Résumé. Delphine Théard

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé. Delphine Théard"

Transcription

1 Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas

2 Résumé Découverte il y a presque vingt ans comme inhibitrice de kinases dépendantes des cyclines (CKI), p27 a été extensivement étudiée, sa perte étant correlée avec un mauvais prognostic lors de cancers. Cependant, certaines études ont montré que, malgré un niveau général d expression élevé, la localisation cytoplasmique de p27 contribue à un mauvais taux de survie. En outre, p27 a été impliquée dans des processus tels que migration et apoptose qui ne requièrent pas son activité de CKI (Philipp-Staheli et al., 2001; Besson et al., 2004). Dans les études présentées dans cette thèse, nous démontrons pour la première fois l implication directe de p27 dans différents aspects de l établissement de la polarité cellulaire apico-basolatérale. Dans les cellules de carcinomes hepatocellulaires HepG2, la cytokine Oncostatin M (OSM), de la famille des IL-6, stimule l établissement de la polarité apico-basolatérale à travers la protéine kinase A en régulant le trafic membranaire vers la surface apicale en développement (van der Wouden et al., 2002). Dans le chapitre 2, nous démontrons que l effet de l OSM sur la polarisation cellulaire dépend de sa capacité à augmenter le niveau d expression de p27 inhibant en conséquence, l activité de cdk2 et donc causant le blocage de la transition G 1 -S. Cette dernière est cruciale pour l efficacité de l OSM comme modulateur du développement de la polarité : une fois que les cellules ont entré la phase S, elles deviennent insensibles aux effets polarisant de l OSM. De plus, le recrutement de la protéine kinase A à la région centrosomale provoquée par l OSM est abolie ainsi que l activation de la route de transport à la surface apicale, dépendante de la protéine kinase A. Ceci, cependant, peut être rétabli par l inhibition pharmacologique de l activité de cdk2. La capacité de l OSM à contrôler l activité de la cdk2 via p27 et, par conséquent, la progression à travers la transition G 1 -S est donc cruciale à cette cytokine pour la régulation de la dynamique centrosomale, le trafic membranaire dirigé vers la membrane

3 Résumé plasmique et la stimulation du dévelopement de la polarité cellulaire. L OSM est une cytokine cruciale pour le dévelopement normal du foie. En particulier, dans les hepatocytes foetaux de rats, il a été démontré que l OSM induit la formation des jonctions d adhérence (AJ) basées sur la E-cadhérine (Matsui et al., 2002). Dans le chapitre 3, nous démontrons que l OSM stimule la phosphorylation de p27 sur la Sérine 10 (Ser-10), conduisant à des investigations concernant l effet de mutants de p27 sur la Ser-10 sur l adhésion intercellulaire. En utilisant différentes approches expérimentales, nous montrons que la phosphorylation de p27 sur la Ser-10 est requise pour la formation du complexe protéique des jonctions d adhérence. En effet, la surexpression d un mutant de p27 non-phosphorylable (S10A) prévient l expression à la surface cellulaire des protéines E- cadhérine et β-caténine constitutives des AJ. Au contraire, la surexpression de la forme native ou d un mutant phosphomimetique de p27 (S10D) induit un phénotype hyper-adhésif. De plus, nous montrons que dans des cellules exprimant la forme non phosphorylable de p27, mais pas les formes natives ou phosphomimetiques, p27 et β-caténine interagissent, au détriment de l interaction β-caténine-e-cadhérine. Il est important de noter que les effets opposés des mutants non phosphorylables et phosphomimétiques ne semblent pas être liés au contrôle du cycle cellulaire medié par p27 (mutant ou non). Ces données démontrent donc pour la première fois que la phosphorylation sur la Ser-10 de la protéine régulatrice du cycle cellulaire p27 contrôle directement la capacité des cellules épithéliales à établir l adhésion inter-cellulaire. Pendant plus de 10 ans, la E-cadhérine a été pensée comme l initiatrice de la biogénèse du complexe de jonctions d adhésion, composé des jonctions d adhérence (AJ) et des jonctions serrées (TJ), entre les cellules. AJ et TJ sont supposées être assemblées suivant le tout premier contact entre deux cellules. Dans le chapitre 4, nous montrons que dans la lignée

4 cellulaire S10A (décrite dans le chapitre 3), qui n exprime pas la E-cadhérine à la surface cellulaire, l établissement de la polarité apico-basolatérale existe toujours. Ces cellules AJ-déficientes présentent toutes les caractéristiques d un domaine apical: les protéines des TJ sont correctement localisées et forment des TJ fonctionnelles. Ces structures assurent leur fonction de clôture ( fence ), qui a pour rôle de séparer les protéines et lipides basolatéraux et apicaux. Elles assurent aussi la fonction de barrière ( gate ) permettant la séparation des milieux extracellulaires apicaux et basolatéraux. L incapacité à former des AJ, cependant, n empêche pas la morphogénèse de la membrane plasmique apicale (canalicule biliaire). De plus, nous observons le passage du ciblage apical de la protéine interne DPPIV, mais pas de la 5 nucléotidase, d une voie indirecte à une voie directe, suggérant un rôle régulateur de la E-cadhérine associée à la surface cellulaire dans le ciblage de certaines protéines apicales. La manière dont la E-cadhérine dirige les différentes voies de distribution apicales reste néanmoins à élucider. Dans l ensemble, ces données démontrent que l adhésion cellule-cellule mediée par la E-cadhérine n est pas indispensable pour la biogénèse de la surface apicale (canalicule biliaire) per se mais pour le remodelage apical ultérieur, et pourrait être impliquée dans la direction de protéines apicales spécifiques et/ou voie de trafic vers le domaine basolatéral. Dans le chapitre 5, nous avons examiné au niveau (ultra)structural l implication de p27 et de son site de phosphorylation Ser-10 sur l organisation de la membrane plasmique apicale. La surexpression de p27 native ou p27s10a résulte en une augmentation dans la fréquence et la longueur des microvilli de la surface apicale. Par contraste, la surexpression de p27s10d produit des microvilli apicaux raccourcis et hautement désorganisées et des lumens apicaux typiquement pâles aux électrons. L apparence de ces lumens apicaux pâles aux électrons est accompagnée d une accumulation subapicale de larges endosomes tardifs/corps multivesiculaires (MVB) et lysosomes

5 secondaires, denses aux électrons. Les effets des mutants de p27 sur la Ser-10 ne peuvent être attribués à son effet connu sur le contrôle du cycle cellulaire. En outre, l inhibition de la signalisation par Rho, une cible de p27 décrite précédemment, n affecte pas l intégrité structurale des lumens apicaux (canalicule biliaire). Cependant, l inhibition de la signalisation par Rho cause l accumulation de lysosomes denses aux électrons qui sont morphologiquement distinguables de ceux présents dans les cellules exprimant p27s10d. Dans l ensemble, nos données impliquent p27 et la phosphorylation de sa Ser-10 comme un nouveau facteur déterminant dans l organisation structurale de la surface apicale et dans la dynamique des endosomes tardifs/lysosomes. En conclusion, p27 joue, dans les cellules HepG2, un rôle crucial dans l établissement de la polarité apico-basolatérale stimulée par l OSM, en régulant l activité cdk2 et, de cette manière, définit clairement une programmation méticuleuse de la progression du cycle cellulaire et du dévelopment de la polarité. De plus, nous démontrons pour la première fois un rôle direct pour p27 et le statut de phosphorylation sur sa Ser-10 dans l établissement de l adhésion intercellulaire, l organisation structurale de la surface apicale et la dynamique des MVB, qui n est pas lié à son rôle connu de contrôle du cycle cellulaire

6

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Un tour de cycle des cellules de mammifères

Un tour de cycle des cellules de mammifères Un tour de cycle des cellules de mammifères Combinatoire des complexes Cycline-Cdk Association de cyclines + Cdk Gestion du cycle cellulaire Fenêtres temporelles, contrôle: - synthèse/dégradation des cyclines

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN.

La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN. 2014 La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN. Anne-Aurélie RAYMOND Physiopathologie du Cancer du Foie (GREF INSERM

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase site ressources sciences de la vie ENS-DESCO Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase L'existence de mécanismes de surveillance En plus des Cdk,

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Documents de Travaux Dirigés

Documents de Travaux Dirigés Documents de Travaux Dirigés TD1 : TECHNIQUES UTILISEES EN BIOLOGIE DU DEVELOPPEMENT (1 ère partie) I) Techniques de microscopie 1) Analyse de la morphologique externe La figure ci-dessous représente des

Plus en détail

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique

Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Année universitaire 2011-2012 MED-2 - Enseignements Thématiques Bases moléculaires et cellulaires des pathologies Le cycle cellulaire Régulation normale et pathologique Planches pour le Campus Virtuel

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie Cellulaire Chapitre 5 : L adhérence cellulaire : les protéines d adhérence cellule-matrice extracellulaire Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin Le cycle de division cellulaire D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin I. Les phases du cycle cellulaire 1. L interphase Phase G1, Phase S, Phase G2 2. La mitose ou phase M Prophase, Prométaphase,

Plus en détail

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire

Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire 69 ème Journées Scientifiques de l AFEF Mercredi 28 Septembre 2011 Identification de microarns régulateurs de l expression du Glypican-3 dans le carcinome hépatocellulaire Marion Maurel INSERM U1053 Bordeaux

Plus en détail

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE

CONTRÔLE DU MÉTABOLISME ET DE LA PROLIFÉRATION PAR LES MICROARN ET LES ACTEURS DU CYCLE CELLULAIRE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR MEDECINE THÈSE Présentée pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE MONTPELLIER I Discipline : Biochimie et Biologie Moléculaire École doctorale : Sciences Chimiques

Plus en détail

La régulation de la prolifération cellulaire (2)

La régulation de la prolifération cellulaire (2) C 25, Pr BERGERAT Pauline BOIREAU Cours du 21.10.2011 15h à 16h Elodie CASTILLE Master Cancérologie La régulation de la prolifération cellulaire (2) F. Rôle de c-myc dans le contrôle de la prolifération

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires Jonctions Intercellulaires et Adhérence Licence de Biologie Cellulaire (L2) Module Biologie Moléculaire de la Cellule II Arnauld Sergé Organismes multicellulaires L émergence des organismes multicellulaires

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin).

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). CORRECTION 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). Cf l article 2. Représentez sous forme d'un schéma le trafic cellulaire

Plus en détail

LES JONCTIONS D ANCRAGE

LES JONCTIONS D ANCRAGE LES JONCTIONS D ANCRAGE 1. Généralités Liées au cytosquelette (microfilaments, filaments intermédiaires= FI). Connexion entre les cellules. Connexion à la matrice extracellulaire. transmission des forces

Plus en détail

Wnt3a bloque la différenciation des hépatocytes tumoraux au stade de progéniteurs

Wnt3a bloque la différenciation des hépatocytes tumoraux au stade de progéniteurs Wnt3a bloque la différenciation des hépatocytes tumoraux au stade de progéniteurs Siham Mebarki, Mireille Desille, Cédric Coulouarn, Denise Glaise, Elise Lavergne, Marie Sicard, Bruno Clément et Orlando

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Catherine Chapel 1, Evelyne May 2, Monique Vacher 3 et D. Courant 1 1 DSV/DRR/SRBF, CEA, Fontenay aux Roses 2 CNRS UPR

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

UE 2.1 S1 Compétence 4 Biologie fondamentale

UE 2.1 S1 Compétence 4 Biologie fondamentale UE 2.1 S1 Compétence 4 Biologie fondamentale C est l ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa formation, par division de la cellule mère, et le moment où cette cellule a fini de se diviser

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

LCA: toxicité de l oxygène

LCA: toxicité de l oxygène B. Maitre LCA: toxicité de l oxygène Services de Pneumologie, hôpitaux intercommunal et H. Mondor, Créteil, Université Paris EST CRETEIL, PRES EST Lésions induites par l oxygène Toxicité pulmonaire chez

Plus en détail

Etude du rôle de l inactivation d HNF1α dans la tumorigenèse hépatique

Etude du rôle de l inactivation d HNF1α dans la tumorigenèse hépatique Etude du rôle de l inactivation d HNF1α dans la tumorigenèse hépatique Laura Pelletier, Sandra Rebouissou, Jessica Zucman-Rossi Inserm U674 «Génétique fonctionnelle des tumeurs solides» Hepatocyte Nuclear

Plus en détail

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Mise à jour: 28 03 07 BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 44 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Résumé du mécanisme Hormones impliquées Récepteur Protéine G Phospholipase C Protéine kinase C

Plus en détail

Les voies de signalisation intracellulaire : la protéine Rab5

Les voies de signalisation intracellulaire : la protéine Rab5 UMR CNRS : 7213 Laboratoire de biophotonique et pharmacologie Equipe de signalisation cellulaire : Signalisation intracellulaire et protéines transmembranaires Les voies de signalisation intracellulaire

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Les intégrines. Jonctions Intercellulaires et Adhérence L2 - Février 2006. Cours 2 p1 Jonctions Intercellulaires et Adhérence Les intégrines 1- Jonctions étanches 2- Jonctions d'ancrage 2.1- ancrage cellule - cellule par les cadhérines 2.2- ancrage cellule - matrice par les intégrines 2.3-

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca Nous avons étudiés en détaille la structure et la régulation des différents

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES»

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» 76 IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» Avec l étude de l opéron lactose, François Jacob, Jacques Monod et André Lwoff ont été les premiers scientifiques à décrire

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif.

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif. 32 -... Pour pouvoir pénétrer dans le noyau, les protéines nucléaires possèdent toutes au sein de leur séquence le même signal de localisation nucléaire. 33 -... Dans son état inactif, la sous-unité a

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

TUTORAT DE SANTE DE MONTPELLIER-NIMES. Stage pré-universitaire

TUTORAT DE SANTE DE MONTPELLIER-NIMES. Stage pré-universitaire TUTORAT DE SANTE DE MONTPELLIER-NIMES Stage pré-universitaire 2011-2012 Les jonctions cellulaires engrènement 5 types de jonctions à étudier 1) Jonction serrée ou zonula occludens (tight jonction) : Elle

Plus en détail

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes L. NICOD - UFR SMP Université de Franche-Comté -Système endomembranaire- PACES 2012-13 / S1 : UE2 Plan

Plus en détail

U 830 INSERM GENETIQUE ET BIOLOGIE DES CANCERS. Équipe «Analyse des Réseaux de Transduction (ART)» Chef d équipe : J. Camonis

U 830 INSERM GENETIQUE ET BIOLOGIE DES CANCERS. Équipe «Analyse des Réseaux de Transduction (ART)» Chef d équipe : J. Camonis U 830 INSERM GENETIQUE ET BIOLOGIE DES CANCERS Équipe «Analyse des Réseaux de Transduction (ART)» Chef d équipe : J. Camonis 1- Introduction : le pourquoi, le comment Au début étaient les ténèbres. Dans

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B Modèle cellulaire du DNID: la cellule B L étude des conséquences du diabète NID à l échelle cellulaire se concentre bien entendu sur les atteintes subies par les cellules B pancréatiques à l origine de

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches L Academie Roumaine L Institute de Biologie et Pathologie Cellulaire Nicolae Simionescu THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches Directeur de

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Initiation Biologie Sytémique cours 2 Le 30 septembre 2011 P. Cormier

Initiation Biologie Sytémique cours 2 Le 30 septembre 2011 P. Cormier 1.) rappel de L1 Initiation Biologie Sytémique cours 2 Le 30 septembre 2011 P. Cormier 2.) les phases du cycle cellulaire 3.) les acteurs qui contrôlent le cycle cellulaire les approches convergentes a.)

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE L3 BIOLOGIE CELLULAIRE S6 2009 - Première Session (BIO17) BIOLOGIE MOLECULAIRE DE LA CELLULE III Ce sujet et celui de F. André doivent être rédigés sur des copies séparées Sujet de C. Vola et N. Bertrand

Plus en détail

Rôle de la plasticité cellulaire dans la progression et la régression de la fibrose rénale

Rôle de la plasticité cellulaire dans la progression et la régression de la fibrose rénale Rôle de la plasticité cellulaire dans la progression et la régression de la fibrose rénale Jean-Claude Dussaule Dominique Guerrot, Anne-Cécile Huby, Jean-Jacques Boffa et Christos Chatziantoniou Inserm

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Cyclines/CdKs contrôlent le Cycle cellulaire

Cyclines/CdKs contrôlent le Cycle cellulaire Cyclines/CdKs contrôlent le Cycle cellulaire Les complexes Cycline / Cdk agissent en phosphorylant des protéines cibles. Les deux sites de reconnaissance de la protéine et de l'atp. CDK2 Cycline A CDK1

Plus en détail

Structure modulaire du microtubule

Structure modulaire du microtubule Les microtubules Les microtubules 1. Structure et dynamique 1.1 Dimères de tubuline, fixation de GTP 1.2 Nucléation, polymérisation 1.3 Modifications post-traductionnelles et dynamique in vivo 1. Protéines

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie

Plus en détail

Insuline Metformine et Cancer. N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction.

Insuline Metformine et Cancer. N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction. Insuline Metformine et Cancer N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction. Conflits d intérêt : aucuns. Insuline et cancer Age Sédentarité Diététique Vit D? Obesité

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

L effet Warburg, un point commun entre virus et cancers? L exemple de la modulation de la glycolyse par le virus de l hépatite C.

L effet Warburg, un point commun entre virus et cancers? L exemple de la modulation de la glycolyse par le virus de l hépatite C. L effet Warburg, un point commun entre virus et cancers? L exemple de la modulation de la glycolyse par le virus de l hépatite C. RAMIERE Christophe Centre International de Recherche en Infectiologie (CIRI)

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm.

ED 1. Jacques Elion. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer. Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier. jacques.elion@inserm. M1 Biologie Santé UE Maladies Génétiques et Cancer Année universitaire 2013-2014 ED 1 Jacques Elion jacques.elion@inserm.fr Remerciements Anne Dumay Grégory Gautier CONTEXTE Facteur de transcription Nucléaire

Plus en détail

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT UE2 : Trafic et migration cellulaire Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine Claire DURMORT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité

La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité Conférence de Mr. B.Séraphin DOBOSZ Alicia MEIER Marie M2 BBMC bgm Année 2012-2013 INTRODUCTION ARNm

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE Rôle de la voie endo/exo-cytaire (eucaryote) Modification des molécules qui seront sécrétées vers l'extérieur Connections (indirecte) de la membrane plasmique au réticulum

Plus en détail

Génétique et épigénétique

Génétique et épigénétique Le génome : avancées scientifiques et thérapeutiques et conséquences sociales The genome: scientific and therapeutic developments and social consequences 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE

EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE Banque Agro Veto. Session 2008 Rapport sur le concours B ENV EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE Concours Nombre de Moyenne Ecart-type Note la plus Note la plus candidats basse haute B ENV 339 8,9 3,5 1,0 19,0

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

En résumé, voici donc les régulations possibles sur les CdK et leurs conséquences sur le déroulement du cycle cellulaire.

En résumé, voici donc les régulations possibles sur les CdK et leurs conséquences sur le déroulement du cycle cellulaire. Le Cycle cellulaire Le cycle cellulaire correspond comme vous le savez à l'ensemble des phases qui permettent à terme la mitose cellulaire. 2 Phases sont importantes : la Phase S durant laquelle la cellule

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail