EN COTE D'IVOIRE ESSAI DE PROTECTION INSECTICIDE D'UN STOCK DE MAIS. URSTtiM BOUAKE COTE D'IVOIRE. Pascal MOYbL & Maurice TRAN I DESSA B.P.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN COTE D'IVOIRE ESSAI DE PROTECTION INSECTICIDE D'UN STOCK DE MAIS. URSTtiM BOUAKE COTE D'IVOIRE. Pascal MOYbL & Maurice TRAN I DESSA B.P."

Transcription

1 Pascal MOYbL & Maurice TRAN ESSAI DE PROTECTION INSECTICIDE D'UN STOCK DE MAIS EN COTE D'IVOIRE URSTtiM B.P BOUAKE CDTE D'IVOIRE I DESSA B.P. 633 BOUAKE COTE D'IVOIRE Juin i490 Note technique N" CV. IDESSA Opet-ation 3143

2 -I La pt-otectian chimique contre ].es insectes t-avageut-s des stocks de maï5 de5 paysans de CGte d'ïvoire est actuel lement t-&al is&e avec du Pyt-imiphos-m&thyle farmu16 souç +arme de paudt-e. Cet insecticide, d'me 91-ande eff icacit4 cantre l&ä principaux ravageurs des stocks de maïs en C8te d ' Ivoir-e (Cm I D.Ï. 1'382; Ratnadasç, 1984), est, pat- contre, peci e+ficace d. la dose t-ecommand&e de 10 ppm cantt-e cet-taines esppce5 de Col&optPt-es Bastt-ichidae telles que Rhirupertha dcr>7)iftica IFabriciusi t*encontt-& rat-emen.t dans le5 5tocks de maïs mais t-&gu.l i&t-ement dans le5 stocks de riz et Prostephanus.truncatul; ik4ot-n). Cette det-nipt-e e~ppce est Lin dangereux ravageur- de5 stacks de maïs intraduit il y a une quinzaine d'annges en Afr-ique de l'est IMcFat-lane, 198Ui et qui a et& d&cüuvet-t ait logo en '1484 et au Benin en 1985 (Krall, 1984 et 19871,I Bien que P, tt-urrctttus n'ait pas &te encor-e trauv& en CGte di Ivoire, il est prudent de chercher- un pr-acfuik de ~~ib~ti. tution au ryt-.imiphus-m~thyle pet-mettant A la +ois Lin ban ctlnkt-zle de ce r-avageut- et cje 1 'ensemble des insectes i-enc:antt-&s actuel lement dans leç stacks de c&r-&ales en C8ke ci'lvair-e. C'est 1 'nb jectif de 1 'essai don% les t-&sulkats sant p t- 6 sen 1; e s c i -d essaus. MATERIEL ET METHODES L'essai a &te mis en plwce 3 Bouak&, en t-egian centre de Cate d ' Ivaire i7,hu0lat.n,; 5,03"Long.Oi, ïlu maïs en grain a!it& pl&& dans de5 gt-eniet-s cylindriques similaires 3 ceci:.: des pa.:~sans du nard et du centt-e du pap et qui sont constitugs d'un melange de terre at-gileuse et de paille d$namm& banco et recouverts d'un t t 2 i t de paille; IO(:) 69 de maïs vint; &te plac&s dans leç gt-eniet-8 dont les diam&tt-es etaient de O, '7Om et la hautecri- de O, 9Om. Dan.; les gt-eniet-s recevant un tt-aitement, le maïs a.it& introduit par petites quantit&s tt-ait&es au fur et 3 me;st.it-e et bien homogén&is6es. La formulation vulgat-is&e pout- le tt-ai%emenk des 5tack5 de maïs paysans en cate d'ivoire &kant 1.3 pactdre &. püiidrrt-, c 'est el :[.e qui a &k& r-etenlie p#litcet essai. Un 5eLil traitement a &t& r-&alise7 au mnment dl-i 3 t uc k: ag e I Deux pt-aduits ant $t& compatt&s 3 un t&moirl non trait&: d "une part le Py~~j~~i~hus-methyle A la dose de 10 ppm, qi~i est le pt-aduit actuellement vulgaris&, d 'acitt-e park, 1 'association Ueltam&tht-ine 0, 5 ppm-py~-imiphas-m&thyfe 5 pp1-n. _- I t-oi.5 r&p&titions ünt &t& t-&al istieç. L'essai, mis en place en S&vrier- j.98t7 s'est achevtf.

3 en 1ma.t-s :1[39(:). Des pt-&l&vements mensuels d 'un ki logt-arnme de qt-ain ont; &t& effectu~is. A chaqlti2 pr&lpvement kauf celui de Janvier un compkage des insectes prbsents a BtB effectus:: tout d 'abot-d les fat-mes libres obtenues pat- tamisage du grain imm&diatement apt-ps le pr&l&vement de 1 '&chantillon; ensuite, les fat-mes cachctes, obtenues pat- Ltn tamisage t-cialisct apt-gs 5 semaines de conset-vation des grains au laboratoire, A ime temp&t-ature moyenne de 22 C et une humidit6 relative voisine de 70%. Le pr-emiet- pr6levement a 6th effectub juste avant de t-cal iset- le tr-ai tement I L'importance des d&gats a 6tct estimcte pat- le pourcentage de grains attaqctcts. L'eff icacitb des traitements a cttc comparcte A 1 'aide d 'analyses de variance apt-es des transformat ions angulai t'es pout- les pourcentages de grains attaqubs et &ventuel lement des transformat ions logari thmique au racine cat-t-be pour les nombres d'insectes. Le test de Newman-Keuls a Ctct utili.;& pour compat'er les moyennes en cas de diff&t-ences sign'ificatives!dagn&lie, 19&5a et b, i?i3:)1. RESULTATS Les t-&sultats obtenus sont pt-bçentcts sut- les figures 1 2i 5. L.es nambt-es d'insectes indiqucts cot-t-espondent A 3 'ensemble des insectes pttdsents, vivants et mot-ts, formes I ibtws et +ot-mes cachhes. Les valeurs d 'un t-elebc suivies d "une lettt-e diffcrente sont significativement difscrentes au seuil de ptybabilitct de 5%. L'essai a Btct cat-act&ris& pat- une longue pet-iode san5 attaque (fig.13 correspondant &i la fin de la saisdi7 spche et A la premipr-e saison des pluies ftableau 1). Ce n'est qu'au mois de juin, avec l'at-r-iv&e de la gt-ande saison des pluies, que les attaques d6butent v&t-itablement. Elles ptmgr.essent alors tt-ps rapidement puisque le pourcentage de grains attaq~ics de l'objet non tt-aitctf., qui n'&tait pass& que de 5 2i Ç'X de fpvt-ier h juin 19i39 (fig.51, atteint 76X au d&but octobre. Du t-an t cette p&t-iode, les attaql"ies sont essentiellement le.fait de Sitc.rphiPus rearns-tfs Motçchulsky (Coleoptera, Cut-cul iokidaei qui t-ept-&sente, de juin.& septeinbt-e,' entre 42 et 45% des insectes pr-bsents dans le non tt-ait&, Les populations de ce t-avagectr passent de moins de 100 individus pat- Kg de grain en juin.& pt-&s de 23(:)0 act dcbltt septembre pout- t-&gresset- ensuite f f ig. I et 2)

4 TABLEAU I F'luviam($trie mensuelle A Buuak6 dut-ant 1 'essai mm PLUVIÜMETRIE 1 in m F ($ V r- i e t- i I J U i IÏ 1 Juillet I 14'7,5 i I ' - - * r i I Üctobre 105, (i

5 ' En fin de stoci.::age, un autre insecte devient tt\&s impot~kant, Grx.pti>Yes%t.s -i Y ~ ) ~ ~ J U (01 ~ Uiviet-i S icoleopket-a, Cucu j idae). Les popuïations de ce ravageur- secondaire culminent A une densi%& de i4c)o individus pat- Kg de grain du nan--tt-ait& un an apr&s le d&but clii stockage, en f4vt-iet- 199(:), mai5 en fait 8 mois apt-ps le v&r-itable des attaques IFig.1 et 3). Le troisihme ravageur le plus impur-tant est 7-r i h Q I i u M dan t c a 4 t an e um < He t- b s t j ( Co 1 eop t c3 ra, Ten r b t- i on i d ae la densit& par Kg de maïs non tt-ait& est de 1(X) & 200 individus en?in de stockage IFig.l et 4). Les autres ravageurs rencontt-gs sont t'ares:: Cathartus quadricollis IGugrin-Mhneville) (Coleoptera, Cucujirlae), dont les populations, tres faibles dut-ant taut le stockaje, s'accr-oissent soudainement en octobt-e, atteignant une densit4 de 7'6 ind'ividus pat. Kg de grain du non-trai%& pour t-etambetpat= la suite A un tt-&s faible niveau; Alphitobius diaperinus Pan z e t- Cn 1. eop t e t3a 'i Ten eh t- i on i d ae j Car pop 17 i 2 u s 12 im i d i a k u 5 ifabt-icius) (Coleoptera, Id:. t idctl idaej Araeceru_C fasciculat~s Beg. (ColeopteYa, Antht7ibidaef Gna thocerus maxi Y l >SUS Fab t- i c i us I C o 1 eop t e t-a, Ïen e b t- i on i d ae Z e t (=o r i: y p a r: e,p (7 a.i I:) rt i c a istaintcm) ne sont pr4sents qu'a raison de ql~?lqlies rat-es ind i v i dus dans ce t-ta i ns p t*b 1 evemen t s Enfin on signalera &galement la pt-&sence d 'un.. t-avageut- mineur-, LxposcePis bivirtaturius il'lcil 1. IPsocoptera, Lipuscel idael, que 1 'on %r=ouve en qi-iantitg soudainement importante (environ 2CK1 individus pai" Kg de grain) de juin A.~eptembt-e uniquement dans les greniers ayant t-efli le traitement h 1 'association Deltamgthrine- Pyrimiphos mbthyle, cet insecte &tant totalement; absent des autt-es greniers. La comparaison du non-trait4 avec les ob jets tt-ait&s montt-r ïa grande eff icaciti4 de 1 'association Deltam&thrine- Pyrimiphas-m&thyle: el le est signidicativement sup&t-ieure aux deu:< autres abjets jusqu'a 3 moi\% apt-ps le ti.-aitement; pour- S, reamai's idig.2), jusqu'& 10 mxis pout- 7, castarteum Ifig.iE), jusqu'a 11 mois pncit- C, mirrutus (dig.31. Pat- ailleut*s3 le pourcentage de grainç attaqu4r; dans les greniers trait&s avec cette association est tr&s inf&r-j.eur & celui des autr-es tr%aitemen.l;s et t-este significativement plus daible.ji-isqu'& 13 m u i s apt-bs le d&but du stackage, c 'es%-a-dire Jusqu "c3.u ter-me de l'.essai CSig.5) II Le seul 1 imite beaucot-tp moins le ve I c)p p emen.1- d e 5 pop u 1 a t i on 5 de t'a v ag eu r-.s q u i d &bu ten t, a i n s i que nous l'avons vus 5 mois apt-&s le traitement. Il n'est aiot-s pas g &n6 ra1 emen t sign if icat ivemen t di f f b rei7 t du t&mo in non trait& sauf pour le pourcentage de grains attaqu4s des :'etne et 8eme mois apt-&s traitement act il est intev-m($diait-e entre le nun-trait& et 1 'association if ig.5j a

6 Piguse 1 NOMBRE! DWEC'ZEG Mi PRMGMISES ERECES BR lg ßI, (;RBIN DES GRENIERS NON, RWBEG 2904 otrl Uilliam B / f i i i f I I I I I 1 f I i I I a a P-Il ll U-la DRTE a ia 13 MOIS

7 /7";7 /r/ e ;a% MR S 6 WES Mi I I I l I I u 11-la BRm 7 a 9 i0 ïa 13 Mols c

8 sa I I I BATE a i i! a #QI i o. 5 o ll a PCLm ïe la i MOIS

9 MTE P i U $ u s- a?-9 PATE ia 13 UQlS

10 Figwe 5, et test de H-leufs k I I I I 1 I I

11 Ce.t essai permet de conclut-e & la tt-ps bonne e -F f i c ac i k & d e 1 i as soc i at; i on De 1 tam li t li t- i 1-1 e (3 5 p p m - p y t- i m i p h us- - mekhyle :x ppm sut- les pt?incipaux i.-avageut-s du maïs stock& en CGte d'ivi~it-e et A sa tt-&s bonne t-bmanence d'au moins 9 mois. La bonne efficacit6 du pyt-imiphos-m&thyle & la dose de 10 ppm contre ces mgmes ravageurs, et en pat-ticulier Se reamafs, d&mtrjn'tt-ee pt-&c&demment dans divers essais ef fectuks en Cate d ' I:voit-e (C. I.D.T., 19132; Ratnadass, 1984) n'appat-att ici qu'au d&but des attaques impot-tantes ob cet insecticide permet de t-kduir-e les d&g"ds par t-apput-t au nan-tt-ai%&, de façon tnutesois nettement moins bonne que 1 'assuciation. Dal35 cet; essai la n ni an en ce du pyt-imiphos-mkthyle u% i 1 is& seu1 a la dnse de i0 ppm est de l'ot*dt-e de 6 mois et les attaqlles dgbi-tkank v8k-itablement apt-bs 5 mais de stnck:age, 1 'eff icaci'tk cle ce.ti-.aitemen~t est alors tt-bs t-&duit,e, Ces i?&sul. tats montrent- idne moins gt-ande k-&manence du py~-.imipha~-m~th~,/le que ne 1 ' indique Duguet 1989) qui prpcise.. qu'a la clase de 3 ppm ce produit permet un r.:nntt-83.e A. iw5x de S, ze.s~.sfs pendant b.i\ 8 mois en p.~tlt/s tt-apical. I. a Del'i;arne.ttirii~e est, par- ai 1 leurs, peu essicace contre ce.t insecke pui.squ' il faut une dose de 2 ppin puutatteindt-.e le "me t--&suit;ak <Duguet, 1989) jl I-' intkt-gt de cet i n sec t i c i d e t- e 5 i d e 5 u r- t u ct t d an s 5 a t t- B s g t- a 1-1 d e e i: f i c ac i.t ti c on t t-e ce i--.i; a i n s i n sec t e3 p eu. sen s i b I. e5 au p y t- i m i p 1-1 o 5 -m & thy 1 e tels que R, dozinx'ca et F'. truncatus pout- ].esquels une dose de.- 0,5 ppm de ueltam&tht-ine pet-.me.t; un cantrgle h tc)o% de b A ti moi5 en pays tt-.opical <Duguet, 19891,!-es t-&sult2.ts obtenus indiquent que 1 'association de-; 2 insecticides permet un ban cantrzle de S, reazai's pendant 9 mois alors que :Le pyt-imiphos-mb.tliyle seul h la dase de 10 ppm perd son efficacit&, dans cet e553ai, apt-bs 6 mois. Ces $il&menks tendent A canfir-met- l'effet de synet-gie la Deltamk%hrine et le F'yt-imiphos-m&thyle dk ja constat&e Fat- DI-tguet et a.,! tìwgj qui indiquent que les pout-cenkages de mnrtalit& i:lcis & 1 'a.ssocia%ion Faut' divet-s insectes? en particcil ïer Si tophipus oryz.ae (L. j, sont s;uyi&t-iei-\t-s $1 ceux de chacun des pr"aduits pris s&pat-.&ment a dose double. L ' at t rac t i v i t C pa r3.t i c u 1 i P t-e pou r- i. di c/ i rt a tz., r i I) s des 9 ren i e t-.s t Y.Z~ i.i;&s avec 1 ',,,ociation est pour 1 instant inexpl iquke. ün ne peut pas e:.:clure i;mtalement un at-tesact puisque, au cours d'i~n pt-qlpvement, on a p~i ttmuvet- &O(:> ir-ldividus pat- I.::& de grain dans i-m des greniers ti-.ait&s avec 1 'association et 8 dans un' autt-e, ce qui t-&v&le un e g t-an d e ìi & 4; 6 t-o~ & n 6 i i; & t oi~. k e i o i s, :t e f a i q i ~e, p 1 US i eu E-s mois de si-iite, on aik t-,ektwuv$i ces insectes i-miqueineni; dans les greniers %t-.a.it&s h 1 d association incite.?a rejeter- 1 'hypoth+se dtt has3t-d. ' Le.S pu:tlulat;it:~ns de L. divinatorius,! qui se nourrit d, ia&bt-.is ilp-ganiques m a i s aussi de Cjet-mes de c&r-&ale5i, sont

12

13 REFERENCES 8