Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques"

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa

2 Conception des installations 1. Ventilation? Réduire les pertes aérauliques en rénovation Spécificité du système C et D Centralisé ou décentralisé? Choix du récupérateur Isolation des conduits? Exemple de rénovation passif 2. Production de chaleur? Quels est l efficacité énergétique de mon installation? Comprendre son installation de chauffage La production d eau chaude sanitaire ECS 2

3 Débit = Q [litres/minute] Bilan énergétique Appartement passif Une réflexion sur l ECS est indispensable (hors renouvelable) ,6 l/min 8,7 l/min 6 l/min Pommeaux de douche économique - limiteur de débit dynamique Pommeau de douche économique - limiteur de débit statique Pression [Bar] Pommeaux de douche sans dispositif d'économie Rentabilité : 6 mois!!! 3

4 Comprendre son installation 4

5 Comprendre son installation 5

6 Comprendre son installation 6

7 Comprendre son installation 7

8 Comprendre son installation 8

9 Evaluer une installation existante Type d'installation Rendement en % ( global = production x distribution x émission x régulation ) production distribution émission régulation global Ancienne chaudière surdimensionnée, longue boucle de distribution Ancienne chaudière bien dimensionnée, courte boucle de distribution Chaudière haut rendement, courte boucle de distribution, radiateurs isolés au dos, régulation par sonde extérieure, vannes thermostatiques, % % % % % % % 95 % 90 % % % 95 % % 95 % % 9

10 Unités terminales : limiter les pertes Limiter les pertes d émission de chauffe Localisation judicieuse des corps de chauffe : Pas devant paroi vitrée ou façade peu isolée (U >1W/m².K ) En rénovation lorsque les radiateurs sont localisés devant un mur de façade non isolé, une couche isolante de minimum 5 mm revêtue d une feuille d aluminium doit être au minimum prévue derrière le radiateur Corps de chauffe dégagés pour permettre une bonne émission de la chaleur Corps de chauffe surdimensionné pour favoriser la condensation régime 70/50 10

11 Unités terminales : limiter les pertes Limiter les pertes d émission de chauffe Localisation judicieuse des corps de chauffe : Pas devant paroi vitrée ou façade peu isolée (U >1W/m².K ) Déperdition annuelle devant une paroi non isolée : 1m² x (T int derrière radiateur moyenne T ext moyenne ) x U mur x T emps chauffage 1 x (30 C-6,5 C) x 2 W/m²K x 5,800 h / kwh /an 11

12 Unités terminales : limiter les pertes Limiter les pertes du chauffage par le sol Source énergie + 10 cm de PUR + 10% de consommation 12

13 Unités terminales : limiter les pertes Limiter les pertes du chauffage par le sol Source énergie + 20 cm de PUR + 5 % de consommation 13

14 Limiter les pertes de distribution pour le chauffage Limiter la longueur de conduits, particulièrement dans les volumes non chauffés Isolation des tuyauterie Réduction des pertes de charges limiter les vitesses d eau dans les conduites Dimensionnement du circulateur - choix d un circulateur à vitesse variable Placement et régulation des vannes d équilibrages Problème 14

15 Limiter les pertes de distribution pour le chauffage Limiter la longueur de conduits Isolation des tuyauterie Réduction des pertes de charges limiter les vitesses d eau dans les conduites Dimensionnement du circulateur - choix d un circulateur à vitesse variable Placement et régulation des vannes d équilibrages Problème Solution 15

16 Limiter les pertes de distribution pour le chauffage EXERCICE Calculer les pertes d une conduite de chauffage traversant un garage ou un vide sanitaire Longueur de conduite dans l'eanc 50 m Pertes lineaire des conduites 0,236 W/mK Température moyenne de la boucle de chauffage 30 C Température moyenne de l'eanc 12 C Durée période de chauffe 5800 heures Pertes annuelles 1231,9 kwh/an 16

17 Comprendre la régulation Régulation Espace Temps Intensité 17

18 Comprendre la régulation Le respect des températures de consigne 1 C de trop surconsommation de 7% L intermittence de la fourniture de chaleur en période d inoccupation Absence d intermittence surconsommation de 5 à 30% "Cela ne sert à rien de couper le chauffage durant la nuit, la chaleur économisée est repayée en début de journée suivante pour recharger les murs!" 18

19 Comprendre la régulation L absence d intermittence en période d inoccupation surconsommation de 5 à 30% 19

20 Comprendre la régulation Pour diminuer la puissance émise, on diminue le débit ou la température de départ chaudière? Radiateur Vanne thermostatique Vannes thermostatiques : solution limitée organe de réglage final et non unique organe de réglage principal 20

21 Comprendre la régulation La solution absolument régler la température de départ Puissance émise par un radiateur en fonction de son débit et de la température de l eau Courbe de chauffe Réglage de la température de l eau au départ du circuit régulateur climatique Réglage du débit d eau dans chaque local vanne thermostatique 21

22 Comprendre la régulation Régulation centralisée Vanne mélangeuse 3 voies 22

23 Comprendre la régulation Régulation des logements Programmateur horaire Thermostat d ambiance Globalement, le thermostat d ambiance permet une régulation plus fine de l installation. Il est cependant plus difficile à utiliser. En cas de mauvaise utilisation, le thermostat d ambiance risque de générer des surconsommations 23 notamment par la définition d une température de consigne non adaptée en période d inactivité ou d inoccupation.

24 Favoriser la condensation en rénovation Puissance émise par un corps de chauffe selon le régime de température Régime 90/70/20 C par rapport à 70/50/20 C ( ) 1,3 ( T 1 ) 1,3 40 C = = 0,59 T 2 60 C facteur de surdimensionnement 1,7 L isolation d un maison permet de chauffer à plus passe température: régime 70/50/20 au lieu de 90/70/20 Gain de 3-4% 24

25 Conception des installations 1. Ventilation? Centralisé ou décentralisé? Choix du récupérateur de chaleur? Isolation des conduits Puits canadien? 2. Production de chaleur? Comprendre et optimiser une installation existante Production décentralisée ou centralisée Energie renouvelable Rentabilité des investissement 25

26 Enjeux de la production de chaleur 26

27 Production centralisée ou décentralisée? production centralisée production décentralisée Thèse : le choix est principalement déterminé par la production d eau chaude sanitaire 27

28 Production centralisée ou décentralisée? Calcul sur base d un immeuble de 31 logements production centralisée production décentralisée 1. Pertes de la boucle ECS >< pertes des ballons de stockage individuels 2. Production d ECS instantanée ou à accumulation? 3. Choix des auxiliaires? 28

29 pertes en chaufferie + boucle ECS 90 m 31 ballons ECS de 100 litres Production centralisée ou décentralisée? Pertes de la boucle ECS >< pertes des ballons de stockage individuels Conclusion : les pertes sont globalement équivalentes. Attention : la PEB est très fortement défavorable pour les installations centralisées par l utilisation de facteurs simplistes Déperditions? = kwh pertes valorisées pertes réelles 31 x 440 = kwh kwh valorisés kwh pertes réelles 29

30 Production centralisée ou décentralisée? production centralisée production décentralisée 1. Pertes de la boucle ECS >< pertes des ballons de stockage individuels 2. Production d ECS instantanée ou à accumulation? 3. Choix des auxiliaires? 30

31 Limiter les pertes de distribution pour ECS Quel niveau d isolation de la boucle d eau chaude sanitaire? Longueur de boucle m T boucle - T ambiante = 40 C Pertes en ligne (accessoires compris) Pertes annuelles Surface équivalente de capteurs solaires (Production solaire 500 kwh/m²) Pas isolée Peu isolée Bien isolée 31

32 Limiter les pertes de distribution pour ECS Quel niveau d isolation de la boucle d eau chaude sanitaire? Longueur de boucle m T boucle - T ambiante = 40 C Pertes en ligne (accessoires compris) Pertes annuelles Surface équivalente de capteurs solaires (Production solaire 500 kwh/m²) Pas isolée W kwh 100 m² Peu isolée W kwh 27 m² Bien isolée 850 W kwh 15 m² 32

33 ECS instantané ou à semi-accumulation? Production centralisée Semi-accumulation Instantané 33

34 ECS instantané ou à semi-accumulation? Production centralisée Déperditions? 650 kwh kwh 34

35 ECS instantané ou à semi-accumulation? Production centralisée Retour à basse température si l échangeur est bien dimensionné 31 logements ² 25 m² solaire PV Soit 0,8 m² par logement 35

36 ECS instantané ou à semi-accumulation? Production centralisée Non isolé dans le calcul 36

37 ECS instantané ou à semi-accumulation? Production décentralisée 102 % 97 % Une production d eau chaude en semi-accumulation limite le surdimensionnement de la chaudière et améliore le confort. Le débit de puisage est beaucoup plus confortable. 37

38 Production centralisée ou décentralisée? 1. Pertes de la boucle ECS >< pertes des ballons de stockage individuels 2. Production d ECS instantanée ou à semi-accumulation? 3. Choix des auxiliaires? 38

39 Production centralisée ou décentralisée? Impact du choix des auxiliaires? Minimum = 96,9% Conseillé = 102,5% Optimum = 104,8% Aquastat manuel 39

40 Production centralisée ou décentralisée? Impact du choix des auxiliaires? Minimum = 96,9% Conseillé = 102,5% Optimum = 104,8% 40

41 Production centralisée ou décentralisée? Impact du choix des auxiliaires? Minimum = 96,9% Conseillé = 102,5% Optimum = 104,8%

42 Production centralisée ou décentralisée? Basse-énergie Avantage de la centralisation Passif Gain financier Gain énergétique Gains de place dans les appartements Recours facilité au renouvelable Entretien facilité 42

43 Conception des installations 1. Ventilation? Réduire les pertes aérauliques en rénovation Spécificité du système C et D Centralisé ou décentralisé? Choix du récupérateur Isolation des conduits? Exemple de rénovation passif 2. Production de chaleur? Quels est l efficacité énergétique de mon installation? Comprendre son installation de chauffage La production d eau chaude sanitaire ECS 43

44 Energies renouvelables? Solaire thermique ou Cogénération? Solaire thermique Cogénération La cogénération doit tourner le plus longtemps possible. adaptée pour la production d ECS dont le profil est homogène. permet de couvrir 95 % des besoins 44

45 Energies renouvelables? Solaire thermique ou Cogénération? 70 kwh prim 60 kwh prim 50 kwh prim 40 kwh prim 30 kwh prim 20 kwh prim -18% - 8% Chaudière Réseau électrique 10 kwh prim 0 kwh prim Base Couverte solaire 40% Cogénération pour ECS Cogénération D un point de vue Environnemental 45

46 Energies renouvelables? Solaire thermique ou Cogénération D un point de vue financier Choix fortement dépendant de l échelle du projet et des primes ou certificats verts disponibles Projets de petite et moyenne échelle Solaire thermique Lorsque le besoin de chaleur augmente, la rentabilité de la cogénération augmente L investissement ( /kw) diminue fortement avec la puissance Frais d entretien ( /kw) diminue fortement avec la puissance Le rendement électrique d un cogénérateur de grosse puissance est plus élevé que le rendement électrique d un cogénérateur de petite puissance 46

47 Energies renouvelables? ECS solaire décentralisé 47

48 Energies renouvelables? Biomasse 48

49 Energies renouvelables? Biomasse Très bon bilan CO 2 Emissions locales polluantes problématiques en ville Investissement, encombrement, maintenance, Risque industriel lié à la chaudière recours au tiers-investisseur dépend principalement de la qualité du combustible pas d agrément des fournisseurs locaux, malgré l existence récente de normes Bilan des émissions de gaz à effet de serre du chauffage domestique, collectif et industriel (ADEME 2005b et ADEME/EDF 2006) 49

50 Energies renouvelables? Biomasse Très bon bilan CO 2 Emissions locales polluantes problématiques en ville Investissement, encombrement, maintenance Risque industriel lié à la chaudière recours au tiers-investisseur dépend principalement de la qualité du combustible pas d agrément des fournisseurs locaux, malgré l existence récente de normes Comparaison des émissions de polluants ramenés à l unité d énergie entrante dans les petites installations du secteur domestique (CITEPA, 2003) 50

51 Energies renouvelables? Biomasse Très bon bilan CO 2 Emissions locales polluantes problématiques en ville Investissement, encombrement, maintenance Risque industriel lié à la chaudière recours au tiers-investisseur dépend principalement de la qualité du combustible pas d agrément des fournisseurs locaux, malgré l existence récente de normes 51

52 Energies renouvelables? Le poêle à bois en rénovation Risques Surpuissance Mauvais tirage dû à l étanchéité (+ système C) feu ouvert : combustion incomplète et production de CO! Points d attentions : Choisir une foyer étanche Choisir un pôle à bois de faible puissance Poêle à bois pour maison passive - 2 à 4 kw Prise d air extérieur 52

53 Source froide Energies renouvelables Pompe à chaleur Principe 53

54 Energies renouvelables Pompe à chaleur Principe Renouvelable lorsque le COP > 2,8 54

55 Energies renouvelables PAC électrique PAC gaz 1 kw élec = 2,5 kw primaire 2,3 kw gaz 0,1 kw élec = 0,25 kw prim 2,6 kw 3,6 kw REP = 3,6 /(2,5) = 146% 0,9 kw 3,6 kw REP = 3,6 /(2,3+0,25) = 141% Rendement annuel 115 à 130 % 55

56 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur : Fonctionnement monovalent kw Courbe de chauffe Puissance PAC selon T ext Courbe de chauffe C Monotone de chaleur kw heures/an Résistance électrique Applicable au logement unifamilial 56

57 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur Fonctionnement bivalent Applicable : Rénovation Appartements Tertiaire Fonctionnement alternatif kw heures/an Fonctionnement parallèle kw heures/an Pompe-à-chaleur Chaudière 57

58 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur Fonctionnement mixte kw heures/an Régulation sophistiquée nécessitant un système intégré Mise à l arrêt de la PAC lorsque le COP est inférieur à 2,5 lorsque le rendement en énergie primaire est inférieur à une chaudière gaz condensation 58

59 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation? Isolation de la maison Réduction des pertes de +/- 60% Possibilité de réduire le régime de température des corps de chauffe existants Régime 50/40/20 par rapport à 80/60/20 ( ) 1,3 ( T ) 1,3 25 C = = 0,4 50 C 50 C Possibilité de travailler avec une pompe-à-chaleur 59

60 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation? Source Vaillant 60

61 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation? 61

62 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation, est-ce rentable? PAC 3 kw th fonctionnant 85% du temps (PEB) + Chaudière 10 kw th COP = 3,9 à 15 C pour 45 C Prix mazout : 0,85 /l Prix gaz : 0,06 /kwh Prix d une nouvelle chaudière 6000 Quel est le gain en énergie primaire et le temps retour sur investissement? 62

63 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation, est-ce rentable? Pour une chaudière gaz à laquelle on ajoute une PAC sur l air repris : Prix kwh elc PCI 0.16 FSP 2.9 air ext Prix kwh gaz PCI FSP 3.4 air repris Besoin en chaleur faction d'utilisation consommation rendement préférentielle kwh/an coût cas 1 PAC chaudière Total cas 2 chaduière économie financière 522 économie en EP % TRS 11.5 FSP: facteur de performance saisonnier de la PAC 63

64 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation, est-ce rentable? Pour une chaudière gaz à laquelle on ajoute une PAC sur air repris avec une moins bonne valorisation du tarif bi-horaire (cas pessimiste) : Prix kwh elc PCI 0.18 FSP 2.9 air ext Prix kwh gaz PCI FSP 3.4 air repris Besoin en chaleur faction d'utilisation consommation rendement préférentielle kwh/an coût cas 1 PAC chaudière Total cas 2 chaduière économie financière 203 économie en EP % TRS

65 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation, est-ce rentable? Pour une chaudière mazout à laquelle on ajoute une PAC sur air repris: Prix kwh elc PCI 0.16 FSP 2.9 air ext Prix kwh mazout PCI FSP 3.4 air repris Besoin en chaleur faction d'utilisation préférentielle rendement consommation kwh/an cas 1 PAC chaudière Total cas 2 chaduière économie financière 1053 économie en EP % TRS 5.7 coût 65

66 Energies renouvelables Pompe-à-chaleur en rénovation, est-ce rentable? Récapitulatif récapitulatif PAC sur air extérieur PAC sur air repris Gain EP TS Gain EP TS chaudière mazout +PAC 21% % 5.7 chaudière gaz + PAC 17% % 11.5 chaudière gaz vers gaz +PAC 17% %

67 Conception des installations 1. Ventilation? Réduire les pertes aérauliques en rénovation Spécificité du système C et D Centralisé ou décentralisé? Choix du récupérateur Isolation des conduits? Exemple de rénovation passif 2. Production de chaleur? Quels est l efficacité énergétique de mon installation? Comprendre son installation de chauffage La production d eau chaude sanitaire ECS 67

68 Remplacer sa chaudière EXERCICE Rentabilité du remplacement d une chaudière Soit un logement nécessitant 25000kWh/an pour le chauffage, dans lequel on remplace chaudière d un rendement 75% en régime 90/70 par une nouvelle chaudière d un rendement de 93%. Prix gaz : 0,06 /kwh Prix d une nouvelle chaudière 6000 Calculer le TRS 68

69 Remplacer sa chaudière EXERCICE Résolution besoin en kwh Rendement Consommation en kwh Coût annuelle en chaudière chaudière économie 426 TRS gaz 14 ans 69

70 Remplacer sa chaudière dans un immeuble à appartement Contraintes techniques des conduits CLV et types de chaudière À chaque type de chaudière, correspond un conduit qui lui est propre NBN EN NBN D et Installation PEB RGIG 70

71 Energies renouvelables Remplacer son ballon électrique par un ballon PAC sanitaire Investissement ( ) Besoin (kwh) COP Consommation kwh Coût annuel ( ) Ballon avec PAC sanitaire Ballon avec résitance électrique économie annuelle 240 TRS 11.7ans 71

72 Outils, sites internet, etc intéressants : Guide bâtiment durable, Bruxelles Environnement - IBGE, 2013 : Bruxelles Environnement IBGE : Energie + : CSTC : 72

73 Textes légaux : Arrêté du Gouvernement de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur période d'exploitation Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 19 janvier 2012 modifiant l arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur exploitation NBN EN (2003) : Systèmes de chauffage dans les bâtiments Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN B (2006) : Chaudières de chauffage central dont la puissance nominale est inférieure à 70 kw NBN B (1986) : Chaufferies et cheminées 73

74 Références Guide bâtiments durables : G_ENE08: Choisir le meilleur mode de production et de stockage pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire G_ENE09: Choisir les meilleurs modes de production de refroidissement renouvelable G_ENE10: Garantir l'efficience des installations de chauffage, d'eau chaude sanitaire et de refroidissement 74

75 Contact Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa Gestionnaire de projet Place de l Université, Louvain-la-Neuve : 010/

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Choix technique du système HVAC et ECS dans le logement collectif et assimilé Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION D'ECS : QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES DES DIFFÉRENTS SYSTÈMES? Jonathan

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement LE CHOIX DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DE CHALEUR ET D ECS DANS LES LOGEMENTS INDIVIDUELS

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Conception et regulation d installations techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS Cenergie scrl Objectif(s)

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Le choix des systèmes de production de chaleur et d ECS PRODUCTION : (DE)CENTRALISATION

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude Choisir un système de production d'eau chaude Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude - 1. Le chauffe eau instantané - 2. Le boiler électrique - 3. Le boiler combiné avec une chaudière

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février 2011 Cogénération, mini-cogénération,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : La PEB en 2015 : Comment l appliquer? Bruxelles Environnement Exemple 1 : Habitation individuelle Thomas LECLERCQ - Manuel da CONCEIÇÃO NUNES MATRIciel Objectif de la présentation

Plus en détail

Bâtiments et société à 2000 watts

Bâtiments et société à 2000 watts Bâtiments et société à 2000 watts Francine Wegmüller 7 novembre 2012 Table des matières 1. 2. 3. 2 Bâtiments et société à 2000 watts Les énergies renouvelables dans le bâtiment Conclusions 1. Bâtiments

Plus en détail

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux Matinée technique 24 novembre 2011 Régulation et Gestion Technique Bâtiment Gisements et Enjeux Gisements et Enjeux - constat Communes du Pays de Rennes adhérentes au Conseil en Energie Partagé soit 49

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Eau chaude sanitaire : choix des systèmes & conception des réseaux de distribution Thomas

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? 06-11-2013. Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum

Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? 06-11-2013. Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum Pacot Pierre-Emmanuel, M&R Engineering Agenda Exigences passives en rénovation

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013 L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix de 0,7 à 196 kw Chaudières électriques murales Une chaudière exceptionnelle aux performances exceptionnelles! Remplace facilement tout type de chaudière Silencieuse

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Séminaire. Chauffage dans les immeubles à appartements. LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier. Service Facilitateur du Bâtiment Durable

Séminaire. Chauffage dans les immeubles à appartements. LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier. Service Facilitateur du Bâtiment Durable Séminaire Chauffage dans les immeubles à appartements LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier Service Facilitateur du Bâtiment Durable Plan de l exposé Le solaire thermique Marché L installation ST Dimensionnement

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement Points d'attention sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire (AUDIT INSTALLATIONS) Gauthier KEUTGEN

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs de la présentation Identifier les principaux

Plus en détail

Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir

Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir Pompes à chaleur Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir Des exemples de solutions domestiques 10 2012 Pompes à chaleur : le système de chauffage du futur. Découvrez des

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne.

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Stéphanie NOURRICIER 1, Véronique FELDHEIM 1, Frédéric RENARD 1 Pôle Energie Université

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Production d'eau chaude Méthode et page de calcul établie par l'équipe Architecture

Plus en détail

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire 1 L isolation thermique par l extérieur 2 3 Les enjeux d une bonne enveloppe! Economiques (réduction des consommations, valorisation architecturale

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude ***

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude *** SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ MS CHAUDIÈRE MURALE GAZ CLASSIQUE PROJECT Le confort à budget mini! >> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude ***

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Choix technique du système HVAC et ECS dans le logement Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa Objectif de la présentation Enjeux de la conception

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur...

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur... Etude de cas - résultats de la rénovation d'une habitation existante avec intégration d'une pompe à chaleur air/eau dans une installation de chauffage existante : dimensionnement et conception de l'installation

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

les solutions systèmes e.l.m. leblanc

les solutions systèmes e.l.m. leblanc les solutions systèmes e.l.m. leblanc à l occasion d Interclima 2013, e.l.m. leblanc présente plusieurs solutions Blueactive multi-énergie pour la construction neuve et la rénovation en habitat résidentiel

Plus en détail

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME Conseils - Formation Etudes - Expertises Assistance à Maitrise d ouvrage Dossier : LB OR- 45000 N. Référence : OR.201114 Votre Interlocuteur : R.DJERIDI (06 52 98 56 93) Le Cannet, le 25/06/2015 PRESENTATION

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement EXERCICE CHOIX DES SYSTEMES SUR BASE D EXEMPLES : Méthodologie de conception pour les choix

Plus en détail

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation électrique Gialix offre la solution de central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation Retour Aquastat de sécurité circuit radiateur MODULANTE ET SILENCIEUSE Gialix est la seule chaudière électrique

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée.

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée. Certificats d économies d énergie Opération n BAT-TH-102 Chaudière collective haute performance énergétique 1. Secteur d application Locaux du secteur tertiaire existants réservés à une utilisation professionnelle

Plus en détail

Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur

Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur Résumé des principales consommations Consommation pour le chauffage (kwh) Consommation pour le chauffage ( ) Consommation pour la production

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 ***

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 *** SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Zena CHAUDIÈRE MURALE GAZ BASSE TEMPÉRATURE EASYLIFE Le confort à budget mini! >> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire Chaudière murale gaz condensation mixte aurocompact Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire aurocompact les avantages d une solution 2 en 1 Compacité

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith Le monitoring Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith André Servais, Stadtwerke St-Vith SITUATION DE DEPART 5 biens fonciers: o Puissance totale installée: o Consommation annuelle: 4.950 kw / 12 chaudières

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Le chauffage pour les maisons basse énergie

Le chauffage pour les maisons basse énergie Chauffer une habitation basse énergie Texte de Van Marcke: Une habitation basse énergie consomme peu d énergie. D une part, les déperditions thermiques y sont limitées, notamment grâce à l isolation et

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS) CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE naturellement! Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Printemps 2009 PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Primes énergie 2015 Région de Bruxelles-Capitale

Primes énergie 2015 Région de Bruxelles-Capitale Primes énergie 2015 Région de Bruxelles-Capitale Qui peut en bénéficier? Les primes énergie sont ouvertes au bénéfice de toute personne physique ou morale possédant un droit réel ou de location ou de gestion

Plus en détail

Réseaux de chaleur, quel potentiel pour Bruxelles? Quel soutien régional? Bruxelles Environnement. Yves LEBBE

Réseaux de chaleur, quel potentiel pour Bruxelles? Quel soutien régional? Bruxelles Environnement. Yves LEBBE Réseaux de chaleur, quel potentiel pour Bruxelles? Bruxelles Environnement Quel soutien régional? Yves LEBBE Spécialiste Cogénération Service du Facilitateur Bâtiment Durable Bruxelles Environnement soutient

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail