Sécurité alimentaire. De la ferme à la table: des aliments sûrs et sains pour tous COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité alimentaire. De la ferme à la table: des aliments sûrs et sains pour tous COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE"

Transcription

1 COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE Sécurité alimentaire De la ferme à la table: des aliments sûrs et sains pour tous Protéger la santé et les intérêts des consommateurs

2 SOMMAIRE COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE La présente brochure fait partie d une série destinée à présenter le travail de l UE dans ses différents domaines de compétence, les raisons qui la guident et les résultats obtenus. Pourquoi une politique de sécurité alimentaire?... 3 Stratégie de l UE... 5 Action de l UE... 6 Perspectives Pour en savoir plus Elle est disponible en ligne: Comment fonctionne l UE 12 leçons sur l Europe Europe 2020: la stratégie européenne en faveur de la croissance Les pères fondateurs de l Union européenne Action pour le climat Affaires étrangères et politique de sécurité Affaires maritimes et pêche Agriculture Aide humanitaire et protection civile Banque et finance Budget Commerce Concurrence Consommateurs Coopération internationale et développement Culture et audiovisuel Douanes Éducation, formation, jeunesse et sport Élargissement Emploi et affaires sociales Énergie Entreprises Environnement Fiscalité Frontières et sécurité Immigration et asile Justice, droits fondamentaux et égalité Lutte contre la fraude Marché intérieur Politique régionale Recherche et innovation Santé publique Sécurité alimentaire Stratégie numérique Transports Union économique et monétaire et euro Comprendre les politiques de l Union européenne Sécurité alimentaire Commission européenne Direction générale de la communication Information des citoyens 1049 Bruxelles BELGIQUE Manuscrit mis à jour en novembre 2014 Photo de couverture et en page 2: istockphoto.com/oliver Hoffmann 16 pp ,7 cm ISBN doi: /78207 Luxembourg: Office des publications de l Union européenne, 2014 Union européenne, 2014 La reproduction est autorisée. Toute utilisation ou reproduction des photos nécessite l autorisation préalable des détenteurs des droits d auteur.

3 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E 3 Pourquoi une politique de sécurité alimentaire? La protection de la santé humaine et animale et la protection des végétaux à chaque étape de la production alimentaire constituent une priorité de santé publique et un impératif économique. La politique de sécurité alimentaire de l Union européenne (UE) vise à garantir aux citoyens européens des denrées alimentaires sûres et nutritives produites à partir de végétaux et d animaux sains, tout en permettant à l industrie alimentaire principal secteur de production et d activité en Europe de fonctionner dans les meilleures conditions possibles. La politique de l UE protège la santé tout au long de la chaîne agroalimentaire, c est-à-dire de la production à la consommation, elle empêche la contamination des aliments et applique des principes rigoureux en matière d hygiène alimentaire. Elle accorde également une grande place à l information sur les denrées alimentaires, la santé des végétaux, ainsi que sur la santé et le bien-être des animaux. Ses principaux objectifs sont les suivants: garantir des denrées alimentaires et des aliments pour animaux sûrs et nutritifs; garantir un niveau élevé de protection en matière de santé et de bien-être des animaux et protéger les végétaux; garantir la diffusion d informations adéquates et transparentes sur l origine, le contenu, l étiquetage et l utilisation des denrées alimentaires. Garantir des denrées alimentaires saines est un objectif transfrontière, car une grande partie des aliments que nous consommons vient d autres pays. L Union européenne est un marché unique où les denrées alimentaires peuvent être vendues librement. Les consommateurs disposent ainsi d une gamme de produits plus étendue et à des prix plus intéressants, grâce à une concurrence accrue. Dans un tel marché, les principales règles concernant la qualité et la sécurité doivent être fixées à l échelle européenne. Il n y aurait pas de libre-échange si chaque pays contrôlait les produits selon des règles différentes, et les producteurs de certains pays bénéficieraient d avantages compétitifs déloyaux. La politique agricole relève de la compétence de l UE, ce qui lui permet d influer sur la qualité et la sécurité des denrées alimentaires en appliquant des règles et des mesures de soutien économique en faveur des agriculteurs. Grâce à ce système, les normes de sécurité alimentaire de l UE sont les plus strictes au monde. Le bon état de santé des végétaux et des animaux est vérifié par des contrôles obligatoires effectués à chaque étape de la chaîne agroalimentaire. Ils permettent de s assurer de la sûreté et de la qualité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux et de veiller à ce que l étiquetage soit approprié et conforme aux normes en vigueur dans l UE. Pour pouvoir maintenir un tel niveau d exigence, il faut: empêcher l irruption et la propagation des maladies animales et végétales; empêcher la transmission de maladies de l animal à l homme. Il existe actuellement plus de 200 maladies pouvant être transmises par l intermédiaire de la chaîne alimentaire, comme la salmonellose; istockphoto/morganl La législation de l UE garantit la qualité des denrées alimentaires.

4 4 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E veiller au respect des règles communes dans l ensemble de l UE, afin de protéger les consommateurs et d empêcher la concurrence déloyale; protéger le bien-être des animaux; donner aux consommateurs des informations claires et précises sur le contenu et l origine des denrées alimentaires; contribuer à la sécurité alimentaire mondiale et fournir aux consommateurs un accès suffisant à des aliments sûrs et de qualité: d ici à 2030, la planète devrait compter 8 milliards d individus, ce qui augmentera la demande en aliments carnés. La production alimentaire mondiale devrait augmenter d au moins 40 %, dont 80 % devront provenir d une production agricole plus intensive. La politique alimentaire européenne en bref: L industrie agroalimentaire est le deuxième plus grand secteur économique de l UE. Elle emploie plus de 48 millions de personnes et représente quelque 750 milliards d euros. Les allégations de santé doivent être prouvées scientifiquement et autorisées par la Commission européenne. La politique de l UE en matière d éradication des maladies animales a permis de réduire de à 18 le nombre annuel de cas d encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au cours des dix dernières années. À la suite des programmes de contrôle de la salmonellose mis en place par l UE pour les volailles, le nombre de cas humains de S. enteritidis a diminué de 60 % entre 2007 et L UE est le premier producteur mondial de semences: 60 % des exportations mondiales de semences et de matériel de reproduction végétale proviennent de l Union.

5 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E 5 Stratégie de l UE La législation alimentaire générale adoptée par l UE en 2002 pose les principes de base de la politique de sécurité alimentaire: faciliter le libre-échange des denrées alimentaires dans tous les États membres, tout en garantissant un niveau élevé de protection des consommateurs. La législation englobe de nombreux aspects liés à l alimentation et à la sécurité alimentaire, y compris les informations sur les aliments et le bien-être des animaux. Elle couvre toutes les étapes de la chaîne agroalimentaire: alimentation des animaux, production des denrées alimentaires, traitement, stockage, transport, importation, exportation et vente au détail. Grâce à cette approche intégrée, l origine des denrées alimentaires et des aliments pour animaux produits et vendus dans l UE peut être retracée «de la ferme à la table» et les consommateurs sont bien informés sur le contenu des produits alimentaires. L UE fixe également les principes de l analyse des risques, qui définissent comment, quand et par qui les évaluations scientifiques et techniques doivent être réalisées afin de protéger les humains, les animaux et l environnement. Cette approche commune permet d appliquer des normes minimales dans l ensemble de l UE. Les États membres peuvent ainsi prévenir et contrôler les maladies et lutter contre les risques en matière de sécurité alimentaire de manière coordonnée, efficace et rentable. Principes fondamentaux La législation alimentaire de l UE se fonde sur des principes communs, qui doivent être mis en œuvre par tous les États membres: protéger la santé publique, la santé des végétaux, ainsi que la santé et le bien-être des animaux; analyser les risques et recourir à des avis scientifiques indépendants; appliquer le principe de précaution; retracer l origine des produits; donner des informations claires, précises et transparentes sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux; définir clairement les responsabilités de tous les acteurs de la chaîne agroalimentaire, dont la principale mission consiste à mettre des aliments sains sur le marché; effectuer des contrôles stricts et réguliers; former et éduquer.

6 6 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E Action de l UE Les consommateurs doivent avoir l assurance que les denrées alimentaires qu ils achètent en Europe sont sûres. Les premières règles en matière d hygiène alimentaire ont été adoptées en Depuis, elles sont devenues un moyen de prévention cohérent et complet pour protéger la santé humaine, animale et végétale, ainsi que l environnement. Elles garantissent également le bon déroulement des échanges de denrées alimentaires et d aliments pour animaux. Précaution et avis scientifiques La politique alimentaire de l UE se fonde sur des connaissances scientifiques solides et des évaluations des risques approfondies. Les institutions européennes sont conseillées par des comités scientifiques et recourent aux avis scientifiques indépendants délivrés par des agences telles que l Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Établie à Parme, l EFSA a été créée en Elle évalue les risques de certaines denrées alimentaires avant leur autorisation de mise sur le marché. L EFSA fournit des avis scientifiques à la Commission européenne et aux États membres afin de les aider à prendre des décisions éclairées et de protéger les consommateurs. Elle joue également un rôle déterminant en permettant à l UE de réagir rapidement en cas de problèmes de sécurité alimentaire. Contrôles Conformément aux règles de l UE, des contrôles rigoureux sont réalisés pour s assurer que tous les produits entrant dans la chaîne alimentaire respectent les normes requises. Ces contrôles visent notamment à déceler la présence de résidus de médicaments vétérinaires, de pesticides et de contaminants tels que les dioxines. istockphoto/pushlama Les inspecteurs de l UE visitent également les exploitations agricoles et les entreprises agroalimentaires. Les autorités nationales effectuent des contrôles aux frontières de l UE afin de vérifier que les denrées alimentaires et les animaux provenant de pays extérieurs à l UE respectent les normes européennes. Additifs et arômes Les additifs et les arômes alimentaires sont des substances chimiques ajoutées aux denrées alimentaires pour en améliorer le goût, la texture et l apparence, ou pour en prolonger la fraîcheur. Ces produits sont réglementés afin de s assurer qu ils ne présentent aucun risque pour la santé humaine. Tous les additifs alimentaires utilisés dans l UE, y compris les conservateurs, les colorants et les édulcorants, sont préalablement contrôlés afin de s assurer qu ils sont sans danger pour la santé. Ces contrôles sont réalisés cas par cas. Une fois ces additifs autorisés, leur utilisation est la plupart du temps limitée à des quantités spécifiques dans certaines denrées alimentaires. La législation européenne dispose également que les additifs alimentaires doivent être clairement mentionnés sur l emballage. Seules les substances aromatisantes qui ne présentent aucun risque pour la santé des consommateurs peuvent être utilisées dans les aliments. L UE a approuvé plus de substances aromatisantes, et 400 autres sont en cours d analyse par l EFSA. Matériaux en contact avec les aliments Ces matériaux englobent par exemple les emballages, les machines traitant les aliments, les couverts et la vaisselle. La législation européenne définit des critères de sécurité de base afin de garantir leur innocuité. Toutes les substances utilisées dans la production d emballages alimentaires en plastique doivent ainsi être soumises à une évaluation de la sécurité par l EFSA avant d être autorisées. Les matériaux destinés à entrer en contact avec les aliments ne doivent pas provoquer de réactions chimiques susceptibles de modifier le goût, l apparence, la texture ou l odeur de l aliment, ou d en altérer la composition chimique. La législation de l UE s appuie sur des évaluations scientifiques pour protéger les personnes, les animaux et l environnement.

7 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E Additifs alimentaires et résidus de produits végétaux et de médicaments vétérinaires Avant toute utilisation, les additifs destinés à l alimentation animale, les médicaments vétérinaires et les produits phytosanitaires subissent une évaluation scientifique complète afin de prouver qu ils ne présentent aucun risque pour l homme, l animal et l environnement. S ils présentent un risque, ils sont interdits. Dans certains cas, la quantité maximale de résidus autorisée dans les aliments pour animaux est limitée. Hygiène alimentaire Les bactéries, les virus et les parasites peuvent présenter un risque grave pour la santé publique si des procédures strictes en matière d hygiène alimentaire ne sont pas respectées. Citons par exemple les maladies provoquées par la salmonellose (viande de volaille), la listeria (produits laitiers, viande et poisson) et l ESB (bovins). Afin de prémunir les citoyens européens contre ces risques, l UE applique en matière d hygiène alimentaire des mesures globales et coordonnées, à toutes les étapes de la chaîne alimentaire et dans tous les États membres. La principale responsabilité incombe aux producteurs et aux vendeurs de denrées alimentaires, qui doivent mettre en œuvre des programmes de contrôle obligatoires. L UE a instauré en 2003 des programmes de contrôle de la salmonellose des volailles dans tous les États membres. Ces programmes permettent de prendre des mesures pour détecter et contrôler efficacement la salmonellose et d autres bactéries zoonotiques à toutes les étapes de la chaîne de production. Les mesures de prévention sont prises principalement au stade de la production primaire, afin de réduire leur prévalence et le risque qu elles présentent pour la santé publique. D autres mesures de contrôle sont également appliquées durant l abattage, la transformation, la distribution, la vente et la préparation des aliments. Les cas de salmonellose chez l homme ont ainsi diminué de 60,5 % istockphoto/simplycreativephotography entre 2007 et 2011, et ceux liés à la consommation d œufs et de produits à base d œufs ont diminué de 42,3 % durant la même période (passant de 248 à 143 cas). CAS ENREGISTRÉS D ÉPIDÉMIES DE SALMONELLOSE DANS L UE, Cas de S. enteritidis/ personnes Cas de S. enteritidis/ Épidémies de Salmonella spp. liées à la consommation d œufs ou de produits à base d œufs Réduire la contamination des aliments La législation de l UE relative aux contaminants se fonde sur le principe que les taux de contaminants doivent être aussi faibles que possible en respectant les bonnes pratiques. Des taux maximaux ont été fixés pour certains contaminants (dioxines, métaux lourds et nitrates, par exemple) sur la base d avis scientifiques, afin de protéger la santé publique. Encourager une meilleure alimentation Aujourd hui, dans l UE, cinq des sept plus grands facteurs de risque de décès prématuré sont liés à l alimentation et à la boisson: l hypertension, le cholestérol, le poids, la consommation insuffisante de fruits et de légumes et l abus d alcool. Les mesures de santé publique permettant de lutter contre ces problèmes relèvent des États membres, et non de l UE. Certaines initiatives sont toutefois coordonnées au niveau européen, par exemple dans le cadre de la plate-forme d action de l Union européenne sur l alimentation, l activité physique et la santé et du groupe à haut niveau sur la nutrition et l activité physique. Ces initiatives, qui rassemblent des représentants de toute l Europe, ont pour mission de combattre les maladies liées à l alimentation, comme l obésité et le diabète. 0 7 Nombre d épidémies La législation de l UE en matière d hygiène alimentaire privilégie des mesures globales et coordonnées.

8 8 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E Allégations de santé istockphoto/brosa Une meilleure alimentation préserve la santé. Les nouveaux aliments Les nouveaux aliments sont des aliments ou des ingrédients alimentaires qui étaient peu consommés jusqu à une date récente. L UE les définit légalement comme des aliments qui n étaient pas consommés avant Citons, par exemple, le sucromalt, un mélange de saccharides (édulcorants) riche en maltose, et la gomme de guar, une substance blanche semblable à la farine fabriquée à partir d une légumineuse, qui sont commercialisés dans l UE depuis Tous les nouveaux aliments ou ingrédients alimentaires autorisés dans l UE ont fait l objet de tests d innocuité et doivent respecter des exigences spécifiques en matière d utilisation et d étiquetage. Étiquetage clair L étiquetage doit donner aux consommateurs des informations complètes et précises sur le contenu et la composition des denrées alimentaires, afin qu ils puissent effectuer leurs achats en connaissance de cause. Les aliments doivent être pourvus d une étiquette mentionnant des informations essentielles sur les allergènes, la valeur nutritionnelle et énergétique ainsi que la teneur en matières grasses, en graisses saturées, en glucides, en sucres, en protéines et en sel. L étiquetage donne également des informations sur le fabricant, le vendeur, l importateur, les conditions de stockage et la préparation de certaines denrées alimentaires. Les étiquettes ne doivent pas pouvoir être enlevées et doivent être visibles, lisibles et faciles à comprendre. Aliments destinés à des groupes spécifiques Certains aliments destinés à des groupes spécifiques de la population, tels que les nourrissons et les jeunes enfants, sont soumis à des règles plus détaillées en ce qui concerne la composition nutritionnelle et les informations destinées aux consommateurs. L UE réglemente les allégations nutritionnelles et de santé. Celles-ci consistent à présenter des aliments comme étant bénéfiques pour la santé («contribue au fonctionnement normal de votre cœur», «réduit le cholestérol», par exemple). Ces allégations ne sont autorisées que lorsqu elles sont scientifiquement prouvées et confirmées par l Autorité européenne de sécurité des aliments. Outre les 31 allégations nutritionnelles autorisées, en mai 2012, l UE a autorisé 222 allégations de santé, sur plus de demandes. Aliments traditionnels Les règles en matière d étiquetage permettent également aux consommateurs de reconnaître les aliments biologiques, les produits de qualité ou les aliments fabriqués selon certains procédés. L UE applique des logos particuliers aux produits associés à une origine géographique spécifique l appellation d origine protégée (AOP) et l indication géographique protégée (IGP) et à ceux préparés ou fabriqués de manière traditionnelle les spécialités traditionnelles garanties (STG). Le logo européen pour l agriculture biologique peut être apposé sur tous les produits alimentaires biologiques préemballés fabriqués dans l UE. Il garantit que les normes de production biologique ont été respectées. À la fin de l année 2012, produits ont été enregistrés en tant qu AOP, IGP ou STG. Citons, par exemple, le champagne (AOP), le jambon de Parme (IGP) et la bière gueuze (STG). Les aliments vendus dans l UE doivent être pourvus d une étiquette visible donnant des informations sur la valeur nutritive, la composition et la production. istockphoto/dlewis33

9 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E 9 Santé animale La législation européenne en matière de santé animale se fonde sur le principe qu il vaut mieux prévenir que guérir. Des plans d urgence sont déclenchés afin d empêcher la propagation des épidémies, de protéger les animaux et de limiter les incidences pour les agriculteurs, l économie et la société. L UE fournit des aides financières annuelles en vue de prévenir, de contrôler et de surveiller certaines maladies animales. Ces aides englobent les programmes de vaccination, les expérimentations animales, le traitement des animaux et les indemnisations en cas d abattage. Ces programmes ont largement contribué à réduire les incidences de plusieurs maladies, dont la rage, l ESB et la salmonellose. En 2012, l UE a par ailleurs lancé des études sur le déclin des colonies d abeilles et entrepris des travaux de recherche sur le virus de Schmallenberg, une nouvelle infection affectant les bovins, les moutons et les chèvres, et identifiée pour la première fois en Une suspicion d épidémie de maladie animale déclenche l application de mesures de contrôle obligatoires. Ces mesures comprennent notamment des restrictions en matière de déplacement, la vaccination et l abattage des animaux afin d empêcher la propagation de la maladie. L UE a également constitué des stocks de vaccins contre certaines maladies animales susceptibles d avoir des conséquences majeures. NOMBRE DE CAS D ESB DANS L UE NOMBRE DE CAS DE SALMONELLOSE DANS L UE Zoonoses Les zoonoses sont des maladies telles que la salmonellose et la tuberculose, qui peuvent se transmettre de l animal à l homme. Elles constituent un problème majeur de santé publique. La législation de l UE permet de contrôler les maladies animales et de ne faire entrer dans la chaîne alimentaire que les animaux sains et leurs produits. L UE finance également la recherche sur les zoonoses. Budget consacré par l UE à la sécurité des denrées alimentaires Au cours des dix dernières années, l UE a dépensé 3,3 milliards d euros pour sa politique de sécurité alimentaire, dont 2,2 milliards pour des programmes d éradication de certaines maladies animales. Le budget affecté à la politique de sécurité alimentaire pour s élève à 2,2 milliards d euros, répartis entre les priorités suivantes: l éradication des maladies animales; le fonds d urgence vétérinaire, les laboratoires de référence, les programmes de formation et les banques de vaccins.

10 10 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E istockphoto/lillisphotography Le bien-être des animaux est considéré comme un élément essentiel des «bonnes pratiques agricoles». Cela signifie que les agriculteurs doivent respecter des normes minimales afin de bénéficier de l aide financière prévue par la politique agricole commune. Pour certains animaux de ferme, il existe des exigences supplémentaires relatives au bien-être, par exemple pour les poules pondeuses, pour lesquelles l UE a interdit les cages en batterie «non aménagées», où les poules ne disposent pas d un espace suffisant pour la nidification et le perchage. Traçabilité La législation de l UE en matière de bien-être animal réglemente les conditions d élevage des poules pondeuses. Bien-être animal La politique européenne en matière de bien-être animal se fonde sur un principe défini dans le traité de l UE, qui reconnaît les animaux comme étant des «êtres sensibles». Le traité dispose que «[l]orsqu ils formulent et mettent en œuvre la politique de l Union dans les domaines de l agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et [du] développement technologique et de l espace, l Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux» (article 13 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne). Ainsi, les normes européennes en matière de bien-être animal sont parmi les plus exigeantes au monde. Elles se fondent sur le principe des libertés fondamentales suivantes: la liberté de ne pas souffrir de contrainte physique, la liberté de ne pas souffrir de la faim et de la soif, la liberté d être protégé de la peur et de la détresse, la liberté d être indemne de douleurs, de blessures et de maladies, et la liberté d exprimer des comportements normaux. Depuis que les premières règles sur le bien-être animal ont été instaurées en 1974, la politique de l UE s est affinée, afin d englober un large éventail de domaines. Ceux-ci comprennent notamment l interdiction de réaliser des tests de cosmétiques et d ingrédients cosmétiques sur les animaux ainsi que des règles spécifiques concernant le traitement des animaux lors de l abattage. L UE applique également des règles strictes en matière de transport des animaux, par exemple pour les voyages durant plus de 8 heures, qui ne peuvent avoir lieu que dans des véhicules officiellement agréés et équipés de systèmes d abreuvement et de contrôle de la température. Chaque jour, de nombreux lots d animaux vivants et de produits d origine animale sont importés ou commercialisés dans l UE. Afin de pouvoir les transporter en toute sécurité, des procédures strictes doivent être respectées. Le système expert de contrôle des échanges (Traces) permet de localiser les animaux vivants ainsi que les denrées alimentaires et les aliments d origine animale lors de leur entrée et de leur commercialisation dans l UE. Il rassemble les autorités vétérinaires à l intérieur et à l extérieur de l UE et permet aux services vétérinaires et aux entreprises de réagir rapidement en cas de menace sanitaire. Les produits sont rapidement retirés des rayons des supermarchés, si nécessaire. Dans le cadre des exigences de traçabilité appliquées par l UE, les bovins, les porcins, les ovins et les caprins doivent être identifiés par un numéro d identification. Ce numéro permet aux autorités et aux services vétérinaires de retracer leurs déplacements en cas d épidémie. Les animaux vivants et les quantités importantes de produits d origine animale qui entrent dans l UE doivent également être accompagnés d un certificat de santé validé par un vétérinaire officiel, spécifiant qu ils satisfont aux exigences de base de l UE relatives à la santé animale. istockphoto/brianajackson Le bétail doit être identifié afin de pouvoir retracer son origine.

11 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E Animaux de compagnie La législation européenne permet de voyager en toute sécurité avec son chat, son chien ou son furet à l intérieur de l UE. Le «passeport pour animaux domestiques» a été introduit en Ce document contient toutes les informations utiles sur l identité et l état de santé de l animal, la vaccination, les tests ou les traitements antiparasites. Il permet d empêcher la propagation de maladies telles que la rage. Le système couvre également l Andorre, Monaco, la Norvège et la Suisse. 11 istockphoto/andreasreh Bien-être animal L UE travaille en étroite collaboration avec des organismes internationaux tels que l Organisation des Nations unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) et l Organisation mondiale de la santé animale (OIE), afin de sensibiliser le public au bien-être animal et d instaurer des normes mondialement reconnues. L UE promeut également le bienêtre animal lors de la conclusion d accords commerciaux avec d autres pays et tient toujours compte de cet aspect durant la négociation de nouveaux accords. Propagation des parasites Avec une production agricole de 205 milliards d euros par an, l UE a tout intérêt à investir dans la santé des végétaux afin de garantir une agriculture, une horticulture et une industrie forestière durables et compétitives. Sans les règles protégeant la santé des végétaux, les cultures agricoles, horticoles et forestières de l UE seraient exposées à de nombreuses menaces, ce qui impliquerait d importantes conséquences économiques. Par exemple, la production d agrumes, qui est estimée à 4 milliards d euros, serait gravement endommagée si le chancre citrique atteignait l UE. Ce parasite a récemment été détecté aux États-Unis, où les actions d indemnisation et d éradication ont coûté plus de 800 millions d euros. La législation de l UE protège contre la propagation des parasites grâce à des dispositions strictes en matière d importation et de circulation au sein de l Union. Des inspections régulières sont également effectuées durant la saison de croissance et immédiatement après la récolte. L UE veille en outre à ce que les produits phytosanitaires utilisés contre les parasites ne présentent aucun risque pour la santé humaine ou l environnement. Matériel de reproduction des végétaux Le matériel de reproduction des végétaux (semences et jeunes plants) constitue la pierre angulaire de l agriculture, de l horticulture et de la production forestière. En tant que premier maillon dans la chaîne alimentaire humaine La santé des végétaux est essentielle pour atteindre l objectif global de sécurité alimentaire. et animale, il a un impact considérable sur la diversité, la qualité et la santé des cultures agricoles. En 2012, variétés de cultures agricoles et variétés de cultures végétales ont été enregistrées afin d être commercialisées dans l UE. La même année, le marché des semences commerciales a été estimé à environ 6,8 milliards d euros, soit plus de 20 % du marché mondial des semences commerciales. 60 % des exportations mondiales de semences proviennent de l UE. De plus, le secteur du matériel de reproduction des végétaux constitue une filière très innovante qui investit beaucoup dans la recherche. L UE a instauré la «protection communautaire des obtentions végétales» (PCOV), qui confère des droits de propriété intellectuelle aux nouvelles variétés de végétaux. Le traité international sur les ressources phytogénétiques pour l alimentation et l agriculture constitue le cadre mondial applicable à l accès aux ressources phytogénétiques agricoles. L UE et tous les États membres l ont ratifié. L accord type de transfert de matériel (ATTM) représente un important volet du traité. Il s agit d un contrat type entre deux parties privées, dans lequel la première partie donne le droit à la seconde d utiliser certaines ressources génétiques et accepte de partager les bénéfices si les produits provenant de ce matériau sont commercialisés. Le traité comprend plus de 1,5 million d échantillons, et transferts utilisant l ATTM sont établis chaque année.

12 12 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E Autorisation et commercialisation des organismes génétiquement modifiés Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont des organismes dont les caractéristiques génétiques sont modifiées artificiellement afin de leur conférer de nouvelles propriétés. Il peut s agir, par exemple, de végétaux ou de cultures résistant à la sécheresse, aux herbicides ou à certains insectes, ou ayant une meilleure valeur nutritionnelle. La mise sur le marché des OGM dans l UE est strictement contrôlée. Les OGM ne peuvent être utilisés que s ils ont été préalablement autorisés. Ils ne sont employés que lorsqu ils sont jugés sans danger pour l homme, l animal et l environnement et, une fois autorisés, ils doivent faire l objet d une surveillance appropriée afin de déceler des effets inattendus. Les OGM peuvent être autorisés pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux ou pour la culture. Les demandes sont traitées au niveau de l UE, conformément à la procédure fixée par la législation européenne en la matière. Celle-ci comprend notamment une évaluation de la demande par l EFSA et par les autorités nationales des États membres. Un OGM ne peut être autorisé, sur proposition de la Commission, qu en cas d évaluation favorable des risques par l EFSA. Les États membres votent la décision d autorisation proposée par la Commission au sein d un comité de réglementation. Une fois l OGM autorisé au niveau européen, les États membres peuvent adopter des clauses de sauvegarde au niveau national lorsqu un risque sérieux pour la santé ou l environnement est identifié. Tout produit contenant des OGM, consistant en OGM ou produit à partir d OGM autorisés doit être étiqueté, sauf en cas de présence d OGM inévitable ou involontaire inférieure à 0,9 %. La règle en matière d étiquetage ne s applique pas aux produits dérivés d animaux nourris avec des OGM. La Commission réalise actuellement une étude préliminaire sur les «systèmes d étiquetage sans OGM» afin d évaluer la nécessité éventuelle d une harmonisation dans ce domaine. Une liste des OGM autorisés dans l UE est disponible à l adresse suivante: gm_register/index_en.cfm Pesticides Les produits phytosanitaires, communément appelés pesticides, sont principalement utilisés pour protéger les cultures contre les dommages causés par les parasites et les maladies. Leur utilisation est strictement réglementée au sein de l UE afin de s assurer que les L UE fixe les limites autorisées de résidus de pesticides dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. substances chimiques qu ils contiennent n ont pas d effets secondaires sur l homme ou sur l environnement. Aucun produit phytosanitaire n est utilisé ou vendu dans un État membre tant que sa sécurité n a pas fait l objet d essais approfondis dans les conditions d utilisation prévues. Les substances actives utilisées dans les produits phytosanitaires font l objet d une procédure d approbation rigoureuse qui prévoit une évaluation approfondie par l EFSA de leurs effets sur la santé humaine et animale et sur l environnement. La Commission européenne se fonde sur l évaluation de l EFSA pour décider si une substance peut être ou non autorisée au niveau européen. Étant donné la grande diversité des besoins agricoles ainsi que des conditions climatiques et environnementales dans l UE, ce sont les États membres qui décident en dernier ressort d autoriser et de contrôler la commercialisation des produits phytosanitaires contenant des substances actives autorisées. Dans certaines circonstances particulières, la Commission européenne peut restreindre considérablement l utilisation d une substance active lorsqu elle estime nécessaire de lutter de manière harmonisée contre certains risques susceptibles de menacer la protection de la santé humaine et animale et de l environnement. La législation de l UE relative aux pesticides fixe également des limites maximales de résidus de pesticides dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Systèmes d alerte rapide Le système d alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF) a été lancé en Il permet aux organismes nationaux et européens de partager de manière rapide et efficace des informations sur ces produits. Les gouvernements peuvent ainsi agir rapidement et de manière coordonnée et prévenir les risques en matière de sécurité alimentaire avant qu ils portent préjudice aux consommateurs, par exemple en rappelant des produits. En 2012, notifications ont été transmises par l intermédiaire de ce système. Plus de la moitié ont concerné le blocage d importations à une frontière extérieure de istockphoto/stoykosabotanov

13 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E 13 l UE, car elles ne respectaient pas les normes de sécurité alimentaire. Le système RASFF a déjà permis à l UE de réagir rapidement, par exemple en 2011, lors de l épidémie due à la bactérie E. coli et, en 2013, lorsqu on a découvert dans plusieurs États membres des traces de viande de cheval dans des produits étiquetés comme étant du bœuf. Les contrôles de traçabilité ont commencé le jour même et l UE a depuis lors proposé un nouveau plan d action pour lutter contre les fraudes alimentaires, qui prévoit notamment une révision des contrôles et des sanctions financières plus sévères. Dans la même optique, l UE a mis en place le réseau européen d information phytosanitaire (Europhyt), un système de notification et d alerte rapide pour les produits végétaux entrant et commercialisés dans l UE. Ce système permet d empêcher l introduction et la propagation de maladies végétales et de parasites végétaux. Respect des normes Les exploitants du secteur alimentaire ont pour première responsabilité de veiller à la sûreté des denrées alimentaires qu ils mettent sur le marché. Les contrôles officiels stricts et réguliers réalisés par les autorités nationales veillent au respect des normes rigoureuses applicables aux denrées alimentaires et aux aliments pour animaux. Ils visent à faire appliquer les règles. Ils sont réalisés régulièrement auprès des exploitants de la chaîne agroalimentaire par des organes indépendants, impartiaux et compétents. Ces organes de contrôle mettent en œuvre les méthodes et moyens techniques les plus récents, et ils peuvent s appuyer sur un vaste réseau de laboratoires officiels pour effectuer tous les tests et analyses nécessaires. Des contrôles sont effectués régulièrement pour vérifier la sécurité des aliments. Les inspecteurs de l Office alimentaire et vétérinaire (OAV) de la Commission européenne vérifient auprès des autorités nationales le respect des règles au sein de l UE. Ils interviennent également dans les pays préparant leur adhésion à l UE et dans ceux qui exportent des animaux, des végétaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux vers l UE. Contrôles aux frontières de l UE Les contrôles concernant les importations de végétaux, d animaux, de denrées alimentaires et d aliments pour animaux sont essentiels pour préserver la santé humaine et animale et la santé des végétaux. Ils permettent également de s assurer que les produits importés répondent aux normes européennes et qu ils peuvent être commercialisés dans l UE en toute sécurité. Ils sont adaptés aux différents produits et matières premières, ainsi qu au danger que ceux-ci peuvent présenter pour la santé. Les envois d animaux vivants ou de végétaux, par exemple, ne peuvent pénétrer dans l UE que par des points d entrée définis et s ils ont satisfait à certains contrôles. Des conditions strictes d acheminement et de contrôle peuvent également être appliquées à certains types de denrées alimentaires, d aliments pour animaux et de produits d origine animale (laine, peaux, embryons et sous-produits animaux, par exemple). La plupart de ces produits doivent être accompagnés de garanties sanitaires spécifiques (certification vétérinaire ou phytosanitaire, par exemple). La formation au service de la sécurité des denrées alimentaires La stratégie de formation de l UE vise à mieux faire connaître la législation sur les denrées alimentaires, la santé des végétaux et des animaux et le bien-être des animaux. Elle est destinée aux personnes chargées d effectuer des contrôles officiels tout au long de la chaîne alimentaire, à l intérieur et à l extérieur de l UE. Depuis sa mise en place, en 2006, ce programme a permis de former plus de agents de contrôle officiels dans 180 pays et dans plus de 30 domaines différents. Recherche istockphoto/marcopasqualini Depuis 2002, l UE a intensifié son engagement dans la recherche sur la sécurité alimentaire et la santé des animaux et des végétaux. Les études entreprises dans ce cadre englobent une grande variété de sujets (maladies liées aux allergies alimentaires, effets des aliments pour animaux sur la santé humaine, incidences de certaines méthodes de production sur l environnement, par exemple).

14 14 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E Coopération mondiale L UE travaille avec ses principaux partenaires commerciaux et avec des organisations internationales afin de promouvoir sa politique de sécurité alimentaire et de s assurer que les importations en provenance de pays extérieurs répondent aux mêmes normes. L UE travaille avec l Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le système d alerte Infosan, le réseau international des autorités de sécurité sanitaire des aliments. Ce réseau se compose de points de contact nationaux répartis dans plus de 160 pays, qui diffusent les informations envoyées par l OMS sur des aspects liés à la sécurité sanitaire. Sécurité alimentaire mondiale, développement et aide humanitaire L UE apporte également une contribution importante à la sécurité alimentaire mondiale. Elle veille en particulier à ce que les questions relatives à l alimentation soient prises en compte dans les politiques de développement, d éducation et de santé. L UE coopère avec des pays en développement afin de mettre en place des systèmes de gestion alimentaire efficaces qui permettent d améliorer la sécurité alimentaire des populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète. L action de l UE en matière de développement et d aide humanitaire englobe également des avis d experts vétérinaires, la mise en place de programmes de formation et le financement de programmes de contrôle et d éradication des maladies. La Commission mène également une initiative de formation appelée «Une meilleure formation pour des denrées alimentaires plus sûres», dont un volet s adresse à des pays extérieurs à l UE. Un projet de 8 millions d euros («BTSF World») est actuellement mis en œuvre pour aider les pays en développement à mieux comprendre les mesures sanitaires et phytosanitaires et mieux tirer parti du commerce régional et international. La sécurité des denrées alimentaires provenant de pays extérieurs à l UE doit également être contrôlée de manière stricte. Que se passe-t-il en cas de problème de sécurité alimentaire? Le cas d E. coli Entre mai et juillet 2011, l UE a été frappée par une épidémie due à une souche virulente d E. coli qui a fait 55 morts, mis en danger la santé de 850 personnes et en a affecté plus de autres. E. coli est une bactérie commune présente dans le système digestif de l homme et de l animal. L UE a réagi de la manière suivante: l épidémie a démarré en Allemagne, et les autorités de ce pays ont immédiatement informé la Commission européenne via le système d alerte rapide RASFF; les systèmes d alerte et les réseaux de réaction européens ont été déclenchés; les experts scientifiques ont rapidement identifié la souche d E. coli responsable de l épidémie; une fois le produit alimentaire identifié (des graines de fenugrec destinées à la germination provenant d Égypte), l UE a ordonné la destruction de toutes les graines venant de l exportateur et interdit temporairement les importations d autres produits à risque; la Commission européenne a organisé des réunions quotidiennes avec les autorités nationales de santé publique et de sécurité alimentaire afin de surveiller l épidémie, et elle a publié quotidiennement des mises à jour sur son site internet afin de tenir les citoyens informés; la Commission a commencé à travailler avec les autorités nationales, l Office alimentaire et vétérinaire, l Autorité européenne de sécurité des aliments, le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies et le Laboratoire de référence de l UE afin d identifier les domaines dans lesquels une coopération et une amélioration sont nécessaires, et de tirer des enseignements de cette toxi-infection alimentaire majeure. ( index_en.htm) istockphoto/kulicki

15 S É C U R I T É A L I M E N T A I R E 15 Perspectives La sécurité alimentaire restera au centre des préoccupations des autorités européennes. Outre le contrôle de la qualité, la Commission a lancé un certain nombre de propositions spécifiques pour renforcer, moderniser et simplifier les règles actuelles concernant la santé animale et végétale, ainsi que le matériel de reproduction végétale. Ces propositions, qui ont été présentées par la Commission européenne en mai 2013, concernent également les règles applicables aux contrôles officiels, afin d en garantir la mise en œuvre efficace. Elles visent à améliorer la prévention et la réduction des maladies animales et végétales et la rapidité de réaction de l UE face aux menaces sanitaires, à exploiter les nouvelles technologies et à garantir une meilleure application des règles. Réduire le gaspillage alimentaire L UE prévoit de diminuer de moitié le gaspillage d aliments comestibles d ici à 2020 dans le cadre de sa stratégie sur l efficacité de l utilisation des ressources. L une des initiatives à court terme vise à sensibiliser les consommateurs au gaspillage alimentaire. L UE a lancé en 2012 une campagne de communication ( eu/food/food/sustainability/index_en.htm) afin de donner des conseils pour réduire le gaspillage alimentaire et de préciser la signification de certaines mentions comme «à consommer de préférence avant le» et «date de péremption». Par ailleurs, toutes les parties concernées réfléchissent à des actions susceptibles d apporter une valeur ajoutée européenne et de réduire le gaspillage sans compromettre la sécurité alimentaire, afin de compléter les nombreuses initiatives menées aux niveaux national et local. Plus de 100 millions de tonnes de denrées alimentaires sont gaspillées chaque année en Europe (les pertes agricoles et les rejets de poissons ne sont pas inclus dans ces estimations). Ce gaspillage se produit à tous les stades de la chaîne alimentaire: au niveau de la production primaire, de la fabrication des denrées alimentaires, de la vente en gros et au détail, des services alimentaires (restauration) ainsi qu à celui du consommateur. Ces pertes ont des conséquences environnementales, économiques et sociales. istockphoto/asiseeit La politique de sécurité alimentaire de l UE continuera à évoluer afin de maintenir un niveau élevé de sécurité sanitaire et de protéger les intérêts des consommateurs.

16 16 C O M P R E N D R E L E S P O L I T I Q U E S D E L U N I O N E U R O P É E N N E NA FR-C Pour en savoir plus XX Site internet de la Commission européenne sur la sécurité alimentaire: XX Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA): XX Vous avez des questions sur l Union européenne? Europe Direct peut vous aider: ISBN doi: /78207

ANNEXE. à la DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION

ANNEXE. à la DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27.5.2015 C(2015) 3467 final ANNEX 1 ANNEXE à la DÉCISION D DE LA COMMISSION sur le financement du programme de travail pour 2015 concernant des applications informatiques

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

20130656_FAVV_perceptie_iVOX

20130656_FAVV_perceptie_iVOX 20130656_FAVV_perceptie_iVOX V001 Quels est le degré d importance que vous accordez aux éléments suivants? La fraîcheur de l aliment Très important Important Peu important important Un aliment sans danger

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Si tout le monde risque de contracter une maladie d origine alimentaire, il y a

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Madame Sabine LARUELLE Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique 1 1. AFSCA:

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Bundesamt für Veterinärwesen BVET Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Herbsttagung TVL-AVSA «Die Geflügelproduktionskette

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage Journées STEAK EXPERT 17 et 18 juin 2014 Direction Générale de l Alimentation PLAN Présentation du RASFF E. coli STEC : rappel du contexte

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque?

Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque? Raising standards for consumers Nanotechnologies: Ce qui est petit est mignon... mais est ce sans risque? Dépliant du BEUC et de l ANEC sur les nanotechnologies et les nanomatériaux Que sont les nanotechnologies

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

Contrôles basés sur les risques. Focus importations

Contrôles basés sur les risques. Focus importations Contrôles basés sur les risques Focus importations Démarche pragmatique pour un contrôle basé sur le risque Retenir: Les Plans de surveillance et de Contrôle ne sont que des outils s intégrant à une approche

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN Ce document est un addendum à la première édition du manuel d application pratique du règlement (CE) n 1005/2008 du Conseil du 29 septembre 2008

Plus en détail

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité alimentaire à l importation en Chine Bureau de l inspection et de la quarantaine de Shandong, Service de la supervision et de la gestion de la

Plus en détail

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ p Octobre 2011 Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ Introduction : Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est au courant de l utilisation des produits de santé naturels

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à la mise en œuvre du protocole régissant les échanges transfrontaliers d animaux de boucherie et volailles d abattage entre

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

POUR UNE OFFRE ALIMENTAIRE AMÉLIORÉE. Mon engagement dans le programme Melior : une démarche volontaire, une volonté en marche

POUR UNE OFFRE ALIMENTAIRE AMÉLIORÉE. Mon engagement dans le programme Melior : une démarche volontaire, une volonté en marche POUR UNE OFFRE ALIMENTAIRE AMÉLIORÉE Mon engagement dans le programme Melior : une démarche volontaire, une volonté en marche POURQUOI S ENGAGER POUR RÉPONDRE AUX NOUVEAUX BESOINS DES CONSOMMATEURS POUR

Plus en détail

NORME CODEX POUR LE RIZ

NORME CODEX POUR LE RIZ 1 Codex Standard 198-1995 NORME CODEX POUR LE RIZ CODEX STAN 198-1995 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique au riz décortiqué, au riz usiné et au riz destinés à la consommation humaine directe,

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Vu la décision 2004/292/CE de la Commission du 30 mars 2004 relative à la mise en application du système TRACES et modifiant la décision 94/486/CEE.

Vu la décision 2004/292/CE de la Commission du 30 mars 2004 relative à la mise en application du système TRACES et modifiant la décision 94/486/CEE. Protocole d'accord expérimental sur les conditions régissant les échanges transfrontaliers d'animaux de boucherie et de volailles d'abattage entre le Royaume de Belgique, le Grand Duché de Luxembourg et

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux acheteurs 11 1 Sommaire 1- Introduction générale...3 1- Les entrepôts de la bourse...5 2- Le certificat d'entrepôt...5

Plus en détail

Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire. du Pas de Calais

Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire. du Pas de Calais Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire du Pas de Calais La sécurité alimentaire dans le Pas de Calais : des compétences multiples au service du consommateur Les services des ministères de l agriculture,

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.9.2014 COM(2014) 556 final 2014/0255 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL concernant la fabrication, la mise sur le marché et l utilisation

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

CA2, Systèmes d assurance et durabilité

CA2, Systèmes d assurance et durabilité CA2, Systèmes d assurance et durabilité Présenté aux Producteurs laitiers du Canada Pau Spooner, Division des politiques des Systèmes d'assurance et de l alimentation Ottawa, le 5 février 2014 Objet Présenter

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail