1. Contexte Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Contexte... 2. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2"

Transcription

1 Guide méthodologique d accompagnement à l annexe du contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations (CBUMPP3) portant «rapport d étape annuel» Table des matières 1 ère PARTIE : modalités pratiques Contexte Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement Evaluation de l ensemble des indicateurs pour chaque année de référence Définition d une cible pour chaque année d évaluation de référence Evaluation par le comité de pilotage Rappel du calendrier du CBUMPP3 pour ème PARTIE : Guide de remplissage Présentation établissement Indicateurs nationaux (socle national avec indicateurs de suivi nationaux) Qualité, Sécurité, Efficience (socle national avec indicateurs de suivi régionaux) Objectif relatif à la définition de la politique des médicaments et des dispositifs médicaux stériles Objectif relatif à la politique et gestion des risques Objectif relatif au suivi des résultats de certification Objectif relatif à l informatisation de la prise en charge thérapeutique du patient Objectif relatif à assurer l'efficience des prises en charge thérapeutique du patient Amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge thérapeutique (socle régional) Agence régionale de santé de Basse-Normandie Espace Claude Monet - 2 place Jean Nouzille - CS CAEN Cedex 4 Standard : ars.basse-normandie.sante.fr

2 1 ère PARTIE : modalités pratiques 1. Contexte Le décret N du 27 septembre 2013 adaptant les règles relatives au contrat de bon usage des médicaments et des produits et prestations, a imposé à chaque région d élaborer un nouveau contrat pour la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre Un comité de pilotage régional, dont la composition a été validée par chaque fédération représentative des établissements de santé, a permis d établir les objectifs, indicateurs et modalités d évaluation pour ce nouveau contrat contenus dans l annexe relative au rapport d étape annuel. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement Les modalités d évaluation et de fixation du taux de remboursement reposent sur trois principes : - un calendrier de mise en œuvre pour chaque engagement identique à tous les établissements de santé. Ils sont précisés par une croix «X» dans l année de référence correspondante - la définition d une cible (ou borne basse) au regard de ce calendrier pour chaque année de référence basée sur les engagements de l année de référence correspondante - une évaluation de l ensemble des indicateurs pour chaque année de référence sur la base du score globale de 300 points. Ceci signifie que les engagements remplis par l établissement mais non obligatoires au cours de l année de référence seront comptabilisés dans le cadre du score global L établissement ne pourra se voir proposer un taux de déremboursement que s il présente un score global inférieur à la cible (ou borne basse) de l année de référence suite à l évaluation de l ensemble du contrat Evaluation de l ensemble des indicateurs pour chaque année de référence L établissement transmet chaque année avant le 1 er avril le rapport d étape annuel (modèle annexé au contrat) portant sur l évaluation de l année civile précédente. La première évaluation du contrat sera réalisée le 1 er avril 2015 sur les engagements devant être mis en œuvre en Un calendrier de la période 2014/2015 est présenté au point 3. Chaque établissement doit adresser les éléments de preuve qui sont demandés (CD-Rom, clé USB). Ces éléments seront classés dans l ordre des items afin que l évaluation des données déclarées puisse être réalisée dans les délais prévus. Pour tout élément de preuve manquant, l item sera considéré comme absent. Le score s en trouvera ainsi pénalisé. Dans un esprit d échange et de valorisation des travaux réalisés par les établissements, il est demandé aux établissements de fournir, différents travaux et documents élaborés qui seraient susceptibles d être utiles pour d autres établissements (travaux des COMEDIMS ou sous commission de la commission médicale, 2

3 supports liés à l amélioration de la qualité de la prise en charge, protocoles relatifs à certains médicaments ou dispositifs médicaux, procédures, cahiers des charges, etc.). Sauf avis contraire de la Direction, ces éléments de preuve seront collectés sur un CD Rom / clé USB et à envoyer avec le rapport d étape. Un score global sur 300 points est calculé à partir des éléments renseignés annuellement. Ce score est la somme des points acquis dans les 3 chapitres suivants : - indicateurs nationaux : 140 points - qualité sécurité efficience : 100 points - indicateurs régionaux : 60 points Indicateurs nationaux Améliorer la tenue du dossier patient Améliorer la tenue du dossier anesthésique Réduire la mortalité par Infarctus Du Myocarde Améliorer la qualité de la prise en charge en cancérologie Optimisation de l efficacité des traitements antibiotiques Suivi qualitatif des pratiques de prescription des médicaments hors GHS Suivi qualitatif des pratiques de prescription des dispositifs médicaux hors GHS Mise en œuvre de la classification CLADIMED Indicateurs Qualité Sécurité Efficience Définition de la politique des médicaments et des dispositifs médicaux stériles Politique et gestion des risques : mise en œuvre de l arrêté du 6 avril 2011 relatif au management de la qualité de la prise en charge thérapeutique du patient Suivi des résultats de certification Informatisation de la prise en charge thérapeutique du patient Assurer l'efficience des prises en charge thérapeutique du patient 140 points 15 points 10 points 30 points 10 points 25 points 25 points 20 points 5 points 100 points 34 points 35 points 3 points 18 points 10 points Indicateurs régionaux Amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge thérapeutique TOTAL 60 points 60 points 300 points Tous les indicateurs seront évalués chaque année, même ceux dont la mise en œuvre n est pas obligatoire au cours de l année de référence pour l évaluation. Cela permettra d apprécier la dynamique de chaque établissement tout au long des 5 années. exemple : QSE25 «Existence d une politique d achat...» : La politique d achat doit exister en 2015, cet engagement sera évalué au 1 er avril Pour autant, si l établissement a d ores et déjà mis en place une politique d achat en 2014, il pourra considérer cet indicateur comme «Réalisé» dans le cadre de l évaluation au 1 er avril 2015 et se voir attribuer la somme de 2 points. 3

4 Le guide sera susceptible d évoluer chaque année, les modifications seront proposées et validées par le COPIL au moment de l'étude du rapport d'étape annuel. En 2014, lors de la signature du contrat de bon usage, l établissement a complété le rapport d étape afin de prendre connaissance du score au moment de la signature et des éventuelles actions à mettre en œuvre pour répondre aux exigences de Définition d une cible pour chaque année d évaluation de référence La cible (ou borne basse) est calculée chaque année du contrat à partir des indicateurs devant être mis en œuvre au cours de l année de référence : Indicateurs nationaux 140 points 140 points 140 points 140 points 140 points Qualité sécurité efficience 75 points 77 points 82 points 100 points 100 points Indicateurs régionaux 12 points 32 points 39 points 39 points 60 points Borne basse pour l année (ou cible) 227 points 249 points 261 points 279 points 300 points En effet, le calendrier de mise en œuvre de chacun des indicateurs est identique pour tous les établissements de santé de Basse-Normandie. L année d appréciation de chacun des indicateurs est précisé par une croix «X» et permettra de générer la cible (ou borne basse) pour l année de référence. Les dates indiquées pour chaque indicateur précisent donc qu ils devront être pris en compte dans le calcul de la cible (ou borne basse) à cette date : exemple : IR1 «Réalisation d un audit sur les prescriptions» : l audit doit être réalisé en 2015, cet engagement sera évalué au 1 er avril 2016 : cet audit devant être réalisé tous les 2 ans, l établissement devra avoir réalisé l audit en 2015 ou mis en place les actions correctives s il a réalisé cet audit en Le respect des engagements sera apprécié au regard de l écart entre le score de l établissement (sur les 300 points de l ensemble du contrat) et la cible (borne basse) pour l année d évaluation. Une modulation du taux remboursement sera envisagée lorsque l établissement n atteindra pas la cible (ou borne basse) fixée pour l année de référence et si aucune dynamique (augmentation significative du score global d une année sur l autre) n a été identifiée sur l ensemble du rapport d étape. Aucune modulation du taux de remboursement ne peut ainsi être mise en œuvre pour les établissements atteignant la cible (ou borne basse) et ce, même si un ou plusieurs indicateurs de référence pour l année d évaluation ne sont pas remplis. 4

5 2.3. Evaluation par le comité de pilotage Le comité de pilotage se réunira tous les ans afin d apprécier les écarts à la cible (ou borne basse) et l évolution des scores sur deux ans pour tous les établissements de santé. L identification des établissements sera anonymisée afin d éviter tout conflit d intérêt. A la suite de ce comité, l agence régionale de santé propose à l établissement avant le 15 mai le taux de remboursement des produits de santé pris en charge par l assurance maladie «en sus» des prestations forfaitaires d hospitalisation. L établissement transmet ses observations écrites, à l agence régionale de santé dans les dix jours suivant cette réception. Le taux de remboursement est arrêté, chaque année, au plus tard le 1 er juin par le directeur général de l agence régionale de santé. Il est applicable pour la période du 15 juin de l année en cours au 15 juin de l année suivante. 5

6 3. Rappel du calendrier du CBUMPP3 pour Acteurs Etape Calendrier 2014/2015 ARS / Etablissement ARS / Etablissement ARS ARS Etablissement de santé ARS Etablissement de santé ARS Signature des contrats de bon usage de 3 ème génération (CBUMPP3) annexé du rapport d étape annuel Evaluation complémentaire pour les 6 établissements ne respectant pas un des objectifs prioritaires du CBUMPP2 Arrêté du taux de prise en charge pour la période du 15 juin 2014 au 15 juin 2015 Diffusion aux établissements de santé MCO, dialyse et HAD du rapport d étape annuel du CBUMPP3 Saisie du bilan 2014 accompagné des éléments de preuve (à l ARS Direction Performance en recommandé avec accusé de réception) Proposition du taux de remboursement appliqué pour la période du 15 juin 2015 au 15 juin 2016 par lettre recommandée avec accusé de réception à l établissement de santé Observations éventuelles à l ARS, par courrier, avec accusé de réception Arrêté du taux de prise en charge pour la période du 15 juin 2015 au 15 juin 2016 Avant le 15 mai 2014 Avant le 1 er avril 2014 Avant le 1 er juin 2014 Juillet 2014 Au plus tard le 1 er avril 2015 Avant le 15 mai 2015 Dans les 10 jours Au plus tard le 1er juin

7 2ème PARTIE : Guide de remplissage Le rapport d étape est constitué de 4 parties : - présentation établissement - indicateurs nationaux - qualité sécurité efficience - indicateurs régionaux 1. Présentation établissement Attention, l ensemble des champs doit être complété, en particulier, le nom de l établissement doit être sélectionné dans le menu déroulant pour que certains champs du rapport se saisissent de manière automatique. Les données pré renseignées tiennent compte des éléments déclarés dans le dernier bilan de lutte contre les infections nosocomiales et des résultats de critères IPAQSS (via l outil Qualhas). 2. Indicateurs nationaux (socle national avec indicateurs de suivi nationaux) 2.1. Objectif relatif à l amélioration de la qualité de la prise en charge Les indicateurs généralisés par la HAS et le Ministère de la Santé relatifs à la prise en charge médicamenteuse du patient sont pré-remplis. L établissement n a en aucune façon à modifier les résultats et les points acquis relatifs aux indicateurs concernés. Il s agit des indicateurs suivants : - Tenue du dossier patient (TDP ou DPA) - Tenue du dossier anesthésique (DAN ou TDA) - Prescriptions médicamenteuses appropriées après un infarctus du myocarde (IDM) - Réunion de concertation pluridisciplinaire en cancérologie (uniquement pour les établissements autorisés à l activité de cancérologie) Les points de chacun des indicateurs sont attribués au regard des modalités d évaluation HAS de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si score compris entre 80% et 100% - Jugé comme objectif «réalisé partiellement» si score compris entre 60% et 79% - Jugé comme objectif «non réalisé» si score compris entre 0% et 59% 7

8 Pour 2015 : une modification est apportée pour le score IDM : - Jugé comme objectif «réalisé» si score compris entre 90% et 100% - Jugé comme objectif «réalisé partiellement» si score compris entre 60% et 89% - Jugé comme objectif «non réalisé» si score compris entre 0% et 59% Le score SCA ST+ n étant pas rendu disponible sur Qualhas il devra être complété par l établissement. La moyenne régionale du score de chacun des indicateurs est indiquée à titre purement indicatif. Pour les établissements non concernés par un ou plusieurs indicateurs, l indicateur sera considéré comme «Réalisé» et le nombre de points acquis est maximum, afin de garder le score global de 300 points. Les établissements concernés par tous les indicateurs ne sont pas pénalisés, puisqu aucune comparaison régionale n est faite Objectif relatif au bon usage Optimisation de l efficacité des traitements antibiotiques - Indicateur composite de bon usage des antibiotiques (ICATB2) ICATB2 sera évalué et mis à disposition à compter de novembre 2014, avec une évaluation tous les deux ans. Lors de la signature du contrat, sont indiqués pour information les scores ICATB 1, afin d apprécier les moyens et les actions mises en œuvre par l établissement. Un audit régional facultatif élaboré par la CORA, l ARLIN et l OMéDIT est proposé pour répondre à l indicateur «Evaluation des pratiques sur la qualité des prescriptions dans les 3 dernières années». Il est disponible sur le site de l OMéDIT : Suivi qualitatif des pratiques de prescription des médicaments et dispositifs médicaux remboursés hors GHS L établissement doit renseigner les 7 indicateurs. Seule la transmission des tableaux de suivi semestriels et des taux sera l élément d appréciation du respect de ces indicateurs. Les points de chacun des indicateurs sont donc attribués de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si transmission du tableau ou indication du taux - Jugé comme objectif «non réalisé» si absence de transmission du tableau ou indication du taux Le tableau de suivi semestriel du Resomédit est disponible sur le site de l OMéDIT de Basse-Normandie : 8

9 Les taux renseignés ne feront l objet d aucune analyse dans le cadre de l attribution des points et n interviennent par conséquent pas dans la modulation du taux de remboursement ni dans le ciblage des établissements devant être contrôlés dans le cadre du dispositif de régulation prévu à l article L Mise en œuvre de la classification CLADIMED L établissement indique les deux données «nombre de DM posés codés selon la classification CLADIMED» et «nombre de DM posés». L indication de ces deux données déclenchera le calcul automatique de l indicateur «taux de DM codés selon la classification CLADIMED». Les points relatifs à cet indicateur sont attribués de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si indication du taux - Jugé comme objectif «non réalisé» si absence d indication du taux Le taux renseigné ne fera l objet d aucune analyse dans le cadre de l attribution des points et n interviennent par conséquent pas dans la modulation du taux de remboursement. 3. Qualité, Sécurité, Efficience (socle national avec indicateurs de suivi régionaux) 3.1. Objectif relatif à la définition de la politique des médicaments et des dispositifs médicaux stériles L établissement indique si les indicateurs (QSE1 à QSE9) sont réalisés ou non, voire réalisés partiellement (QSE 4 et QSE7). Ces indicateurs (exceptés QSE8 et QSE9) sont liés aux obligations règlementaires fixées par arrêté du 6 avril 2011 relatif au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et aux médicaments dans les établissements de santé dont la mise en œuvre été prévue au 6 avril Objectif relatif à la politique et gestion des risques L établissement indique si les indicateurs (QSE10 à QSE19) sont réalisés ou non, voire réalisés partiellement (QSE 10). Ces indicateurs (excepté le QSE 17) sont liés aux obligations règlementaires fixées par arrêté du 6 avril 2011, relatif au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et aux médicaments (PECM) dans les établissements de santé dont la mise en œuvre était prévue au 6 avril QSE11 : L indicateur est jugé comme «Réalisé» si le bilan annuel est formalisé QSE12 : L indicateur est jugé comme «Réalisé» si indication du taux 9

10 3.3. Objectif relatif au suivi des résultats de certification L établissement se juge sur les actions d'amélioration mises en place entre les deux visites sur les critères 20a, 20a bis et 20b, qui doivent être intégrées dans le programme d'actions d'amélioration de la qualité de la PECM et au plan d'actions de gestion des risques. Lorsque l établissement n a eu aucune réserve ni recommandation, sur chacun des critères susvisés, il doit indiquer «Réalisé», puisqu il n est pas concerné par la mise en place de ces actions correctrices Objectif relatif à l informatisation de la prise en charge thérapeutique du patient L informatisation de la prise en charge thérapeutique du patient est suivie par les taux renseignés dans osis, dans le fichier "couverture fonctionnelle" ou DIPISI. Les taux suivis sont : Taux de séjours disposant de prescription médicament informatisée indicateur OSIS D3.1 (séjours sanitaire) QSE23 o Le nombre de séjours comportant des prescriptions de médicaments informatisées correspond au nombre de séjours comportant a minima une prescription de médicaments informatisée. Taux de séjours disposant d un plan de soins informatisé alimenté par l ensemble des prescriptions indicateur OSIS D3.5 (séjours sanitaire) QSE24 o Le plan de soins correspond à un planning détaillé de l ensemble des événements liés au séjour du patient (soins, actes, rendez-vous, mouvements, déplacements ). Si ces taux ne sont pas complétés, l établissement doit les renseigner à la fois sur le rapport et dans osis. Les points pour les indicateurs QSE23 et QSE24 sont appréciés au regard des cibles d Hôpital numérique (50% des séjours): - Jugé comme objectif «réalisé» si taux supérieur ou égal à 50% - Jugé comme objectif «réalisé partiellement» si taux compris entre 30% et 49% - Jugé comme objectif «non réalisé» si score inférieur à 30% Objectif relatif à assurer l'efficience des prises en charge thérapeutique du patient Pour les indicateurs QSE25 à QSE27, l établissement indique s ils sont réalisés ou non. En ce qui concerne les indicateurs QSE26 et QSE27, le livret thérapeutique doit être accessible aux professionnels de santé. 10

11 4. Amélioration de la qualité et de la sécurité de la prise en charge thérapeutique (socle régional) Il est rappelé que les indicateurs régionaux et le calendrier de leur mise en œuvre ont été fixés par le comité de pilotage. Ils tiennent compte du bilan du précédent contrat et des orientations nationales en matière de politique du médicament. Compte tenu des résultats d audits du CBUMPP2, quatre audits sont rendus obligatoires dans le cadre du CBUMPP3 : - la gestion du traitement à l'entrée et traçabilité du traitement represcrit dans le dossier (IR6) - la dispensation (dans l objectif de développer la dispensation à délivrance nominative (IR9) - l administration des médicaments (notamment la traçabilité de l'acte) (IR12) - l évaluation de la prescription chez les personnes âgées (IR1) Les trois premiers audits seront réalisés par les grilles «Médiéval» - Prescription - Dispensation et Administration. Pour tous les indicateurs régionaux, l établissement indique s ils sont réalisés ou non, voire partiellement. IR1 : L audit doit être réalisé en 2015, cet engagement sera évalué le 1 er avril 2016 : cet audit devant être réalisé tous les 2 ans, l établissement devra avoir réalisé l audit ou mis en place les actions correctives s il a réalisé cet audit en Une grille d audit régional «Evaluation de la prescription chez le sujet âgé» est proposée par l OMéDIT. IR2 : Les actions menées avec les professionnels de ville et d'autres établissements afin d'assurer la continuité de la prise en charge médicamenteuse notamment aux points de transition seront considérées comme «Réalisé» si des actions telles que la conciliation médicamenteuse, à l entrée et/ou à la sortie et/ou au transfert des patients, sont menées au sein de l établissement. IR3, 4 et 5 : L objectif sur les 5 ans est de passer du dispositif transitoire (IR3) à la production d'ordonnances pré-imprimées (IR4 et IR5). La montée en charge du marquage des prescriptions hospitalières exécutées en ville avec les codes à barres (Instruction DGOS/MSIOS no du 29 novembre 2010) est suivi grâce à l indicateur OSIS "Identification du prescripteur". Celui-ci doit être renseigné a minima tous les 6 mois sur le site OSIS. 11

12 Les points relatifs à cet indicateur sont attribués de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si IR4 et/ou IR5 mis en place pour l intégralité des services - Jugé comme objectif «réalisé partiellement» si dispositif transitoire (IR3) mis en place dans la majorité des services - Jugé comme objectif «non réalisé» si aucun dispositif mis en place dans l intégralité des services ou si dispositif transitoire (IR3) mis en place minoritairement dans les services Il est exigé à minima pour ces indicateurs que le dispositif transitoire (IR3) soit mis en place dans la majorité des services pour les années de référence 2014, 2015, 2016 et En 2018, il est exigé que IR4/ et ou IR5 soit mis en place pour l intégralité des services. IR6 : L évaluation par audit de la prise en charge du traitement médicamenteux personnel à l'entrée du patient (gestion du traitement à l'entrée et traçabilité du traitement represcrit dans le dossier) se fait par la transmission de la grille Médiéval Prescription. IR7 : Le développement de l'analyse pharmaceutique (conformément aux recommandations de la SFPC) sera évalué par le suivi du taux de lits disposant d'une analyse pharmaceutique de la prescription complète du patient en lien avec le dossier médical. En 2014, et conformément aux éléments de preuves exigés dans le cadre de la certification (20a bis E2), il est demandé un minimum de pré-requis : la mise à disposition, des pharmaciens, d outils d aide à l analyse pharmaceutique, l accès des pharmaciens aux données cliniques et biologiques des patients. Ces pré-requis seront à préciser dans les éléments de preuve. La vitesse de déploiement de l analyse est laissée au choix de l établissement, avec une cible d analyse pharmaceutique pour plus de 25% des lits au plus tard en Les points relatifs à cet indicateur sont attribués de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si pourcentage de lits supérieur à 25% - Jugé comme objectif «réalisé partiellement» si pourcentage de lits compris entre 10% et 25% - Jugé comme objectif «non réalisé» si pourcentage de lits inférieur à 10% IR8 : Le développement de la dispensation à délivrance nominative sera évalué par le pourcentage de lits disposant d une telle dispensation. L évaluation de cet indicateur de dispensation pourra évoluer au regard des évolutions règlementaires. A ce jour, la définition de la dispensation des médicaments associe à l analyse et la validation de la prescription, la mise à disposition des informations et les conseils nécessaires au bon usage du médicament, la préparation éventuelle des doses à administrer et l acheminement des médicaments aux unités de soins. Le terme de «délivrance» nominative des médicaments englobe les deux dernières étapes qui relèvent du circuit «physique» du médicament. 12

13 La délivrance nominative : les médicaments sont préparés par la PUI et délivrés aux unités de soins en doses unitaires, par patient, et correspondent à l administration pour une période prédéterminée selon les organisations (journalière, hebdomadaire, bihebdomadaire, mensuel,.). La délivrance nominative se différencie donc de la délivrance globale (distribution globale) et de la délivrance reglobalisée. La délivrance globale (ou distribution globale) : elle se caractérise par la présence permanente d une dotation de médicaments dans l unité de soins. Son contenu est déterminé conjointement par le pharmacien et le médecin responsable de l unité de soins. Cette dotation fait l objet d une mise à jour régulière. La délivrance reglobalisée : elle se différencie du circuit en délivrance nominative par le fait que les médicaments sont délivrés à une unité de soins de manière globale en quantité correspondant aux besoins des patients pour une période donnée au vue des prescriptions. La préparation des doses unitaires est assurée par l infirmière. IR14 : Seule la transmission du «nombre de déclarations transmise» sera l élément d appréciation du respect de cet indicateur. Les points de cet indicateur sont donc attribués de la manière suivante : - Jugé comme objectif «réalisé» si indication du nombre - Jugé comme objectif «non réalisé» si absence d indication du taux 13

Basse-Normandie. Contrat de bon usage médicaments, produits et prestations de la 2 ème à la 3 ème génération COPIL mardi 26 novembre 2013

Basse-Normandie. Contrat de bon usage médicaments, produits et prestations de la 2 ème à la 3 ème génération COPIL mardi 26 novembre 2013 Basse-Normandie Contrat de bon usage médicaments, produits et prestations de la 2 ème à la 3 ème génération COPIL mardi 26 novembre 2013 Ordre du jour Missions du COPIL CBUMPP Rappel du contexte national

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

Politique "qualité-sécurité-efficience" de la prise en charge médicamenteuse 1 / 13

Politique qualité-sécurité-efficience de la prise en charge médicamenteuse 1 / 13 l'indicateur ( du score) Rappel du contexte : L indicateur régional sur la lutte contre l iatrogénie médicamenteuse intitulé «ICALIAM» est calculé depuis 4 ans de 2008 à 2011. La dernière mesure de l indicateur

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

REUNION DU COMITE STRATEGIQUE DE L OMEDIT DU LIMOUSIN

REUNION DU COMITE STRATEGIQUE DE L OMEDIT DU LIMOUSIN REUNION DU COMITE STRATEGIQUE DE L OMEDIT DU LIMOUSIN LUNDI 17 MARS 2014 Dr Jean-Pierre CHARMES Président de l OMEDIT du LIMOUSIN Roger BEAUCHET ARS du LIMOUSIN Dr Michel DEYSSON Pharmacien Direction Contrôle

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

CBU Rapport d étape annuel 2014. SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB. Période initiale

CBU Rapport d étape annuel 2014. SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB. Période initiale CBU Rapport d étape annuel 2014 SUPPORT D AIDE A l UTILISATION DE L OUTIL WEB Période initiale SOMMAIRE I. PRESENTATION GENERALE DU MENU PRINCIPAL DE L OUTIL WEB. p 3 II. MODALITES DE SAISIE.. p 5 1. Fonctionnalités

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

CBUMPP 3 ème itération : 2014-2018. Dr Monique BONNEFOUS Pharmacien PH, coordonnateur CoRéMéDiMS-MiP

CBUMPP 3 ème itération : 2014-2018. Dr Monique BONNEFOUS Pharmacien PH, coordonnateur CoRéMéDiMS-MiP CBUMPP 3 ème itération : 2014-2018 Dr Monique BONNEFOUS Pharmacien PH, coordonnateur CoRéMéDiMS-MiP Rappel chronologie 1 ère itération : 2006-2010 (5 ans) + Prorogation 2010 sur 2011, 2 ème itération :

Plus en détail

Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. Réunion du 30 septembre 2014

Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne. Réunion du 30 septembre 2014 1 Comité de pilotage de l OMEDIT de Bourgogne Réunion du 30 septembre 2014 2 Ordre du jour Accueil par Monsieur LANNELONGUE Présentation de l OMEDIT et validation de son règlement intérieur Proposition

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE E CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE 2014 2018 «ETABLISSEMENT» «ADRESSE» «CP» «VILLE» N FINESS :«NFINESS» Entre : D une part : Le Directeur Général de l Agence

Plus en détail

session d information LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT

session d information LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT Les modalités de la réforme 5 GRANDES MODALITES DE FINANCEMENT Financements directement liés à l activité FORFAIT PAR SEJOUR (GHS et suppléments) TARIFS PAR

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE ANNUEL

RAPPORT D ETAPE ANNUEL 1 ObservatoireMédicamentDispositifs médicaux Innovations thérapeutiques O M é D I T B A S S E - N O R M A N D I E RAPPORT D ETAPE ANNUEL Contrat debonusage desmédicaments, des produits et prestations -

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

Uniformisons communication

Uniformisons communication IMPACT DE LA CERTIFICATION V2014 SUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE: Expérience du CHI de Créteil Uniformisons notre (A. DASSY communication - Pharmacien praticien hospitalier) Journée hiver Synprefh 20 janvier

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

POLITIQUE QUALITE DE L ARS Indicateurs certification

POLITIQUE QUALITE DE L ARS Indicateurs certification POLITIQUE QUALITE DE L ARS Indicateurs certification Brigitte Masini Service Qualité et sécurité des prises en charge - ARS PACA 1 ARS objectifs stratégiques PSRS 1. Améliorer la connaissance et l évaluation

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 27 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à supprimer les franchises médicales et participations forfaitaires. Réunie le mercredi 4 mars 2015, la commission n a pas adopté de texte sur la proposition

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL Vu les articles R 6121-4-1 et D 6124-311 du code de la santé publique,

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant en EHPAD

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant en EHPAD Direction de la Sécurité sociale Paris, le 6 avril 2011 Direction générale de la Cohésion sociale COMMUNIQUE DE PRESSE Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente A l attention du Pharmacien gérant de la Pharmacie à usage intérieur Paris, le 15 novembre 2012 Chère Consœur, Cher Confrère, Dans un courrier

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf?

Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf? Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf? Journées Régionales d Infectiologie 2015 Prof. Céline PULCINI (Infectiologie, Nancy) Au niveau international Au

Plus en détail

Vous optez pour la convention? N oubliez pas de joindre un RIB (Paiement par virement uniquement)

Vous optez pour la convention? N oubliez pas de joindre un RIB (Paiement par virement uniquement) Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Alors complétez et adressez cette fiche à : Mutuelle MYRIADE - Service Conventionnement Tiers Payant Allée de la Capère

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION. R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION. R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR RC ENSAG/2014/2 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR REMISE EN SERVICE ET OPTIMISATION DES CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR DE L ECOLE NATIONALE

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Retour d expérience CHU de Nîmes CAREMEAU - MCO 853 lits - SSR 182 lits - Psy 110 lits SERRE CAVALIER - SLD, EHPAD 500 lits 1845 lits

Plus en détail

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 :

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 : MARCHE 15.004 : «MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» CAHIER DES CHARGES Cahier des Charges - CILGERE Page n 1/7 SOMMAIRE ARTICLE 1 : PREAMBULE 3 1.1 Présentation de CILGERE

Plus en détail

()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7

()*+,-.)*#/012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04<72,0135,-7()5) (7 ! " #% &!' "'! ()*+,-.)*#/"012323435,63)*)13240,2)-0((780472,0179)-())49,-):7(,235)(;1+04

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN 42 rue de paris - 78550 - Houdan OCTOBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES 03 Novembre 1995 - 2 - ENTRE : LA CAISSE DE PREVOYANCE SOCIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, agissant

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE 1 CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE Préambule Conformément à la mesure 29 du premier Plan Cancer et à la mesure 18 du second plan, la pratique de la cancérologie,

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UNE FORMATION SUR LE CIRCUIT DU MEDICAMENT EN EHPAD.

APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UNE FORMATION SUR LE CIRCUIT DU MEDICAMENT EN EHPAD. APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UNE FORMATION SUR LE CIRCUIT DU MEDICAMENT EN EHPAD. Chapitre I - IDENTIFIANTS L Etablissement public Pouvoir adjudicateur : Agence régionale de santé de Corse Quartier

Plus en détail

Une première approche des processus de maintenance préventive, bâtiment neufs et bâtiments existants

Une première approche des processus de maintenance préventive, bâtiment neufs et bâtiments existants Octobre 2009, Vichy Trois structures bientôt réunies au sein de l ANAP Une première approche des processus de maintenance préventive, bâtiment neufs et bâtiments existants Agence Nationale d Appui à la

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

35, rue du Docteur Léger 80230 Saint-Valery sur Somme. Marché public Procédure adaptée Article 28 du Code des marchés publics

35, rue du Docteur Léger 80230 Saint-Valery sur Somme. Marché public Procédure adaptée Article 28 du Code des marchés publics Création d une application Smartphones «rallye vélo» valorisant les prestataires touristiques du territoire de la Communauté de Communes Baie de Somme Sud Identifiant : Communauté de Communes de la Baie

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE 1) Identification du pouvoir adjudicateur Service de la Commande Publique B.P. 90246 71106 CHALON SUR SAONE CEDEX Tel : 03.85.90.51.75 - Fax : 03.85.90.51.73 - Courriel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-31 du 9 janvier 2013 fixant les conditions de l expérimentation relative à la consultation du

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version V2 du 3 juillet 2009 PROCEDURE DE TRANSMISSION D UN INDEX AUTO-RELEVE POUR LES CLIENTS EN RELEVE SEMESTRIEL EN CAS D ABSENCE AU RELEVE CYCLIQUE Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Un diagnostic établissement

Un diagnostic établissement Management du risque Médicamenteux à l hôpital Déploiement de l outil de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse InterDiag au CHRU de Montpellier Un diagnostic établissement Nadine Deshormière

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE 1) Identification du pouvoir adjudicateur Régie Autonome Personnalisée du Pôle Arts de la Rue de Chalon-sur-Saône C.S. 70092 71 321 CHALON-SUR-SAONE CEDEX Tel : 03.85.90.94.73

Plus en détail

Aline Mousnier et Véronique Pellissier Coordination OMEDIT PACA &Corse

Aline Mousnier et Véronique Pellissier Coordination OMEDIT PACA &Corse Politique achats et Contrat de bon usage Aline Mousnier et Véronique Pellissier Coordination OMEDIT PACA &Corse Réunion du 22 mai 2014 de présentation des groupements d achats de produits de santé et DM

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone.

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. 1 Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. PLAN 1. SONDAGE 2. POURQUOI INFORMATISER LE CIRCUIT DU MEDICAMENT 3. EXPERIENCE CHALONNAISE 1. CONTEXTE 2. PRESENTATION DU LOGICIEL 3. UTILISATION

Plus en détail

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon «La chimiothérapie anticancéreuse ambulatoire et à domicile» (21 novembre 2013) Université Claude Bernard ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon La chimiothérapie

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION. Bilan de l année 2013. Rapport final

QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION. Bilan de l année 2013. Rapport final QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION Bilan de l année 2013 Rapport final BRGM/RP-63015-FR Décembre 2013 QUALIFORAGE DÉVELOPPEMENT ET ÉVOLUTION VERS UNE CERTIFICATION Bilan de

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles?

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? Docteur Christian VEDRENNE, Médecin généraliste, Gérant de la MSP de Saint Paul de Fenouillet

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l avenant n o 4 à la convention destinée à organiser les rapports entre les infirmières et les infirmiers

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales 1. Le principe : Le code de la santé publique permet à un établissement public de santé d associer un

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail