SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS"

Transcription

1 SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS 1. Le concept de satisfaction 1.1 Enjeux et évolution de la définition du concept de satisfaction A. Enjeux de la satisfaction B. Définition du concept de satisfaction du client C. Les modèles théoriques de la satisfaction C.1. Les antécédents de la satisfaction C.2. Satisfaction et insatisfaction : un ou deux concepts? 1.2 Gérer et mesurer la satisfaction 1.3 Remise en cause du lien satisfaction-fidélité 1.4 Au delà de la satisfaction : le concept de valeur perçue IMMD F. REGANY

2 B. DÉFINITION DU CONCEPT DE SATISFACTION DU CLIENT

3 DÉFINITION La satisfaction est «un état psychologique, postérieur à l achat et relatif» (Evrard, 1993)

4 LA SATISFACTION N EST PAS La performance qui se réfère à un objet et non à l état d une personne comme la satisfaction. La qualité perçue qui est purement cognitive La valeur perçue qui peut être un jugement préconsommatoire et purement relationnel (non transactionnel) L attitude qui peut pré-exister à la consommation, ne nécessite pas d expérience spécifiques avec le produit/ service

5 C. LES MODÈLES THÉORIQUES DE LA SATISFACTION

6 DEUX CONCEPTIONS ESSENTIELLES DE LA SATISFACTION 1/ satisfaction = un résultat un état : «évaluation de la surprise relative au processus d acquisition et de consommation du service» (Oliver, 1980) Renvoie au «transactionnel» 2/ satisfaction = un processus conduisant à sa formation incluant une phase de comparaison (Churchill et Surprenant, 1982) Renvoie au «relationnel» => 2ème conception = la plus riche

7 LA SATISFACTION : DE LA TRANSACTION À LA RELATION D abord transactionnelle Aujourd hui satisfaction transactionnelle et/ ou relationnelle Relationnelle = cumul de satisfactions sur l ensemble des expériences de servuction avec le prestataire Cette dernière immunise le client face à une contre-performance ponctuelle du prestataire

8 C1. LES ANTÉCÉDENTS DE LA SATISFACTION

9 LES ANTÉCÉDENTS La satisfaction : un état psychologique, Psychologique donc non observable et qui doit être distingué de ses conséquences comportementales telles que le ré-achat, le bouche à oreille ou les réclamations, Cf la dualité cognitif/affectif du concept de satisfaction : la satisfaction n est pas une évaluation cognitive pure ni une émotion pure elle intègre des processus cognitif et affectif (Evrard et Aurier, 1996),

10 LE PARADIGME COGNITIF Un modèle dominant : le modèle de non-confirmation des attentes (Oliver, 1980) Concepts fondamentaux: S = Standard de comparaison (souvent les attentes, normes) A = Les attentes formées par le client avant la transaction P = La performance perçue du produit ou du service La non-confirmation qui correspond à la comparaison entre la performance et les attentes: P-A La satisfaction est générée par une non-confirmation positive (P-A >0)

11 LE MODÈLE DE NON-CONFIRMATION DES ATTENTES (OLIVER, 1980) Attentes Performance Non-confirmation Satisfaction Attentes : «croyances formées par l individu sur les performances d un produit ou d un service avant l achat et la consommation de celui-ci» Non confirmation : médiateur de l influence de la performance et des attentes sur la satisfaction, Différence entre les scores d attentes et performances

12 REMISE EN CAUSE DU MODÈLE DES ATTENTES: LES STANDARDS DE COMPARAISON (LA TOUR ET PEAT, 1979; WOODRUFF, CADOTTE ET JENKINS, 1983) Les attentes ne constituent pas le seul standard de comparaison utilisable, Standard traditionnel des attentes remis en cause (cf produit nouveau, produit durable ), 1) Hiérarchisation des attributs : plus ou moins pertinents, plus ou moins importants LaTour et Peat (1979) : le score de non-confirmation doit être pondéré par l importance des attributs. 2) Le standard de comparaison dépend des connaissances préalables du consommateur mais aussi des informations recueillies (bouche à oreilles, publicité) En multipliant les expériences de consommation de différentes marques, le consommateur devient plus familier de la catégorie de produits, Cela lui permet de dimensionner ce qu il peut raisonnablement attendre d une marque ou de la performance,

13 LE STANDARD DES ATTENTES : DIFFÉRENTES VARIANTES (VANHAMME, 2002) L idéal Le minimum tolérable Les attentes «désirées» (desired expectations) Les normes basées sur les marques / les produits Les normes culturelles 13

14 LA NÉCESSITÉ D INTÉGRER LES ÉTATS AFFECTIFS À LA MODÉLISATION DU PROCESSUS DE SATISFACTION Vision précédente extrêmement rationnelle et utilitariste pour expliquer la satisfaction, Or dans la grande distribution, il a été démontré qu il existait plusieurs motifs de venue : Utilitaire Hédonique Social Les émotions : l expérience de consommation est source de réactions émotionnelles

15 LES DEUX ROUTES DE LA SATISFACTION (OLIVER, 1999) Variables situationnelles Atmosphère Image Personnel en contact Variables cognitives: Attentes Performance Non-confirmation Emotions : Affects positifs Affects négatifs Surprise Satisfaction / insatisfaction 15

16 Synthèse Le concept de satisfaction Définition : un état psychologique, postérieur à l achat et relatif / conséquence d une expérience de consommation / statique ou dynamique Dimensions cognitive/affective Les antécédents de la satisfaction : (1) standard de comparaison, (2) performances perçues (3) Non-confirmation, (4) qualité et (5) valeur perçue, (6) attribution, (7) équité (8) réactions affectives (Vanhamme, 2002) Les auteurs : Cordozo, Oliver, Woodruffe, Cadotte et Jenkins, Churchill et Surprenant, Evrard, Vanhamme 16

17 r ce que Fournier et Mick (1999) appellent doxes» : les produits de haute technologie, ple, permettent de faciliter la vie de tous les s, en même temps, rendent les consomma- Modèle de Synthèse Vanhamme (2002) Tout au long de cet article, nous avons mettre en évidence les antécédents de la sa spécifique à une transaction. Ces derniers

18 C.2 SATISFACTION ET INSATISFACTION : UN OU DEUX CONCEPTS?

19 UN CONCEPT UNIDIMENSIONNEL OU BIDIMENSIONNEL? Vision unidimensionnelle pour la majorité des chercheurs (dont Oliver): continuum de «très satisfait» à «très insatisfait» Vision bidimensionnelle (Herzberg) : satisfaction / absence de satisfaction Insatisfaction / absence d insatisfaction

20 LE MODÈLE TETRACLASSE (LLOSA, 1996) Certains éléments exercent un poids fluctuant sur la satisfaction globale qui dépend du niveau de performance perçu par le client. Les élément «basiques» NE JOUENT QUE SUR L INSATISFACTION Les éléments «plus» NE JOUENT QUE SUR LA SATISFACTION Les éléments «clés» JOUENT SUR LA SATISFACTION ET L INSATISFACTION Les éléments «secondaires» JOUENT TRES PEU SUR LA SATISFACTION ET L INSATISFACTION

21 LE MODÈLE TETRACLASSE (LLOSA, 1996) Contribu*on des éléments sur la sa*sfac*on quand ils sont perçus de manière posi<ve par les clients Contribu<on FORTE Contribu<on FAIBLE Eléments PLUS Eléments SECONDAIRES Eléments CLES Eléments BASIQUES Contribu<on FAIBLE Contribu<on FORTE Contribu*on des éléments sur l insa*sfac*on quand ils sont perçus de manière néga<ve par les clients 21

22 FIGURE 3 : Carte de contribution des différents éléments 30 FIGURE 3 : CARTE DE CONTRIBUTION DES DIFFERENTS ELEMENTS couleurs odeurs ELEMENTS PLUS ELEMENTS CLES Coordonnées sur l'axe de satisfaction des éléments évalués positivement galerie distributeur sac livraison enfants cadeau animation musique sav disposition papier cadeau promo lots conseil information origine attente aide caissière SATISFACTION accessible horaires accès services ELEMENTS SECONDAIRES réclamation éclairage bien rangé disponible rapport Q/P nombre aimable facile à trouver température vide personnel choix date prix juste extérieur cadre signalisation ELEMENTS BASIQUES propreté Coordonnées sur l'axe de satisfaction des éléments évalués négativement

23 FIGURE 2 : Présentation détaillée des éléments "Basiques", "Plus", "Clés", "Secondaires. F O R T E ELEMENTS "PLUS" ELEMENTS "CLES" origine L information sur l origine des produits (et l origine de leurs composants) vous a semblé suffisante. musique Il y avait une musique agréable. sav Le service après-vente vous a semblé bien assuré. promo disposition La disposition des rayons vous a semblé logique. information Les informations sur les caractéristiques des différents produits étaient suffisantes cadre Le cadre (à l intérieur) était plaisant. extérieur Il y avait de nombreuses promotions. L extérieur du magasin (façade, enseigne, lots aménagement extérieur) était plaisant. Les lots de plusieurs produits correspondaient à vos attentes (lots de 2, odeurs 4, 6,...). services De nombreux services étaient proposés dans les rayons (possibilité de commander, de faire préparer à distance la viande, les pâtisseries,...). aide caissière Les caissières apportaient une aide (mise en sac des produits). conseil Les vendeurs ont été de bon conseil. enfants Il y avait des activités pour les enfants (jeux, garderie...). papier cadeau Les odeurs dans le magasin étaient agréables. signalisation Les rayons étaient bien signalés. attente Les moments d attente ont été de courte durée (pour être servi(e), aux caisses...). couleurs L agencement des couleurs était de bon goût. réclamation Lors de réclamations que vous avez formulées, la réponse apportée vous a satisfait(e). Il était possible d obtenir gratuitement du papier cadeau Contribution de l'élément à la satisfaction lorsqu'il est perçu de façon positive F A I B L E ELEMENTS "SECONDAIRES" accès Vous avez pu accéder facilement au magasin (parking, localisation) disponible Tous les produits et les marques que vous aviez prévu d acheter étaient disponibles. animation Il y a eu une animation particulière (promotion à thème, animateur, jeu, concours nombre Le nombre de clients présents dans le magasin vous convenait (magasin vide, bondé). personnel Le personnel du magasin était serviable. horaires Les heures d ouverture vous ont semblé correctes date Les produits auxquels vous vous êtes intéressé(e) avaient une date limite de consommation correcte. accessible Tous les produits étaient accessibles (ils étaient placés ni trop hauts, ni trop bas dans le rayon). sac Les sacs étaient gratuits. cadeau Le magasin proposait des cadeaux ou des réductions pour remercier les clients de leur fidélité. livraison Il était possible de se faire livrer à domicile les produits achetés galerie Ce magasin comprenait une galerie marchande. distributeur Il était possible de retirer de l argent à un distributeur. ELEMENTS "BASIQUES" prix juste Les prix affichés étaient corrects (les mêmes qu à la caisse). propreté Le magasin (sols, rayons, caisses ) était propre. choix Il y avait un grand choix de produits. éclairage L éclairage était plaisant. température La température du magasin était agréable. vide Le magasin était bien achalandé (il n y avait pas de rayons paraissant vides). rapport Q/P Le rapport qualité-prix des produits était bon. facile à trouver Vous avez facilement trouvé les produits que vous cherchiez. bien rangé Le magasin était bien rangé. aimable Le personnel était aimable. FAIBLE FORTE Contribution de l'élément à la satisfaction en cas d'évaluation négative

24 ANALYSE DU MODÈLE TÉTRACLASSE EN TERMES D OBJECTIFS 1/ bon niveau sur éléments basiques (ex : disponibilité, ponctualité, apparence, etc.) 2/ bonne performance sur éléments clés (ex : prix, assortiment ) 3/ travailler sur éléments plus pour enchanter et se différencier (prise initiative vendeur, omnicanalité, bonnes surprises)

25 1.2 GÉRER ET MESURER LA SATISFACTION

26 Mesurer la satisfaction " Études ad hoc mais surtout panel " Mesure du niveau et des éléments de la satisfaction et de la non-satisfaction " Veille sur internet, savoir ce qui se dit sur vous, e-réputation " Possibilité de benchmarking " Base de segmentation de la clientèle pour stratégie marketing

27 Échelle multi-items d Oliver (1980) Je suis satisfait de ce que j ai vécu dans ce magasin/ ou avec cette entreprise de service Si c était à refaire, je reviendrai Je ne suis pas content d être venu à J ai eu une bonne idée quand j ai décidé de venir à Venir dans ce. fut un bon choix

28 ECHELLE D-T OU DELIGHTED- TERRIBLE (WESTBROOK, 1980) - Enchanté - Content - En grande partie satisfait - Mitigé, ni satisfait ni insatisfait - En grande partie insatisfait - Pas content - Furieux

29 ECHELLE SATEXP (AURIER ET EVRARD, 1998) 10 = tout à fait satisfait 1 = pas du tout satisfait

30 LA MEILLEURE SOLUTION Coupler plusieurs mesures car sont complémentaires Oliver mesure bien part cognitive Westbrook plutôt part affective Privilégier des échelles multi-items Si possible Likert en 5, 6 ou 7 positions

31 Le NPS (Net promoter score) : une méthode dont on parle beaucoup LE Le NPS est une (NET méthode PROMOTER de suivi de schéma SCORE) ci-dessous. la satisfaction clients mise en place par Bain & Company et Satmetrix et négatif. Le calcul du score de l entreprise ou de la marque se fait alors selon le Cette méthode présente, d après les entreprises qui l utilisent, trois Question qui se base sur une : recommanderiez-vous question centrale : avantages principaux notre marque : simplicité, à vos «Recommanderiez-vous collègues ou notre à marque vos amis universalité» et communicabilité. Elle 64 La satisfaction clients - Six bonnes pratiques d'entreprises pour un résultat gagnant-gagnant Bain & Company/ Satmetrix

32 CONCLUSION SUR LA SATISFACTION Conception élargie et enrichie mais plus complexe Reconnaissance importance émotions Utilisation simultanée de plusieurs standards de comparaison Modèles linéaire (Oliver) ou non (Llosa) Approche transactionnelle + relationnelle Prise en compte nature dynamique => nécessité étude longitudinale

33 1.3 REMISE EN CAUSE DU LIEN SATISFACTION-FIDÉLITÉ

34 Pourquoi s est-on intéressé à la satisfaction? Antécédents cognitifs : Attentes Performance Standard de comparaison Non-confirmation Satisfaction / insatisfaction Intention de bouche-àoreille et de fidélité Fidélité Antécédents affectifs : Emotions positives et négatives Surprise Variables modératrices : Implication Recherche de variété 34

35 chéma 12. Les formes de recherche de variété Sous la contrainte ; variété des choix par défaut Recherche de variété Pression environnementale (pression promotionnelle, modification concurrentielle, etc.) Modification des préférences ou du problème de choix Besoin de stimulation, de nouveauté ou de créativité de créativité partir de cet inventaire, force est de constater que la recherche de variété ne signifie pas

36 Typologie clients fidèles (Jones et Sasser, 1995) Satisfaction Fidélité Comportement Apôtres Elevée Elevée Restent et sont des supporters Terroristes Basse - moyenne Basse moyenne Partent ou restent mais insatisfaits Mercenaires Elevée Basse moyenne Vont et viennent, engagement faible Otages Basse - moyenne élevée Incapable de changer, «prisonnier»

37 1.4 AU-DELÀ DE LA SATISFACTION: LE CONCEPT DE VALEUR PERÇUE

38 Vision expérientielle de la valeur " «une préférence relative (comparative, personnelle, situationnelle) caractérisant l expérience d un sujet en interaction avec un objet» (Holbrook, 1999) " pour être satisfait et fidèle, pour avoir envie de construire une relation durable avec l organisation, il est nécessaire que le client y trouve une valeur globale positive, c est-à-dire des bénéfices supérieurs aux sacrifices qu il consent (Aurier et al., 2004) " Synthèse de différentes typologies par Aurier et al. (2004)

39 Extrinsèque Intrinsèque Orientation vers soi Active Efficience (apprendre une langue étrangère afin de travailler à l étranger, utiliser Internet pour trouver rapidement une information, etc.) Jeu (jouer à un jeu vidéo, lire un roman noir, etc.) Réactive Excellence Esthétique (être satisfait de l appel de son banquier qui propose un bon placement, avoir fait une affaire en trouvant une tondeuse en promotion, etc.) (être attiré par une vitrine, écouter de la musique en travaillant, etc.) Orientation vers autrui Active Statut (préparer un repas pour recevoir ses amis, utiliser une voiture dont la marque est conforme à son statut, etc.) Ethique (recycler les déchets pour sauver la planète, faire un don, etc.) Réactive Estime Spiritualité (s habiller avec les mêmes marques de vêtements que ses amis afin d être mieux accepté, répondre à une invitation à dîner de sa bellemère afin de satisfaire aux obligations familiales, etc.) (rituel du repas dominical, prier, etc.)

40 LA TYPOLOGIE DE LA VALEUR- CONSOMMATEUR DE HOLBROOK (1999) Valeurs orientées vers soi Active (suppose une action mentale ou physique) Réactive (pas de réaction mentale ou physique) Extrinsèque (l objet est un moyen pour atteindre un but) Efficience Praticité, input/output Justesse, convivialité (apprendre une langue pour communiquer, utiliser facilement internet pour gagner du temps) Excellence Qualité, efficacité, Potentialité (une bonne affaire reçue à domicile, satisfait d un appel du banquier) Intrinsèque (objet apprécié pour lui-même) Jeu Divertissement, fantaisie, hasard, transgression (jouer à un jeu vidéo, lire un roman) Esthétique Beauté, sensualité (écouter de la musique, enchanter par l endroit)

41 LA TYPOLOGIE DE LA VALEUR- CONSOMMATEUR DE HOLBROOK (1999) Valeurs orientées vers soi Active (suppose une action mentale ou physique) Réactive (pas de réaction mentale ou physique) Extrinsèque (l objet est un moyen pour atteindre un but) Efficience Praticité, input/output Justesse, convivialité (apprendre une langue pour communiquer, utiliser Valeur facilement internet instrumentale pour gagner du (utilitaire, temps) de communication) Excellence Qualité, efficacité, Potentialité (une bonne affaire reçue à domicile, satisfait d un appel du banquier) Intrinsèque (objet apprécié pour lui-même) Jeu Divertissement, fantaisie, hasard, transgression (jouer à un jeu vidéo, lire un Valeur roman) hédonique (plaisir, stimulation, esthétique) Esthétique Beauté, sensualité (écouter de la musique, enchanter par l endroit)

42 La typologie de la valeurconsommateur de Holbrook (1999) Valeurs orientées vers les autees Active (suppose une action mentale ou physique) Réactive Extrinsèque (pour atteindre un but) Statut social (gestion des impressions) (acheter une marque pour répondre à un statut) Estime de soi (gestion des impressions, de son image, contrainte) (acheter une marque ou un produit pour être accepté) Intrinsèque (objet apprécié pour lui-même) Ethique (justice) (faire un don) Spiritualité (sacré, magique) (repas dominical, prière, produits religieux)

43 La typologie de la valeurconsommateur de Holbrook (1999) Valeurs orientées vers les autees Active (suppose une action mentale ou physique) Réactive Extrinsèque (pour atteindre un but) Statut social (gestion des impressions) (acheter une marque pour Valeur répondre de à un communication statut) (expression de soi, Estime lien social) de soi (gestion des impressions, de son image, contrainte) (acheter une marque ou un produit pour être accepté) Intrinsèque (objet apprécié pour lui-même) Ethique (justice) (faire un don) Valeur spirituelle (pratique sociale, Spiritualité religieuse, (sacré, magique) souci (repas des dominical, générations prière, produits futures) religieux)

44 LES COMPOSANTES DE LA VALEUR (AURIER ET AL. 2004) Extrinsèque Intrinsèque Orientée vers soi Orientée vers les autres Valeur instrumentale (utilitaire, de connaissance) Communication (expression de soi, lien social) Valeur hédonique (plaisir, stimulation expérientielle, esthétique) Valeur spirituelle, pratique sociale

45 NECESSITE DE MESURER L EVALUATION DE L EXPERIENCE DE CONSOMMATION PAR LE CLIENT La satisfaction La valeur de consommation Un concept ancien (1964) Plutôt vision transactionnelle Une relation avec la fidélité qui est remise en cause Mais une facilité à être opérationnalisée Un concept plus récent (1994, 1996) et plus complexe Une vision relationnelle et expérientielle de la consommation Une approche multidimensionnelle qui tient compte de la nature sociale de la consommation mais qui n a pas encore de mesure éprouvée.

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION En point de vente spécialisé, le titulaire de ce CAP accueille et informe le client. Il présente les caractéristiques techniques

Plus en détail

OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H)

OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H) OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H) Sur REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(e)s. Objectifs : 1. Vendre Quoi?, A qui?, Où? Incidence sur l aménagement du point de

Plus en détail

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR AVANT-PROPOS Introduction au e-marketing Section 1 La maturité du commerce en ligne Section 2 Le phénomène web2.0 Section 3 Le plan de l ouvrage PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Toujours plus près des clients

Toujours plus près des clients Toujours plus près des clients Conférence présentée à la journée d information sur les cultures ornementales en serre au Sheraton Laval. (10 décembre 2008) par Jean-Claude Dufour, Ph.D Pourquoi? On pense

Plus en détail

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL

La fidélité des clients dans le milieu bancaire. par Carine DUMINIL La fidélité des clients dans le milieu bancaire par Carine DUMINIL Résumé... La banque a longtemps été un organisme financier qui se contentait de créer des produits de plus en plus performants ; elle

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices?

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? L attractivité pour un commerce multiservices : Comment la déterminer? Quel sens lui donner? Quel sens donnez-vous au mot ATTRACTIVITE, dans

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

La vente ophtalmique

La vente ophtalmique Marketing : la vente ophtalmique 1 La vente ophtalmique La vente représente la finalité pour commerçant. Pour la réussir il faut la préparer. I. LES CONAISSANCE PRÉALABLES A. Connaitre les produits La

Plus en détail

CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION. Alain Bouveret 15.05.2014

CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION. Alain Bouveret 15.05.2014 CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION Alain Bouveret 15.05.2014 LE MENU Intro 3 Le multicanal 5 Les vertus de l insatisfaction & le bad buzz 8 Points de réflexion 14 Exemple : Mon avis 20 Compléments et

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL I. Introduction Plan L objet du marketing Les étapes de la démarche commerciale Les déclencheurs d achat II. La notion de produit Les caractéristiques du produit

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES. Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR

STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES. Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR STRATÉGIE CLIENT : PROCESSUS D AFFAIRES Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA KPMG-SECOR Alain Dumas, MBA, ASC, CPA, CA Associé ALAIN DUMAS Associé KPMG-SECOR 555, boul. René-Lévesque Ouest, 9 e étage Montréal,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

L arbre de décision d achat des Français

L arbre de décision d achat des Français L arbre de décision d achat des Français Avril 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

RECHERCHE. Comprendre et mesurer la valeur du point de vue du consommateur. Philippe Aurier CREGO - IAE, Université Montpellier 2

RECHERCHE. Comprendre et mesurer la valeur du point de vue du consommateur. Philippe Aurier CREGO - IAE, Université Montpellier 2 Recherche et Applications en Marketing, vol. 19, n 3/2004 RECHERCHE Comprendre et mesurer la valeur du point de vue du consommateur Philippe Aurier CREGO - IAE, Université Montpellier 2 Yves Evrard Groupe

Plus en détail

Le Guide de l Auto-répondeur

Le Guide de l Auto-répondeur Le Guide de l Auto-répondeur Tout savoir sur cet outil puissant Ce livret PDF a été réalisé par SG auto-répondeur. Ce rapport vous est offert par : Merci d avoir téléchargé ce livret PDF! Vous pouvez :

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

Douze règles pour fidéliser la clientèle.

Douze règles pour fidéliser la clientèle. Douze règles pour fidéliser la clientèle. Il n'y a pas de plus puissante arme marketing que le bouche à oreille (BAO). Pour que vos clients deviennent vos apôtres évangélistes, il faut commencer par les

Plus en détail

Table des matières. Partie I La marque en idée... 7. Remerciements... XVII Avant-propos... XIX Introduction... 1

Table des matières. Partie I La marque en idée... 7. Remerciements... XVII Avant-propos... XIX Introduction... 1 Table des matières Remerciements....................................................................... XVII Avant-propos.......................................................................... XIX Introduction...........................................................................

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

Gestion des réclamations et relation de service : proposition d un modèle intégrant le rôle de la responsabilité perçue de l entreprise prestataire.

Gestion des réclamations et relation de service : proposition d un modèle intégrant le rôle de la responsabilité perçue de l entreprise prestataire. Gestion des réclamations et relation de service : proposition d un modèle intégrant le rôle de la responsabilité perçue de l entreprise prestataire. Sabadie W., maître de conférences à l IAE Université

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

Le parcours d achat des Français

Le parcours d achat des Français Le parcours d achat des Français Juin 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Expérience client. Résumé : Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux

Expérience client. Résumé : Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux Expérience client Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux Comme le confirme l'utilisation grandissante du terme «omni-canal», les distributeurs ne peuvent plus se contenter

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

1. DÉFINITION DU MARKETING

1. DÉFINITION DU MARKETING 1. DÉFINITION DU MARKETING 1.1 DÉFINITIONS 1.2 PRÉDOMINANCE DU CLIENT 1.3 ÉLARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION 1.4 SATISFACTION DU CLIENT ET CRM 1 1.1 DÉFINITIONS 1. Marketing 2. Acteurs du marketing 3.

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

UV207 - Promotion des Ventes

UV207 - Promotion des Ventes UV207 UV207 - Promotion des Ventes 1. Introduction Master MARKETING & STRATEGIE (M1) 1 Plan de la séance 1. Présentation du cours 2. La promotion des ventes 3. La place de la promotion dans le budget marketing

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Le catalyseur de vos performances

Le catalyseur de vos performances MCRM Consulting, 43 Rue Tensift Agdal Rabat Maroc Tel: 212 (0) 5 37 77 77 41 Fax: 212 (0) 5 37 77 77 42 Email: Contact@mcrmconsulting.com Site: www.mcrmconsulting.com P e r f o r m a n c e c o m m e r

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Du Web to Store au Digital in Store

Du Web to Store au Digital in Store Livre blanc Du Web to Store au Digital in Store Quand votre audience online se transforme en acheteurs offline www.kontestapp.com Introduction Le commerce digital et le commerce traditionnel évoluent de

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence S422-3 L ETUDE DE LA CONCURRENCE LOCALE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la concurrence Identifier les caractéristiques de la concurrence locale. Caractériser les

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

Elle permet de connaître le nombre de messages qui ont été ouverts ;

Elle permet de connaître le nombre de messages qui ont été ouverts ; Chap 16 : L élaboration des plans de prospection et de fidélisation I. Le plan de prospection A. Les outils de prospection 1. Le fichier client Le fichier clients est la base de toute prospection réussie.

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Hélène Douville Accélératrice de succès

Hélène Douville Accélératrice de succès Hélène Douville Accélératrice de succès Fondatrice & Présidente de Groupe conseil DCA 1997 Formation Coaching Conférence 1. Vente et développement d affaires 2. SAC-Expérience client 3. Gestion d équipe

Plus en détail

L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle

L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle présenté par Louise Bourget, CRHA et Sylvie Bédard, MBA Notre parcours Des clients et

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique

Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique 13 mai 2014 Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique Par Sophie Racquez (The Idea Monopoly) Utilisez le Business Model Canvas

Plus en détail

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS LA PROSPECTION TELEPHONIQUE S approprier les nouvelles s et outils pour rendre sa prospection téléphonique plus efficace Renforcer sa compétence de prise de rendez-vous par téléphone Etre capable de maintenir

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Générer du chiffre d affaires

Générer du chiffre d affaires Générer du chiffre d affaires L entreprise est un système d interactions entre trois secteurs : gestion Production Commercialisation Générer du chiffre d affaires Un système qui doit interagir avec son

Plus en détail

Vue d'ensemble de la formation

Vue d'ensemble de la formation Vue d'ensemble de la formation Thème 1 : Les notions de marketing Le marketing d études, stratégique et opérationnel Thème 2 : La communication vente L Accueil, la découverte des besoins, l argumentation

Plus en détail

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE?

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? GROUPE N 4 Péryne DESMULIER Maxime DEVIN Clément DUBOIS Julien DUTHEIL Mandy LOOSVELDT I II III INTRODUCTION

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes

Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes Satisfaire les Clients au-delà de leurs attentes Your Life. Our Enthusiasm 01 La bonne offre au bon client. La gestion de la relation client ou CRM (Customer Relationship Management) signifie interagir

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

LA SOLUTION POUR DYNAMISER LE COMMERCE DE PROXIMITÉ. Visite virtuelle E-commerce. MyCities 3.0. Application smartphone

LA SOLUTION POUR DYNAMISER LE COMMERCE DE PROXIMITÉ. Visite virtuelle E-commerce. MyCities 3.0. Application smartphone WWW.MYCITIES.FR B COME BUSINESS SOLUTIONS L AGENCE 3.0 MY CITIES 3.0 LA SOLUTION POUR DYNAMISER LE COMMERCE DE PROXIMITÉ Visite virtuelle E-commerce Retrait, drive livraison Carte client Monnaie locale

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales page 1 SOMMAIRE ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles 5 Référentiel de certification 17 Tableau de passage des fonctions

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE

SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE Annexe 3 Bulletin officiel n 12 du 22 mars 2012 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE Introduction La mercatique est «l ensemble des techniques et des actions grâce auxquelles

Plus en détail

LA SATISFACTION DU CLIENT DANS LA RESTAURATION TRADITIONNELLE DE LUXE : UNE PERSPECTIVE CONSOMMATEUR

LA SATISFACTION DU CLIENT DANS LA RESTAURATION TRADITIONNELLE DE LUXE : UNE PERSPECTIVE CONSOMMATEUR LA SATISFACTION DU CLIENT DANS LA RESTAURATION TRADITIONNELLE DE LUXE : UNE PERSPECTIVE CONSOMMATEUR Moutte Julie Doctorante, allocataire de recherche au GREFI (faculté d Economie Appliquée) et au CEROG

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, Recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, Recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel Technicien Conseil Vente de produits de jardin Module : MP5 Techniques de

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Les grands principes d un programme de fidélisation

Les grands principes d un programme de fidélisation Chapitre 16 Les différents types de programmes de fidélisation Partie 4 483 l essai d une offre concurrente. Un programme de fidélisation peut aussi se révéler particulièrement utile pour effacer une mauvaise

Plus en détail

Comment satisfaire la génération Y? Application à une enseigne de distribution sportive

Comment satisfaire la génération Y? Application à une enseigne de distribution sportive Comment satisfaire la génération Y? Application à une enseigne de distribution sportive Florian Jolivet To cite this version: Florian Jolivet. Comment satisfaire la génération Y? Application à une enseigne

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est?

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est? Wallonie Design confie une thématique pour la réalisation d un «focus» mensuel, à des spécialistes en design. Chaque article est réalisé par une agence, un designer ou un enseignant dans le domaine du

Plus en détail

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire Animé par : Oliver THONNEL SE POSITIONNER SUR SON MARCHÉ Le CLIENT - la CIBLE Comprendre Des BESOINS Des ATTENTES Répondent-ils au

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

L AUTOMATISATION DU MARKETING SUSCITE L URGENCE DE LA CONVERSION

L AUTOMATISATION DU MARKETING SUSCITE L URGENCE DE LA CONVERSION L AUTOMATISATION DU MARKETING SUSCITE L URGENCE DE LA CONVERSION SECRETSALES propose des ventes flash de produits issus de centaines de grandes marques. ENTREPRISE SECRETSALES SITE WEB www.secretsales.com

Plus en détail