Mission parlementaire de simplification de l environnement réglementaire et fiscal des entreprises. Mieux simplifier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mission parlementaire de simplification de l environnement réglementaire et fiscal des entreprises. Mieux simplifier"

Transcription

1 Mission parlementaire de simplification de l environnement réglementaire et fiscal des entreprises Mieux simplifier «La simplification collaborative» Rapport de synthèse

2 PRINCIPALES PRECONISATIONS 1) Engager une démarche de simplification collaborative à partir des attentes exprimées par les entreprises et co-produite avec elles, en lieu et place d un processus administratif de simplification. 2) Fixer des objectifs planifiés sur 3 années (programme triennal) pour supprimer 80 % des coûts des entreprises liés à la complexité et à la lenteur des procédures, tout en simplifiant le travail des administrations. 3) Organiser un pilotage unique au plus près du Premier ministre. 4) Mettre en place un outil adapté à la stratégie préconisée et structurant durablement la démarche partenariale. 5) Associer le Parlement à la simplification dans le cadre du programme «Mieux légiférer». 6) Faire évaluer chaque année par la Cour des comptes l efficacité du plan d actions annuel déclinant le programme triennal. 7) Mettre en place les outils de communication participatifs pour associer les usagers au chantier de la simplification. 2

3 Le système actuel de simplification 3

4 Le système proposé : la simplification collaborative CA du GIP Administrations ministérielles - SGMAP Entreprises - Collectivités territoriales DG + Equipe opérationnelle dédiée PARLEMENT Pilotage ex ante Programme triennal de simplification COUR DES COMPTES Evaluation annuelle ex post Chefs de projet Chefs et équipes-projet Groupes-projet collaboratifs SOMMAIRE 1 4

5 SOMMAIRE 2 1. TIRER LES ENSEIGNEMENTS DE L EVALUATION DES EXPERIENCES FRANÇAISES ET ETRANGERES 1.1. L évaluation des dernières démarches de simplification en France : des difficultés de mise en œuvre et des résultats insuffisants Les programmes de simplification en direction des entreprises, mis en œuvre au cours des cinq dernières années, donnent lieu à des bilans très mitigés Une intégration pénalisante des démarches de simplification dans la RGPP dont la mise en œuvre a fait l objet de nombreuses critiques Des facteurs explicatifs de la faible performance des démarches de simplification récentes Les conditions de réussite identifiées dans les démarches de simplification mises en œuvre dans les autres pays développés Pilotage, mise en œuvre et suivi des démarches de simplification Les grands principes d action qui guident les démarches de simplification Dates d engagement des démarches de simplification et résultats obtenus Définition des objectifs de simplification et évaluation ex ante Objectifs et méthodes d intervention pour la réduction du stock Evaluation ex post des démarches de simplification Outils de communication Ce rapport de synthèse est le résumé du rapport final qui sera transmis mi-juillet

6 2. LES CONDITIONS DE REUSSITE D UNE DEMARCHE DURABLE DE SIMPLIFICATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES 2.1. Cinq principes d action à adopter Rechercher l efficacité optimale Engager les parties prenantes dans un même projet partagé et une stratégie de progrès gagnant-gagnant Considérer que la démarche de simplification est au cœur du processus de modernisation de l action publique et particulièrement de la réforme de l Etat Associer et mobiliser le Parlement à la démarche de simplification en faveur des entreprises Soumettre la démarche de simplification en direction des entreprises à une évaluation rigoureuse et indépendante Installer une nouvelle gouvernance Regrouper les propositions de simplification concernant les entreprises dans un programme unifié et relevant d un pilotage unique au plus près du Premier ministre Mettre en place un outil adapté à la stratégie préconisée et facilitateur de la démarche partenariale à promouvoir CONSTRUIRE UN PROGRAMME TRIENNAL DE SIMPLIFICATION 3.1. Un programme de simplification issu de la consultation de 200 chefs d entreprises Un programme planifié sur 3 ans et à traduire en plan d actions triennal démarrant le 1 er janvier Une définition homogène des chantiers de simplification Structurer et mettre en œuvre chaque chantier en mode projet

7 4. COMMUNIQUER AUTOUR DE LA SIMPLIFICATION 4.1. Concevoir la communication autour de la simplification Des outils de communication pour l instant insuffisants Les conditions de la réussite Réussir la communication de la simplification La nécessité de rapidement adopter une sémantique et des éléments de langage partagés Premières préconisations d outils médias et hors-médias pour accompagner la stratégie de communication externe Définir et mettre en œuvre une stratégie de communication interne Echéances ANNEXE 1 : PRESENTATION DETAILLEE DU PROGRAMME TRIENNAL DE SIMPLIFICATION ANNEXE 2 : DECISIONS ET MESURES URGENTES ANNEXE 3 : LISTE DES ENTREPRISES ET DES INSTITUTIONNELS AYANT ETE CONSULTES (auditions, ateliers, réunions publiques). 70 7

8 1. TIRER LES ENSEIGNEMENTS DE L EVALUATION DES EXPERIENCES FRANÇAISES ET DES EXPERIENCES ETRANGERES 1.1. L évaluation des dernières démarches de simplification en France : des difficultés de mise en œuvre et des résultats insuffisants Les programmes de simplification en direction des entreprises, mis en œuvre au cours des cinq dernières années, donnent lieu à des bilans très mitigés. Un premier bilan porte sur le taux d application des trois dernières lois de simplification du droit et des démarches administratives, comportant des dispositions en direction des entreprises. Taux d application des lois à la date du 05/02/2013 Taux d application Lois Nombre de mesures appelant un décret d application Nombre de mesures ayant reçu application Taux d application Nombre de mesures en attente de décret d application Loi n du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives % 21 Loi n du 17 mai 2011 de simplification et d amélioration de la qualité du droit ,14 % 12 Loi n du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d allègement des procédures ,3 % 1 Source : CGEFI (06/02/2013) 8

9 Ensuite, le bilan effectué par le SGMAP en mars 2013 s établit ainsi : Sur les 348 mesures de simplification en direction des entreprises, engagées depuis 2009 : - 12 mesures ont été bloquées - 90 mesures seraient toujours «en cours» mesures sur lesquelles il reste difficile de se prononcer, leur suivi ayant été réparti sur plusieurs ministères mesures seraient réalisées (soit 29 % des mesures engagées) Une intégration pénalisante des démarches de simplification dans la RGPP dont la mise en œuvre a fait l objet de nombreuses critiques Le rapport évaluatif de la RGPP, remis par les trois inspections générales en septembre 2012, 3 souligne que «la RGPP est une démarche nouvelle dont l ambition initiale a été compromise par la méthode retenue» et qu elle «a été mal vécue par de nombreux agents de l Etat». Sur le premier point, la principale critique porte sur l évolution de la RGPP au cours des cinq années concernées, 2007 à 2012 : l abandon de la réflexion sur les politiques publiques et le glissement de la réforme dans une logique quasi exclusivement comptable recherchant essentiellement des économies budgétaires rapides. La méthode de mise en œuvre de la RGPP a été l une des traductions manifestes de ce changement implicite de cap, autrement dit des finalités et objectifs initiaux de cette réforme de l Etat. Cette méthode cristallise l essentiel des critiques que nous pouvons résumer ainsi : - Une méthode vécue comme non concertée et imposée de l extérieur, avec un recours massif à des consultants externes perçu comme un signe de défiance injustifiée à l égard de la fonction publique d Etat. - Un rythme de changement trop rapide et peu compatible ni avec l association des acteurs et des usagers, ni avec la préparation suffisante des réformes envisagées (en particulier, conditions de faisabilité des différents chantiers trop souvent sous-estimées). 3 Rapport IGA-IGF-IGAS «Bilan de la RGPP et conditions de réussite d une nouvelle politique de réforme de l Etat», septembre

10 - Un accompagnement des changements insuffisant tant sur le plan des transferts des méthodes et des moyens mobilisés que sur le plan de la gestion des ressources humaines. - Une communication du changement largement contreproductive en raison de trop grands décalages entre les annonces uniformément positives et les réalités vécues par les agents publics. - Une démarche trop verticale et cloisonnée, un manque de transversalité et un défaut d articulation de nombreux chantiers qui ont rendu difficile la mise en œuvre de certaines mesures nécessitant une coopération interministérielle. - Une accumulation de réformes de nature et de portée très inégales, l absence de priorités clairement établies ont conduit progressivement à une perte de lisibilité et de cohérence de la démarche, à une perte de sens de la RGPP elle-même. Aux yeux des initiateurs de la RGPP, cette méthode consistant à mettre en œuvre les réformes selon un rythme intensif et des calendriers resserrés, un pilotage centralisé et directif, enfin des circuits de décision très courts, se justifiait au regard d un souci primordial : obtenir rapidement des résultats. C est donc à l aune de ce critère d efficacité qu il convient d évaluer cette réforme. Dans leur bilan des cinq années de RGPP, les trois inspections livrent le résultat suivant en septembre 2012 : sur les 503 mesures engagées dans le cadre de la RGPP, 311 (soit 63 %) sont toujours en cours, autrement-dit restent inachevées. Dans un communiqué de presse, le 6 juillet 2012, le Premier Ministre a déclaré que «la période de la RGPP était close». Ce message semble avoir été interprété de différentes façons par les décideurs et acteurs de terrain. Quoiqu il en soit, aux dires de plusieurs observateurs, le large rejet de la RGPP au sein des administrations de l Etat risque d avoir des effets durables. Ce constat oblige aujourd hui à se soucier particulièrement des conditions de réussite de toute nouvelle démarche de modernisation de l administration publique d Etat Des explicatifs de la faible performance des démarches de simplification récentes L évaluation spécifique effectuée par la mission parlementaire des dernières démarches de simplification en direction des entreprises a permis d identifier plusieurs facteurs explicatifs du faible rendement constaté : 10

11 Une discontinuité du pilotage politique sur la durée : sous la précédente législature, trois ministres ont été successivement en charge du dossier de simplification en direction des entreprises. Une gouvernance des chantiers de simplification, insuffisamment définie et fluctuante, n ayant pas permis d effectuer des arbitrages au bon niveau et en temps utile (absence notamment d un pilotage interministériel). Des programmes de simplification manquant de cohérence et peu lisibles dans la mesure où ils correspondaient, la plupart du temps, à des listes de mesures plus ou moins éparses, sans peu de relations entre elles et sans hiérarchisation des priorités. Des faiblesses méthodologiques dans les modes de structuration, de mise en œuvre et de suivi dans la durée des chantiers de simplification : en particulier, une insuffisante maîtrise du mode projet et l engagement de certaines mesures sans analyse préalable suffisante de leurs conditions de faisabilité. Des modes de consultation des entreprises trop ponctuels ou évènementiels et n ayant pas permis de mettre en place un dispositif de travail collaboratif et pérenne entre les administrations et les chefs d entreprise, notamment n ayant pas permis de co-définir les solutions (mesures de simplification) sur la base de diagnostics partagés des situations vécues et des problèmes concrets rencontrés par les entreprises. Au final, après avoir rencontré près de 200 chefs d entreprise, 4 nous constatons aujourd hui chez ces derniers un assez grand scepticisme et une perte de crédibilité des démarches de simplification les concernant. Les chefs d entreprise restent, dans le meilleur des cas, attentistes, mais le plus souvent circonspects. Comme le déclarait récemment l un d entre eux : «La simplification, plus on en parle et moins on en fait!» En fait, les chefs d entreprise attendent avant tout des preuves concrètes traduisant l effectivité des changements annoncés dans la vie quotidienne de leur entreprise. 4 Dans le cadre et à la suite des ateliers interentreprises que nous avons animés en avril 2013, en juin 2013 et au cours d auditions publiques (voir liste en annexe) 11

12 1.2. Les conditions de réussite identifiées dans les démarches de simplification mises en œuvre dans les autres pays développés. Au regard des outils mis en œuvre par la France ces dernières années autant que du bilan concret des actions de simplification, notre pays pourrait utilement s inspirer des politiques mises en œuvre dans d autres pays européens particulièrement dynamiques en la matière. Nous avons choisi de concentrer l analyse sur 5 d entre eux identifiés au plan européen comme les plus avancés (Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Danemark) sur le volet simplification de l environnement réglementaire et fiscal des entreprises Pilotage, mise en œuvre et suivi des démarches de simplification ALLEMAGNE : Pilote : Ministre d Etat, responsable de la coordination entre le gouvernement fédéral et les régions, en lien direct avec la Chancelière Fédérale. Mise en œuvre : Comité de la simplification administrative (comité de la réduction de la bureaucratie) composé de représentants des ministères fédéraux sous la présidence du Ministre d Etat. Suivi et contrôle de la mise en œuvre : Le NKR (Nationaler Normenkontrollrat) est un organisme indépendant de contrôle, rattaché au gouvernement fédéral. Il a son propre secrétariat dont le personnel ne dépend que du NKR. Ce secrétariat est composé de 10 membres issus de l Industrie, de la Recherche et développement. Il conseille tous les ministères fédéraux qui sont individuellement responsables pour initier leurs propres mesures de réduction. Il assiste le gouvernement Fédéral dans la réduction des charges administratives existantes et pour éviter des charges nouvelles dans les propositions de lois. ROYAUME-UNI : Pilote : Secrétaire d Etat aux Affaires, à l Innovation et au Savoir-Faire (BIS). Mise en œuvre : Les ministères sont en charge de la conception des projets de simplification. Suivi et contrôle de la mise en œuvre : le BRE (Better Regulation Executive) est l organe institutionnel central de la simplification administrative, placé sous la responsabilité du secrétaire d Etat au BIS. Il apporte un soutien aux ministères dans leurs projets de simplification et les incite à atteindre leurs objectifs grâce à ses mesures d évaluation de performances. Des cabinets de consultants peuvent être chargés en lien avec le BRE d évaluer les coûts et les bénéfices de certains projets. 12

13 PAYS-BAS : Pilote : Ministère des Finances et Ministère des Affaires Economiques Mise en œuvre : Le RRG (Groupe de Réforme de la Réglementation) est l organe central de la coordination de la simplification administrative. Il a été constitué de plusieurs unités compétentes issues de deux ministères (Ministère des Finances et Ministère des Affaires Economiques). Il rend compte à ces deux ministres par l intermédiaire du Groupe Ministériel pour l amélioration de la réglementation. Un comité directeur sur le mieux légiférer (steering Group for Better Regulation) présidé par le Premier ministre, se réunit chaque trimestre et met en relation les ministères de l Intérieur, de la Justice, des Finances et des Affaires Economiques et il est appuyé par un groupe de fonctionnaires. Il examine des rapports d avancement sur les politiques de simplification et effectue des travaux préparatoires en vue des rapports au Cabinet et au Parlement. Suivi et contrôle de la mise en œuvre : L ACTAL (Advisory Board on Administrative Burdens) est le conseil consultatif indépendant pour l examen des charges administratives. Il aide à stimuler et à structurer la réforme réglementaire. Sa fonction comprend la remise en question des actions des pouvoirs publics sur les programmes de réduction des charges administratives imposées aux entreprises. BELGIQUE : Pilote : Ministre du budget et de la simplification administrative Mise en œuvre : l ASA (Agence pour la Simplification Administrative) est en charge de piloter la mise en œuvre de la politique visant à réduire la complexité administrative supportée par les entreprises. Son rôle consiste à encourager et coordonner les initiatives de simplification entre administrations. L ASA dépend de la Chancellerie du Premier Ministre mais dispose d une grande indépendance. Elle n a pas de pouvoirs de direction ni de contrainte vis-à-vis des administrations et s appuie principalement sur la consultation et la coopération avec les administrations. DANEMARK : Pilote : Ministère des Finances et Ministère de l Economie et des Affaires commerciales. Mise en œuvre : Le comité de coordination (Coordination Committee) est responsable de la gestion des politiques visant à mieux légiférer. Il a des responsabilités importantes telles que l approbation du programme des lois, l approbation des projets de loi, l approbation des plans d action pour les 13

14 programmes de simplification dédiés aux entreprises. Pour mémoire: le Mindlab (organisme de développement relevant du ministère de l Economie et des Affaires commerciales, du ministère de la Fiscalité et du ministère de l Emploi) a été très impliqué dans le cadre de la construction du programme de réduction de la charge administrative pour les entreprises. Sa mission a été d associer des entreprises dans les projets de développement entrepris par les ministères. Suivi et contrôle de la mise en œuvre : Un certain nombre de comités interministériels sont chargés du suivi et du développement des politiques de réduction des charges administratives. Une unité de la DCCA (Danish Commerce and Companies Agency) assure le suivi des charges imposées aux entreprises. Elle se réunit toutes les semaines et publie des rapports au Premier ministre Les grands principes d action qui guident les démarches de simplification ALLEMAGNE : Le programme de réduction des charges administratives pour les entreprises Bürokratieabbau se base sur la progression de l administration électronique au profit des entreprises et des citoyens avec le programme e-government 2.0. La qualité juridique est appuyée par le développement du logiciel enorm et par des efforts visant à ce que les textes soient rédigés en langage clair. Les parties intéressées (associations d entreprises, partenaires sociaux et instituts de recherche économique) participent activement pour identifier et mesurer les coûts des obligations d information ainsi que dans le développement d options de simplification. ROYAUME-UNI : Le principe de transparence et le lien direct avec les entreprises sont des caractéristiques fortes du processus de simplification des charges administratives. Le développement de la relation avec les entreprises créée un état de confiance qui induit une réduction des contrôles administratifs. PAYS BAS : Une nouvelle stratégie de communication proactive cible les besoins identifiés par les entreprises plutôt que ceux identifiés par les ministères. Cette approche a permis la création de la Wientjes Commission dont le rôle est d être le porte-parole des entreprises ainsi que d autres mesures prenant en compte les intérêts des entreprises. Un principe de confiance est établi avec les entreprises run friendly et implique de ne contrôler que ce qui est nécessaire. BELGIQUE : Les TIC constituent un outil essentiel pour le plan d action sur la réduction des charges administratives pour les entreprises : banque carrefour des entreprises (principe de «dites-le nous une fois»), facture 14

15 électronique et le test Kafka qui a été qualifié par la Banque Mondiale comme le programme de communication sur la diminution des charges le plus novateur DANEMARK : Pour faire en sorte que la politique de réduction des charges administratives corresponde plus étroitement aux besoins réels des entreprises, il a été décidé de traiter les sources d irritation. Dans l axe de transparence, la diffusion du plan de «débureaucratisation» de la réglementation des entreprises explique de quelle manière les autorités comptent atteindre l objectif de réduction de 25% Dates d engagement des démarches de simplification et résultats obtenus Les dates d engagement des démarches de simplification. Beaucoup de pays se sont engagés dans des démarches de simplification avant les dates indiquées ci-dessous, celles-ci étant celles enregistrées par l OCDE. Il faut rappeler que c est à partir de novembre 2006 que la Commission européenne a lancé l action de mise en œuvre par les Etats membres d une réduction de 25% à l horizon 2012 des charges administratives pesant sur les entreprises (évaluation d un gain de 1,4% du PIB pour l UE). Allemagne : 2006 Royaume-Uni : 2005 Pays-Bas : 1994 Belgique : 06/1999 Danemark : 08/2007 Les résultats obtenus ALLEMAGNE : Objectif : réduction de 25% des charges administratives supportées par les entreprises. Le montant des charges administratives supportées par les entreprises en 2006 était évalué à 49,3 Milliards. Depuis 2006 les ministères fédéraux ont engagé un grand nombre d amendements et de procédures de simplifications avec un résultat d économie de 6 milliards par an pendant la période Depuis 2010 jusqu à la fin 2011 des mesures supplémentaires ont été prises qui ont généré une réduction additionnelle de charges pour les entreprises de 4,9 milliards. D autres mesures ont été prises par le gouvernement fédéral le 14/12/2011 avec comme objectif d accroître la réduction des charges de 1,45 milliard par an pour atteindre les 25%. 15

16 Quelques exemples de simplifications : La facturation électronique mise en place par la loi de 2011 a montré une réduction de charges de 4,1 milliards par an. La simplification dans le domaine des marchés publics enregistre une économie pour les entreprises de 400 millions. ROYAUME-UNI : En mai 2005, les ministères s étaient engagés pour une réduction de 25% des charges administratives supportées par les entreprises. En mai 2010 l objectif avait été dépassé avec un taux de 26,62% soit 4,2milliards d économie par an. La progression a été la suivante : 390millions en mai 2006, 2milliards en mai 2008 et 4,2milliards en mai Quelques exemples : Depuis 2005, 304 mesures de simplification ont été réalisées par les ministères pour réduire les charges administratives imposées aux entreprises. Des mesures ont inclus des changements dans la législation, la création de sites Web conviviaux ou des réductions de ce qui était demandé aux entreprises. Les petites entreprises, pour des aides de montant réduit n'ont plus à produire des documents administratifs pour une durée de cinq ans. Cela a permis des économies de 13 millions par an en 2010, ce qui a été contrôlé et validé par un comité de validation externe. Pour 3400 petites entreprises des contrôles de comptes ont été supprimés leur permettant d'économiser 15 millions par an. Autres exemples sans impact financier direct : Suppression de 2 lois pour la création d une loi nouvelle Création de loi à durée limitée. Deux dates fixes pour de nouvelles lois (6 avril et 2 octobre avec une période de prévenance de 12 semaines. PAYS BAS : L objectif de réduction de 25% de charges administratives supportées par les entreprises a été largement atteint en Un nouveau programme de réduction de 25% a été engagé pour être atteint en Fin 2012, la charge administrative pour les entreprises a été de plus de 11% inférieure par rapport à 2010 (la cible était de 10%). Cela équivaut à une économie de près de 850 millions. BELGIQUE : L objectif fixé de réduction de 25% des charges administratives à fin 2011 a été atteint. Un objectif de réduction de 2,5 milliards supplémentaires est projeté pour 2017 en comparaison avec

17 Quelques exemples : le principe du «only once» avec la Banque-Carrefour le guichet unique l extension de l application edepot les chèques-repas électroniques la simplification des marchés publics la facturation électronique DANEMARK : L engagement pris de réduire les charges administratives de 25% dans un délai de 8 ans ( ) a été mesuré par la méthode des coûts standards et a été globalement atteint. Les autorités ont, à la suite, mis au point deux nouveaux projets : le projet de chasse aux charges ou Burden Hunters et le projet de 10 processus métiers Ten Business Flow afin que la politique de baisse des charges administratives corresponde plus étroitement aux besoins réels des entreprises. Le développement de l administration électronique est considéré comme un soutien déterminant pour le mieux légiférer. Il a été reconnu par l OCDE comme l un des chefs de file dans ce domaine Définition des objectifs de simplification et évaluation ex ante L utilisation du SCM Standard Cost Model est appliqué dans tous les pays étudiés ci-dessous. Les Pays-Bas ont été les premiers à développer ce système de mesure des charges administratives. En Belgique à partir de 2007, le modèle SCM a été formalisé par le bureau de mesure Kafka. En Allemagne, le NKR s assure que les mesures des coûts de conformité (réduction de charges) ont bien été appliquées en ligne avec le mandat statutaire qui lui a été donné. Au Royaume-Uni le BRE a publié un modèle de SCM. ALLEMAGNE : La politique d analyse d impact ex ante remonte aux années 80, est inscrite dans les règles communes de procédure et s est vue confirmée à la fin des années 90 dans le cadre du programme Etat moderneadministration moderne. Cela consiste en une analyse préliminaire (la réglementation est-elle nécessaire? Quelles sont les autres possibilités?) et en une analyse simultanée (réalisée à mesure que la loi se dessine). Le NKR examine la réalité des coûts des charges administratives supportées par les entreprises, établis par les ministères. Le NKR soumet son approbation finale une fois que la loi est prête à être présentée au conseil des 17

18 ministres. L exécutif fédéral n est pas seul à veiller à la qualité de la réglementation. Le Parlement fédéral joue également un rôle actif. Il a notamment contribué à la mise en place du NKR, organisme indépendant de contrôle de la réduction des charges. Si l administration fédérale ne suit pas l opinion du NKR, elle doit adresser une réponse écrite au Parlement. ROYAUME-UNI : Le processus d élaboration des études d impact pour les nouvelles réglementations a été régulièrement renforcé et rapproché du processus de décision, afin que son influence soit la plus grande possible dès le début du processus et dans le but de favoriser un changement d attitude des responsables. Le Parlement joue un rôle de plus en plus important dans les études d impact ex ante pour les nouvelles réglementations avec un lien fort avec l organe institutionnel central de la simplification administrative, le BRE. Plusieurs commissions parlementaires ont été créées : la commission mixte paritaire sur les actes réglementaires, la commission de la Chambre des lords sur le bienfondé des actes réglementaires, la commission de la Chambre des communes sur la réforme de la réglementation et la commission de la Chambre des lords sur les délégations de pouvoir et la réforme de la réglementation. Elles s intéressent en profondeur à la qualité de la réglementation et des efforts considérables sont faits pour examiner attentivement les actes réglementaires. Des efforts importants d analyse ex-ante ont été accomplis afin de rapprocher les démarches qui touchent à la négociation et à la transposition des directives européennes en veillant à éviter la sur-transposition. Le BRE a publié un guide méthodologique d analyse ex-ante. PAYS-BAS : En plus du RRG, le ministère de la Justice joue un rôle déterminant dans la gestion de l élaboration de nouvelles réglementations et a mis au point une nouvelle méthode d analyse d impact plus ferme Le Parlement joue un rôle particulièrement important dans le déroulement du programme sur le mieux légiféré. Ce dernier reçoit régulièrement des rapports d avancement sur différentes dimensions du programme d amélioration de la réglementation qui lui sont fournis par le Cabinet via le groupe chargé de la réforme réglementaire le RRG. Il a lui-même été à l origine d une réforme de la politique de contrôle et est très fortement impliqué dans la stratégie des programmes de simplification. BELGIQUE : Au niveau fédéral, il est exigé que chaque nouvelle loi soit accompagnée du test Kafka, qui évalue l impact des contraintes administratives sur les entreprises. Le conseil des ministres n adopte pas de nouvelle loi si celle-ci n est pas présentée accompagnée de ce test. 18

19 DANEMARK : Les obligations d analyse d impact ont été considérablement renforcées depuis le rapport de l OCDE de Objectifs et méthodes d intervention pour la réduction du stock ALLEMAGNE : Au printemps 2009, le gouvernement fédéral allemand a préparé une Loi de simplification abrogeant quelques 85 lois et ordonnances concernant la politique de l environnement. Bien que cette diminution ait été partiellement compensée par l adoption récente de nouvelles lois, le stock des lois fédérales a été ramené de lois et ordonnances à lois et ordonnances. Le nombre de réglementations distinctes en vigueur est tombé de à Les efforts de simplification ont aussi abouti à l élimination de quelque 950 termes et concepts juridiques datant de l époque de l Allemagne impériale, ainsi que de règlements antérieurs à la Loi fondamentale qui sont obsolètes du point de vue de leur libellé ou sur le fond. BELGIQUE : Dans le cadre de ses efforts de simplification, le gouvernement wallon a chargé le Comité législatif d identifier les textes obsolètes (tombés en désuétude ou remplacés par d autres). Le gouvernement a ainsi été conduit à abolir une première série de 156 textes obsolètes en avril 2008 et une deuxième série de 42 textes en juin 2008 dans de multiples domaines (économie et emploi, affaires sociales, agriculture, chasse, pêche, aménagement du territoire) Evaluation ex post des démarches de simplification ALLEMAGNE : Des analyses sont effectuées pour vérifier que la loi adoptée a bien atteint ses objectifs. ROYAUME-UNI : Des audits sont assurés par le National Audit Office (NAO qui correspond à la Cour des comptes). Ces contrôles constituent un atout réglementaire important et donnent un avis externe, professionnel, concret et indépendant sur la qualité de la gestion de la réglementation. A titre d exemple (source OCDE) : L évaluation par le National Audit Office (NAO) du Royaume-Uni répond à un objectif d optimisation des ressources et inclut des considérations qui révèlent la nécessité et l importance d évaluer, par exemple, les avantages plus larges pour les entreprises, les fonctions de contrôle et d orientation au sein de l administration ainsi que la mise en commun des bonnes pratiques. PAYS-BAS : Des audits sont assurés par la NCA (Cour des comptes aux Pays-Bas). 19

20 BELGIQUE : La commission parlementaire chargée de l examen de la législation a pour mission d évaluer les lois qui ont été promulguées depuis au moins trois ans. Elle doit cerner les éventuelles difficultés de mise en œuvre (résultant de leur complexité, de lacunes, d une incohérence, de leur imprécision, de contradictions) et déterminer comment la loi a effectivement répondu à son objectif initial. Des demandes de réexamen peuvent être présentées par un grand nombre de parties prenantes (toute administration chargée d exécuter la loi ; toute autorité chargée de faire respecter l application des lois ; toute personne physique ou juridique ; et les députés et sénateurs). Les travaux de la commission doivent aussi être étayés par les rapports de la Cour de cassation et des tribunaux sur les difficultés rencontrées dans le domaine législatif et par les décisions de la Cour constitutionnelle Outils de communication Remarque de l OCDE : La communication avec les parties intéressées peut avoir une importance déterminante, non seulement pour atteindre les objectifs de projets de simplification administrative, mais aussi parce que les entités réglementées sont les seules qui puissent fournir des données fiables sur la conformité aux obligations d information. Elle est aussi très importante après la réalisation de ces objectifs, car la perception de l importance et de l utilité de ces projets par les entités réglementées joue un rôle important dans l évaluation globale de leur efficacité. ROYAUME-UNI : Le Bureau National d Audit (NAO) estime que les efforts faits pour obtenir plus directement l avis des entreprises sur ce qui est important au lieu de se contenter du point de vue des fonctionnaires ont été fructueux, bien que de nouveaux progrès restent encore à réaliser. L importance attachée à des études de cas portant sur des expériences vécues afin de donner vie au programme, en citant des entreprises et des organisations commerciales, s est révélée très utile. Le montant total des économies réalisées grâce au programme est mis en avant dans la plupart des documents et activités de communication avec les médias, et il est présenté comme la preuve incontestable de l engagement du gouvernement en faveur de la réforme de la réglementation et des progrès enregistrés à cet égard. Il s agit, par exemple, des études de cas individuelles, qui illustrent comment certaines entreprises ont bénéficié du programme, du site web spécialisé qui est la vitrine du programme et montre son impact et où sont publiées tout au long de l année des exemples positifs et des études de cas provenant d autres activités spécifiques/connexes, par exemple des visites d entreprises. Un site web mis en place et géré par le BRE informe les entreprises sur : Les nouvelles lois qui vont intervenir dans les 6 mois. Les lois qui vont être retirées dans les 6 mois La situation de chaque ministère vis-à-vis de ses objectifs de réduction. 20

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

La révision générale des politiques publiques

La révision générale des politiques publiques La révision générale des politiques publiques 1 François-Daniel MIGEON Directeur général de la modernisation de l Etat Forum des responsables de programme Jeudi 21 février 2008 Sommaire Point de situation

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP - CODE NSF : 320 REFERENTIEL D ACTIVITES

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Développement des sites internet publics

Développement des sites internet publics Premier ministre Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat 22 décembre 2000 Note n 008748 Développement des sites internet publics dossier suivi par Annie Henrion Tél. 01.42.75.80.79

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Pôle Finance Exemples de réalisations

Pôle Finance Exemples de réalisations Pôle Finance Exemples de réalisations CONFIDENTIEL C PROPRIETE RENAULT Coûts de développement de l Ingénierie Mécanique: Réaliser une grille commune d analyse des coûts, et un benchmarking, puis proposer

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail