MONOPOLE ET NOUVELLE GOUVERNANCE D ENTREPRISE 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MONOPOLE ET NOUVELLE GOUVERNANCE D ENTREPRISE 1"

Transcription

1 APPROCHE STRATEGIQUE DE LA RESPONSABILITE SOCIALE DES ENTREPRISES, RENTES DE MONOPOLE ET NOUVELLE GOUVERNANCE D ENTREPRISE 1 Marianne Rubinstein, ( Université Paris 7 & CEPN) Résumé : Depuis la décennie 1990, la Responsabilité Sociale de l Entreprise (RSE) s implante rapidement dans les sociétés cotées. Généralement présentée comme une application du modèle des parties prenantes, elle achoppe, comme celui-ci, sur la question de la profitabilité. Distinguer la RSE en fonction de la finalité qui lui est assignée stratégique ou non permet de clarifier cette question. Dans l économie industrielle des stratégies d entreprise, elle apparaît alors comme un moyen de capter les rentes de monopole. Cette analyse occulte cependant un aspect essentiel de la RSE stratégique : En précisant les frontières de la firme, en renforçant les droits de propriété et en réaffirmant la coordination hiérarchique, la RSE stratégique est aussi une dimension centrale d une nouvelle gouvernance d entreprise. Codes JEL : L1, L2 1 Ce texte a fait l objet d une présentation au colloque organisé par le CNAM et le CEPN, avec le concours de l EAEPE, à Paris le 23 mai

2 Introduction Initialement défini par Bowen en 1953, le concept de responsabilité sociale de l entreprise (RSE) a connu des fortunes diverses. Presque oublié jusqu aux années 1990, il fait ensuite l objet d un engouement croissant. Dans le sillage du rapport Brundtland (1987) et de la Conférence de Rio (1992), la RSE devient le moyen de diffusion privilégié de la problématique du développement durable au sein de l entreprise. Elle apparaît aussi comme une application du modèle des parties prenantes développé par Freeman (1984), dont elle est désormais l emblème. Insérée comme elle l est dans la théorie des parties prenantes (TPP), elle hérite de ses richesses et de ses lacunes : comme ce fut le cas pour la TPP, elle bute notamment sur la question de la profitabilité. Distinguer la RSE en fonction de sa finalité pour l entreprise stratégique ou non peut être un moyen d avancer sur cette question. Cerner les contours de la RSE stratégique permet alors de mieux comprendre les pratiques d entreprise quant à leur responsabilité sociale, et le rôle qu elles lui assignent dans leur gouvernance. Dans une première partie, nous revenons sur les définitions de la RSE qui, dans leur variabilité, illustrent la difficulté à relier la RSE et la performance économique. Cette difficulté, que l on retrouve dans la théorie des parties prenantes, peut être dépassée en distinguant RSE défensive et RSE stratégique. Dans une deuxième partie, nous nous centrons sur la RSE stratégique, dont Porter et Kramer (2006) développent une première conceptualisation. Nous montrons qu elle est un moyen pour l entreprise de différencier ses produits, d accroître sa réputation, et de mettre en place des barrières à l entrée. La RSE stratégique ne se limite toutefois pas à la captation de rentes de monopole. Elle participe aussi d une nouvelle gouvernance d entreprise, dans un contexte marqué par le développement de formes organisationnelles d entreprise qui mettent en échec la gouvernance traditionnelle (troisième partie). I. Responsabilité sociale de l entreprise et profitabilité La RSE est un concept mal défini. Cet état de fait n est pas lié à une absence de définition, mais au contraire à une «prolifération de la terminologie» pour reprendre l expression de Rowe (2006). Le point principal sur lequel les définitions de la RSE achoppent est la question de l efficacité économique d une telle démarche pour l entreprise (1.1). Le recours à la théorie des parties prenantes (TPP) modèle théorique de référence pour la RSE ne permet pas de clarifier le débat, car la TPP bute sur la même question, que les estimations économétriques ne permettent pas de trancher (1.2)

3 1.1. La RSE est-elle compatible avec la recherche du profit? Notre objectif ici n est pas de dresser une liste exhaustive des définitions existantes de la RSE, mais d identifier, à travers trois définitions citées en exemple, leur principal point de désaccord. Selon le Livre Vert de l Union Européenne, «Le concept de responsabilité sociale des entreprises signifie essentiellement que celles-ci décident de leur propre initiative de contribuer à améliorer la société et rendre plus propre l environnement», (CE 2001, p. 5). Plus loin, la Commission précise que «la plupart des définitions de la responsabilité sociale des entreprises décrit ce concept comme l intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes» (CE 2001, p.8), définition que la Commission reprend à son propre compte dans le document de 2002 (CE 2002). Comme le souligne la CE (2001), la délimitation du champ de la RSE l intégration volontaire des préoccupations sociales et environnementales dans la fonction objectif de l entreprise ne fait pas débat. Reste qu «il n y a pas de consensus sur une définition de la RSE», comme le notent Mc Williams, Siegel et Wright en préambule du numéro spécial consacré à la RSE du Journal of Management Studies (2006, p.8). La définition qu ils retiennent est celle de Mc Williams et Siegel (2001) 2 : «Nous définissons la Responsabilité Sociale de l Entreprise comme des actions permettant d améliorer le bien-être social au-delà des intérêts de la firme et de ce qui est requis par la loi.» En utilisant le terme «au-delà», cette définition suppose qu il existe nécessairement un arbitrage entre les intérêts économiques de l entreprise et la démarche sociale et environnementale prônée par la RSE. Mais un tel arbitrage existe-t-il toujours? Jensen (2002, p.238) rappelait cette évidence qu «il est logiquement impossible de maximiser dans plus d une dimension à la fois à l exception du cas où ces dimensions sont des transformations monotones l une de l autre». En d autres termes, la poursuite d une démarche RSE n est compatible avec l objectif de maximisation du profit que dans la mesure où sa mise en œuvre accroît le profit! Précisément, la définition de Business for Social Responsibility (BSR) conteste le caractère systématique et obligatoire d un tel arbitrage : la RSE devient alors une démarche permettant «d atteindre le succès commercial en faisant honneur aux valeurs éthiques, au respect des personnes, des communautés, et de l environnement.» (2006, p. 6). Au total, s il existe un consensus sur le champ couvert par la RSE, sa compatibilité avec la recherche du profit ne fait pas consensus. L intégration des préoccupations sociales et 2 C était aussi la définition retenue dans le numéro spécial de Structural Change and Economic Dynamics (2004)

4 environnementales peut-elle être stratégique pour l entreprise? Peut-elle lui permettre d accroître ses profits? La manière dont la théorie des parties prenantes (TPP) traite de l efficacité économique du modèle stakeholder peut offrir un éclairage sur cette question. 1.2 Le recours à la théorie des parties prenantes La TPP est le cadre de référence pour ancrer théoriquement la RSE, qui apparaît alors comme une modalité particulière du modèle des parties prenantes (ou modèle stakeholder 3 ). Ce modèle, initié principalement par l ouvrage de Freeman (1984) constitue une remise en cause frontale du modèle de l actionnaire 4 (ou modèle shareholder) dans lequel l entreprise doit être gérée uniquement dans l intérêt des actionnaires. A l inverse, le modèle stakeholder avance que l entreprise doit être gérée dans l intérêt de l ensemble des parties prenantes. Ces dernières ont été diversement définies (Mitchell, Agle et Wood 1997) mais la définition la plus communément retenue est celle de Freeman (1984, p. 46) : une partie prenante est un «individu ou groupe d individus qui peut affecter ou être affecté par la réalisation des objectifs de l organisation» Il est intéressant de constater que l efficacité économique du modèle stakeholder reste problématique. D abord parce que la TPP s est davantage focalisée sur la question de la répartion des revenus au sein de la firme plutôt que sur celle de la création de richesses. Mais lorsque cette dernière est abordée, la réponse est souvent insatisfaisante. Donaldson et Preston (1995) ont montré que la TPP peut être justifiée selon trois approches : descriptive, instrumentale et normative. La première est centrée sur la capacité de la TPP à décrire la réalité, la deuxième s interroge sur les relations éventuelles entre un management de type stakeholder et la performance économique de l entreprise, la troisième porte sur la légitimité (d un point de vue moral et philosophique) des parties prenantes à faire valoir leur intérêt. Or, concluent-ils, la TPP «ne peut pas être complètement justifiée par des considérations instrumentales» (p. 190) pour deux raisons : d une part, les contributions analytiques (ici, principalement celles de Freeman & Evan 1990 et Hill & Jones 1992) ne parviennent pas à prouver la supériorité purement instrumentale du modèle 3 L expression Théorie des Parties Prenantes (TPP) est la traduction de Stakeholder Theory. Son objet est l étude du modèle des parties prenantes, ou modèle stakeholder. Pour des raisons de commodité d usage, nous utiliserons indifférement l un ou l autre de ces deux termes. 4 D ailleurs, le terme même de stakeholder a été inventé en référence à stockholder (l actionnaire), précisément afin d indiquer que d autres parties ont un intérêt (a stake) dans l entreprise

5 stakeholder et finissent par invoquer des arguments normatifs ; d autre part, il n y a pas de preuve empirique d une telle supériorité. Quelques rares travaux théoriques non cités par Donaldson et Preston 1995 échappent toutefois à leur première critique : Une des contributions les plus importantes est celle de Blair (1995) qui, sans remettre en cause le statut de créancier résiduel de l actionnaire (au fondement de sa légitimité dans le modèle shareholder), propose de l étendre aux salariés dans la mesure où ceux-ci prennent le risque d investir en capital humain spécifique à la firme. Une telle extension, qui signifie pour l entreprise la mise en place d un management de type stakeholder, permet alors d éviter le sous-investissement en capital humain spécifique que le recours à l intégration verticale (Williamson 1981) n est pas en mesure de solutionner. Cette conception, qui réduit de fait les parties prenantes aux salariés de l entreprise, ne fait toutefois aucune mention de la RSE comme modalité particulière d un management stakeholder. L autre argument évoqué par Donaldson et Preston (1995) porte sur l absence de preuve empirique de la supériorité instrumentale du modèle stakeholder. En la matière, les nombreuses études empiriques publiées depuis ne modifient pas la teneur de leur conclusion. Certaines tentent de construire, avec difficulté, une mesure du «management stakeholder» ; d autres s intéressent plus spécifiquement à la RSE en tant que modalité particulière du modèle stakeholder, ce qui pose des problèmes analogues de construction des variables et n éclaire pas davantage le débat. Ainsi, sur les 67 études recensées par Griffin et Mahon (1997) qui portent sur la relation entre RSE et performances financières de l entreprise, 33 établissent une relation positive, 20 une relation négative, et 14 ne trouvent pas de relation significative ; de même, sur les 310 études recensées par l ORSE (2004), 182 établissent un relation positive, 46 une relation négative et 82 ne trouvent pas de relation significative. Au total, la relation reste largement indeterminée, à la fois quant au signe de la relation et au sens de la causalité 5, même si l agrégation des résultats de 52 études aux résultats contrastés, effectuée par Orlitsky et al. (2003), concluerait à l établissement d une corrélation positive entre RSE et performances financières. Notons que les études existantes sur l ISR (investissement socialement responsable) n établissent pas non plus de différence notable en matière de performance financière entre fonds ISR qui investissent prioritairement dans des entreprises socialement responsables et fonds d investissement 5 Sauf à considérer une double causalité, de la performance financière vers la RSE, et de la RSE vers la performance financière, pouvant déboucher sur un éventuel «cercle vertueux». Cf. sur ce point Waddock & Graves (1997)

6 standard 6. Sauf à souligner que les fonds ISR, en excluant certains titres de leur portefeuille sur des critères extra-financiers, pratiquent une diversification insuffisante et ont donc une rentabilité financière corrigée du risque inférieure à celle des fonds standard, ce qui est pertinent eu égard à la théorie du portefeuille mais non pour la question qui nous préoccupe, à savoir les performances économiques des entreprises socialement responsables comparées à celles qui ne le sont pas. Cette absence de preuve empirique mentionnnée par Donaldson et Preston (1995) est donc avant tout liée à la diversité des résultats obtenus ; elle nous amène à nous interroger sur les problèmes de spécification des variables retenues dans les estimations. Or, le flou dans les définitions de la RSE et/ou du «management stakeholder», en élargissant les possibilités de choix de variables pertinentes, entretient cette diversité. Une des démarches les plus prometteuses à notre sens consiste alors, comme le font Hillman et Keim (2001), à différencier ce qui relève d actions visvis de parties prenantes dont la participation est essentielle à la survie de la firme et ce qui relève d actions de l entreprise vis-à-vis d autres parties prenantes plus éloignées 7. Ils montrent alors que les actions de la première catégorie sont corrélées positivement avec l indicateur de performance économique MVA (Market Value Added), alors que les actions de la deuxième catégorie sont corrélées négativement avec ce même indicateur. Ce faisant, ils éclairent d un jour nouveau les résultats obtenus jusqu alors en montrant qu ils ne sont pas nécessairement contradictoires, mais peuvent être le reflet de deux conceptions distinctes de la RSE : une conception qui intègre les préoccupations sociales et environnementales dans la fonction objectif de l entreprise, sans les relier de manière centrale à la stratégie de l entreprise et une conception stratégique, ancrée dans la recherche de l avantage concurrentiel. C est cette dernière que nous nous proposons d étudier maintenant. II. Approche stratégique de la RSE et rentes de monopole En préambule, précisons que cette étude de la conception stratégique de la RSE n a pas vocation à expliquer pourquoi les entreprises se sont emparées de la RSE dans les années 1990, alors que le 6 Les études sur ce sujet sont pléthoriques. Une des plus récentes, qui reprend et compare de nombreuses études effectuées sur cette question aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, est celle de Renneboog, Ter Horst & Zhang (2008). 7 On retrouve là une distinction proche de celle de Clarkson (1995) entre parties prenantes volontaires et involontaires

7 concept initialement défini par Bowen 8 en 1953 était tombé en déshérence. La pression citoyenne et politique, le besoin d éthique des salariés, l intérêt bien compris des entreprises de signaler leur engagement dans le développement durable pour éviter une réglementation trop contraignante et pour améliorer leur image, ou encore le développement d un isomorphisme institutionnel (Di Maggio et Powell 1983) dans un champ organisationnel déjà structuré par le gouvernement d entreprise (Rubinstein 2006) furent autant de raisons à l implantation massive de la RSE dans les sociétés cotées à partir de la décennie Notre objectif ici est de comprendre comment la RSE peut devenir un élément central de la stratégie des entreprises. En esquissant un premier cadre analytique, Porter et Kramer (2006) contribuent à ancrer la RSE stratégique dans l économie industrielle des stratégies d entreprise (2.1). Elle apparaît alors comme un moyen de captation des rentes de monopole, par différenciation et mise en place de barrières à l entrée (2.2). 2.1 Un premier cadre d analyse : l approche de Porter et Kramer (2006) Les entreprises, sommées de s interroger sur la dimension sociale et environnementale de leur activité, se sont donc emparées de la RSE dans les années Mais selon Porter et Kramer (2006) 10, cette approche a été mal présentée, pour deux raisons : primo, son contenu a été défini de manière générique, indépendamment de l entreprise concernée ; deuzio, la RSE est apparue comme le résultat d un arbitrage entre l intérêt de l entreprise et son engagement social et environnemental. L argument réputationnel ne va pas à l encontre de cette deuxième critique, car s il a cherché à mettre en évidence le bénéfice stratégique de la RSE, il n est pas parvenu à le démontrer : les études empiriques sur l effet de campagnes (coûteuses) visant à signaler l engagement socialement responsable de telle ou telle société n ont pas été en mesure de prouver 8 Selon Bowen in Responsabilities of the Businessman (1953), «Le terme doctrine de la responsabilité sociale renvoie à l idée, désormais largement exprimée, selon laquelle la prise en compte volontaire d une responsabilité sociale de l homme d affaires est, ou pourrait être, un moyen opérationnel pour résoudre les problèmes économiques et atteindre plus globalement les objectifs économiques que nous poursuivons» (p.6, cité in Acquier et Gond 2005). 9 Sur la prolifération des codes de conduite à partir des années 1990, cf. Jenkins (2001). Notons que sur les 250 premières FMN, 65% ont publié un rapport sur la RSE en 2005 (Porter et Kramer 2006). En France, les sociétés cotées publient très largement des informations sociales et environnementales, ce qui s explique à la fois par le développement de la RSE et par la dimension contraignante de l article 116 de la loi NRE du 15 mai 2001, qui oblige les sociétés cotées à faire apparaître, dans leur rapport annuel, des informations «sur la manière dont la société prend en compte les conséquences sociales et environnementales de son activité». 10 L article a été distingué par le McKinsey Award 2006 de la Harvard Business Review

8 leur impact positif sur le profit. Les sociétés ont donc adhéré à la RSE par une collection d actions dispersées, déconnectées de leur stratégie. L analyse de Porter et Kramer (2006) consiste alors à enraciner la RSE dans la stratégie de l entreprise. Celle-ci est guidée par la recherche de «l avantage concurrentiel» (Porter 1985). Porter et Kramer suggèrent en premier lieu d identifier, dans la chaîne de valeur (Porter 1985), les points d intersection entre l entreprise et la société dans laquelle elle s insère, en distinguant les liens inside-out (l impact de l entreprise sur la société, positif ou négatif par exemple, la création d emplois sur un site, la pollution liée à l activité productive) et les liens outside-in (l impact de la société sur l entreprise, positif ou négatif ; par exemple, le niveau de formation dans le bassin d emploi, la qualité des infrastructures et des fournisseurs, le niveau de corruption). Dans la mesure où les entreprises n ont pas vocation à régler tous les problèmes de la société, l idée est qu elles hiérarchisent alors les actions sur lesquelles va porter la RSE, non en raison de la valeur intrinsèque de telle ou telle question d ordre social ou environnemental, mais en fonction des liens que cette question entretient avec la création de valeur dans l entreprise concernée. Il convient donc de distinguer, pour chaque entreprise, les questions génériques (Generic Social Issues) sur lesquelles la chaîne de valeur de l entreprise concernée n a pas d impact et qui n ont pas d impact sur l entreprise concernée ; les questions sur lesquelles la chaîne de valeur de l entreprise a un impact (Value Chain Social Impacts) ; enfin, les questions qui ont un impact sur la compétitivité de l entreprise (Social Dimensions of Competitive Context). Par exemple, l émission de carbone est une question générique pour une banque ; elle est un impact négatif de la chaîne de valeur pour une entreprise de transport routier ; elle est, à la fois, un impact de la chaîne de valeur et une source d avantage concurrentiel pour une entreprise de construction automobile. Même des questions d ordre général, comme celle de l accès aux soins médicaux, n ont pas les mêmes implications dans une entreprise de haute-technologie, où la main d œuvre est bien formée et bien assurée, et dans une chaîne de grande distribution, fortement intensive en travail peu qualifié. Cette typologie dépend aussi du positionnement relatif des entreprises d un secteur donné. Elle ne sera pas la même pour Volvo (qui centre son avantage compétitif sur la sécurité) et pour Toyota (qui a développé un avantage compétitif sur la voiture hybride)

9 Tableau 1 : L approche stratégique de la RSE selon Porter et Kramer (2006) Aspects sociaux et environnementaux génériques Entreprise citoyenne RSE défensive Aspects sociaux et environnementaux sur lesquels la chaîne de valeur a un impact Atténuer les impacts négatifs des activités liées à la chaîne de valeur Transformer les activités de la chaîne de valeur au bénéfice de la société et en renforçant la stratégie de l entreprise Aspects sociaux et environnementaux qui ont un impact sur l avantage concurrentiel «Philantropie stratégique» qui accroît l avantage concurrentiel RSE stratégique Porter et Kramer (2006) distinguent alors, dans la RSE, l approche défensive et l approche stratégique (tableau 1). La première est à l œuvre lorsque l entreprise, en accord avec les préoccupations des parties prenantes, se comporte de manière citoyenne et atténue les effets négatifs, réels ou anticipés, de l activité productive en se basant sur une liste standardisée de domaines d actions (par exemple, les lignes directrices de la GRI). L approche stratégique doit aller au-delà de la recherche mimétique de bonnes pratiques 11, pour essayer de trouver ce qui, dans la RSE, permet au contraire de se différencier et de renforcer l avantage concurrentiel. Cette approche stratégique doit se focaliser sur des objectifs restreints qui intègrent à la fois des effets inside-out et outside-in. C est le cas avec le développement de la Prius et de toute la gamme de voitures hybrides, qui a donné un avantage concurrentiel substanciel à Toyota. C est le cas aussi de Microsoft qui, en équipant gratuitement de nombreux établissements d enseignement supérieur aux Etats-Unis, contribue à améliorer leur formation en technologies de l information et à standardiser les programmes, ce qui aura un impact sur la qualité des futurs employés de Microsoft, et sur les pratiques, en termes d utilisation de logiciels par exemple, des futurs salariés américains. La contribution de Porter et Kramer (2006) appelle un premier commentaire : le fait même que Porter s intéresse à la RSE n est-il pas le signe que la RSE est en passe de devenir un élément déterminant de la stratégie d entreprise? L intérêt de leur démarche est alors de montrer que la 11 L analyse de la RSE en termes d isomorphisme institutionnel rend compte de ces pratiques mimétiques (Rubinstein 2006)

10 RSE, abordée de manière stratégique, peut devenir une source d avantage concurrentiel, dès lors qu elle n est plus guidée par le mimétisme, mais conduit au contraire à se différencier de ses concurrents. On peut alors intégrer la RSE à l économie industrielle des stratégies d entreprise, en montrant qu elle a pour objectif la captation de rentes de monopole (2.2). 2.2 La captation de rentes de monopole L économie industrielle des stratégies d entreprise distingue les stratégies par les objectifs qu elles s assignent : constituer une rente différentielle (différences de coût de production) ou une rente de monopole (Chevalier 1995). Sauf exception, la RSE stratégique n est pas guidée par la recherche d une rente différentielle car dans ce cas, elle n aurait rien d une démarche spécifiquement socialement responsable, mais résulterait d une processus de minimisation standard des coûts (même si la baisse des coûts peut être la conséquence bienvenue d une démarche socialement responsable, par exemple de baisse de la consommation en pétrole, lorsque le prix de celui-ci augmente ensuite de manière non anticipée). De manière générale, l objectif de la RSE stratégique est donc de constituer des rentes de monopole, via la différenciation du produit et la mise en place de barrières à l entrée. En matière de différenciation du produit, la démarche socialement responsable agit sur la différenciation verticale et horizontale, subjective et objective (Lancaster 1966). Les consommateurs préfèreront, à prix égal, une voiture hybride au modèle équivalent ne disposant pas de cette fonctionnalité. Cette différenciation verticale permet à la fois de répondre à un segment particulier de la demande et de renforcer la réputation de la firme (Fombrun & Shanley 1990). La différenciation horizontale peut également être renforcée par la RSE : certains consommateurs préfèreront utiliser du papier recyclé, plus conforme à leur engagement dans le développement durable, alors que d autres arbitront en faveur d une meilleure qualité du papier, mais non recyclée. Enfin, la publicité sur l engagement socialement responsable de l entreprise, réel ou supposé, est également un facteur de différenciation, objective ou subjective, qui accroît la réputation de l entreprise concernée (Mc Williams et al. 2006, Fombrun & Shanley 1990). Enfin, la RSE peut être utilisée pour construire des barrières à l entrée réglementaires. L étude de Marvel (1977) sur l industrie textile britannique au 19 ème siècle en offre un exemple original, en montrant que la loi de 1833 (Lord Althorp s Act) réglementant le travail des enfants (interdiction du travail des enfants de moins de 9 ans, restrictions sur la durée et les conditions de travail des 9-18 ans) fut mise en place sous la pression des grands filateurs urbains, en particulier ceux de Manchester, qui avaient déjà adopté la machine à vapeur, ce qui n était pas le cas des petits filateurs des zones rurales qui utilisaient les machines à eau. Ces filatures rurales employaient

11 davantage d enfants, et sur une durée journalière et hebdomadaire qui augmentait fortement lorsque l eau était abondante. La loi fut adoptée suite à un changement dans la composition du Parlement, au profit des zones urbaines (Reform Bill, 1832). Elle accrût le coût de production du textile dans les filatures rurales, sans affecter celui des filatures à vapeur. Or, le même type de phénomène peut être à l œuvre en matière environnementale : la RSE peut conduire certains entrepreneurs à se positionner sur des modes de production propres et économes en ressources non renouvables. Ces entrepreneurs deviendront ensuite les premiers promoteurs de barrières à l entrée réglementaires visant à contraindre les modes de production polluants. III. Le rôle de la RSE dans la nouvelle gouvernance d entreprise Aussi fructueuse soit-elle, cette intégration de la RSE dans l économie industrielle traditionnelle occulte toutefois un aspect essentiel : le rôle de la RSE dans la mise en place d une nouvelle gouvernance. Pour le comprendre, il est nécessaire de revenir sur les caractéristiques de la «nouvelle firme», qui rendent inopérants les anciens modes de gouvernance (3.1). La RSE apparaît alors comme un élément essentiel d une nouvelle gouvernance, qui précise les frontières de la firme et le périmètre de sa responsabilité, réaffirme le lien hiérarchique et renforce les droits de propriété de la firme sur les actifs intangibles (3.2). 3.1 Nouvelle firme et nouvelle gouvernance Il ne s agit pas ici de recenser la littérature, prolifique, sur les changements dans la nature de la firme, mais de s interroger sur les conséquences de ces changements en matière de gouvernance d entreprise définie ici comme la manière dont les pouvoirs sont répartis au sein de la firme. Rappelons tout d abord que «les principes de bonne gouvernance», mis en place massivement dans les sociétés cotées au cours de la décennie quatre-vingt-dix, ont permis le développement d une gouvernance d entreprise centrée sur l actionnaire (modèle shareholder). Ce mode de gouvernance, fondé sur la théorie de l agence et la théorie des droits de propriété, justifie le renforcement du contrôle de l actionnaire et la poursuite exclusive de l intérêt de l actionnaire. La théorie de l agence représente la firme comme un nœud de contrats entre diverses parties (Jensen & Meckling 1976) dont seul l actionnaire détient le statut de créancier résiduel (Alchian & Demetz 1972). Parce que le rendement résiduel lui est dévolu, l actionnaire apparaît alors le mieux à même de contrôler l allocation des ressources (l hypothèse implicite est qu il est optimal que les décisions soient prises par celui qui a le plus à gagner ou à perdre des conséquences de ces décisions). C est pourquoi les droits de vote lui sont distribués à titre exclusif, comme l expliquent Easterbrook et Fishel (1991, pp ) : «One might expect voting rights to be held by a small group with

12 good access to information the managers. Yet voting rights are universally held by shareholders, to the exclusion of creditors, managers, and other employees ( ). The reason is that shareholders are the residual claimants to the firm s income. Creditors have fixed claims, and employees generally negociate compensation schedules in advance of performance. The gains and losses from abnormally good or bad performance are the lot of the shareholders, whose claims stand last in line. As the residual claimants, shareholders have the appropriate incentives ( ) to make discretionary decisions.» Par ailleurs, dans le cas où les actionnaires ne détiennent pas l intégralité des droits de contrôle résiduels (i.e des droits de prise de décision dans toutes les situations non définies contractuellement, Grossman et Hart 1986, Hart et Moore 1990), la théorie des droits de propriété justifie la défense exclusive de l intérêt des actionnaires. L impossibilité de déterminer des contrats complets conduit en effet à définir des «structures de gouvernance [qui] peuvent être vues comme un mécanisme pour prendre les décisions qui n ont pas été spécifiées dans le contrat initial» (Hart 1995, p. 680). La question centrale est alors celle de la distribution des droits de contrôle résiduels. Or, dès que les actionnaires sont nombreux et dispersés, apparaît un problème de passager clandestin : chaque actionnaire, à titre individuel, ne souhaite pas exercer ces droits de contrôle résiduels et préfère les déléguer aux managers. Dans ce cas, l actionnaire supporte seul le risque (en tant que créancier résiduel), sans détenir l intégralité des droits de contrôle résiduels. Il est donc bien davantage exposé au risques que les autres parties prenantes, ce qui justifie que son intérêt soit défendu à titre exclusif, à la fois pour des raisons de justice sociale et d efficacité économique (pour éviter le sous-investissement en capital, cf. Shleifer et Vishny, 1997). La succession de faillites retentissantes ou les rétributions scandaleuses versées à des managers défaillants ont mis en évidence les dérives du modèle shareholder. Notre objectif n est pas de les développer ici, mais de nous interroger sur la capacité de ce mode de gouvernance à répondre aux problèmes qui se posent désormais à l entreprise. Dans ce contexte, l analyse de Zingales (2000) apparaît particulièrement intéressante, dans la mesure où la critique qu il fait de la gouvernance actionnariale et des théories de la firme qui la fondent est contingente à l apparition d une «nouvelle firme» qui succèderait à une «firme traditionnelle» pour laquelle cette gouvernance était adaptée Notons au passage que Luigi Zingales est professeur à l Université de Chicago. Dans son article de 2000, il écrit : «In spite of some criticisms I have voiced, the existing theories have been quite successful in providing an intellectual backbone for the principles of corporate finance we all know and teach» (p. 1640)

13 La «firme traditionnelle» décrite par Zingales s appuie sur les travaux de Chandler (1990). Elle recherche les économies d échelle et de variété. Elle est intensive en capital et verticalement intégrée. Du fait de la pénurie de compétiteurs les économies d échelle et de variété constituant d efficaces barrières à l entrée, le marché externe du travail pour les compétences spécialisées est relativement étroit, ce qui permet à l entreprise d exercer un contrôle sur les salariés. Mais surtout, la taille et l intensité capitalistique de ces firmes requièrent de tels besoins en capital que l actionnariat s en trouve dispersé. La séparation de la propriété et du contrôle créé alors un problème d agence entre les dirigeants salariés et les actionnaires. Cela explique pourquoi la gouvernance d entreprise s est focalisée sur cette question, en essayant de protéger les actionnaires et de restaurer leur contrôle. La «nouvelle firme» n est pas confrontée aux mêmes problèmes. Tout d abord, l accès aux marchés de capitaux est devenu plus facile, alors même que l investissement en capital physique ne garantit plus l établissement d une rente : L arrivée de nouveaux entrants a été favorisée par le développement des NTIC, en supprimant par exemple les barrières à l entrée que pouvaient constituer le coût d un réseau de distribution. Dans la compétition mondiale, les capacités de création et d innovation sont devenues essentielles. Le capital humain incorporé dans la firme est désormais décisif, au moment même où le contrôle de l entreprise sur les salariés devient moins efficace, du fait de la capacité de ces derniers à créer leur propre entreprise et d opportunités d embauche accrues chez les concurrents. Le cas de l agence britannique de publicité Saatchi and Saatchi, développé par Rajan et Zingales (2000), est édifiant : En 1994, Maurice Saatchi, président de Saatchi and Saatchi, demande qu on lui accorde un plan d options particulièrement généreux. Les fonds d investissement américains qui contrôlent 30% du capital sont furieux de cette demande, alors même que l action Saatchi and Saatchi n atteint pas, depuis plusieurs années, les niveaux attendus. Le refus des actionnaires d accéder à la demande de Maurice Saatchi entraîne le départ des frères Saatchi et de plusieurs dirigeants de la firme. Ensemble, ils créent M and C Saatchi, qui récupère de nombreux comptes, parmi les plus importants, de Saatchi and Saatchi (qui deviendra ensuite Cordiant). La gouvernance actionnariale, qui aurait fonctionné dans une «firme traditionnelle», a donc dévalorisé l actif de Saatchi and Saatchi. Or, Saatchi and Saatchi combine deux caractérisques emblématiques de la «nouvelle firme» : les frontières de l entreprise y sont floues et le capital humain y est essentiel. «In the current environment, where human capital is crucial and contracts are highly incomplete, the primary goal of a corporate governance system should be to protect the integrity of the firm, and new precepts need to be worked out» affirme Zingales (2000, p. 1645). Les notions de «frontière de l entreprise» et d «intégrité de la firme» ne sont pas définies par Zingales (2000). Nous pourrions toutefois avancer qu elles se réfèrent à la question des droits de

14 propriété de la firme sur les actifs intangibles. Le «capital réputationnel» appartient-il à Saatchi and Saatchi, ou aux frères Saatchi? Cette question est d autant plus cruciale que la part des actifs intangibles dans la valeur de l entreprise n a cessé de croître : par exemple, pour les entreprises du S&P 500, Lev (2003) montre que la différence entre la valeur de marché de l entreprise et la valeur comptable s est accrue entre 1985 et Lev (2003) estime qu entre la moitié et deux tiers de la valeur de marché de l entreprise reflèterait celle de ses actifs intangibles (cf. aussi Nakamura 2001) ; de même, 60% de la valeur de marché des sociétés britanniques du FTSE100, non reflétée dans leur bilan, serait liée à l existence d actifs intangibles (Beattie & Thompson 2005). Les travaux sur la «firme-réseau» questionnent aussi les frontières de la firme : définie comme «un ensemble structuré de firmes reliées dans une dimension d échange verticale et piloté par une firme qualifiée de «firme-pivot»» (Baudry 2004, P. 249), la «firme-réseau» succède, comme forme organisationnelle dominante, à la firme intégrée de l époque fordiste (Baudry 2003). Cette forme organisationnelle, structurée de manière pyramidale autour d un donneur d ordres qui coordonne les activités d un ensemble de fournisseurs, parfois eux-mêmes à la tête d un réseau de sous-traitants, est aussi le produit du mouvement de «recentrage stratégique» (Batsch 2002), dans lequel chaque firme se recentre sur son cœur de métier et s y renforce Frontières de la firme, droits de propriété et hiérarchie Appréhendée dans ce contexte, la RSE stratégique ne se ramène pas seulement à une stratégie de captation des rentes de monopole : elle permet aussi de préciser les frontières de la firme. En publiant, en 2005, un rapport détaillé sur les conditions de travail chez les 704 sous-traitants du groupe, Nike en offre un premier exemple. L objectif était de signaler l engagement socialement responsable du groupe, qui faisait l objet de vives critiques quant aux conditions de travail tolérées chez les sous-traitants. La RSE a donc conduit Nike à définir les frontières de la firmeréseau, en y incorporant le réseau des 704 sous-traitants, et à légitimer le périmètre de sa responsabilité. Cette légitimation, via la RSE, de la responsabilité de la firme-pivot sur le réseau de sous-traitants participe aussi d une politique de prévention des risques. De fait, la responsabilité de la firme-pivot risque d être engagée en cas de défaillance sur un produit, comme l a montré l exemple de Mattel qui, en août 2007, a dû rappeler 18 millions de jouets suspectés d être dangereux pour les enfants, pour cause de négligence de la sous-traitance en Chine. Audelà, on peut s interroger sur le rôle de la RSE dans les mécanismes d incitation et de coordination de la «firme-réseau». Ce rôle reste à approfondir, mais on peut subodorer que l engagement socialement responsable de la firme-pivot accroît sa réputation aux yeux des sous

15 traitants, qui seront davantage incités à investir en actifs spécifiques sans craindre de hold-up de la quasi-rente relationnelle (Klein, Crawford & Alchian 1978) par la firme-pivot. Quant à la contribution de la RSE à la coordination, elle permet l émergence de procédures et de normes communes à l instar des certifications-qualité et de l intégration logistique, dont Baudry (2004) avait montré le rôle dans la coordination de la firme-réseau. La RSE permet aussi de renforcer les droits de propriété de la firme : c est le résultat d une étude originale de Béthoux, Didry & Mias (2007) sur un corpus de codes de conduite émanant de 166 firmes multinationales opérant dans divers secteurs. L intérêt des codes de conduite est qu ils émanent des entreprises elles-mêmes, et non d un organisme de certification extérieur qui normalise le contenu de la RSE (par exemple, le Global Reporting Initiative). Ils sont donc la représentation la plus fidèle qui existe de la manière dont l entreprise conçoit et utilise la RSE. Béthoux, Didry & Mias (2007) procèdent à une analyse lexicale sans catégorisation a priori, permettant d identifier les chaînes de mot qui apparaissent le plus fréquemment dans le corpus. Ils montrent alors que les codes se préoccupent moins de l environnement que du travail, qu ils traitent sous deux aspects distincts : les droits des travailleurs d une part (souvent en référence aux normes de l OIT) ; la réaffirmation du lien hiérarchique et des droits de propriété de l entreprise d autre part. C est ce deuxième aspect qui nous intéresse ici. Le lien hiérarchique est réaffirmé dans la définition des procédures à suivre par le travailleur en cas de violation du code de conduite ou de la loi, et dans la prévention des risques par l équipe dirigeante qui «contrôle», «inspecte», «évalue», etc. Les codes se prononcent aussi sur les cadeaux qui reçoivent les employés dans l exercice de leur fonction : ceux-ci doivent être occasionnels, de modeste valeur («nourriture», «divertissements», etc.) et ne doivent pas mettre le travailleur dans une position d obligé à l égard d un membre d une autre organisation, ce qui aboutirait à un conflit d intérêt entre l entreprise et son employé. Enfin, les codes de conduite abordent la question des droits de propriété de la firme : celle-ci affirme sa propriété sur l information financière la concernant, sur les données dont elle dispose (en particulier ses fichiers client) et sur la production intellectuelle des employés. C est le cas notamment dans les entreprises high-tech où la valeur-ajoutée est essentiellement créée par les découvertes et les inventions, ce qui pose le problème de la propriété intellectuelle. Le code de conduite sert alors à établir que ces découvertes et ces inventions font partie intégrante des actifs de la firme. «The code of conduct amounts to an assertion of the unity and integrity of the company against the centrifugal tendencies implied by highly skilled work, the products of which are bound up with the knowledge, skills and loyalty of the individual worker. Though these products are the result of quasi-«idiosyncratic» capabilities of the individual workers, they have to be seen as property of the firm», concluent les auteurs (p. 88)

16 Conclusion «la responsabilité sociale de l entreprise est d accroître ses profits» déclarait Milton Friedman (1970). La profitabilité d une démarche socialement responsable pour l entreprise n a jamais cessé d être questionnée depuis, sans offrir de réponse satisfaisante. Une manière de clarifier le débat consiste à distinguer, à l instar de Porter et Kramer (2006), une approche défensive et une approche stratégique de la RSE. En ancrant la RSE stratégique dans l économie industrielle des stratégies d entreprise, nous montrons qu elle est un moyen pour l entreprise de différencier ses produits, d accroître sa réputation, et qu elle contribue à la mise en place de barrières à l entrée. Mais son rôle ne se limite pas à la captation de rentes de monopole. L apparition de nouvelles firmes aux frontières floues, dont l intégrité est sans cesse menacée par la part du capital humain dans leur valorisation, a mis en échec la gouvernance actionnariale. Par ailleurs, le développement de la «firme-réseau» questionne la firme sur ses frontières et l étendue de ses responsabilités, et conduit à repenser les mécanismes d incitation et de coordination. En précisant les frontières de la firme et de sa responsabilité, en réaffirmant la dimension hiérarchique de son mode de coordination (Coase 1937), en renforçant ses droits de propriété sur les actifs intangibles, la RSE devient un élément central d une nouvelle gouvernance d entreprise, mieux à même que la gouvernance actionnariale de répondre aux enjeux actuels. Références bibliographiques Acquier A. & Gond J-P (2005), «Aux sources de la Responsabilité Sociale de l Entreprise. (Re)Lecture et analyse d un ouvrage fondateur : Social Responsabilities of the Businessman d Howard Bowen (1953)», Working Paper. Alchian A. A. & Demsetz H. (1972), «Production, information costs, and economic organisation», American Economic Review, 62 (décembre), p Batsch L. (2002), Le capitalisme financier, Paris : La découverte. Baudry B. (2003), Economie de la firme, Paris : La découverte. Baudry B. (2004), «La question des frontières de la firme. Incitation et coordination dans la firme-réseau», Revue Economique, 55 (2), mars, p Béthoux E., Didry C. & Mias A. (2007), «What Codes of Conduct Tell Us : corporate social responsibility and the nature of the multinational corporation», Corporate Governance : An International Review, vol 15 (1), p , janvier. Bittie V. & Thompson S. J. (2005), «Intangibles and the OFR», Financial Management, Juin. Blair, M. (1995), Ownership and Control. Rethinking Corporate Governance for the Twenty-First century, Washington, D.C. : The Brookings Institution

17 Business for Social Responbility (2006), Business Brief : Intangibles and CSR, Rapport CSR & Finance. Chandler A. (1990), Scale and Scope, Cambridge Mass : Belknap Press. Chevalier J-M (1995), L économie industrielle des stratégies d entreprise (sous la dir. de), Paris : Montchretien. Clarkson M. B. E. (1995), «Introduction», In The Corporation and Its Stakeholders. Classic and Contemporary Readings (M. B. E Clarkson ed.), Toronto : University of Toronto Press, p Coase (1937), «La nature de la firme», Revue Française d Economie (pour la trad. française), 1987, 2 (1), p Commission Européenne (2001), Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises, Livre vert, Direction Générale de l emploi et des affaires sociales, Unité EMPL/D.1. Commission Européenne (2002), Communication de la Commission concernant la responsabilité sociale des entreprises : une contribution au développement durable. Di Maggio, P. J. & Powell, W. W. (1983), «The iron cage revisited : institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields», American Sociological Review, 48. Donaldson, T. & Preston, L. E. (1995). The stakeholder theory of the corporation: concepts, evidence and implications. In The Corporation and Its Stakeholders. Classic and Contemporary Readings (M. B. E Clarkson ed.), Toronto : University of Toronto Press, p Easterbrook F. H. & Fishel D. R (1991), The Economic Structure of Corporate Law, Harvard University Press. Fombrun C. & Shanley M. (1990), What s in a name? Reputation, building and corporate strategy, Academy of Management Journal, 33, p Freeman R. E. (1984), Strategic management : A stakeholder approach, Boston : Pitman. Freeman R. R. & Evan W. M. Corporate governance : A stakeholder interpretation, The Journal of Behavioral Economics, 19 (4), p Friedman, M. (1970), «The social responsibility of business is to increase profits», New York Times Magazine, 13 septembre. Griffin J.J. & Mahon J.F. (1997), «The corporate social performance and corporate financial performance debate», Business and Society, 36 (1), p Grossman, S & Hart O. (1986) The cost and benefits of ownership: a theory of vertical and lateral integration, Journal of Political Economy, 94, p Hart, O. (1995). Firms, contracts and financial structure, Oxford : Oxford University Press. Hart, O. and Moore, J. (1990), Property rights and the nature of the firm, Journal of Political Economy, 98, pp

18 Hill C. W. L. & Jones T. M. (1992), «Stakeholder-agency theory», Journal of Management Studies, 29, p Hillman A. J. & Keim G. D. (2001), «Shareholder value, stakeholder management, and social issues : What s the bottom line?», Strategic Management Journal, 22, p Jenkins, R. (2001), Corporate Codes of Conduct. Self-Regulation in a Global Economy, Technology, Business and Society, Programme Paper N 2, Genève, UNRISD (ONU). Jensen M. C. (2002), «Value maximization, stakeholder theory, and the corporate objective function», Business Ethics Quarterly, 12 (2), p Jensen, M.C. & Meckling, W.H. (1976), «Theory of the Firm : Managerial Behavior, Agency Cost and Ownership Structure», Journal of Financial Economics, 3 (4). Klein B., Crawford R. & Alchian A. (1978), «Vertical Integration, appropriable rents, and the competitive contracting process», Journal of Law and Economics, 21, p Lancaster K. (1966), «A new approach to consumer theory», Journal of Political Economy, 74, p Lev B. (2003), «Remarks on the Measurement, Valuation, and Reporting of Intangible Assets», FRBNY Economic Policy Review, septembre, p MacWilliams, A. & Siegel, D. (2001), «Corporate social responsibility : a theory of the firm perspective», Academy of Management Review, 26 (1), p MacWilliams A., Siegel D.S. & Wright P.M. (2006), «Guest Editors Introduction. Corporate Social Responsibility : Strategic Implications», Journal of Management Studies, 43 (1), p Marvel H. P. (1977), «Factory Regulation : A reinterpretation of early english experience», The Journal of Law and Economics, 20, p Mitchell, R. K., Agle, B. R. & Wood, D. J. (1997), Toward a theory of stakeholder identification and salience: defining the principle of who and what really counts, Academy of Management Review, 22 (4), pp Nakamura L. (2001), «What is the US Gross Investment in Intangibles? (At least) One Trillion Dollars a Year!», Federal Reserve Bank of Philadelphia Working Paper Orlitzki, M., Schmidt, F.L., Rynes, S.L. (2003), «Corporate social and financial performance : a meta-analysis», Organization Studies, 24 (3), p ORSE (2004), «Développement durable et performance financière», Note de Synthèse. Porter M.E. (1985), Competitive Advantage: Creating and Sustaining superior Performance, New York : Free Press. Porter M.E. & Kramer M.R., «Strategy & Society : the link beetween competitive advantage and corporate social responsibility», Harvard Business Review, HBR Spotlight, décembre. Rajan R. G. & Zingales L. (2000), «The governance of the new enterprise», in Vives X. (ed.), Corporate Governance, Theorical and Empirical Perspectives, Cambridge University Press

19 Renneboog L., Ter Horst J. & Zhang C. (2008), «Socially responsible investments : Institutional aspects, performance, and investor behavior», Journal of Banking and Finance, à paraître. Rubinstein M. (2006), «Le développement de la responsabilité sociale de l entreprise : une analyse en termes d isomorphisme institutionnel», Revue d Economie Industrielle, 113, p Rowe M. (2006), «Reputation, Relationships and Risk : a CSR Primer for Ethics Officers», Business and Society Review, 111 (4), p Shleifer, A. & Vishny, R. W. (1997), A survey of corporate governance, The Journal of Finance, 52 (2), p Waddock S. A. & Graves S. B. (1997), «The corporate social performance-financial performance link», Strategic Management Journal, 18 (4), p Williamson O. (1981), «The modern corporation : Origins, Evolution, Attributes», Journal of Economic Literature, 19, décembre, p Zingales L. (2000), «In Search of New Foundations», The Journal of Finance, vol IV (4), août, p

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE)

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE) Ethique & RSE : enjeux & questionnements Samuel MERCIER, Professeur en Sciences de gestion, Responsable Master GRH, Directeur IAE Dijon Université de Bourgogne (samuel.mercier@u samuel.mercier@u-bourgogne.fr)

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo 1 La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014 Patricia Crifo Université Paris Ouest, Ecole Polytechnique & Cirano (Montréal) Plan de la

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme UE 3 Management et contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur A. Management

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse)

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Chaire Finance Durable et Investissement Responsable AFG, Paris, vendredi 9 novembre

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

L évolution des systèmes de management

L évolution des systèmes de management 1 L évolution des systèmes de management 1.1 L évolution du marché De nouvelles donnes du marché sont apparues depuis la publication de la version 1994 des normes de la série ISO 9000. Les versions 2008

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales II. RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) II.1 chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales A Hypothèse : coûts de production nuls B1 B2 Demande globale : elle dépend

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?»

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?» D) CONCLUSION Ce mémoire de fin d études a eu pour objectif de répondre à la question de recherche, «Peut-on transférer la culture organisationnelle d une société mère aux filiales situées à l étranger

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Fonds SRI. Pour quelle performance financière et extra-financière?

Fonds SRI. Pour quelle performance financière et extra-financière? Comité économique et social européen 11 mars 2010, Madrid Fonds SRI Pour quelle performance financière et extra-financière? Ethos Investir - Voter Dialoguer Jean Laville, Directeur-adjoint 1 Ethos, Fondation

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La gestion du changement : vers l entreprise numérique

La gestion du changement : vers l entreprise numérique La gestion du changement : vers l entreprise numérique Les technologies de l information transforment nos habitudes de travail quotidiennes. Elles les automatisent en partie, réduisent généralement le

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises République et Canton de Neuchâtel, association Ecoparc CSEM, Neuchâtel - 28 janvier 2010 Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises Jean Laville, Directeur adjoint 1 Ethos Place Cornavin

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

La Région de Manchester

La Région de Manchester Zoom Région La Région de Manchester Sylvie Morton, Business Development Manager, Manchester s Investment and Development Agency (MIDAS) Le succès croissant qu a connu la région Manchester au cours de ces

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

PRÉFACE. Groupe Eyrolles

PRÉFACE. Groupe Eyrolles PRÉFACE Les entreprises, les organisations sont en permanence confrontées à l amélioration de leurs performances dans un environnement qu elles souhaitent sécuriser. Cette amélioration est de plus en plus

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Parties prenantes et RSE : enjeux sociopolitiques

Parties prenantes et RSE : enjeux sociopolitiques Parties prenantes et RSE : enjeux sociopolitiques Didier Cazal IAE Lille, LEM-CNRS UMR 8179 Séminaire CLERSE 07/04/09 Posture de départ sur la RSE Une large médiatisation, une communication intensive Des

Plus en détail

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 Sommaire Qu est-ce que le développement durable en entreprise? Pressions s exerçant sur l entreprise Chiffres-clés

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR CHAPITRE 1 Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR L émergence d une fonction contrôle de gestion au sein des entreprises est

Plus en détail

Management du tourisme et des loisirs

Management du tourisme et des loisirs ERICK LEROUX PIERRE-CHARLES PUPION Management du tourisme et des loisirs 2 e ÉDITION Introduction Le secteur du tourisme évolue dans un contexte très concurrentiel : les gains qu il représente attirent

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Expertise, Indépendance et Performances Durables

Expertise, Indépendance et Performances Durables Expertise, Indépendance et Performances Durables Atelier «Gouvernance et engagement actionnarial» Chaire «Finance durable et Investissement Responsable» Gwenaël Roudaut Ecole Polytechnique 2 juillet 2012

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Introduction Objectif de la séance Présenter un deuxième modèle d aide à l analyse stratégique Appliquer ce modèle Plan

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d engagement 2014

Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Federal Finance Gestion est un acteur engagé de l Investissement Socialement Responsable. Depuis la création

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises?

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? Patrice LAROCHE et Heidi WECHTLER GREGOR IAE - Université Paris 1 Sorbonne Plan de l exposé Le contexte d émergence

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, 20-22 octobre 2011 Réseau Entreprise et Développement Durable

PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, 20-22 octobre 2011 Réseau Entreprise et Développement Durable Françoise QUAIREL LANOIZELEE Dauphine Recherche en Management (DRM) ; Université Paris Dauphine PME en marche vers le développement durable Colloque International, Montreal, Réseau Entreprise et Développement

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE PRÉAMBULE Engagés depuis 2002 dans une première réflexion sur le Capital Investissement Socialement Responsable (C-ISR), nous sommes convaincus de la nécessité

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux?

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Hôtel de Ville Salle des conférences 60 Bd Carnot 78110 Le Vésinet 1 Responsabilité Sociétale de l Entreprise Panorama du sujet : Effet de mode? Enjeux

Plus en détail

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise 1 Pourquoi s intéresser au management des processus? Résumé Réaliser des prestations d excellente qualité,

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR)

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) UIPF Genève - 7 novembre 2007 Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) Jean Laville, Directeur Adjoint Ethos Place Cornavin 2, case postale, 1211 Genève

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

Présentation de la thèse. Mots-clés :

Présentation de la thèse. Mots-clés : Laure MUSELLI CEPN (Centre d Economie de l Université Paris Nord) Présentation de la thèse. «L OPEN SOURCE, DE LA SPHERE NON-MARCHANDE A LA SPHERE MARCHANDE DU LOGICIEL : CHOIX DE LICENCES, MODELES DE

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail