Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne"

Transcription

1 Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne I - Qu'entend-on par centres d'excellence en RDT? Il s'agit d'une notion intuitive difficile à définir... Dans quasiment tous les domaines et disciplines, l'europe dispose de centres publics ou privés faisant de la recherche et du développement technologique (RDT) de très haut niveau, et souvent de niveau mondial. On peut identifier intuitivement de tels "centres d'excellence" par le fait qu'ils comprennent et attirent d'excellents chercheurs et développeurs, et qu'ils acquièrent la réputation d'être une ressource importante pour le progrès scientifique et technologique, et la diffusion de l'innovation. Pour montrer le rôle que les centres d'excellence peuvent jouer, il suffit de citer, aux États-Unis, l'université de Stanford, qui a créé la Silicon Valley, le MIT (avec les retombées "route 128"), ou l'université de Princeton. En Europe, on peut citer le magnifique exemple du CERN. La notion de centres d'excellence est interprétée et utilisée de multiples façons en Europe. On pourrait proposer la définition simple suivante : "Un centre d'excellence est une structure dans laquelle la RDT est de niveau mondial en ce qui concerne la production scientifique mesurable (notamment la formation) ou les innovations technologiques". De toute manière, il semble possible d'énumérer un certain nombre des caractéristiques principales que cette notion devrait englober : une "masse critique" de scientifiques ou de développeurs technologique de haut niveau; une structure bien définie (reposant le plus souvent sur des structures existantes) possédant un calendrier de recherche propre; un centre d'excellence doit être capable d'intégrer des domaines liés et d'associer des savoir-faire complémentaires; il doit être capable de maintenir un niveau élevé d'échange de ressources humaines qualifiées; il doit jouer un rôle dynamique dans le système d'innovation dans lequel il se trouve (ajouter de la valeur à la connaissance); il doit posséder un niveau élevé de visibilité internationale et de connectivité scientifique ou industrielle; un centre d'excellence doit présenter une stabilité acceptable au niveau financier et au niveau des conditions d'exploitation à long terme (base sur laquelle on peut investir dans du personnel et construire des partenariats); les sources de financement ne doivent pas dépendre à long terme des pouvoirs publics. Les centres d'excellence dans le domaine de la RDT sont en évolution constante. De même qu'une main-d'œuvre qualifiée, ils sont essentiels pour assurer une croissance économique interne et pour attirer les investissements privés. L'argument de la proximité par rapport à des centres de recherche réputés devient un critère important pour l'implantation de sites de production par les entreprises multinationales. La RDT

2 elle-même s'efforce de retenir et d'utiliser au mieux les connaissances "frontières" dans des domaines multidisciplinaires (réchauffement du climat, sécurité alimentaire, éducation, vieillissement). Bien que la concentration physique de chercheurs excellents constitue toujours un facteur essentiel de la productivité de la RDT, les outils avancés des technologies de l'information et des communications (TIC) autorisent dans une mesure croissante une interaction efficace dans le cadre de réseaux.... mais les typologies et la cartographie facilitent la réflexion sur les besoins et les perspectives d'action Il n'existe pas de centre d'excellence de RDT typique. On peut cependant analyser cette notion sous les trois angles suivants : "RDT", "centres" et "excellence". Typologie de la RDT réalisée : i) recherche monodisciplinaire : départements universitaires de haut niveau, par exemple l'institut des sciences mathématiques Isaac Newton de l'université de Cambridge, des centres de recherche non universitaires, tels que l'institut des éléments transuraniens à Karlsruhe; ii) large coopération interdisciplinaire : par exemple l'institut supérieur des hautes études à Paris; iii) recherche basée sur de grandes infrastructures de recherche (par exemple le CERN), avec notamment les grandes "collections", telles que la "Global Biodiversity Information Facility" (centre mondial d'information sur la biodiversité) projetée; iv) RDT réalisée en collaboration entre les entreprises et les universités, par exemple les instituts de la Fraunhofer-Gesellschaft; v) la RDT à application industrielle : par exemple les Philips Research Laboratories, à Eindhoven. Typologie de l'architecture du centre : i) centres uniques : il s'agit de grands départements ou instituts universitaires (par exemple l'institut de biologie moléculaire et de biotechnologie d'héraklion, l'université médicale Karolinska, à Stockholm) ou de grandes installations de recherche, telles que l'esrf; ii) les structures mises en réseau composées d'installations complémentaires ou de centres de connaissances (par exemple GENOPOLE, en France ), avec notamment les "instituts virtuels". Quantification du degré d'excellence : La qualité de la RDT peut être mesurée selon plusieurs critères : publications scientifiques ("bibliométrie"), brevets déposés, emplois offerts à des post-doctorants, importance du personnel de recherche et nombre de scientifiques invités, nombre et volume des contrats commerciaux, nombre d'entreprises "spin-off", participations à des programmes éducationnels transeuropéens, etc. -2-

3 Chaque critère a ses avantages et ses inconvénients. La plupart des analyses actuelles reposent sur un critère bibliométrique sur lequel les données disponibles sont abondantes. On peut effectuer des analyses mieux équilibrées en croisant plusieurs critères pour un domaine précis de la science et de la technologie. Pour l'identification concrète des centres d'excellence, on peut donc utiliser des cartes ou des listes, du moment qu'elles sont interprétées et exploitées dans le cadre de domaines de RDT spécifiques, et compte tenu des différences des types d'activités de RDT et des architectures organisationnelles. II - Pourquoi faut-il une action en Europe? L'effet "masse critique" peut être exploité pour accroître la productivité de la RDT,... En combinant efficacement les différentes ressources en connaissances et en infrastructures dispersées dans toute l'europe, on peut améliorer sensiblement la productivité grâce : à un agrandissement de l'échelle des efforts de RDT dans des domaines où d'excellents chercheurs sont actuellement confrontés aux mêmes problèmes d'une manière dispersée (le risque de doubles emplois inutiles étant lui aussi présent). L'échelle acquiert une importance croissante eu égard à la complexité de plus en plus grande de la RDT; à une meilleure exploitation de la diversité de la RDT dans toute l'europe, par une utilisation complémentaire des sources de connaissances, des savoir-faire et des installations. Du fait que le progrès scientifique et technique dépend de plus en plus d'approches interdisciplinaires, il deviendra de plus en plus difficile de trouver les sources nécessaires dans un seul pays. L'amélioration de la productivité de la RDT est essentielle pour la compétitivité de l'industrie européenne et la solution d'autres problèmes socio-économiques en Europe. On peut citer comme exemple la recherche sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles, le SIDA, mais aussi la RDT pour les futurs systèmes de transport, les technologies d'observation de la terre, etc.... l'impact direct des centres d'excellence sur le secteur privé et l'innovation en Europe peut être renforcé... Plusieurs gouvernements nationaux s'efforcent de maximiser l'impact des centres d'excellence existants sur le système d'innovation national en concentrant sur ces centres des programmes de financement, et en prenant des mesures en vue d'améliorer les transferts de savoir-faire et de technologie. Au niveau européen, cependant, il y a un risque important que le secteur industriel et le secteur des services d'un pays n'exploitent pas suffisamment les excellentes ressources qui existent dans les autres pays pour améliorer leurs propres performances en matière d'innovation. Inversement, les politiques de RDT nationales et les programmes pour les centres d'excellence peuvent ne pas prendre suffisamment en compte le potentiel d'exploitation des résultats de recherche dans des entreprises situées dans d'autres pays de l'union (problème de la "désadaptation"). Ces problèmes sont plus que de simples problèmes d'information ou de prise de conscience. Ils exigent une vision plus claire de l'offre et la demande de compétences en -3-

4 RDT au niveau de l'europe. Seul un transfert de connaissance efficace peut améliorer le niveau scientifique et technologique que dans toute l'union et permettre l'émergence de nouvelles "niches d'excellence" locales. Les avantages pour le développement des investissements du secteur privé et l'accroissement des activités en matière d'innovation doivent être maximisés. Il existe également des obstacles aux effets d'entraînement plus généraux des centres d'excellence : mobilité insuffisante des chercheurs vers les centres d'excellence et réticence des chercheurs à les quitter pour aller ailleurs; manque de capacités d'utiliser les outils de mise en réseau les plus modernes, entraves administratives ou techniques à l'utilisation à distance d'infrastructures et à la création de bases de données distribuées.... et les effets indirects de l'identification de l'excellence en RDT au niveau européen peuvent être exploités L'expérience montre que d'importants avantages indirects peuvent découler d'une amélioration de la "visibilité" des centres d'excellence existants en Europe. Du fait de la fragmentation de la RDT elle-même sur plusieurs pays, et des efforts d'information/publicité qui ont été déployés, il se peut que la réputation mondiale d'un grand nombre de centres de RDT en Europe ne reflète pas leur véritable niveau d'excellence. Cela a des effets directs sur les choix de carrière des scientifiques, qui, pour l'europe, peuvent se traduire par une fuite des cerveaux. Cela peut également avoir des conséquences sur l'attrait de la zone de recherche européenne pour les chercheurs non européens et les entreprises multinationales. En outre, une amélioration de la visibilité des centres d'excellence européens permettrait de renforcer le rôle de l'europe dans les futures initiatives scientifiques mondiales. Cela améliorerait les chances de réaliser des initiatives correspondant aux priorités européennes, et d'obtenir l'implantation en Europe de certaines futures installations de niveau mondial. Enfin, une meilleure visibilité envers le grand public peut contribuer à améliorer la manière dont la science est perçue en Europe. Les mécanismes existants sont cependant insuffisants Les problèmes et les possibilités dépeints ci-dessus sont d'une nature systémique, et donc difficile à traiter en l'absence d'une approche commune européenne. Les discussions scientifiques et politiques sont fragmentées pour des raisons historiques en plusieurs perpectives nationales. Il existe des entraves à la mise en commun de ressources, ce qui conduit non seulement à rater des occasions, mais aussi à des doubles emplois sans "complémentarité". Aucune des organisations créées pour stimuler la RDT en Europe n'est équipée pour abriter des centres d'excellence en tant que tels. Il faut donc une action au niveau européen pour soutenir des centres d'excellence en tant que tels. Cela souligne le besoin d'action au niveau européen pour aider les centres d'excellence à se fonder sur les efforts déployés dans les États membres et les compléter. -4-

5 III - Que permet une approche européenne? L'Europe a surtout besoin d'un plus grand nombre de centres d'excellence en RDT de grande taille et réputés, et aptes à avoir un impact décisif sur le système d'innovation, comme les exemples américains cités dans la partie I. Ces centres peuvent être concentrés physiquement ou consister en structures mises en réseau pour réaliser des activités de RDT d'une manière intégrée. Le processus d'identification et de soutien à des "centres d'excellence européens" devrait permettre des initiatives émanant de la communauté des chercheurs ou de groupes d'utilisateurs, de même que des actions prioritaires au niveau des politiques sur la base de points faibles ou de possibilités dûment identifiés (par exemple dans le domaine de la nanotechnologie). Des méthodes d'analyse et des mécanismes de concertation peuvent être développés à cette fin. Dans tous les cas, il faudra délimiter clairement les domaines de RDT concernés et définir d'une manière adéquate la notion de centre d'excellence. Trois lignes d'action parallèles peuvent être discutées : 1. Exploiter le potentiel de la région européenne pour maximiser la visibilité des centres d'excellence européens dans le monde. Des activités peuvent être développées dans le domaine de la cartographie de l'excellence et de la compétence dans des domaines de S&T stratégiques, et une diffusion adéquate auprès de publics spécifiques (par exemple prix, événements très visibles). La cartographie doit être appliquée à des domaines de RDT suffisamment étroits pour permettre d'identifier l'expertise (éviter une rubrique telle que "physique"). L'application des méthodes cartographiques peut nécessiter une analyse statistique appliquée aux indicateurs de résultats de la RDT (publications, brevets déposés,...), une désignation par les États membres (pour fournir une liste initiale de centres à prendre en considération), et une analyse par des experts travaillant dans le domaine en cause et faisant une utilisation intensive des résultats de recherche. 2. Les activités en vue d'optimaliser l'impact direct des centres sur le système d'innovation européen peuvent concerner les aspects suivants : Des systèmes d'information facilitant l'accès aux résultats de RDT obtenus par les centres d'excellence européens, en accordant une attention spéciale aux PME. Le cas échéant, les centres choisis pourraient être invités à signer une "déclaration" garantissant l'accès et la "réactivité" face à la société européenne d'une manière générale. Une analyse des domaines de RDT essentiels, suivie de la création/du renforcement dans toute l'europe de mécanismes spécifiques pour le transfert de connaissance et de technologies autour des centres d'excellence européens. Cela exigera peut-être une concertation de programmes de centres d'excellence entre les pays. Centrer les programmes de mobilité (bourses d'accueil et bourses de retour) de l'ue et des États membres sur les centres d'excellence européens. À plus long terme, des initiatives pourraient être prises pour évaluer les travaux de recherche effectués dans de tels centres dans des programmes éducationnels : curriculums, doctorat européen. -5-

6 3. Afin d'exploiter l'effet "masse critique", les activités peuvent viser un plus grand nombre de centres d'excellence européens plus productifs, en regroupant les meilleures sources disponibles. Les deux méthodes suivantes peuvent être utilisées à cette fin pour chacun des principaux domaines de RDT choisis : des mesures peuvent être prises pour faciliter la concentration physique dans un certain nombre de centres d'excellence européens (il importerait de conserver un niveau de concurrence adéquat). Il peut s'agir de centres d'excellence nouveaux ou dérivés de centres nationaux existants. La concentration peut exiger un transfert temporaire de ressources humaines ou matérielles. Grâce aux TIC avancées, on pourrait constituer de nouveaux centres d'excellence européens sous la forme de réseaux structurés "virtuels" de centres de RDT existants. Ces structures devraient permettre une interaction personnelle étroite et une intégration de catégories entières d'activités de RDT entre des "poches d'excellence" situées dans des institutions existantes, mais dispersées, tout en fonctionnant comme une organisation. La constitution de ces réseaux pourrait être facilitée par une action générale au niveau de la mise en place de connexions électroniques à hautes performances appropriées, du développement/de l'adaptation aux clients des logiciels nécessaires pour une collaboration en RDT, et de la prise de conscience et de la formation des chercheurs, de façon à assurer l'acceptabilité et l'utilisation optimale des possibilités techniques. Une approche commune pour les deux types d'activités reposerait sur les principes suivants : excellence en RDT, concurrence ouverte entre propositions, caractère temporaire du soutien par les pouvoirs publics, combinaison de ressources de financement (public/privé, national/régional/européen). Des propositions plus spécifiques d'actions communes en ce sens pourront être élaborées au cours des mois qui viennent. -6-

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009 L application des connaissances aux IRSC Avril 2009 L application des connaissances (AC) fait partie de notre mandat MISSION 4. IRSC a pour mission d exceller, selon les normes internationales reconnues

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Gouvernance SOA : prenez les choses en main

Gouvernance SOA : prenez les choses en main Gouvernance SOA : prenez les choses en main Un plan d'action en cinq étapes pour les architectes Un Livre Blanc Oracle Que l'architecture orientée services (SOA) de votre entreprise mette en oeuvre 50

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre 1 INTECH, GRENOBLE, 12/01/2010 Patrick MOREAU patrick.moreau@inria.fr Direction du Transfert et de l Innovation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION

UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION UNE AVANCÉE EXCEPTIONNELLE POUR LA DECOUPE DU CUIR Cette technologie de pointe est indispensable pour faire face aux défis rencontrés à chaque étape de la chaîne de production.

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

EPOS POUR PARTENAIRES

EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES NOTRE SOLUTION EPOS.UP POUR PARTENAIRES PROPOSE UN SYSTÈME INTÉGRÉ À LA POINTE À UN PRIX ABORDABLE. 02 / 03 SOMMAIRE SOMMAIRE La gestion d une activité Retail

Plus en détail

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT Juillet 2011 1 CONTEXTE 1. Une étape très importante a été franchie à Lisbonne, au

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/09/15 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE EUROPEAN COUNCIL, 13-14 MARCH 2008 EU COUNCIL SECRETARIAT ~FACTSHEET N 3~ LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE I. Connaissance et innovation Innover pour garantir compétitivité et prospérité

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers:

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers: Notre politique de qualité repose sur six piliers: Stratégie Notre stratégie est fondée sur la stratégie de production de Coop et les objectifs qui en découlent sont mesurables sur le terrain. Elle est

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Rénover l État par les technologies de l information *** Stratégie gouvernementale en technologies de l information Secrétariat du Conseil du trésor 15 juin 2015 1 SOMMAIRE

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Formations en inter-entreprises

Formations en inter-entreprises Les INTERS de Mercuri International Formations en inter-entreprises Mercuri International en Bref Leader mondial dans le conseil et la formation en efficacité commerciale et développement personnel, notre

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine ("Fonds Bêkou")

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine (Fonds Bêkou) Ref. Ares(2015)2852973-07/07/2015 COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste (Active) Poste no. Titulaire du poste Nom Profil du poste Position du poste AGENT

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Concours De Business Plan 2002 ESCP-EAP - Ecole Centrale Paris

Concours De Business Plan 2002 ESCP-EAP - Ecole Centrale Paris Concours De Business Plan 2002 ESCP-EAP - Ecole Centrale Paris Organisé par : Le groupe ESCP-EAP Création de l AAESCP-EAP et le groupe Centrale Start-Up de l association des Centraliens - Règlement du

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION Conseil international des sciences sociales Le savoir (dans quelque domaine que ce soit) donne à ceux qui le créent et le possèdent la capacité de mener

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

La recherche-action participative comme un véhicule pour le renforcement de la capacité d'adaptation

La recherche-action participative comme un véhicule pour le renforcement de la capacité d'adaptation La recherche-action participative comme un véhicule pour le renforcement de la capacité d'adaptation Guy Jobbins, Senior Program Officer Fatima Denton, Program Leader Climate Change Adaptation in Africa

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 16.6.2004 COM(2004) 353 COMMUNICATION DE LA COMMISSION La science et la technologie, clés de l'avenir de l'europe - Orientations pour la politique de

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Portée du projet. Quel est l'objectif principal du projet? Pourquoi la Banque mondiale appuie ce projet?

Portée du projet. Quel est l'objectif principal du projet? Pourquoi la Banque mondiale appuie ce projet? Portée du projet Qui sont les cibles du projet? Les populations cibles visées par ce projet sont principalement les africains qui bénéficieront de l'impact sur le développement réalisé à partir de la mise

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/07/14 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement Prise de position et réflexions sur le 6e programme d'action de l'ue pour l'environnement 1. Importance générale de l'environnement dans les régions frontalières et transfrontalières 2. Nécessité d'un

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail