Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006"

Transcription

1 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle osseuse dans les media élaborés par les professionnels de santé et l Agence de la biomédecine Contact Département communication Agence de la biomédecine : Bénédicte Vincent Qu est-ce qui justifie de recruter donneurs supplémentaires pour le Registre français? Recruter nouveaux donneurs pour le Registre français devrait permettre à terme de greffer 50% des patients pris en charge en France pour une greffe non-apparentée à partir du Registre français. En 2005, 20 % des patients pris en charge en France pour une greffe non-apparentée ont été greffés à partir du Registre français. Si l on tient compte également des greffes réalisées à partir d unités de sang placentaire, qui représentent une alternative thérapeutique à la greffe de moelle osseuse, 27.3 % des greffes non-apparentées ont été réalisées à partir du Registre français. On compte, au 30 septembre 2006, donneurs volontaires de moelle osseuse inscrits et unités de sang placentaire conservées. Cette augmentation de nouveaux donneurs pour le Registre français a été planifiée sur la base des résultats d une étude menée en France en 1994 et corroborée par une étude réalisée en Italie en Lorsque le Registre italien a atteint donneurs, l activité de greffe non apparentée dans ce pays réalisée à partir de donneurs nationaux a atteint 52 %. Actuellement, ce Registre ne recrute des donneurs que pour remplacer ceux qui sortent naturellement du Registre (âge limite). Les Italiens maintiennent leur Registre sans politique d extension. Pourquoi veut-on greffer 50 % des patients inscrits en France à partir du Registre français? Greffer 50 % des patients inscrits en France à partir du Registre français correspond à un état d équilibre recherché dans un souci d éthique et de solidarité réciproque avec les patients de tous les pays. En 2005, 72,7 % des patients pris en charge en France pour une greffe non-apparentée ont reçu des greffons provenant des Registres internationaux et 27,3 % des greffons provenant du Registre français. Recruter nouveaux donneurs pour le Registre français et augmenter, en complément, le nombre d unités de sang placentaire dans ce même Registre permettraient d atteindre un état d équilibre en matière de recours aux Registres internationaux. Aujourd hui, la diversité génétique présente parmi les 10 millions de donneurs inscrits sur les Registres internationaux permet à un grand nombre de patients pris en charge en France de pouvoir être greffés en l absence de donneurs nationaux. Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

2 Quel est l intérêt de greffer des patients inscrits en France à partir du Registre français plutôt qu à partir des Registres internationaux? L intérêt de greffer un patient à partir du Registre français est double : une organisation simplifiée du prélèvement et de la greffe et des coûts diminués. Le transport du greffon est en principe assuré par un membre de l équipe de greffe, missionné à cet effet, qui va chercher le greffon dans le centre où le donneur est prélevé (le plus proche du lieu de résidence du donneur). Le fait que le prélèvement et la greffe se fassent au sein du même territoire en simplifie donc leur organisation. De plus, un greffon provenant de l étranger coûte 2,8 fois plus cher qu un greffon provenant du Registre français. Organiser le prélèvement et la greffe sur le même territoire en réduit donc le coût. Par ailleurs, les cellules souches hématopoïétiques - les cellules que l on transfuse au patient peuvent être prélevées directement dans la moelle osseuse, mais aussi après mobilisation dans le sang : ce sont les cellules souches périphériques. En France, le donneur volontaire accepte de donner sa moelle osseuse, ou de donner sa moelle osseuse et ses cellules souches périphériques. Un donneur français est donc dans tous les cas au moins donneur de moelle osseuse. Alors qu en Allemagne, le donneur volontaire accepte de donner soit sa moelle osseuse, soit ses cellules souches périphériques, soit les deux. Un donneur allemand peut donc refuser de donner sa moelle osseuse. La possibilité de choisir le type de greffon est donc plus grande en France que dans d autres Registres, comme celui de l Allemagne. C est un atout du Registre français. Dans certains cas, le recours à un prélèvement de moelle osseuse, même si ce prélèvement nécessite une hospitalisation et une anesthésie générale, est préférable au prélèvement de cellules souches périphériques, qui peuvent provoquer des réactions immunitaires plus dangereuses pour le patient. Pourquoi a-t-on programmé de recruter ces nouveaux donneurs en dix ans et non pas en trois ans? Quel est l intérêt pour le patient? Il faut considérer que la recherche d un donneur pour un patient porte d emblée sur 10 millions de donneurs. Statistiquement, l augmentation de nouveaux donneurs en 3 ans plutôt qu en 10 ans ne change donc pas significativement les chances pour le patient de trouver un donneur. D autant plus que le patient peut bénéficier en complément des ressources que peuvent offrir les unités de sang placentaire, dont l augmentation a également été programmée. Le recrutement de nouveaux donneurs n est utile que s il apporte des phénotypes tous très différents correspondant à ceux dont les patients ont besoin. Une étude est actuellement en cours pour déterminer le profil génétique des patients pour lesquels aucun donneur n a pu être trouvé dans les Registres internationaux. Les résultats de cette étude, dans un an environ, permettront d orienter le recrutement utile pour les patients. Le recrutement de nouveaux donneurs en 10 ans est un recrutement qui paraît réaliste compte tenu des moyens et de l organisation actuelle. Envisager un recrutement de donneurs en trois ans impliquerait une modification conséquente de l organisation actuelle afin de pouvoir garantir aux volontaires une qualité d accueil et d information identique à celle qui existe aujourd hui, ainsi qu une qualité optimale des typages HLA réalisés. Enfin, une accélération du recrutement impliquerait également une révision des modalités d attribution des budgets pour pouvoir typer ces nouveaux donneurs en trois ans. La préoccupation de la France est d enrichir la diversité du Registre national, en ciblant certaines populations peu représentées dans le Registre. L Agence de la biomédecine travaille de façon permanente à l amélioration de la qualité du Registre des volontaires au don de moelle osseuse pour un meilleur accès des patients à la greffe, en améliorant en particulier, la rapidité d identification d un donneur pour le patient. Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

3 Un Registre français de deux millions de donneurs ne serait-il pas plus intéressant pour le patient? Oui dans l absolu mais seulement si les profils recrutés sont différents de ceux déjà présents dans le Registre et correspondent aux besoins des patients. Une étude est actuellement en cours pour déterminer le profil génétique des patients pour lesquels aucun donneur n a pu être trouvé dans les Registres internationaux. Les résultats de cette étude, dans un an environ, permettront d orienter le recrutement utile pour les patients. Mieux vaut un Registre de donneurs volontaires ayant des profils génétiques variés qu un Registre de 2 millions de donneurs volontaires ayant des profils génétiques récurrents. Le premier Registre est plus utile aux patients. Les efforts du Registre portent actuellement sur l amélioration permanente de sa qualité au service du patient, en mettant en place des études rétrospectives de biostatistique ou encore en améliorant la rapidité d identification d un donneur pour le patient. L actuel Registre répond-il aux besoins des patients? Est-il suffisant au regard de la population présente sur le territoire? Dans une approche d utilisation des Registres internationaux de façon éthique et solidaire, le Registre français ne répond pas encore aux besoins des patients nationaux puisqu il est utilisé dans 24 % des greffes non apparentées. L objectif à atteindre est de 50 %. Une étude va être lancée pour connaître le profil des patients nationaux qui ne trouvent pas de donneur au sein du Registre français. Les résultats permettront de répondre plus précisément à cette question. On relève une augmentation régulière de l utilisation des unités de sang placentaire dans la pratique de la greffe en France. Les greffons proviennent à part égale des Registres français et internationaux : 50 % des patients qui sont greffés à partir d unités de sang placentaire le sont à partir d unités prélevées et conservées en France. On compte unités de sang placentaire conservées en France, sur dans le monde. La fréquence avec laquelle les unités françaises sont utilisées témoigne de leur bonne qualité. Envisage-t-on de baisser le coût des typages HLA et si oui, comment? Existe-t-il un groupe de travail sur ce sujet? La réflexion est engagée à ce sujet dans le cadre d un groupe de travail. Une des pistes pourrait être de privilégier des typages HLA en très grande série et centralisés, ce qui reviendrait moins cher. Cela impliquerait une réorganisation nationale des laboratoires HLA. Y a-t-il une différence de stratégie de greffe (y compris indications) entre la France et l Allemagne (ou d autres pays)? Quelle est-elle? Quel est le bénéfice pour le patient? Existe-til des travaux comparant les résultats obtenus dans chacun de ces pays? Les indications en matière de greffe apparentée et non apparentée sont sensiblement identiques. En termes de stratégie de greffe et en schématisant la pratique, on peut identifier trois groupes de malades porteurs d hémopathies malignes. Un premier groupe de patients pour lesquels les médecins estiment qu une chimiothérapie seule est suffisante pour les soigner, c est à dire pour éradiquer les cellules proliférant de façon anormale. Ces malades peuvent guérir après chimiothérapie et n auront pas besoin d une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (moelle osseuse ou cellules souches périphériques). Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

4 Une seconde catégorie de patients pour lesquels les médecins savent, au regard des caractéristiques initiales de la maladie, que la chimiothérapie sera insuffisante et qu une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques améliorera les chances de guérison. La greffe est alors proposée après la chimiothérapie. Enfin dans certains cas peut survenir une rechute après un traitement par chimiothérapie. L allogreffe est alors indiquée par les médecins après avoir renouvelé une chimiothérapie. L allogreffe peut donc constituer une bonne alternative lorsque les premiers traitements ont échoué ou que les caractéristiques initiales de la maladie sont particulièrement graves. Mais elle n est pas dénuée de risque et elle est toujours proposée, en France, après avoir évalué les bénéfices / risques pour le patient. En matière de compatibilité HLA donneur / receveur, les stratégies sont différentes. Les critères requis sont beaucoup moins stricts en Allemagne que ceux définis dans la plupart des autres pays : France, USA, Italie, Espagne etc. Cela explique le grand nombre de donneurs identifiés pour les patients allemands et donc le plus grand nombre de greffes réalisées. Les résultats des études, la plupart du temps rétrospectives, sur les résultats de ces greffes sont discordants : seuls les Allemands ne trouvent pas d avantage à greffer en affinant le typage HLA, alors que les Autrichiens, les Italiens, les Français, les Américains et les Suisses montrent l effet bénéfique d un meilleur appariement HLA sur la survie des patients. Quels sont les résultats des allogreffes avec donneur non apparenté aujourd hui en France? Les résultats des greffes non apparentées ont considérablement progressé, grâce au meilleur appariement HLA entre le donneur et le receveur. Néanmoins, le taux de mortalité est globalement de 50 % incluant les causes liées à la maladie ellemême (rechute) ou celles liées aux complications de la greffe. Ce chiffre reste très variable en fonction des indications de greffe et des maladies. Certains malades ont de très grandes chances de guérir, d autres beaucoup moins. Les complications de l allogreffe de cellules souches hématopoïétiques sont de trois ordres : immunologiques, liées au conflit entre cellules du donneur et du receveur, infectieuses, pour lesquelles les progrès médicamenteux sont très importants, toxiques, liées entre autres à la lourdeur des traitements antérieurs (radiothérapie ou chimiothérapie nécessaire pour détruire la moelle osseuse du receveur avant de la remplacer par celle du donneur). Quelles sont les évolutions significatives de l activité de greffe de moelle osseuse en France? En 2005, l activité d allogreffe de moelle osseuse apparentée et non apparentée a augmenté de 23 % par rapport à Cette hausse s explique principalement par deux raisons : l augmentation des greffes de sang placentaire qui représentait 7,6 % des greffes en 2004 et qui en représente aujourd hui 11,6 %, et l accès à la greffe de patients plus âgés (plus de 55 ans) grâce à un changement du traitement pré-greffe. Pour les seules greffes non apparentées, l augmentation d activité entre 2004 et 2005 est de 65 %. Cette hausse s explique là encore par une augmentation des greffes de sang placentaire (25 % en 2004 et 31 % en 2005). Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

5 Combien y a-t-il réellement par an de patients ayant besoin d une greffe? Quelle est la proportion d enfants par rapport aux adultes? Il est aujourd hui impossible d évaluer le nombre exact de patients ayant besoin d une greffe dans la mesure où la liste des patients inscrits sur le Registre France Greffe de Moelle pour la recherche d un donneur n est pas le reflet exact des besoins en greffe de moelle osseuse. En effet, toutes les indications de greffe ne sont pas recensées, les pratiques médicales pouvant différer en fonction du profil des patients et des habitudes. Certains médecins inscriront leurs patients seulement après avoir effectué plusieurs consultations rapides des Registres, une fois qu ils auront l assurance qu il existe un donneur potentiellement compatible. Dans l intervalle de temps, ils proposeront d autres traitements à leurs patients. D autres inscriront d emblée leurs patients sur le Registre et maintiendront la recherche d un donneur HLA compatible, même si elle est initialement infructueuse. Ils proposeront des traitements alternatifs le temps de la recherche. D autres encore arrêteront d emblée la recherche si elle n identifie pas de donneur et s orienteront vers d autres types de greffe, sang placentaire ou greffe familiale HLA incompatible. Un travail reste à faire en collaboration avec les sociétés savantes pour tenter de préciser les besoins. On peut cependant dire qu en 2005, patients ont été inscrits sur le Registre France Greffe de Moelle, dont 24 % d enfants. Sur ces patients, près de 50 % ont été greffés dans l année, dont un quart d enfants. Que deviennent les patients pour qui une indication de greffe a été posée et qui ne sont pas greffés? Combien sont-ils? Il n y a pas aujourd hui d études permettant de répondre à cette question. Une étude prospective européenne est en cours. Elle évalue le devenir des patients adultes et enfants atteints de leucémie aiguë à partir du moment où un typage HLA est réalisé, pour déterminer la proportion de patients greffés en situation familiale, non-apparentée ou non greffés. Ses résultats ne seront connus que dans plusieurs mois. Les chiffres du rapport du Registre France Greffe de Moelle nous donnent les causes d annulation de greffe non apparentée, après l inscription. En 2005, parmi les inscrits, 465 ont été désinscrits au cours de l année : 286 après greffe de cellules souches hématopoïétiques non apparentées (moelle osseuse, cellules souches périphériques, sang placentaire), 50 pour détérioration de leur état clinique, 55 pour cause de décès et 74 pour traitement alternatif (par exemple greffe familiale non compatible, chimiothérapie.). Les greffes à partir de sang placentaire donnent-t-elles de bons résultats? Pour quels types de malades? Dans le cas des leucémies de l enfant, les résultats des greffes de sang placentaire tendent à être similaires à ceux des greffes de moelle osseuse. Pour les autres pathologies, les résultats sont en cours d évaluation. Aujourd hui, environ unités de sang placentaire sont à la disposition des malades dans plusieurs pays. Une greffe de sang placentaire peut être envisagée dans des situations précises. La nécessité d une compatibilité HLA parfaite est moins stricte, les cellules contenues dans le sang placentaire étant en effet moins différenciées et donc plus «neutres» du point de vue de la compatibilité HLA. Le volume de ces greffons est souvent trop faible pour greffer un malade dont le poids est supérieur à 50 Kg. Des travaux récents montrent qu une greffe est désormais réalisable avec deux unités de sang placentaire. Des études cliniques et l analyse des résultats à moyen et long terme de ces travaux restent à faire pour s assurer de l efficacité de ce type de greffe. Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

6 Existe-t-il des nouvelles perspectives thérapeutiques en matière de traitement par greffe de moelle osseuse / CSH / sang de cordon? En France, dans la mesure où le niveau de compatibilité HLA entre le donneur et le receveur est le plus souvent optimal et que persistent des complications immunologiques, les voies de recherche sont le polymorphisme des marqueurs liés au HLA, tel le marqueur «KIR» (Killer immunoglobukine receptors) qui est une protéine dont la présence ou l absence chez le donneur influence aussi le devenir de la greffe, ou non liés au HLA, et l utilisation de nouveaux immunosuppresseurs. Depuis quelques années, un nouveau type d allogreffe s est développé, très improprement appelé «mini-greffe». Ce sont des greffes effectuées après un traitement plus léger précédant la greffe. Elles sont globalement mieux tolérées initialement par les malades et induisent une mortalité toxique moindre. Elles sont donc accessibles à des patients plus âgés et / ou en moins bonne condition physique. Cependant, cette technique de greffe ne résout pas tous les problèmes, et notamment ne supprime pas toutes les complications immunologiques et infectieuses à moyen et long terme. Des greffes de cellules souches hématopoïétiques utilisant des donneurs familiaux seulement à moitié compatibles (greffes haplo-identiques) sont effectuées selon des modalités très particulières avec des résultats qui paraissent prometteurs. Ces greffes, parce que familiales, peuvent souvent être réalisées dans des délais plus courts que les greffes utilisant des donneurs non familiaux. Des essais sont également en cours sur l utilisation de cellules souches issues de l environnement de la moelle osseuse (cellules souches mésenchymateuses), dont les propriétés immunologiques notamment aideraient à combattre les complications immunologiques de la greffe. Direction de la communication Agence de la biomédecine / janvier

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Communiqué de presse. Saint-Denis, le 16 novembre 2005

Communiqué de presse. Saint-Denis, le 16 novembre 2005 FRANCE GREFFE DE MOELLE FICHIER NATIONAL DE DONNEURS DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏÉTIQUES Communiqué de presse Saint-Denis, le 16 novembre 2005 16 novembre 2005. Dans le monde et pour tous les patients

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE Dr Evelyne MARRY Directrice DIRECTION PRELEVEMENT GREFFE - CSH Agence de la biomédecine 1 LE REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Aline Voidey Soirée de la Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 27 novembre 2014 L hématopoièse Une seule et unique

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

10 ÈME SEMAINE DE MOBILISATION POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE 29 MARS 4 AVRIL 2015 KIT DE COMMUNICATION

10 ÈME SEMAINE DE MOBILISATION POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE 29 MARS 4 AVRIL 2015 KIT DE COMMUNICATION 10 ÈME SEMAINE DE MOBILISATION POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE 29 MARS 4 AVRIL 2015 KIT DE COMMUNICATION 3 BUS, 7 JOURS, 21 VILLES POUR CONVAINCRE LE PLUS GRAND NOMBRE DE DEVENIR DONNEUR DE MOELLE OSSEUSE

Plus en détail

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé

Le prélèvement de moelle. osseuse. Agence relevant du ministère de la santé Le prélèvement de moelle osseuse Agence relevant du ministère de la santé Vous êtes compatible avec un patient qui a besoin d une greffe 1 Avant le prélèvement La date du prélèvement La date du prélèvement

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

Enquête sur le don de moelle osseuse

Enquête sur le don de moelle osseuse Enquête sur le don de moelle osseuse Réalisée auprès des étudiants de première année à l Université de Poitiers en septembre 2012 En France, pour que leur vie continue, 2 400 malades ont besoin d un don

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Mon enfant va recevoir une allogreffe de moelle LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Coordonné par Michel DUVAL et Dominique DAVOUS, en partenariat avec l Espace

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux!

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Dr Marion Baudard Directeur Médical, Coordinateur des Sites de Collecte Banque de Sang Placentaire du CHRU de Montpellier

Plus en détail

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007 LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET Février 2007 Introduction Il est aujourd hui souhaitable de ne plus parler de «greffe de moelle» mais de «greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT au nom de la Commission I (Biologie Immunologie Génétique) Les banques de sang de

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Guide Classes CM1-CM2

Guide Classes CM1-CM2 Guide Classes CM1-CM2 Vous souhaitez monter un projet d information, un événement, une action en soutien à une association? L association Laurette Fugain a besoin de vous! SOMMAIRE Présentation de l association

Plus en détail

G U I D E D I N F O R M A T I O N S. Don de Moelle Osseuse : Comment aider les malades en attente de greffe? Edition 2010 mise à disposition par

G U I D E D I N F O R M A T I O N S. Don de Moelle Osseuse : Comment aider les malades en attente de greffe? Edition 2010 mise à disposition par G U I D E DON DE MOELLE OSSEUSE : Comment aider les malades en attente de greffe? Don de Moelle Osseuse : Comment aider les malades en attente de greffe? D I N F O R M A T I O N S Edition 2010 mise à disposition

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Quand la maladie vient compliquer la transition de l adolescence vers le merveilleux monde des adultes Développement d une clinique pour adolescents greffés Marie-France Vachon, M.Sc.Inf., CPON, CSIO,

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ Établissements de santé MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction de la régulation de l offre de soins _ Bureau plateaux techniques

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes

mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes SOMMAIRE MEMO POUR LA VIE Le Don de Sang Total 3 Le Don de Plaquettes 4 Le Don de Plasma 5 Le Don de Moelle Osseuse 6 Le Don de Sang de

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE 1. Ainsi que le Directeur général l a fait observer dans son rapport à la soixante-dix-neuvième

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Greffe de cellules souches hématopoïétiques

Greffe de cellules souches hématopoïétiques Greffe de cellules souches hématopoïétiques LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PATIENTS ÉDITION 2013 Responsabilités Rédaction Dominique Davous, Espace éthique AP-HP, Cent pour

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN

EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN REHAL : actualités et perspectives; 10 ème journée 22 novembre 2012 EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN Dr Azzedine ASSAL Directeur EFS-AQLI LA RÉGION AQUITAINE-LIMOUSIN

Plus en détail

Mise en banque du sang de cordon ombilical : Implications pour les fournisseurs de soins périnatals

Mise en banque du sang de cordon ombilical : Implications pour les fournisseurs de soins périnatals DIRECTIVES CLINIQUES DE LA SOGC N o 156, mars 2005 Mise en banque du sang de cordon ombilical : Implications pour les fournisseurs de soins périnatals La présente directive clinique a été examinée par

Plus en détail

Devenez Donneurs Sommaire

Devenez Donneurs Sommaire Devenez Donneurs Sommaire 1 Devenir donneur de moelle : informations générales 2 Formulaire de candidature 3 Questionnaire Médical 4 Liste des centres dʼinscription 1. Devenir Donneur de Moelle Osseuse.

Plus en détail

Thérapies par cellules souches dans la SEP

Thérapies par cellules souches dans la SEP Thérapies par cellules souches dans la SEP Rédigé en partenariat avec Sommaire Introduction 3 Qu est-ce que la SEP? 4 Que sont les cellules souches? 5 Qu est-ce qu une thérapie par cellules souches? 6

Plus en détail

à Mulhouse un centre pionnier de recherche médicale

à Mulhouse un centre pionnier de recherche médicale à Mulhouse un centre pionnier de recherche médicale 25 ans de lutte contre les leucémies et l infarctus du myocarde Fondé en 1987 par le Professeur Philippe Hénon et localisé au sein de l Hôpital du Hasenrain

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique INDICATIONS ACTUELLES DES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Ibrahim Yakoub-Agha Service des Maladies du Sang, Hôpital Huriez, CHRU, LILLE Introduction La greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD)

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) An 1 (Clinique) An 2 (Clinique et Recherche) 3 (Recherche et Clinique) An Crédits : 6 Crédits : 6 Crédits : 3 Durée : 6 périodes Durée : 4 périodes Durée : 2

Plus en détail

Association Ninon Soleil

Association Ninon Soleil Association Ninon Soleil Don de moelle osseuse et multiethnicite QUELQUES ARTICLES RELEVES SUR INTERNET EN PROVENANCE ESSENTIELLEMENT DU CANADA DES ETATS-UNIS. CERTAINS VIENNENT DE FRANCE, MAIS COMME IL

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 117

Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 117 Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 117 Utilisation des cellules souches issues du sang de cordon ombilical, du cordon lui-même et du placenta et leur

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte Mars 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour faciliter la discussion sur

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Accrédité par l AABB. www.progenicscryobank.com

Accrédité par l AABB. www.progenicscryobank.com La conservation du sang ombilical de votre bébé à la naissance pourrait bien plus tard sauver la vie de votre enfant et celle d autres membres de votre famille www.progenicscryobank.com Accrédité par l

Plus en détail