L. FSUGUEUR. Alimentation en eau potable. de la Station Hertzienne de VRIGNY. (llame) Paris, le 18 Décembre O68

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L. FSUGUEUR. Alimentation en eau potable. de la Station Hertzienne de VRIGNY. (llame) Paris, le 18 Décembre O68"

Transcription

1 L. FSUGUEUR Alimentation en eau potable de la Station Hertzienne de VRIGNY (llame) Paris, le 18 Décembre O68

2 B. R. G. G. M. BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES, GÉOPHYSIQUES ET MINIÈRES Dt U FRANCE MîTSCPOLITAINE ETABLI? SEMENT PUBLIC NATIONAL LOI DU S AOUT RUE DE LA VICTOIRE PAR!S-IX E ^ : TR! is L!O«EM Département Géoloqie Service Travaux - Publics ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA STATION HERTZIENNE DE VRIGNY (Marne) par L. FEUGUEUR Paris le

3 ALIMENTATION EN EAU POTABLE PS LA STATION HERTZIENNE DE VRIGNY (Marne).. (Mesures de débit au puits actuel débit journalier). - Possibilités d'augmenter le Une première étude pour l'alimentation en eau potable du Centre a été effectuée en Mars (rapport B.R.G.G.if. n A.608 du 5 Avril 1954). Le débit demandé était de im Le puits actuel a été foncé en 1955 par l"entreprise Matériel". "Forages et Les es-ais de débit pour la réception ont été exécutés les 15 et 16 Février A cette date, le débit horaire était de 210 litres^ soit 5n»^ j. (rapport B.R.G.G.M. n A. 846 du 11 A 0 Qt 1955). Par lettre du 25 Octobre 1956 (Réfj 1386/4.200), Monsieur le Directeur des L.S.G.D.nous signalait que le puitsétait totalement tari et que l'alimentation en eau de la Tour s'effectuait par camion citerne depuis R^IMS. M. Bricon s'est rendu sur place les 8 et 9 Novembre 1956 pour examiner et procéder à des es ais de débit, poursuivis pendant une semaine par?-.î. Lapasset, Chef du Centre.?!. Feun-ieur le 19 Novembre a déterminé l'emplacement possible d'un second puits. * * # * Etant donné le faible débit du puits (éventuellement nul), les essais ont consisté à abaisser le plan d'eau jusqu'à la limite d'aspiration de la pompe et à suivre la remontée du niveau d'eau. RESULTATS DES ESSAIS DE PETIT pour la période du 8 au 17 Novembre Dates jour des relevés heure niveau de 1 f a *i ii X Cu U (profondeur) hauteur U ü remontée volume fi f m **1 11 li ü tilt correspondan! Jeudi V S D L M n Mer J V S f3 M fi llh.30 llh.30 12h. 9h.45 10h.30 llh.30 10,40 16,40 14,60. 12,95 11,60 10,60 MISE EN 16,40 16,20 14,40 12,75 11,15 ARRET DE I.A POMPE -, 2 m. 1,27 ni 1,80 1,14 1,65 1,04 1,35 0,85 1,00 0,63 MARC.-ÏE DE LA P( )Â;PE ARRET 2,20 1,80 1,65 1,60 DE LA POMPE 1,39 1,14 1,04 1,01

4 - 2 - II ressort de ces essais que le puits fournit un débit de lmf 280 maximum par jour et un débit moyen de Ira3/J sur 5 jours de remontée après l'arrêt de la pompe. L a diminution de débit, étalée sur 5 jours, correspond au freinage de l'écoulement de la nappe par la remontée du niveau hydrostatique* ETAT DU TUBAGE L'écoulement de l'eau dans le puits se fait essentiellement à 13 m» de profondeur! Des suintements sont constatés entre 10,15 m. et 13 m.. L'écoulement de la nappe se situe normalement vers 10 m. de profondeur (la tête des argiles vertes imperméables étant à 10,60 m.)«l'écoulement actuel correspond à une circulation à l'extérieur du tubage dans des graviers descendus entre l'argile et le tubage. La masse argileuse qui enrobe le tubage jusqu'à 20 m. de profondeur écarte toutefois toute crainte de perte par le terrain, sous le niveau d'écoulement de sa nappe. Les fentes du tubage sont recouvertes d'une croûte ferrugineuse qui peut freiner l'alimentation en eau. Un essai de débit devrait être effectué le 15 Février prochain, afin de comparer le débit actuel avec celui que l'on avait constaté dès*la confection de l'ouvrage (15 Bévrier 1955). Au cours de cet essai de débit,des échantillons ser ient prélevés afin de savoir s'il s'agit d'un dépôt essentiellement ferreux ou d'une marne calcaro-ferrugineuse. S'il s'agit de dépôt calcareux, un nettoyage à l'acide pourrait être conseillé* les "lumières" du tubage situées au niveau de la zone aquifère en place (7 à 10,60) sont nettes de tout colmatage. RESUME 1) Le débit du puits pour la période du 6 au 17 Novembre 1956 était de lm 3 à Ira 3, 260 par jour (débit demandé par le Service des L.S.G.D.). Ce débit doit être plus élevé, jusqu'à 5m3/j., en certaines périodes favorables. (Janvier à Avril par exemple). 2) En période de sécheresse exceptionnelle, le puits pourrait évidemment être déficient pendant plusieurs mole. En période de sécheresse normale, une période critique limitée à 1 ou 2 mois peut être à craindre. 3) Le "débit journalier moyen" doit pstre calculé sur une période de 1 mois. Dee essais bimensuels permettraient de connaître ce débit pour un mois donné.

5 - 3-4) Des mesures étalées sur une année permettront de connaître les variations du débit "Jour moyen" au cours de l'année, donj&x^ea possibilités mensuelles moyennes du puits. Deux périodes seront distinguées, une maximum et une minimum. 5) A la suite de ces essais, deux solutions pourront être envisagées«a) mise en réserve, dans de nouveaux bassins, de l'exédent de la période favorable, et si possible, répartition des consommations exceptionnelles pendant cette période. b) création d'un second puits sensiblement identique à l'ouvrage actuel, dont noua donnons ci-après les caractéristiques: CREATION D'UN SECOND PUITS: a) emplacement proposé, à 4o mètres au moins du puits actuel, croquis ci-dessous. Entrée. Nouveau pavillon. Clôture. Citerne CROQUIS SCHEMATIQUE La zone favorable choisie pour l 1 emplacement d'un nouveau puits est située assee loin du puits actuel pour qu'ils ne s'influencent pas mutuellement et dans une zone géomorpholofllguement favorable à l'accumulation des eaux dans les calcaires bartooiens. cx " r alignés suivant les angles de la Tour et de la clôture (état du ). Zone favorable 'Alignement de la clôture

6 _ 4 - b) Caractéristiques d'un nouveau puits t compte tenu des enseignements obtenus par le premier ouvrage (l). 1) puits en plus gros diamètre, 2) puits moins profond, 3) massif de gros graviers derrière un tubage à "Lumières" très ouvertes. terre végétale zone sèche surface Lits de clacaires beiges et lits d'argile vert-kaki Marne blanchâtre Niveau Zone aqulfère à capter ZEEü Tube plein Zone imperméable. &»-&&«tat laue 16m. -Tube crépine (grosses Lumières) Calcaire blanchâtre Toit des argiles imperméables NOTA Le puits de 2m. de diamètre devra pénétrer de Ira. dans l'argile verte quelle que soit la profondeur à laquelle elle sera réellement rencontrée. Pour résumer le croquis ci-dessus, notons que, le puits projeté n 2 serait creusé en deux tempsî Kn puits à grand diamètre, pour Installer un massif de graviers sur l t argile imperméable, Un approfondissement plus petit en forage pour installer la crépine de la pompe et avoir une réserve d'eau. Les ouvertures du tube crépine seront larges avec, évidemment un gravier calibré correspondant. Une zone étanche à la partie supérieure évitera les Infiltrationsde surface. 1) Les chiffres données ici, approximatifs, sont calculés à partir d'un sol supposé horizontal entre le puits n 1 et l'emplacement proposé

7 - 5 - C O N C L U S I O N S Les mesures de débit du puits de la Station de VRIGNY, effectuées du 8 au 17 Novembre 1956, montrent que cet ouvrage fournit 1 m 3 à 1 ra 3,250 par jour, débit demandé par la Direction des L.S.G.D. Il n'est pas impossible toutefois que ce débit diminue en période sèche, il augmentera par contre en période humide. Pour connaître le débit journalier moyen et ses variations en cours d'année, il convient de continuer les essais à une date précise tous les mois (par exemple du 10 au 15). A la suite de ces essais deux solutions seront à envisager: créer des réserves nouvelles par de nouveaux bassins ou creuser un nouveau puits captant la même nappe. Paris, le 16 Décembre 1956.