Sondage sur la connectivité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sondage sur la connectivité"

Transcription

1 2009 Sondage sur la connectivité Réseauter le Nord Connectivité quant à Internet haute vitesse et son utilisation dans le Nord de l Ontario : guide de l utilisateur 2009

2 Sondage sur la connectivité dans le Nord de l Ontario Table des matières MÉTHODOLOGIE ET LOGISTIQUE...2 Survol... 2 Échantillon du sondage... 2 Méthode d enquête... 2 Logistique... 2 Confiance issue du sondage... 3 Analyse... 3 RÉSUMÉ SUR L UTILISATION À LA MAISON...6 Q1. Avez-vous un ordinateur personnel chez vous?... 6 Q2. Quelle est la principale raison pour laquelle personne dans ce ménage ne possède d ordinateur?... 7 Q3. Avez-vous accès à Internet à la maison?... 8 Q4. Quelle est la principale raison de ne pas avoir accès à Internet à la maison? Q5. Avez-vous déjà eu un service Internet que vous avez ensuite annulé? Q6. À quelle fin utilisez-vous Internet à la maison? Q7. Avez-vous un accès à haute vitesse à Internet? Q8. Quelqu un de votre ménage accède-t-il à Internet depuis d autres endroits? RÉSUMÉ SUR L UTILISATION DANS LES ENTREPRISES...17 Q1. Votre entreprise a-t-elle un accès à Internet sur place? Q2. Avez-vous un accès haute vitesse à Internet à votre entreprise? Q3. Votre entreprise a-t-elle un site Web? Q4. À quelles fins votre entreprise utilise-t-elle son site Web? Q5. Votre entreprise inclut-elle la technologie comme composante de son plan d affaires?. 22 Nous tenons à reconnaître le généreux soutien de FedNor et de la SGFPNO lors l élaboration du présent rapport. 1

3 Méthodologie et logistique Survol Le présent document présente les résultats clés d un sondage sur l utilisation d Internet dans les ménages et les entreprises dans le Nord de l Ontario. Le sondage a été effectué par la société Oraclepoll Research Ltd. pour le North Eastern Ontario Communications Network (NEOnet Inc.) à la fin du printemps de 2009 et il a été rendu possible grâce au généreux soutien de FedNor et de la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l Ontario. Vous pouvez télécharger une version plus détaillée de ce sondage à l adresse Échantillon du sondage Aux fins de ce sondage et conformément aux définitions du gouvernement tant provincial que fédéral 1, le Nord de l Ontario se définit comme la division du Grand Sudbury et les districts de Kenora, Rainy River, Thunder Bay, Algoma, Cochrane, Manitoulin, Sudbury, Timiskaming, Nipissing et Parry Sound. Cinq cents (500) résidents et 300 entreprises d un peu partout dans les régions suivantes ont été interrogées : Timmins, Sudbury, Sault Ste Marie - Algoma, Thunder Bay, District de Timiskaming District, North Bay - Nipissing. Méthode d enquête La société Oraclepoll a effectué le sondage à l aide de techniques d interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) et de choix de numéros aléatoires. Toutes les interviews ont eu lieu dans la langue choisie par les sondés. La direction de la société Oraclepoll a supervisé 100 % des interviews et 30 % ont été surveillées. Logistique Le personnel de la société de sondage a effectué les interviews du 2 juin 2009 au 11 juin La société Oraclepoll a fait les appels téléphoniques initiaux de 9 h à 21 h tous les jours avec des rappels automatiques faits de façon échelonnée rotative chaque jour jusqu à cinq fois (de 10 h à 21 h) pour les numéros où l on n a pas répondu et les lignes occupées jusqu à ce qu il y ait contact. En outre, le personnel de la société Oraclepoll a tenté de fixer des rendez-vous d interview téléphonique avec les sondés incapables de répondre au sondage au moment du contact. 1 ministère des Affaires municipales et du Logement et Statistique Canada 2

4 Confiance issue du sondage La marge d erreur pour le sondage des ménages de 500 personnes est de ± 4,4 %, 19 fois sur 20. La marge d erreur pour le sondage des 300 entreprises est de ± 5,6 %, 19 fois sur 20. Analyse Dans la mesure du possible, les résultats statistiques du Nord de l Ontario ont été comparés aux données nationales afin de donner un contexte et un fondement pour l explication des incidences possibles. Il convient de signaler qu en 2005, Statistique Canada a remplacé l Enquête sur l utilisation d Internet par les ménages (EUIM) par l Enquête canadienne sur l utilisation d Internet (ECUI), qui se concentrait sur l utilisation individuelle d Internet plutôt que sur les totaux par ménage. Ce changement dans la collecte des données rend difficile la comparaison entre les données recueillies par la société Oraclepoll et les chiffres nationaux, toutefois, dans la mesure du possible les données du Nord de l Ontario seront comparées aux données recueillies par l ECUI de 2007 ou les chiffres extrapolés à partir d ensembles de données précédents en faisant appel aux taux de croissance moyens prévus. Le tableau 1 présente un résumé des résultats importants dans le Nord de l Ontario, par comparaison avec les statistiques nationales. Tableau 1. Les résultats clés des utilisations commerciale et résidentielle d Internet pour le Nord de l Ontario et le Canada Signalons que le Nord de l Ontario semble avoir des taux de pénétration plus élevés (et, par conséquent, meilleurs) que la moyenne canadienne pour : les taux de pénétration de l ordinateur dans les ménages, les taux de pénétration d Internet dans les ménages, 3

5 la connexion haute vitesse dans les ménages, les taux de pénétration d Internet dans les entreprises, les entreprises ayant un site Web, les entreprises achetant des services en ligne. En 2005, le Nord de l Ontario accusait un important retard sur la moyenne nationale quant à deux principaux indicateurs : les taux de pénétration d Internet haute vitesse dans les ménages et dans les entreprises (52 % par opposition à 69 % et 55 % par opposition à 75 % respectivement). Depuis, le Nord de l Ontario a connu une importante croissance des taux de pénétration de la haute vitesse dans les ménages et dans les entreprises, ce qui permis en fait de combler l écart avec les chiffres nationaux (75 % par opposition à 74 % et 74 % par opposition à 75 % respectivement). La croissance exponentielle des taux de pénétration de la haute vitesse, soit près de 45 % depuis 2005, dans l ensemble du Nord de l Ontario peut être directement attribuée aux travaux effectués en matière de l infrastructure à large bande par les organismes régionaux de développement des technologies et par leurs partenaires des secteurs public et privé. Tandis que les projets régionaux d infrastructure à large bande ont abordé l un des plus grands obstacles à l amélioration des taux de pénétration d Internet haute vitesse, soit l accès à l infrastructure à large bande, il demeure des enclaves de population sans service et un petit nombre des résidents et d entreprises qui ne souscrivent pas à un service haute vitesse parce que ils ne sont pas conscients d une raison quelconque d utiliser la large bande ou qu ils perçoivent les frais de la connectivité haute vitesse comme étant trop élevés. Les taux de pénétration dans le Nord de l Ontario sont supérieurs à la moyenne canadienne pour un certain nombre de raisons : Des fonds gouvernementaux pour le Nord de l Ontario, comme FedNor et la SGFPNO, ont entretenu un solide engagement en matière de finances et de ressources afin d améliorer l infrastructure des technologies de l information et des communications (TIC) dans l ensemble de la région. Les partenaires du secteur privé se sont intéressés de plus en plus à s associer aux organismes régionaux de développement des technologies et au secteur public pour étendre la zone de couverture à large bande dans des zones qui, autrement, resteraient non desservies. Les organismes régionaux de développement des technologies continuent de sensibiliser les résidents et les entreprises aux avantages de profiter d Internet haute vitesse et à la nécessité de le faire. Le fait de vivre dans des endroits éloignés encourage des solutions innovatrices pour surmonter la distance et la géographie. Les achats en ligne chez les entreprises sont plus communs ici peut-être parce que la distance des fournisseurs en fait davantage une nécessité. 4

6 Les incidences pour les décideurs et les organismes de développement communautaire comprennent : Les projets régionaux d infrastructure à large bande au cours des cinq dernières années ont bien réussi, dans l ensemble, à régler les préoccupations de «fossé numérique» quant à l accès physique et à l éducation. L investissement dans la connectivité à large bande dans le Nord de l Ontario a encouragé des taux de pénétration qui dépassent la moyenne nationale, ce qui finit par créer un milieu plus propice à la création d emplois, à la prestation de services et au maintien sur place des jeunes. Davantage d investissement dans la connectivité à large bande du Nord de l Ontario devrait se concentrer sur l agrandissement de la zone de couverture à large bande, de même que sur l amélioration de l infrastructure actuelle de sorte à ce que les entreprises et les résidents de la localité puissent profiter de nouvelles applications en ligne. L investissement ne peut pas se limiter au financement de projets d infrastructure. Il faut soutenir des programmes d éducation et de sensibilisation afin d aider les entreprises et les ménages à appliquer les services à large bande dans le contexte de leurs besoins individuels. Le service Internet de base ne peut pas accomplir les applications innovatrices disponibles par l entremise de la large bande. Le point de mire de tels programmes d éducation devrait être «d adopter les applications haute vitesse» pour encourager une culture d innovation et davantage d aise quant à la technologie en général. 5

7 Résumé sur l utilisation à la maison Q1. Avez-vous un ordinateur personnel chez vous? Le pourcentage de ménages du Nord-Est ontarien sondés qui ont un ordinateur personnel a augmenté de 2 % depuis 2005 pour atteindre 85 %. Des 15 % des ménages qui restent, 4 % prévoient acheter un ordinateur dans l année qui vient et les 96 % qui restent ne le prévoient pas ou ne savent pas s ils s en achèteront un. COMPARAISON NATIONALE Selon une étude de 2007 de Statistique Canada 2, les Canadiens ont un taux de pénétration de l ordinateur dans les ménages de 78,4 %. Redressé selon les chiffre de 2009, étant donné le taux de croissance annuel moyen depuis 2003 (3,5 %), il est raisonnable de supposer que les chiffres nationaux de 2009 sont maintenant près de 84,0 %, comparables à ceux du Nord de l Ontario. INCIDENCES Il y a quatre ans, environ 10 % plus de ménages dans le Nord de l Ontario possédaient un ordinateur personnel par comparaison avec le reste du Canada tandis que les chiffres d aujourd hui sont semblables. Les données sur le fait d être propriétaire d un ordinateur dans le reste du Canada ont augmenté de façon assez importante tandis que la moyenne du Nord de l Ontario est demeurée plutôt stagnante. Cette augmentation du fait d être propriétaire d un ordinateur dans le reste du Canada peut s expliquer par la diminution importante du prix des ordinateurs au cours des cinq dernières années, le recours accru à l ordinateur pour faire des affaires, socialiser et accéder à des biens et services. 2 Source : 6

8 Q2. Quelle est la principale raison pour laquelle personne dans ce ménage ne possède d ordinateur? Le «manque d intérêt» est demeuré la raison numéro un, citée par près de quatre sondés sur dix (39 %), de ne pas avoir d ordinateur personnel dans le ménage. Le fait d être trop vieux pour apprendre (26 %) et l ignorance du mode d emploi de l ordinateur (19 %) étaient les raisons les plus communes suivantes, suivi du coût, de la non-disponibilité d Internet haute vitesse et le fait que les sondés utilisaient des ordinateurs à d autres endroits. La concurrence acharnée dans le marché de l ordinateur ménager a fait baissé les frais de propriété de façon importante au cours des cinq dernières années, de mini-portatifs étant désormais disponible à moins de 500 $. Par conséquent, il n est pas surprenant que moins de 1 sondé sur 10 sans ordinateur ménager (8 %) disait que le coût était un facteur quant à leur décision. Le résultat le plus important, c est que près de 5 non-propriétaires d ordinateur sur 6 (85 %) ne voyaient pas d avantages à être propriétaire d un ordinateur personnel, indiquant des raisons comme «trop vieux pour apprendre», «l ignorance du mode d emploi» et «aucune raison de s en servir». Statistique Canada a trouvé que seulement 28,8 % des Canadiens de plus de 65 ans utilisaient Internet en 2007, 3 environ 32 % en Bien que le nombre de ménages propriétaires d ordinateur dans le Nord de l Ontario soit comparable au chiffre national, les résultats donnent une indication claire qu il faut en faire davantage afin de sensibiliser le public à la valeur de la technologie. Il y a eu, par le passé, des programmes disponibles afin d aider à combattre les réponses «trop vieux pour apprendre» et «ignorance du mode d emploi». Toutefois les résultats donnent à penser qu il faut davantage de travail afin de mettre les personnes âgées plus à leur aise par rapport à la technologie. 3 Source : 7

9 Q3. Avez-vous accès à Internet à la maison? Le Nord de l Ontario continue de signaler des chiffres importants quant aux taux de pénétration d Internet avec 92 % des sondés possédant un ordinateur ménager ayant une forme quelconque d accès Internet. Cela signifie que près de 8 ménages sur 10 (79 % de tous les sondés) dans le Nord de l Ontario ont un accès Internet. Quatre pour cent des ménages propriétaires d ordinateur prévoient obtenir Internet dans l année qui vient et les 4 % qui restent soit ne savent pas s ils obtiendront un accès Internet ou ne prévoient pas de le faire. COMPARAISON NATIONALE Selon Statistique Canada, 72,7 % des ménages canadiens avaient une connexion Internet en Les chiffres de Statistique Canada ont aussi révélé une tendance à la hausse d une année à l autre. Par conséquent, si nous extrapolons la croissance au cours des deux dernières années en nous fondant sur une croissance annuelle moyenne de 5 % depuis 2003 le chiffre redressé de 80 % demeure inférieur à celui du Nord de l Ontario. Par comparaison avec les taux de pénétration d Internet dans le Canada rural, les chiffres nationaux se situent aux trois quarts de ceux du Nord de l Ontario. Seulement 65 % 5 des résidents des petites villes ou des régions rurales ont accédé à Internet en 2007 ou un chiffre redressé de 72 % en 2009, par comparaison avec 79 % dans le Nord de l Ontario. 4 Source - 5 Source - 8

10 INCIDENCES Le taux de pénétration assez élevé dans le Nord de l Ontario est certainement le résultat du niveau d investissement des secteurs privé et public dans l infrastructure à large bande dans la région depuis L investissement apporté par les entreprises et les résidents de la localité demande de pallier l éloignement de leurs collectivités. Le Nord de l Ontario représente près de 90 % du territoire de l Ontario, avec une densité de la population d environ 1 personne au kilomètre carré. 6 L infrastructure à large bande donne l occasion aux entreprises de la région de profiter de marchés plus grands et aux résidents de la région d accéder à un vaste éventail de programmes de perfectionnement professionnel et d études non offerts dans la collectivité. En réduisant grandement les frais de communication et de transfert de données, la large bande offre des possibilités jusque-là limitées aux grands centres de population de participer aux activités d innovation et économiques fondées sur les échanges de produits et services d information. 7 Les taux de pénétration d Internet, en particulier les taux de la large bande, continueront d augmenter au fur et à mesure que davantage d entreprises à domicile choisiront des moyens d utiliser la large bande pour atteindre leurs marchés et de résidents souscriront aux applications de réseautage sociale ou adopteront d autres applications de communication comme la téléphonie et la voix par IP (VOIP). 6 Source - 7 Northern Ontario in the network economy: Broadband, information technologies, and economic development, Charles H. Davis Ph.D. E.S. Rogers Sr. Research Chair Rogers Communications Centre Faculty of Communication & Design Ryerson University, Toronto, juin

11 Q4. Quelle est la principale raison de ne pas avoir accès à Internet à la maison? On a demandé aux personnes qui ont indiqué ne pas avoir d accès Internet la raison pour laquelle elles avaient choisi de ne pas souscrire à ce service. Le manque d intérêt / aucune raison de l utiliser (29 %) était la raison la plus commune de ne pas avoir de connexion, suivi par le fait d être «trop vieux», l ignorance du mode d emploi, l utilisation d Internet ailleurs que chez soi et la disponibilité de seulement l accès commuté dans la région, toutes à 14 %. Le coût et l incertitude sont les raisons les moins indiquées (7 % chacune). COMPARAISON NATIONALE Des 500 ménages sondés, seulement 8 % de ceux qui possédaient un ordinateur domestique ont dit ne pas avoir d accès Internet, dont près du tiers des sondés (29 %) ont indiqué qu ils n avaient aucun intérêt ou aucune raison d utiliser Internet. En soi, ce chiffre peut ne pas sembler trop grand, toutefois lorsqu on le combine aux autres réponses qui limite la demande de large bande comme étant «trop vieux» et «l ignorance du mode d emploi», près de 6 sondés sur 10 (57 %) ne voyaient aucune raison d avoir un accès Internet. Les chiffres nationaux de 2007 montrent que l âge demeure un important facteur de l adoption d Internet. En 2007, 96 % des personnes de 16 à 24 ans naviguaient en ligne, soit plus de trois fois le chiffre correspondant de 29 % chez les personnes de 65 et plus. 8 INCIDENCES L écart de l utilisation d Internet selon le groupe d âge, la situation économique et l éducation sont très préoccupantes car un nombre croissant d établissements privés et publics est en train d adopter les formulaires de demande en ligne pour servir leurs clients. Ce virage dans les mécanismes de prestation de services pourrait laisser certains segments de notre population dans le noir. Quarante-cinq pour cent des entreprises du secteur privé et près de 94 % des établissements du secteur public one une présence sur le Web, avec près de 90 % de tous les 8 Source - 10

12 établissements de la santé et des services sociaux qui offrent des renseignements en ligne. 9 Bien qu on soit en train de combler le fossé numérique dans le Nord, il semble qu il faille encore déployer des efforts afin de sensibiliser les entreprises et les résidents du Nord aux raisons pour lesquelles ils devraient utiliser Internet. L Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) appelle ce développement le «fossé d utilisation». 10 Il faut continuer d élaborer et de donner des programmes de formation en informatique qui ciblent les groupes de non-utilisateurs à des sites publics d accès Internet ou par l entremise d ateliers, de séances d information et de promotions des opinions et du leadership en vue de faire profiter la technologie à tout le monde. Q5. Avez-vous déjà eu un service Internet que vous avez ensuite annulé? On a demandé aux sondés qui n ont pas d accès Internet à la maison s ils avaient déjà souscrit à un service Internet, mais qu ils l avaient annulé par la suite. Cinquante-six pour cent ont indiqué qu ils avaient été branchés à un moment donné mais qu ils avaient annulé ce service. Cela représente 4 % de tous les ménages sondés 11. Quarante-quatre pour cent des ménages sans accès n ont jamais souscrit à Internet, soit 3 % de tous les ménages sondés. La principale raison indiquée de l annulation, c était que la haute vitesse n était pas disponible (33 %), suivie par le déménagement (27 %), aucun intérêt à se rebrancher (22 %), l usage abusif d Internet (6 %), l accès à d autres endroits (5 %) et le mauvais service (5 %). INCIDENCES Il faut agrandir davantage l infrastructure à large bande pour prévoir l utilisation généralisée d Internet dans le Nord de l Ontario. Le tiers des sondés ont donné à penser qu ils ne sont pas présentement branchés parce qu Internet haute vitesse n est pas disponible. Bien que près de 75 % de tous les résidents du Nord ont un accès Internet haute vitesse, il est évident étant donné les raisons du débranchement que l accès commuté et un service peu fiable ne suffisent pas. Il 9 Source OECD Information Technology Outlook % des 8 % ménages n avaient aucun accès Internet 11

13 est important de signaler qu aucun sondé n a indiqué les frais des connexions haute vitesse, soit une diminution depuis 25 % en Cela pourrait refléter la concurrence accrue dans l industrie des télécommunications. Q6. À quelle fin utilisez-vous Internet à la maison? On a demandé aux personnes qui avaient un accès Internet à la maison d indiquer leur utilisation principale du service Internet. Vingt-cinq pour cent des sondés ont indiqué des fins de communication comme leur utilisation principale d Internet. C est un important changement par rapport à 2005 où plus du tiers des sondés ont indiqué «le travail ou les affaires» comme principale raison de la connectivité. Cette utilisation est maintenant à égalité en quatrième place avec les achats comme raison principale d utiliser Internet. Les applications suivantes les plus populaires avaient aussi rapport à des applications sociales ou personnelles les transactions bancaires (18 %), les divertissements (14 %), les achats et le travail ou les affaires (11 %), les travaux scolaires (10 %) et autres (10 %). INCIDENCES Les Canadiens et, d ailleurs, les résidents du Nord de l Ontario ont employé des applications Internet, comme Facebook (65 % des Canadiens adultes utilisateurs de réseautage social d Internet) 12, comme moyen économique de garder le contact les uns avec les autres. Un sondage Ipsos Reid effectué en 2007 a trouvé que près de 40 % des utilisateurs adultes ayant accès à Internet ont visité un site de réseautage social en ligne, dont près de 30 % ont un profil en ligne. 13 Bien que le taux de participation varie selon la cohorte, il demeure remarquable de penser que 2 Canadiens sur 5 sont conscients des sites de réseautage social et les utilisent. Près de huit visiteurs des sites de réseautage social sur dix ont été convertis en utilisateurs actifs. 14 La même étude a trouvé que les membres canadiens de Facebook utilisent cette application en moyenne 5,9 heures par semaine Source Source Source Source - 12

14 Une comparaison directe avec les chiffres nationaux quant aux activités en ligne, p. ex. les transactions bancaires, l éducation et les divertissements, est impossible puisqu on avait seulement demandé aux sondés leur principale utilisation. Les chiffres nationaux sont les suivants : les transactions bancaires et les paiements de facture 62,5 %, l éducation 42,9 % et les divertissements jeux 38,7 % / nouvelles et sports 63,7 %. 16 Au cours des quelques dernières années, le contenu et les services ont changé depuis leurs médias traditionnels câblodiffusion, journaux et les transactions bancaires à la succursale ou au guichet automatique aux services en ligne. L infrastructure à large bande existante subira une pression croissante au fur et à mesure que le nombre d utilisateurs qui se prévalent des services en ligne augmentera, problème qu éprouvent déjà bon nombre de fournisseurs de services Internet (FSI) quant aux applications exigeant une grande bande passante comme l utilisation en commun de fichiers poste à poste et la lecture en transit de fichier visuel, ce qui entraîne une tentative de façonnage de bande passante ou d allocation de bande passante par site Web (throttling). 17 L amélioration de l infrastructure actuelle à large bande visant à permettre une demande accrue de bande passante devrait être le point de mire principal de tout développement à venir de la large bande. Certains territoires un peu partout au Canada ont déjà commencé ou ont achevé des projets de systèmes à fibres optiques desservant les foyers ou au point de concentration (branchement sur le trottoir), capables de vitesses pouvant atteindre 100 Mbs. 18 Par exemple, Vidéotron au Québec offre la haute vitesse à domicile jusqu à 50 Mbs 19 et SaskTel en Saskatchewan offre jusqu à 25 Mbs 20 dans certaines collectivités. 16 Source Source Source Source Source - 13

15 Q7. Avez-vous un accès à haute vitesse à Internet? On a interrogé les sondés ayant un accès Internet à la maison au sujet de leur vitesse d accès. Étant donné le nombre de projets d expansion de la large bande qui ont été achevés dans l ensemble de le Nord de l Ontario au cours des quatre dernières années, on pourrait, sans craindre de se tromper, supposer que la tendance, c est qu un plus grand nombre de résidents ait accès à Internet haute vitesse. Les répondants au sondage ont confirmé cette hypothèse. En fait la très grande majorité des internautes (75 % des sondés) ont Internet haute vitesse, soit une augmentation de près de 50 % par rapport au chiffre de 2005 (51 %). Chez les 24 % qui n ont pas Internet haute vitesse, 62 % ont indiqué que ce service n était pas encore disponible dans leur région, tandis que 18 % ont affirmé qu il était trop cher, 11 % ont mentionné le manque d intérêt comme raison principale. Six pour cent ont déclaré que l accès commuté convenait à leurs besoins et 3 % ne le savaient pas. COMPARAISON NATIONALE Les connexions Internet haute vitesse sont de plus en plus populaires auprès des internautes à l échelle nationale 88 % d utilisateurs à domicile avaient une connexion haute vitesse en Le chiffre national pourrait maintenant s élever à plus de 90 %, étant donné la croissance de 10 % de 2005 à Ces chiffres soulignent le fait que même avec une croissance de près de 50 % quant à Internet haute vitesse dans le Nord de l Ontario, il reste encore beaucoup de travail à faire. 21 Source Source - 14

16 INCIDENCES L investissement des secteurs public et privé dans l infrastructure à large bande pour le Nord de l Ontario a produit une importante croissance de l adoption des connexions Internet haute vitesse, soit près de 50 % depuis Soixante-quinze pour cent des internautes à la maison ont Internet haute vitesse et 16 % de plus des internautes ont indiqué qu ils souscriraient à ce service s il était disponible. Cela donne à penser que le taux de pénétration d Internet haute vitesse dans le Nord de l Ontario serait comparable aux résultats nationaux si l infrastructure existait pour répondre à la demande. Les frais importants associés aux grandes distances à couvrir et à notre topographie nuisent à l aménagement en infrastructure dans le Nord de l Ontario, frais qui ne sont pas rapidement remboursés en raison du nombre proportionnellement plus petit de clients qui s ajoutent en apportant le service dans une région. Les organismes régionaux de développement des technologies doivent continuer à faciliter les partenariats des secteurs public et privé pour surmonter l obstacle du coût. Afin d éliminer l écart en matière de disponibilité, le secteur public doit demeurer engagé sur les plans politique et financier à accroître la zone de couverture à large bande dans le Nord de l Ontario. L amélioration supplémentaire de l infrastructure à large bande et l accroissement par la suite de l accès à Internet haute vitesse mettront le Nord de l Ontario sur un pied d égalité avec le reste du Canada et le rendront plus attrayant pour les possibilités de développement économique. Q8. Quelqu un de votre ménage accède-t-il à Internet depuis d autres endroits? La société Oraclepoll a demandé à tous les sondés, qu ils aient ou non un accès Internet à la maison, si quelqu un de leur ménage avait régulièrement accédé à Internet depuis d autres endroits. Plus de la moitié des sondés (52 %) accèdent à Internet chez un ami ou un membre de la parenté, tandis que 42 % d entre eux y accèdent depuis le lieu de travail, 33 % depuis l école, 18 % depuis une bibliothèque publique, 7 % depuis des cafés Internet et 7 % depuis ailleurs (autre). 15

17 COMPARAISON NATIONALE La grande majorité des internautes de 16 ans ou plus, soit 94 %, ont signalé l utilisation personnelle d Internet depuis la maison en 2007, tandis que 41 % d entre eux ont indiqué l avoir utilisé au travail, 20 % à l école et 15 % à la bibliothèque. 23 Les résultats dans le Nord de l Ontario sont semblables quant à l utilisation d Internet au travail et à la bibliothèque publique. Toutefois, il y a une importante différence, soit 13 %, du nombre d utilisateurs qui y accèdent depuis l école. Le nombre d internautes du Nord de l Ontario qui accèdent à Internet depuis l école a diminué de 4 % depuis Toutefois, ce chiffre pourrait être considéré comme statistiquement inchangé si on tient compte de la marge d erreur. INCIDENCES Un nombre croissant de résidents du Nord de l Ontario accède à Internet depuis leur maison ou celle d un ami ou d un membre de leur parenté. Cela coïncide avec l accessibilité accrue de l accès à Internet haute vitesse dans l ensemble de la région en raison des projets d infrastructure à large bande qui ont été achevés au cours des quatre dernières années. Même avec une accessibilité résidentielle accrue, le nombre d internautes qui accèdent à Internet d installations publiques dans le Nord de l Ontario est encore beaucoup plus important que celui du reste du Canada. Bien que nous continuions à promouvoir des projets additionnels d infrastructure à large bande, nous ne pouvons pas perdre de vue l important rôle que les sites d accès public jouent en sensibilisant le public aux avantages d Internet et en créant une culture technologique dans le Nord de l Ontario. Les sites d accès public, comme les bibliothèques et les écoles, doivent continuer à offrir des séances de formation progressive de même que des compétences de base en informatique. Les secteurs public et privé doivent reconnaître que la culture technologique croissante nécessitera davantage d investissement dans l infrastructure à large bande afin de fournir aux résidents assez de bande passante pour pleinement faire l expérience d Internet. 23 Source - 16

18 Résumé sur l utilisation dans les entreprises Q1. Votre entreprise a-t-elle un accès à Internet sur place? Le sondage a trouvé que 95 % des entreprises dans le Nord de l Ontario avaient un accès Internet et que 2 % de plus de toutes les entreprises sondées prévoyaient acquérir un accès Internet à un moment donné au cours des 12 prochains mois. Chez les entreprises qui ne sont pas branchées à Internet actuellement (5 %), la raison principale de ne pas avoir de service Internet était le coût (43 %), suivi par le manque de besoin ou d intérêt (36 %). L usage abusif d Internet, la prévision de l obtenir à un point donné et le fait de ne pas le savoir étaient le reste des réponses. COMPARAISON NATIONALE Statistique Canada a trouvé, en 2007, que 86,66 % des organismes du secteur privé utilisaient Internet. 24 Si nous redressons ce chiffre pour 2009 en utilisant le taux moyen de croissance depuis 2003, nous pouvons raisonnablement présumer que le taux de pénétration d Internet dans les entreprises est d environ 91 % à l échelle nationale. INCIDENCES Les entreprises du Nord de l Ontario suivent le rythme du reste du Canada quant à l adoption d Internet (95 % par opposition à 91 % respectivement). Toutefois, cela pourrait donner à penser qu un taux plus élevé de pénétration d Internet dans le Nord de l Ontario pourrait être le résultat de la grande dispersion des collectivités, de la distance du marché et des fournisseurs, et en raison de l influence du pourcentage relativement élevé de travailleurs du secteur public dans la région (qui utilisent Internet au taux de 99 %). 24 Source : 17

19 Q2. Avez-vous un accès haute vitesse à Internet à votre entreprise? Les sondés ayant un accès Internet à leurs locaux commerciaux ont été interrogés au sujet de leur vitesse de connexion. Près des trois quarts (74 %) ont répondu qu ils avaient Internet haute vitesse à leur lieu d affaires, soit une augmentation de 35 % par rapport à Seulement 15 % des entreprises se branchaient encore à Internet en ayant recours à l accès commuté et 11 % ne le savaient pas. De celles qui avaient l accès commuté, les principales raisons d avoir un service plus lent étaient la non-disponibilité (56 %), suivie par le coût (26 %) et le manque d intérêt (14 %). COMPARAISON NATIONALE Il est important de signaler qu on a demandé aux sondés quels types de connexion Internet (c.-àd. par câble, DSL, satellite, T1 ou accès commuté) l entreprise utilise plutôt que de savoir si l entreprise avait la haute vitesse. Étant donné le plus bas niveau de service haute vitesse est près de 30 fois plus rapide que le niveau le plus élevé d accès commuté, il peut être possible de conclure que les sondés qui ont répondu «ne sais pas» étaient plutôt incertains du type d Internet haute vitesse que de savoir si l entreprise l avait ou non. Si cette hypothèse était correcte, le pourcentage des entreprises ayant l accès à Internet haute vitesse augmenterait à 85 %, ce qui est comparable au chiffre national de 2007 de Statistique Canada de 86,66 % 25. Bien qu aucune donnée ne soit rapidement et facilement utilisable pour 2009, nous pouvons extrapoler le chiffre en utilisant le taux annuel moyen de croissance de 2003 (2,5 %), ce qui donne un chiffre national de 91 %. 25 Source : 18

20 INCIDENCES Le taux de pénétration de la haute vitesse dans les entreprises du Nord de l Ontario a augmenté de façon exponentielle au cours des quatre dernières années, soit près de 35 %, ce qui dépasse de beaucoup l augmentation de 12 % à l échelle nationale. C est une indication claire du fossé numérique qui existait il y a seulement quatre ans et des façons dont les investissements des secteurs public et privé dans les TCI dans l ensemble de la région ont éliminé ce fossé. Sans ces partenariats, nous trouverions encore que la connectivité serait beaucoup plus commune dans les régions urbaines et les villes de plus de habitants (dont le Nord de l Ontario compte moins de 20), plutôt que dans collectivités de 100 habitants ou moins. Une préoccupation quant au développement à venir dans le Nord de l Ontario, c est que les projets d aménagement en infrastructure deviennent de plus en plus coûteux par rapport au nombre de logements et d entreprises touchés. Par conséquent, les organismes de financement du secteur public et les organismes régionaux de développement des technologies doivent adopter de nouvelles méthodes d expansion de la zone de couverture à large bande, comme remboursement partiel des frais d immobilisations associés sans adopter de solutions de rechange haute vitesse c.-à-d. Internet par satellite ou sans fil. Pour encourager des taux de pénétration supérieurs, les organismes régionaux de développement des technologies devraient continuer à sensibiliser le milieu des affaires à l importance de l adoption et de l application d Internet haute vitesse en préconisant des solutions de rechange comme les forfaits «haute vitesse légère» et le besoin de mettre en marché leurs produits en ligne. Les forfaits de rechange à large bande offrent bon nombre des mêmes avantages que le service haute vitesse traditionnel à 1,5 Mbs, comme connexion permanente, sans besoin de ligne additionnelle et des vitesse de transfert de fichier plus rapides. 19

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario

Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario Centre d action pour la sécurité du revenu L Ontario change la façon dont sont payés trois crédits d impôt remboursables. Cela

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Table des matières 1. Points saillants 3

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA Vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues Le 25 avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ... 2 2. CONTEXTE... 3 3. OBJECTIF ET CRITÈRES...

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

indice des prix à la consommation

indice des prix à la consommation Ontario Ministère des Richesses naturelles Objet I nstallation de tours de communication sur des terres d e la Couronne Directive TP 4.10.02 Rédigé par - Direction Section Date de publication Terres et

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 Il y a d importantes différences entre le fonctionnement du service 911 à partir d un téléphone voix sur IP (VoIP) et celui d un service de téléphonie traditionnel.

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Demande aux fins du programme LBAEM (BEAM) - 2011

Demande aux fins du programme LBAEM (BEAM) - 2011 RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR Nom de l organisme : Type d entreprise : Petite entreprise Sans but lucratif Entreprise saisonnière Nombre d employés Numéro d entreprise Numéro de constitution en personne

Plus en détail

Assurer la compétence des juristes

Assurer la compétence des juristes BARREAU DU HAUT -CANADA Assurer la compétence des juristes The Law Society of Upper Canada LET RIGHT PREVAIL Barreau du Haut-Canada La Loi sur le Barreau exige du Barreau qu il veille à ce que la population

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

MITEL. 3000 Communications System

MITEL. 3000 Communications System 596_4453-Mitel_3000_Brochure_FR.qxd:Layout 1 11/13/09 12:07 PM Page 3 MITEL 3000 Communications System La plateforme de communications pour les entreprises, fiable et centrée sur la voix Compte tenu de

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est Suite à la récente crise constitutionnelle, un nouveau sondage démontre que les Canadiens manquent de connaissances élémentaires sur le système parlementaire canadien La moitié des Canadiens (51%) croient

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario AAnnexe A Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario 60 L Ontario apprend : Le renforcement de notre système d éducation des adultes En juin 2004, de l information

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Comprendre qu il s agit d un choix difficile pour les Canadiens Aider les courtiers d assurance et les sociétés d assurance à mieux comprendre les

Plus en détail

Rapport de surveillance des communications

Rapport de surveillance des communications Rapport de surveillance des communications Octobre 2014 www.crtc.gc.ca Rapport de surveillance du CRTC sur les communications Octobre 2014 Cette publication est offerte par voie électronique sur notre

Plus en détail

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Réalisé pour les Autorités canadiennes en valeurs mobilières Résumé le 28 septembre 2010 www.ipsos.ca TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... 1 Principales

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario

Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario Faits saillants régionaux de l Enquête nationale auprès des organismes à but non lucratif et bénévoles Auteurs : Katherine Scott Spyridoula Tsoukalas

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC

Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC À propos du Centre Le Centre de demande d admission aux universités de l Ontario («le Centre») offre des services en anglais et en français

Plus en détail

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE.

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. SOLUTIONS D AFFAIRES ROGERS En optant pour Solutions d affaires Rogers, vous profitez d une collaboration continue avec notre

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Confiance envers le marché hypothécaire canadien

Confiance envers le marché hypothécaire canadien Confiance envers le marché hypothécaire canadien Mai 2012 Préparé pour : l Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en chef de l ACCHA Confiance envers

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA Date: 26 mars 2012 Original: anglais

Plus en détail

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a mis en place un

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015

Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015 6 août 2014 Mémoire de Visa Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2015 Introduction Visa Canada salue l occasion qui lui est

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ENGAGEMENT RELATIF À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS COGECO est une société de portefeuille diversifiée qui exerce des activités de câblodistribution, de télécommunication et de radiodiffusion

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Huitième édition 3 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE

Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE Guide d action PROGRAMME VILLE ÉQUITABLE Table des matières 1.0 À propos du présent guide...1 1.1 Remerciements...1 1.2 Renseignements additionnels...1 2.0 Ville équitable...2 2.1 Pourquoi le commerce

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Sixième édition 1 er trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes»

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Article «Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Denise Lemire Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 3, n 2, 1997, p. 278-282. Pour citer cet article,

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail