des

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1

ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1 Université de Montréal ARF1 contrôle la migration des cellules hautement invasives du cancer du sein via Rac1 par Sebastian Lewis-Saravalli Département de pharmacologie, Université de Montréal Faculté

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance 11/02/2014 LETOUCHE Marie-Lou L2 BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 12 pages Relecteur n 3 BMCP Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

par Jacques Bertoglio

par Jacques Bertoglio imprimer la page Jacques Bertoglio et son équipe Des Rho GTPases à toutes les sauces par Jacques Bertoglio La famille Rho des petites protéines G apparentées à Ras compte plus d une dizaine de membres

Plus en détail

Le cytosquelette. Reseau formee de trois types de proteines filamenteuses. Filaments d actine Microtubules Filaments intermediaires

Le cytosquelette. Reseau formee de trois types de proteines filamenteuses. Filaments d actine Microtubules Filaments intermediaires Le cytosquelette Le cytosquelette Reseau formee de trois types de proteines filamenteuses Filaments d actine Microtubules Filaments intermediaires Le cytosquelette DIMENSIONS (DIAMETRES) les microfilaments

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

NIGHT TUTO UE2 BIOLOGIE CELLULAIRE PARCE QUE C EST LA MEILLEURE MATIERE <3

NIGHT TUTO UE2 BIOLOGIE CELLULAIRE PARCE QUE C EST LA MEILLEURE MATIERE <3 NIGHT TUTO UE2 BIOLOGIE CELLULAIRE PARCE QUE C EST LA MEILLEURE MATIERE

Plus en détail

LES JONCTIONS D ANCRAGE

LES JONCTIONS D ANCRAGE LES JONCTIONS D ANCRAGE 1. Généralités Liées au cytosquelette (microfilaments, filaments intermédiaires= FI). Connexion entre les cellules. Connexion à la matrice extracellulaire. transmission des forces

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires Jonctions Intercellulaires et Adhérence Licence de Biologie Cellulaire (L2) Module Biologie Moléculaire de la Cellule II Arnauld Sergé Organismes multicellulaires L émergence des organismes multicellulaires

Plus en détail

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif.

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif. 32 -... Pour pouvoir pénétrer dans le noyau, les protéines nucléaires possèdent toutes au sein de leur séquence le même signal de localisation nucléaire. 33 -... Dans son état inactif, la sous-unité a

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Compartimentation et dynamique cellulaires- Unité 144 CNRS/ Institut Curie

Compartimentation et dynamique cellulaires- Unité 144 CNRS/ Institut Curie Compartimentation et dynamique cellulaires- Unité 144 CNRS/ Institut Curie Équipe / Group : Motilité structurale Chef d équipe / Group leader: Anne HOUDUSSE Notre objectif majeur est d étudier la structure

Plus en détail

!"#$%&%'("%'*($'("+! "#$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5!

!#$%&%'(%'*($'(+! #$%&'()(*+!&,+-*-)(! (*!).%.(,!%./,.0(! 1-23&*.4)(!,*.'(%%,%&.2(5! Motilité et domiciliation cellulaires I- Définitions Motilité cellulaire : aptitude à effectuer des mouvements spontanés ou réactionnels avec consommation d'énergie. Mobilité Vs Motilité : La mobilité

Plus en détail

Le cytosquelette. Principes et définition

Le cytosquelette. Principes et définition Le cytosquelette Principes et définition Polymères fibreux de la cellule Le cytoplasme est présent dans toutes les cellules animales : cytoplasme et nucléoplasme Il est constitué d éléments figurés non

Plus en détail

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Année universitaire 2011-2012 MED-2 - Enseignements Thématiques Bases moléculaires et cellulaires des pathologies Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Planches pour le Campus Virtuel

Plus en détail

un exercice d équilibre

un exercice d équilibre un exercice d équilibre hysiologique athologique Trafic intracellulaire, Actine ADN Ras ATM Raf, I3K, Ral MAK Cdc25B S G2 Transcription, rolifération, Différenciation G1 M Contrôle du cycle, Réparation,

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Les phosphorylations des protéines

Les phosphorylations des protéines Les phosphorylations des protéines Contrôle majeur pour réguler différents processus cellulaires : - Division cellulaire - Contraction musculaire - Synthèse protéique - Régulation transcriptionnelle -

Plus en détail

La régulation de la prolifération cellulaire (2)

La régulation de la prolifération cellulaire (2) C 25, Pr BERGERAT Pauline BOIREAU Cours du 21.10.2011 15h à 16h Elodie CASTILLE Master Cancérologie La régulation de la prolifération cellulaire (2) F. Rôle de c-myc dans le contrôle de la prolifération

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase site ressources sciences de la vie ENS-DESCO Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase L'existence de mécanismes de surveillance En plus des Cdk,

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

Evaluation du rôle des RhoGTPases dans la croissance tumorale in vitro et in vivo par les ARN interférentiels

Evaluation du rôle des RhoGTPases dans la croissance tumorale in vitro et in vivo par les ARN interférentiels UNIVERSITE DE LIEGE FACULTE DE MEDECINE LABORATOIRE DE BIOLOGIE DES TISSUS CONJONCTIFS Professeur B. Nusgens Docteur C. Deroanne Evaluation du rôle des RhoGTPases dans la croissance tumorale in vitro et

Plus en détail

- Contrôle des connaissances : - Examen de fin d'année : QR courtes (problème transversal), 30 minutes, note sur 14; - Note ED sur 6

- Contrôle des connaissances : - Examen de fin d'année : QR courtes (problème transversal), 30 minutes, note sur 14; - Note ED sur 6 10/02/2015 BUJON Solène L2 CR : CHABERT Julie BMCP Pr Autillo-Touati 12 pages Le cycle cellulaire Plan A. Le cycle cellulaire I. Le rôle du cycle cellulaire II. Contrôle du cycle cellulaire III. Rappel

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015

UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015 UE2 TD Cytosquelette (cours E. Cornillot) Protéines d adhérence / Jonctions intercellulaires (T. Maudelonde) N. Boulle Année 2014-2015 La plupart des illustrations du TD proviennent de Molecular Biology

Plus en détail

TAM 2 au 5 septembre 2014

TAM 2 au 5 septembre 2014 TAM 2 au 5 septembre 2014 Partie 1 Biologie Cellulaire Cellule en anaphase. (oui, c est BEAU, vous allez aimer la bioc!) Le commencement c est la Cellule! La cellule est l unité fondamentale de tous les

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin Le cycle de division cellulaire D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin I. Les phases du cycle cellulaire 1. L interphase Phase G1, Phase S, Phase G2 2. La mitose ou phase M Prophase, Prométaphase,

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle 1. Définition : C est l organe effecteur du mouvement. a. fonction Il a 2 fonctions essentielles : - Production de force : énergie chimique transformée en énergie

Plus en détail

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Ayham ALKASSAB & Julien GARYGA Ce sujet de biologie cellulaire est composé de 10 QCM. L épreuve dure 60 minutes. Chaque QCM compte pour 5 points. L ensemble correspond donc

Plus en détail

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM Cours d Immunologie Ronéo-Typeur : Anne-Laure Hermann Mardi 4 décembre 17h-19h Sylvain Latour SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM I)Généralités A.Localisation

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes L. NICOD - UFR SMP Université de Franche-Comté -Système endomembranaire- PACES 2012-13 / S1 : UE2 Plan

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Rappels de Biologie Cellulaire

Rappels de Biologie Cellulaire Rappels de Biologie Cellulaire Rappels de Biologie Cellulaire Les jonctions Le cytosquelette La signalisation La mort cellulaire Les jonctions Jonctions : Aspects généraux Zones de connection entre milieu

Plus en détail

Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration

Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration Plaquettes : Morphologie, fonctions, méthodes d exploration Les plaquettes sont des cellules anucléées provenant de la segmentation du cytoplasme des mégacaryocytes. Elles sont de forme discoïde, avec

Plus en détail

li.3 Régulation de la Signalisation

li.3 Régulation de la Signalisation li.3 Régulation de la Signalisation I.3.1 Régulation de la signalisation endocrinienne Le système endocrinien et le système nerveux sont reliés physiquement et fonctionnellement au niveau de l hypothalamus.

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Un environnement hypoxique...

Un environnement hypoxique... Les voies de signalisation Un environnement hypoxique... Jacques Robert Institut Bergonié, Université de Bordeaux, France doi:10.1684/veg.2016.0057 Mots-clés : Voies de

Plus en détail

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre

Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice. Cours Mercredi 4 septembre Chapitre 4: Jonctions cellule-cellule et cellulematrice Cours Mercredi 4 septembre Introduction Ce chapitre est un chapitre un peu à part puisqu on ne décrit pas une cellule toute seule, mais la façon

Plus en détail

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure Chapitre n : La cellule animale L étude des cellules est la cytologie. Définition : Une cellule est l unité fonctionnelle de

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1 Jonctions Intercellulaires et Adhérence Les intégrines 1- Jonctions étanches 2- Jonctions d'ancrage 2.1- ancrage cellule - cellule par les cadhérines 2.2- ancrage cellule - matrice par les intégrines 2.3-

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Le muscle strié squelettique : C est quoi? Pq? ( infarctus ) Structure:

Le muscle strié squelettique : C est quoi? Pq? ( infarctus ) Structure: Les muscles Le muscle strié squelettique : C est quoi? Pq? ( infarctus ) Structure: Bande I Question d exam : Au milieu du sarcomère : ligne M Bande A : actine et myosine sauf bande H que myosine Bande

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie cellulaire Chapitre 1 : Les récepteurs membranaires : Les Récepteurs Couplés aux Protéines G (RCPG) Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Le récepteur de l insuline

Le récepteur de l insuline Le récepteur de l insuline Tarik ISSAD Directeur de Recherche CNRS Institut Cochin Département de Biologie Cellulaire 22 rue Méchain, 75014 PARIS issad@cochin.inserm.fr 1. Quelques rappels : le rôle de

Plus en détail