Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013"

Transcription

1 Commentaire Mise à jour sur le marché et le rendement Troisième trimestre 2013 À la fin du trimestre, toute l attention était tournée vers les États-Unis et leurs négociations budgétaires à venir. Les marchés mondiaux des actions et du revenu fixe ont ralenti en août, mais ont affiché un gain pour le trimestre dans son ensemble. Malgré une amélioration en septembre, les actions des marchés émergents ont tiré de l arrière. Contexte économique Les économies partout dans le monde ont continué d afficher des signes d amélioration, et ont réussi à surmonter la volatilité des marchés causée par les prochaines décisions de la Réserve fédérale, la possibilité d une intervention militaire en Syrie (au début du trimestre) et les difficultés que continuent d éprouver les marchés émergents. Les développements positifs ont été les plus marqués aux États-Unis et au Japon, mais l Europe a également affiché certains signes de stabilisation et le Royaume-Uni a semblé avoir adopté une trajectoire de croissance solide contre toute attente. Vers la fin du trimestre, tous les yeux étaient tournés vers les États- Unis et, avec la fin prochaine de l exercice financier, la possibilité imminente d un arrêt des activités du gouvernement, le débat sur le plafond de la dette et la séquestration des dépenses, des sources d inquiétude pour les investisseurs. Les principales banques centrales du monde ont conservé leur politique monétaire accommodante au cours du trimestre. Après avoir surpris les participants du marché à la fin mai en suggérant la modération possible plus rapide que prévu du programme d achat d actif de 85 milliards de dollars par mois, la Réserve fédérale a de nouveau causé une surprise en affirmant que la modération n aurait pas lieu après tout. Ben Bernake, le président de la Réserve fédérale, a tenté de rationaliser cette décision en soutenant que la conjoncture financière aux États-Unis n était pas assez solide pour ralentir les mesures d assouplissement quantitatif. La Banque d Angleterre a voté pour le maintien de la taille de son programme d achat d actif à 375 milliards de livres et du taux d intérêt au Royaume-Uni à 0,50 %. Toutefois, le nouveau gouverneur de la Banque centrale, Mark Carney, a innové au Royaume-Uni en offrant aux participants du marché des indications prospectives dans le rapport sur l inflation d août de la Banque d Angleterre. Cette dernière a annoncé qu elle ne considérerait probablement pas une hausse des taux d intérêt jusqu à ce que le taux de chômage au Royaume-Uni descende sous le seuil de 7,0 %. Tant que cette donnée ne recule pas sous ce seuil, la Banque d Angleterre maintiendra sa politique monétaire accommodante. Au cours du trimestre, la Banque centrale européenne a conservé le taux d intérêt de la zone euro au plancher historique de 0,50 % et a émis des indications prospectives de façon limitée. Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a annoncé que «la BCE gardera son taux d intérêt principal à son niveau actuel aussi longtemps qu il le faudra». La Banque du Japon a maintenu son programme dynamique de stimulation de l économie au cours du trimestre. La Banque du Canada a conservé son taux d intérêt à un jour à 1,0 % tout au long du trimestre. Statistique Canada a annoncé des données sur le produit intérieur brut (PIB) réel volatiles au cours du trimestre. Le PIB réel a augmenté de 0,6 % en juillet, après une baisse de 0,5 % en juin. La rémunération hebdomadaire moyenne pour les employés canadiens hors du secteur agricole était de 914 $ en juillet 2013, ce qui est presque inchangé par rapport au mois précédent et correspond à une hausse de 1,3 % par rapport à l année précédente. L Indice des prix de produits industriels a augmenté de 0,2 % en août et de 1,7 % au cours des 12 derniers mois, en raison de la légère augmentation des prix des produits métalliques de première transformation. Pendant ce temps, l Indice des prix des matières brutes a augmenté de 0,9 % en août et de 5,0 % au cours de la dernière année, en raison des prix plus élevés du pétrole brut et des métaux non-ferreux. L augmentation des prix des métaux semble pouvoir être attribuée, du moins en partie, à l amélioration des perspectives de croissance pour la Chine. Les prix à la consommation ont été plus modérés, l Indice des prix à la consommation ayant augmenté de seulement 1,1 % pour la période de 12 mois terminée en août, en baisse par rapport aux données de 1,3 % en juillet. Les dépenses liées au tourisme au Canada ont rebondi, avec une hausse de 0,3 % au deuxième trimestre après une baisse modeste au premier trimestre. Les nouvelles économiques en provenance des États-Unis ont été généralement positives tout au long du trimestre, les données révisées de croissance économique au deuxième trimestre indiquant que le pays a généré un PIB annualisé de 2,5 %. Ces données sont supérieures aux attentes initiales de 2,2 % ainsi qu aux estimations précédentes de 1,7 %. Reflet d un sentiment positif similaire, l indice Purchasing Managers (PMI) aux États-Unis a continué de se maintenir près des sommets récents (malgré une légère baisse entre août et septembre). Le rapport du Livre beige de la Réserve fédérale a démontré que l activité économique a légèrement crû en juillet et en août, en partie grâce aux ventes d automobiles et à la demande pour les biens liés au logement. Les données liées au logement ont continué de s améliorer, comme en témoigne la hausse en août des ventes de maisons existantes et les niveaux de confiance élevés rapportés par la National Association of Home Builders. Le taux de chômage aux États-Unis a reculé en août, tout comme l inflation SEI 1

2 Les données économiques de la zone euro ont affiché de premiers signes d amélioration au cours du trimestre. Les estimations du PIB sont positives pour la première fois en 18 mois (0,3 % pour le deuxième trimestre), ce qui permet finalement à la région de sortir de la récession. L Allemagne et la France ont mené la croissance, et des signes de stabilisation ont également pu être observés dans les pays de la périphérie de la zone euro. Toutefois, la conjoncture économique continue d être mitigée, le taux de chômage de la zone euro demeurant élevé (12 % en août) et les ventes de détail par rapport à l année précédente ayant chuté en juillet. Les secteurs de la fabrication, de la construction et des services se sont peu améliorés, l indice composé PMI Markit en août affichant tout juste une croissance à 1,3 %. Au Royaume-Uni, l amélioration de l économie s est accélérée, les données finales de PIB indiquant une croissance de 0,7 % au deuxième trimestre de 2013 (après une hausse de seulement 0,3 % au premier trimestre et en hausse par rapport aux estimations initiales de 0,6 %). Au milieu du trimestre, toutefois, Paul Carney a décrit la reprise au Royaume-Uni comme étant plus «mesurée que rapide» et a mis en garde que la croissance ne se traduirait pas nécessairement pas une baisse des taux de chômage. Malgré cela, les données PMI du mois d août ont révélé que les secteurs de la fabrication, de la construction et des services ont tous mieux fait que les prévisions des analystes et ont gagné du terrain. Même si les ventes au détail ont chuté, l inflation a reculé à 2,7 % en août (après avoir atteint 2,8 % en juillet) et le chômage est passé de 7,8 % en juin à 7,7 % en juillet. Répercussions sur les marchés Tous les secteurs des marchés à revenu fixe mondiaux ont augmenté au cours du trimestre, les obligations gouvernementales mondiales ayant le mieux fait et la dette des marchés émergents fermant la marche avec un rendement positif modeste. Les rendements des obligations gouvernementales 1 des pays du marché principal ont poursuivi leur ascension en juillet et en août en anticipation de la modération du programme d achats d obligations par la Réserve fédérale. Toutefois, les participants du marché ont été surpris par la décision éventuelle de la Réserve fédérale (en septembre) de ne pas modérer son programme dans un avenir rapproché, et les rendements ont par la suite commencé à récupérer. Au cours du trimestre, une dissociation des marchés obligataires des principaux gouvernements a pu être observée, la rhétorique des banques centrales divergeant dans une large mesure : les courbes de rendement aux États-Unis et en Allemagne sont devenues plus abruptes (bien qu à différentes échéances), la courbe de rendement des gilts du Royaume-Uni s est aplatie et les rendements des obligations du gouvernement japonais ont chuté dans l ensemble. Dans la zone euro, la dette gouvernementale des pays de la périphérie (à l exception du Portugal) a bien fait, car elle a continué de se resserrer au cours de l été en raison de l absence d émissions, et de l amélioration de l activité et de l attitude des investisseurs. Même si elles ont faibli au milieu du trimestre, les actions mondiales ont progressé pour l ensemble de la période. Les actions des pays développés ont mieux fait que celles des marchés émergents, et les actions de sociétés à faible capitalisation ont dépassé celles des sociétés à forte capitalisation. Au sein de l indice MSCI Monde tous pays (en dollars US), tous les secteurs ont affiché des rendements positifs, les actions cycliques ayant affiché des rendements supérieurs à ceux des segments plus défensifs du marché. Les secteurs des matériaux, des industrielles et de la consommation discrétionnaire ont affiché des rendements particulièrement intéressants, tandis que les biens de consommation de base et les services publics ont tiré de l arrière. Pour ce qui est des rendements par pays, les actions des pays de la périphérie de l Europe ont affiché certains des rendements les plus solides, tout comme le Royaume-Uni et la Chine. Beaucoup de pays des marchés émergents ont terminé le trimestre en territoire négatif, malgré des améliorations en septembre. Même si les discussions à propos de la modération du programme d achat d actif par la Réserve fédérale ont certainement nui à de nombreux pays des marchés émergents, nous croyons que les données économiques fondamentales sont nettement plus importantes que les attentes à propos des mesures d assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale. Données indicielles (troisième trimestre 2013) L indice composé S&P/TSX a augmenté de 6,25 % ($ CA). L indice obligataire universel DEX a affiché un rendement de 0,11 % ($ CA). L indice Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 2,12 % ($ US). L indice S&P 500 a progressé de 5,24 % ($ US). L indice composé NASDAQ a affiché un rendement de 11,19 % ($ US). L indice MSCI Monde tous pays, utilisés comme étalon pour évaluer le rendement des actions mondiales, a gagné 7,90 % ($ US). L indice Barclays Global Aggregate, qui représente les marchés obligataires mondiaux, a progressé de 2,81 % (en $ US). L indice de la volatilité de la bourse d options de Chicago, une mesure de la volatilité implicite de l indice S&P 500 aussi connue sous le nom d «indice de la peur», a enregistré peu de changement dans l ensemble, passant de 16,86 à 16,60. Les cours du pétrole brut WTI à Cushing, un indicateur clé des fluctuations du marché pétrolier, sont passés de 95,56 $ le baril à la fin juin à 102,33 $ le baril le 30 septembre (mais a atteint un sommet de 110,53 $ au début septembre). Le dollar américain s est affaibli par rapport à toutes les principales devises, tandis que la livre s est raffermie. Le dollar américain a terminé le mois de septembre à 1,62 $ contre la livre, à 1,35 $ contre l euro et à 98,13 yens. 1 Les rendements se déplacent de façon inverse aux cours SEI 2

3 Survol des marchés (Toutes les données sont en dollars canadiens à moins d indications contraires.) Actions canadiennes L indice composé S&P/TSX a progressé de 6,3 %, malgré de nombreux indicateurs dans les secteurs de l énergie et des produits de base qui n ont pas atteint les attentes en matière de bénéfices nets. L économie canadienne n a pas terminé le deuxième trimestre sur une bonne note, le PIB se contractant de 0.5 % en juin. Une baisse généralisée a été observée dans la fabrication et la construction. Cette baisse s explique en partie par les inondations en Alberta et par la grève du secteur de la construction au Québec. Toutefois, une reprise mensuelle robuste du PIB de 0,6 % en juillet indique que l économie a connu une croissance à un taux annualisé de 2,0 % par rapport au taux précédent de 1,4 %. Les deux tiers de la reprise proviennent de l activité non résidentielle, qui a augmenté de 9,2 %. La construction résidentielle a à peine progressé, étant donné la tendance à la baisse des mises en chantier qui a commencé l an dernier. Les stocks de pétrole brut ont continué leur chute au cours du trimestre dans le rapport le plus récent, les stocks de pétrole brut ont chuté à leurs plus bas niveaux de l année. Même si les négociateurs s attendaient à une baisse des stocks de 1,2 million de barils, la baisse réelle a été nettement plus marquée, à 4,4 millions de barils. Il s agit de la plus importante baisse hebdomadaire depuis le début de l été. En réponse à la baisse des stocks, le prix du West Texas Intermediate a augmenté de 6 % au cours du trimestre et a atteint 102,33 $ US le baril à la fin de la période. Neuf des dix secteurs du marché ont affiché un rendement positif au cours du trimestre. Les soins de santé (+10,9 %), les biens de consommation de base (+8,3 %), les services financiers (+7,4 %) et l énergie (+6,6 %) comptent parmi les secteurs qui ont affiché les meilleurs rendements. Seuls les services publics ont affiché des rendements négatifs. Revenu fixe canadien Le troisième trimestre ne s est pas terminé en douceur chez nos voisins du sud, où la polarisation du débat politique et l incapacité d adopter un budget avant la date limite du 30 septembre ont entraîné un arrêt des activités du gouvernement fédéral. Au début du trimestre, les investisseurs ont vendu leurs obligations après l annonce que la Réserve fédérale pourrait commencer à modérer son programme d achat d actif mensuel de 85 milliards de dollars. Cependant, les obligations ont progressé de 1,5 % au cours des deux dernières semaines du trimestre, les investisseurs estimant que l arrêt des activités du gouvernement américain pourrait être le précurseur possible d un débat plus vaste à propos du plafond de la dette aux États-Unis. Les obligations canadiennes ont une fois de plus suivi l exemple des États-Unis, et l indice obligataire universel DEX a gagné 0,1 % au cours du trimestre. Au début juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a réduit ses prévisions de croissance mondiale pour avril 2013, les faisant passer de 3,3 % à 3,1 %. Pour le Canada, les prévisions de croissance du FMI ont augmenté de 0,2 % pour atteindre 1,7 %, mais ont reculé de 0,2 % pour 2014, pour atteindre 2,2 %. Les données publiées par Statistique Canada qui indiquent que la croissance du PIB canadien jusqu en juillet a atteint un taux annualisé de seulement 1,4 % ont été encore plus décevantes. Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a conservé les taux des prêts débiteurs à seulement 1,0 % et a commenté que «... la concurrence intense dans le secteur de détail, une baisse persistante des coûts d intérêt hypothécaire et la très faible pression à la hausse exercée sur les salaires se combinent pour garder l inflation à un faible niveau.» D autres données encore plus préoccupantes ont été publiées et indiquent que la dette de cartes de crédit et de prêts hypothécaires des Canadiens a atteint 165,6 % de leur revenu disponible en juin comparativement à 164,3 % en mars. Les niveaux de dette des Canadiens par rapport à leur revenu disponible sont maintenant les plus importants dans le monde et sont plus élevés que les 92,2 % enregistrés en juin aux États-Unis. Le premier jour après la fin du trimestre, le premier sous-gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a réduit les prévisions de croissance du PIB canadien pour le troisième et le quatrième trimestre de 2013 à 2,0 % et à 2,5 % respectivement. Le rapport sur la politique monétaire de la Banque publié en juillet indiquait que la croissance au troisième trimestre serait de 3,8 % et la croissance au quatrième trimestre, de 2,5 %. Les marchés obligataires canadiens ont accordé peu d attention aux données économiques intérieures et ont, une fois de plus, suivi les mouvements aux États-Unis. Le rendement de la dette à 30 ans au Canada est passé de 2,90 % au début du trimestre à 3,28 % en septembre, pour terminer le trimestre à 3,07 %. Les mouvements du rendement ont été moins volatils pour la dette à plus court terme, ce qui a fait en sorte que les portions à court et à moyen terme de l indice obligataire universel DEX ont mieux fait que l indice dans l ensemble, enregistrant un rendement supérieur de 57 et de 37 points de base respectivement. La portion à plus long terme de l indice a tiré de l arrière de 123 points de base pendant le trimestre. Les marchés du crédit aux entreprises ont généré des résultats mitigés, les obligations des sociétés des secteurs de l énergie et de l infrastructure à plus long terme ayant tiré de l arrière par rapport à l indice, tandis que la plupart des autres secteurs ont affiché des rendements supérieurs. Dans l ensemble, l écart de taux moyen des obligations de sociétés de première qualité a connu une légère augmentation, passant de 117 à la fin juin à 120 à la fin septembre. Les obligations de sociétés ont tout de même réussi à afficher un rendement supérieur à l indice, en moyenne 25 points de base au cours du trimestre SEI 3

4 Actions américaines Aux États-Unis, l indice Russell 1000 a progressé de 3,7 % au cours du trimestre, tandis que l indice Russell 2000 de faible capitalisation a augmenté de 7,8 %. Le dollar américain s est déprécié par rapport au dollar canadien, reculant de 2,2 %. Ainsi, les rendements en dollars américains ont été réduits par les pertes de conversion. Vers la fin de la période, l indice manufacturier de l Institute for Supply Management a atteint un sommet de 29 mois soit 56,2 en septembre (par rapport à 55,7 le mois précédent), ce qui est le reflet de l amélioration récente de la conjoncture économique au pays et à l étranger. Les économistes croient que cette hausse représente une confirmation que la croissance du PIB réelle sera conforme aux estimations précédentes de 2,0 % à 2,5 % pour l année. La hausse des cours des actions et la reprise du marché immobilier ont contribué à l atteinte de nouveaux sommets de la valeur nette des ménages aux États-Unis, soit 74,8 billions de dollars à la fin du deuxième trimestre (une hausse de 1,4 billion de dollars par rapport au trimestre précédent), selon un rapport publié par la Réserve fédérale. La majeure partie de ce gain est attribuable à la remontée spectaculaire du marché boursier. Les économistes estiment que ces améliorations devraient soutenir une accélération modeste des dépenses de consommation d ici la fin de l année, particulièrement pour les biens coûteux durables. Actions EAEO L indice MSCI EAEO (après les retenues d impôt) a augmenté de 9,2 % pendant le trimestre. L Europe a mené le bal avec un rendement de 10,7 %, suivie par la côte du Pacifique (à l exception du Japon) et le Japon, qui ont affiché des rendements de 7,5 % et de 4,0 % respectivement. Les enquêtes sur les activités manufacturières indiquent une reprise modérée continue dans la zone euro, où l indice PMI manufacturier a glissé de 51,4 à 51,1, ce qui est conforme à la légère augmentation de la production industrielle, suggérant que la zone euro afficherait un deuxième trimestre consécutif de croissance positive pour le trimestre terminé en septembre. Les enquêtes auprès des entreprises japonaises ont confirmé que la reprise économique au pays est sur la bonne voie. L indice PMI pour septembre a peu changé par rapport au mois d août, et le sondage Tankan trimestriel a été plus solide que prévu. Toutefois, pour contrer ses nouvelles économiques positives, le gouvernement a confirmé qu il irait de l avant en avril prochain avec la hausse prévue de la taxe de consommation, ce qui devrait modérer la croissance économique au Japon l an prochain. Actions des marchés émergents L indice MSCI des marchés émergents a augmenté de 3,6 % au cours de la période. La région ayant affiché le meilleur rendement est l EMOA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), qui a progressé de 6,7 % largement en raison d une reprise en Russie, suivie par l Asie (+2,8 %) et l Amérique latine (+1,5 %). Les taux de croissance dans les marchés émergents se sont stabilisés au cours des derniers mois, et il existe des signes que certaines économies commencent à accélérer. L économie de la Chine semble avoir pris un virage, et une reprise graduelle paraît être en cours dans les pays émergents de l Europe avec un renforcement de l économie de la zone euro, mais la reprise est inégale. Le redressement en Chine ne s est pas encore propagé dans le reste de l Asie. La croissance dans l ensemble de la région continue d être environ de 5,5 %. De même, tandis que les pays émergents d Europe dans l ensemble commencent à reprendre le dessus, sa plus importante économie, la Russie, demeure faible. Après un deuxième trimestre solide, la croissance en Amérique latine semble avoir faibli au début du troisième trimestre. En particulier, la croissance au Brésil a été nettement plus forte que prévu au deuxième trimestre, tandis que les données les plus récentes laissent présager une expansion beaucoup plus faible au troisième trimestre. Notre opinion La décision de la Réserve fédérale de repousser la modération de son programme d achat d obligations a fourni un coup de pouce à court terme aux prix des actions et des obligations, affaibli le dollar américain et aidé à prolonger la reprise des actions et des devises des marchés émergents. L attention des investisseurs se tourne maintenant vers le duel à Washington (à propos du budget pour l exercice 2014, du plafond de la dette et de la séquestration des dépenses). Nous estimons que les probabilités d une correction de faible à moyenne du cours des actions ont augmenté, et nous croyons que les marchés financiers continueront de naviguer en eaux troubles. De plus, nous favorisons les actions des marchés émergents par rapport aux actions de grandes sociétés américaines. Les marchés émergents ont subi d importantes baisses de prix, pas seulement jusqu à présent cette année, mais aussi au cours des deux dernières années. Le faible rendement qui en résulte par rapport à l indice S&P 500 (un outil représentant le marché boursier américain) correspond à 30 points de pourcentage en dollars américains au 30 septembre. Par cette position, nous visons une exposition aux mouvements des devises des marchés émergents, selon l hypothèse qu une amélioration des actions et des devises des marchés émergents iront de pair SEI 4

5 Les rendements des fonds mentionnés s appliquent à la catégorie O seulement (avant les frais de gestion). Les rendements indiciels sont présentés à des fins illustratives uniquement et ne représentent pas des rendements réels. Les rendements indiciels ne reflètent pas les frais de gestion, les coûts de transaction et autres charges. Les indices ne sont pas gérés et il n est pas possible d y investir directement. Les rendements passés ne sont pas garants des rendements futurs. Le présent document est une évaluation de la situation des marchés à un moment précis et ne constitue pas une prévision d événements à venir ou une garantie de rendements futurs. Les informations fournies le sont à titre éducatif uniquement et le lecteur ne devrait pas s y fier comme s il s agissait de résultats de recherche ou de conseils en placement au sujet de fonds ou d un titre en particulier. Le présent document ne devrait pas non plus être interprété comme une recommandation quant à l achat ou à la vente d un titre (y compris les contrats à terme). Le présent document pourrait contenir des «informations prospectives» («IP») telles que définies par les lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. Les IP sont des déclarations se rapportant à des événements, des conditions ou des résultats probables et reposent sur des hypothèses au sujet de conditions économiques et de plan d action futurs. Les IP sont exposées à divers risques, incertitudes et autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent grandement des attentes explicites ou implicites associées au présent document. Les IP reflètent les attentes actuelles en ce qui concerne les événements actuels et ne sont pas une garantie de rendements futurs. Les IP figurant dans le présent document ou mentionnées à titre de référence sont fournies dans l unique but de communiquer des attentes actuelles et pourraient ne pas être appropriée dans d autres circonstances. L investissement comporte des risques, dont le risque de perte en capital. La diversification peut ne pas offrir de protection contre le risque lié au marché. Par ailleurs, d autres titres non mentionnés peuvent comporter des risques spécifiques. En plus des risques habituels associés à l investissement, les placements internationaux peuvent comporter des risques de pertes en capital découlant de fluctuations défavorables de la valeur des devises, de divergences dans les principes comptables généralement reconnus ou de l instabilité politique ou économique dans d autres pays. Les marchés émergents présentent des risques accrus découlant des mêmes facteurs, en plus de ceux associés à leur faible taille et à leur faible liquidité. Les obligations et les fonds obligataires perdent pour leur part de la valeur quand les taux d intérêt montent. Bien que les sources externes sur lesquelles se fondent certaines informations fournies sont jugées fiables, SEI ne garantit n y leur fiabilité, ni leur intégralité et ces dernières pourraient changer sans préavis. Société de placements SEI Canada, filiale en propriété exclusive des SEI Investments Company, est le gérant des Fonds SEI au Canada. Les titres en fonds communs de placement ne sont pas couverts par la Société d assurance-dépôts du Canada. Des commissions, frais de courtage, frais de gestion et autres frais peuvent être associés aux fonds communs de placement. Veuillez lire le prospectus avant d investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leurs valeurs fluctuent fréquemment et leurs rendements passés pourraient ne pas se reproduire. Les informations fournies le sont à titre d information générale uniquement et ne constituent pas un avis juridique, fiscal, comptable, un conseil financier ou de placement ni une opinion à l égard de la pertinence d un placement. Il n est pas recommandé d agir en fonction de l information contenue dans ce document, à moins d obtenir expressément un avis juridique, fiscal, comptable et financier auprès d un professionnel en placement SEI 5

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active AOÛT 2015 Les actions bancaires et aurifères permettent aux gestionnaires de titres à grande capitalisation de surmonter la douleur de ne pas détenir le titre de Valeant: Le contexte pour la gestion active

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2013 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine reste d avis que nous sommes dans une période

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers Prévisions économiques 2011 Yanick Desnoyers ÀNOTER ÀVOTRE AGENDA 16 novembre 2010 8 mars 2011 POUR ALLER PLUS LOIN Consultez le dossier complet sur la rémunération à l adresse suivante : www.portailrh.org/previsions

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs Graphique 1 Certaines banques centrales se sont engagées à procéder à un nouvel assouplissement monétaire substantiel en recourant à des mesures non traditionnelles Variation des actifs détenus par les

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Revue des marchés Rendement des indices en 2013 Rendement (base 100) 114 110 +12,85 % +9,67 % 106 102 98 Janv. Fevr. Mars +3,34 % +0,69 % TSX S&P 500

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Le 29 janvier 2014 Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Bourse et Économie Bourse et Commodités La

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Stratégies des comptes en gestion distincte. www.mfcglobalsma.com

Stratégies des comptes en gestion distincte. www.mfcglobalsma.com Stratégies des comptes en gestion distincte www.mfcglobalsma.com Des avantages uniques pour les conseillers et les épargnants. 1 Les comptes en gestion distincte offrent aux conseillers une méthode de

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Mise à jour des Projections économiques. et budgétaires

Mise à jour des Projections économiques. et budgétaires Mise à jour des Projections économiques et budgétaires Sa Majesté la Reine du chef du Canada () Tous droits réservés Toute demande de permission pour reproduire ce document doit être adressée au ministère

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Les marchés action ont été enfoncés alors qu'une combinaison de bénéfices plus faibles qu'attendus et d'un indice de sentiment des consommateurs décevants ont entamés la confiance des investisseurs. La

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds obligations canadiennes

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Le placement dans une vaste gamme de catégories d actif, comme des actions, des obligations et des effets de trésorerie,

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Publications financières

Publications financières 1/5 L accès à un large éventail d informations en français Nous mettons à votre disposition ce document afin de vous offrir l accès à toute l information que vous recherchez, et ce en français. Vous y

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro :

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : openbook.etoro.com Les marchés action sont repartis à la hausse cette semaine suite à différents chiffres économiques qui ont entrainé un rebond.

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail