TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE"

Transcription

1 TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations... 3 II. La notion de contrat... 5 A. Le contrat, la convention et l acte juridique... 5 B. La typologie des contrats... 5 III. L esprit contemporain du droit des contrats SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La formation du contrat I. Les conditions de formation du contrat A. Le consentement B. La capacité C. L objet D. La cause II. Les sanctions des conditions de formation du contrat A. La nullité B. Les autres sanctions SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les effets du contrat entre les parties I. L interprétation du contrat A. L interprétation des contrats ambigus B. Le forçage du contrat II. La force obligatoire du contrat A. La signification de la force obligatoire du contrat B. La portée de la force obligatoire du contrat III. Les sanctions de l inexécution du contrat A. Les sanctions communes à tous les contrats B. Les sanctions propres aux contrats synallagmatiques SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les effets du contrat à l égard des tiers I. L effet relatif du contrat A. La signification de l effet relatif du contrat B. Les exceptions à l effet relatif du contrat II. L opposabilité du contrat A. L opposabilité du contrat par les parties III

2 B. L opposabilité du contrat par les tiers SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les contrats passés par l entreprise dans le cadre de son activité I. Le contrat de vente A. La définition de la vente B. La formation de la vente C. Les effets de la vente II. Le contrat d entreprise A. La définition du contrat d entreprise B. La formation du contrat d entreprise C. Les effets du contrat d entreprise D. La sous-traitance III. Les contrats de distribution A. Le droit des contrats de distribution B. La typologie des contrats de distribution IV. Les contrats de consommation A. Les règles propres aux contrats de consommation B. Le crédit à la consommation SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les contrats d assurance de l entreprise I. Les principes fondamentaux du droit du contrat d assurance A. Introduction générale B. Les règles fondamentales du droit du contrat d assurance II. Les principales garanties souscrites par les entreprises A. Les assurances des biens des entreprises B. Les assurances de responsabilité des entreprises C. Les assurances de personnes souscrites par l entreprise SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les contrats d assurance-vie et la gestion du patrimoine de l entrepreneur I. La formation du contrat d assurance-vie A. L obligation d information précontractuelle de l assureur B. La faculté de renonciation du souscripteur C. La sanction des déclarations irrégulières II. L exécution du contrat d assurance-vie A. La prime B. Les droits du souscripteur IV

3 III. Le bénéfice du contrat d assurance-vie A. Le droit du bénéficiaire du contrat d assurance B. Les droits concurrents SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le droit pénal général I. Les éléments constitutifs de l infraction A. L élément légal B. L élément matériel C. L élément moral II. La classification des infractions A. La classification principale B. Les classifications secondaires III. L identification de la personne responsable A. La personne physique B. La personne morale IV. La peine A. La notion de peine B. L évaluation de la peine C. L application de la peine SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La procédure pénale I. Les actions A. L action publique B. L action civile II. Les enquêtes A. Le cadre de l enquête B. Les moyens de l enquête III. L instruction préparatoire A. L instruction menée par le juge d instruction B. La chambre de l instruction IV. Le jugement et les voies de recours A. Les juridictions de jugement B. Les voies de recours SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le droit pénal spécial des affaires et des sociétés 217 I. Les infractions de droit commun applicables à la vie des affaires A. Le vol et les infractions voisines V

4 B. L escroquerie et l infraction voisine C. L abus de confiance et les infractions voisines D. Le faux et l usage de faux E. Les infractions de conséquences II. Les infractions spécifiques à la vie des affaires A. Les infractions du droit pénal du commerce B. Les infractions du droit pénal des sociétés C. Les infractions du droit pénal des entreprises en difficultés D. Les infractions du droit pénal boursier SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le droit de la concurrence I. Les fondements complexes du droit de la concurrence A. Les sources du droit de la concurrence B. La nature juridique du droit de la concurrence II. Les principes et les règles en droit de la concurrence A. Le grand droit de la concurrence B. Le petit droit de la concurrence C. Un régime autonome d incrimination D. L application des règles SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS L entreprise et l administration fiscale I. Les garanties de l entreprise A. Les garanties préalables au contrôle B. Les garanties en cours de contrôle externe II. Le droit de contrôle de l administration A. Les modalités du droit de contrôle B. La vérification de comptabilité (art. L 13 du Livre des procédures fiscales) C. Les contrôles spécifiques D. Les procédures de contrôle III. Le recours contentieux A. La réclamation préalable (art. L 190 du Livre des procédures fiscales) 276 B. Les voies de recours devant les tribunaux C. Les voies de recours fondées sur le droit communautaire (art. L 190 al 3 à 5 du Livre des procédures fiscales) SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS L entreprise et la dimension environnementale I. Vers une prise de conscience de la dimension environnementale VI

5 A. Une prise de conscience mondiale B. Le cadre communautaire C. L environnement sur le plan national II. La dimension environnementale dans l entreprise A. La responsabilité environnementale B. L approche système : le SME et les normes C. L approche produit : les labels et l écoconception III. L information environnementale A. La publication des informations environnementales B. La réglementation européenne REACH C. Les directives Seveso D. Le dispositif juridique français en matière de reporting social et environnemental obligatoire E. Les informations en matière de traitement et de recyclage des déchets 302 F. Le système d échange de quotas d émission de gaz à effet de serre SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le droit et la fiscalité de la constitution et de la transformation des sociétés I. Les règles de constitution A. L approche juridique B. Les formalités de constitution C. Les spécificités propres aux sociétés les plus courantes : SARL, SA et SAS, SNC D. La fiscalité liée à la constitution II. La transformation A. Généralités B. La transformation de la SARL C. La transformation de la SA D. La transformation de la SNC E. La fiscalité de la transformation SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les modes de direction et les dispositifs permettant d améliorer la transparence du fonctionnement des sociétés I. Les organes de direction et les dispositifs permettant d améliorer la transparence du fonctionnement des SNC, SARL et SAS A. L organisation des organes de direction B. Les dispositifs permettant d améliorer la transparence et le fonctionnement des SNC, SARL et SAS II. La direction et le contrôle de la société anonyme VII

6 A. Le rôle et les attributions des organes de direction B. Les dispositifs permettant d améliorer la transparence et le fonctionnement de la SA SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le droit de l informatique I. Le régime juridique de l activité informatique A. Vers un droit de la responsabilité en matière informatique B. Vers un régime juridique spécifique du droit Internet II. Le droit du commerce électronique A. Les caractéristiques B. Le caractère international du commerce électronique SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les règles d impositions des affaires internationales I. La territorialité des impôts directs A. La territorialité de l impôt sur le revenu B. La territorialité de l impôt sur les sociétés C. Le traitement des cas de double imposition II. La territorialité en matière de TVA A. La définition du territoire national B. Les opérations portant sur des biens C. Les opérations portant sur des prestations de services D. Les régimes spéciaux SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le financement de l entreprise I. Les marchés de capitaux A. Les titres de dette B. Les titres de capital ou actions C. Les produits dérivés II. Le financement direct A. Le financement direct par fonds propres B. Le financement direct par endettement C. Le financement direct hybride III. Le financement indirect A. Les contrats de financement B. Les formes de financement indirect C. Les garanties du crédit SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS VIII

7 19 Les groupes de sociétés I. Définitions et caractéristiques A. La notion de groupe de sociétés B. L absence de personnalité juridique du groupe de sociétés C. Définitions II. La typologie et la classification des groupes de sociétés A. La société mère du groupe B. La typologie des groupes de sociétés C. La classification des groupes de sociétés III. La constitution du groupe de sociétés A. Les modalités de constitution B. La réglementation des prises de participation IV. Le fonctionnement du groupe de sociétés A. Les relations infragroupes B. La comptabilité et la fiscalité du groupe de sociétés V. Les acteurs du groupe de sociétés A. Les salariés du groupe B. Les associés et actionnaires minoritaires du groupe VI. Le règlement du passif des sociétés du groupe A. La situation des créanciers B. La procédure collective SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les autres modes de coopération interentreprises I. La société européenne (SE) A. La constitution de la SE B. Le fonctionnement de la SE C. La comptabilité et la fiscalité D. L implication des travailleurs E. La dissolution de la SE II. Le groupement d intérêt économique (GIE) A. La constitution du GIE B. Le fonctionnement du GIE C. La transformation, la dissolution et la liquidation du GIE D. Les conséquences fiscales et sociales de la création d un GIE III. Le groupement européen d intérêt économique (GEIE) A. La constitution du GEIE B. Le fonctionnement du GEIE C. La transformation et la dissolution du GEIE D. Les conséquences fiscales et sociales de la création d un GEIE IV. La location-gérance du fonds de commerce A. Les conditions relatives aux contractants B. Le contrat de location-gérance IX

8 C. Les effets du contrat de location-gérance D. Les conséquences du contrat de location-gérance V. Les contrats d intérêt commun A. Les contrats de sous-traitance B. Les contrats de coopération SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le régime juridique, comptable, fiscal et social des fusions et opérations assimilées I. Définitions A. La fusion B. La scission C. La fusion-scission D. L apport partiel d actif II. Les fusions et scissions A. Le déroulement des opérations de fusion ou de scission B. Les conséquences des opérations de fusion III. L apport partiel d actif A. Les modalités de l apport partiel d actif B. Les effets de l apport partiel d actif IV. Le régime comptable des fusions et opérations voisines A. La situation de contrôle au moment de l opération B. La détermination du sens des opérations et de la valeur des apports 504 V. Le régime fiscal des fusions et opérations voisines A. Le régime fiscal de droit commun B. Le régime fiscal de faveur en cas de fusion ou de scission C. Le régime fiscal de faveur en cas d apport partiel d actif D. Les fusions et opérations voisines au regard des droits d enregistrement E. Les fusion et opérations voisines et la TVA VI. Le régime social des fusions et opérations voisines A. Les conséquences pour les salariés B. Les conséquences pour les institutions représentatives du personnel 511 SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS X 22 La prévention des entreprises en difficulté I. Les alarmes II. Les procédures gracieuses de traitement des difficultés d entreprises A. Le mandat ad hoc B. La conciliation SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS

9 23 Les conditions d ouverture des procédures collectives I. Les conditions d ouverture de la sauvegarde, du redressement et de la liquidation A. La première condition d ouverture : la qualité du débiteur B. La deuxième condition d ouverture : la cessation des paiements «avérée» ou «prévisible» II. L extension de la procédure collective A. Les conditions de l extension B. Les effets de l extension SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Le jugement d ouverture de la procédure de sauvegarde et du redressement I. La saisine du tribunal A. La procédure de sauvegarde B. Les procédures de redressement et de liquidation judiciaires II. La compétence du tribunal A. La compétence d attribution B. La compétence territoriale interne C. La compétence territoriale internationale du juge français III. Le régime du jugement d ouverture A. Le contenu du jugement d ouverture B. La publicité du jugement d ouverture C. L exécution provisoire du jugement d ouverture D. Les voies de recours contre le jugement d ouverture IV. L organisation de la procédure collective A. Le rôle du tribunal B. Le juge-commissaire C. Le ministère public D. Les mandataires judiciaires E. Les «auxiliaires» de la procédure collective SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les effets de la période d observation sur les intervenants à la procédure I. L entreprise pendant la période d observation A. Présentation préliminaire de la période d observation B. La répartition des pouvoirs de gestion entre l administrateur judiciaire et le débiteur C. Le contrôle judiciaire de certains actes du débiteur II. Les droits des créanciers A. La vérification des créances antérieures XI

10 B. La paralysie des droits des créanciers III. La remise en cause du patrimoine du débiteur A. Les nullités de la période suspecte (art. L à L ) B. Les revendications (art. L à L ) IV. Le financement de la période suspecte A. Les contrats en cours (art. L ) B. Le privilège des créances postérieures SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La solution de la procédure de sauvegarde et de redressement : le plan de continuation de l activité I. La première phase : le bilan économique et social II. La deuxième phase : le projet de plan de sauvegarde ou de redressement A. L élaboration du plan par l administrateur et/ou le débiteur B. L élaboration du projet de plan et l intervention des créanciers III. La troisième phase : le jugement arrêtant le plan IV. Les modifications du plan SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La liquidation judiciaire I. Les conditions d ouverture de la liquidation judiciaire A. Les conditions d ouverture générales de la liquidation judiciaire B. L ouverture d une procédure de liquidation judiciaire simplifiée II. Les effets du jugement d ouverture de la liquidation A. Les organes de la procédure B. Le sort du débiteur III. Le déroulement de la procédure de liquidation judiciaire. 597 A. Le terme de l activité B. La cession de l activité IV. L apurement du passif V. La clôture de la procédure de liquidation judiciaire SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La mutabilité de la procédure I. Les conversions de procédure A. La détérioration de la situation de l entreprise B. L amélioration de la situation de l entreprise II. Les sanctions à l égard des dirigeants A. Les sanctions patrimoniales XII

11 B. La faillite personnelle C. Les sanctions pénales SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La transmission d entreprise à titre onéreux I. La cession de l entreprise individuelle A. Les conditions de fond B. Les conditions de forme C. Les formalités D. Le prix du fonds de commerce E. Le sort de certains contrats F. Le recours à la location-gérance G. Le recours au crédit-bail H. Les conséquences fiscales II. La cession de droits sociaux A. La nature de la cession B. Négociations et avant-contrats C. La conclusion de la cession : les conditions de formes D. La recherche du contrôle de la société E. La situation des actionnaires minoritaires F. Le prix de cession G. Les conditions suspensives et résolutoires H. Les garanties légales et conventionnelles I. Les conséquences fiscales SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La transmission d entreprise à titre gratuit I. Les conséquences du décès du chef d entreprise A. Les conséquences du défaut de préparation de la transmission B. Le legs d entreprise C. Les conséquences fiscales de la succession II. La donation de l entreprise ou des droits sociaux A. Le formalisme de la donation B. Les droits du donateur C. Le droit des héritiers D. Les conséquences fiscales SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La disparition de l entreprise I. La cessation de l entreprise individuelle A. Les motifs B. Les formalités XIII

12 C. Les sanctions du non-respect de déclaration de cessation d activité D. La fiscalité de la cessation de l entreprise individuelle II. La dissolution de la société A. Les causes communes à l ensemble des sociétés B. Les causes spécifiques à la SNC, la SARL, la SAS ou la SA C. Les effets de la dissolution D. La procédure de dissolution E. La fiscalité de la dissolution SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS Les associations I. Définition et caractéristiques A. Définition de l association B. La diversité associative II. Le régime juridique des associations A. Les conditions de validité B. Le fonctionnement de l association SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS La fiscalité des associations I. Les critères d appréciation de la non lucrativité A. Le caractère désintéressé de la gestion de l organisme B. L organisme concurrence une entreprise C. L organisme entretient des relations privilégiées avec d autres entreprises II. Les mesures d exonérations A. Les mesures d exonérations propres à chaque impôt ou taxes B. La franchise des impôts commerciaux III. L exercice d activités lucratives et non lucratives A. Les principes B. La sectorisation C. La filialisation D. L imposition des revenus patrimoniaux SYNTHÈSE APPLICATIONS & CORRIGÉS ANNEXES Index XIV

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

La prévention des difficultés des entreprises

La prévention des difficultés des entreprises La prévention des difficultés des entreprises Le Tribunal de Commerce et la prévention judiciaire : - Convocation par le TC - Le Mandat Ad Hoc - La conciliation Anciens Juges du TC, Experts- Comptables,

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

DISSOLUTIONS DE SOCIETES

DISSOLUTIONS DE SOCIETES DISSOLUTIONS DE SOCIETES Objectifs : o Présentation des objectifs, des modalités et des conséquences comptables et financières des opérations de dissolution des sociétés. Pré requis : o Connaissances en

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives L.G.DJ TRAITÉ DE DROIT COMMERCIAL G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain Philippe Delebecque Professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Michel Germain Professeur à l'université

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

1 L entreprise individuelle traditionnelle

1 L entreprise individuelle traditionnelle 1 L entreprise individuelle traditionnelle Introduction L entreprise individuelle est la forme juridique à la fois la plus répandue en France et la plus fragile. Elle connaît un franc succès depuis la

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en banques et finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU et de l EARL Compléments

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

Partie 1 - La gestion des risques : identifier, prévenir, éviter, réduire, transférer les risques?

Partie 1 - La gestion des risques : identifier, prévenir, éviter, réduire, transférer les risques? Partie 1 - La gestion des risques : identifier, prévenir, éviter, réduire, transférer les risques? 1. L identification des risques... 3 1.1. Risques globaux encourus par toute entreprise... 3 1.2. Risques

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

«Guide du créateur d entreprise» Recueil d informations utiles

«Guide du créateur d entreprise» Recueil d informations utiles «Guide du créateur d entreprise» Recueil d informations utiles «Guide du créateur d entreprise» Recueil d informations utiles 3. «... Pour ces considérations, nous avons décidé qu il sera créé, sous la

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS DES REVUES CITÉES... 3 INTRODUCTION... 5 PARTIE I LA CONSTITUTION DE L EIRL

TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS DES REVUES CITÉES... 3 INTRODUCTION... 5 PARTIE I LA CONSTITUTION DE L EIRL TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS DES REVUES CITÉES... 3 INTRODUCTION... 5 PARTIE I LA CONSTITUTION DE L EIRL TITRE I : L EIRL À PATRIMOINE AFFECTÉ UNIQUE LA CONSTITUTION DU PATRIMOINE AFFECTÉ

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Extension de garantie Protection juridique

Extension de garantie Protection juridique REFERENCE : 552 000 / HISCOX (à rappeler dans toute correspondance). Cette garantie, facultative, vous est acquise uniquement si la mention figure dans vos Conditions Particulières et si vous avez acquitté

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES EXPOSE DES MOTIFS 1 PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES EXPOSE DES MOTIFS La sauvegarde des entreprises est un enjeu majeur pour notre économie et les hommes qui la développent. La législation relative au traitement

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée.

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. PROJET DE LOI adopté le 5 mai 2010 N 96 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 PROJET DE LOI relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. Le Sénat a adopté, dans les conditions prévues à

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2010-1512 du 9 décembre 2010 portant adaptation du

Plus en détail

LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT?

LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT? Epiphane B. LA SOCIETE COMMERCIALE, UN PÔLE DE DÉVELOPPEMENT? Comprendre le droit commercial, outil de développement capitaliste Préface de Joseph DJOGBENOU Table des matières Chapitre I Les éléments-moteurs

Plus en détail

Droit des sociétés 2015/16. Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland

Droit des sociétés 2015/16. Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland Droit des sociétés 2015/16 Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland Dans la même collection Auto-entrepreneur 2015/2016 Droit de l immobilier 2015/2016 Droit des assurances 2015/2016

Plus en détail

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires.

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. ACCUEIL PRESENTATION NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. Le cabinet NORDEN assiste les entreprises, fonds d investissements et banques françaises

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Notre clientèle est composée de sociétés cotées et de PME, ainsi que de start up. - Audits juridiques et fiscaux (Data Room) avant prise de contrôle ;

Notre clientèle est composée de sociétés cotées et de PME, ainsi que de start up. - Audits juridiques et fiscaux (Data Room) avant prise de contrôle ; Notre Département Fort de leur longue expérience juridique les associés de notre département interviennent en tant que «conseil corporate en droit des sociétés et des fusions/acquisitions», auprès des

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2011 0000043. Loi n 2010 658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (JO du 16 juin 2010).

LETTRE CIRCULAIRE n 2011 0000043. Loi n 2010 658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (JO du 16 juin 2010). LETTRE CIRCULAIRE n 2011 0000043 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 3.0;3.3 Montreuil, le 15/04/2011 15/04/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE GESTION ET MODERNISATION DES

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 65 TITRE III- LA FAILLITE............................................

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Préface... iii v TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 Chapitre 1 L histoire législative anglaise... 3 Chapitre 2 L histoire

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats

La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats TABLE DES MATIÈRES Introduction 9 A) Les sources du droit des obligations 9 B) La classification des obligations 10 PARTIE I La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats TITRE 1 La responsabilité

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L 1 C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L Note de présentation de la loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises portant réforme des procédures collectives et du décret

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES La CAVB est propriétaire des droits de ce répertoire d information non exhaustif et sa responsabilité ne serait être engagée en cas d erreurs

Plus en détail

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Plan de l intervention 1. Contexte du projet 2. Statut du projet Partie

Plus en détail

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE 1. Préambule L'ouverture de la sauvegarde est subordonnée à la démonstration par l'entreprise qu'elle n'est pas en mesure de surmonter, seule, ses difficultés. Cette procédure

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC»

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Le programme de cette épreuve est un sous-ensemble de l examen de certification CGPC/CFP. 1 / 6 BLOC 1 A-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Si l exercice d une activité économique en nom propre est le mode d exercice privilégié des petits entrepreneurs,

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux. Site : www.cjfs-soret-avocats.

Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux. Site : www.cjfs-soret-avocats. Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux Site : www.cjfs-soret-avocats.com LOI N 2010-658 du 15 JUIN 2010 Articles L526-6 et suivants du code

Plus en détail

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS)

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL (DROIT) (Voir aussi BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES,

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche.

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. TUTELLES MAJEURS Adresse internet : www.ti-toulouse.justice.fr Standard T.I. : 05.34.31.79.79 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail