VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER"

Transcription

1 AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER MARS 2003 Direction de la vérification (SIV) Ce document peut ne pas être entièrement accessible. Pour une version accessible, prière de consulter

2 Table des matières Page Sommaire Portée, objectifs, approche et calendrier de la vérification Généralités Sommaire des observations et recommandations... 7

3 Sommaire Le présent document fait état des résultats d une vérification d attestation de la qualité au Bureau du caissier (SMFM). Cette vérification visait un double objectif : d abord, évaluer la qualité des contrôles manuels exercés par SMFM sur les recettes et l émission des avances, ensuite, déterminer dans quelle mesure le Ministère emploie des méthodes rentables, sûres et pratiques pour payer les frais de voyage des fonctionnaires. Dans l ensemble, les processus opérationnels de SMFM comprennent plusieurs contrôles exigeants en main-d œuvre, conçus pour protéger les fonds reçus et les chèques de voyage émis. Nos sondages des principaux contrôles choisis révèlent que ces derniers étaient efficaces durant la période d examen. Par exemple, dans l ensemble, SMFM procédait rapidement à la compensation des Comptes en attente du caissier et des Fonds en transit du grand livre général. Ce contrôle est essentiel, car il a des retentissements sur l intégrité de l information contenue dans les rapports financiers du Ministère. SMFM déposait aussi rapidement les chèques antidatés et vérifiait l authenticité de la signature («autorisé par») sur le formulaire Autorisation de voyager et avance. Toutefois, nous avons relevé certaines lacunes dans le cadre de contrôle qui méritent d être examinées afin d atténuer l exposition aux risques dans ce domaine. Les fonds reçus par la salle du courrier ne sont pas toujours acheminés directement à SMFM, comme l exige la politique du Ministère. Ils sont plutôt acheminés vers différents bureaux des programmes à des fins administratives. Ces bureaux retiennent parfois les fonds pendant cinq semaines ou plus, avant de les faire suivre à SMFM pour dépôt. Ces fonds ont représenté au moins 15 millions sur les 185 millions de dollars déposés par SMFM au cours des neuf premiers mois de Il n existe aucun contrôle au sein de SMFM qui permette de s assurer que ces fonds sont reçus pour dépôt au Fonds du revenu consolidé. Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure d attester que toutes les recettes sont promptement déposées et comptabilisées dans les registres financiers du Ministère. Il s ensuit que les rapports financiers internes et les états financiers de fin d année puissent être faussés. Le rapprochement des renseignements liés aux dépôts et aux paiements, contenus dans le SGI, avec le relevé bancaire émis par TPSGC est un contrôle interne fondamental. SMFM a modifié la fréquence de ses rapprochements bancaires, qui sont passés d annuels à mensuels. Il s agit là d une bonne initiative. Notre examen d un échantillon de rapprochements bancaires a révélé qu ils étaient bien effectués. Toutefois, personne ne passe en revue les rapprochements bancaires préparés par SMFM. Il faut absolument que le superviseur du Bureau du caissier (SMFM) procède à l examen et à l approbation des rapprochements bancaires préparés par SMFM, en raison de leur complexité et de l importance des dépôts annuels (environ 250 millions Page 1 de 14

4 de dollars). Cela permettra de mieux s assurer que ce contrôle clé est fait comme il se doit et qu il contribue à la protection d un des principaux biens du Ministère. Nos sondages ont révélé l existence, dans le SGI, de chèques sans provision et d effets en recouvrement (c.-à-d. des traites bancaires non encore compensées) totalisant $ en février De ce montant, $ en chèques sans provision provenait des employés, $ étaient dus à des chèques sans provision provenaient de tiers de l extérieur, et $, à des traites bancaires non compensées correspondant aux droits exigés pour les services d immigration. La direction de SMD ne reçoit aucun rapport au sujet du volume, de la valeur et de la provenance des chèques sans provision et des effets en recouvrement, aux fins d examen et d analyse. Nous sommes d avis qu il y aurait intérêt à produire un rapport de gestion dans ce domaine, car cela serait conforme aux principes énoncés par la politique du Conseil du Trésor en matière de surveillance active, et permettrait d atténuer l exposition aux risques éventuels. Le Ministère a émis plus de demandes d avance durant l exercice , pour un montant dépassant 10 millions $. Ce niveau de service a exigé près de trois ETP à SMFH et donné lieu à au moins écritures dans le SGI. Les avances en chèques de voyage se sont situées entre 150 $ et $ en Sur les 7 millions $ d avances consenties au cours des neuf premiers mois de , 2 millions (soit environ 30 p. 100) ont été remboursés. À notre avis, la pratique du Ministère qui consiste à faire émettre des avances en chèques de voyage par le Bureau du caissier n est peut-être ni raisonnable ni rentable, en raison des ressources mobilisées, du nombre et de la valeur des remboursements des frais de voyage (le montant des avances a dépassé les besoins), de l existence de plus de 850 cartes de voyage et du fait que des services liés aux chèques de voyage sont donnés par les institutions financières ou les banques. Par conséquent, SMD devrait entreprendre une étude pour savoir si les divers mécanismes de paiement relatifs aux frais des voyages gouvernementaux autorisés concilient au mieux coûts, commodité et sécurité. Le BVG a émis une lettre à la direction décrivant les résultats de son examen des contrôles qui sont appliqués au traitement des opérations informatisées et automatisées au Ministère. Les conclusions du BVG au sujet de ces contrôles, combinées à notre attestation de qualité concernant les contrôles manuels, constituent une évaluation globale de la qualité du cadre de contrôle établi pour la gestion du Bureau du caissier. En résumé, le cadre de contrôle de la gestion à SMFM comporte des contrôles manuels efficaces qui protègent les fonds reçus ainsi que les chèques de voyage émis. Toutefois, le cadre de contrôle présente des lacunes qui méritent d être examinées afin d atténuer l exposition aux risques dans ce domaine. Page 2 de 14

5 1.0 Portée, objectifs, approche et calendrier de la vérification 1.1 Portée de la vérification La vérification s est limitée aux pratiques et aux contrôles en place à l intérieur du Bureau du caissier (SMFM), qui se rapportent à la manipulation des recettes et au traitement des avances de voyage. Elle ne s est pas intéressée aux domaines ci-après qui sont liés aux recettes avant leur acheminement vers SMFM : les activités à la salle de courrier SRG, où la majorité des paiements provenant de tiers arrivent à l AC; les processus et contrôles utilisés pour la manipulation des recettes à la Direction des services d administration et de technologie (EPC), Direction générale des contrôles à l exportation et à l importation (EPD), et à la Direction d Équipe Canada (TCT). Ces deux directions reçoivent à elles seules la majorité des paiements provenant de tiers, après traitement dans la salle du courrier SRG; les processus et contrôles des centres financiers qui administrent les remboursements des avances de voyage ou qui peuvent recevoir l autorisation d effectuer des paiements, par carte de crédit, de séminaires, conférences ou tout autre service; les contrôles généraux qui sont appliqués au traitement des opérations informatisées et automatisées en rapport avec le SGI, étant donné qu ils ont fait l objet d un examen par le Bureau du vérificateur général. 1.2 Objectifs de la vérification Notre vérification avait pour objectif global de déterminer si les contrôles des recettes et la distribution de chèques de voyage étaient appropriés. En particulier, nous devions déterminer dans quelle mesure : les contrôles à SMFM concernant les recettes (espèces, cartes de crédit, chèques et transferts électroniques de fonds) et les avances étaient appropriés; le Ministère applique des méthodes rentables, sûres et pratiques pour payer les dépenses de voyages officiels du gouvernement. 1.3 Approche et calendrier de la vérification La vérification interne s est déroulée conformément à la Politique sur la vérification interne du Conseil du Trésor et aux normes de l Institut des vérificateurs internes s appliquant aux méthodes professionnelles de la vérification interne La vérification a permis d examiner les grands processus opérationnels et les principaux contrôles en vigueur à SMFM. L examen s est déroulé notamment entre Page 3 de 14

6 octobre 2001 et janvier 2002 et a porté essentiellement sur les transactions traitées par SMFM au cours de l exercice Le travail de vérification a comporté l examen de documents et des entrevues avec le personnel, dans le but de mieux comprendre les activités accomplies et les contrôles en place pour les divers fonds reçus et déposés à la banque. On a préparé des diagrammes pour représenter le cheminement du travail, les contrôles de prévention et de détection en place et les activités de surveillance accomplies par le superviseur au Bureau du caissier Nous avons fait des revues générales des principaux processus opérationnels pour vérifier notre compréhension de la gestion du cadre de contrôle. Des sondages de conformité ont également été réalisés sur des transactions choisies au hasard, afin de déterminer dans quelle mesure les contrôles prévus étaient exercés de façon uniforme. Les rapprochements bancaires ont fait l objet d un examen poussé, afin de déterminer s ils étaient complets et exacts. 2.0 Généralités 2.1 Structure et ressources de l organisation SMFM relève du directeur adjoint, Services financiers à l AC, par l intermédiaire du superviseur, Comptes de voyage/services de paiement (SMFP). Les ressources de SMFM se composent de quatre conseillers et d un superviseur du Bureau du caissier Moins de la moitié du temps disponible des quatre conseillers est consacrée aux activités reliées aux dépôts. Deux personnes se concentrent sur le traitement des recettes à déposer provenant des missions et de l AC, et elles servent en même temps les clients (demandes et remboursements d avances de voyage, paiements quotidiens du stationnement et autres demandes diverses) L essentiel du travail est consacré aux avances de voyage. Les activités comprennent la réception et le traitement des demandes d avances, l administration des paiements et des inventaires de chèques de voyage, le traitement des paiements par dépôt automatique, l inscription des avances dans le SGI, la réception des demandes de remboursement et les remboursements des frais de voyage, la mise à jour du SGI pour refléter la réception des demandes de remboursement de frais de voyage et le traitement des remboursements en vue du dépôt, et l inscription dans le SGI Le superviseur gère les activités quotidiennes, prépare les documents pour l inscription dans le SGI des transferts électroniques de fonds (TEF) des autres ministères, inscrit dans le SGI les paiements par cartes de crédit provenant de deux Page 4 de 14

7 projets pilotes menés dans les missions (droits exigés pour les services d immigration et frais pour l obtention de passeports), surveille les Comptes en attente du caissier et les Fonds en transit du grand livre général, effectue les rapprochements bancaires et gère l inventaire principal des chèques de voyage. 2.2 Volume des activités - provenance des dépôts La principale fonction de SMFM consiste à recevoir et à déposer les fonds acheminés au Ministère et à entrer les écritures dans le SGI. Au cours des neuf premiers mois de , le total des dépôts au compte de banque canadien à l AC s est élevé à près de 185 millions $ et on s attend à ce qu il atteigne environ 250 millions $ vers la fin de l année. Le tableau I montre les principales provenances des recettes comprises dans les 185 millions $. Plus de écritures ont été faites dans le SGI à ce jour. Tableau I Dépôts à l Administration centrale au 31 décembre 2001 Analyse des principales provenances des recettes Provenance des recettes Montant approximatif Transferts bancaires à partir des missions (excédent des recettes perçues) 51 M $ Transferts de fonds d Exportation et développement Canada 37 M $ Fonds en transit provenant des missions (devises non acceptées dans les banques locales) Fonds provenant de la Commission canadienne du tourisme pour utilisation dans les missions ou à l AC 36 M $ 16 M $ Recettes perçues au titre des licences d exportation 15 M $ Comptes divers et en attente 11 M $ Fonds pour utilisation par les ONG, les Canadiens en difficulté, les bureaux des gouvernements provinciaux, les activités de commandite et les réclamations auprès de l Iraq 8 M $ Revenu provenant d un crédit net - ententes de colocation 4 M $ Remboursement de prêts à l affectation 3 M $ Revenus et comptes à recevoir de PDME 2 M $ Remboursement d avances de voyage 2 M $ Montant total des dépôts au 31 décembre M $ Remarque : même si le Bureau du caissier ne manipule pas physiquement les deux premiers groupes de fonds, il a la responsabilité du rapprochement de ces dépôts avec le relevé bancaire de TPSGC. Page 5 de 14

8 2.3 Volume des activités - avances de voyage Le deuxième service en importance fourni par SMFM a trait aux avances de voyage. Au cours des neuf premiers mois de l exercice : plus de demandes d avances de voyage ont été traitées, et l on prévoit que ce chiffre dépassera à la fin de l année; plus de 7 millions $ en chèques de voyage ont été émis; plus de 2 millions $ en avances de voyage non utilisées ont été retournés; la valeur de l inventaire des chèques de voyage AMEX était en moyenne d environ 4 millions $ Les avances de voyage exigent au moins écritures dans le SGI chaque année. Les demandes d avance exigent au moins trois écritures - l avance, le règlement final et les frais de service de 1 p. 100 imputés au centre financier qui fait la demande. Si une partie de l avance doit être remboursée, une quatrième écriture est requise. 3.0 Sommaire des observations et recommandations 3.1 Contrôle des recettes à l Administration centrale Les fonds liés à la majorité (c.-à-d. 60 p. 100) des registres de caisse à numérotation séquentielle de la salle du courrier SRG ne sont pas envoyés directement au Bureau du caissier pour dépôt, comme l exige la politique du Ministère. De plus, les chèques sont parfois acheminés par courrier directement au personnel des bureaux des programmes; le processus des registres de caisse de la salle du courrier SRG est ainsi contourné D autres sondages ont révélé que de nombreuses recettes ont été retenues par TCT et EPC pendant des périodes allant jusqu à cinq semaines, parfois plus. Nous avons aussi remarqué que le Bureau du caissier n utilise pas les registres de caisse à numérotation séquentielle de la salle du courrier SRG pour vérifier qu il reçoit tous les fonds envoyés à EPC et à TCT. Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure d attester que tous les fonds reçus par la salle du courrier SRG et acheminés à EPC et à TCT (ou les fonds reçus directement par d autres bureaux des programmes sans passer par le processus des registres de caisse de la salle du courrier SRG) sont promptement déposés et comptabilisés dans les registres financiers du Ministère, comme l exigent la politique du Ministère sur la réception et le dépôt de fonds et les règlements du Conseil du Trésor. Cela pourrait fausser les rapports financiers internes et les états financiers de fin d année. Recommandation à l intention de SMS SMS, en consultation avec SMF, devrait évaluer s il y a lieu de poursuivre la pratique consistant à envoyer des recettes liées à TCT, Page 6 de 14

9 Réponse de SMS à EPC ou à tout autre programme directement de la salle du courrier SRG aux bureaux des programmes respectifs (au lieu du Bureau du caissier). Si cette pratique est jugée acceptable, la politique du Ministère concernant la réception et le dépôt de fonds devrait être modifiée en conséquence. Sinon, il faudrait adopter des mesures pour que soient respectées les exigences actuelles de la politique, après considération des implications que cela aurait sur le plan des ressources aussi bien pour le Bureau du caissier que pour les bureaux des programmes concernés SMS, en consultation avec SMF, déterminera si la politique actuelle doit être modifiée. Dans l affirmative, cela sera fait d ici le 30 juin Recommandation à l intention de SMF Si la décision prise en réponse à la recommandation est de continuer à envoyer les recettes directement de la salle du courrier SRG aux bureaux des programmes, SMF devrait : utiliser les numéros séquentiels des registres de caisse pour surveiller ses recettes et vérifier que tous les fonds sont effectivement reçus au Bureau du caissier et déposés rapidement; établir un système de registre de caisse uniforme pour tous les programmes donnant lieu à des recettes directes; surveiller le temps qui s écoule entre l arrivée des fonds à la salle du courrier SRG et leur dépôt à la banque, afin de déterminer si le délai est raisonnable. Réponse de SMF Un registre de caisse uniforme sera établi pour tous les programmes. Cela impliquera la surveillance des dates d arrivée des recettes. 3.2 Contrôle des recettes provenant des missions Dans l ensemble, le Bureau du caissier dépose la plupart des fonds en transit (FET) et procède à la compensation du compte FET du GLG rapidement. Nos sondages révèlent que seules 17 écritures de crédit ( $) sur les (26 millions $) entrées au compte FET du GLG au cours des six premiers mois de l exercice sont demeurées sans compensation dans le SGI. Page 7 de 14

10 3.2.2 Toutefois, pour les exercices précédents, nous avons trouvé 70 écritures de débit totalisant $ et neuf écritures de crédit totalisant $ qui sont restées sans compensation. Certaines écritures sont restées sans compensation durant des périodes allant jusqu à trois années financières. La différence entre les écritures de débit et de crédit non compensées ( $) pourrait représenter des FET perdus ou volés. SMF et les AGC des missions ne sont pas informés des écritures au compte FET du GLG qui demeurent sans compensation. Recommandation à l intention de SMF SMF devrait veiller à ce que SMFM examine chaque mois les écritures restées sans compensation dans le compte FET du GLG. Afin que les registres financiers du Ministère soient mis à jour rapidement, il faudrait consigner par écrit les résultats de l examen et les communiquer à SMFH et aux AGC compétents, en vue d une solution, avec copie à SMFF pour information. Réponse de SMF D accord. SMFM examine chaque mois toutes les écritures restées sans compensation au compte FET du GLG et communique les résultats à tous les intéressés en vue d une solution. 3.3 Mesures de protection physiques Les contrôles de l accès au Bureau du caissier sont adéquats. Les mesures de sécurité appliquées à la manipulation des recettes entre la salle du courrier SRG et le Bureau du caissier, et entre le Bureau du caissier et la banque pour dépôt, sont également adéquates. Toutefois, la majorité (c.-à-d. 60 p. 100) des registres de caisse à numérotation séquentielle de la salle du courrier SRG n est pas envoyée directement au Bureau du caissier pour dépôt, comme l exige la politique du Ministère. Les recettes peuvent être retenues pendant cinq semaines ou plus dans certains bureaux des programmes La politique du Ministère concernant la réception et le dépôt des fonds est muette sur la question de la sécurité des fonds reçus par les bureaux des programmes et il n existe aucune procédure détaillée à la disposition des divers détenteurs de recettes. Recommandation à l intention de SMS Si SMS décide de modifier la politique concernant la réception et le dépôt de fonds (voir recommandation 3.1.3) pour permettre aux bureaux des programmes désignés de recevoir des fonds, il devrait, Page 8 de 14

11 Réponse de SMS en consultation avec SMF, rédiger des procédures visant à protéger ces fonds Sous réserve de la décision prise au titre du paragraphe 3.1.3, la politique sera modifiée le cas échéant. 3.4 Rapprochements bancaires On procède aux rapprochements bancaires régulièrement, mais cela demande beaucoup de travail. Il n y a pas, dans le SGI, de programme de rapprochement bancaire automatisé pour les dépôts faits par le Bureau du caissier, alors que cette fonctionnalité existe pour les dépôts des missions. Par conséquent, les rapprochements bancaires mensuels sont faits à la main Depuis décembre 2001, les paiements par carte de débit/de crédit (CD/CC) sont entrés un à un dans le SGI. Le nouveau processus accélère l entrée et le repérage de ces transactions dans le SGI. Néanmoins, il exige encore la tenue d un registre manuel où sont inscrites toutes les recettes, et impose un processus de rapprochement bancaire exigeant en main-d œuvre, étant donné que SMFM doit pouvoir déterminer quels paiements par CD/CC, entrés dans le SGI, correspondent au dépôt quotidien qui figure dans le relevé de la banque SMFP n examine ni ne signe le rapport de rapprochement mensuel préparé par le superviseur du Bureau du caissier. Il n a pas été envisagé qu il le fasse quand les rapprochements mensuels ont commencé en avril Recommandation à l intention de SMF SMF devrait déterminer si le logiciel SAP comprend une fonction de rapprochement bancaire automatisé qui pourrait s appliquer aux dépôts de l Administration centrale. Dans l affirmative, il faudrait entreprendre une analyse de rentabilité de la mise en œuvre de cette fonction informatique SMF devrait envisager la mise en œuvre d un système Point de vente (PDV) afin de réduire la charge de travail que représentent le traitement et la comptabilisation des paiements par carte de débit/de crédit et les dépôts SMF devrait veiller à ce que SMFP examine et signe le rapport de rapprochement bancaire mensuel préparé par SMFM. Page 9 de 14

12 Réponse de SMF La fonction de rapprochement bancaire automatisé de SAP porte essentiellement sur les chèques en circulation. Elle pourrait très bien convenir dans le cas des ententes en vigueur dans les missions, mais elle a des limites dans le contexte de l AC. Bien que le processus de rapprochement soit partiellement automatisé, l AC effectue régulièrement de nombreux types de transactions bancaires dont l automatisation intégrale n est pas jugée rentable Le processus de paiement par carte de crédit/carte de débit fait l objet d un essai pilote dans deux missions et il porte essentiellement sur deux types de recettes - immigration et affaires consulaires. Le Bureau du caissier traite une multitude de recettes dont le volume ne cesse de croître. Plusieurs options sont actuellement à l étude, mais la solution idéale serait une interface automatisée entre IMS et le système de carte de crédit D accord; les rapprochements bancaires mensuels ont commencé à partir de février Chèques sans provision Dans l ensemble, le Bureau du caissier traite rapidement les chèques sans provision et les effets en recouvrement (traites de banque n ayant pas fait l objet d une compensation) reçus de la banque. En février 2002, $ en chèques sans provision ou en effets en recouvrement étaient enregistrés dans le SGI Aucun rapport de situation n est préparé à l intention de SMD sur le volume et la valeur des chèques sans provision ou des effets en recouvrement n ayant pas fait l objet d une compensation, même si les données existent dans le SGI et dans les registres manuels. À noter : les paiements non provisionnés, par rapport aux avances à justifier ont totalisé $; les paiements non provisionnés faits par des tiers à l AC ont totalisé $; des droits exigés pour les services d immigration totalisant $, qui ont été envoyés par les missions à l AC sous forme de traites bancaires entre autres, n ont pas fait auparavant l objet d une compensation par la banque. Recommandation à l intention de SMF SMF devrait veiller à ce que des rapports sur le volume, la valeur et la provenance des chèques sans provision et des effets en Page 10 de 14

13 Réponse de SMF recouvrement soient préparés aux fins d examen et d analyse par la direction D accord; des rapports ont été institués à partir de mai 2002; on recueille en même temps de l information au sujet des chèques périmés. 3.6 Chèques postdatés Les chèques posdatés sont gérés rapidement, même si cette tâche accapare beaucoup de temps. Ils sont notamment liés au PDME et au programme des Canadiens en difficulté. Ils sont classés d après leur date d échéance, avec copie des documents justificatifs. On tient un registre manuel où l on consigne consigne les renseignements relatifs à chaque chèque et la date du dépôt. Toutefois, il est difficile de déterminer le nombre de chèques classés ou le nombre de chèques déposés au cours de l année La situation des chèques postdatés peut changer dans le temps, selon les modifications apportées à l accord concernant le PDME, la faillite de sociétés ou autres circonstances. Chaque changement de situation alourdit la charge de travail du Bureau du caissier, étant donné qu il faut procéder à la mise à jour du registre manuel. Recommandation à l intention de SMF SMF, en consultation avec TCE et JPP, devrait réexaminer la pratique qui consiste à accepter les chèques postdatés des clients, vu la charge de travail qu elle impose au Bureau du caissier, le risque d oubli, par le client, de l échéance de paiement et des répercussions possibles sur l exécution des programmes du Ministère qui donnent lieu à des chèques postdatés. Réponse de SMF On déconseillera désormais l acceptation de chèques postdatés. Les directions seront encouragées à obtenir des remboursements sous forme d imputation préautorisée par carte de crédit ou de prélèvements bancaires automatiques. Lorsque cela n est pas possible, les chèques seront administrés conformément au système de registre de caisse uniforme. Page 11 de 14

14 3.7 Avances de voyage Le Ministère a compté plus de demandes d avance au cours de l exercice Ce niveau de service a exigé environ trois ETP à SMFM, qui ont été consacrés aux services liés aux avances de voyage et aux remboursements, y compris l entrée d environ écritures dans le SGI. Les contrôles de SMFM s appliquant à l émission des avances sont appropriés Les avances par chèques de voyage en se sont situées entre 150 et $, le premier montant représentant un déplacement d une seule journée et le deuxième, une affectation officielle temporaire d une durée de trois mois. Sur les 7 millions $ d avances émises jusqu en décembre 2001, 2 millions ont été remboursés, ce qui représente environ 30 p. 100 du montant total des avances émises Il n y a pas eu d examen officiel par SMFM de la pertinence du volume et du montant des avances émises, même si certaines personnes à SMF doutent de l utilité de ce service. De plus, alors que le Ministère compte plus de 850 détenteurs de cartes de voyage, aucune surveillance n est exercée sur l utilisation de ces cartes À la lumière de ce qui précède, la pratique du Ministère qui consiste à émettre des avances de voyage par le biais du Bureau du caissier, compte tenu de la valeur et du volume atteints, n est probablement ni raisonnable ni rentable pour les motifs suivants : le nombre et le montant des remboursements des avances de voyage (le montant des avances consenties dépasse les besoins); le volume des ressources consacrées à l administration de cette pratique; l existence de plus de 850 cartes de voyage; le fait que ce genre de service est donné par les établissements financiers. Recommandation à l intention de SMS SMS devrait entreprendre, à la lumière de la Politique sur les voyages du CT et du Projet sur l actualisation de la politique gouvernementale sur les voyages, un examen des divers mécanismes de paiement des dépenses des voyages gouvernementaux autorisés, pour déterminer si ces mécanismes concilient au mieux coûts, commodité et sécurité À la lumière des résultats de la mesure recommandée au paragraphe 3.7.5, SMS devrait élaborer une politique ministérielle, pour approbation par le Comité de direction, qui énoncerait des pratiques exemplaires en matière d avances de voyage, de chèques de voyage, de dépôts automatiques et de cartes de voyage. Page 12 de 14

15 Réponse de SMS SMS examinera les divers mécanismes de paiement des dépenses de voyage dès que les détails du nouveau contrat concernant les voyages en service commandé seront connus, et formulera des recommandations d ici mars (La date pourrait être repoussée, si la publication de l information concernant le contrat du gouvernement est retardée.) D accord. SMS élaborera une politique au sujet des mécanismes de paiement d ici mars 2003, pour approbation par le Comité de direction ministériel. (La date pourrait être repoussée si la publication de l information concernant le contrat du gouvernement est retardée.) 3.8 Frais de service de 1 p SMF impute aux centres financiers des frais de service de 1 p. 100 pour l émission des chèques de voyage. Cette pratique ne fait l objet d aucune autorisation de la part du Comité de direction. De plus, la politique du CT n autorise pas l imputation intraministérielle de frais entre crédits budgétaires pour les services communs. Cela s est fait par le passé quand les frais de service ont été parfois imputés au Fonds N005 ou N053 (crédit d investissement) avec un crédit correspondant au Fonds N001 (crédit F&E) Les revenus générés par les frais de service de 1 p. 100, qui dépassent $ par année, sont crédités au centre financier de SMF. Cela donne lieu à plus de écritures de frais de service dans le SGI pour environ 250 centres financiers et mobilise près du quart d un ETP à SMFM. Sur le nombre total de ces écritures, correspondaient à moins de 10 $ et à moins de 5 $. Recommandation à l intention de SMF SMF devrait cesser d imputer les frais de service de 1 p. 100 en raison des restrictions de la Politique sur les imputations interministérielles et les virements entre crédits du CT et du processus exigeant en main-d œuvre que représente l inscription de milliers d écritures dans le SGI. Réponse de SMF En imputant des frais de service, on fait payer aux clients les coûts directs en frais de service de 0,35 p. 100 qu AMEX facture au Ministère, pour lesquels SMF n a pas obtenu de niveau de référence. L administration des chèques de voyage est de toute évidence un Page 13 de 14

16 processus exigeant en main-d œuvre, et SMF s efforce de remplacer ces derniers par des cartes individuelles de voyage (CIV) et par les dépôts automatiques, méthodes plus conformes aux principes de la fonction de contrôleur moderne et au projet sur l actualisation de la politique gouvernementale sur les voyages. Page 14 de 14

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009

Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009 Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009 Affaires étrangères et Commerce international Canada Bureau du dirigeant principal de la vérification Ce document peut ne pas être

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV)

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV) Contenu archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL. Février 2006

SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL. Février 2006 SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL Février 2006 A aires étrangères Canada et Commerce international Canada Bureau de l inspecteur général Direction de la véri cation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

Entreprises: Paiement par chèque

Entreprises: Paiement par chèque Entreprises: Paiement par chèque Avec l évolution de l économie numérique du Canada, de nombreuses entreprises canadiennes examinent leurs processus de paiement, envisageant faire la transition des paiements

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

RAPPORT FIN15-08. Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28. Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives

RAPPORT FIN15-08. Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28. Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives RAPPORT FIN15-08 Réunion ordinaire du Conseil 2015-04-28 TITRE : Ajout d une nouvelle politique sur les cartes de crédit corporatives BUT : Présenter aux membres du Conseil, pour approbation, l ajout d

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Direction générale des services de vérification interne Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Février 2014 Non Classifié SP-611-03-14F Vous pouvez télécharger

Plus en détail

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si :

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si : DOMAINE : ADMINISTRATION En vigueur le : 25 janvier 2005 (SP-05-15) POLITIQUE : Révisée le : 22 juin 2015 (CF-DA) L usage du masculin a pour but d alléger le texte. 1. ÉNONCÉ COLLECTE DE FONDS Le Conseil

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

CARTE D ACHAT Numéro : 2 Date : 2010-02-16 Page : 1 de 6. Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat.

CARTE D ACHAT Numéro : 2 Date : 2010-02-16 Page : 1 de 6. Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat. Page : 1 de 6 BUT DÉFINITION DIRECTIVES Décrire les normes et processus d acquisition et d utilisation d une carte d achat. Une carte d achat est une carte de crédit, comportant des contrôles particuliers,

Plus en détail

b. Nom de l établissement/du point de vente (y compris l adresse postale et l adresse municipale)

b. Nom de l établissement/du point de vente (y compris l adresse postale et l adresse municipale) Généralités 1. Dans l organisation du SSPFFC, les services de traitement des cartes de débit et de crédit, à savoir les systèmes électroniques permettant d effectuer ces types de transactions, sont autorisés

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Tarification. Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises

Tarification. Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises Tarification Guide de tarification des Services bancaires aux entreprises En vigueur à compter du 1 er août 2014 02 Des solutions bancaires pour optimiser la gestion de vos affaires! À la Banque Nationale,

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Direction générale des services de vérification interne Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Février 2014 Non Classifié SP-609-03-14F

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Barème de frais des produits et services

Barème de frais des produits et services Barème de frais des produits et services Le 4 mai 2015 Barème de frais des produits et services Sommaire Comptes bancaires 4 Compte de chèques 4 Compte Mérite 6 Compte Élan 7 Compte Épargne Privilège 8

Plus en détail

GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES

GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES LE 1ER MARS 2015 GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINVIAL GUIDE DES FONDS GÉNÉRÉS PAR LES ÉCOLES Guide des ÉCOLES DU CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL pour assurer la

Plus en détail

Consommateurs et cartes de débit

Consommateurs et cartes de débit Consommateurs et cartes de débit Code de pratique Canadien des services de cartes de débit Préparé par le Groupe de travail sur le transfert électronique de fonds RÉVISION 2004 Table des matières 1. À

Plus en détail

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Dernières mises à jour : aout 2014 Personnel et confidentiel Ce document contient des renseignements confidentiels et exclusifs, ainsi

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Carte Visa Esso RBC Banque Royale. Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra

Carte Visa Esso RBC Banque Royale. Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra GuI de des avanta G e S Carte Visa Esso RBC Banque Royale Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra Optimisez votre pouvoir d achat Nous vous remercions d avoir choisi la carte Visa Esso

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Traitement de Visa Débit

Traitement de Visa Débit Traitement de Visa Débit Information à l intention des marchands sur le traitement des transactions du commerce électronique et des commandes par téléphone Table des matières À propos de ce guide 3 Procédures

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements

Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements Frais de gestion s appliquant aux comptes commerciaux / Déclaration de renseignements Comptes Ensemble lié au compte HSBC AvantageAffaires MD2 Ce compte-chèques, offert en dollars canadiens ou en dollars

Plus en détail

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE Les pages suivantes contiennent des renseignements importants au sujet de votre compte UV DIRECT dont vous devez prendre connaissance. Si vous avez des questions, nous serons

Plus en détail

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières

Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières Obligations à prime du Canada Titres avec certificat (formulaire CPB-12) Achats avec certificat Table des matières Généralités... 1 Conservation des documents... 1 Types de formulaires de souscription...

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A ANNEXE A ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A HYPOTHÈSES RELATIVES AUX EXEMPLES N o 1 À N o 4 : Le prix à la date de l opération est de 10 $ la part pour le Fonds d actions et de 11 $ la part pour

Plus en détail

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 ADMINISTRATION Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 1. PRÉAMBULE Les membres du personnel autorisés peuvent effectuer

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS GUIDE DE L UTILISATEUR (INSCRIPTION ET GESTION DE COMPTE) JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Le saviez-vous?... 1 Les SELSC sont composés

Plus en détail

Section 3 : Préparation à l inspection et gestion des documents. 3.3 Enregistrement des demandes d inspection et des certificats d inspection

Section 3 : Préparation à l inspection et gestion des documents. 3.3 Enregistrement des demandes d inspection et des certificats d inspection Section 3 : Préparation à l inspection et gestion des documents 3.1 Objectif de la section 3 3.2 Demande d inspection 3.3 Enregistrement des demandes d inspection et des certificats d inspection 3.4 Suivi

Plus en détail

INFORMATION CONFIDENTIELLE NE DOIT PAS SERVIR À DES FINS DE CRÉDIT OBJET : NUMÉRO UNIQUE À EQUIFAX : 3140123054

INFORMATION CONFIDENTIELLE NE DOIT PAS SERVIR À DES FINS DE CRÉDIT OBJET : NUMÉRO UNIQUE À EQUIFAX : 3140123054 RELATIONS AVEC LES CONSOMMATEURS C. P. 190 STATION JEAN-TALON MONTREAL QUEBEC H1S 2Z2 MARIO NETTE 10 PLEASANT ST. MONTREAL QUEBEC M2N 1A2 Monsieur, INFORMATION CONFIDENTIELLE NE DOIT PAS SERVIR À DES FINS

Plus en détail

2. Les conditions énoncées dans le présent chapitre ne s'appliquent pas aux chèques de paie, qui eux sont émis de la façon indiquée au chapitre 20.

2. Les conditions énoncées dans le présent chapitre ne s'appliquent pas aux chèques de paie, qui eux sont émis de la façon indiquée au chapitre 20. COMPTES FOURNISSEURS ET DÉBOURS INTRODUCTION 1. Ce chapitre énonce la politique et les méthodes relatives à la comptabilité et au contrôle des comptes fournisseurs et des débours. Voir le Manuel des Applications

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS Professionnels Entrepreneurs GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS janvier 2014 Professionnels Entrepreneurs Sommaire Vous êtes artisan, commerçant, agriculteur, profes sionnel libéral, dirigeant

Plus en détail

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Document de travail de l ACPM Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Recommandations Les documents de travail jouent un rôle important dans l élaboration du

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

AFFAIRES ÉTRANGÈRES BUREAU DE ET COMMERCE INTERNATIONAL L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION L AMBASSADE DU CANADA MAPUTO

AFFAIRES ÉTRANGÈRES BUREAU DE ET COMMERCE INTERNATIONAL L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION L AMBASSADE DU CANADA MAPUTO Contenu archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Écriture de journal. (Virement de dépense)

Écriture de journal. (Virement de dépense) Écriture de journal (Virement de dépense) SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Août 2014 TABLES DES MATIERES AVERTISSEMENT... 3 INTRODUCTION... 4 RAISONS JUSTIFIANT LA CRÉATION

Plus en détail

Rapport de vérification. du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines. Secteur des services intégrés.

Rapport de vérification. du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines. Secteur des services intégrés. Rapport de vérification du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines Secteur des services intégrés Avril 2010 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectifs, portée et méthode... 4

Plus en détail

Guide pour obtenir un permis de prêteur sur salaire

Guide pour obtenir un permis de prêteur sur salaire Guide pour obtenir un permis de prêteur sur salaire En vertu de la loi sur la protection du consommateur (Consumer Protection Act) et des règlements sur les prêteurs sur salaire (Payday Lenders Regulations)

Plus en détail

Un classeur pour les documents des fournisseurs (factures, bons de commande, soumissions);

Un classeur pour les documents des fournisseurs (factures, bons de commande, soumissions); Comptabilisation et classement des pièces justificatives S inspirant de situations de travail réelles, cette simulation, en plus du texte descriptif, utilise des pièces justificatives. La méthode de travail

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 ET DES RAPPORTS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE L AGENCE SPATIALE CANADIENNE RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 MARS 2013 Table des matières 1.0 SOMMAIRE... 5 1.1 OBJECTIF DE LA VÉRIFICATION...

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Frais de service des comptes d entreprise

Frais de service des comptes d entreprise Pour en savoir plus consultez un conseiller PME CIBC passez au centre bancaire le plus près visitez le site cibc.com/pme appelez au 1 800 465-CIBC (2422) 1 Si le compte ne fait l objet d aucune activité,

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI 1. Généralités : À la demande des clients qui travaillent régulièrement avec l Organisation, l OMPI

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA Les présentes conditions s appliquent au programme de Récompenses MasterCard de La Banque Wal-Mart du Canada

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Platine CIBC Visa MC

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Platine CIBC Visa MC LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Voici votre carte Platine CIBC Visa MC Voici la carte Platine CIBC Visa. Une carte de crédit qui offre une expérience complètement différente. Votre nouvelle carte Platine CIBC

Plus en détail

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses Secteur des banques RÉTROACTION SUR LA DÉCLARATION D OPÉRATIONS DOUTEUSES : SECTEUR DES BANQUES 1. Introduction Ce rapport a été rédigé pour le secteur

Plus en détail

Petit manuel d organisation administrative et comptable

Petit manuel d organisation administrative et comptable Petit manuel d organisation administrative et comptable Ce recueil de procédures peut être remis aux administrateurs, personnes en charge de la gestion d une UD ou d une AL, pour leur permettre d appliquer

Plus en détail

COMPTABLE CONTRAT DE 12 MOIS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO)

COMPTABLE CONTRAT DE 12 MOIS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO) COMPTABLE CONTRAT DE 12 MOIS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO) L Ordre des métiers de l Ontario est un organisme géré par l industrie ayant pour mission de protéger l intérêt public en réglementant et en

Plus en détail

RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent

RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent RÈGLEMENT relatif au programme Remise en argent Règlement Le programme Remise en argent Banque Laurentienne est assujetti au règlement suivant, sous réserve de modifications sans préavis. Si vous décidez

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président

Plus en détail

Guide des exigences de soumission obligatoires

Guide des exigences de soumission obligatoires - Présentez les reçus/les factures originales et détaillées des repas et des rafraîchissements admissibles durant les cours de formation. 1 Guide des exigences de soumission obligatoires Les soumissions

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail