La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique"

Transcription

1 IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été adopté par la Commission européenne. Il présente une analyse du contexte social, économique et financier des retraites complémentaires dans l'union Européenne (UE) et examine le rôle que le marché unique des capitaux pourrait jouer pour améliorer ces retraites. Les retraites de l'état représentent actuellement en moyenne 10 pour-cent du Produit Intérieur Brut de l'ue, mais compte tenu des bouleversements démographiques auxquels il faut s'attendre, ce taux pourrait augmenter à environ 20 pourcent d'ici Les retraites de l'état représentent la majeure partie des prestations de retraite, mais d'autres sources de retraite complémentaire pourraient constituer un autre moyen de maintenir le niveau des prestations de retraite. Comme l'a déclaré M. Monti, membre de la Commission chargé du marché unique, "une coordination au niveau communautaire, sur la base des principes du marché unique, pourrait optimiser les conditions de développement de régimes de retraite complémentaires, et ainsi aider les États membres à relever les défis majeurs de la société moderne: assurer la durabilité du système de protection sociale sans réduire les prestations de retraite". Bien qu'il appartienne aux États membres de décider de l'importance relative qu'ils entendent attribuer aux différents régimes de retraite, le Livre vert pose la question de savoir si des règles prudentielles communautaires appropriées applicables aux fonds de retraite et d'assurance vie, la suppression des obstacles à la libre circulation des travailleurs liés aux systèmes de retraite complémentaires et des règles fiscales appropriées ne pourraient pas faciliter le développement de ces autres sources de financement des retraites. Les États membres, le Parlement européen et toutes les parties intéressées sont invités à présenter leurs observations pour la fin de Le Livre vert souligne que la question des retraites intéresse directement chaque citoyen de l'union européenne et que tous les États membres se trouvent dans l'obligation de prendre des décisions dans ce domaine, notamment à la suite du vieillissement de la population de l'ue. Il développe donc la communication de la Commission du 12 mars de cette année, intitulée "Moderniser et améliorer la protection sociale dans l'union européenne", et souligne qu'il est indispensable que les régimes de retraite complémentaires par capitalisation puissent se développer efficacement dans le contexte du marché unique et de la libre circulation des travailleurs.

2 Les retraites de l'état représentent actuellement en moyenne 10 % du PIB de l'ue. Étant donné que l'âge moyen de la population communautaire augmente et que le rapport entre les personnes ayant un emploi et les retraités diminue, ce pourcentage est appelé à augmenter nettement au cours des 30 à 40 prochaines années. Actuellement, il y a quatre personnes en âge de travailler pour subvenir aux besoins de chaque retraité; en 2040, il n'y en aura plus que deux. Les États membres cherchent le moyen d'assurer la durabilité des régimes publics malgré l'augmentation de leur coût. Des mesures consistant à majorer les cotisations à ces régimes et à réduire les prestations sont déjà en train d'être prises. De nombreux États membres ont également légiféré en vue d'encourager le développement des régimes de retraite complémentaires par capitalisation. Le volume de capitaux investis pour le compte des régimes complémentaires devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années à la suite des initiatives prises dans les États membres. Le Livre vert examine quel rôle la Communauté pourrait jouer pour aider ces régimes à tirer parti d'un marché unique efficace. L'importance du taux de rendement Un des points importants examinés dans le Livre vert est la question de savoir comment améliorer le rendement des placements des fonds de retraite sans compromettre leur sécurité. Même une très légère amélioration de ce rendement peut engendrer des gains importants en termes de rendement financier sur la quarantaine d'années que dure la vie professionnelle d'un travailleur, et ainsi réduire de manière significative le coût des retraites. Par exemple, si l'on suppose qu'une retraite complémentaire vise à assurer 35 % du salaire à l'issue d'une carrière professionnelle de 40 ans, et que le taux de rendement réel des actifs est de 2 %, le coût des cotisations de retraite s'élève à 19 % du salaire. Si le taux de rendement réel est de 4 %, ce coût tombe à 10 % du salaire, et si ce taux est de 6 %, il tombe à à peine 5 %. Une amélioration des rendements des placements des fonds de retraite sert non seulement les intérêts des travailleurs, qui doivent payer des cotisations sur leur salaire pour financer leur régime de retraite, mais également ceux des employeurs, qui eux aussi paient des cotisations. Une réduction du coût des retraites complémentaires pour les employeurs diminue le coût de la maind'oeuvre et contribue donc directement à la création d'emplois et à la croissance économique, ce qui est conforme au Pacte de confiance lancé en 1996 par M. Jacques Santer, président de la Commission. De plus, si un faible rendement des placements des fonds de retraite se traduit par des retraites réduites plutôt que par des cotisations plus élevées, cela augmente la pression sur les retraites de l'état par capitalisation. 2

3 Restrictions en matière de placements Le Livre vert examine dans quelle mesure les restrictions imposées aux fonds de retraite en matière de placements (comme l'obligation d'investir dans un État membre déterminé ou en obligations publiques) peuvent limiter sérieusement le rendement de ces placements au détriment des travailleurs et des employeurs. Tout en reconnaissant qu'il est essentiel de protéger les travailleurs qui adhèrent à des régimes de retraite, la Commission considère que d'autres mesures que des restrictions actuelles aux placements pourraient être prises dans les États membres, pour donner aux gestionnaires de fonds une plus grande liberté en matière de choix des placements. Une plus grande liberté pour les gestionnaires de fonds pourrait avec le temps avoir une incidence significative sur le marché des capitaux européen, en améliorant sa liquidité et en augmentant le volume de capitaux à investir dans l'union au bénéfice de la création d'emplois et de la compétitivité. L'introduction de l'euro jouera un rôle positif dans ce processus. Les fonds de retraite sont déjà de gros investisseurs institutionnels dans certains États membres, et représentent actuellement milliards d'écus au total. Ils pourraient se développer dans toute l'union européenne, non pas seulement dans les États membres où ils sont déjà bien établis, et apporter une contribution encore plus importante au développement du marché des capitaux européen et, partant, à la croissance et à l'emploi. Le Livre vert constate que de nombreux États membres imposent actuellement des restrictions aux placements des fonds de retraite pour des raisons d'ordre prudentiel, ce qui fait que les fonds de retraite ont tendance à détenir une forte proportion d'obligations publiques. Par exemple, l'allemagne fixe les plafonds suivants: 30 % en actions (dont maximum 6 % en actions de pays tiers), 25 % en biens immobiliers (qui doivent être situés dans l'union européenne), 6 % en obligations non européennes, 20 % en actifs étrangers, tous types confondus, et 10 % en actifs de l'entreprise elle-même. Règles prudentielles Le Livre vert reconnaît que la protection des retraites futures des travailleurs revêt une importance fondamentale. Autoriser les gestionnaires de fonds à investir dans un large éventail d'instruments renforce en soi la sécurité de l'ensemble du portefeuille de placements, en particulier grâce à l'utilisation de techniques modernes de gestion des risques. Toutefois, le Livre vert souligne également l'importance de règles prudentielles appropriées qui doivent permettre aux États membres de surveiller les fonds de retraite et d'assurance vie et les gestionnaires de ces fonds et assurer un degré élevé de protection des travailleurs et de leur famille contre, par exemple, les effets de la volatilité du marché. 3

4 Actuellement, il n'y a pas de coordination au niveau de l'ue des règles de surveillance prudentielles des fonds de retraite, de telle sorte que les États membres sont libres d'appliquer leurs propres règles pour autant qu'elles ne violent pas les règles du traité CE sur la libre circulation des capitaux. Compte tenu d'une action possible au niveau communautaire dans ce domaine, le Livre vert appelle des commentaires sur la question de savoir dans quelle mesure des restrictions quantitatives aux placements des fonds de retraite limitent actuellement la stratégie d'investissement de ces fonds, et si l'effet de ces restrictions pourrait changer si le volume des capitaux à investir devait augmenter fortement à l'avenir. Le Livre vert demande également si le fait d'autoriser les gestionnaires de fonds de retraite à offrir leurs services dans toute l'union et à investir leurs actifs en "bon père de famille", sans aucune obligation d'investir dans des monnaies ou dans des catégories d'actifs déterminées, garantirait une sécurité prudentielle suffisante tout en ouvrant la perspective d'un meilleur rendement des placements. De plus, le Livre vert appelle des commentaires sur l'idée que les placements des entreprises d'assurance vie devraient être soumis aux mêmes règles que ceux des fonds de retraite, plutôt qu'aux règles plus restrictives qui leur sont actuellement applicables, et s'il existe actuellement des obstacles qui empêchent réellement les gestionnaires de fonds de retraite, de fournir des services transfrontaliers. La Commission souhaite connaître l'avis des parties intéressées sur trois manières possibles de coordonner les règles prudentielles, à savoir attendre l'introduction de l'euro (ce qui rendrait l'obligation d'investir dans une monnaie déterminée redondante, du moins entre les pays participants), appliquer les règles actuelles du Traité sur la libre circulation des capitaux et la libre prestation de services, ou adopter une directive d'harmonisation qui garantirait une application des libertés instaurées par le Traité selon des modalités arrêtées de commun accord avec les États membres. Libre circulation des travailleurs Le Livre vert examine également les problèmes auxquels se heurtent les personnes qui souhaitent aller travailler dans un autre État membre. Actuellement, leur mobilité est entravée par les obstacles créés par les règles et les dispositions fiscales applicables aux régimes de retraite. Sur la base du rapport du groupe de haut niveau sur la libre circulation des personnes, présidé par Mme Simone Veil, de novembre 1996, la Commission entend présenter dans un proche avenir une proposition de directive qui portera principalement sur le maintien des droits acquis en matière de retraite et sur les problèmes particuliers des travailleurs détachés dans un autre État membre. Le Livre vert examine également quelques-uns des autres obstacles à la mobilité qu'il a identifiés dans sa communication de 1991 sur les régimes complémentaires de sécurité sociale (SEC(91)1332): conditions d'éligibilité pour l'acquisition de droits; difficultés de transfert des droits acquis d'un État membre à l'autre; problèmes fiscaux liés à l'acquisition de droits à pension dans plus d'un État membre; problèmes que rencontrent les personnes allant travailler pour une période limitée dans un autre État membre. Le Livre Vert demanded exprimer des avis sur la meilleure manière de surmonter ces obstacles. 4

5 L'existence d'avantages fiscaux a une incidence déterminante sur la conception des différents systèmes de retraite, et chaque État membre a adopté les règles nécessaires pour que ces avantages soient bien ciblés. Ces règles peuvent également créer des obstacles à la libre circulation des capitaux, à la libre circulation des travailleurs et à la libre prestation de services dans le marché unique. Le Livre vert donne l'occasion d'examiner les obstacles fiscaux dans le contexte des retraites complémentaires et du rôle de ces régimes dans la promotion de l'entreprise et de l'emploi. Des exemplaires du Livre vert peuvent être obtenus auprès de la Commission, à l'adresse suivante: DG XV.C.2. Commission européenne Rue de la Loi, 200 B-1049 Bruxelles ou par l'intermédiaire du World Wide Web site Europa de l'ue: Les commentaires sont à adresser au directeur général de la DG XV au plus tard le 31 décembre

23/8/1 Le 30 mars 1998

23/8/1 Le 30 mars 1998 Union of Industrial and Employers' Confederations of Europe Union des Confédérations de l'industrie et des Employeurs d'europe 23/8/1 Le 30 mars 1998 LIVRE VERT DE LA COMMISSION SUR LES RETRAITES COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la France pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la France pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 260 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la France pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Cotisations Volontaires

Cotisations Volontaires Cotisations Volontaires Document d information à l intention des participants Direction du Régime de retraite des chargés de cours printemps 2011 Introduction Le Régime de retraite des chargés de cours

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/139 DÉLIBÉRATION N 13/063 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À L'ÉCHANGE DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LES ASSOCIATIONS

Plus en détail

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

PRIORITES 1997-1998 d EUROCADRES RENCONTRE AVEC M. J.M. GIL-ROBLES PRESIDENT DU PARLEMENT EUROPEEN

PRIORITES 1997-1998 d EUROCADRES RENCONTRE AVEC M. J.M. GIL-ROBLES PRESIDENT DU PARLEMENT EUROPEEN réf : 97-899A PRIORITES 1997-1998 d EUROCADRES RENCONTRE AVEC M. J.M. GIL-ROBLES PRESIDENT DU PARLEMENT EUROPEEN Bruxelles, 11 septembre 1997 Les prochains mois sont d'une particulière importance pour

Plus en détail

LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE

LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE Il est indispensable de coordonner les systèmes de sécurité sociale afin de favoriser la libre circulation des personnes

Plus en détail

«Situation de bien-être» en Belgique

«Situation de bien-être» en Belgique «Situation de bien-être» en Belgique David Natali Observatoire social européen (OSE) Conférence de clôture de L Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations 27 novembre

Plus en détail

Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010

Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010 Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010 Le système canadien de revenu de retraite appuyé par l État PILIER 1 PILIER 2 PILIER 3 Sécurité de la vieillesse (SV) Supplément de

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Synthèse. L'UNICE demande une action immédiate sur les règles fiscales nécessaires pour faire de la nouvelle "société européenne" une réalité.

Synthèse. L'UNICE demande une action immédiate sur les règles fiscales nécessaires pour faire de la nouvelle société européenne une réalité. Le 10 avril 2002 COMMUNICATION DE LA COMMISSION ET ÉTUDE SUR LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR "VERS UN MARCHÉ INTÉRIEUR SANS ENTRAVES FISCALES" [COM(2001) 582 FINAL] REACTION DE L'UNICE

Plus en détail

7.10.1999 Journal officiel des Communautés européennes C 285/9 AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE. du 16 mars 1999

7.10.1999 Journal officiel des Communautés européennes C 285/9 AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE. du 16 mars 1999 7.10.1999 Journal officiel des Communautés européennes C 285/9 AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 16 mars 1999 sollicité par le Conseil de l'union européenne en application des articles 109 L, paragraphe

Plus en détail

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Livre vert sur les retraites Colloque Assuralia, «L Europe et le vieillissement: l avenir de nos pensions» Bruxelles, le 26 octobre 2010 Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Le vieillissement

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1 PROCÉDURE Classification des clients DATE DE MISE À JOUR Mars 2014 1 Procédure de classification des clients SOMMAIRE SOMMAIRE 2 1. PRÉSENTATION DE LA MIFID 3 1.1. Buts de la MiFID 3 1.2. Champ d application

Plus en détail

LE DROIT DES SOCIÉTÉS

LE DROIT DES SOCIÉTÉS LE DROIT DES SOCIÉTÉS Bien qu'il n'existe pas de droit européen des sociétés codifié, la législation européenne prévoit des normes minimales applicables aux sociétés dans toute l'union européenne. Deux

Plus en détail

AR Risques aggravés. Modifié par : AR 30.11.2011 MB 07.12.2011 AR 04.12.2012 MB 11.12.2012

AR Risques aggravés. Modifié par : AR 30.11.2011 MB 07.12.2011 AR 04.12.2012 MB 11.12.2012 Arrêté royal du 23 décembre 2008 portant exécution de la loi du 10 avril 1971 sur les accidents du travail en matière de risques aggravés de manière disproportionnée (MB du 30 décembre 2008) Modifié par

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite?

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite? MeDirect Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous Comment créer un revenu complémentaire de retraite? Bonjour Chez MeDirect nous pensons que chacun devrait être capable d obtenir

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 235/10 23.9.2003 DIRECTIVE 2003/41/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 3 juin 2003 concernant les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle LE PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 10.02

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 10.02 ÉNONCÉ DE POLITIQUE En vertu des Lois sur l indemnisation des travailleurs des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut, le conseil de gestion de la Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

CONVENTION SUR LES EFFETS DU DIVORCE

CONVENTION SUR LES EFFETS DU DIVORCE CONVENTION SUR LES EFFETS DU DIVORCE entre (Nom Prénom), (adresse), d'une part, et (Nom Prénom), (adresse), d'autre part. - 2 - EXPOSE PRELIMINAIRE 1. Parties se sont mariées le (date), Un (Des) enfant(s)

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA La réforme FILLON et la retraite complémentaire 2 La réforme Fillon

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 3 juin 2003 (OR. en) 2000/0260 (COD) LEX 440 PE-CONS 3630/03

UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 3 juin 2003 (OR. en) 2000/0260 (COD) LEX 440 PE-CONS 3630/03 UNION EUROPÉENNE LE PARLEMENT EUROPÉEN LE CONSEIL Bruxelles, le 3 juin 2003 (OR. en) 2000/0260 (COD) LEX 440 PE-CONS 3630/03 DIRECTIVE 2003/41/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL CONCERNANT LES ACTIVITÉS

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE.

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. Selon la règlementation de l UCI*, les licences sont délivrées par la fédération

Plus en détail

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 --------------------------------------------------

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- Aspects fiscaux de l'avant-projet de loi relative au Pacte de solidarité entre

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

CONSULTATION DU FÉDÉRAL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS CIBLES

CONSULTATION DU FÉDÉRAL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS CIBLES Le 25 avril 2014 CONSULTATION DU FÉDÉRAL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS CIBLES Le 24 avril 2014, le ministère des Finances du Canada a publié un document de consultation intitulé Innover en

Plus en détail

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS Certains produits d épargne retraite vous permettent de percevoir une rente viagère. Un certain nombre d entre-eux bénéficient d incitations

Plus en détail

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Préambule Le régime de couverture complémentaire des frais de santé, financé en partie

Plus en détail

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972)

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Légende: Malgré l'impopularité de certaines mesures du Plan Mansholt, le Conseil des ministres s'y rallie et adopte, le 17 avril 1972, une directive sur

Plus en détail

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières.

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Vu l'article 68 de la Constitution ; ALBERT II PAR LA GRACE DE

Plus en détail

J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule. Table des matières

J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule. Table des matières J U S T E L - Législation consolidée Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule Fin 3 arrêtés d'exécution 3 versions archivées Version néerlandaise Conseil d'etat belgiquelex. be - Banque Carrefour

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT

PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT PROJET DE MODIFICATIONS MODIFIANT L INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 81-106 SUR L INFORMATION CONTINUE DES FONDS D INVESTISSEMENT 1. L article 2.1 de l Instruction générale relative

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds de placement structurés en catégorie de société offrent de multiples avantages

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE

CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE RETRAITE EXEMPLE Etude réalisée le 05/02/2014 1 AVANT-PROPOS Les règles régissant le système de retraite sont complexes et les différentes modifications les affectant

Plus en détail

Mise en place d un fonds de pension dans l espace FANAF

Mise en place d un fonds de pension dans l espace FANAF Mise en place d un fonds de pension dans l espace FANAF 25 Juin 2015 Michaël DONIO Partner du pôle Actuariat Tel: +33 (0) 1 80 05 96 90 Mail: michael.donio@sia-partners.com Fodé KEITA Directeur Général

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 87, du 11 novembre 2005 Délai référendaire: 3 janvier 2006 Loi portant révision de la loi concernant la Caisse de pensions de

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs 2. Loi du 9 juin 1970 portant programmation sociale en faveur des travailleurs 3.

Plus en détail

Accord-cadre sur le télétravail 1

Accord-cadre sur le télétravail 1 S/2002/206.01.02/Accord fr Le 16 juillet 2002 Accord-cadre sur le télétravail 1 1. Considérations générales Dans le cadre de la Stratégie Européenne pour l Emploi, le Conseil européen a invité les partenaires

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Lettre circulaire 2002/03 sur la mise en place de régimes dûment agréés

Lettre circulaire 2002/03 sur la mise en place de régimes dûment agréés Grand-Duché de Luxembourg MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Lettre circulaire 2002/03 sur la mise en place de régimes dûment agréés I) De l origine et du but des

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

E 5409 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 11 juin 2010 le 11 juin 2010

E 5409 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 11 juin 2010 le 11 juin 2010 E 5409 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 juin 2010 le 11 juin 2010

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

Textes Juridiques. Loi n 81-07 du 27 juin 1981 relative à l'apprentissage

Textes Juridiques. Loi n 81-07 du 27 juin 1981 relative à l'apprentissage Textes Juridiques Loi n 81-07 du 27 juin 1981 relative à l'apprentissage Le Président de la République, Vu la Charte nationale, Vu la Constitution, notamment ses articles 66, 151 et 154, Vu la loi n 78-12

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/43 18 juillet 1997 Original anglais Point 9.14 de l'ordre du jour provisoire CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES

Plus en détail

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54%

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54% COMMUNICATION DE LA COMMISSION PARITAIRE DU 08/03/2012 ÉVOLUTION DU REGIME FRAIS DE SANTÉ ET PRÉVOYANCE DANS LA CONVENTION COLLECTIVE DES CAUE : CE QUI VA CHANGER LE 1 er AVRIL 2012. Les partenaires sociaux

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/167 DÉLIBÉRATION N 07/063 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 69 DU 17 JUILLET 1998 DETERMINANT LES REGLES DE CONVERSION ET D'ARRONDI EN EURO A APPLIQUER

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 69 DU 17 JUILLET 1998 DETERMINANT LES REGLES DE CONVERSION ET D'ARRONDI EN EURO A APPLIQUER CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 69 DU 17 JUILLET 1998 DETERMINANT LES REGLES DE CONVERSION ET D'ARRONDI EN EURO A APPLIQUER AUX MONTANTS DES BAREMES, PRIMES, INDEMNITES ET AVANTAGES ------------ RAPPORT

Plus en détail

COM(2013) 831 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013

COM(2013) 831 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013 COM(2013) 831 final ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 2 décembre

Plus en détail