Corrigé du TD n 4. x e x (x 3 3x 2 + 7x 7).

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corrigé du TD n 4. x e x (x 3 3x 2 + 7x 7)."

Transcription

1 Corrigé du TD n 4 Eercice. Nous allons calculer à chaque fois une primiive. Connaissan une primiive, les primiives son les foncions égales à la primiive calculée à une consane près (la consigne éan de donner LES primiives).. Cela peu se faire par parie, par eemple en inégran e e en dérivan cos(). On peu aussi dire que i e(+i)= e+i es une primiive de e +i. On en dédui une +i primiive de e cos() en prenan la parie réelle de cee foncion. On obien : e cos() e sin().. La forme de cee foncion fai penser à la dérivée de an. On consae qu en dérivan coan, on rouve. On en dédui qu une primiive de es coan. sin sin. On a an = sin = cos. Une primiive es donc ln cos(). cos cos 4. Par définiion (noez ou de même que anh n es pas au programme), anh = sinh. De plus, cosh sinh = cosh. On en dédui qu une primiive de anh es ln cosh (cosh > ). 5. Pour les deu suivanes, on pense au cas des foncions circulaires. Essayons de dériver anh : anh = cosh sinh =. Une primiive de es anh. cosh sinh cosh 6. De même, on rouve qu une primiive de es cosh. sinh sinh 7. Une primiive de coan es ln sin. 8. Une primiive de cosh es ln sinh. sinh 9. Une primiive es cos( + π). 6. On reconnaî une foncion du ype u. Une primiive es donc ln u Une primiive es ln e +.. Une primiive es On reconnaî sin sin. Une primiive es donc sin (). On pouvai évenuellemen uiliser une formule de rigonomérie pour se ramener à une primiive de sin() (pourquoi la primiive cos(4) ne semble pas êre celle calculée précédemmen?) cos () =. cos () 6. On peu faire une inégraion par parie (en inégran ep e en dérivan la foncion polynômiale). On peu rouver comme primiive : e ( + 7 7). Eercice. Pour rouver les primiives, il suffi à nouveau d en rouver une. Les primiives seron alors les foncions qui diffèren de la primiive rouvée d une consane.. En inégran par parie, on rouve cos()d = [sin()] sin()d = sin() + cos().

2 Une primiive es donc sin() + cos() (ou oue foncion qui diffère de celle-ci d une consane).. De même, en effecuan une inégraion par paries, on rouve comme primiive : sin()d = cos() +. Toujours en inégran par paries, e d = [ e ] + cos()d = cos() + sin() + cos(). e d = e e. 4. Une primiive de / cos es an. On a donc, pour e dans un même inervalle ] kπ π, kπ + π [ avec k Z, cos () d = [ an()] an()d = an() + ln cos() + C. 5. En inégran par paries, on rouve 6. De même, e ln()d = [ ln()] e e d = ln() e + e = ln(). arcan()d = [ arcan()] + d = arcan() ln( + ). Eercice. A nouveau, on se conenera de rouver une primiive (les aures seron obenues par addiion d une consane).. Pour ], [, d = [ ] d = + On en dédui que. Pour R, cosh() d =. Pour ou R, = d + d = e e e + d = d e + e + = e d = + d. + arcsin(). du = [ arcan(u)]e + u = arcan(e ) π. e e e + e + d = du u u + u +. + d

3 Rese à rouver une primiive de R : u. Commençons par décomposer R en élémens u u +u+ simples. Soien (a, b, c) R. Alors, pour ou u, a u + bu + c u + u + = (a + b)u + (a + c)u + a. u(u + u + ) Posons donc a =, c = e b =. Alors a + b = = a + c e a = donc u + u u + u +. Une primiive de u u es ln.. De plus, u + u + u + = u + u + u + + / u + u +. Enfin, u + u + = (u + ) + ( ). On en dédui qu une primiive de u arcan( u+ / ). On en dédui qu une primiive de R es R elle que u +u+ es u R(u) = ln u ln(u + u + ) arcan( u + ). Une primiive de e +e + es donc ln(e + e + ) arcan( e + ). 4. sinh es injecive donc sinh() sinh() ne s annule que lorsque =, soi lorsque =. Pour ou, on a sinh() sinh() d = d = e e e + e Il nous rese à calculer une primiive de R : u e e e 4 e + e d = e u. Facorisons déjà le dénominaeur : u 4 u +u u 4 u + u = (u )(u + ) = (u )(u + )(u u + ). u u 4 u + u du. La foncion polynômiale u u u + n adme pas de zéros (on di que le polynôme X X + es irréducible). Cherchons à écrire R sous la forme R(u) = a u + b u + + pour des réels (a, b, c, d) R 4. Ecrivons que pour ou u R, a u + b u + + cu + d u u + cu + d u u + = (a + b + c)u + ( b + d)u + (b c)u + a + b d. u 4 u + u +

4 On consae que le sysème linéaire a + b + c = b + d = b c = a + b d = possède une soluion (unique) qui es a =, b =, c =, d =. On en dédui que pour ou u,, R(u) = / u + / u + + u + u u +. Enfin, u + u u + = u u u + + / u u +. e u u + = (u ) + (. ) On en dédui qu une primiive de R es u ln u + ln u + ln(u u + ) + arcan( u / ) puis on peu conclure qu une primiive de sinh() sinh() es ln e + ln(e + ) ln(e e + ) + arcan( u ). 5. Pour, dans le même inervalle ], [ ou ], + [ on a d = [ ] d On a égalemen = C d = d d. = [ ] d d d. On a égalemen =. Nous avons déjà vu qu une primiive de +4+4 (+) ln( + ). On en dédui qu une primiive de + es +4+ es ln( + + ( + ) ). On en dédui qu une primiive de es ln( + + ( + ) ). 4

5 6. On a = ( + ) +. Pour ou R, on a d = d + ( + ) + d = [ ] u + du. Une primiive de + es ln(+ + ). On en dédui qu une primiive de es donc ln( + + ( + ) + ). 7. On a + = ( + ) + ( ). On a donc Une primiive de + + = ( + ) + ( ). es donc arcan( ) = arcan( ). / / 8. On a e dans le même inervalle du ype ]kπ, (k + )π[ d sin () = sin() sin 4 () d = Essayons d écrire la foncion R : u pour ou u,, sin() ( cos ()) d = cos() cos( ) ( u ) sous la forme u a ( u) + ( u ) du. b + (+u) c + u d. On a +u a ( u) + b ( + u) + c u + d + u = a( + u) + b( u) + c( u)( + u) + d( + u)( u) ( u ) = ( c + d)u + (a + b c d)u + (a b + c d)u + a + b + c + d ( u ). Cee foncion es égale à R si e seulemen si c = d, a = b, a = c, 4a =. On a donc, pour ou u,, ( u ) = /4 u + /4 + u + /4 ( u) + /4 ( + u). Une primiive de R es donc u 4 ln u 4 On en dédui qu une primiive de / sin es ln + u + /4 u + /4 + u. 4 ln( cos()) 4 ln( + cos()) 4( cos()) 4( + cos()). 5

6 Eercice 4. Il suffi de linéariser chacune des foncions.. cos () = (cos() + ). Donc une primiive de cos es. D après la formule d Euler, 4 sin() +. cos () = ( ei + e i ) = 8 (ei + e i + e i + e i ) = 4 cos() + 4 cos(). On en dédui qu une primiive de cos es sin() + 4 sin().. On a cos() sin () = cos() cos (). A l aide de la quesion précédene, on en dédui qu une primiive de cos sin es 4. Pour ou π mod π, sin() sin() 4 sin() = 4 sin() sin(). an 5 () = an ()( + an ()) an (). De plus, an () = an()( + an ()) an(). On en dédui qu une primiive de an es an () On en dédui qu une primiive de an 5 es an4 () 4 Eercice 5.. On vérifie que pour ou,,. Une primiive de es donc an () + ln cos(). ln cos(). / / + =. ln ln +.. On a 4. Pour,, on a d = [ ln + ] = ln /4 ln() ln() ln / =. a+b+ c + d + = (a + b)( + 6) + c + c + d d + 6 = a + (b + a) + (b 6a + c + d) 6b

7 Choisissons a =, b = a = e cherchons (c, d) el que 6 + c + d = e 6 + c d =. Pour cela, on voi que { { c + d = 8 c = c d = 5 d = 7 5 On a donc = + /5 + 7/5 +. On en dédui qu une primiive de es + 7 ln + ln Eercice 6.. On a + + = ( + /) + ( /). Une primiive de ++. Pour ou R, on a / arcan( + / / ) = arcan( + ). a + b + c + d + e + + = a4 + b + c + d + e. + + En posan a =, b =, c =, d =, e =, on obien bien, pour ou R,. On peu écrire que, pour ou, Une primiive de = = / + + es donc Eercice 7.. Une primiive de es arcan. +. Soi e deu nombres réels. Alors d ( + ) n = [ ( + ) n ] = + ln( + + ) + arcan( + ). ( + ) + n n n ( + ) d = n+ d ( + ) n n ( + ) + n n d ( + ) n+. Si R n es une primiive de (+ ) n, une primiive de (+ ) n+ ( n)r n () = ( + ) n nr n+() 7 es donc d + C ( + ) n+ sera R n+ définie par

8 c es-à-dire R n+ () = n R n n() + n. Une primiive de es (+ ) R () = 4. Une primiive de (+ ) On en dédui que. (+ ) n arcan() + + = arcan() + +. es R () = 4 R () + 4 ( + ) = 8 arcan() ( + ). d ( + ) = R () R () = π = 4 + π On a = + / +. D aure par, + + = ( + ( ++) ( ++) ( ++) ) +. On en dédui 4 qu une primiive de + es ( ++) On en dédui que R ( ( + )). On en dédui que + d = R ( ) + 6 R ( ). R ( ) = π + 8 = π R ( ) = π d = + 6 (π = π π 8 ) = + π 64. Eercice 8. Monrer par récurrence sur n que pour oue foncion coninue f, la foncion ( ) n f()d n! es dérivable (n+) fois de dérivée (n+) la foncion f. On aura alors auomaiquemen que cee foncion es de classe C n+ car sa dérivée (n + )-ème es une foncion coninue. Pour n =, il s agi du fai, bien connu, suivan : la foncion f()d es dérivable, de dérivé f. Ce résula es appelé le héorème fondamenal de l analyse. Supposons le résula à démonrer vraie pour un enier n. Soi f une foncion coninue e F sa primiive nulle en (auremen di, F () = f()d pour ou ). Alors, en faisan une inégraion par parie, on a ( ) n+ ( )n+ f()d = [ F ()] (n + )( ) n ( ) n n! (n + )! F ()d = + F ()d. (n + )! n! 8

9 D après l hypohèse de récurrence la foncion ( ) n F ()d es n fois dérivable de dérivée n! n-ème F. Or F es dérivable de dérivée f. On en dédui que ( ) n F ()d es dérivable n! (n + ) fois de dérivée (n + )-ème f, ce qui perme de conclure la récurrence e l eercice. Eercice 9. Soi f() = la foncion e dérivée e d. Cee foncion es définie pour. Soi F une primiive de sur R +. Alors >, f() = F () F (). D aure par, F es dérivable de. On en dédui que f es dérivable e e >, f () = F () F () = e e = e e. De même, pour <, on monre que f es dérivable de dérivée f elle que <, f () = e e. Soi g() = d pour > e. On procéder comme avec la foncion f. On monre que ln() g es dérivable sur R +\{} e >,, g () = ln( ) ln() ( ) =. ln() Eercice. Il s agi en quelque sore d une inéquaion différenielle. L idée es de généraliser la démonsraion faie de la résoluion d une équaion différenielle d ordre un. Si l on considère l équaion différenielle y + a()y = b(), on peu la résoudre en consaan que, si A es une primiive de a, ep( A)(y ep(a)) = ep( A)y ep(a) + ep(a)ay ep( A) = y + ay. On pourrai donc écrire que l équaion y + ay = b (où a e b son des foncions) équivau à (y ep(a)) = b ep(a). Nous allons adaper cee idée au cas présen. On pose z() = y()d pour. Alors z () A + Bz(). Noons z () = z() ep( B) (il s agi de l équivalen de la foncion y ep(a) considérée quelques lignes plus hau). Alors z () = z () ep( B) Bz() ep( B) = (z () Bz()) ep( B) A ep( B). En inégran enre e cee inégalié (nous verrons plus ard que l inégrale es posiive au sens où elle préserve les relaions d ordre lorsque les bornes son ordonnées de façon croissane) on obien z () z () A ep( B)d = A (ep( B) ). B En consaan que z () = e en muliplian par ep(b) l inégalié précédene, on obien z() = y()d A (ep(b) ). B Comme y() A + Bz() pour ou, on a donc, pour ou, y() A + A(ep(B) ) = A ep(b). Ce résula es un cas pariculier de ce qu il convien d appeler le lemme de Gronwall. Il s agi d un résula qui perme de conrôler une soluion d une équaion différenielle (non nécessairemen linéaire). 9

10 Eercice. A priori, nous savons que chacune de ces équaions possède une unique soluion d après le héorème de Cauchy-Lipschiz.. Considérons dans un premier emps l équaion différenielle. Cee équaion revien à rouver les primiives de e ( + ). En inégran par paries, on rouve qu une primiive de cee foncion es e ( + ) e = e ( ). Les soluions son donc les foncions y elles qu il eise λ R el que y() = λ + e ( ). La soluion du problème de Cauchy es donc la foncion y elle que = λ, soi λ =. La soluion es donc e ( ) +. Les soluions de l équaion homogène son les foncions pour lesquelles il eise λ R el que λe. Cherchons une soluion pariculière de l équaion avec second membre sous la forme y : λ()e. Alors, y () + y() = λ ()e λ()e + λ()e = λ ()e. Ainsi, y es soluion si e seulemen si R, λ () = e cosh() = e +. En pariculier, si λ() = e +, 4 λ()e es soluion pariculière de l équaion différenielle avec second membre. Une soluion pariculière de l équaion différenielle es donc e + e. 4 Les soluions de l équaions différenielles avec second membre son donc LES foncions f elles qu il eise λ R el que R, f() = λe + e 4 + e. La soluion du problème de Cauchy es la soluion de l équaion différenielle pour laquelle λ+ 4 =, c es-à-dire qu il s agi de 4 e + e 4 + e.. Les soluions de l équaion homogène son les foncions y elles qu il eise λ R el que R, y() = λe. Cherchons une soluion pariculière sous la forme y : λ()e. Alors y () y() = λ ()e + λ()e λ()e = λ ()e. On en dédui que y soluion si e seulemen si R, λ () = sin()e. Auremen di, si la foncion λ es une primiive de sin()e, λ()e sera une soluion pariculière de l équaion différenielle. Cherchons une primiive de e +i. En inégran par paries, on rouve par eempe y : + i e +i (i ) e +i = i e +i i e +i = e +i ( + i ). Alors, comme Im(y ) = Im(y ). On en dédui qu une primiive de sin()e es e sin() + e cos().

11 Les soluions de l équaion différenielles son donc les foncions f elle qu il eise λ R el que R, f() = λe sin() + cos(). La soluion du problème es la foncion parmi les précédenes pour laquelle π = λe + sin( ) + cos( ), c es-à-dire celle pour laquelle λ = eπ + e sin() e cos(). Eercice. Commençons par résoudre l équaion homogène y (+)y = sur les inervalles R + e R. Une primiive de + = es ln. Les soluions de l équaion homogène son donc les foncions y elles qu il eise λ R el que >, y() = λ ep(). De même, les soluions de l équaion homogène sur R son les foncions y elles qu il eise µ R el que <, y() = µ ep(). Cherchons une soluion pariculière sous la forme y p () = λ() ep(). Alors y p() = λ () ep()+ λ() ep() + λ() ep(). Donc y p() + y p() = λ () ep(). On en dédui que y p es soluion si e seulemen si λ () ep() = e ( + ), c es-à-dire si e seulemen si λ () = +. On en dédui que si λ() = + ln, la foncion λ() ep() = ep() + ln ep() es soluion pariculière sur R + e sur R. Les soluions sur R + son les foncions y elles qu il eise une consane λ R elle que >, y () = λ ep() + ep() + ln() ep(). De même, sur R, les soluions son les foncions y elles qu il eise une consane µ R elle que <, y () = µ ep() + ep() + ln( ) ep(). Ces deu foncions n admeen pas de limies finies en donc il n y a pas de soluion sur R. Eercice.. Si n =, l équaion es =. On suppose donc n. Sur R +, l équaion es équivalene à y + n y =. Une primiive de n es n ln. On en dédui, en uilisan que ep( n ln()) =, que les n soluions sur R + son les foncions y elles qu il eise λ R el que >, y() = λ n.

12 De même sur R, les soluions son les foncions y elles qu il eise µ R el que y : µ n. Les soluions sur R sonlesfoncionsellesqu ileise ( λ, µ) R el que >, y() = λ n, <, y() = µ n. Les soluions du R son... la foncion nulle!. R, +. L équaion es donc équivalene à y + y = +. Une primiive de + es arcan. Les soluions de l équaion homogène associée son donc les foncions λ ep(arcan()) avec λ R. Cherchons une soluion pariculière. On pourrai appliquer la méhode de la variaion de la consane. Mais consaions que es souien pariculière. On en dédui que les soluions de l équaion son les foncions y elles qu il eise une consane λ R elle que. Cee équaion es équivalene à y() = + λ ep(arcan()). (sin y) = On en dédui que, sur chaque inervalle de définiion I de y, les soluions son les foncions y elles qu il eise une consane λ I, sin()y() = λ +. On en dédui que les soluions sur I k =] + kπ, π + kπ[ (k un enier) son les foncions elles qu il eise λ k R el que I k, y() = λ k sin() + sin(). 4. Noons P () =. On a alors y + y = e (P y) = e. Les soluions y son donc les foncions elles que pour chaque inervalle de définiion I de y, il eise une consane λ R elle que I, y() = e + λ. Les soluions sur R + son donc les foncions y elles qu il eise λ R el que >, y() = e + λ. De même les foncions sur R son les foncions où µ es une consane réelle. y() = e + µ

13 Eercice 4. Soi f : R R une foncion dérivable elle que Comme f es dérivable, f es dérivable. On a R, f () = f(π ). R, f () = f (π ) = f(π (π )) = f(). On en dédui que f es soluion de f + f =. On en dédui qu il eise des consanes λ e µ réelles elles que R, f() = λ cos() + µ sin(). Réciproquemen, si f() = λ cos() + µ sin(), alors f es dérivable e f () = λ sin() + µ cos(). D aure par, f(π ) = λ cos(π ) + µ sin(π ) = λ cos() + µ sin(). Pour f soi soluion, il fau e il suffi que R, λ cos() + µ sin() = λ sin() + µ cos(). En prenan =, on voi que pour que si f es soluion, λ = µ. On en dédui que f() = λ(cos() sin()) pour une consane λ R. Réciproquemen, on vérifie que si f() = λ(cos() sin()), alors f () = λ( sin() cos()) e f(π ) = λ(cos(π ) sin(π )) = λ( cos() sin()) = f (). On en dédui que les foncions f : R R dérivable vérifian R, f () = f(π ) son les foncions elles qu il eise une consane λ R elle que R, f() = λ(cos() sin()). Eercice 5. Supposons que f : R R une foncion deu fois dérivables vérifian f ()+f( ) = pour ou R. Soien g, h : R R les foncions g() = f() f( ) e h() = f()+f( ). Alors g es une foncion impaire e h es une foncion paire. De plus, g e h son deu fois dérivables e g () = f () ( ) f ( ) = f () f ( ), h () = f ()+f ( ). On a donc g () g() = f () + f( ) f ( ) + f() = =, h () + h() = f () + f( ) + f ( ) + f() = =. g es donc soluion de y y =. Cherchons à résoudre l équaion y +y =. Une soluion pariculière es la foncion. Donc les soluions son les foncions λe + µe où (λ, µ) R son des consanes. On en dédui qu il eise des consanes (λ, µ) R elles que R, g() = λe + µe. De plus, g es une foncion impaire donc, λe + µe = λe µe + ( ). Donc, en prenan =, on rouve que λ = µ. On en dédui que R, g() = λ sinh().

14 En oure, h es soluion de y + y = e h es paire donc il eise une consane µ elle que h = µ cos. On en dédui que, comme f = g + h, que R, f() = λ sinh() + µ cos(). Réciproquemen, si f() = λ sinh() + µ cos(), alors f () = λ sinh() µ cos(), donc, pour ou R, f () + f( ) = λ sinh() µ cos() + λ sinh( ) + µ cos( ) ( ) =. Eercice 6.. D après le héorème de Cauchy-Lipschiz, ce problème de Cauchy possède une unique soluion. Les soluions réelles de l équaion homogène sous-jacene son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que R, y() = (λ + µ)e. D aure par, la foncion consane es soluion pariculière. Les soluions de l équaion différenielle 4 y 4y + 4y = son donc les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que R, y() = (λ + µ)e + 4. La soluion du problème de Cauchy es la soluion pour laquelle c es-à-dire qu il s agi de la foncion. On a λ + 4 =, λ + µ = e e. r + 4r 5 = r = + = ou r = = 5. On en dédui que les soluions de y +4y 5y = son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que R, y() = λe + µe 5. Nous allons considérer l équaion avec second membre ep e puis appliquer le principe de ep superposiion. Lorsque le second membre es ep, cherchons une soluions pariculière sous la forme y p : Ae. Alors y p() = Ae +Ae e y p() = Ae +Ae. On en dédui que y p es soluion si e seulemen si R, (A + A + 4A + 4A 5A)e = e On en dédui que 6 e es soluion pariculière de l équaion avec second membre ep. Cherchons une soluion pariculière z p sous la forme z p () = Be lorsque le second membre. Alors ep z p() = Be e z p() = Be. Donc z p es soluion pariculière si e seulemen si R, (B 4B 5B)e = e. 4

15 On en dédui que 8 e es soluion pariculière de l équaion avec second membre. D après ep le principe de superposiion, on en dédui qu une souien pariculière de l équaion y + 4y 5y = cosh() es 8 e + 6 e. On en dédui que les soluions de l équaion son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que. On a R, y() = 8 e + 6 e + λe + µe 5. r + r = r = + ou r = Les soluions de l équaion y + y y = son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que R, y() = λe ( + ) + µe ( ). Cherchons une soluion pariculière de l équaion avec second membre sous le forme y p () = Ae 7. Alors y p es soluion pariculière si e seulemen si (49A + 4A A)e 7 = πe 7. On en dédui que π 6 e7 es soluion pariculière, puis que les soluions de l équaion y + y y = πe 7 son les foncions elles qu il eise (λ, µ) R el que R, π 6 e7 + λe ( + ) + µe ( ). 4. Les soluions (réelles) de l équaion homogène associée son les foncions elles qu il eise (λ, µ) R el que λe + µe. Cherchons une soluion pariculière de l équaion avec second membre sous la forme y p () = A sin(5). Alors y p() 5A sin(5) donc y p es soluion pariculière si e seulemen si ( 5A + A) sin(5) = sin(5). On en dédui que sin(5) es soluion pariculière de l équaion. On en dédui que les 8 soluions de l équaion avec second membre son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que R, y() = 8 sin(5) + λe + µe. 5. Lorsque ω =, les soluions de l équaion homogène son les foncions affines. Lorsque ω, une soluion pariculière es donnée par ω e ω e les soluions de l équaion son : λ + µ + ω eω avec (λ, µ) R. Lorsque ω =, une soluion pariculière es donnée par + λ + µ 5 e les soluions son

16 avec (λ, µ) R. Supposons désormais ω. Les soluions de l équaion homogène son les foncions y elles qu il eise (λ, µ) R el que Lorsque ω ω, une soluion pariculière es On en dédui que les soluions son les foncions R, y() = λe ω + µe ω. e ω. ω ω λe ω + µe ω + e ω. ω ω Lorsque ω = ±ω, cherchons une soluion pariculière de l équaion avec second membre sous la forme y p : Ae ω. Alorsy p() = Aωe ω + Aω e ω. Ainsi, y p es soluion si e seulemen si Aωe ω = e ω On en dédui qu une soluion pariculière es y p () = ω eω. Les soluions de l équaion son dans ce cas : λe ω + µe ω + ω eω Eercice 7. Si (, y) es un couple de foncions soluion, alors = ωy donc es deu fois dérivables. On a donc = ωy = ω(ω + y) = ω + = ( + ω ). On en dédui que es soluion de + ( + ω ) =. De même y = ω + y = y + ω( ωy) = y + y y ω y. On en dédui que y es soluion y y + ( + ω )y =. Les soluions de r r + + ω = son r = + iω e r = iω. On en dédui qu il eise des consanes (λ, µ) R elles que De même il eise (α, β) R el que Si () e y() son de cee forme, () = e (λ cos(ω) + µ sin(ω)). y() = e (α cos(ω) + β sin(ω)). () = e ((λ + ωµ) cos(ω) + (µ ωλ) sin(ω)), 6

17 () ωy() = e ((λ ωα) cos(ω) + (µ ωβ) sin(ω)). Donc () = () ωy() si e seulemen si µ = α e λ = β. De même, y () = e ((α + ωβ) cos(ω) + (β ωα) sin(ω)), ω() + y() = e ((ωλ + α) cos(ω) + (ωµ + β) sin(ω)). Donc y () = ω() + y() si e seulemen si β = λ e µ = α. Les soluions son donc les couples de foncions (, y) els qu il eise (λ, µ) R el que pour ou R, () = e (λ cos(ω) + µ sin(ω)), y() = e ( µ cos(ω) + λ sin(ω)).. On pose z = + iy. Alors z = + iy. Si (, y) es un couple soluion, alors z = + iy ωy + iω = z + iω( + iy) = ( + iω)z. Réciproquemen, si z = ( + iω)z. Alors, on a Re(z ) = e Re(( + iω)z) = Re(z) + Re(iωz) = ωy e Im(z ) = y e Im(( + iω)z) = y + ω. On en dédui que si z = ( + iω)z, = ωy e y = ω + y. Ainsi (, y) es soluion si e seulemen si z = ( + iω)z. Les soluions z son les foncions z() = αe (+iω) où α = α + iα es une consane complee e (α, α ) R. Les soluions e y son donc les foncions elles qu il eise (α, α ) R el que, pour ou R, () = e (α cos(ω) α sin(ω)), y() = e (α cos(ω) + α sin(ω)). 7

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Développements limités usuels en 0

Développements limités usuels en 0 Développements limités usuels en 0 e x sh x ch x sin x cos x = + x! + x! + + xn n! + O ( x n+) = x + x3 3! + + xn+ (n + )! + O ( x n+3) = + x! + x4 4! + + xn (n)! + O ( x n+) = x x3 3! + + ( )n xn+ (n

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Cours d Analyse I et II

Cours d Analyse I et II ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours d Analyse I et II Sections Microtechnique & Science et génie des matériaux Dr. Philippe Chabloz avril 23 Table des matières Sur les nombres. Les nombres

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Introduction. 1. 1 Justication historique. La résolution de l'équation du degré (par la méthode de Cardan) amena les mathématiciens italiens du seizième 3ème siècle

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

Non-résonance entre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire

Non-résonance entre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire Non-résonance enre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire AREl Amrouss MMoussaoui Absrac We consider he quasilinear Dirichle boundary value problem (φ p (u )) = f(u)+h(x),u(a)=u(b)=0,

Plus en détail

Cours de mathématiques Première année. Exo7

Cours de mathématiques Première année. Exo7 Cours de mathématiques Première année Eo7 2 Eo7 Sommaire Logique et raisonnements 9 Logique 9 2 Raisonnements 4 2 Ensembles et applications 9 Ensembles 20 2 Applications 23 3 Injection, surjection, bijection

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Développements limités

Développements limités Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Développements limités Bernard Ycart Les développements limités sont l outil principal d approximation locale des fonctions. L objectif de ce chapitre

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS LE PARADOXE DES DEUX TRAINS Énoné du paradoxe Déaillons ou d abord le problème dans les ermes où il es souen présené On dispose de deux oies de hemins de fer parallèles e infinimen longues Enre les deux

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Stabilisation des systèmes bilinéaires fractionnaires

Stabilisation des systèmes bilinéaires fractionnaires Sbilision des sysèmes bilinéires frcionnires Ibrhim N Doye,, Michel Zsdzinski, Nour-Eddine Rdhy, Mohmed Drouch Cenre de Recherche en Auomique de Nncy, UMR 739 Nncy-Universié, CNRS IUT de Longwy, 86 rue

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers

DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers DESSd ingéniérie mahémaique Universié d Evry Val d Essone Evaluaions des produis nanciers Véronique Berger Cours Janvier-Mars 2003 version du 27 mars 2003 Conens I Présenaion du plan de cours 3 II Insrumens

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

INTRODUCTION. 1 k 2. k=1

INTRODUCTION. 1 k 2. k=1 Capes externe de mathématiques : session 7 Première composition INTRODUCTION L objet du problème est l étude de la suite (s n n définie par : n, s n = Dans une première partie, nous nous attacherons à

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements 3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements Développer une expression consiste à transformer un produit en une somme Qu est-ce qu une somme? Qu est-ce qu un produit?

Plus en détail