Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne"

Transcription

1 Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne I - Qu'entend-on par centres d'excellence en RDT? Il s'agit d'une notion intuitive difficile à définir... Dans quasiment tous les domaines et disciplines, l'europe dispose de centres publics ou privés faisant de la recherche et du développement technologique (RDT) de très haut niveau, et souvent de niveau mondial. On peut identifier intuitivement de tels "centres d'excellence" par le fait qu'ils comprennent et attirent d'excellents chercheurs et développeurs, et qu'ils acquièrent la réputation d'être une ressource importante pour le progrès scientifique et technologique, et la diffusion de l'innovation. Pour montrer le rôle que les centres d'excellence peuvent jouer, il suffit de citer, aux États-Unis, l'université de Stanford, qui a créé la Silicon Valley, le MIT (avec les retombées "route 128"), ou l'université de Princeton. En Europe, on peut citer le magnifique exemple du CERN. La notion de centres d'excellence est interprétée et utilisée de multiples façons en Europe. On pourrait proposer la définition simple suivante : "Un centre d'excellence est une structure dans laquelle la RDT est de niveau mondial en ce qui concerne la production scientifique mesurable (notamment la formation) ou les innovations technologiques". De toute manière, il semble possible d'énumérer un certain nombre des caractéristiques principales que cette notion devrait englober : une "masse critique" de scientifiques ou de développeurs technologique de haut niveau; une structure bien définie (reposant le plus souvent sur des structures existantes) possédant un calendrier de recherche propre; un centre d'excellence doit être capable d'intégrer des domaines liés et d'associer des savoir-faire complémentaires; il doit être capable de maintenir un niveau élevé d'échange de ressources humaines qualifiées; il doit jouer un rôle dynamique dans le système d'innovation dans lequel il se trouve (ajouter de la valeur à la connaissance); il doit posséder un niveau élevé de visibilité internationale et de connectivité scientifique ou industrielle; un centre d'excellence doit présenter une stabilité acceptable au niveau financier et au niveau des conditions d'exploitation à long terme (base sur laquelle on peut investir dans du personnel et construire des partenariats); les sources de financement ne doivent pas dépendre à long terme des pouvoirs publics. Les centres d'excellence dans le domaine de la RDT sont en évolution constante. De même qu'une main-d'œuvre qualifiée, ils sont essentiels pour assurer une croissance économique interne et pour attirer les investissements privés. L'argument de la proximité par rapport à des centres de recherche réputés devient un critère important pour l'implantation de sites de production par les entreprises multinationales. La RDT

2 elle-même s'efforce de retenir et d'utiliser au mieux les connaissances "frontières" dans des domaines multidisciplinaires (réchauffement du climat, sécurité alimentaire, éducation, vieillissement). Bien que la concentration physique de chercheurs excellents constitue toujours un facteur essentiel de la productivité de la RDT, les outils avancés des technologies de l'information et des communications (TIC) autorisent dans une mesure croissante une interaction efficace dans le cadre de réseaux.... mais les typologies et la cartographie facilitent la réflexion sur les besoins et les perspectives d'action Il n'existe pas de centre d'excellence de RDT typique. On peut cependant analyser cette notion sous les trois angles suivants : "RDT", "centres" et "excellence". Typologie de la RDT réalisée : i) recherche monodisciplinaire : départements universitaires de haut niveau, par exemple l'institut des sciences mathématiques Isaac Newton de l'université de Cambridge, des centres de recherche non universitaires, tels que l'institut des éléments transuraniens à Karlsruhe; ii) large coopération interdisciplinaire : par exemple l'institut supérieur des hautes études à Paris; iii) recherche basée sur de grandes infrastructures de recherche (par exemple le CERN), avec notamment les grandes "collections", telles que la "Global Biodiversity Information Facility" (centre mondial d'information sur la biodiversité) projetée; iv) RDT réalisée en collaboration entre les entreprises et les universités, par exemple les instituts de la Fraunhofer-Gesellschaft; v) la RDT à application industrielle : par exemple les Philips Research Laboratories, à Eindhoven. Typologie de l'architecture du centre : i) centres uniques : il s'agit de grands départements ou instituts universitaires (par exemple l'institut de biologie moléculaire et de biotechnologie d'héraklion, l'université médicale Karolinska, à Stockholm) ou de grandes installations de recherche, telles que l'esrf; ii) les structures mises en réseau composées d'installations complémentaires ou de centres de connaissances (par exemple GENOPOLE, en France ), avec notamment les "instituts virtuels". Quantification du degré d'excellence : La qualité de la RDT peut être mesurée selon plusieurs critères : publications scientifiques ("bibliométrie"), brevets déposés, emplois offerts à des post-doctorants, importance du personnel de recherche et nombre de scientifiques invités, nombre et volume des contrats commerciaux, nombre d'entreprises "spin-off", participations à des programmes éducationnels transeuropéens, etc. -2-

3 Chaque critère a ses avantages et ses inconvénients. La plupart des analyses actuelles reposent sur un critère bibliométrique sur lequel les données disponibles sont abondantes. On peut effectuer des analyses mieux équilibrées en croisant plusieurs critères pour un domaine précis de la science et de la technologie. Pour l'identification concrète des centres d'excellence, on peut donc utiliser des cartes ou des listes, du moment qu'elles sont interprétées et exploitées dans le cadre de domaines de RDT spécifiques, et compte tenu des différences des types d'activités de RDT et des architectures organisationnelles. II - Pourquoi faut-il une action en Europe? L'effet "masse critique" peut être exploité pour accroître la productivité de la RDT,... En combinant efficacement les différentes ressources en connaissances et en infrastructures dispersées dans toute l'europe, on peut améliorer sensiblement la productivité grâce : à un agrandissement de l'échelle des efforts de RDT dans des domaines où d'excellents chercheurs sont actuellement confrontés aux mêmes problèmes d'une manière dispersée (le risque de doubles emplois inutiles étant lui aussi présent). L'échelle acquiert une importance croissante eu égard à la complexité de plus en plus grande de la RDT; à une meilleure exploitation de la diversité de la RDT dans toute l'europe, par une utilisation complémentaire des sources de connaissances, des savoir-faire et des installations. Du fait que le progrès scientifique et technique dépend de plus en plus d'approches interdisciplinaires, il deviendra de plus en plus difficile de trouver les sources nécessaires dans un seul pays. L'amélioration de la productivité de la RDT est essentielle pour la compétitivité de l'industrie européenne et la solution d'autres problèmes socio-économiques en Europe. On peut citer comme exemple la recherche sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles, le SIDA, mais aussi la RDT pour les futurs systèmes de transport, les technologies d'observation de la terre, etc.... l'impact direct des centres d'excellence sur le secteur privé et l'innovation en Europe peut être renforcé... Plusieurs gouvernements nationaux s'efforcent de maximiser l'impact des centres d'excellence existants sur le système d'innovation national en concentrant sur ces centres des programmes de financement, et en prenant des mesures en vue d'améliorer les transferts de savoir-faire et de technologie. Au niveau européen, cependant, il y a un risque important que le secteur industriel et le secteur des services d'un pays n'exploitent pas suffisamment les excellentes ressources qui existent dans les autres pays pour améliorer leurs propres performances en matière d'innovation. Inversement, les politiques de RDT nationales et les programmes pour les centres d'excellence peuvent ne pas prendre suffisamment en compte le potentiel d'exploitation des résultats de recherche dans des entreprises situées dans d'autres pays de l'union (problème de la "désadaptation"). Ces problèmes sont plus que de simples problèmes d'information ou de prise de conscience. Ils exigent une vision plus claire de l'offre et la demande de compétences en -3-

4 RDT au niveau de l'europe. Seul un transfert de connaissance efficace peut améliorer le niveau scientifique et technologique que dans toute l'union et permettre l'émergence de nouvelles "niches d'excellence" locales. Les avantages pour le développement des investissements du secteur privé et l'accroissement des activités en matière d'innovation doivent être maximisés. Il existe également des obstacles aux effets d'entraînement plus généraux des centres d'excellence : mobilité insuffisante des chercheurs vers les centres d'excellence et réticence des chercheurs à les quitter pour aller ailleurs; manque de capacités d'utiliser les outils de mise en réseau les plus modernes, entraves administratives ou techniques à l'utilisation à distance d'infrastructures et à la création de bases de données distribuées.... et les effets indirects de l'identification de l'excellence en RDT au niveau européen peuvent être exploités L'expérience montre que d'importants avantages indirects peuvent découler d'une amélioration de la "visibilité" des centres d'excellence existants en Europe. Du fait de la fragmentation de la RDT elle-même sur plusieurs pays, et des efforts d'information/publicité qui ont été déployés, il se peut que la réputation mondiale d'un grand nombre de centres de RDT en Europe ne reflète pas leur véritable niveau d'excellence. Cela a des effets directs sur les choix de carrière des scientifiques, qui, pour l'europe, peuvent se traduire par une fuite des cerveaux. Cela peut également avoir des conséquences sur l'attrait de la zone de recherche européenne pour les chercheurs non européens et les entreprises multinationales. En outre, une amélioration de la visibilité des centres d'excellence européens permettrait de renforcer le rôle de l'europe dans les futures initiatives scientifiques mondiales. Cela améliorerait les chances de réaliser des initiatives correspondant aux priorités européennes, et d'obtenir l'implantation en Europe de certaines futures installations de niveau mondial. Enfin, une meilleure visibilité envers le grand public peut contribuer à améliorer la manière dont la science est perçue en Europe. Les mécanismes existants sont cependant insuffisants Les problèmes et les possibilités dépeints ci-dessus sont d'une nature systémique, et donc difficile à traiter en l'absence d'une approche commune européenne. Les discussions scientifiques et politiques sont fragmentées pour des raisons historiques en plusieurs perpectives nationales. Il existe des entraves à la mise en commun de ressources, ce qui conduit non seulement à rater des occasions, mais aussi à des doubles emplois sans "complémentarité". Aucune des organisations créées pour stimuler la RDT en Europe n'est équipée pour abriter des centres d'excellence en tant que tels. Il faut donc une action au niveau européen pour soutenir des centres d'excellence en tant que tels. Cela souligne le besoin d'action au niveau européen pour aider les centres d'excellence à se fonder sur les efforts déployés dans les États membres et les compléter. -4-

5 III - Que permet une approche européenne? L'Europe a surtout besoin d'un plus grand nombre de centres d'excellence en RDT de grande taille et réputés, et aptes à avoir un impact décisif sur le système d'innovation, comme les exemples américains cités dans la partie I. Ces centres peuvent être concentrés physiquement ou consister en structures mises en réseau pour réaliser des activités de RDT d'une manière intégrée. Le processus d'identification et de soutien à des "centres d'excellence européens" devrait permettre des initiatives émanant de la communauté des chercheurs ou de groupes d'utilisateurs, de même que des actions prioritaires au niveau des politiques sur la base de points faibles ou de possibilités dûment identifiés (par exemple dans le domaine de la nanotechnologie). Des méthodes d'analyse et des mécanismes de concertation peuvent être développés à cette fin. Dans tous les cas, il faudra délimiter clairement les domaines de RDT concernés et définir d'une manière adéquate la notion de centre d'excellence. Trois lignes d'action parallèles peuvent être discutées : 1. Exploiter le potentiel de la région européenne pour maximiser la visibilité des centres d'excellence européens dans le monde. Des activités peuvent être développées dans le domaine de la cartographie de l'excellence et de la compétence dans des domaines de S&T stratégiques, et une diffusion adéquate auprès de publics spécifiques (par exemple prix, événements très visibles). La cartographie doit être appliquée à des domaines de RDT suffisamment étroits pour permettre d'identifier l'expertise (éviter une rubrique telle que "physique"). L'application des méthodes cartographiques peut nécessiter une analyse statistique appliquée aux indicateurs de résultats de la RDT (publications, brevets déposés,...), une désignation par les États membres (pour fournir une liste initiale de centres à prendre en considération), et une analyse par des experts travaillant dans le domaine en cause et faisant une utilisation intensive des résultats de recherche. 2. Les activités en vue d'optimaliser l'impact direct des centres sur le système d'innovation européen peuvent concerner les aspects suivants : Des systèmes d'information facilitant l'accès aux résultats de RDT obtenus par les centres d'excellence européens, en accordant une attention spéciale aux PME. Le cas échéant, les centres choisis pourraient être invités à signer une "déclaration" garantissant l'accès et la "réactivité" face à la société européenne d'une manière générale. Une analyse des domaines de RDT essentiels, suivie de la création/du renforcement dans toute l'europe de mécanismes spécifiques pour le transfert de connaissance et de technologies autour des centres d'excellence européens. Cela exigera peut-être une concertation de programmes de centres d'excellence entre les pays. Centrer les programmes de mobilité (bourses d'accueil et bourses de retour) de l'ue et des États membres sur les centres d'excellence européens. À plus long terme, des initiatives pourraient être prises pour évaluer les travaux de recherche effectués dans de tels centres dans des programmes éducationnels : curriculums, doctorat européen. -5-

6 3. Afin d'exploiter l'effet "masse critique", les activités peuvent viser un plus grand nombre de centres d'excellence européens plus productifs, en regroupant les meilleures sources disponibles. Les deux méthodes suivantes peuvent être utilisées à cette fin pour chacun des principaux domaines de RDT choisis : des mesures peuvent être prises pour faciliter la concentration physique dans un certain nombre de centres d'excellence européens (il importerait de conserver un niveau de concurrence adéquat). Il peut s'agir de centres d'excellence nouveaux ou dérivés de centres nationaux existants. La concentration peut exiger un transfert temporaire de ressources humaines ou matérielles. Grâce aux TIC avancées, on pourrait constituer de nouveaux centres d'excellence européens sous la forme de réseaux structurés "virtuels" de centres de RDT existants. Ces structures devraient permettre une interaction personnelle étroite et une intégration de catégories entières d'activités de RDT entre des "poches d'excellence" situées dans des institutions existantes, mais dispersées, tout en fonctionnant comme une organisation. La constitution de ces réseaux pourrait être facilitée par une action générale au niveau de la mise en place de connexions électroniques à hautes performances appropriées, du développement/de l'adaptation aux clients des logiciels nécessaires pour une collaboration en RDT, et de la prise de conscience et de la formation des chercheurs, de façon à assurer l'acceptabilité et l'utilisation optimale des possibilités techniques. Une approche commune pour les deux types d'activités reposerait sur les principes suivants : excellence en RDT, concurrence ouverte entre propositions, caractère temporaire du soutien par les pouvoirs publics, combinaison de ressources de financement (public/privé, national/régional/européen). Des propositions plus spécifiques d'actions communes en ce sens pourront être élaborées au cours des mois qui viennent. -6-

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE EUROPEAN COUNCIL, 13-14 MARCH 2008 EU COUNCIL SECRETARIAT ~FACTSHEET N 3~ LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE I. Connaissance et innovation Innover pour garantir compétitivité et prospérité

Plus en détail

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 5 décembre 2014 Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs Session du Conseil Compétitivité

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

Portée du projet. Quel est l'objectif principal du projet? Pourquoi la Banque mondiale appuie ce projet?

Portée du projet. Quel est l'objectif principal du projet? Pourquoi la Banque mondiale appuie ce projet? Portée du projet Qui sont les cibles du projet? Les populations cibles visées par ce projet sont principalement les africains qui bénéficieront de l'impact sur le développement réalisé à partir de la mise

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Document de séance 10.4.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposé à la suite de la question avec demande de réponse orale B8-0000/2015 conformément à l'article

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.6.2012 SWD(2012) 136 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT Juillet 2011 1 CONTEXTE 1. Une étape très importante a été franchie à Lisbonne, au

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 98 final 2015/0051 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres FR FR

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Frost & Sullivan InterCall reçoit le prix 2007 de la meilleure entreprise de services de conférence en Amérique du Nord

Frost & Sullivan InterCall reçoit le prix 2007 de la meilleure entreprise de services de conférence en Amérique du Nord Frost & Sullivan InterCall reçoit le prix 2007 de la meilleure entreprise de services de conférence en Amérique du Nord Pour de plus amples rensignements: 877.333.2666 www.intercall.ca reserve@intercall.ca

Plus en détail

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT La Banque européenne d'investissement (BEI) promeut les objectifs de l'union en fournissant des fonds pour financer des projets à long terme, ainsi qu'en octroyant

Plus en détail

L'Ingénierie Dirigée par les Modèles : Une nouvelle formation diplômante à l'emnantes

L'Ingénierie Dirigée par les Modèles : Une nouvelle formation diplômante à l'emnantes L'Ingénierie Dirigée par les Modèles : Une nouvelle formation diplômante à l'emnantes "MDE-Diploma" : Un diplôme de spécialisation de troisième cycle habilité par le ministère français de l'industrie Un

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 16.6.2004 COM(2004) 353 COMMUNICATION DE LA COMMISSION La science et la technologie, clés de l'avenir de l'europe - Orientations pour la politique de

Plus en détail

Rencontre de travail préparatoire sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l ensemble du Québec

Rencontre de travail préparatoire sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l ensemble du Québec Rencontre de travail préparatoire sur la contribution des établissements et de la recherche au développement de l ensemble du Québec Commentaires du Conseil du patronat du Québec Janvier 2013 Le Conseil

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'éducation et la formation à l'esprit d'entreprise

Conclusions du Conseil sur l'éducation et la formation à l'esprit d'entreprise Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 12 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'éducation et la formation à l'esprit d'entreprise Conseil EDUCATION, JEUNESSE,

Plus en détail

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Présentée par M. John Doering Président de l Association canadienne pour les études

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique. Introduction

Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique. Introduction Charte du G8 sur l'accessibilité des données : annexe technique Introduction 1. Nous, membres du G8, avons consulté des experts techniques afin d'identifier les bonnes pratiques (1ère partie) et les actions

Plus en détail

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles 1. Introduction La gouvernance et la gestion des ressources informationnelles au sein du gouvernement soulèvent des enjeux majeurs

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration.

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration. Page 1 sur 5 Description de service : Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration Ce document décrit le

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM)

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) Siège: 17 route des Morillons C.P. 71 CH-1211 Genève 19 Suisse Téléphone: +41.22.717 91 11 Télécopie:

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Il n'existe pas de contrat "type", mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat.

Il n'existe pas de contrat type, mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat. Les contrats Il n'existe pas de contrat "type", mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat. Les points essentiels d'un Contrat de Collaboration sont: le

Plus en détail

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional La consultation régionale du Sommet Humanitaire Mondial pour l'afrique de l Ouest et

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Etude commandée par : Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Un sondage mené auprès de 300 décideurs d'entreprises prenant des décisions en matière d'investissement pour l'achat

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Gouvernance SOA : prenez les choses en main

Gouvernance SOA : prenez les choses en main Gouvernance SOA : prenez les choses en main Un plan d'action en cinq étapes pour les architectes Un Livre Blanc Oracle Que l'architecture orientée services (SOA) de votre entreprise mette en oeuvre 50

Plus en détail

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples Les TIC sont devenues partie intégrante de la vie quotidienne dans l'ensemble des domaines de l'activité humaine aussi bien personnelle que professionnelle. Les

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Santé pour tous sans personnel de santé pour tous? Comment répondre à nos besoins locaux en solidarité sur le plan mondial? Bruxelles 25 mars 2014

Santé pour tous sans personnel de santé pour tous? Comment répondre à nos besoins locaux en solidarité sur le plan mondial? Bruxelles 25 mars 2014 Santé pour tous sans personnel de santé pour tous? Comment répondre à nos besoins locaux en solidarité sur le plan mondial? Bruxelles 25 mars 2014 1 25/03/2014 La mondialisation : une histoire vieille

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Gestion des ressources humaines Organisation : Ecole Universitaire de Management Lieu de

Plus en détail

quatre programmes pour structurer l'effort de recherche

quatre programmes pour structurer l'effort de recherche COMPÉTITIVITÉ Dans le cadre des stratégies de Lisbonne et Göteborg, la composante «Compétitivité» de la rubrique «Croissance durable» vise à favoriser la croissance et l'emploi par une action structurelle

Plus en détail

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT)

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT) Québec, le jeudi 4 août 2011 L Honorable James H. Flaherty Ministre des Finances du Canada Objet : Consultations pré-budgétaires fédérales Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

Créateurs de futurs. Université Pierre et Marie Curie. www.upmc.fr

Créateurs de futurs. Université Pierre et Marie Curie. www.upmc.fr Créateurs de futurs Université Pierre et Marie Curie www.upmc.fr UPMC : leader en France en sciences et médecine Chaque jour, l'upmc crée des synergies essentielles entre la recherche et la formation.

Plus en détail

MANUEL SUR L INFORMATION ET LA DOCUMENTATION EN MATIÈRE DE PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE. Réf. : Passage aux supports électroniques de données page : 8.4.

MANUEL SUR L INFORMATION ET LA DOCUMENTATION EN MATIÈRE DE PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE. Réf. : Passage aux supports électroniques de données page : 8.4. Réf. : Passage aux supports électroniques de données page : 8.4.1 DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT LE PASSAGE AUX SUPPORTS ÉLECTRONIQUES DE DONNÉES POUR L ÉCHANGE DE DOCUMENTS DE BREVET Texte adopté

Plus en détail

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration Sommaire Résumé exécutif Base technologique : VISUAL Message Center 2 3 VISUAL Message Center Core Engine VISUAL Message Center Extended

Plus en détail

Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique

Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Programme de travail sur le transfert de technologie

Plus en détail

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL 1.6.2011 Journal officiel de l Union européenne C 162/1 IV (Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL Résolution du Conseil et des représentants

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999)

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) Adoptée par ICOMOS à la 12è Assemblée Générale au Mexique, Octobre 1999. INTRODUCTION Principes

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION

UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION UN NOUVEAU MODÈLE DE PRODUCTION UNE AVANCÉE EXCEPTIONNELLE POUR LA DECOUPE DU CUIR Cette technologie de pointe est indispensable pour faire face aux défis rencontrés à chaque étape de la chaîne de production.

Plus en détail

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises.

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises. Services partagés: Deux mots qui sont sur toutes les lèvres dans le milieu des affaires! Mais qu'entend-on au juste par services partagés? Quels sont les avantages réels des services partagés pour les

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020 Page 1 Axe Axe 1. Investir dans les leviers de croissance Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. OT1 : Renforcer la recherche, le Développement technologique et l'innovation FEDER) Objectif Spécifique

Plus en détail

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Principaux résultats Synthèse L'informatique en nuage permet d'utiliser l'informatique en tant que service, en tout lieu

Plus en détail

Digital Wallonia Proposition pour un Plan du Numérique

Digital Wallonia Proposition pour un Plan du Numérique Digital Wallonia Proposition pour un Plan du Numérique 1 > 280 contributeurs inscrits > 240 propositions de mesures Numérique des groupes > 2800 votes > 650 visites / jour Préparation du Plan du Numérique

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 17.10.2007 PE396.522v01-00

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 17.10.2007 PE396.522v01-00 PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission de la culture et de l'éducation 17.10.2007 PE396.522v01-00 AMENDEMENTS 1-35 Projet de rapport Doris Pack Éducation et formation des adultes: il n'est jamais trop

Plus en détail

juin, 2011 Le Conseil des technologies de l'information et des communications (CTIC)

juin, 2011 Le Conseil des technologies de l'information et des communications (CTIC) Étude sur le sous-secteur de la nanotechnologie : l'évolution de l'industrie canadienne de la nanotechnologie et ses conséquences futures sur la main-d'œuvre des TIC juin, 2011 Le Conseil des technologies

Plus en détail

Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie

Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie Casablanca Juin 2014 INTERNATIONAL RETAIL BANKING CORPORATE BANKING 3 ans après la révolution (14/01/2011), la Tunisie dispose: - d un Gouvernement d indépendants

Plus en détail

ATELIER SUR LA FIXATION DIFFERENCIEE DES PRIX ET SUR LE FINANCEMENT DES MEDICAMENTS ESSENTIELS

ATELIER SUR LA FIXATION DIFFERENCIEE DES PRIX ET SUR LE FINANCEMENT DES MEDICAMENTS ESSENTIELS ATELIER SUR LA FIXATION DIFFERENCIEE DES PRIX ET SUR LE FINANCEMENT DES MEDICAMENTS ESSENTIELS Secrétariats de l'organisation Mondiale de la Santé et de l'organisation Mondiale du Commerce Ministère norvégien

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL. Présentation du programme

INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL. Présentation du programme INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL Présentation du programme MISE EN CONTEXTE L'institut du mentorat entrepreneurial a été créé en 2007 par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris en soutien aux

Plus en détail

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Eco-Innovation in Industry: Enabling Green Growth Summary in French L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Résumé en français L éco-innovation sera un élément essentiel des efforts

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE La simulation numérique subit une double évolution, à laquelle notre discipline doit s adapter : elle se professionnalise et elle se dissémine : - Dissémination

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Data mining et l enseignement à distance

Data mining et l enseignement à distance Université: Hassan II Mohammedia Etablissement: Faculté des sciences Ben M SIK Data mining et l enseignement à distance Auteurs :Mostafa HANOUNE Problématique: mettre en place des processus automatisés

Plus en détail

Profils de professions liées à Internet : Responsable Web Marketing

Profils de professions liées à Internet : Responsable Web Marketing ! Profils de professions liées à Internet : Responsable Web Marketing Responsable Web Marketing! 3 1. Description du métier! 3 2. Profil! 4 2.1 Résumé du profil! 4 2.2 Profil détaillé! 5 Responsable Web

Plus en détail

Garantir à tous l'accès aux services : une offre en direction des publics cibles.

Garantir à tous l'accès aux services : une offre en direction des publics cibles. Transports et mobilité : enjeux, besoins et solutions. Issu de www.lien-plus.fr La mobilité en milieu rural et périurbain : Quels enjeux? La dispersion de l'habitat, les faibles densités, les difficultés

Plus en détail

Conférence Ministérielle Euro-Africaine sur la Migration et le Développement

Conférence Ministérielle Euro-Africaine sur la Migration et le Développement PLAN D'ACTION La conférence euro-africaine doit se traduire par l'adoption de mesures concrètes à court et à moyen terme le long des routes migratoires, sachant que ce processus s inscrit dans la durée.

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Commandité par Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Un sondage mené auprès de 300 décideurs d'organisations commerciales prenant des décisions en matière d'investissement pour

Plus en détail

Trading Forum "New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009

Trading Forum New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009 Page 1 sur 8 Trading Forum "New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009 Mesdames, Messieurs, Nous avions coutume d'entendre dire "qu'en dehors du milieu des affaires, peu de gens savent que Genève

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598 Nations Unies A/57/598 Assemblée générale Distr. générale 12 novembre 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Cinquante-septième session Points 31, 32, 79, 84 c), 87, 88 et 89 de l ordre du

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE REGLES ET PROCEDURES Conseil franco-québécois de coopération universitaire 2014-2015 Date limite pour soumettre

Plus en détail

Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government»)

Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government») Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government») Adoptée par le Conseil fédéral le 24 janvier 2007 Table des matières Préface... 2 1. Le potentiel de la cyberadministration... 4 1.1 La cyberadministration

Plus en détail

STATUTS CENTRE DE L'INNOVATION ET DU TRANSFERT TECHNOLOGIQUE "CITT" Université Moulay Ismaïl

STATUTS CENTRE DE L'INNOVATION ET DU TRANSFERT TECHNOLOGIQUE CITT Université Moulay Ismaïl STATUTS CENTRE DE L'INNOVATION ET DU TRANSFERT TECHNOLOGIQUE "CITT" Université Moulay Ismaïl 1 PREAMBULE A l'instar des autres universités marocaines, l'université Moulay Ismail (UMI) doit assurer plusieurs

Plus en détail

Programme de Formation continue

Programme de Formation continue Programme de Formation continue La formation continue a pour objet de favoriser l insertion professionnelle, d aider à la création d entreprises et de développer la promotion sociale. Elle permet à l entreprise

Plus en détail

Transports intelligents : actions à envisager dans le cadre d une stratégie nationale

Transports intelligents : actions à envisager dans le cadre d une stratégie nationale SETRA-CSTM-12-072/XD Secrétariat du groupe «transports intelligents» du Comité des maîtres d ouvrages routiers (COMOAR) Le 10 septembre 2012 Transports intelligents : actions à envisager dans le cadre

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

Etat des lieux des coopérations entre l Allemagne et la Chine

Etat des lieux des coopérations entre l Allemagne et la Chine AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE POUR LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE Berlin, le 11 avril 2012 Rédacteur : Claire Cécillon Chargée de mission Médecine, Santé SST/CC/12-039 Etat des lieux des coopérations

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN ET CONSEIL

PARLEMENT EUROPÉEN ET CONSEIL 8.7.2009 Journal officiel de l Union européenne C 155/1 I (Résolutions, recommandations et avis) RECOMMANDATIONS PARLEMENT EUROPÉEN ET CONSEIL RECOMMANDATION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 juin

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA CONCEPTION ET LE DEVELOPPEMENT DU PORTAIL WEB DU PROGRAMME PPAAO/WAAPP

Appel à manifestation d intérêt RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA CONCEPTION ET LE DEVELOPPEMENT DU PORTAIL WEB DU PROGRAMME PPAAO/WAAPP Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt RECRUTEMENT D

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail