3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants"

Transcription

1 26 Mai 2011 La Mutuelle des Etudiants 3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants Contact Annaïg PIEDERRIERE Dossier de presse

2 Sommaire Page 3 Qu est ce que la LMDE? La troisième Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants Page 4 Introduction Page 5 Des conditions sociales dégradées Page 6 Les étudiants rencontrent de réelles difficultés pour se soigner Page 8 Près d un tiers des étudiants montrent des signes de mal-être Page 9 Alcool, Sexualité, Tabac : les habitudes de santé des étudiants Page 11 Un regard sévère sur la société Page 12 Santé des étudiants : les 10 propositions de la LMDE 2

3 Qu est ce que la LMDE? La Mutuelle des Etudiants (LMDE), seule mutuelle étudiante nationale, assure aujourd hui la gestion du régime obligatoire de sécurité sociale pour près de étudiants et offre une couverture complémentaire à plus de étudiants. La LMDE est gérée pour les étudiants et par des étudiants élus au sein de ses instances : Assemblée Générale, Conseil d Administration et Bureau National. La gestion de la LMDE par ses usagers lui permet d identifier au mieux les besoins des étudiants et d y apporter les réponses les plus adaptées. La LMDE assoit par ailleurs sa démarche mutualiste sur une forte expertise du milieu étudiant par la publication d enquêtes régulières et une politique de prévention à destination des étudiants, fondamentale dans la période d acquisition des gestes de santé. Enfin, la LMDE porte haut et fort les valeurs de la solidarité en défendant le plus haut niveau de protection sociale collective et en appliquant ces principes à l ensemble de ses complémentaires santé. La troisième Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants La Mutuelle des Étudiants fait de l expertise du milieu étudiant un pilier fondamental de sa démarche mutualiste. La LMDE a donc créé en 2003 l Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Étudiants (EPSE) rassemblant de nombreux acteurs de l enseignement supérieur (Fondation Santé des Étudiants de France, UNEF, FCPE, MGEN ) ayant pour objectif de mieux connaître les comportements de santé des étudiants. Cet observatoire s appuie sur l expérience de ses membres et son comité scientifique pour garantir le sérieux de ses études. Avec l observatoire EPSE, la LMDE réalise tous les 3 ans l Enquête Nationale sur la santé des Étudiants. Enquête de référence, l Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants de la LMDE est à ce jour l unique enquête de portée nationale et généraliste rassemblant des données sur un large éventail de problématiques de santé des étudiants. Pour la réalisation de l Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants 2011, conduite avec l IFOP, près de 8500 étudiants représentant l ensemble des académies ont ainsi répondu à 159 questions autour de 4 grands thèmes : l état des lieux sanitaire de la population étudiante, l état des lieux social, l accès aux soins des étudiants et le regard des étudiants sur la société Cette enquête permet donc de dresser un état des lieux de la santé des jeunes au niveau national mais permet également de mettre en valeur des comparaisons régionales. 3

4 Introduction Longtemps, la période des études a été perçue par la société comme une véritable «parenthèse enchantée», sorte de sas d insouciance dorée entre l adolescence et l entrée dans la vie active. Aujourd hui, la réalité des conditions de vie étudiante remet très largement en cause ce postulat. L absence de statut protecteur, l inadéquation du système d aides sociales aux besoins des étudiants, les effets de la crise économique impactent lourdement les conditions matérielles des étudiants. La 3 ème enquête nationale sur la santé des étudiants fait clairement état de cette dégradation : plus d un étudiant sur 4 déclarent rencontrer des difficultés à joindre les deux bouts pour leurs dépenses courantes. Population de plus en plus fragile socialement, les étudiants subissent de plein fouet la hausse du coût de la santé. Les reculs successifs de la prise en charge des soins par l assurance maladie, la hausse de la participation des assurés sociaux, le poids des dépassements d honoraires agissent comme des barrières, parfois lourdes, à l accès aux soins des étudiants. 34% des étudiants déclarent avoir renoncé à une consultation médicale et 20% d entre eux ont renoncé à un traitement pour des raisons financières. Le niveau de remboursement des soins dits «ambulatoires» (les plus pratiqués par les étudiants) est tombé à presque 50%. Pour 80% des assurés sociaux, dont les étudiants, seul sur 2 est pris en charge par la sécurité sociale. La souscription d une complémentaire santé est donc de plus en plus nécessaire pour bénéficier d un haut niveau de protection sociale. Pourtant, 19% des étudiants n ont pas de complémentaire santé (6% pour la population générale). Ces constats ne sont pas nouveaux. Les précédentes enquêtes de la LMDE avaient déjà pointé ces tendances. Cependant, les rares mesures prises par les pouvoirs publics se sont révélées bien insuffisantes. Alors que le rapport sur la santé et la protection sociale des étudiants de 2006 du député Laurent WAUQUIEZ pointaient une absence de réflexion sur la santé des étudiants, ses propositions n ont, pour la plupart, pas été suivies d effet. La possibilité de créer de véritables centres de santé sur les campus n a pu devenir une réalité faute de moyens. La création d une aide nationale à la souscription d une complémentaire santé, promise par le candidat Nicolas Sarkozy, est restée lettre morte. En conséquence, la politique sanitaire est aujourd hui bien souvent absente des campus et l action des pouvoirs publics pour favoriser l accès aux soins des étudiants reste très inégale. Cette 3 ème enquête sur la santé des étudiants révèle par ailleurs un accès trop limité à la prévention. Alors qu une visite médicale est obligatoire en licence, seuls 32% des étudiants déclarent en avoir bénéficié. Le manque de moyens des structures de Médecine Préventive Universitaire ne leur permet pas d assurer leurs missions. Les mutuelles étudiantes souffrent également d un manque de moyens pour mener à bien leur politique de prévention. L enquête pointe par ailleurs de nouvelles problématiques de santé publique et de prévention comme le trop faible recours au test de dépistage du VIH/SIDA. La mise en œuvre d une politique de prévention ambitieuse à destination des jeunes et des étudiants est pourtant nécessaire en termes de prévention des risques dans une période où les bons gestes de santé s acquièrent. Si les étudiants, parce que jeunes, sont globalement en bonne santé, cette 3 ème enquête sur la santé des étudiants révèlent ainsi des tendances lourdes de dégradation des conditions de vie et de l accès aux soins des étudiants. Les pratiques et habitudes de santé prises pendant la jeunesse seront le socle de son futur état de santé. Pourtant, les ressources et les moyens mis à disposition de notre génération semblent ne pas lui permettre de maîtriser suffisamment le système de santé ou encore de prendre les bonnes habitudes de santé. Le niveau de renoncement aux soins des étudiants est quant à lui inacceptable. Une action ambitieuse de pouvoirs publics est donc plus que jamais nécessaire pour favoriser l accès aux soins et à l éducation pour la santé des étudiants. La LMDE, à l appui de son enquête, demande aux pouvoirs publics de prendre des mesures immédiates et formule à ce titre 10 propositions pour favoriser l accès aux soins des étudiants. Gabriel SZEFTEL, président de la Mutuelle des Étudiants 4

5 Des conditions sociales dégradées Cette 3 ème enquête nationale sur la santé des étudiants révèle une dégradation des conditions de vie des étudiants marquée par trois enseignements principaux : > De plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts La précarité sociale des étudiants est aujourd hui un véritable fait de société. Ainsi, près du quart des étudiants jugent leurs revenus insuffisants (24%) Alimentation, loyer ou encore factures d électricité sont sources de difficultés financières pour de nombreux étudiants. Ainsi, ils sont 26% à déclarer avoir rencontré de réelles difficultés pour faire face aux dépenses courantes. > Un accès à l autonomie entravé Les étudiants sont enfermés dans une double dépendance. D une part, la dépendance familiale reste particulièrement élevée puisque pour 73% des étudiants, la cellule familiale constitue la principale source de revenus loin devant les aides sociales. Ainsi, seulement 38% des étudiants bénéficient d aides sociales (bourses sur critères sociaux, aide au logement, allocations familiales). D autre part, la dépendance au salariat étudiant est également très marquée. 28% des étudiants interrogés déclarent exercer une activité rémunérée. Si ce chiffre peut paraître faible, il est en réalité particulièrement élevé. En effet, de nombreux étudiants (29%) sont exclus de notre panel car ils ne sont pas affiliés au régime étudiant de sécurité sociale. Parmi eux, les étudiants qui travaillent plus de 20h00 par semaine. La population étudiante salariée globale semble donc être très importante. Les étudiants autonomes sont également ceux qui déclarent le plus de difficultés financières. Ainsi, l expérience de difficultés financières pour faire face aux dépenses courantes s aggrave pour les étudiants les plus âgés, vivant dans un logement autonome ou encore en couple. L accès à l autonomie reste donc particulièrement difficile du fait du manque de moyens mais également des difficultés financières induites par l exercice de cette autonomie. L autonomie étudiante rime ainsi souvent avec précarité sociale. > Le salariat étudiant ne permet pas d éviter la précarité Près de la moitié des étudiants vit avec moins de 400 par mois. 54% des étudiants salariés sont concernés par ce faible niveau de revenus et 31% d entre eux déclarent rencontrer des difficultés financières. Les étudiants contraints de se salarier pour financer leurs études connaissent donc des difficultés financières importantes. Le salariat étudiant n est donc pas un levier pour sortir d une situation de précarité sociale Alors que certains acteurs de l enseignement supérieur considèrent que le salariat étudiant serait complémentaire et utile aux études, l enquête démontre que 20% des étudiants salariés considèrent leur activité comme pénalisante pour leurs études. Jugement des étudiants sur leurs revenus Etudiants déclarant rencontrer des difficultés à faire face aux dépenses courantes Non 74% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% Oui 26% 0% Suffisants Acceptables Insuffisants NSP 5

6 Les étudiants rencontrent de réelles difficultés pour se soigner L enquête nationale sur la santé des étudiants témoigne d un accès aux soins des étudiants en recul et d un niveau de protection sociale insuffisant. > 1 étudiant sur 5 renonce à se soigner Etudiants ayant renoncé à des soins ces 12 derniers mois Non 66% Le phénomène du renoncement aux soins des étudiants avait déjà été pointé par nos précédentes enquêtes de 2005 et L enquête 2011 le confirme à nouveau et témoigne même d une tendance forte à l amplification de ce phénomène chez les étudiants. Ainsi, 34% des étudiants déclarent avoir renoncé à consulter un médecin au cours des douze derniers mois. Plusieurs facteurs favorisent ce phénomène et notamment la question financière. La précarité des conditions de vie matérielles des étudiants s ajoute aux reculs successifs du niveau de prise en charge de l assurance maladie. Le niveau de remboursement des soins dits «ambulatoires» est tom- Oui 34% bé à près de 50%. De plus, le poids des dépassements d honoraires agit comme une barrière supplémentaire à l accès aux soins. Le reste à charge des étudiants est donc de plus en plus important et pèse lourdement dans leurs budgets souvent très faibles. Dans ce contexte, les dépenses de santé sont une variable d ajustement des budgets étudiants. En témoignent les 8% d étudiants déclarant avoir renoncé à d autres postes de dépenses pour pouvoir se soigner. Par ailleurs, 1 étudiant sur 5 explique avoir renoncé à des soins ou traitements médicaux pour des raisons financières. On observe donc que les étudiants n ont pas toujours les moyens de suivre les traitements prescrits par les médecins. Le coût de la santé désorganise donc l ensemble du système de santé, de la consultation à la prise d un traitement. Les étudiants sont ainsi nombreux à déclarer reporter leurs consultations et leurs soins en préférant se soigner seuls par le biais de l automédication. Le renoncement aux soins des étudiants est aujourd hui une réalité pour un nombre croissant d entre eux. Une action des pouvoirs publics est donc plus que jamais nécessaire et urgente pour endiguer ce phénomène et favoriser l accès aux soins des étudiants. > De nombreux étudiants ne bénéficient pas d un niveau de protection sociale suffisant Le transfert continu de la prise en charge des dépenses de santé de l assurance maladie vers les assurés sociaux impose plus que jamais de bénéficier d une complémentaire santé. Or près d un étudiant sur 5 (19%) déclare ne pas avoir de complémentaire santé. A titre de comparaison, ce chiffre était de 13% dans notre étude de Part d'étudiants ne bénéficiant pas d'une complémentaire santé Cette absence de couverture complémentaire a des conséquences immédiates sur les étudiants. Ainsi, le renoncement aux soins pour raisons financières augmente de 10 points chez les étudiants ne bénéficiant pas d une complémentaire santé. L absence de couverture complémentaire présente également un risque financier important, notamment en cas d accident ou d hospitalisation imprévue, l étudiant devant alors financer la part non prise en charge par la sécurité sociale Oui Non 6

7 Les étudiants rencontrent de réelles difficultés pour se soigner La question financière est un facteur majeur de cette absence de couverture complémentaire. L impossibilité financière de souscrire une complémentaire santé est l une des principales raisons évoquées par les étudiants. La faiblesse des budgets étudiants les contraint donc à procéder à des arbitrages dans leurs dépenses et à renoncer notamment à un haut niveau de protection sociale. Le renoncement aux soins pour raisons financières augmente lorsque les étudiants n'ont pas de complémentaire santé 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Renoncement aux soins pour raisons financières des étudiants AVEC complémentaire santé Renoncement aux soins pour raisons financières des étudiants SANS complémentaire santé > La faiblesse du recours au système de santé devient préoccupante Les habitudes de consultation médicale des étudiants sont également préoccupantes à long terme, notamment dans un souci de prévention. Ainsi, 12% des étudiants n ont fait aucune visite chez le médecin généraliste dans les 12 derniers mois. La non-consultation de spécialiste est encore beaucoup plus marquée. Ainsi, 57% des étudiantes n ont pas consulté de gynécologues dans l année alors que les recommandations sanitaires préconisent une consultation annuelle de prévention. La consultation de spécialistes est souvent rendue difficile pour les étudiants. La pratique de dépassements d honoraire parfois particulièrement élevés agit comme la première barrière pour les étudiants. Ainsi, selon la CNAMTS, le niveau de dépassement d honoraires chez les spécialistes était en moyenne de 54% en Le manque criant de praticiens dans certaines spécialités (gynécologie par exemple) provoque parfois de fortes difficultés à obtenir une consultation. Si ces problématiques impactent l ensemble des assurés sociaux, leur impact sur les étudiants doit interpeller les pouvoirs publics. En effet, la période de la jeunesse est celle de l acquisition des futures habitudes de santé. > La prévention au sein des établissements en recul 70% 60% 50% 40% Part d'étudiant ayant effectué une visite médicale à l'université La mise en œuvre d une visite médicale par les établissements d enseignement supérieur est une obligation légale pour les étudiants en licence. Or notre enquête démontre que seuls 32% des étudiants déclarent avoir bénéficié d une visite médicale obligatoire. Un recul puisqu en 2008, ils étaient 59%. Cet affaiblissement du suivi sanitaire à l université se retrouve aussi dans l enseignement secondaire. 30% 20% 10% 0% Cette visite médicale constitue pour certains étudiants l unique consultation d un praticien dans l année. De ce fait, des moyens humains et matériels supplémentaires doivent être donnés aux médecines préventives universitaires afin qu elles puissent remplir leur mission. 7

8 Près d un tiers des étudiants montre des signes de mal-être Existence d'un sentiment constant de tristesse et de déprime d'au moins deux semaines au cours des 12 derniers mois Les étudiants interrogés déclarent être dans un état d esprit plutôt bon. Toutefois près de 4 étudiants sur 10 (38%) ont ressenti un sentiment constant de tristesse ou de déprime dans les 12 derniers mois. Perte d intérêt pour tout, sentiment de tristesse durant toute la journée Le mal-être étudiant est une réalité. Par ailleurs, 12% des étudiants déclarent avoir eu des idées suicidaires au cours des 12 derniers mois. Non 62% Oui 38% La connaissance des Bureaux d'aide Pychologique Universitaire par les étudiants 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Oui 8% Non 90% Nsp 1% Alors que la problématique du mal-être chez les adolescents est régulièrement traitée et analysée par les pouvoirs publics, le mal-être chez les étudiants semble moins connu et surtout moins pris en charge. Ainsi, seuls 16 % des étudiants en situation de mal-être (troubles émotifs, nerveux) ont consulté un professionnel de santé. Le médecin généraliste reste le premier recours des étudiants devant le psychiatre ou le psychologue. La prise en charge par la sécurité sociale des consultations liées au mal-être reste faible. Seuls 30% des étudiants ayant consulté un professionnel de santé ont bénéficié d un remboursement par la sécurité sociale. Ce faible niveau de remboursement agit comme une barrière dans l accès à un professionnel. Alors que le phénomène du mal-être étudiant est connu depuis plusieurs années, la prise en charge de celui-ci au sein des établissements d enseignement supérieur reste particulièrement faible. L existence de Bureaux d Aide Psychologiques Universitaires (BAPU), structures dédiées à la prise en charge des troubles psychologiques des étudiants, reste inégale et ceux-ci sont totalement absents de nombreuses villes universitaires. Quand ces structures existent, elles sont souvent méconnues des étudiants. Seuls 8% des étudiants interrogés connaissent ainsi l existence des Bureaux d Aide Psychologique Universitaire. Pourtant, si certains facteurs de mal-être chez les étudiants sont proches de ceux observés chez les adolescents, des facteurs propres à la condition étudiante doivent trouver une réponse spécifique. Manque d encadrement universitaire, difficultés d orientation, stress lié à l organisation des emplois du temps s ajoutent aux facteurs individuels et comportementaux. La prise en charge du mal-être des étudiants doit donc être considérablement améliorée. Il devient notamment urgent pour la communauté universitaire d inverser la tendance de réduction des moyens et de fermeture des Bureaux d Aide Psychologiques Universitaires. Les BAPU doivent au contraire être développés, accessibles dans l ensemble des villes universitaires et suffisamment dotés pour pouvoir recevoir un maximum d étudiants. 8

9 Les habitudes de santé des étudiants > SIDA/IST : un recours au dépistage insuffisant L utilisation du préservatif par les étudiants est correct puisque près de 80% d entre eux déclarent l utiliser systématiquement avec un nouveau partenaire et seuls 3% des étudiants déclarent ne jamais en utiliser. Toutefois, les efforts d information et de prévention doivent se poursuivre. Ainsi, si 84% des étudiants s estiment bien informés sur les risques liés au VIH/SIDA, 41% d entre eux s estiment mal informés sur les autres Infections Sexuellement Transmissibles. Expérience du dépistage VIH/SIDA chez les étudiants Etudiants ayant effectué au moins un test de dépistage au cours de leur vie 44% Etudiants n'ayant jamais effectué de test de dépistage au cours de leur vie 66% L information sur le VIH/SIDA semble donc être satisfaisante et doit se poursuivre. Toutefois, l absence du réflexe de dépistage est aujourd hui une problématique de santé préoccupante chez les étudiants. En effet, 66% des étudiants n ont jamais pratiqué de test de dépistage alors même que les recommandations sanitaires préconisent la réalisation d un test tous les 6 mois en l absence de partenaire régulier. Alors que l INPES estime que personnes vivent avec le VIH sans le savoir, le manque d information, les difficultés d accès au dépistage ou encore la stigmatisation de celui-ci sont autant de freins à l acquisition de ce qui doit devenir une habitude. Alors que le Plan VIH/SIDA entend faciliter la pratique du dépistage, il est important que la population étudiante soit prise en compte dans les politiques qui seront menées et que les tests de dépistage d urgence soient accessibles dans les Médecine Préventive Universitaire. > Alcool : une consommation occasionnelle et festive Fréquence de la consommation d'alcool chez les étudiants Consommation occasionnelle (1 fois/ mois ou moins) Fréquences plus importantes (de 2 fois par mois à tous les jours) Alors que la consommation d alcool par les jeunes a fait l objet de nombreux débats ces derniers mois, les chiffres de notre étude démontrent que la consommation d alcool des jeunes est similaire à celle de l ensemble de la société. La place de l alcool dans la société française en fait un fait social chez les étudiants comme dans le reste de la population. 80% des étudiants ont une consommation d alcool occasionnelle (1 fois par mois ou moins) et majoritairement festive. 73% des jeunes consomment de l alcool pour faire la fête. Nous sommes donc bien loin de l emballement médiatique qui a notamment entouré le phénomène des apéros Facebook. Ainsi, contrairement aux idées reçues, seuls 13% des étudiants déclarent boire pour rechercher l ivresse. La recherche d alcoolisation maximale et rapide en France (que certains ont voulu rapprocher du «Binge Drinking» anglo-saxons), reste minoritaire. 9

10 Les habitudes de santé des étudiants Les récentes mesures prises par les pouvoirs publics sont inadaptées à la réalité de la consommation étudiante. Ainsi, la répression à l égard de la consommation d alcool des jeunes sur les lieux publics a pour effet de déplacer les lieux de consommation vers la sphère privée. 60% des cas d ivresse se déroule dans un cadre privé (contre 17% en soirée étudiante et 8% en discothèque). Ce phénomène rend impossible une politique de prévention efficace. Par exemple, LMDE développe des modes d intervention adaptés aux lieux publics et visant à aller à la rencontre des jeunes (déambulation, interventions en milieu festif ). Les campagnes de prévention doivent donc cibler les surconsommations sans pour autant stigmatiser les consommations et opérer une répression systématique. > Tabac : un recul net de la consommation des étudiants La représentation sociale du tabac a nettement évolué chez les jeunes. Alors qu il y a quelques années, le fait de fumer était perçu comme un facteur d intégration au groupe social et véhiculait une image positive chez les jeunes, la consommation de tabac est aujourd hui en forte baisse chez les étudiants. 21% des étudiants déclarent fumer (soit une baisse de 12 points par rapport à 2005) et seuls 13% des étudiants fument tous les jours. La baisse du nombre de fumeurs réguliers est une donnée encourageante. Toutefois, les mesures actuellement prises pour réduire la part de fumeurs dans la société semblent très peu impacter les étudiants. Ainsi, seuls 17% des étudiants fumeurs ont baissé leur consommation suite aux différentes mesures de hausse du prix du tabac. > Cannabis, une expérimentation plutôt qu une réelle consommation Si 34% des étudiants a déjà consommé du cannabis au cours de sa vie, seuls 3 % des étudiants déclarent une consommation régulière (1 fois par semaine) et le nombre d étudiants en consommant quotidiennement est très faible (1,3%) La consommation du cannabis correspond principalement à une expérimentation plutôt qu à une réelle consommation. La consommation du cannabis est majoritairement collective et festive. Cependant, 21% des étudiants se déclarent mal informés sur les risques liés à la consommation de cannabis. Ces données démontrent la nécessité d une réorientation des politiques de prévention à destination des jeunes. Une meilleure prise en charge des traitements pour l arrêt du tabac serait plus efficace. La consommation de tabac chez les étudiants La consommation de tabac en baisse chez les étudiants Non fumeurs 79% 35% 30% 25% Fumeurs occasionnels 8% Fumeurs quotidiens 13% 20% 15% 10% 5% 0%

11 Un regard sévère sur la société Le regard des étudiants sur la société qui les entoure est un fait marquant de cette 3 ème enquête nationale sur la santé des étudiants. En effet, une majorité d étudiants expriment un malaise quant à la société. > Le sentiment d être une génération sacrifiée Ainsi 72% des étudiants estiment que la société qui les entourent n est pas favorable à leur génération. Alors que ces dernières années, de nombreuses politiques publiques et réformes ont été menées au nom des jeunes et des étudiants, ceux-ci se sentent toujours mis au ban de la société. Un fort sentiment d exclusion s exprime chez les étudiants. Plus que leur propre regard sur la société, c est bien le regard de la société sur les jeunes qui leur apparait défavorable. Les mobilisations récentes de la jeunesse, leur implication importante dans la vie associative et culturelle démontre pourtant leur envie d être pleinement acteurs de la société. Le regard sur la société La société est favorable à ma génération La société est défavorable à ma génération 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% > De fortes craintes quant à l avenir 63% des jeunes pensent que la société actuelle ne leur permet pas de réussir dans la vie. La crise économique et le fort taux de chômage des jeunes impactent la confiance des étudiants dans l avenir. Alors que 50% des étudiants déclarent avoir confiance dans l avenir, ils ne sont pourtant que 5 % à déclarer avoir tout à fait confiance dans l avenir. La problématique de l emploi des jeunes pèse lourdement sur l état d esprit des étudiants. La période des études est synonyme de précarité pour de nombreux étudiants. L allongement de la période d insertion professionnelle, l absence de protection sociale pendant celle-ci et les craintes quant au déclassement sont aujourd hui une réalité et un facteur d angoisse pour les étudiants. Ces éléments démontrent la nécessité de mener une politique ambitieuse pour l emploi des jeunes. 11

12 Santé des étudiants : 10 propositions de la LMDE 1 Un chèque santé pour tous les étudiants Alors que de nombreux étudiants renoncent à souscrire une complémentaire santé faute de moyen, il est nécessaire de leur permettre de bénéficier du plus haut niveau de protection sociale. La LMDE demande donc la création d une aide à l acquisition d une complémentaire santé à destination des étudiants d un montant de 200 euros. Déjà mis en œuvre dans certaines collectivités, cette aide doit permettre aux étudiants de couvrir globalement leurs dépenses de santé et favoriser leur autonomie sanitaire. 2 Le renforcement du Régime étudiant de Sécurité sociale L information, l orientation dans le système de santé, l éducation à la protection sociale mais également la prévention font partie intégrante des missions des mutuelles étudiantes. Celles-ci doivent pouvoir bénéficier des moyens financiers nécessaire à la réalisation de ces missions. C est pourquoi la LMDE demande un plan pluriannuel de financement des mutuelles ainsi que l extension du régime étudiant de sécurité sociale aux étudiants qui en sont actuellement exclus (étudiants salariés, apprentis ). Ces étudiants doivent pouvoir bénéficier de l expertise santé des mutuelles étudiantes. 3 La création de «Maisons de santé» de proximité dans chaque ville universitaire Afin de garantir le droit à l accès aux soins de tous les étudiants quelque soit leur situation financière, la LMDE demande la création de maisons de la santé dans chaque campus proposant une offre de santé adaptée aux besoins des étudiants (médecine généraliste, gynécologie, nutritionniste ), sans dépassements d honoraires et pratiquant le tiers-payant systématique et intégral. 4 Le rétablissement de la visite médicale obligatoire dès la 1 ère année et à l entrée du 2 ème cycle universitaire. Il est nécessaire de mettre en œuvre un suivi de l état de santé des étudiants pour établir un véritable bilan de santé régulier. Ces visites médicales à vocation prévention doivent permettre par ailleurs l identification d affections éventuelles. 5 Le développement des services de Médecine préventive universitaire Les services de médecine préventive universitaire souffrent d un sous- financement chronique. En conséquence, elles n ont pas les moyens d assurer leurs missions d information, de prévention et d éducation à la santé. La LMDE demande donc un plan de financement et de recrutement pluriannuel dans les médecines préventives universitaires. 12

13 Santé des étudiants : 10 propositions de la LMDE 6 Améliorer la santé mentale des étudiants par la création d un Bureau d aide psychologique universitaire (BAPU) dans chaque ville universitaire Adossé aux services de Médecine Préventive Universitaire, les BAPU doivent permettre de proposer un service de proximité aux étudiants en situation de mal-être. Les personnels de l enseignement supérieur doivent également être formés à la détection du mal-être et à l orientation des étudiants vers les professionnels compétents. 7 Améliorer le rythme de vie des étudiants et lutter contre le stress Transports, emplois du temps décousus, temps de vacances non sanctuarisés Les rythmes étudiants actuels sont source de stress et ont des conséquences sur la santé physique et mentale des étudiants. La LMDE demande la création d un Bureau des temps chargé de faire des propositions d amélioration des emplois du temps ainsi que la mise en place d un véritable cadrage national des emplois du temps et des calendriers universitaires. Une pause méridienne de 2h00 et des plages horaires dédiées à la pratique sportive doivent être créées. 8 Surconsommation d alcool des jeunes, agir sur l industrie alcoolière Les jeunes sont devenus l une des principales cibles marketing de l industrie de l alcool qui n a de cesse de créer de nouvelles boissons spécifiques et sponsorise de nombreuses soirées étudiantes. Les jeunes ne peuvent être tenus seuls responsables des cas de surconsommation d alcool. La LMDE demande donc l interdiction de la publicité des alcooliers sur internet et que l interdiction du financement des soirées étudiantes par les alcooliers soit garanti par l instauration de sanctions financières. 9 Agir sur les études de santé L évolution du système de santé passera par celle des études de santé. La LMDE demande la mise en place de modules spécifiques d éducation à la santé et des déterminants sociaux de l état de santé dans les formations afin de former les futurs médecins à la prévention des risques. Une formation obligatoire aux méthodes contraceptives et à l IVG doit être instaurée pour garantir le droit des femmes à la libre contraception et à l IVG. 10 Renforcer la prise en charge solidaire des dépenses de santé par l assurance maladie Les reculs successifs de l assurance maladie et l augmentation continue de la prise en charge des dépenses de santé par les individus a pour conséquence de voir augmenter le renoncement aux soins. La LMDE demande donc la suppression des participations forfaitaires (franchises médicales, forfait hospitalier ), l accroissement du niveau de prise en charge sur les soins dentaires et optiques et le renforcement du niveau de remboursement des médicaments jugés utiles. La LMDE exige l arrêt des politiques de désengagement de l assurance maladie et la recherche de nouvelles recettes pour financer notre système de protection sociale solidaire 13

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception,

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception, Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants Habitudes alimentaires, sexualité alcool, contraception, tabac, quel est l état de santé des étudiants en èmes 3 Assises de la santé étudiante Congrès de la

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité

Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité Livre Blanc des mutuelles étudiantes de proximité PROPOSITIONS POUR AMÉLIORER LA SANTÉ ÉTUDIANTE LA SECURITÉ SOCIALE DES ÉTUDIANTS Le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité MEP ı MGEL ı

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

La politique de santé en direction des étudiants

La politique de santé en direction des étudiants La politique de santé en direction des étudiants (Tome 4) Novembre 2013 Bénédicte JACQUEY-VAZQUEZ n Marie-France PONSOT n Joël SALLE n Hayet ZEGGAR Inspection générale des affaires sociales Inspection

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Enquête Santé des étudiants en 2011

Enquête Santé des étudiants en 2011 La santé des étudiants en 2011 1 Enquête Santé des étudiants en 2011 Les mutuelles étudiantes régionales ont trois métiers: - Elles ont une délégation de service publique pour la gestion du régime obligatoire

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes?

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Baromètre santé jeunes 2010 Dossier de presse Juin 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin!

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! 45% des agents des départements et régions ont déjà choisi nos trois mutuelles professionnelles. 7 bonnes raisons

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ JEUNES PROFESSIONNELS Pour étudier en toute sérénité, j ai choisi GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ PACK SENOÏS* Et aussi des... GARANTIES À LA CARTE Responsabilité Civile et Protection Juridique Professionnelles

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires :

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires : Note détaillée Le regard des masseurs-kinésithérapeutes sur leur profession Etude Harris Interactive pour L Ordre National des Masseurs-Kinésithérapeutes Les résultats sont issus d une enquête réalisée

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD,

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD, 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Congrès de la Mutualité Française Nantes Jeudi 11 juin 2015 Monsieur le Président de la Mutualité

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

LES ADDICTIONS CHEZ LES JEUNES DE HAUTE-LOIRE

LES ADDICTIONS CHEZ LES JEUNES DE HAUTE-LOIRE Réalisé par l'observatoire Régional de la Santé d'auvergne M VENZAC, S MAQUINGHEN, Pr Y GLANDDIER LES ADDICTIONS CHEZ LES JEUNES DE HAUTE-LOIRE Avril 2011 Observatoire Régional de la Santé d'auvergne 58

Plus en détail

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes»

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Jeunes, musique et santé: Prévention par les pairs «Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Julie BURSON Coordinatrice réseau prévention-la Mutuelle

Plus en détail

www.ove-national.education.fr

www.ove-national.education.fr Sommaire Présentation de l enquête................................. 4 Champ de l enquête....................................... 5 Le rappel des origines..................................... 6 Différences

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance»

de Mutex Les Brèves Focus Prises de Position Une offre mutualiste pour les bénéficiaires de l ACS Génériques : «Restaurer la confiance» Les Brèves Lettre d information à destination des Partenaires Sociaux #3 janvier 2013 de Mutex Focus sur 2012! Grâce aux partenariats que Mutex a noués depuis de nombreuses années avec les 5 confédérations

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com

étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com étud Expat LMDE/CFE Vous avez décidé de poursuivre vos études à l étranger et vous vous inscrivez

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE LA SEULE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous les agents du ministère du Développement

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

L accès aux soins dans les trois fonctions publiques. Février 2014

L accès aux soins dans les trois fonctions publiques. Février 2014 L accès aux soins dans les trois fonctions publiques Février 2014 1 AGENTS DE L ETAT, HOSPITALIERS ET TERRITORIAUX : UN ACCÈS AU SYSTÈME DE SANTÉ QUI DONNE DES SIGNES DE FRAGILITÉ. 2 Méthodologie : étude

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2 ATELIER 2 21 OCTOBRE 2000 La couverture maladie universelle Instaurée depuis le 1 er janvier 2000, la couverture maladie universelle (Cmu) concerne 6 millions de personnes en France (soit 10 % de la population).

Plus en détail

Etudier à l étranger FRANCE

Etudier à l étranger FRANCE Etudier à l étranger FRANCE Bienvenue en FRANCE 1 Si vous êtes étudiant belge venant en France dans le cadre d un programme d échange (type Erasmus) Quand suis-je considéré comme étudiant? Dès lors que

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante ÉDITION 2013 /// La vie étudiante Repères Observatoire national de la vie étudiante L Observatoire national de la vie étudiante Sommaire /// Mission L Observatoire national de la vie étudiante (OVE) est

Plus en détail

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants La consommation excessive d alcool et les conduites

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Cahier des acteurs. Décembre 2013 LES JEUNES ET LA SANTE, COMMENT ETRE PLUS SOLIDAIRES?

Cahier des acteurs. Décembre 2013 LES JEUNES ET LA SANTE, COMMENT ETRE PLUS SOLIDAIRES? Les jeunes et la santé : comment être plus solidaires? Synthèse du débat public réalisé sur la base d un travail collectif de 22 jeunes Cahier des acteurs Décembre 2013 Agence Nouvelle des Solidarités

Plus en détail

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants.

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants. Communiqué de presse Paris, le 13 février 2012 Enquête santé / Sexualité / Contraception / Chiffres Clés Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE Dossier de presse 2013 Contact Presse Mathieu Landau 06.31.44.56.28 mlandau@unef.fr SOMMAIRE PAGE 3 PAGE 4 PAGE 5 PAGE 7 Introduction Les principaux chiffres + 1,6%

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE Nous sommes tous conscients des efforts à réaliser dans le contexte économique difficile que nous traversons. Un projet de loi de financement qui a pour ambition

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

«Après le vote de la Loi de financement de

«Après le vote de la Loi de financement de À la veille du grand débat sur la protection sociale, annoncé par le premier ministre, beaucoup d interrogations demeurent. Dans une société de plus en plus individualiste, maintenir un système de protection

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail