Promouvoir l électroménager performant Le positionnement des grandes marques d électroménager

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Promouvoir l électroménager performant Le positionnement des grandes marques d électroménager"

Transcription

1 Promouvoir l électroménager performant Le positionnement des grandes marques d électroménager Ateliers techniques de l ALE 14 décembre 2009

2 Sommaire Introduction : Rôle et missions du GIFAM L étiquette énergie : catalyseur de la performance énergétique et étalon du marché Les outils pour lever les freins à l achat des appareils performants

3 LES CHIFFRES CLES DE L ELECTROMENAGER En France Les ventes moyennes annuelles s élèvent à : 13,6 MILLIONS DE PRODUITS BLANCS 38 MILLIONS DE PETITS APPAREILS MENAGERS Soit des ventes annuelles moyennes de plus de appareils par jour

4 LES CHIFFRES CLES DE L ELECTROMENAGER LE PARC D APPAREILS EN SERVICE 165 MILLIONS DE GROS APPAREILS MENAGERS 310 MILLIONS DE PETITS APPAREILS MENAGERS En moyenne, chaque ménage français possède et utilise 6,5 gros appareils ménagers et 13 petits appareils

5 SECTEUR PIONNIER DE L ETIQUETTE Introduction de l étiquette énergie dans les années 90 Les appareils electroménagers ont été les premiers concernés par l obligation d étiquetage Réfrigérateurs, congélateurslave linge, lave vaisselle, sèche linge, fours..

6 Des investissements importants pour réduire les impacts écologiques 10 milliards d euros investis au niveau européen durant les 10 dernières années par les fabricants d électroménager, sous l impulsion...de démarches volontaires pour retirer du marché les appareils les plus énergivores de l étiquette énergie de la compétition entre les entreprises Des résultats «produit» à la hauteur des ambitions, Une prise de conscience du marché insuffisante au regard de l état de l art et du potentiel d économie

7 Des diminutions considérables des consommations, au bénéfice du consommateur, et à prix constant En 10 ans, les produits ont réduit leur consommation en eau et électricité, à efficacité égale, de 50%. Quelques exemples : -Il y a 8 ans, au passage de l an 2000, l achat d un réfrigérateur combiné de classe B représentait 500 et générait un coût d usage de 660 sur 12 ans. En 2008, la consommation d énergie d un réfrigérateur combiné A+ est désormais de 360 sur 12 ans pour un prix d achat qui reste stable : soit 300 d économies. -Si les réfrigérateurs de plus de 10 ans ( soit 10 millions d appareils, 35% du parc) étaient remplacés par des A++, le gain énergétique annuel serait de 2.2 TWh

8 LE REFRIGERATEUR Le réfrigérateur le moins énergivore aujourd hui, consomme trois fois moins que l appareil d il y a 10 ans (classe C ) 378 KWh -Classe A -Classe A+ -Classe A KWh 186 KWh 140 KWh 40% 30% 20% 10% 0% Classes A+/A++ 37% 21% 22%

9 LE LAVE LINGE 59,2% 60% 50% 43,6% 43,5% 40% 30% 20% 27,5% 26,6% 25,8% 35,1% 24,4% 23,2% Top load Front load Lave linge 10% 0% Le lave linge A+, développé de façon volontaire depuis 2004 par les fabricants, représente 43% du marché aujourd hui Il consomme 57% de moins qu un lave linge commercialisé il y a 10 ans

10 constat : des freins au développement Ce potentiel d économie d énergie est méconnu par le consommateur : l économie d énergie n est pas perceptible à l achat de l appareil et est diluée dans la facture d électricité. Bien que le consommateur ait une meilleure conscience environnementale depuis quelques années, le discours en coût global a du mal à le déterminer à s orienter vers des produits plus chers, dans un contexte de conjoncture défavorable...d où la nécessité d un dispositif d incitation visible au moment de l achat de l appareil et de campagnes de sensibilisation.

11 Comment lever les freins du surcoût a l achat? Piste n 1 : incitation financière à destination des consommateurs Plusieurs mécanismes ont été probants chez nos voisins Crédits d impôt en Italie (80% des nouvelles ref en A+) Primes à l achat en Espagne, aux Pays Bas En France : bon démarrage d un bonus vert en région Charente Poitou depuis septembre 2009.

12 Les outils envisagés par le GIFAM Étendre le crédit d impot aux réfrigérateurs et congélateurs A++, la classe A++( best technique available) permettant d économisant 45% d électricité p/r à l appareil A. Montants de crédit d impôt proposés: 20% sur les réfrigérateurs et congélateurs A++ (soit 150 pour un prix moyen du A++ de 750 )

13 Impact d une incitation financière Un basculement du parc des réf A++ 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 50% 25% 10% 3% Situation actuelle 1ère année 2ème année 3ème année Part des A++ Renouvellement de 20% du parc en 3 ans 765 millions de kwh économisés sur 3 ans (= consommation électrique de ville de Nantes)

14 Progrès attendus en deux ans: les produits très efficaces sur le plan énergétique se démocratisent, passant de la «niche» à une large diffusion Le cœur dynamique du marché devient le A+ dès la première année La part de marché des réfrigérateurs A++ passe de 3% à 10% La classe B disparaît Rappel : disparition de la classe A à horizon 2014 (mesure EUP froid domestique)

15 Comment lever les freins du surcoût a l achat? Piste n 2: une formation impliquante et efficace pour les vendeurs Constat : les vendeurs ont des difficultés à intégrer les préconisations environnementales dans leur argumentaire de vente Les brochures et autres documents pédagogiques constituent des supports trop classiques pour être vraiment utilisés par les vendeurs. Pas d appropriation.

16 L ECO-VENDEUR Le programme ECO-VENDEUR se propose de former des vendeurs d électroménager à intégrer les critères écologiques (recyclage et économies d énergie) en phase argumentaire.

17 DEVENIR UN ECOVENDEUR Cette formation est destinée aux vendeurs d électroménager souhaitant gagner en crédibilité auprès de leurs clients par un discours écologique en phase avec les attentes actuelles de leurs consommateurs. Ils peuvent ainsi intégrer efficacement dans leur méthode de vente et en particulier dans la phase argumentaire les économies d énergie possibles pour le consommateur et l engagement écologique de leur magasin dans la filière deee.

18 LE PROGRAMME ECO-VENDEUR L utilisation de la formation présentielle en ligne semble évidente pour démultiplier rapidement, massivement et économiquement la formation ainsi que pour son image écologique en termes de bilan carbone (économies de déplacements). Cout estimé 240 / stagiaire

19 Comment lever les freins du surcoût a l achat? Piste n 3: une campagne de communication sur le coût global Constat : le raisonnement en coût global est peu utilisé par le consommateur. comment valoriser l avantage économique au long terme auprès du consommateur, plus que jamais préoccupé par le court terme en période de difficultés économiques? Réflexions soumises par le GIFAM à des consultants. De nouveaux schémas gagnants à inventer entre les acteurs concernés ( fabricant, distributeur, consommateur, fournisseur d énergie)

20 Le Gifam vous remercie de votre attention

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 Electrisons le Bonus-malus Conférence de presse Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 1 La consommation des équipements électriques explose Budget annuel

Plus en détail

la nouvelle étiquette énergie

la nouvelle étiquette énergie Plus claire, plus lisible, plus complète pour les équipements électriques : la nouvelle étiquette énergie LES ACTES D ACHAT les produits évoluent, l étiquette énergie aussi! Présente depuis 1994 sur de

Plus en détail

Les certificats d économie d énergie

Les certificats d économie d énergie 7 ième ASSISES DE L ENERGIE Groupe 3 : Du discours à l action Atelier 10 : Quel sont les modes de financement à disposition? Exposé introductif Les certificats d économie d énergie Robert ANGIOLETTI ADEME/DERRME/DMS2E

Plus en détail

Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014

Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014 Les Certificats d économie d énergie : que peut-on en attendre pour la réduction des intrants en agriculture? Mercredi 4 juin 2014 CEE : Les objectifs Objectif : Moyens : Diminuer les consommations d énergie

Plus en détail

La nouvelle étiquette énergie

La nouvelle étiquette énergie Les achats Comprendre La nouvelle étiquette énergie Mieux signaler les équipements les plus performants Édition : septembre 2012 Sur la base du résultat obtenu pour 24h dans des conditions d'essai normalisées

Plus en détail

Elles vous font économiser de l électricité, durent plus longtemps et se recyclent, les lampes basse consommation

Elles vous font économiser de l électricité, durent plus longtemps et se recyclent, les lampes basse consommation Elles vous font économiser de l électricité, durent plus longtemps et se recyclent, les lampes basse consommation de la lumière sans gaspillage Impossible de se passer de la lumière des lampes électriques

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Autoconsommation d énergie photovoltaïque

Autoconsommation d énergie photovoltaïque Autoconsommation d énergie photovoltaïque Principe et intérêt de l autoconsommation de l électricité photovoltaïque Atelier technique PV-NET Mardi 3 décembre 2013 Marc Niell Ingénieur chargé d affaires

Plus en détail

Qu est-ce que l efficacité énergétique?

Qu est-ce que l efficacité énergétique? Qu est-ce que l efficacité énergétique? Vous avez sûrement beaucoup entendu cette expression dernièrement. En général, elle désigne le fait d utiliser moins d énergie qu avant pour fournir des services

Plus en détail

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 Fethi HANCHI Directeur de l Utilisation Rationnelle de l Energie Agence Nationale pour la Maîtrise

Plus en détail

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Intervenant - Fédération de la Plasturgie et des composites Intervenant - EDF Entreprises Intervenant - ACDI 1 Document : compléter

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE : UNE NOUVELLE BOMBE À RETARDEMENT SUR LES FACTURES?

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE : UNE NOUVELLE BOMBE À RETARDEMENT SUR LES FACTURES? CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE : UNE NOUVELLE BOMBE À RETARDEMENT SUR LES FACTURES? 09 octobre 2015 1 Quelques éléments de contexte Création du dispositif des CEE dans la loi de programme fixant les

Plus en détail

POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE

POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE POLITIQUE D EFFICACITE ENERGETIQUE CAS DE LA TUNISIE Geneva, 18-21 th April 2011 1 Sommaire I- Situation énergétique de la Tunisie II- Stratégie Nationale de la Maîtrise de l Energie 2-1 Présentation 2-2

Plus en détail

LA COURSE DES CASSEROLES

LA COURSE DES CASSEROLES LA COURSE DES CASSEROLES Objectif(s) : Faire prendre conscience aux élèves de l influence de leur comportement sur la consommation d énergie. Description générale de l activité : Cette expérience est proposée

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Une mesure phare de la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique 25/04/2006 Certificats d économies d énergie Mesure

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

L électroménager : un marché qui résiste

L électroménager : un marché qui résiste COMMUNIQUE DE PRESSE L électroménager : un marché qui résiste Paris, février 2013 Pour la deuxième année consécutive, le marché de l électroménager publie des résultats stables. Les ventes s élèvent à

Plus en détail

Efficacité énergétique Systèmes motorisés

Efficacité énergétique Systèmes motorisés Efficacité énergétique Principaux gisements d économies d énergie Les moteurs électriques sont disponibles dans une large gamme de caractéristiques et de puissances mécaniques, ce qui justifie qu ils soient

Plus en détail

Les certificats d économie d énergie. Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 POURQUOI?

Les certificats d économie d énergie. Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 POURQUOI? Les certificats d économie d énergie Hervé LEFEBVRE Département des Marchés et Services d Efficacité Energétique ADEME 8 juin 2005 1 POURQUOI? Contexte général de renforcement de la politique de maîtrise

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

Au garage Information aux enseignants

Au garage Information aux enseignants Information aux enseignants 1/5 Ordre de travail Quelle est la structure d un garage automobile moderne? En quoi consiste la mission d un garagiste aujourd hui? Lire les informations sur un garage. Objectif

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS 2014

CATALOGUE FORMATIONS 2014 CATALOGUE FORMATIONS 2014 Notre savoir-faire : - Analyse de marché et plan d actions - Clients mystères - Audit force de vente - Veille concurrentielle - Formation, accompagnement commercial - Préparation

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

SEMINAIRE Etiquetage d entretien textile responsable

SEMINAIRE Etiquetage d entretien textile responsable SEMINAIRE Etiquetage d entretien textile responsable Petit Palais - mercredi 7 juillet 2010 Claude PERRIN Déléguée générale L'étiquetage d'entretien vu par Les fabricants de lessives Afise représente les

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

Wiser. La gestion de l énergie : les solutions concrètes de Schneider Electric

Wiser. La gestion de l énergie : les solutions concrètes de Schneider Electric Wiser La gestion de l énergie : les solutions concrètes de Schneider Electric Le marché de la gestion de l énergie en France 2 Le marché de la gestion de l énergie Des logements construits avant 1975 19

Plus en détail

PRO HÉLIO Commission technique. Jeudi 24 mars 2011 Epernay

PRO HÉLIO Commission technique. Jeudi 24 mars 2011 Epernay PRO HÉLIO Commission technique Jeudi 24 mars 2011 Epernay Les certificats d'économies d'énergie (CEE) Grenelle de l'environnement Rappel des objectifs en matière d'économie d'énergie Les CEE Objectifs

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON

LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON Objectif(s) : Faire prendre conscience aux élèves de la consommation des appareils électriques lorsqu ils sont en mode veille et qu ils doivent éteindre ces appareils

Plus en détail

PARTENARIAT. «Pays d Auge Expansion - SDEC Energie» CCI du Pays d Auge - LISIEUX. Avec le concours financier de : 9 janvier 2012

PARTENARIAT. «Pays d Auge Expansion - SDEC Energie» CCI du Pays d Auge - LISIEUX. Avec le concours financier de : 9 janvier 2012 PARTENARIAT «- SDEC Energie» 9 janvier 2012 CCI du Pays d Auge - LISIEUX Avec le concours financier de : Page 1 9 janvier 2012 Commission énergie du Syndicat intercommunal d énergies du Calvados 27/09/2010

Plus en détail

Mécanismes de financement de énergie en Algérie

Mécanismes de financement de énergie en Algérie Consultation sur l Consultation sur l Efficacit Efficacité Energétique au moyen orient et en Afrique du Nord tique au moyen orient et en Afrique du Nord «Efficacité énergétique : une réponse aux défis

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX Les fluides frigorigènes et leur impact environnemental 31 MARS 2005 Les différents aspects environnementaux la couche d ozone l effet de serre : les émissions

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Un clic pour une maison propre et sûre! www.cleanright.eu

Un clic pour une maison propre et sûre! www.cleanright.eu Un clic pour une maison propre et sûre! www.cleanright.eu Recherche Avancée FAQ Liens Contact Accessibilité À propos de Sécurité Développement durable Produits Composants Initiatives Règlementation Sécurité

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME»

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» 1. Données sur l entreprise a) Pays : FRANCE b) Nombre d employés : 0 9 10 49 50-99 100-249 250 c) Chiffre d affaires annuel en millions d EUROS : < 2 2-5

Plus en détail

Smart meter: cette brique de base de notre (futur) système énergétique

Smart meter: cette brique de base de notre (futur) système énergétique Smart meter: cette brique de base de notre (futur) système énergétique Prof. Damien Ernst Université de Liège Parlement wallon commission énergie Octobre 2015 www.damien-ernst.be Un compteur intelligent

Plus en détail

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises 30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité Groupe Carrefour 1 30 ans de présence au

Plus en détail

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL Guide pratique à destination des entreprises BEE150100008 - eon brochure gaz_cb.indd 1 21/01/15 12:56 L énergie est notre avenir, économisons-la!

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières SOMMAIRE Le bâtiment et l énergie, un double enjeu L évolution et la valorisation

Plus en détail

Les Énergies renouvelables - ENR Energie photovoltaïque (système photovoltaïque) 3 ème partie Oléron : le 21 avril 2010, Marc Delalande Site : www.enr-photovoltaique-17.fr, marc.delalande@online.fr Exemple

Plus en détail

Objet Montant Maximum. Catégorie de base : 50 / installation. Revenus moyens : 100 / installation

Objet Montant Maximum. Catégorie de base : 50 / installation. Revenus moyens : 100 / installation PRIME ÉNERGIE F RÉFRIGÉRATEUR / CONGÉLATEUR A++ (y compris combiné) ou SÈCHE-LINGE ÉLECTRIQUE A Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme

Plus en détail

CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie

CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie La rénovation et l amélioration de l habitat est un objectif majeur du Grenelle Environnement. 800 000 logements énergivores sont visés par

Plus en détail

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété Les Certificats d Economies d Energie Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Introduction au dispositif Méconnu du grand public

Plus en détail

Objet Montant Maximum. Catégorie de base : 50 / installation. Revenus moyens : 100 / installation

Objet Montant Maximum. Catégorie de base : 50 / installation. Revenus moyens : 100 / installation PRIME ÉNERGIE F RÉFRIGÉRATEUR / CONGÉLATEUR A++ (y compris combiné) ou SÈCHE-LINGE ÉLECTRIQUE A Décision du 08 novembre 2012 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions

Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions d o s s i e r d e p r e s s e 1 / 2 Verre Avenir Chiffres, enjeux et missions Verre Avenir Verre Avenir l organisme en charge de la promotion du verre d emballage «En 2010, les ventes de bouteilles se

Plus en détail

Guide pratique de l étiquetteenergie Des astuces pour économiser de l argent et préserver l environnement

Guide pratique de l étiquetteenergie Des astuces pour économiser de l argent et préserver l environnement Guide pratique de l étiquetteenergie Des astuces pour économiser de l argent et préserver l environnement Réflexe énergie confort de vie! www.eco21.ch Fabricant Modèle CONFORT Dolce vita Avec l étiquetteenergie

Plus en détail

Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité?

Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité? Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité? Rhena TIC DAYS Mulhouse 2011 Le défi numérique : Le développement des téléphones mobiles, d Internet et des technologies

Plus en détail

La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY

La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY La réhabilitation du parc de logements en IDF associée au projet BIMBY Mathieu GATEL SBDEC/QDD Direction Régionale et Interdépartementale de l'equipement et de l'aménagement Ile de France http://www.driea.ile

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Méthodologie et plan d action pour une demarche en efficacité énergétique en entreprise

Méthodologie et plan d action pour une demarche en efficacité énergétique en entreprise International Conference on Renewable Energy in Africa Making Renewable Energy Markets Work for Africa Policies, Industries and Finance for Scaling up 16-18 April 2008, Dakar, Senegal. Méthodologie et

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030 MINISTERE DE L ENERGIE Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL. Guide pratique à destination des entreprises

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL. Guide pratique à destination des entreprises Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? GAZ NATUREL Guide pratique à destination des entreprises L énergie est notre avenir, économisons-la! Comprendre pour mieux choisir La disparition

Plus en détail

Certificats d économie d énergie (CEE).

Certificats d économie d énergie (CEE). Fiches techniques Mai 2013 - Fiche n 3 Certificats d économie d énergie (CEE). Rédigé par Kévin Pascual CCI Champagne-Ardenne un service CCI CHAMPAGNE ARDENNE QU EST-CE QUE C EST? Les CEE désignent le

Plus en détail

Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote

Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote D O S S I E R D E P R E S S E D O S S I E R D E P R E S S E Rénovation énergétique : le Pays des Herbiers territoire pilote CC du Pays des Herbiers 43 r du 11 Novembre 85504 LES HERBIERS Tél. 02 51 66

Plus en détail

Prix de l énergie et précarité énergétique

Prix de l énergie et précarité énergétique 1 Prix de l énergie et précarité énergétique Un article du Carrefour de l Economie publié par le SPF Economie Présenté en novembre 2013 au XXème Congrès des économistes de langue française Auteurs : Bonnard,

Plus en détail

«Entreprises : optimisez vos consommations énergétiques!» -

«Entreprises : optimisez vos consommations énergétiques!» - «Entreprises : optimisez vos consommations énergétiques!» - Service énergie de la Chambre de Commerce et d Industrie du Lot Elodie FLEURAT-LESSARD 05 65 53 26 82 e.fleurat@ldi46.fr Le 10 mai 2011 - SRCAE

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Certificats d économies d énergie

Certificats d économies d énergie Certificats d économies d énergie Le dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE), créé par les articles 14 à 17 de la loi n 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

1 ères Rencontres du Développement Durable des métiers de l accueil. Energie : état de la situation et quelques solutions!

1 ères Rencontres du Développement Durable des métiers de l accueil. Energie : état de la situation et quelques solutions! 1 ères Rencontres du Développement Durable des métiers de l accueil Energie : état de la situation et quelques solutions! 12 décembre 2012 Jean-Marc Zgraggen Responsable unité Maîtrise de l énergie 26

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013)

CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) CEE : mise en place de la 2ème période (1er janvier 2011-31 décembre 2013) Sommaire Bilan de la première période Le cadre législatif et réglementaire de la 2ème période Les principaux changements par rapport

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

d Energie (CEE) Sylvain AVRIL, Aduhme Sébastien RIERA, Ville de Clermont-Ferrand 16h20 Dispositif des Certificats d Economie

d Energie (CEE) Sylvain AVRIL, Aduhme Sébastien RIERA, Ville de Clermont-Ferrand 16h20 Dispositif des Certificats d Economie CONFERENCE TECHNIQUE 30 septembre 2010 Auditorium Maison de l Habitat 16h20 Dispositif des Certificats d Economie d Energie (CEE) Sylvain AVRIL, Aduhme Sébastien RIERA, Ville de Clermont-Ferrand Sommaire

Plus en détail

Formation Vendeurs d excellence

Formation Vendeurs d excellence Formation Vendeurs d excellence Basé sur le concept de la préparation sportive, instrumentale ou théâtrale : Peu de théorie, de l entraînement INTENSIF, l apprentissage des bons réflexes! Le sportif, même

Plus en détail

Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie. Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014

Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie. Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014 Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014 Partie I Les enjeux du secteur de l industrie Partie II FFREE : Financement

Plus en détail

Le certificat d économie d énergie

Le certificat d économie d énergie Le certificat d économie d énergie L un des outils proposés par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique pour arriver à une maîtrise de la demande, est le certificat d économie

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DE L ELECTROMÉNAGER

LE MARCHÉ FRANÇAIS DE L ELECTROMÉNAGER - 1 - LE MARCHÉ FRANÇAIS DE L ELECTROMÉNAGER Les chiffres clés GROS ELECTROMENAGER Les chiffres clés Données par produit Froid Lavage Cuisson PETIT ELECTROMENAGER Les chiffres clés Données par produit

Plus en détail

MORE ABOUT LEDs. Séminaire IBE-BIV 22 octobre 2014. Michel MARCHETTI DGO4

MORE ABOUT LEDs. Séminaire IBE-BIV 22 octobre 2014. Michel MARCHETTI DGO4 MORE ABOUT LEDs Séminaire IBE-BIV 22 octobre 2014 Michel MARCHETTI DGO4 1 SOMMAIRE Moyens d action de la politique wallonne en éclairage Situation de l éclairage intérieur en Wallonie Les aides wallonnes

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE Présenté par M.Mohammed LISSER Direction de l Electricité et des Energies Renouvelables Division des Energies Renouvelables et de la Maitrise de

Plus en détail

Cap France et le label Chouette Nature. Le label, une solution au développement durable du tourisme?

Cap France et le label Chouette Nature. Le label, une solution au développement durable du tourisme? Cap France et le label Chouette Nature Le label, une solution au développement durable du tourisme? Historique de Cap France En 1949, naît la Fédération des Maisons Familiales regroupant des structures

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000

Plus en détail

Rapport audit interne SOFIBUS

Rapport audit interne SOFIBUS Rapport audit interne SOFIBUS Date d audit : 13 mars 14 Auditeur : Jean- François Vallès, Synopter Personnes présentes : Jean- Marc Costes Didier Charvoz Benjamin Cebreiro Cadre de l audit interne L année

Plus en détail

L association, ses membres, ses financeurs

L association, ses membres, ses financeurs Le pôle Synéo, ÉCONOMIE CIRCULAIRE, ÉCOLOGIE INDUSTRIELLE & PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE L association, ses membres, ses financeurs Association de SERVICES et d ACCOMPAGNEMENT des Entreprises Création fin 2007

Plus en détail

Intégrateur économies. Plan stratégique et modèles de financement de projets de réhabilitation énergétique. Green House Rue Royale 47, www.fedesco.

Intégrateur économies. Plan stratégique et modèles de financement de projets de réhabilitation énergétique. Green House Rue Royale 47, www.fedesco. Plan stratégique et modèles de financement de projets de réhabilitation énergétique Christophe Madam Directeur Technique Origine Capital Date Nom :Fedesco : : 6 :Initiative : création 500 -S.A. 000 :Mars

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE SOMMAIRE Présentation EIE et missions Chronologie générale Dispositifs collectifs

Plus en détail

Colloque CEE par l ATEE et l AICVF Aquitaine

Colloque CEE par l ATEE et l AICVF Aquitaine Colloque CEE par l ATEE et l AICVF Aquitaine Le jeudi 16 avril 2015 s est tenu à Pessac un colloque concernant les Certificats d Economie d Energie, en présence d une soixantaine de participants. Gérard

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments Audits énergétiques L efficacité énergétique dans les bâtiments Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie

Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie Présentation FRCE BATIBOUW Le 2 mars 2009 Union Européenne 2007-2020 Rappel des objectifs - 20 % 20 % +20 % Co2 Energies renouvelables Efficacité énergétique

Plus en détail

Conclusions de l après-midi énergétique du 10 décembre 02

Conclusions de l après-midi énergétique du 10 décembre 02 Conclusions de l après-midi énergétique du 10 décembre 02 Maîtriser les consommations résidentielles d électricité. Quelles obligations de Service Public pour les fournisseurs? Quelles missions pour les

Plus en détail

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 SOMMAIRE > La démarche de l entreprise DARVA > Performance du Système de Management de l Environnement et de l énergie La démarche de l entreprise

Plus en détail

Cuisine et économies d énergie. Mar$n Reeve, Sorane SA ADNV 18 septembre 2013

Cuisine et économies d énergie. Mar$n Reeve, Sorane SA ADNV 18 septembre 2013 Cuisine et économies d énergie Mar$n Reeve, Sorane SA ADNV 18 septembre 2013 Plan de la présenta5on Consomma$on d énergie dans la cuisine U$lisa$on des appareils : les pe$ts trucs Le choix des appareils

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Concours Usages et Bâtiment Efficace Deuxième édition: préparez-vous, inscrivez-vous! Top départ au 1 er juillet 2015

Concours Usages et Bâtiment Efficace Deuxième édition: préparez-vous, inscrivez-vous! Top départ au 1 er juillet 2015 Concours Usages et Bâtiment Efficace Deuxième édition: préparez-vous, inscrivez-vous! Top départ au 1 er juillet 2015 Un concours Avec le haut patronage de Organisé par En partenariat avec Et les partenaires

Plus en détail