L immobilier dans l économie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L immobilier dans l économie"

Transcription

1 ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau? Les données de la Comptabilité Nationale (Insee) nous permettent de remonter jusqu à 959 et montrent que l importance économique de l immobilier est loin d être récente. Le secteur (cumul des secteurs Activités Immobilières et Construction hors Travaux publics) n a cessé d être le premier créateur de richesse en terme de valeur ajoutée et l un des principaux employeurs. - L immobilier dans la création de richesses SOMMAIRE La conjoncture actuelle montre à quel point le secteur immobilier a un impact fort sur l économie d un pays. Le retraitement des données de la valeur ajoutée qui représente la création de richesse et d emplois permettent de montrer le poids essentiel qu il occupe. La valeur ajoutée par branche La valeur ajoutée est une notion se rapprochant de celle du PIB. Selon la définition de l Insee, la Valeur ajoutée correspond à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire. Il s agit ainsi du solde du compte de production. Elle se différencie du PIB par le fait qu elle n intègre pas les impôts sur les produits et qu elle prend en compte les subventions. / L immobilier dans la création de richesses p. La valeur ajoutée par branches d activités p. L Emploi par branches d activités p.3 2/ La demande de biens et de services immobiliers p.4 L Investissement non financier ou Formation brute de capital fixe (FBCF) p.4 La consommation des ménages p Valeur ajoutée (98-27) en milliards d euros, à prix courant Commerce Activités financières Industries des biens d'équipement Industries des biens de consommation Industrie automobile L immobilier représente 2 % de la valeur ajoutée / Le patrimoine immobilier p.6 4/ La place de l immobilier dans les différents pays européens p L immobilier représente 5 % de la valeur ajoutée Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

2 L immobilier dans l économie en milliards d'euros, en prix courant Depuis 24, on note une progression plus soutenue de l immobilier, de l ordre de 8 %, témoignant de son impact croissant dans l économie. Il représentait 5 % de l ensemble de la valeur ajoutée en 98 et 2 % en Valeur ajoutée - tendance à long terme (959-27) échelle semi-logarithmique - en milliards d euros, à prix courant Commerce Activités financières Industries des biens d'équipement Industries des biens de consommation Industrie automobile L immobilier n a cessé d être le premier créateur de valeur ajoutée depuis 96, juste devant le secteur des services aux entreprises et bien loin devant les secteurs industriels. En terme de progression, on note cependant un repli. Après avoir a connu une progression moyenne de 4 % entre 96 et, elle ne connaît, depuis lors, qu une progression moyenne de 6 %. 27 : la valeur ajoutée par branche à prix courant en milliards d euros 27 Part 334,5 () 2% - dont Activités immobilières 243,8 4% - dont Bâtiment 9,7 5% 28,3 (2) 7% 234, (3) 4% Commerce 69, (4) % 93,7 (5) 6% Activités financières 82,4 (6) 5% 82,2 (7) 5% Industries des biens d équipement 47,2 (8) 3% Industries des biens de consommation 36, (9) 2% Industrie automobile,9 () % Autres Branches 323,7 9% Ensemble de l économie 695, % Source : IEIF, sur données INSEE 2 - Le graphique sous forme d échelle semi-logarithmique lisse les données et permet ainsi de distinguer plus nettement des tendances de fond qu une échelle linéaire. Elle facilite ainsi des comparaisons de progression. A l inverse, l échelle linéaire met davantage en relief le poids réel de chaque secteur. Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

3 L Emploi par branche d activités Emploi total en «équivalent temps plein» - Tendance à long terme (959-27) en milliers de personnes en milliers de personnes Commerce Administration Transports : l emploi par secteurs d activité Emploi total en «équivalent temps plein» En milliers de personnes Education, santé, action sociale Services aux entreprises 27 Part 4 66 () 8% 4 94 (2) 7% Commerce (3) 3% Administration (4) 9% Services aux particuliers (5) 9% 86 (6) 7% - dont Activités immobilières 299 % - dont Bâtiment * 562 6% Industries des biens intermédiaires 226 (7) 5% Transports 2 (8) 4% Agriculture 2 (9) 4% Autres Branches % Ensemble de l économie % Source : IEIF, sur données INSEE *pas de données 27 mais 26 Malgré la forte croissance du secteur immobilier, l effectif employé est resté relativement stable, ne progressant que de 2 % depuis 96 contre 25 % de progression pour l ensemble de l économie (+ 5 % pour les services aux entreprises). Il représente 7 % de l emploi total en 27 alors qu il a représenté jusqu à % au début des années 7. Le secteur immobilier a même été destructeur d emplois entre et et entre et 998. Les grands créateurs d emplois sont les branches «Education, santé, action sociale» et. Sans surprise, on peut remarquer la très forte destruction d emplois dans la branche «Agriculture, sylviculture et pêche». Le secteur immobilier est cependant le 6 e employeur en 27 derrière des branches très demandeuses en main d œuvre comme les, le Commerce et les. A lui seul, le Bâtiment concentre 84 % des effectifs du secteur immobilier en 27 contre plus de 95 % entre 96 et 969 et 9 à 95 % entre 97 et 982. Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

4 L immobilier dans l économie 2- La demande de biens et services immobiliers L Investissement non financier (FBCF) La Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) mesure le montant annuel d investissement «physique», qu il soit immobilier, industriel, ou d autre nature tangible Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) (98-27) en milliards d euros, à prix courant Industrie hors agroalimentaire Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) - Tendance à long terme (959-27) échelle semi-logarithmique - en milliards d euros, à prix courant Les cycles d investissement en immobilier suivent de près ceux de l industrie, second pôle d investissement : croissance relativement soutenue jusqu en, recul de 992 à 994, puis nouvelle croissance qui s accélère en 998, stabilisation voir léger recul pour l industrie en 22 et hausse depuis lors, plus soutenue pour l immobilier. en milliards d'euros, à prix courant Industrie hors agroalimentair L immobilier représente la première destination d investissement depuis près de 5 ans. Il a même dépassé les 5 % des montants investis jusqu en 984 et se situe juste en dessous depuis lors. Toujours sur longue, les investissements en immobilier progressent au même rythme que les investissements dans l industrie. Les investissements dans le secteur des services ont connu une progression très supérieure mais restent cependant à des niveaux en valeur absolue nettement inférieurs. Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax : Le graphique sous forme d échelle semi-logarithmique lisse les données et permet ainsi de distinguer plus nettement des tendances de fond qu une échelle linéaire. Elle facilite ainsi des comparaisons de progression. A l inverse, l échelle linéaire met davantage en relief le poids réel de chaque secteur.

5 27 : formation brute de capital fixe En milliards d euros, à prix courant 27 Part 82 () 45% - dont Activités immobilières 25 6% - dont Bâtiment 57 39% Industrie hors agroalimentaire Services aux entreprises 5 (2) 26% 69 (3) 7% Autres Branches 5 2% Ensemble des biens et services 46 % En 27, l immobilier a absorbé 45 % (82 milliards d euros) du flux d investissement en provenance des entreprises et des ménages. A lui seul le Bâtiment a représenté 39 % de ce flux. La consommation des ménages Dépenses de consommation des ménages (98-27) en milliards d euros, à prix courant L immobilier devient le premier poste de consommation Industries agricoles et alimentaires Industries des biens de consommation Energie Industrie automobile Activités financières Industries des biens d'équipement Dépenses de consommation des ménages - Tendance à long terme (959-27) échelle semi-logarithmique - en milliards d euros, à prix courant L a concentré 22 milliards d euros, soit 2 % des dépenses de consommation des ménages en 27 contre 7 % en 96. Il s agit du premier poste de consommation des ménages alors que jusqu en 99, il était situé en troisième position derrière les industries de biens de consommation et les industries agricoles et alimentaires. en milliards d'euros, à prix courant Industries agricoles et alimentaires Industries des biens de consommation Energie Industrie automobile Activités financières Industries des biens d'équipement Le rythme d évolution des dépenses de consommation des ménages en immobilier s est cependant nettement réduit. Il représentait une évolution moyenne de 5 % entre 96 et 984 contre seulement 6 % entre et 27 avec des progressions record de l ordre de 2 % au début des années 6. - Le graphique sous forme d échelle semi-logarithmique lisse les données et permet ainsi de distinguer plus nettement des tendances de fond qu une échelle linéaire. Elle facilite ainsi des comparaisons de progression. A l inverse, l échelle linéaire met davantage en relief le poids réel de chaque secteur. Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

6 L immobilier dans l économie La majeure partie de la dépense en immobilier (2 milliards d euros) représente la consommation de «service du logement» (location immobilière) par les ménages. Ce chiffre comprend à la fois des loyers réels et des loyers «imputés» (propriétaires occupants), conformément à la pratique internationale en la matière. Il représente 95 % de la dépense de consommation globale en immobilier contre 9 % au début des années Le Patrimoine immobilier 2 Historique du patrimoine immobilier comparé aux autres actifs Le patrimoine immobilier dans la comptabilité nationale (978-27) en milliards d euros, en fin d année Ensemble du patrimoine immobilier (2) dont logements dont bâtiments non résidentiels L ensemble du patrimoine immobilier a connu une progression très importante depuis 978 (+ 9,3 % en rythme annuel) avec une accélération très nette depuis ans (+,9 % en rythme annuel). 27, avec une progression limitée à 7 % par rapport à 26, marque une inflexion. La part du logement dans le patrimoine immobilier est croissante : elle était de 74 % en 978 et représente aujourd hui 8 %. En 27, les logements représentent 23 % de l ensemble du patrimoine national, englobant les actifs immobiliers et financiers ; ils n en représentaient que 6 % en. La forte augmentation de la valorisation des actifs immobiliers ces dernières années explique en grande partie ce phénomène. 2- Les terrains bâtis, séparés dans les comptes de Patrimoine, sont réintégrés dans nos calculs. 27 Part 22 () 2% - dont Activités immobilières 2 9% - dont Bâtiment % Industries agricoles et alimentaires Industries des biens de consommation Services aux particuliers 5 (2) 4% 4 (3) 3% 2 (4) 2% Energie 77 (5) 7% Industrie automobile 6 (6) 6% Activités financières 58 (7) 6% Education, santé, action sociale Services aux entreprises Industries de biens intermédiaires Agriculture, sylviculture, pêche Industries des biens d équipement 52 (8) 5% 5 (9) 5% 4 () 4% 3 () 3% 8 (2) 2% Autres Branches 4 4% Ensemble des biens et services Ensemble du patrimoine immobilier 27 : dépenses de consommation des ménages en milliards d euros, à prix courant 47 % Source : IEIF, sur données INSEE 27 : le patrimoine immobilier dans la comptabilité nationale en milliards d euros 27 Part totale Part du patrimoine immobilier % % - dont Logements % 8% - dont Bâtiments non résidentiels Patrimoine national (actifs financiers et non financiers) 77 5% 9% % Source : IEIF, sur données INSEE 6 Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

7 4- La place de l immobilier dans différents pays européens Part de la construction dans la Valeur Ajoutée nationale aux prix de base et taux de change courants (% de toutes les branches) Union européenne (27 pays) 5,6 5,5 5,6 5,6 5,7 5,7 5,7 5,8 6, 6,2 6,5 Allemagne 6, 5,6 5,5 5,2 4,8 4,6 4,4 4,2 4, 3,8 4, Espagne 7, 7,3 7,9 8,3 8,9 9,4 9,9,6,5 2,2 2,3 France - - 5, 5,2 5,3 5,3 5,3 5,5 5,7 6,2 6,5 Italie 5, 4,9 4,9 5, 5,3 5,4 5,6 5,8 6, 6, 6,3 Royaume-Uni 5, 5, 5, 5,3 5,6 5,7 5,9 6, 6, 6,3 6,4 Source : IEIF, d après données Eurostat Le secteur de la construction a généré 6,5 % de la valeur ajoutée nationale au sein de l Union Européenne en 27. La France se situe exactement à ce niveau, le Royaume-Uni et l Italie légèrement en dessous et l Allemagne très largement en dessous. En Espagne et dans certains pays de l Est (Lituanie, Roumanie) ainsi qu en Irlande, le secteur de la construction dépasse % de la valeur ajoutée nationale. Ces pays sont à présent particulièrement touchés par la crise économique, notamment dans le secteur de la promotion immobilière. Part de la construction de logement dans la Formation brute de capital fixe nationale aux prix de base et taux de change courants (% de toutes les branches) Union européenne (27 pays) 24,9 24,2 24,3 25, 26, 26,5 26,8 27,4 27, Allemagne 33,7 3,9 3,3 3,7 3,9 3,3 3, 3, 29,9 Espagne 22,4 23,7 25, 26,8 28,7 29,8 3,3 3,5 3, France 29,6 27,8 27,9 29, 29,8 3,3 3,8 32, 3,7 Italie 2,3 2, 2,8 2,8 2,9 22,2 23,6 24,4 25, Royaume-Uni 5,9 6,4 7,4 9, 2,6 22, 22,5 23,4 22,8 Source : IEIF, d après données Eurostat 27, % de la l investissement européen correspond à la construction de logement. La France, l Allemagne et l Espagne se situent un peu au-dessus, l Italie et le Royaume-Uni nettement en-dessous. Dans certains pays, l investissement dans la construction est extrêmement élevé comme en Norvège où il représente plus de 7 % de la formation brute de capital du pays. Il est également important dans certains pays de l est de la Méditerranée et en Irlande (aux alentours de 4 %). Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

8 L immobilier dans l économie L immobilier tient une place très particulière dans l économie française depuis déjà longtemps : Il a toujours été le premier créateur de richesses (valeur ajoutée) et son poids va en s accentuant, Avec 86 emplois, l immobilier est le 6 ème employeur et connaît une lente progression. Seuls 328 emplois y ont été créés depuis 959 contre dans l par exemple. La part de l immobilier dans l investissement est allée crescendo. Elle représente aujourd hui près de la moitié des montants engagés. Troisième poste de consommation jusqu en 99, après les industries agricoles et les industries de biens de consommation, il se situe en tête depuis lors. La valeur du patrimoine immobilier a connu une progression très soutenue depuis 978, elle a été multipliée par 3, principalement portée par le logement qui représente 8 % de l ensemble en 27. La part de la construction dans la création de richesse (valeur ajoutée) et dans l investissement situe la France dans la moyenne de l Union européenne. Etude réalisée par Charles-Henri de Marignan Analyste Pôle L Institut de l Epargne Immobilière et Foncière est un organisme d études et de recherche indépendant. Sa vocation est de fournir des informations et des analyses sur les marchés et les investissements immobiliers en France et en Europe. L IEIF est aussi le cercle de réflexion des professionnels de l immobilier et de la finance. L IEIF compte 4 pôles : SCPI coté (SIIC / REIT) direct (logement, bureau ) OPCI et un club Analyse et Prévision 8 Institut de l Epargne Immobilière et Foncière, 23 boulevard Poissonnière, 752 Paris. Tél : Fax :

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER

Communiqué de presse LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2014 LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER L'enquête statistique semestrielle de l'ieif

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Savoir conjuguer Bourse et immobilier

Savoir conjuguer Bourse et immobilier Savoir conjuguer Bourse et immobilier Questions Quel nom porte une société par actions dont l activité consiste à investir dans l immobilier les capitaux qu elle collecte? Sous quel nom désigne-t-on l

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 Mars 2012 - 2-1. Le financement des entreprises Le financement des investissements d équipement : le rebond de l activité

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI EN 2013 : ATTRACTIVITE CONFIRMEE, MODERNISATION ENGAGEE. Chiffres clés au 31 décembre 2013 (Statistiques ASPIM - IEIF)

Communiqué de presse LES SCPI EN 2013 : ATTRACTIVITE CONFIRMEE, MODERNISATION ENGAGEE. Chiffres clés au 31 décembre 2013 (Statistiques ASPIM - IEIF) Communiqué de presse Paris, le 5 mars 2014 LES SCPI EN 2013 : ATTRACTIVITE CONFIRMEE, MODERNISATION ENGAGEE Chiffres clés au 31 décembre 2013 (Statistiques ASPIM - IEIF) 157 SCPI gérées par 26 groupes

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 2013

COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 2013 > Les synthèses de FranceAgriMer juin 214 numéro22 VINS COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 213 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 22 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 3 3 / Fax : +33 1 73 3 3 3 www.franceagrimer.fr

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 Indice des prix des logements 4 trimestre 2014 o L indice belge des prix des logements augmente de 1,0% au quatrième trimestre 2014 par rapport au trimestre

Plus en détail

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Plus de 270 000 établissements dans le secteur HCR en France en 2010 Nombre d'établissements 2003

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Production et commandes industrielles 16 1 94 88 Production industrielle - (25=1 moyenne mobile sur 3 mois) Source : INSEE (y compris énergie et agroalimentaire) Tableau de bord de l industrie française

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe. http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» :

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» : Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2015 LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD Les statistiques ASPIM-IEIF pour le premier semestre de 2015 confirment une

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014 Comparaisons 2 èmes trimestres 213 et 214 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises Chiffres d Affaires

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail