Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand"

Transcription

1 Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, Gif sur Yvette 1

2 Interactions de deux ethnies scientifiques Les astronomes Les physiciens des particules Percer les secrets de l Univers Percer les secrets de la matière 2 J. Paul Interactions Sophie des Kerhoas-Cavata deux infinis "séminaire 13 novembre sur les 2010 deux infinis" Cité - des CNPE Sciences de Golfech Paris Planche 2

3 1. Formules célèbres - les 4 forces de l Univers 2. Fenêtre sur le monde de l petit Comment l observer 3. Fenêtre sur le monde de l grand Comment l observer 4. Des mystères communs 5. Le passeport deux infinis 3 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

4 E = mc 2 La matière peut se transformer en énergie On peut transformer de la masse en énergie la fission ou de la fusion nucléaires. Dans le Soleil, à chaque seconde, 620 millions de tonnes d hydrogène sont transformées en 615 millions de tonnes d hélium. 4 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

5 E = mc 2 L énergie peut se transformer en matière Dans une collision de particules à haute énergie, la masse n est pas conservée et les particules produites ne sont pas des fragments des particules incidentes, mais de nouvelles particules L énergie cinétique des particules qui entrent en collision est convertie en matière 5 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

6 Comment voir une particule? Des particules «sondes» doivent donc être violemment projetées sur des particules «cibles». A toute particule est associée une longueur d onde d autant plus courte que la particule est plus énergétique h c E = λ Si la particule que nous choisissons pour cible est petite, les particules devront avoir une longueur d onde plus petite encore. mauvaise loupe bonne loupe 6 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

7 les interactions fondamentales de l univers l interaction électromagnétique l interaction nucléaire faible l interaction nucléaire forte la gravitation Pourra-t-on unifier les forces fondamentales? faire cohabiter au sein d un même formalisme mathématique les 4 forces? réussi pour les 3 forces du monde microscopiques Modèle standard de la physique des particules (encore plein de questions ouvertes ) une théorie quantique de la gravitation? 7 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

8 Correspondance entre forces et particules Une interaction ne s exerce entre deux particules que par l échange d une troisième «Ballon» de masse Nulle, portée infinie mais il faut de la charge 3 «Ballons» lourds (~100 m p ) portée très courte (~ m) faible intensité difficile à observer mais capital (n p) «Ballon» de masse nulle mais courte portée (~ m) Forte intensité Graviton? 8 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

9 Le LHC: Rencontre des Particules à grande vitesse 9

10 Tester le modèle standard et aller au delà? Le modèle standard n explique pas l origine de la masse, ni pourquoi certaines particules sont très lourdes alors que d autres ne possèdent aucune masse. La réponse se trouve peut-être dans le mécanisme de Higgs.??? Le modèle standard n offre de description unifiée de l ensemble des forces fondamentales. La supersymetrie pourrait faciliter l unification des forces fondamentales. les particules supersymetriques les plus légères devraient être découvertes au LHC. l ensemble de la matière visible ne constitue que 4 % de l Univers. La chasse aux particules ou aux phénomènes responsables de la matière noire (23 %) est ouverte. Le LHC contribuera également a élucider le mystère de l antimatiere. 10

11 CERN, illustration Philippe Mouche 4 expériences pour étudier les collisions! Des appareils qui permettent de sélectionner et enregistrer les signaux issus des 40 millions de collisions de protons par seconde! Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 11

12 Principe des détecteurs (CMS) 12

13 ATLAS: un Géant de 5 étages 13

14 CMS: plus lourd que la Tour Eiffel! 14

15 ALICE: regarder le plasma quarkgluon 15

16 LHCb: en quête de beauté 16

17 Le 10 Septembre 2008 les premiers faisceaux de protons ont circulé dans le LHC! MasterDay 29 janvier 2011 Ursula Bassler - Irfu/SPP CEA-Saclay 17

18 Le 10 Septembre 2008 les premiers faisceaux de protons ont circulé dans le LHC! 18

19 Le 10 Septembre 2008 les premiers faisceaux de protons ont circulé dans le LHC! MasterDay 29 janvier 2011 Ursula Bassler - Irfu/SPP CEA-Saclay 19

20 Le 10 Septembre 2008 les premiers faisceaux de protons ont circulé dans le LHC! 20

21 19 Septembre 2008: L incident Le LHC : 5000 aimants supraconducteurs avec plus de interconnections 21

22 19 Septembre 2008: L incident Le LHC : 5000 aimants supraconducteurs avec plus de interconnections Mauvais contact entre 2 brins de câbles supraconducteur crée un arc électrique 22

23 19 Septembre 2008: L incident Le LHC : 5000 aimants supraconducteurs avec plus de interconnections Mauvais contact entre 2 brins de câbles supraconducteur crée un arc électrique Le Hélium superfluide se réchauffe et devient gazeux l expansion provoque une onde de choque 6 tonnes d Hélium échappent dans le tunnel, des dipôles de 15m de long et de 35 t ont été déplacé jusqu à 20cm! 23

24 19 Septembre 2008: L incident Au total 53 aimants sont réparés et nettoyés durant tout l année 2009 Plus de 4 km de tube à vide sont nettoyés Des nouveaux systèmes de sécurité sont installés Le LHC : 5000 aimants supraconducteurs avec plus de interconnections Mauvais contact entre 2 brins de câbles supraconducteur crée un arc électrique Le Hélium superfluide se réchauffe et devient gazeux l expansion provoque une onde de choque 6 tonnes d Hélium échappent dans le tunnel, des dipôles de 15m de long et de 35 t ont été déplacé jusqu à 20cm! 24

25 Depuis : mieux régler qu une horloge suisse! 20/11/2009: le LHC est de retour 25

26 Depuis : mieux régler qu une horloge suisse! 20/11/2009: le LHC est de retour 23/11/2009: les premières collisions MasterDay 29 janvier

27 Depuis : mieux régler qu une horloge suisse! 20/11/2009: le LHC est de retour 23/11/2009: les premières collisions 30/03/2010: collisions à 7 TeV MasterDay 29 janvier

28 Juillet 2010: 1 er résultats 20/11/2009: le LHC est de retour 23/11/2009: les premières collisions 30/03/2010: collisions à 7 TeV Juillet 2010: premiers résultats montrés à la conférence ICHEP à Paris 28

29 Fin 2010: Collision d ions Plomb 20/11/2009: le LHC est de retour 23/11/2009: les premières collisions 30/03/2010: collisions à 7 TeV Juillet 2010: premiers résultats montrés à la conférence ICHEP à Paris 8/11/2010 : collisions de ions de plomb arrêt hivernal en décembre, retour en février pour 2011 et 2012 avec 100 fois plus de données à 7 TeV énergie nominale (14 TeV) à partir de

30 Les particules et l Univers L univers d aujourd hui ne ressemble guère à l univers primordial. Certes, mais en réalité, ce sont les conditions physiques qui ont changé, et non les lois. LHC Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 30

31 Formation et évolution de l Univers recombinaison 1 ères étoiles développement des galaxies Big-bang âges sombres accélération de l expansion expansion de l Univers (13,7 milliards d années) 31 J. Paul Interactions Sophie des Kerhoas-Cavata deux infinis "séminaire 13 novembre sur les 2010 deux infinis" Cité - des CNPE Sciences de Golfech Paris Planche 31

32 Observer l Univers avec toutes les longueurs d ondes et à différentes échelles de temps et de distance Instrumentation spatiale simulation Formation & évolution Étoiles à neutrons supernovae Univers violent planètes galaxies Univers sombre cosmologie 32 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

33 Lancement des satellites Herschel et Planck Ariane 5 : 14 mai 2009

34 Le satellite Herschel

35 Comprendre l'origine de la masse des étoiles Rouge : SPIRE 500 µm Vert : PACS 160 µm Bleu : PACS 70 µm Herschel met en évidence le fait que les sites de formation stellaire sont intimement liés à la structure du milieu interstellaire extrêmement structuré. Nuage de formation stellaire 35 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

36 Mécanismes et dynamique stellaires dans une galaxie Andromède est la galaxie la plus proche à 2,5 millions d'années-lumière! Andromède ressemble un peu à la Voie Lactée, notre galaxie, car c'est une galaxie spirale. Herschel détecte la lumière infrarouge et cartographie les nuages de gaz et de poussière très froids (-250 C) dans lesquels les étoiles naissent. 36 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

37 Mécanismes et dynamique stellaires dans une galaxie Satellite XMM-Newton est sensible au rayonnement des hautes énergies, celui des rayons X. XMM-Newton détecte les signes de la mort explosive des étoiles massives ou de système double d'étoiles à travers les rayons X émis par ces phénomènes. 37 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

38 Mécanismes et dynamique stellaires dans une galaxie observations ont été réalisées pendant Noël 2010 Herschel révèle la structure de d anneaux (5) en détectant le rayonnement infrarouge émis par la poussière qui est chauffée par les étoiles naissantes dans cet immense réservoir de gaz. XMM-Newton révèle des centaines de sources de rayon X à l'intérieur de la galaxie. Les sources les plus bleues = trou noir ou une étoile à neutron, phases ultimes de la vie d'une étoile massive Combiner les images (IR,X, visible ) pour retracer toute l'histoire de la formation et de l'évolution des étoiles dans les galaxies 38 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

39 Quête des 2 infinis : De quoi est fait l Univers? 39 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

40 Qu est-ce que c est la matière noire? Fritz Zwicky dans les années 30 : la courbe de la vitesse de rotation des étoiles dans une galaxie ne correspond pas à la distribution lumineuse Plus récemment (2006) : l observation de la collision de deux amas de galaxie montre des effets gravitationnels différents de la distribution lumineuse petit : nouvelles particules crées au LHC ou détectées sous terre (LSM) grand : analyse du fond diffus cosmologique par PLANCK (1ière lumière de l Univers!) 40 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

41 l Energie noire? Loi de Hubble Observations cosmologiques les supernovae peuvent être utilisé comme chandelle standard mesures de leur spectres et de leur luminosité : l univers est en expansion accéléré depuis environ 7 milliards d années! Quelque chose s oppose à la gravitation : énergie noire? grand : mission spatiale Euclid (2017?) : cartographie de l univers sombre sur tout le ciel pour voir sa structuration et l évolution de sa structuration qui dépend de l énergie sombre. petit: théorie des cordes capable d englober la physique quantique, qui décrit les particules élémentaires, et la relativité générale, qui décrit la gravitation. 41 Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech

42 Multi stratégie pour comprendre l Univers sombre Supernovae : Vitesses d expansion SNLS MegaCam Fermi Hess/CTA Collision de matière noire dans l Univers Nouvelles particules Rayonnement fossile : Fluctuations, géométrie Planck Oscillation acoustiques : Géométrie BAO Euclid (Hubble) LHC Edelweiss-LSM Particules cosmiques massives interagissant faiblement Lentilles gravitationnelles : Distribution de matière noire

43 PASSEPORT POUR LES DEUX INFINIS 43

44 Un projet: Pourquoi et pour Qui Un livre Un outil pédagogique Un support pour les enseignants LE PROJET Une incitation à «faire» de la science Une porte ouverte sur la physique nucléaire, la physique des particules, l astrophysique et les astroparticules. Une diffusion de la culture scientifique Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 44

45 UN LIVRE RÉVERSIBLE Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 45

46 UN LIVRE RÉVERSIBLE 46

47 vers l infiniment grand Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 47

48 vers l infiniment petit Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 48

49 BILAN QUANTITATIF LIVRE Sortie le 9 septembre ex. destinés à la vente (épuisé au 1 er décembre) ex. "hors commerce» dont : ex. demandés par des enseignants 350 ex. diffusés aux relais d'information et aux "contributeurs Diffusion ciblée de plaquettes de présentation du projet. SITE WEB visiteurs (IP uniques) en novembre. Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 49

50 Ressources à consulter sur le site web Sophie Kerhoas-Cavata "séminaire sur les deux infinis" - CNPE de Golfech 50

51 Merci de votre attention! 51

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

MOND avec ou sans matière noire

MOND avec ou sans matière noire MOND avec ou sans matière noire Luc Blanchet Institut d Astrophysique de Paris, GRECO, 98 bis boulevard Arago, 75014 Paris, France Françoise Combes Observatoire de Paris, LERMA, 61 avenue de l Observatoire,

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE

FORMATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ETOILE Comment une étoile évolue-t-elle? Comment observe-t-on l'évolution des étoiles? Quelques chiffres (âges approximatifs) : Soleil : 5 milliards d'années Les Pléiades : environ 100 millions d'années FORMATION

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos

nucléaire 11 > L astrophysique w Science des étoiles et du cosmos LA COLLECTION w 1 w L atome 2 w La radioactivité 3 w L homme et les rayonnements 4 w L énergie 5 w L énergie nucléaire : fusion et fission 6 w Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 w Le cycle du

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris riazuelo AT iap.fr Gap, 21 août 2014 Préc. Suiv. FS Fin Plan 1. Introduction (rapide!) à la

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN

CNRS/IN2P3 23 2014 FTP 2014, CERN Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 Vers les enseignants et leurs élèves 23 octobre 2014 FTP 2014, CERN Nicolas Arnaud (narnaud@lal.in2p3.fr) Laboratoire de l Accélérateur Linéaire (CNRS/IN2P3 et Université

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir

Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir Voyage autour (et a l inte rieur) d un trou noir Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris Confe rence de l IAP, 3 janvier 2012 Titre Plan Trous noirs E toiles Relativite Simulations Horizon Conclusion

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES

NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES NUAGES INTERSTELLAIRES ET NEBULEUSES P. Sogorb I. INTRODUCTION Les milliards d étoiles qui forment les galaxies, baignent dans un milieu interstellaire qui représente, dans le cas de notre Galaxie, 10

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine

Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Gaz moléculaire et formation stellaire dans les galaxies proches : maintenant et à l'époque ALMA Jonathan Braine Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux Scénario de base Le gaz moléculaire se forme par

Plus en détail

Le monde fascinant des galaxies

Le monde fascinant des galaxies Le monde fascinant des galaxies Introduction Au XVIIIe siècle, l'anglais Thomas Wright étudie la Voie lactée et montre que le Soleil se trouve à l'intérieur d'un disque plat constitué d'étoiles: c'est

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels Mise en service du détecteur à pixels pour la recherche d un boson de Higgs léger avec l expérience ATLAS au LHC Cécile Lapoire Dirigée par A.Rozanov et L.Vacavant Séminaire des doctorants de 1 ère année

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

La place de l homme dans l univers. par Trinh Xuan Thuan *

La place de l homme dans l univers. par Trinh Xuan Thuan * La place de l homme dans l univers par Trinh Xuan Thuan * Je voudrais présenter ce sujet en deux volets : le premier s intitulerait «le fantôme de Copernic», montrant comment l homme a rapetissé de plus

Plus en détail

SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014

SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014 SAF-Commission de COSMOLOGIE Réunion du 15 Mars 2014 Hubble- Chandra Composite of ESO137-001 1 LE CALENDRIER 2 LE PROGRAMME 2013/2014 Programme des conférences SAF: http://www.planetastronomy.com/special/saf/conf-mens.htm

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Retour d'expérience CC-IN2P3

Retour d'expérience CC-IN2P3 Dominique Boutigny Retour d'expérience CC-IN2P3 ANF - Datacentres Le CC-IN2P3 au CNRS Centre de calcul dédié Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Le CC-IN2P3 centralise

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

conférences les au Palais de la découverte entrée libre rogramme avril > juin 2015 théma La science en voyage

conférences les au Palais de la découverte entrée libre rogramme avril > juin 2015 théma La science en voyage les conférences au Palais de la découverte entrée libre rogramme avril > juin 2015 théma La science en voyage 11 La science en voyage 6 20 27 æ Salle de conférences 3 13 avril 16 Des airs de désert : les

Plus en détail

2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie

2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie dossier de presse mars 2015 2015 : L Odyssée de la Lumière un voyage dans le cosmos du 17 mars au 30 août 2015 à la Cité des sciences et de l industrie 2015 est l Année internationale de la lumière. À

Plus en détail

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous?

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous? Où sommes-nous? Savoir où nous sommes dans l Univers est une question fondamentale à laquelle les scientifiques de toutes les époques ont apporté des réponses, grâce aux moyens qui étaient les leurs. Pour

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier).

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier). ASTROPHYSIQUE EN DEUX MOTS Des trous noirs aussi petits que le noyau d un atome, mais aussi lourds qu une montagne pourraient avoir été créés dans les premières phases de l Univers. Dans les années soixantedix,

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS) VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination

Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination Emmeric DUPONT Comment travailler dans un environnement de plus en plus irrationnel complexe et contraint? 20 ans de la SCM, Paris, 11-12

Plus en détail

La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis

La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis O. FASSI-FEHRI - La physique aujour d hui : objet, énigmes et défis 85 La physique aujourd hui : objet, énigmes et défis Omar FASSI-FEHRI (*) 1. Introduction Le sujet dont je vais essayer de vous entretenir

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 vers les enseignants et leurs élèves

Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 vers les enseignants et leurs élèves Actions pédagogiques du CNRS/IN2P3 vers les enseignants et leurs élèves Ecole d été e2ϕ, Montpellier, 25 août 2015 Nicolas Arnaud (narnaud@lal.in2p3.fr) Laboratoire de l Accélérateur Linéaire (CNRS/IN2P3

Plus en détail

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté des sciences appliquées Bachelier en sciences de l ingénieur, orientation ingénieur civil Deuxième année PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 Daniel Baye revu

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail