Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :"

Transcription

1 Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU de Lille Université Lille Nord de France Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Laboratoire de Biopharmacie, Pharmacie Galénique et Hospitalière EA GRIIOT 35

2 Introduction Lors de la conception, les exigences du contrôle de qualité peuvent être classées en fonction de La structure Du matériel intégré Du personnel Dans le cadre de cet exposé, je ne m intéresserai qu aux exigences de la structure, les autres étant traités dans les autres exposés de ce séminaire. 36

3 Général (1) Même si la contamination particulaire et microbiologique sont des paramètres importants, ils ne sont pas les seuls pour votre contrôle de qualité lors de la mise en route d une ZEC Pour réaliser un contrôle de qualité sur les autres paramètres, il est possible de mettre en place la procédure suivante : 37

4 Général (2) La procédure est la suivante : a) Description : Pour chaque unité, la décrire et dresser une liste des unités et des salles en mentionnant la qualité de l air fourni. Données du Cahier des charges Classe : Surface (m²) : Hauteur : Pression : Température (+/- 2 C) : Humidité relative (%) : Air évacué traité : Pression d air évacué : Flux d air entrant : Vitesse moyenne dans la salle : Comparaison Données lors du contrôle 38

5 Général (3) La procédure est la suivante : b) Les éléments à contrôler : Pour chaque unité, la décrire et dresser une liste des unités et des salles en mentionnant la qualité de l air fourni. Données du Cahier des charges Ventilateurs introducteurs Les batteries chauffantes Les batteries refroidissantes Les préfiltres Les filtres HEPA. Composition des murs Etanchéité Composition des paillasses Comparaison Données lors du contrôle 39

6 Qualité de l air entrant (1) Après le filtre Préfiltre Rappel : soit la contamination moyenne d une grande ville ( 0,1 mg/m3), débit d une petite ZEC 1000 m3 /h cela correspond pour un an ( 8700 h) à : 0,1 * 1000* 8700 = 0,870 kg de poussière sur le filtre Faire ce calcul avec la contamination de l air ambiant Adapter le filtre au type de contaminant Vérifier le résultat obtenu, ne pas hésiter à mettre un deuxième filtre En fonction du type de pollution un filtre grossier ou fin peut être ajouté 40

7 Qualité de l air entrant (2) Après le préfiltre (suite) Plus la quantité de particules arrivant sur le filtre HEPA sera faible, Plus votre filtre HEPA sera protégé 1000 et plus il 870 durera un longtemps. air externe 800 Plus le coût de fonctionnement de la salle sera bas (les filtres HEPA coutent beaucoup 600 plus chers que les filtres grossiers ou fins) Moins vous aurez besoins d arrêt pour maintenance des filtres 70 d où une meilleure productivité Plus le risque de contamination microbiologique SF G4 sera F5 faible F6 F7 XPAIR : _normes/771.htm#139 Quantité (mg) arrivant sur le filtre HEPA avec contaminé à 0,1 mg/m3 avec un débit de 1000m3/h 41

8 TEST filtre HEPA (1) En Europe il existe encore deux méthodes de tests des filtres HEPA 1. Eurovent 4/4 qui utilise une particule de test de diamètre 0,65 µm 2. EN 1822 qui utilise une particule de test de diamètre 0,15-0,20 µm En pharmacie, seule l EN 1822 doit être acceptée En ce qui concerne le résultat attendu, il faut se référer en ce qui nous concerne aux classes définies dans les GMP ou BPP (en France) 42

9 Test Filtre HEPA(2) Orifice d injection MPPS Filtre HEPA Gaine d air Centrale d air ZEC Evaluation du nombre de particules passant au travers du filtre 43

10 Test Filtre HEPA (3) La norme EN 1822:2009 diffère de sa version précédente (EN 1822:1998) et inclut les éléments suivants : Test l efficacité globale Test les fuites d une une méthode de test et de classification des filtres composés de du filtre zone d un filtre médias en fibre synthétique. Classe filtres Valeur intégrale Efficacité d'épuration % Pénétration % Efficacité d'épuration % Valeur locale Pénétration % E E E12 99,5 0,5 - - H13 99,95 0,05 99,75 0,25 H14 99,995 0,005 99,975 0,025 U15 99,9995 0, ,9975 0,0025 Nouvelle classification : -E10-E12 ( ancien H10-H12) -Filtres à air particulaires efficaces -H13-H14 -Filtres à air particulaires haute efficacité - -U15-U17 -Filtres à air à pénétration ultra faible U16 99, , , ,00025 U17 99, , ,9999 0,

11 Qualité de l air dans la ZEC (1) la classification = qualification La référence à l ISO La classification doit être réalisée au repos et en activité. Equivalence des classes A, B, C, D avec les classes 45

12 Qualité de l air dans la ZEC (2) Classe BPF ISO A ISO 4.8 B ISO 5-7 C ISO 7-8 D ISO 8 Au repos En activité 0.5 µm 5 µm 0.5 µm 5 µm Non défini Non défini 46

13 Qualité de l air dans la ZEC (4) 1. qualification particulaire Le nombre de prélèvements est calculé de la manière suivante : N = Surface Le nombre de points d échantillonnage ne dépend plus de la classe de propreté. 47

14 Qualité de l air dans la ZEC (5) 1. qualification particulaire Le calcul statistique imposé par la Norme ISO est incontournable. Il vérifie l homogénéité de la propreté particulaire par un calcul de la borne supérieure de l intervalle de confiance. Procédure : 1. Calcul du nombre de points d échantillonage (P) 2. Minimum 3 échantillons par point (N). 3. Analyse statistique à réaliser obligatoirement. 48

15 Qualité de l air dans la ZEC (6) 1. qualification particulaire Détermination des moyennes Concentration moyenne par point de mesure A = (C 1 + C 2 + C 3 +..C N ) / N Concentration moyenne par point de mesure M = (A 1 + A 2 + A 3 +..A P ) / P Détermination des écarts Déviation standard (= écart type) SD = 2 2 ( A M) + ( A M) +...( A M) 1 2 P 1 P 2 Erreur standard ( erreur type) SD SE = P Calcul de la borne supérieure de confiance ( UCL) : UCL = M+SE 49

16 Qualité de l air dans la ZEC (7) 1. qualification particulaire L UCL doit être inférieur à UCL 95% Surface (m²) >841 N de point P >29 UCL 95% Hopital La multiplication des prélèvements n apportent pas d information supplémentaires mais attention augmentent le coût de la qualification 50

17 Qualité de l air dans la ZEC (8) 2. qualification microbiologique C est un vrai problème car rien n est standardisé!!! Pour votre contrôle de qualité lors de la conception, voici quelques conseils : A) Pour les prélèvements d air : i. Etablir un débit de prélèvement d environ 100 L /min ii. Faires des prélèvements dans les zones critiques iii. Eviter de faire les prélèvements dans les zones à haute vitesse ( en sortie de réseau.) 51

18 Qualité de l air dans la ZEC (9) 2. qualification microbiologique B) Pour les prélèvements de surface sur gélose : i. Utiliser des géloses à température ambiante ii. Faires des prélèvements dans les zones critiques iii. Eliminer les traces de détergeant au préalable iv. Standardiser la méthode de pression C) Pour les prélèvements de surface par écouvillonnage: i. Utiliser des écouvillons imprégnés d un liquide ii. Faires des prélèvements dans les zones critiques iii. Utiliser un masque pour déterminer la surface à tester iv. Croiser les mouvements 52

19 Qualité de l air dans la ZEC (10) 2. qualification microbiologique Donc, toute la difficulté est de définir les points critiques. Il n y a pas réellement de méthode universelle : 1. Utiliser l expérience, le bon sens 2. L analyse de risque 3. Et quelque fois, il faut se laisser guider par son «feeling» surtout lors de la phase de qualification où la ZEC n est pas forcément encore totalement connu. quelques exemples de points critiques Portes, coins, endroits avec une mauvaise aéraulique. Surface de travail recevant des Fiches de fabrication Tiroir 53

20 Autres contrôles (1) Contrôles Cascades de pression entre les salles Différences de pression en amont et aval du filtre Mesures du taux de renouvellement d air Cibles Pa Dépend de la vitesse de l air et du type de filtre Quand P double => Changement de filtre Vol/H Mesure de surpressions relatives - NF EN ISO Le principe de l essai consiste à : Vérifier la capacité de l installation dans son intégralité à maintenir la pression différentielle de l air spécifiée entre l installation et son environnement et entre les salles ou entre les salles et les zones extérieures. 54

21 Les contrôles de maintenance Spécifications pour les essais selon ISO Tests Conformité aux limites de Classes < ISO5 > ISO 5 Essais complémentaires Débit ou vitesses Pression différentielle Essai facultatifs Fuites sur filtres Visualisation flux d air Fuites de confinement Fréquences 6 mois 12 mois 12 mois 12 mois 24 mois 24 mois 24 mois 55

22 Conclusion Le contrôle de qualité est une étape primordiale dans la validation d une ZEC Le manque de rigueur à cette étape entraîne : 1) Difficulté de fonctionnement 2) Arrêt plus fréquent de maintenance 3) Risque pour la qualité des fabrications 4) Risque pour le personnel ( si produit dangereux). 56

23 En espérant que votre état n est pas celui de cette commission de discipline Merci 57

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Présentation effectuée par Laurent MICHON lmichon@groupecarso.com Responsable du Pôle Hygiène Hospitalière Groupe CARSO 4 avenue Jean Moulin 69200 Vénissieux

Plus en détail

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements.

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements. IV.2 Air IV.2.1 Indications Les investigations ne se justifient qu en zones à environnement maîtrisé, c est à dire lorsqu il existe un système de traitement d air dont la conception, la performance et

Plus en détail

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC)

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Management & Projets scientifiques Satillieu 28 septembre- 02 Octobre 2009 1 Gérard Rousset Processus de contamination zones à

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie I : Le point de vue de l utilisateur Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU de

Plus en détail

Application à la stérilisation et à

Application à la stérilisation et à Réception d une nouvelle stérilisation : que faut-il faire? Application à la stérilisation et à sa zone à atmosphère contrôlée Bénédicte GOURIEUX pharmacien avec la collaboration de Céline HERNANDEZ -

Plus en détail

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR 0305010 CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR SOMMAIRE 1 ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX... 1.1 Référentiels normatifs... 1. Norme ISO 14 644-1... CLASSES PARTICULAIRES... 3.1 Paramètres à définir... 3. Classes particulaires

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : Conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé. Le point de vue de l utilisateur

Les zones à environnement contrôlé : Conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé. Le point de vue de l utilisateur Les zones à environnement contrôlé : Conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé. Le point de vue de l utilisateur Pr P.Odou, M. Vasseur Laboratoire de Biopharmacie Pharmacie

Plus en détail

Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches.

Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches. Pour que votre air soit pur. Notre service de mesures pour salles blanches. l invisible. Nous sommes spécialistes des équipements techniques pour salles blanches destinés aux hôpitaux et laboratoires,

Plus en détail

Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre?

Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre? Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre? Mise à jour : juin 2009 Rappel sur les dernières normes applicables pour les salles propres : RÉFÉRENCE TITRE DATE ISO 14644-1 Salles propres et environnements

Plus en détail

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE EUROFLUX CONCEPTEUR - INSTALLATEUR LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT SOMMAIRE 1. L AEROCONTAMINATION 1.1. Généralités sur la contamination de l air 1.2. Charge particulaire

Plus en détail

Filtre absolu H14 et U15 pour flux laminaires AB et AA - W(H)BLF

Filtre absolu H14 et U15 pour flux laminaires AB et AA - W(H)BLF Filtre absolu H14 et U15 pour flux laminaires AB et AA - W(H)BLF Applications Centrale de traitement d air Introduction d air Compresseurs Grappes électrogènes Turbines à gaz Tarifs et conditions nous

Plus en détail

DILUTION DES MILIEUX HAUTEMENT CONCENTRÉS EN PARTICULES SYSTÈME DE DILUTION VKL

DILUTION DES MILIEUX HAUTEMENT CONCENTRÉS EN PARTICULES SYSTÈME DE DILUTION VKL FICHE PRODUIT - Les concepts de base relatant de la production et des caractéristiques d un aérosol ou de poudres de test sont définis et décrits par des normes. Les caractéristiques de base d un aérosol

Plus en détail

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie Préparation en salle blanche C. Pirlot Département Pharmacie En bref 1. Contexte 2. Définition et classification 3. Utilité 4. Fonctionnement 5. Locaux et contrôles 6. Implications dans le travail 7. Conclusions

Plus en détail

Atelier ASPEC Contrôles particulaires de l air au bloc opératoire Interprétation des résultats

Atelier ASPEC Contrôles particulaires de l air au bloc opératoire Interprétation des résultats Atelier ASPEC Contrôles particulaires de l air au bloc opératoire Interprétation des résultats Crespin C. ADJIDÉ Pharmacien, biologiste des hôpitaux Praticien hospitalier hygiéniste, délégué régional Nord

Plus en détail

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 1. Etat actuel de la situation - Cahier des charges et besoins utilisateurs prédéfinis - Parmi les différentes variantes techniques proposées, un concept a été

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F NOTE DU LCSQA Métrologie Assurance Qualité : Intercomparaison des stations de mesures Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F F. MARLIERE (LCSQA/INERIS) Personnes

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Equipement de protection collective

Equipement de protection collective Equipement de protection collective Etat des connaissances Sonia Grimbuhler Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Produits phytopharmaceutiques : Protection de la santé des utilisateurs

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques F. Sadeghipour : 10 avril 2014 1 2 Constat Les pharmacies

Plus en détail

INTRODUCTION. Sorbonnes Hottes à Flux Laminaire Postes de Sécurité Microbiologique

INTRODUCTION. Sorbonnes Hottes à Flux Laminaire Postes de Sécurité Microbiologique INTRODUCTION Sorbonnes Hottes à Flux Laminaire Postes de Sécurité Microbiologique Section 1 PURETÉ DE L AIR Pureté de l Air Def : Nombre de particules solides et liquides contrôlées Classification ISO

Plus en détail

RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse

RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse Fabrice RICHIERI - CETE du Sud-Ouest Rappel du contexte réglementaire

Plus en détail

Régulation pneumatique de la pression ambiante. Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité.

Régulation pneumatique de la pression ambiante. Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité. Régulation pneumatique de la pression ambiante Qualité de réglage maximale pour les salles blanches et les laboratoires de haute sécurité. La régulation de la pression ambiante par SAUTER une fiabilité

Plus en détail

Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations

Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations Zentrum für Integrale Gebäudetechnik Dr. Benoit Sicre wissenschaftlicher Mitarbeiter Senior T direkt +41

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN

Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN I : Assainissement d ambiance de travail Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN Fiche I4 Principe de fonctionnement Avant propos Outre le respect des VMEP (Valeur Moyenne d Exposition Professionnelle)

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

TEXI-SOFT GAINE TEXTILE 05/06/2013. Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu

TEXI-SOFT GAINE TEXTILE 05/06/2013. Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu 05/06/2013 SOUS RÉSERVE DE MODIFICATION SANS PRÉAVIS AÉRAULIQUE THERMIQUE INDUSTRIE BÂTIMENT 13 rue Gustave Eiffel BP 28103 44981 S te Luce/Loire Cedex

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet GESTION D UNE SALLE BLANCHE Par Sylvain Triquet Le 13/11/2007 Les outils pour maîtriser l'analyse de traces Salles blanches Hottes de soufflage à flux laminaire Filtres dit absolus (99,99..% arrêté) Lit

Plus en détail

Systèmes de ventilation et traitement de l air (HVAC)

Systèmes de ventilation et traitement de l air (HVAC) Systèmes de ventilation et traitement de l air (HVAC) Polígono Industrial Heras nave 136 39792 Heras, Cantabria T. 942 253 815 F. 942 253 851 www.enwesa.com Services Activités de mise en place, modification

Plus en détail

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports.

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. L élimination des polluants liquides et solides nécessite un changement régulier des

Plus en détail

Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025

Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025 Comment assurer la qualité des résultats issus des essais en salle propre? Rôle de l'accréditation ISO 17025 Tony WATTRELOT t.wattrelot@hygiene expertise.fr +33 (0) 6 60 70 85 01 www.hygiene expertise.fr

Plus en détail

COMMENT CONCILIER QUALITE DE L AIR INTERIEUR ET BÂTIMENTS PERFORMANTS. Oscar Hernandez Ingénieur - Docteur en Qualité des environnements intérieurs

COMMENT CONCILIER QUALITE DE L AIR INTERIEUR ET BÂTIMENTS PERFORMANTS. Oscar Hernandez Ingénieur - Docteur en Qualité des environnements intérieurs COMMENT CONCILIER QUALITE DE L AIR INTERIEUR ET BÂTIMENTS PERFORMANTS Oscar Hernandez Ingénieur - Docteur en Qualité des environnements intérieurs 19 janvier 2016 50 40 Déc lenchement de la ventilation

Plus en détail

Clean Air Technologies. Document No - FRA021 Version 1.0

Clean Air Technologies. Document No - FRA021 Version 1.0 Clean Air Technologies . Venture. 60 La Joint Venture Clean Air Technologies SAS à été formée à partir d une Joint entre deux sociétés: Clean Air Technologies LTD (Angleterre): Spécialisée dans la conception,

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

SURPRESION DE CAGE D ESCALIER

SURPRESION DE CAGE D ESCALIER SURPRESION DE CAGE D ESCALIER Kit de surpression de cage d escaliers Au paragraphe 5, «Protection de l escalier» du code technique de construction DB-SI 3-6 se déterminent les conditions de protection

Plus en détail

Technique de diffusion

Technique de diffusion TEXI-SOFT et 5.1.1 TEXI-SOFT et : Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu TEXI-SOFT Tissu poreux Tissu micro-perforé Principe : La diffusion se fait à basse vitesse (v s < 1 m/s): - soit sur

Plus en détail

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE 1/5 STOCKAGE ET MANUTENTION Le transport et le stockage des gaines doivent être réalisés à 10 C afin de respecter la chaîne du froid. A cette température, nous garantissons une durée de vie de 4 semaines

Plus en détail

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5 RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 30 décembre 2014 Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN

Plus en détail

HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR:

HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR: HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR: Quel est le meilleur choix pour la préparation paration des cytostatiques? BOPPass 2010 INTRODUCTION objectifs: 1. Protection du produit 2. Protection du

Plus en détail

L efficacité énergétique de façon concrète.

L efficacité énergétique de façon concrète. L efficacité énergétique de façon concrète. Centrales de traitement d air avec un label d efficacité énergétique actuel selon la directive RLT 01 de la Herstellerverband Raumlufttechnische Geräte e.v.

Plus en détail

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C CPC en temps réel pour la mesure de particules entre 0,004 et 3 µm Système portable, fonctionnement sur batterie Mesure de

Plus en détail

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Partie 2 Le classement des locaux BTS HPE/HSE Fascicule stagiaire TD 1 P a g e I. Les structures intérieures a. Classification des secteurs d activité

Plus en détail

Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile.

Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile. Des composants hospitaliers novateurs. Pour que l air soit pur et stérile. Nos produits et services entrent en scène dès qu il s agit de planifier et de mettre en œuvre des concepts novateurs pour obtenir

Plus en détail

Laboratoire Recherche Animalerie. Laboratoires classés. Construire Votre Environnement. A division of Dagard SAS

Laboratoire Recherche Animalerie. Laboratoires classés. Construire Votre Environnement. A division of Dagard SAS Laboratoire Recherche Animalerie Laboratoires A division of Dagard SAS Construire Votre Environnement Pérennité Renommée Expertise Savoir-faire Dagard : 30 ans à la pointe de l innovation Votre projet

Plus en détail

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01 Toits durables 1 Merci à l AGPI Bienvenue 2 Mario V. Petrone, architecte et architecte paysagiste 3 PROGRAMME Introduction 1. Le concept d une pression équilibrée 2. Le problème 3. Les causes 4. Le résultat

Plus en détail

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre SOLUSCOPE 3 La valeur sûre SOLUSCOPE 3 une Machine rapide Pour un nettoyage et une désinfection efficace Un cycle 1 complet en 20 minutes UN TEMPS DE TRAITEMENT OPTIMAL Le cycle de traitement complet du

Plus en détail

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry France 1 Sommaire Définitions et terminologie Règlements

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013 PROGRAMME DE FORMATION 0-03 /8 AQR Assurance qualité et Réglementation. Annual Product Review (APR) (revue qualité produit). Contrat de sous-traitance et cahier des charges fournisseurs dans l'industrie

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Technique de diffusion

Technique de diffusion Diffusion totale ou partielle par porosité du tissu 5.1 p1 Principe : La diffusion se fait à basse vitesse (v s < 1 m/s): - soit sur toute la surface du tissu (diffusion totale), - soit sur un arc de la

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS 2009 CONDUITE DES PRESSES A GRANULER OUVERT A TOUS 2 sessions : 13 Janvier et 09 Juin 2009 Adhérent : 592 TTC/personne (495 H.T.) Non Adhérent : 828,82 TTC/personne (693 H.T.)

Plus en détail

M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1

M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1 Vérification d une cabine de traduction Dossier CRIQ 670-44255R1 Rapport technique M. Mario Ratté MULTI-CAISSES INC. 350, rue Fortin Québec (Québec) G1M 1B1 MARC ST-ARNAUD CONSEILLER INDUSTRIEL MONTRÉAL,

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres

Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres Identification de ce document : Protocole_DOP_005 Date de ce document : 28.11.2008 Nombre de pages de ce document

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR EN MILIEU HOSPITALIER. LA SOLUTION de Décontamination et de Filtration de l Air MOBIL AIR

LA QUALITE DE L AIR EN MILIEU HOSPITALIER. LA SOLUTION de Décontamination et de Filtration de l Air MOBIL AIR Prix Coup cœur de L innovation ANVAR 2003 LA QUALITE DE L AIR EN MILIEU HOSPITALIER LA SOLUTION de Décontamination et de Filtration de l Air MOBIL AIR Coronographie ISO 7 CH de COMPIEGNE Salle d urgence

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux.

Ventilation d écurie. Figure 1A Ventilation transversale avec entrées d air et ventilateurs muraux. Ventilation d écurie Le confort des personnes et des animaux, dans un bâtiment, dépend principalement du système de ventilation et de chauffage. Les divers buts de l exploitant du bâtiment dicteront les

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Traitement du Biogaz : solutions, résultats et intérêt économique. «Le traitement n est pas un coût, c est une source de revenus supplémentaires»

Traitement du Biogaz : solutions, résultats et intérêt économique. «Le traitement n est pas un coût, c est une source de revenus supplémentaires» Traitement du Biogaz : solutions, résultats et intérêt économique «Le traitement n est pas un coût, c est une source de revenus supplémentaires» Les principaux polluants Humidité le biogaz est naturellement

Plus en détail

Filtres pour gaz et air. GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200

Filtres pour gaz et air. GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200 Filtres pour gaz et air GF/1: Rp 1/2 - Rp 2 GF/3: DN 40 GF/4: DN 50 - DN 100 GF: DN 125 - DN 200 11.02 Printed in Germany Edition 02.13 Nr. 225 676 1 8 Technique Filtres pour l'alimentation en gaz dans

Plus en détail

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION Concilier ventilation efficace et économies d'énergie Jeudi 28 Novembre 2013 Pourquoiventiler? L OMS (Organisation mondiale

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin Atelier: Système de traçabilité Isabelle Constantin Séminaire MAS 10 avril 2014 Déroulement de l atelier Partie théorique Constitution de 2 groupes Analyse par groupes de cas pratiques Mise en commun Discussion

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Traitement des micropolluants: aspects technique

Traitement des micropolluants: aspects technique Traitement des micropolluants: aspects technique Mise en œuvre des filières de traitement des micropolluants Didier Rubin Les filières de traitement Filières principales en eaux usées communales Ozonation

Plus en détail

CATALOGUE AIR FLOW SYSTEM. salles propres

CATALOGUE AIR FLOW SYSTEM. salles propres CATALOGUE AIR FLOW SYSTEM salles propres salles propres salles propres IGUÑA dessine, conçoit et fabrique des équipements pour le traitement de l air, avec la plus haute efficience et efficacité, en

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PILOTAGE DE SYSTEMES DE PRODUCTION AUTOMATISEE

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PILOTAGE DE SYSTEMES DE PRODUCTION AUTOMATISEE DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialitéoption : Repère de l épreuve : Epreuvesous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application : Système de ventilation changé Date Modification Version 7 juin 2012 1 Préambule Dans le cadre de la méthode Th-C-Eex, la prise en compte des systèmes de ventilation (et donc leur

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail

DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE

DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE DECOUVREZ LE COMPTEUR DE PARTICULES VIABLES EN TEMPS REEL BIOTRAK UNDERSTANDING, ACCELERATED TSI Incorporated - Visit our website www.tsi.com for more information.

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Nos Piscines: un avenir au «Juste Prix» Colloque AES Cofely Services du 25 novembre 2009

Nos Piscines: un avenir au «Juste Prix» Colloque AES Cofely Services du 25 novembre 2009 Nos Piscines: un avenir au «Juste Prix» Colloque AES Cofely Services du 25 novembre 2009 GDF SUEZ UN GROUPE A VOTRE SERVICE GDF Suez Nos piscines : un avenir au juste prix 25.11.2009 3 GDF Suez Energy

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 www.minergie.

Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 www.minergie. Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? MINERGIE Walter Meier Blue-Expert-Apéro : Ventilation Edition 2014 Conditions-cadres pour la ventilation : du nouveau? Sources : - Heinrich Huber, FHNW,

Plus en détail

INFORMATION TECHNIQUE - HRV 501 VMC double flux avec échangeur thermique rotatif et transfert d humidité

INFORMATION TECHNIQUE - HRV 501 VMC double flux avec échangeur thermique rotatif et transfert d humidité INFORMATION TECHNIQUE - HRV 501 VMC double flux avec échangeur thermique rotatif et transfert d humidité HRV 501 1 Description générale 3 2 Caractéristiques techniques 5 3 Accessoires 7 Sous réserve de

Plus en détail