2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009"

Transcription

1 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions libérales sont approchées de façon négative, soit elles sont définies par ce qu elles ne sont pas, soit par référence à des professions qui ne sont pas considérées comme des professions libérales (PL). Cette difficulté à définir positivement les professions libérales est liée à deux éléments en sociologie : (i) d une part à la difficulté que rencontre la sociologie pour donner une définition des professions 2. (ii) D autre part, parce que toute profession est en continuelle redéfinition, en perpétuelle devenir suite aux pressions de facteurs exogènes (pressions d autres groupes professionnels ou d instances législatives tels que l Europe ou l O.MC.) ou de facteurs endogènes entre sous-segments (avec l opposition quasi généralisée entre généralistes et les spécialistes et même entre spécialistes lors de l apparition de nouvelles spécialités). Nous allons donc approcher les PL d une manière positive mais pour ce faire, il nous faut expliquer en quoi les PL sont bien un groupe professionnel (GP) à savoir un ensemble. Les professions libérales constituent un groupe professionnel à part entière, ce groupe est constitué de différents segments : d une part, les avocats, médecins, architectes, d autre part les notaires, huissiers, pharmaciens, les premiers œuvrant dans un marché de type «ouvert» et les seconds dans un marché de type «fermé». Au sein de chaque segment (par exemple la profession d avocat), il y a des soussegments qui représentent l ensemble des diversités de la profession (de l avocat généraliste à l avocat spécialisé en droit des brevets dans une association internationale). Ces sous-segments explicitant les variations socio-économiques au sein d un soussegment ainsi que les stratégies professionnelles individuelles et ce en allant à titre d exemple du désir de réussite d amélioration de sa position jusqu au maintien de sa position. 1 Nous renvoyons vers deux ouvrages de synthèse CHAMPY Fl., La sociologie des professions, P.U.F., 2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., <Pour se convaincre des difficultés que rencontre la sociologie pour trouver une définition des professions, il suffit de s intéresser aux différents courants qui ont traversé et qui traversent encore la sociologie : les fonctionnalistes, les interactionnistes, les néo-marxistes et enfin les néo-wébériens>

2 Professions Libérales = Groupe professionnel Marché fermé Marché ouvert Segments de Professions Libérales - Sous Segments Professions Libérales + Ecart de valeur et de réputation (explication des variations socio-économiques) Notaires, huissiers, pharmaciens... Avocats, architectes, médecins... Par exemple la profession d avocat De l avocat qui travaille seul à l avocat spécialisé en droit des brevets qui travaille dans un cabinet international Nous pouvons donc maintenant tenter une approche positive des PL en tant que groupe professionnel (G.P.) au travers des attributs du statut des PL. Pour ce faire, nous avons recensé les divers attributs qui revenaient systématiquement au travers des plus importants ouvrages de synthèse de la sociologie des professions. Tout en attirant l attention que les PL sont le fruit d un héritage historico-culturel très lourd de symbole et ce plus qu aucun autre groupe professionnel. Cette approche se situera à un niveau macro-professionnel dans le cadre du présent article mais des approches plus micro-professionnelles sur les segments et sous-segments de professions libérales, rendant compte de la diversité que l on rencontre dans la pratique, existent en nombre dans la littérature sociologique. Les 5 attributs (indépendance, attitudes, savoir & savoir faire, unicité et rémunération) du statut du groupe professionnel des PL, conjuguent à la fois des missions sociales d intérêts générales, avec des pratiques où œuvrent des intérêts purement particuliers. Il est intéressant de souligner qu à de rares exceptions que ce sont toujours les mêmes professions qui sont protégées à travers le monde (par exemple la médecine)

3 Unicité Indépendance 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Rémunération Savoir et savoir faire Attitudes L indépendance : L autonomie de l organisation à savoir l auto-organisation de la profession avec la création de normes internes, cet élément constitue un critère clé de la légitimité. Le rôle délibératif, l activité des PL ne consiste pas simplement à appliquer «mécaniquement» des savoirs scientifiques, il y a des problèmes singuliers et complexes qui doivent être traités aux moyens d une dimension délibérative, le traitement qui sera bon pour tel malade peut ne pas être adapté pour un autre malade. Il y a donc une délibération permanente sur les valeurs et objectifs poursuivis où la neutralité et la sagesse prudentielle sont nécessaires. L existence d associations professionnelles et d ordres comme formes d organisation institutionnalisée qui définissent et contrôlent les règles de la conduite (déontologique) professionnelle. Licence et mandat, c'est-à-dire la reconnaissance de la compétence professionnelle et de l autonomie qui est laissée aux membres de la profession pour l exercer. Les compétences juridiques qui permettent par un autocontrôle de garder cette autonomie en régulant l activité. L existence d un cadre éthique qui gouverne la pratique de la profession. Les attitudes Le prestige, les professions libérales sont généralement associées à des professions qui ont de l importance et de l attrait. Le désintéressement, il s agit d une forme de désintéressement historique qui se traduit encore par l existence de certaines formes d exercice de l activité au

4 travers de sociétés civiles (par opposition à des sociétés commerciales), mais le désintéressement c est aussi le dépassement de l intérêt personnel au nom de l avancement des sciences, du progrès L orientation vers le collectif, cette orientation est la limite à l intérêt purement individuel, le client se retrouve dans une relation où il est obligé de faire confiance au titulaire de professions libérales et donc la satisfaction est un élément central dans la relation. Il s agit de l idéal de service des PL. La neutralité et sagesse, ces éléments sont essentiels dans l exercice du jugement délibératif. L existence d une éthique gouvernant la pratique et l exercice professionnels. L égalité qui se traduit par la qualité de confrère à savoir une communauté de pairs. => L ensemble des attitudes soulignent l utilité collective des PL. Le savoir et savoir faire Le savoir «scientifique» spécifique, le mot scientifique s entend aussi bien pour les sciences médicales que pour les sciences du droit, il s agit donc d un savoir propre. La compétence pratique spécialisée qui a une utilité. La formation théorique spécialisée de haut niveau avec une reconnaissance du titre qui est certifié par un système institutionnalisé de délivrance de diplôme. L expertise professionnelle, le champ de l expertise professionnelle limite le territoire de l autonomie, cette expertise doit se traduire au travers de l efficacité. La qualité de professionnel (professionnalisme), il s agit de l attribut qui est le plus contingent à son environnement on y trouvera les influences de la rationalisation managériale, de la concurrence (marchandisation) mais aussi l idéal de service. La reconnaissance de l expertise par l ensemble de la société.

5 L unicité Le monopole d exercice, il s agit du monopole d exercice sur une discipline bien définie et ce faisant instituant des mécanismes de clôture de ce champ professionnel. L identité collective du groupe étant présentée comme unitaire par les porteparoles, il s agit du consensus déontologique à savoir un consensus apparent visà-vis de l externe. La formation comme moyen de transmettre les savoirs et savoir-faire mais aussi les attitudes professionnelles et donc une certaine culture professionnelle. La rémunération Les revenus, le monopole d exercice protège les titulaires de professions libérales de la concurrence extérieure même s il reste une incertitude économique souvent liée à une démographie professionnelle. Les honoraires, le prix à payer pour le service est déterminé sous forme d honoraires. Protection concurrence extérieure (interprofessionnelle), le monopole d exercice offre cette protection. Protection concurrence interne (intraprofessionnelle) essentiellement dans les marchés fermés (notaires, huissiers ) mais aussi plus généralement par la spécialisation avec sa hiérarchisation implicite (généraliste et spécialistes) L évolution du groupe des PL se traduit par une forte professionnalisation au sens de spécialisation et de la rationalisation managériale. Il faut signaler une évolution dans les PL, c est l entrée de titulaires de PL dans des grandes organisations collectives (hôpitaux, cabinets et cliniques de médecins ; sociétés multinationales d avocats, de comptables et d auditeurs ). Cette orientation vers le collectif et le désintéressement (s ils sont réellement vécus) doivent avoir pour corollaire une prise en compte de ces spécificités dans les règles de la concurrence, en effet les services «offerts» par les PL sont des biens de confiance (les relations entre le médecin et son patient sont basées sur la confiance, l asymétrie d information faisant que le patient doit croire son médecin). Philippe DAMBLY Product Manager LAR

Professions libérales et place de l ingénierie topographique

Professions libérales et place de l ingénierie topographique Professions libérales et place de l ingénierie topographique Contenu Introduction Situation et évolutions des professions libérales Quelle perspective pour la profession d ingénierie topographique? Conclusions

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et qualité des établissements du secteur sanitaire et médico-social de l Université Paris Descartes Vague

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant juridique

Licence professionnelle Assistant juridique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant juridique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus aspects socio-organisationnels organisationnels Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus! Au centre de multiples projets de changement:

Plus en détail

PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION

PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION PSYCHOLOGUES DANS LES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL INTERENTREPRISE PRESENTATION DE LA PROFESSION Les réformes en cours de la médecine du travail en France ont abouti, en ce début d année 2013, à la négociation

Plus en détail

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies Profil d enseignement Contenu 1. Introduction L enseignement à la HELHa... 3 2. Finalités de la formation de bachelier en Assistant-e

Plus en détail

Contrats commerciaux Contrats de distribution, d agence, de franchise, de coopération, de recherche et développement, de licence.

Contrats commerciaux Contrats de distribution, d agence, de franchise, de coopération, de recherche et développement, de licence. 1996. Quatre avocats issus d un cabinet international de premier plan s associent pour créer leur propre cabinet BMG Avocats, spécialisé dans le droit des affaires. Le cabinet dispose aujourd hui de bureaux

Plus en détail

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION L entreprise ne peut vivre isolément et sont activité est essentiellement subordonnée au maintien et au développement des relations avec ses partenaires. Elle est

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Maison de santé. Définition. Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé. Intérêt

Maison de santé. Définition. Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé. Intérêt Maison de santé Définition Equipes délivrent des soins coordonnés autour d un système d information partagé Intérêt Gestion des Polypathologies, chroniques, complexité Accessibilité, qualité Attractivité

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014 URPS Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales Caen, le 15 mai 2014 Animé par Jean-Yves DUPUY Expert comptable Associé SOMMAIRE 1. Quels sont les différents modes de collaboration

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 1 DOCUMENT DE DISCUSSION Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 75 mesures pour faire rentrer la profession au 21 ème siècle (Sfax, le 30 janvier 2012) 1. Stratégie globale

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier ECOLE DES MANAGERS Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier 1 Principes directeurs de l Ecole des Managers L Ecole des Managers soutient et accompagne

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Dr Jean Bernard Trudeau. Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle

Dr Jean Bernard Trudeau. Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Dr Jean Bernard Trudeau Panel 3 Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Panel 3: Le médecin et l élargissement des champs de pratique professionnelle Jean-Bernard Trudeau,

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE LE PORTAGE SALARIAL...3 Rappel des principes du portage...3 Une reconnaissance dans le droit du travail français....4 Historique, un secteur jeune qui se structure....4

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE 1. Présentation dtt cabinet 1 b) Description de ta gouvernance 2 2. Gestion des risques b) Procédures de qttatité 2 e) Lutte contre te blanchiment 3 d) Formation professionnelle

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et pilotage de projets de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p.

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. Présentation Sommaire Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3 Expertise et Savoir-Faire Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. 5-6 Quelques références p. 7 Les

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier Didier CHARLES Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la aux sinistres Hauts Enjeux

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes

L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes Richard Wittorski Conférence présentée dans le cadre de la Journée d étude autour de l axe 1 du CRIE 24 mars 2011 Université de Sherbrooke L analyse

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Partie A - Votre profil Q01. Vous êtes? 001. Une femme 002. Un homme Q02. Agé(e) de : ans Q03. De quelle faculté

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

Le programme. 1ère JOURNÉE NATIONALE. le 6 décembre 2008. de Nantes Métropole DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE. Cité Internationale des Congrès

Le programme. 1ère JOURNÉE NATIONALE. le 6 décembre 2008. de Nantes Métropole DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE. Cité Internationale des Congrès 1ère JOURNÉE NATIONALE DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE sous le Haut patronage de Mme Roselyne Bachelot- Narquin, Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative et en partenariat

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

À PROPOS DE KENT CONSEIL IMMOBILIER

À PROPOS DE KENT CONSEIL IMMOBILIER À PROPOS DE KENT CONSEIL IMMOBILIER NOTRE PHILOSOPHIE Nous avons à cœur de pouvoir satisfaire pleinement notre clientèle ; pour cela nous vous accompagnons, tout en respectant les 10 engagements clés de

Plus en détail

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES Site Pitié-Salpêtrière FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES OBSTACLES RENCONTRES PAR LA DÉMARCHE D OBJECTIVATION SUR LE TERRAIN L expérience du pôle MSN Bourmaleau. J Lefebvre. S LES MOTIVATIONS - L institution:

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

BROCHURE DE PRESENTATION Centre de Formation du Cabinet ELESYST

BROCHURE DE PRESENTATION Centre de Formation du Cabinet ELESYST BROCHURE DE PRESENTATION Centre de Formation du Cabinet ELESYST CADRE La formation aux métiers de banque que nous proposons épouse le contexte actuel de l environnement économique du Cameroun et spécifiquement

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Charte Qualité H3P 2014

Charte Qualité H3P 2014 Charte Qualité H3P 2014 SOMMAIRE 1. Présentation du cabinet...3 2. Déontologie Professionnelle...4 3. Gestion des Risques...4 Indépendance...4 Contrôle qualité...5 Page 2 sur 6 1. Présentation du cabinet

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu 20 juin 2008 Introduction Return to care (RTC) est une initiative spécifique

Plus en détail

MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES

MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES MASTER DROIT DES AFFAIRES PARCOURS ENSEIGNEMENT CLINIQUE DU DROIT DES AFFAIRES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : Droit des affaires

Plus en détail

Note de synthèse: Projet de loi de santé. FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX. FSDL- projet de loi santé- 10-03- 2015

Note de synthèse: Projet de loi de santé. FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX. FSDL- projet de loi santé- 10-03- 2015 FÉDÉRATION DES SYNDICATS DENTAIRES LIBÉRAUX Note de synthèse: Projet de loi de santé. ETAT DES LIEUX Les chirurgiens- dentistes constituent une profession médicale à part entière, auto prescriptrice. Au

Plus en détail

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE Article R 823-21 du code du commerce : Les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d'entités faisant appel public à l'épargne ou auprès d'établissements

Plus en détail

Edito. Construisons ensemble l avenir. Jean-Loup Rogé PDG

Edito. Construisons ensemble l avenir. Jean-Loup Rogé PDG Edito Depuis plus de 40 ans, nos équipes de spécialistes accompagnent nos clients de petites, moyennes et grandes entreprises, dans le pilotage de leurs organisations, la gestion des obligations réglementaires

Plus en détail

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1 VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU VÉTÉRINAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU VÉTÉRINAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU VÉTÉRINAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU VÉTÉRINAIRE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 10 1

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 Chapitre 1 Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux l ESSENTIEL

Plus en détail

Culture qualité en entreprise

Culture qualité en entreprise Culture qualité en entreprise Atelier du 29 Janvier 2015 Université d Antananarivo f Rina RAMIANDRISOA Responsable Qualité - FTHM Comment la qualité devient-elle une culture en entreprise? 2 1-Présentation

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail