Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC"

Transcription

1 Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Financial Planning Standards Board Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN DE CERTIFICATION 2006 CORRIGE Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Durée : 4 heures Coefficient 2 Documents à disposition : Néant Siège social : 5, rue Tronchet PARIS Tel Fax Web :

2 REMARQUES PRELIMINAIRES L objectif de cette UV de synthèse sera de faire comprendre à votre lecteur (LE CLIENT) votre démarche de Conseil en Gestion de Patrimoine selon les principes méthodologiques suivants: D où part-on? Pour atteindre quels objectifs? Par quels moyens? Le résultat attendu n est pas de vous faire réaliser un travail de rédaction de type académique non plus que de vous demander une présentation exhaustive des solutions que vous proposerez. Au plan de la forme ce travail écrit devrait constituer la trame de ce que serait le rapport oral de votre diagnostic et de vos conclusions argumentées. Préférez des phrases courtes et précises à de longs développements confus.

3 Présentation Monsieur ROBERT est décédé, il y a 8 mois, à l âge de 75 ans. Il laisse une veuve et 3 enfants d un premier mariage : - Madame ROBERT-THOMAS, 60 ans, qui avait épousé Monsieur ROBERT un an auparavant, après 20 ans de vie commune. Elle n a plus ses parents et n a jamais eu d enfant ; - Monsieur Yves ROBERT, le fils aîné, est âgé de 50 ans. Il est marié (C.R.A.) et a 4 enfants ; - Madame Isabelle DUMONT, 48 ans, sœur d Yves, est veuve depuis 20 ans et n a jamais eu d enfant ; - Madame Thérèse LEFORT, 46 ans, est divorcée et a 2 enfants. A noter que la première épouse de Monsieur ROBERT, avec lequel elle a été mariée pendant 30 ans, est remariée depuis 10 ans mais n entretient plus aucune relation avec sa première famille A quelques jours de recevoir le produit de l héritage les différents héritiers vous rencontrent et vous demandent de les conseiller sachant qu ils vont recevoir chacun le quart de la fortune de Monsieur ROBERT. L essentiel était constitué d appartements qui sont maintenant vendus. Après paiement des droits de succession, ils disposeront chacun d 1 million d euros sous forme liquide. De vos entretiens avec les uns et les autres vous avez recueilli des informations qui figurent en annexe. En substance : 3

4 Madame ROBERT-THOMAS est propriétaire d un appartement hérité de ses parents dans lequel elle vient de s installer. Elle recevra, certes, une pension de réversion mais redoute d avoir des «fins de mois» difficiles Elle privilégie la sécurité au risque pour ses placements. Elle va acheter une maison au bord de la mer ( ) et s interroge sur le financement à organiser. Elle est très tentée de suivre le conseil d un de ses amis qui vient de faire une opération identique grâce à un emprunt du montant total de l achat, remboursable in fine sur 10 ans, adossé à un contrat d assurance-vie du même montant, investi à 75% en supports dynamiques et 25% en euros. Ne s entendant pas très bien avec ses beaux-enfants, elle ne se soucie pas vraiment de sa succession tout en souhaitant faire en sorte que son patrimoine soit attribué après elle à Madame LEFORT, ou éventuellement à ses enfants, lesquels lui inspirent un certain sentiment de pitié. Monsieur Yves ROBERT est marié (régime légal) et a 4 enfants âgés de 21, 19,16 et 14 ans. Les deux conjoints travaillent dans l entreprise qu ils ont fondée et leur vie peut être qualifiée de «très confortable». Ils ont beaucoup investi en immobilier et ont d abondantes liquidités dont ils n ont pas le temps de s occuper Ils n ont aucune aversion pour le risque mais ne savent pas quelle publication lire pour «avoir les bonnes informations» Ils aimeraient maintenant entamer un processus de transmission au profit de leurs enfants mais ils les trouvent trop jeunes pour leur «mettre à disposition» des capitaux importants. La villa d Arcachon où ils passent leurs vacances va être vendue ( ). Ils aimeraient l acheter et associer (si possible) leurs enfants à cette opération sachant que Monsieur ROBERT veut rester «chez lui» et est conscient qu il faudra faire très vite d assez gros travaux de modernisation. Dernier projet de Monsieur et Madame ROBERT : L appartement mitoyen du leur, aujourd hui loué en LMNP à un important groupe automobile, pour ses cadres de passage, est à vendre ( ). Le loyer correspondant est de par an et le contrat de location sera reconduit sans doute. Que pensez-vous de cette opportunité de l acheter? Comment financer cette opération le cas échéant? Madame Isabelle DUMONT est conservateur d un musée d art moderne et, depuis la mort de son mari, peintre-sculpteur, ne vit que pour sa passion des tableaux. Elle consacre l essentiel de ses économies à des achats dont elle avoue elle-même que la rentabilité est très «aléatoire» N étant pas une femme d argent elle fait généralement les investissements que lui propose sa banque en espérant que cela lui permettra demain de compléter une pension de retraite qu elle anticipe un peu faible par rapport à ses besoins ( par an) La semaine dernière son conseiller financier lui a recommandé d ouvrir un PERP, placement défiscalisant qui lui garantirait une rente viagère importante. Elle pourrait placer par an sur ce support jusqu à 60 ans, âge de départ en retraite envisagé. Par ailleurs Madame DUMONT a beaucoup d affection pour ses neveux LEFORT et s inquiète de la médiocre situation financière de sa sœur. Elle voudrait mettre de côté un capital qui pourrait revenir à terme à ses neveux (au moins chacun), tout en limitant les droits de succession qui, d après ce qu on lui a dit, seront très élevés. 4

5 Madame Thérèse LEFORT a 2enfants de 20 et 18 ans qui font de «bonnes études». Pour sa part, après avoir été licenciée de son entreprise dans le cadre d un plan social elle a suivi une formation de reconversion pour devenir «commerciale» dans son secteur d origine : la chimie. Elle vient de signer un nouveau contrat de travail (C.D.I.) avec un salaire de par an. Un bilan-retraite récent indique une pension future (au taux plein à 61 ans) de par an, compte tenu de sa période de chômage et de son prochain salaire réputé constant jusqu à son départ en retraite. Quels placements lui conseiller pour qu elle puisse arriver à couvrir ses dépenses récurrentes au sein desquelles Madame LEFORT ne pense pas pouvoir réaliser d importantes économies? Madame LEFORT ne se soucie pas de la transmission de son patrimoine à ses enfants. REMARQUE : Il ne vous est pas demandé de traiter de façon exhaustive chacun de ces cas mais de faire preuve de votre esprit d analyse et de synthèse pour identifier des pistes de solutions que vous aurez tout loisir de valider et de préciser avec vos clients à l occasion d un prochain rendez-vous. A titre indicatif, vous ne devriez pas dépasser 45 minutes par dossier, sachant que vous n avez que très peu de calculs à réaliser. 5

6 FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT : Situation de famille: 60 ans veuve sans enfant Activité : Sans profession Bilan (avant réception de l héritage) Madame ROBERT-THOMAS ACTIF PASSIF Appartement(Res. Pale) Aucune dette 0 Compte livret Liquidités TOTAL TOTAL 0 Budget RESSOURCES DEPENSES Pension de réversion à recevoir nette de charges sociales (e) Dépenses courantes Impôts (IR +taxes habitation et foncière) (e) (e) = estimation Total Dépenses Principales préoccupations : Acheter un appartement dans le midi ( ) avec crédit remboursable in fine de adossé à un contrat d assurance vie de , dynamique. Vivre confortablement Organiser la transmission du patrimoine en direction de Madame LEFORT ou de ses enfants si ceux-ci venaient à lui succéder. 6

7 FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT : Monsieur Yves ROBERT Situation de famille : marié (C.R.A.) Monsieur : 50 ans Madame : 48 ans 4 enfants de 21, 19, 16 et 14 ans (tous à charge financière et fiscale) Activités : PDG et Responsable administratif de la Société ROBERT et Compagnie Bilan ACTIF PASSIF Actions (99%) Sté ROBERT Résidence principale Appart Tignes R Crédit Tignes CRD Sicav obligataires comptes livret Liquidités TOTAL TOTAL Tous les biens sont communs Détail du crédit : amortissable taux : 6% - Capital emprunté à l origine : Budget : RESSOURCES DEPENSES Salaire Monsieur (net) Dépenses courantes Salaire Madame (net) Loisirs Intérêts (ap. prélèvement) Remboursement emprunt Impôts (IR-ISF-foncier) Total Ressources Total Dépenses Retraites futures (nettes de charges sociales) : Monsieur : Madame : Principales préoccupations : Acheter (avec les enfants?) la villa d Arcachon Prendre position sur le locatif d habitation aujourd hui à vendre. Mettre en place une gestion de portefeuille Sécuriser l avenir 7

8 FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT : Madame Isabelle DUMONT Situation de famille : Activité : Veuve, sans enfant 48 ans Conservateur de musée Bilan ACTIF PASSIF Résidence principale Crédit consommation Tableaux Découvert Actions pays émergents Fonds alternatif (long-short) Actions Rhodia+Thalès Fonds France Technologies Prêt à Madame LEFORT TOTAL TOTAL Crédit consommation : revolving 12% sur les engagements maximum : Budget RESSOURCES DEPENSES Salaire(net) Dépenses courantes Achats tableaux Frais emprunt Impôts (IR-foncier) Total Ressources Total Dépenses Retraite future : Principales préoccupations : Préparer la retraite Organiser une transmission future du patrimoine aux neveux LEFORT 8

9 FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT : Madame Thérèse LEFORT Situation de famille : Divorcée 2 enfants de 20 et 18 ans étudiants, à charge Bilan ACTIF PASSIF Actions Technologie Prêt personnel bancaire (1) Fonds EUROPE de l EST Prêt Mme DUMONT (2) Fonds CHINE INDE COREE Tableaux modernes Liquidités TOTAL TOTAL (1)Prêt revolving maxi taux 8% - caution personnelle donnée (2)Prêt sans intérêt échéance : quand ça ira mieux!!!!! Budget RESSOURCES DEPENSES Salaire(net) Dépenses courantes Loyer résidence. principale Scolarités Frais financiers I.R. et Taxe Hab Total Ressources Total Dépenses Retraite future : Principales préoccupations : Revenir à un équilibre budgétaire immédiat Générer des ressources récurrentes pour ne plus avoir de soucis financiers à court terme et à plus long terme garantir une retraite confortable. 9

10 EXAMEN DE CERTIFICATION UV5 Question 1 : Les situations présentées par les différents personnages de cette famille étant «hétérogènes» vous allez suivre une méthode et des procédures qui relèvent du Code des Standards et Procédures de CGPC. Expliquer en quelques mots la démarche que doit utiliser un conseil en gestion de patrimoine certifié (6 steps process). BAREME DE NOTATION QUESTION 1 : 5 points / 40 ****** Question 2 : Madame ROBERT-THOMAS Comment financer l acquisition de la maison dans le midi Comment assurer l avenir financier Comment assurer une transmission à Madame LEFORT ou ses enfants 4 points 3 points 2 points BAREME DE NOTATION QUESTION 2 : 9 points / 40 ****** Question 3 : Monsieur Yves ROBERT Quel est votre conseil pour l acquisition de la villa d Arcachon? Que pensez-vous de l achat du locatif d habitation décrit supra? Vos conseils pour bâtir un gestion de portefeuille? 5 points 5 points 4 points BAREME DE NOTATION QUESTION 3 : 14 points / 40 ****** Question 4 : Madame Isabelle DUMONT Préparer la retraite Organiser une transmission en direction de ses neveux LEFORT 3 points 3 points BAREME DE NOTATION QUESTION 4 : 6 points / 40 ****** Question 5 : Madame Thérèse LEFORT Les solutions à mettre en place pour le court terme Les solutions à plus long terme 3 points 3 points BAREME DE NOTATION QUESTION 5 : 6 points / 40 ****** EPREUVE NOTEE SUR 40 POINTS 10

11 ELEMENTS DE CORRECTION Question 1 : Code de standards et procédures : Le 6 steps process décrit la méthodologie retenue par les standards CGPC, FPSB et ISO Ce processus d analyse et de conseil s applique au diagnostic et au conseil patrimonial global. Dans le cas où seule une réponse ponctuelle est demandée le conseiller en gestion de patrimoine devra à tout le moins s attacher à apprécier la situation financière de son client, vérifier son expérience en matière financière et comprendre les objectifs du client en matière d investissement financier. Les 6 étapes d un process complet d analyse et de conseil sont les suivants ; Présentation de l offre de services Recueil des informations Etablissement du bilan, du hors bilan et des tableaux de flux Analyse du bilan et remise d un rapport écrit Elaboration des propositions et recommandations Mise en œuvre des solutions et suivi 11

12 Question 2 : Cas de Madame ROBERT-THOMAS : Madame Robert-Thomas, est propriétaire de sa résidence principale, ce qui lui confère un élément essentiel de sécurité. Ce bien constitue, cependant, la quasi-totalité de son patrimoine à la veille de recevoir la succession de son mari. Sa principale préoccupation va être de faire face à ses dépenses courantes dans la mesure où elle a un déficit «structurel» d environ chaque année. Son premier projet concerne l acquisition d une résidence secondaire. Ce projet peut paraître à la limite du raisonnable par rapport à sa situation financière mais nous n avons pas d argument imparable à avancer pour l en dissuader. En revanche le projet, tel qu il nous est présenté peut être critiqué aisément. Le crédit remboursable in fine ne se justifie pas pour un tel investissement «résidence secondaire». Il coûtera beaucoup plus cher qu un crédit amortissable dans la mesure où les frais financiers seront calculés sur le capital emprunté total sur toute la durée. En outre aucun avantage fiscal ne peut réduire le coût réel de cette dette. Enfin, le montage avec un adossement couvrant 100% de la dette est peu optimisé. Un montant des 2/3 du capital emprunté permettrait d assurer le remboursement du crédit à terme de 10 ans sur la base d un taux de valorisation du contrat de 5% par an. Il serait, à cet égard, beaucoup moins risqué de recourir à un fonds sécuritaire plutôt qu à un multisupport dynamique qui peut révéler de désagréables surprises en cas de baisse des marchés financiers. Nous préférerions que Madame Robert-Thomas finance son acquisition en puisant sur ses fonds propres. Elle serait libérée de tout souci de financement pour les années futures. Une fois cet investissement réalisé, il restera à notre cliente pour assurer sa sécurité financière quotidienne, sachant, rappelons-le, qu il lui faut dégager nets par an (sans tenir compte de l inflation qui mériterait d indexer le versement La première réaction d un assureur sera de «capitaliser» le besoin sur la période de service présumée qui se situe aux alentours de 25 ans. Le capital correspondant devrait ainsi être d environ Quel type de contrat? Madame Robert-Thomas à un besoin conséquent, répétitif et nécessitant une indexation afin de suivre l inflation. La prudence voudrait qu elle ait recours à une rente viagère immédiate dont les caractéristiques sont précisément celles énoncées ci avant. On ajoutera, par ailleurs, que votre prospect n a pas de descendant et que le problème de l aliénation du capital inhérent à toute rente viagère se pose donc avec peu d acuité. Une solution alternative peut résider dans un contrat classique d assurance-vie pour lequel on préférera la forme du multisupport pour sa souplesse et la possibilité de faire varier la composition des supports dans le temps. En tout état de cause le mode de gestion devra être de type sécuritaire en raison des besoins de ressources récurrents de Madame Robert-Thomas. La clause bénéficiaire pourra mentionner Madame LEFORT et/ou ses enfants. Le solde des capitaux disponibles ( ) devrait être placé sur un contrat de capitalisation (assurance-vie) afin de constituer une réserve pour le futur et de préparer la transmission dans le sens évoqué précédemment. 12

13 Question 3 : Cas de Monsieur Yves ROBERT : La situation du ménage est tout à fait confortable même si la lecture du bilan appelle quelques remarques : L immobilier est déjà largement représenté mais n est composé d immobilier de jouissance. L acquisition de la maison d Arcachon devra être avant tout analysée comme une occasion de transmettre une partie du patrimoine familial aux enfants. L achat de l appartement mitoyen s analyse, revanche comme un véritable placement et peut trouver sa place dans l affectation des capitaux provenant de l héritage. Attention cependant : il s agira ici de fonds appartenant en propre à Monsieur Robert qui pourra en conserver la trace en faisant inscrire dans l acte d acquisition ce remploi de fonds (sauf à ce que le financement soit réalisé grâce à un crédit bancaire cf. infra). L analyse du bilan de la famille Robert montre des éléments de faiblesse. L endettement est coûteux (taux de 6%) et n a guère de signification économique s agissant du financement d un appartement de loisir. Le capital restant dû ( ) pourrait être remboursé par anticipation, surtout s il existe une clause le permettant dans le contrat signé à l origine. Par ailleurs les placements en valeurs mobilières ne sont pas du tout adaptés à la situation patrimoniale de la famille : aucune action, des obligations et des placements monétaires surabondants Si les liquidités étaient ramenées à et les obligations à , pourraient être réalloués à des placements plus dynamiques. Concernant l acquisition de la villa d Arcachon, le meilleur moyen d associer les enfants serait de faire une donation en leur faveur en utilisant les exonérations de droits ( par parent et par enfant) et au-delà, sur les tranches du barème donnant lieu à taxation, en profitant de la réduction de droits de 50%. La donation devrait comporter une obligation de remploi des fonds, via une SCI, de sorte que les enfants soient propriétaires de l essentiel du bien tout en préservant le pouvoir de gestion des parents qui serait défini par les statuts. Il va se soi que ce montage devra être réalisé par le notaire des clients si le certifié CGPC concerné ne possède pas lui-même la capacité professionnelle de réaliser des actes juridiques. Pour ce qui concerne le financement de cette opération, rien ne justifie le recours à un crédit. Les travaux à réaliser ultérieurement seront financés par le compte courant d associé des parents qui, seuls disposent de la liquidité suffisante, mais qui pourraient être taxés de donation déguisée s ils effectuaient eux-mêmes le financement en se substituant à leurs enfants. L acquisition de la villa d Arcachon mobiliserait ainsi (coût de la donation), capitaux qui seront pris sur des liquidités communes aux deux époux Robert. Concernant la réalisation d un projet immobilier à vocation locative, les caractéristiques évoquées dans la présentation du cas militent en faveur de sa réalisation (aucun immobilier locatif aujourd hui ; rentabilité intéressante, sécurité d un locataire de premier ordre). En revanche, contrairement aux opérations immobilières à usage de jouissance familiale qui militent pour un financement sur fonds propres, l achat devrait être financé en recourant à un crédit dont les avantages sont nombreux (protection contre l inflation, déduction des intérêts des loyers au plan fiscal ; mise en place d une assurance décès sur le crédit améliorant la protection de la famille ; niveau bas des taux d intérêt actuels ). Le recours à un financement par un crédit remboursable in fine avec adossement d un contrat d assurance-vie trouverait ici la justification qui manquait à l opération suggérée à Madame Robert-Thomas. Pour une opération se déroulant sur dix ans, le montant de l adossement pourrait représenter les deux tiers du crédit (financement à 100% par la dette) en se fondant sur un taux 13

14 d intérêt de 5% annuel sur un support sécuritaire. L investissement immédiat représenterait environ Les capitaux restant à placer après les différentes opérations décrites ci-dessus représenteraient un peu plus de Avant de définir une allocation de ces sommes sur différents supports, il sera essentiel de rappeler à Monsieur et Madame Robert que la gestion de telles sommes devrait être confiée à un professionnel de la gestion qui seul dispose du temps, de l information et de moyens techniques suffisants pour accéder au marché dans de bonnes conditions. La relation avec ce professionnel sera formalisée dans le cadre d un mandat, lequel prévoira les obligations du gérant, la prise de risque envisagée, et les conditions de rémunération. Compte tenu de la surface financière des prospects et de leur capacité d envisager une gestion sur un horizon long terme (la prochaine échéance importante étant la retraite avec une baisse significative des ressources qui ne pose, cependant, pas de réel problème budgétaire), la place donnée au risque actions pourrait être significative à condition que soient respectées les règles usuelles de diversification sectorielle et géographique des risques. Une partie importante des capitaux pourra être placée sur le support de l assurance-vie dans la double optique de la réserve de sécurité à long terme (fiscalité privilégiée) et de préparation de la transmission du patrimoine ; Il en résulte à l évidence que le contrat retenu devrait être du type multisupport avec une gestion évolutive qui réduira progressivement la part du risque actions en fonction de l âge de Monsieur et Madame Robert. 14

15 Question 4 : Cas de Madame DUMONT : Madame Dumont, comme son frère a un patrimoine mal structuré. Elle a un réel besoin de sécurité mais tous ses placements présentent un fort degré de risque immédiat. Elle a toute une série de placements en actions, mais aucune obligation et aucun support assurance-vie. Elle se trouve dotée de produits structurés habituellement réservés à des investisseurs avertis et possède des actions présentant un fort risque spéculatif. Son budget est juste équilibré et elle doit recourir à des crédits, qui lui coûtent cher, pour boucler ses fins de mois. Il apparaît, enfin, que son budget en retraite sera très serré. La constitution d une réserve pour le moyen et le long terme apparaît ainsi comme une nécessité et l héritage qui lui arrive permettra de mettre de l ordre dans ses affaires. Le PERP proposé par son chargé de compte ne paraît pas constituer une solution sérieuse. Dans l immédiat la fiscalité ne constitue pas un souci de préoccupation pour Madame Dumont et l impact d un tel investissement serait à peu près nul sur son budget. La retraite obtenue par le PERP (à partir d une accumulation de capital de 12 fois 1500, soit ) serait dérisoire et ne contribuerait pas significativement à lui donner un meilleur train de vie L assurance-vie, revanche s impose comme le support à privilégier. Elle présente des avantages en termes de gestion (possibilité de recourir aussi bien à des supports sécuritaires qu à des placements offrant un plus grand dynamisme ); elle est fiscalement intéressante en termes de fiscalité sur les gains réalisés et elle permettra au moment du départ en retraite de sortir au moins partiellement sous forme de rente viagère. De surcroît, l assurance-vie permet de préparer la transmission du patrimoine, particulièrement dans le cas de Madame DUMONT qui voudrait que son patrimoine aille, le moment venu, à ses neveux. Rappelons que les capitaux transmis aux bénéficiaires désignés seront exonérés de droits de jusqu à et taxés à 20% au-delà. Ces taux se comparent favorablement aux 55% qui seraient dus par les neveux pour hériter de leur tante. Concernant le type de placement en assurance-vie, on préférera un contrat multisupport investi selon une philosophie de gestion équilibrée voire même sécuritaire. Une solution de placement alternative ou complémentaire pourrait être recherchée dans un investissement immobilier locatif qui pourrait être acheté en recourant à un crédit. Ce dernier priverait Madame DUMONT de revenus immédiats mais permettrait d optimiser la fiscalité. A terme Madame DUMONT pourrait compter sur ses loyers pour compléter sa pension de retraite. La gestion financière n étant visiblement pas la meilleure force de votre cliente, il serait souhaitable de lui proposer un mandat de gestion et un suivi régulier de ses affaires pour lui permettre de préparer sereinement l avenir. 15

16 Question 5 : Cas de Madame LEFORT : La situation de Madame LEFORT est préoccupante ; ses investissements sont, une fois encore, complètement décalés par rapport à ses besoins. Elle vit d emprunts auprès de sa banque et de sa sœur mais investit en tableaux ou en titres à haut risque. A noter que son bilan ne comporte aucun immobilier et notamment pas de résidence principale. Cet investissement offrirait à Madame LEFORT la plus élémentaire sécurité pour le futur. En outre, le fait de posséder sa résidence principale lui permettrait d économiser un loyer qui pèse aujourd hui lourdement sur son budget. Quel budget affecter à cet investissement immobilier? Par référence au loyer de par an, en prenant l hypothèse d un taux de rendement de 4%, le prix d un tel appartement serait d environ ; Un investissement de ne serait pas totalement irréaliste dans la mesure où il laisserait disponibles à partir du million d hérité. Pour le placement de ces capitaux dans une optique à moyen long terme la recherche de sécurité devra dominer la réflexion. La première chose à faire sera de rembourser les dettes qui, elles aussi, pèsent sur le budget courant ( par an) ; Afin de sécuriser sa retraite, votre prospect pourrait songer à se constituer des revenus réguliers pour le futur, sachant que son budget prévisionnel fait apparaître un déficit de par an, une fois les loyers supprimés et les dettes remboursées. Le placement sur un contrat d assurancevie dans l optique d une liquidation sous forme de rente viagère pourrait constituer une solution satisfaisante. La gestion du contrat, dans sa période de capitalisation devrait, à l évidence être sécuritaire. Le montant des capitaux alloué à cet investissement pourrait être de 250 à Le solde des capitaux pourrait être placé dans une optique plus dynamique, incluant une partie d actions moins typées que celles qui constituent le portefeuille actuel ( ) En revanche, un placement en immobilier paraît moins envisageable car nécessitant des masses relativement importantes et supposant une illiquidité peu compatible avec les besoins immédiats de Madame LEFORT ; 16

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Analyse Patrimoniale

Analyse Patrimoniale K PATRIMOINE Tertia II 5 rue Charles Duchesne 13290 Aix en Provence Les Milles Tel : 04 42 29 11 60 Fax : 04 42 38 12 19 Analyse Patrimoniale Mme et M. Exemple La présente étude a été élaborée sur la base

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil)

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) présentée à Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) Monsieur ou Madame le Juge aux Affaires Familiales TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE 21 Place Saint Pierre 55 000 BAR-LE-DUC

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

Guide méthodologique du bilan patrimonial

Guide méthodologique du bilan patrimonial Guide méthodologique du bilan patrimonial Atelier «Etablir un bilan patrimonial» Pôle LES MISSIONS DE DEMAIN www.experts-comptables.fr/65 Guide méthodologique du bilan patrimonial Sommaire I Définir le

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT

PRÉSENTATION DU CONCEPT PRÉSENTATION DU CONCEPT Immo-Retraite 75, Boulevard Haussmann - 75008 PARIS www.immoretraitegroupe.fr Tél. : 01 42 63 15 77 Le constat Les plus de 60 ans représentent actuellement 20% de la population

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Les demarches administratives

Les demarches administratives Les demarches administratives Après la disparition d un être cher, s ajoute à la douleur de l événement une série de démarches administratives. Celles-ci sont nombreuses et répondent à un calendrier précis.

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014

AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014 AFCA MAE Comment préparer sa retraite? Quelle épargne possible dans nos vies de mobilité? 13 mars 2014 Sommaire Page 4 Qu est-ce que la retraite par capitalisation? Page 9 Page 12 Page 15 Page 17 Page

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation :

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation : Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français établis hors de France des

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 Avertissement Le présent document se fonde sur des données purement prévisionnelles,

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable.

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable. BOURSES SCOLAIRES 2011/2012 LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Les dossiers complétés doivent être déposés personnellement par les familles, uniquement sur rendez-vous, au Secrétariat général du Bureau français,

Plus en détail

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION Tribunal d Instance de CHÂTEAUROUX Service Tutelles des majeurs 11 rue Paul-Louis Courier B.P. 625 36020 CHATEAUROUX CEDEX Téléphone : 02 54 53 03 11 / 13 Fax : 02 54 08 44 86 COMPTE DE GESTION DES BIENS

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 4 Assurances et retraites, Gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures.

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 4 Assurances et retraites, Gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Demande de crédit hypothécaire

Demande de crédit hypothécaire Demande de crédit hypothécaire DEMANDE DE CREDIT DE : Mr Mme Mlle INTERMEDIAIRE : N d agréation Crédit Foncier:... L intermédiaire reconnaît avoir reproduit de manière fidèle et complète les informations

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

PRODUITS INTERMÉDIAIRES

PRODUITS INTERMÉDIAIRES DOSSIER PAR LOUIS BASSENNE LE NOUVEAU SOUFFLE DE L ASSURANCE-VIE Après avoir marqué le pas, l assurance-vie a retrouvé des couleurs avec une collecte à nouveau en hausse et la création des deux nouveaux

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant?

Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Sommaire Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant, p. 1 qui est-il? L indépendance p. 2 Faire appel à un Conseiller en Gestion

Plus en détail

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1 Diane Patrimoine L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Diane Patrimoine 1 Sommaire : Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Une

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F La mesure de protection de la personne protégée a pris fin. En application de l'article 514 du Code civil, vous devez remettre un

Plus en détail

CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE

CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE - CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE Le savoir-faire d'un expert au profit de votre patrimoine Parce que votre patrimoine est unique, nous vous proposons d'élaborer ensemble votre stratégie

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

GUIDE spécial assurance VIE > ToUT savoir sur l assurance VIE

GUIDE spécial assurance VIE > ToUT savoir sur l assurance VIE GUIDE spécial ASSURANCE VIE > Tout savoir sur l assurance vie L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine 1. Vos intervenants 2. Comment évaluer la valeur de mon entreprise? 3. Actualité fiscale 4. 5 points clés pour organiser son patrimoine 5. De l utilité

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE Étude ISF A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX 10 Préambule Ermont, le XXXXXX Évaluer, déclarer son Impôt de Solidarité sur la Fortune dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

Le couple. et l argent

Le couple. et l argent LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Le couple Mariage, PACS, ou concubinage, la vie à deux implique le plus souvent des choix mais aussi des obligations. Alors, qu en est-il en matière de gestion

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs.

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Guide de l Héritier Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Crédit Agricole souhaite être à vos côtés dans cette période

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil

Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil 1 Adaptation de l Assurance-vie aux modifications des différents codes 2 Code civil Théorie des comourants : 1804, «l homme est présumé avoir survécu» Loi du 3/12/2001,

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Capital. Ressources. Une nouvelle génération d assurance vie en exclusivité chez AXA! Les plus-values potentielles des marchés financiers

Capital. Ressources. Une nouvelle génération d assurance vie en exclusivité chez AXA! Les plus-values potentielles des marchés financiers Capital Ressources Les plus-values potentielles des marchés financiers Un complément de ressources garanti chaque année pendant 15 ans Une nouvelle génération d assurance vie en exclusivité chez AXA! Capital

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont Avec le PERP, la loi «FILLON» a donné accès à toute personne, salarié, chef d entreprise, fonctionnaire, profession libérale, agriculteur, mère au foyer... personnes avec ou sans activité professionnelle,

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO)

FICHE PRATIQUE N 4. Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) FICHE PRATIQUE N 4 Plan d Epargne pour la Retraite COllective (PERCO) Principes Grâce à l adhésion à un dispositif facultatif, le PERCO offre la possibilité aux salariés de Thales de se constituer un capital

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 AMICALE DES ANCIENS C.A.M. 64 Cher Adhérent, Soucieux d aider tous nos adhérents, notre Amicale vous propose un dossier d aide pour accomplir les formalités

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

> Votre conjoint. Adresse :... Régime matrimonial :... ... Avantages matrimoniaux (ou autres particularités) :

> Votre conjoint. Adresse :... Régime matrimonial :... ... Avantages matrimoniaux (ou autres particularités) : Date de l'entretien :... > Vous Prénom :... Nom :... Date de naissance :... Situation familiale : Marié Célibataire Divorcé Veuf Union libre PACS > Votre conjoint Prénom :... Nom :... Date de naissance

Plus en détail