2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009"

Transcription

1 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions libérales sont approchées de façon négative, soit elles sont définies par ce qu elles ne sont pas, soit par référence à des professions qui ne sont pas considérées comme des professions libérales (PL). Cette difficulté à définir positivement les professions libérales est liée à deux éléments en sociologie : (i) d une part à la difficulté que rencontre la sociologie pour donner une définition des professions 2. (ii) D autre part, parce que toute profession est en continuelle redéfinition, en perpétuelle devenir suite aux pressions de facteurs exogènes (pressions d autres groupes professionnels ou d instances législatives tels que l Europe ou l O.MC.) ou de facteurs endogènes entre sous-segments (avec l opposition quasi généralisée entre généralistes et les spécialistes et même entre spécialistes lors de l apparition de nouvelles spécialités). Nous allons donc approcher les PL d une manière positive mais pour ce faire, il nous faut expliquer en quoi les PL sont bien un groupe professionnel (GP) à savoir un ensemble. Les professions libérales constituent un groupe professionnel à part entière, ce groupe est constitué de différents segments : d une part, les avocats, médecins, architectes, d autre part les notaires, huissiers, pharmaciens, les premiers œuvrant dans un marché de type «ouvert» et les seconds dans un marché de type «fermé». Au sein de chaque segment (par exemple la profession d avocat), il y a des soussegments qui représentent l ensemble des diversités de la profession (de l avocat généraliste à l avocat spécialisé en droit des brevets dans une association internationale). Ces sous-segments explicitant les variations socio-économiques au sein d un soussegment ainsi que les stratégies professionnelles individuelles et ce en allant à titre d exemple du désir de réussite d amélioration de sa position jusqu au maintien de sa position. 1 Nous renvoyons vers deux ouvrages de synthèse CHAMPY Fl., La sociologie des professions, P.U.F., 2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., <Pour se convaincre des difficultés que rencontre la sociologie pour trouver une définition des professions, il suffit de s intéresser aux différents courants qui ont traversé et qui traversent encore la sociologie : les fonctionnalistes, les interactionnistes, les néo-marxistes et enfin les néo-wébériens>

2 Professions Libérales = Groupe professionnel Marché fermé Marché ouvert Segments de Professions Libérales - Sous Segments Professions Libérales + Ecart de valeur et de réputation (explication des variations socio-économiques) Notaires, huissiers, pharmaciens... Avocats, architectes, médecins... Par exemple la profession d avocat De l avocat qui travaille seul à l avocat spécialisé en droit des brevets qui travaille dans un cabinet international Nous pouvons donc maintenant tenter une approche positive des PL en tant que groupe professionnel (G.P.) au travers des attributs du statut des PL. Pour ce faire, nous avons recensé les divers attributs qui revenaient systématiquement au travers des plus importants ouvrages de synthèse de la sociologie des professions. Tout en attirant l attention que les PL sont le fruit d un héritage historico-culturel très lourd de symbole et ce plus qu aucun autre groupe professionnel. Cette approche se situera à un niveau macro-professionnel dans le cadre du présent article mais des approches plus micro-professionnelles sur les segments et sous-segments de professions libérales, rendant compte de la diversité que l on rencontre dans la pratique, existent en nombre dans la littérature sociologique. Les 5 attributs (indépendance, attitudes, savoir & savoir faire, unicité et rémunération) du statut du groupe professionnel des PL, conjuguent à la fois des missions sociales d intérêts générales, avec des pratiques où œuvrent des intérêts purement particuliers. Il est intéressant de souligner qu à de rares exceptions que ce sont toujours les mêmes professions qui sont protégées à travers le monde (par exemple la médecine)

3 Unicité Indépendance 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Rémunération Savoir et savoir faire Attitudes L indépendance : L autonomie de l organisation à savoir l auto-organisation de la profession avec la création de normes internes, cet élément constitue un critère clé de la légitimité. Le rôle délibératif, l activité des PL ne consiste pas simplement à appliquer «mécaniquement» des savoirs scientifiques, il y a des problèmes singuliers et complexes qui doivent être traités aux moyens d une dimension délibérative, le traitement qui sera bon pour tel malade peut ne pas être adapté pour un autre malade. Il y a donc une délibération permanente sur les valeurs et objectifs poursuivis où la neutralité et la sagesse prudentielle sont nécessaires. L existence d associations professionnelles et d ordres comme formes d organisation institutionnalisée qui définissent et contrôlent les règles de la conduite (déontologique) professionnelle. Licence et mandat, c'est-à-dire la reconnaissance de la compétence professionnelle et de l autonomie qui est laissée aux membres de la profession pour l exercer. Les compétences juridiques qui permettent par un autocontrôle de garder cette autonomie en régulant l activité. L existence d un cadre éthique qui gouverne la pratique de la profession. Les attitudes Le prestige, les professions libérales sont généralement associées à des professions qui ont de l importance et de l attrait. Le désintéressement, il s agit d une forme de désintéressement historique qui se traduit encore par l existence de certaines formes d exercice de l activité au

4 travers de sociétés civiles (par opposition à des sociétés commerciales), mais le désintéressement c est aussi le dépassement de l intérêt personnel au nom de l avancement des sciences, du progrès L orientation vers le collectif, cette orientation est la limite à l intérêt purement individuel, le client se retrouve dans une relation où il est obligé de faire confiance au titulaire de professions libérales et donc la satisfaction est un élément central dans la relation. Il s agit de l idéal de service des PL. La neutralité et sagesse, ces éléments sont essentiels dans l exercice du jugement délibératif. L existence d une éthique gouvernant la pratique et l exercice professionnels. L égalité qui se traduit par la qualité de confrère à savoir une communauté de pairs. => L ensemble des attitudes soulignent l utilité collective des PL. Le savoir et savoir faire Le savoir «scientifique» spécifique, le mot scientifique s entend aussi bien pour les sciences médicales que pour les sciences du droit, il s agit donc d un savoir propre. La compétence pratique spécialisée qui a une utilité. La formation théorique spécialisée de haut niveau avec une reconnaissance du titre qui est certifié par un système institutionnalisé de délivrance de diplôme. L expertise professionnelle, le champ de l expertise professionnelle limite le territoire de l autonomie, cette expertise doit se traduire au travers de l efficacité. La qualité de professionnel (professionnalisme), il s agit de l attribut qui est le plus contingent à son environnement on y trouvera les influences de la rationalisation managériale, de la concurrence (marchandisation) mais aussi l idéal de service. La reconnaissance de l expertise par l ensemble de la société.

5 L unicité Le monopole d exercice, il s agit du monopole d exercice sur une discipline bien définie et ce faisant instituant des mécanismes de clôture de ce champ professionnel. L identité collective du groupe étant présentée comme unitaire par les porteparoles, il s agit du consensus déontologique à savoir un consensus apparent visà-vis de l externe. La formation comme moyen de transmettre les savoirs et savoir-faire mais aussi les attitudes professionnelles et donc une certaine culture professionnelle. La rémunération Les revenus, le monopole d exercice protège les titulaires de professions libérales de la concurrence extérieure même s il reste une incertitude économique souvent liée à une démographie professionnelle. Les honoraires, le prix à payer pour le service est déterminé sous forme d honoraires. Protection concurrence extérieure (interprofessionnelle), le monopole d exercice offre cette protection. Protection concurrence interne (intraprofessionnelle) essentiellement dans les marchés fermés (notaires, huissiers ) mais aussi plus généralement par la spécialisation avec sa hiérarchisation implicite (généraliste et spécialistes) L évolution du groupe des PL se traduit par une forte professionnalisation au sens de spécialisation et de la rationalisation managériale. Il faut signaler une évolution dans les PL, c est l entrée de titulaires de PL dans des grandes organisations collectives (hôpitaux, cabinets et cliniques de médecins ; sociétés multinationales d avocats, de comptables et d auditeurs ). Cette orientation vers le collectif et le désintéressement (s ils sont réellement vécus) doivent avoir pour corollaire une prise en compte de ces spécificités dans les règles de la concurrence, en effet les services «offerts» par les PL sont des biens de confiance (les relations entre le médecin et son patient sont basées sur la confiance, l asymétrie d information faisant que le patient doit croire son médecin). Philippe DAMBLY Product Manager LAR

Professions libérales et place de l ingénierie topographique

Professions libérales et place de l ingénierie topographique Professions libérales et place de l ingénierie topographique Contenu Introduction Situation et évolutions des professions libérales Quelle perspective pour la profession d ingénierie topographique? Conclusions

Plus en détail

Reçu le 25/03/08, 08-PI304, ABDELMALEK, Soins Cadres de santé, 11955 s

Reçu le 25/03/08, 08-PI304, ABDELMALEK, Soins Cadres de santé, 11955 s Reçu le 25/03/08, 08-PI304, ABDELMALEK, Soins Cadres de santé, 11955 s Page 1 sur 6 La «profession» : de la notion au concept sociologique! Ali AÏT ABDELMALEK, Professeur des universités en sociologie

Plus en détail

AVOCAT. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AVOCAT. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AVOCAT SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AVOCAT... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AVOCAT... 4 L'ACTIVITÉ DE L'AVOCAT... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AVOCAT... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE MARCHÉ DE L'AVOCAT

Plus en détail

AVOCAT SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/11/2015 1

AVOCAT SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/11/2015 1 AVOCAT SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AVOCAT... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AVOCAT... 4 L'ACTIVITÉ DE L'AVOCAT... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AVOCAT... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ DE L'AVOCAT

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant juridique

Licence professionnelle Assistant juridique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant juridique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1

1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1 Exercice clos le 31 août 2014 1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1 3. GESTION DES RISQUES DU CABINET 5 4. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 6 5. ACTIVITE D AUDIT LEGAL 7 Exercice clos

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

Appel à candidatures Titre de Secrétaire technique

Appel à candidatures Titre de Secrétaire technique Appel à candidatures Titre de Secrétaire technique L UNAPL lance un appel à candidatures en vue de sélectionner de nouveaux organismes partenaires qui seront habilités à dispenser la formation menant à

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Métiers Principales activités Formation et niveau requis CABINET DENTAIRE. Aide dentaire

Métiers Principales activités Formation et niveau requis CABINET DENTAIRE. Aide dentaire Récap métiers Métiers Principales activités Formation et niveau requis CABINET DENTAIRE Aide dentaire Assistant(e) dentaire Secrétaire de cabinet dentaire accueillir les patients et gérer les rendez-vous

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Une gestion efficace en mode réseau

Une gestion efficace en mode réseau Le Centre d éd études en transformation des organisations Une gestion efficace en mode réseau Alain RONDEAU, Ph.D. Professeur titulaire et directeur Centre d études en transformation des organisations

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA PROFESSION DÉTECTIVE-AGENT DE RECHERCHES PRIVÉES

REFERENTIEL DE LA PROFESSION DÉTECTIVE-AGENT DE RECHERCHES PRIVÉES REFERENTIEL DE LA PROFESSION DÉTECTIVE-AGENT DE RECHERCHES PRIVÉES Référentiel Détective-Agent de Recherches Privées 1 Préambule Les possibilités de carrière dans la profession sont d autant plus vastes

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 INTRODUCTION Le présent rapport de transparence

Plus en détail

Note de synthèse: Projet de loi de santé. FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX. FSDL- projet de loi santé- 10-03- 2015

Note de synthèse: Projet de loi de santé. FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX. FSDL- projet de loi santé- 10-03- 2015 FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX Note de synthèse: Projet de loi de santé. ETAT DES LIEUX Les chirurgiens- dentistes constituent une profession médicale à part entière, auto prescriptrice. Au

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE

MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 4 L'ACTIVITÉ DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU MÉDECIN SPÉCIALISTE...

Plus en détail

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Motion adoptée lors du Bureau national du 26/11/2014 L UNSA, organisation syndicale interprofessionnelle, est un acteur important du

Plus en détail

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 21 septembre 2012 Evaluation et financement : le point de vue du banquier Salon de la Transmission ROUEN, le 21.9.2012 2 Evaluation et financement 1. Valeur financière

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Maison de santé. Définition. Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé. Intérêt

Maison de santé. Définition. Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé. Intérêt Maison de santé Définition Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé Intérêt Gestion des Polypathologies, chroniques, complexité Accessibilité, qualité Attractivité

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur 1 Les métiers et les qualifications 1 Le métier Doc. 1 La notion de métier Un métier est une activité, mettant en œuvre des compétences et des savoir-faire, généralement exercée dans un but lucratif. L

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Introduction. L ingénierie sociale. Alain Penven. Expertise collective et transformation sociale

Introduction. L ingénierie sociale. Alain Penven. Expertise collective et transformation sociale Alain Penven L ingénierie sociale Expertise collective et transformation sociale Introduction Face à l acuité et à la complexité croissante des problèmes sociaux et en raison du scepticisme ambiant à l

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

spécialités infirmières en France»

spécialités infirmières en France» «les nouveaux défis de santé : nécessité de l évolution des spécialités infirmières en France» Florence Ambrosino - Infirmière de pratique avancée en coordination de parcours complexe de soins Séminaire

Plus en détail

MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES

MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : Droit des affaires

Plus en détail

EPREUVE D ENTRETIEN AVEC LE JURY en vue de l obtention du diplôme d Expertise Comptable

EPREUVE D ENTRETIEN AVEC LE JURY en vue de l obtention du diplôme d Expertise Comptable EPREUVE D ENTRETIEN AVEC LE JURY en vue de l obtention du diplôme d Expertise Comptable Notice de présentation des travaux réalisés au cours de la vie professionnelle > Session de Novembre 2009 Parcours

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE 1. Présentation dtt cabinet 1 b) Description de ta gouvernance 2 2. Gestion des risques b) Procédures de qttatité 2 e) Lutte contre te blanchiment 3 d) Formation professionnelle

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons»

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons» RÈGLEMENT INTÉRIEUR SYNDICAT LOCAL «Horizons» Le présent Règlement Intérieur est divisé en cinq chapitres : Chapitre 1 : les adhérents, membres actifs ou renforts Chapitre 2 : le Bureau Directeur Chapitre

Plus en détail

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive PREAMBULE Le réseau Diabète ville/hôpital du Cher a pour finalité d assurer une meilleure prise en charge des patients diabétiques. Pour ce

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

Spécificités des études de droit

Spécificités des études de droit Spécificités des études de droit Approche basée sur l analyse critique et la réflexion. Acquisition d une réflexion spécifique aux études de droit. Un bon juriste ne connait pas les règles par cœur! Il

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 1 DOCUMENT DE DISCUSSION Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 75 mesures pour faire rentrer la profession au 21 ème siècle (Sfax, le 30 janvier 2012) 1. Stratégie globale

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014 URPS Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales Caen, le 15 mai 2014 Animé par Jean-Yves DUPUY Expert comptable Associé SOMMAIRE 1. Quels sont les différents modes de collaboration

Plus en détail

Professionnalisation et évaluations

Professionnalisation et évaluations Professionnalisation et évaluations Wolfgang Böttcher Emmanuel Sangra Un métier complexe We don t just offer data, although data are part of evaluation. We don t just offer reports, although reports are

Plus en détail

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état.

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état. Infirmier Votre rôle consistera à coordonner la prise en charge du patient à domicile en collaboration avec des médecins spécialistes hospitaliers et libéraux (pneumologues, neurologues, diabétologues,

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA FIRPS

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA FIRPS CODE DE DEONTOLOGIE DE LA FIRPS Code de déontologie approuvé par le Conseil d Administration du 13 avril 2011. Le présent document constitue le Code de déontologie de la Fédération des Intervenants en

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Avis de publication des annexes prévues à l arrêté du 23 novembre 2006 pris en application de l article 8 de l arrêté du 4 mars

Plus en détail

L expert infirmier. Martin Jean-François

L expert infirmier. Martin Jean-François L expert infirmier Qu est-ce que c est l expert infirmier? Un expert est un professionnel d expérience, qui peut apporter à une personne tierce, des connaissances et un éclairage sur une situation que

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

Dr Jean-Bernard Trudeau - Canada Président. 15e CIMAM AMLFC - Argentine Buenos Aires - 16 et 17 mars 2009

Dr Jean-Bernard Trudeau - Canada Président. 15e CIMAM AMLFC - Argentine Buenos Aires - 16 et 17 mars 2009 Dr Jean-Bernard Trudeau - Canada Président 15e CIMAM AMLFC - Argentine Buenos Aires - 16 et 17 mars 2009 Divulgation de conflits d intérêts Je déclare par la présente, à titre de conférencier, dans le

Plus en détail

Masseur Kinésithérapeute

Masseur Kinésithérapeute CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai Masseur Kinésithérapeute Le Métier de Masseur Kinésithérapeute Le masseur-kinésithérapeute est un professionnel de santé

Plus en détail

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1 VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU VÉTÉRINAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU VÉTÉRINAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU VÉTÉRINAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU VÉTÉRINAIRE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 10 1

Plus en détail

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Cours du 15/06/2012 Guadeloupe Martinique Guyane Sommaire I. Préalable II. Les principes Généraux III. IV. Vous êtes étudiant Vous êtes remplaçant V.

Plus en détail

Devenir cadre avec le CAFERUIS : la construction d une posture professionnelle

Devenir cadre avec le CAFERUIS : la construction d une posture professionnelle Devenir cadre avec le CAFERUIS : la construction d une posture professionnelle Introduction En matière d intervention sociale, le contexte français est marqué depuis une dizaine d années par un fort mouvement

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

Dr Jean Bernard Trudeau. Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle

Dr Jean Bernard Trudeau. Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Dr Jean Bernard Trudeau Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Panel 3: Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Jean-Bernard Trudeau,

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT Plateforme Syndicale du SNJMG pour 2015 Le Bureau souhaitant bénéficier d un mandat clair afin de promouvoir tout au long de l année les valeurs, les idées et les prises de position du syndicat, il a demandé

Plus en détail

Accréditation des cursus universitaires

Accréditation des cursus universitaires Accréditation des cursus universitaires Accréditation des cursus universitaires : Principes Neutralité par rapport aux cadres théoriques de référence La question est de savoir si les principales spécialités

Plus en détail

PRESSES UNIVERSITAIRES DE CAEN

PRESSES UNIVERSITAIRES DE CAEN Jean-Marie BRETON Édouard PIÉGAY l expertise judiciaire en informatique de gestion PRESSES UNIVERSITAIRES DE CAEN TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... 7 PLAN DE L OUVRAGE... 9 INTRODUCTION... 11 CHAPITRE 1: Qui

Plus en détail

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires)

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires) Chiffres 29 a s s u r a n c e s Evolution membres-assurés (sociétaires) 3 25 2 15 1 5 24 25 26 27 28 29 11.873 13.39 14.3 15.712 19.727 21.486 24.47 3.754 Depuis, le nombre de sociétaires a augmenté de

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE INTRODUCTION Le présent rapport de transparence est rédigé et publié en application de l article R 823-21 du Code de Commerce aux termes duquel «les commissaires aux comptes désignés

Plus en détail

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise L efficacité de la gestion est attendue en termes de performance de l entreprise. Cette performance peut être évaluée en termes de résultat spécifique, qui peut être le profit, ou en termes de résultat

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Roland & Douglas Brevets et Marques

Roland & Douglas Brevets et Marques Conseils en propriété industrielle et intellectuelle ESPAGNE Roland & Douglas Brevets et Marques Protection et stratégie, les piliers de la défense des intérêts de nos clients. Roland & Douglas Brevets

Plus en détail

Rapport de Transparence

Rapport de Transparence Exercice 2013 Publié sur le site http://www.ksca.fr/ en application des dispositions de l article R.823-21 du Code du Commerce Préambule Conformément aux dispositions de la directive européenne relative

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE SAS PTBG & ASSOCIES. Exercice clos le 31 août 2014

RAPPORT DE TRANSPARENCE SAS PTBG & ASSOCIES. Exercice clos le 31 août 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE SAS PTBG & ASSOCIES Exercice clos le 31 août 2014 SOMMAIRE 1. Le Cabinet PTBG & Associés 1.1 Présentation générale du cabinet 1.2 Gouvernance et organisation du cabinet Activités

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION L entreprise ne peut vivre isolément et sont activité est essentiellement subordonnée au maintien et au développement des relations avec ses partenaires. Elle est

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

Créer le statut d avocat en entreprise

Créer le statut d avocat en entreprise d années, s est d abord orientée vers l interprofessionnalité, mais ce projet s est heurté à une vive opposition des avocats. Les différentes auditions auxquelles a procédé la commission ont auprès des

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

PROGRAMME PEDAGOGIQUE DE LA FORMATION GERER LES RISQUES DU PERMIS DE CONDUIRE AU SEIN DE L ENTREPRISE

PROGRAMME PEDAGOGIQUE DE LA FORMATION GERER LES RISQUES DU PERMIS DE CONDUIRE AU SEIN DE L ENTREPRISE 15, rue du Puits Mauger 35000 RENNES Tél : 02 99 78 30 80 Fax : 02 22 44 18 30 contact@pellen-avocat-rennes.fr 18, place de la gare 35 000 RENNES Tél : 02 99 69 39 78 Fax : 02.22.44.90.45 contact@larabakhosavocat-rennes.com

Plus en détail

Revenu garanti. Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1

Revenu garanti. Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1 Revenu garanti Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1 Solutions AG Insurance Quelle solution? un revenu garanti, donc une sécurité financière pendant une

Plus en détail

Fiche n 1 Modalités de l exercice conventionnel

Fiche n 1 Modalités de l exercice conventionnel Fiche n 1 Modalités de l exercice conventionnel Champ d application de la convention : Par analogie aux autres modèles de convention nationale, la convention s applique : d une part, aux CPAM et CGSS,

Plus en détail

Code de Déontologie et charte de qualité. Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien»

Code de Déontologie et charte de qualité. Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien» 2013 Code de Déontologie et charte de qualité Code de déontologie du «conseiller canin» et de «l éducateur canin conseiller cynotechnicien» Le code de déontologie élaboré par Hervé Pupier a pour but de

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et qualité des établissements du secteur sanitaire et médico-social de l Université Paris Descartes Vague

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail