Nature de la recherche concertée entre les écoles et les universités

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nature de la recherche concertée entre les écoles et les universités"

Transcription

1 Recherche concertée entre les écoles et les universités 1 Nature de la recherche concertée entre les écoles et les universités Préparé pour le Comité ontarien de la recherche en éducation par Anna Yashkina et Ben Levin, IEPO Août 2008 «Les chercheurs n ont pas la science infuse, ils travaillent beaucoup» (Ancess, Barnett et Allen, 2007, p. 332) Les écoles et les facultés d éducation des universités entretiennent des liens depuis plusieurs décennies au moyen de diverses activités dans des domaines comme la formation préalable, la formation en cours d emploi ou le perfectionnement professionnel, les consultations et la recherche. Les universités sont par tradition les producteurs et les fournisseurs exclusifs du savoir théorique. Cependant, les choses évoluent depuis quelque temps et on met désormais l accent sur la collaboration et le partenariat entre les deux groupes. Ce changement est particulièrement évident dans le domaine de la recherche où les pédagogues scolaires ont commencé à participer activement à la conception et à la réalisation des recherches qui s effectuent dans leurs écoles. Levin (1993) identifie trois raisons pragmatique, philosophique et politique pour lesquelles les projets de recherche devraient se dérouler de manière concertée. Selon le point de vue pragmatique, le travail des chercheurs n aura un impact significatif que s il est entrepris de manière concertée. Autrement dit, plus les membres du personnel scolaire participent à la recherche, plus ils ont confiance en eux et plus ils se sentent concernés par les résultats. L argument philosophique repose sur le principe que seules les personnes qui font partie du monde social peuvent diffuser les connaissances. Les chercheurs devraient prendre les idées et les points de vue des enseignants au sérieux plutôt que de les traiter comme des «sujets» ou des «objets» de leur recherche. Finalement, la raison politique affirme que les chercheurs ont l obligation morale de ne pas étudier uniquement les personnes faisant l objet de leur recherche, mais de prendre aussi leurs intérêts en compte. Dans ce document, nous étudions la nature de la recherche concertée entre les écoles et les universités. Cette analyse repose sur cinq questions : Qu entend-on par recherche concertée? Quels sont les défis associés à la recherche concertée? Quels sont les facteurs qui appuient la

2 Recherche concertée entre les écoles et les universités 2 recherche concertée? Quelles stratégies peut-on utiliser pour faire avancer la recherche concertée? Quels sont les résultats associés à la recherche concertée? Qu entend-on par recherche concertée? Les documents publiés récemment en la matière décrivent un certain nombre de cas de recherche concertée entre les écoles et les facultés d éducation; il peut s agir de projets de petite envergure ou informels entrepris par un membre de faculté en collaboration avec plusieurs enseignants pour les aider à améliorer leurs méthodes d enseignement ou de projets plus importants, plus complexes et très formels, entrepris par l État ou des réseaux nationaux universitaires et scolaires dans le but de partager des outils et des données de recherche et concevoir et de mettre en œuvre des réformes. La nature des recherches entreprises par les universités et les écoles diffère également d un projet à l autre. En général, les études réalisées en partenariat se concentrent sur un ou plusieurs des trois aspects suivants : examen du processus de partenariat, examen du perfectionnement professionnel et examen des pratiques professionnelles (emprunté à Hunkins, Wiseman et Willams, 1995). L examen du processus de partenariat, qui est une étude systémique des tendances, des promesses et des pièges des partenariats actuels, peut considérablement améliorer les chances futures de réussite du partenariat. Par exemple, un partenariat écoleuniversité a décidé d analyser les modèles d interaction entre les partenaires en présumant que les interactions sont des éléments fondamentaux de l activité concertée (Wiseman et Nason, 1993 dans Hunkins, Wiseman et Willams, 1995). L analyse a révélé que la plupart des discussions se concentraient sur les intérêts de chaque partenaire et qu elles portaient rarement sur les différences entre chaque établissement. L étude a révélé aux participants que les membres des partenariats doivent mieux comprendre la nature de leurs interactions afin de mieux se comprendre les uns les autres. Les examens des méthodes de perfectionnement professionnel peuvent faciliter l évaluation des programmes actuels de formation préalable et de perfectionnement professionnel. Par exemple, les partenariats pourront déterminer si leurs programmes atteignent les buts escomptés et ce qui doit être revu et adapté après avoir recueilli et analysé les réactions des enseignantes et des enseignants qui viennent de terminer un programme particulier de perfectionnement professionnel.

3 Recherche concertée entre les écoles et les universités 3 L examen des méthodes professionnelles constitue un élément très utile de la recherche entreprise dans les écoles faisant partie d un partenariat. Il porte sur la manière dont les pédagogues scolaires peuvent améliorer leurs méthodes en étudiant les pratiques exemplaires et les problèmes qui surviennent dans l école et dans la salle de classe. Ross, Rolheiser, et Hogaboam-Gray (1999) donnent un excellent exemple de la manière dont un travail de recherche concertée a permis à cinq enseignantes et enseignants canadiens d acquérir plus d assurance et de modifier leurs méthodes d enseignement. Ces enseignants ont participé à un travail de recherche en deux phases dans le cadre duquel, soutenus par des chercheurs universitaires, ils ont étudié les méthodes utilisées par des enseignants «exemplaires» pour évaluer leurs élèves (phase 1); puis, au cours de la phase 2, ils ont utilisé les résultats de la phase 1 et les processus d enquête pour améliorer leurs propres méthodes. Malgré cette variété, tous les auteurs semblent décrire la recherche concertée comme «une recherche entreprise en partenariat avec plusieurs personnes dans le cadre d un organisme, dans le but de produire des conclusions significatives et utiles pour les universitaires et les personnes faisant partie de l environnement étudié». (Levin, 1993, p. 331). Pour Tikunoff et Ward (1983), les caractéristiques idéales de la recherche concertée se présentent comme suit : a. Les chercheurs et les praticiens travaillent ensemble pendant toutes les phases de l examen. b. Le travail de recherche est axé sur le «monde réel» et sur les problèmes théoriques. c. Tous les participants évoluent et se respectent mutuellement. d. Dès le début de l examen, l attention est concentrée sur les problèmes de recherche et de mise en œuvre. Quels sont les défis associés à la recherche concertée? Bon nombre des cas décrits dans la littérature ne présentaient pas toutes les caractéristiques idéales mentionnées ci-dessus du fait de la complexité et de la difficulté du processus de recherche concertée. Dans presque tous les cas, les auteurs, qui participaient aussi aux partenariats de recherche décrits, ont parlé des nombreux défis et tensions auxquels ils étaient confrontés. Voici les défis les plus fréquents :

4 Recherche concertée entre les écoles et les universités 4 - Différence au niveau des ordres du jour et des attentes Les universitaires sont tenus de faire de la «recherche» et de rédiger des «documents de recherche», tandis que les pédagogues scolaires doivent suivre des programmes de «perfectionnement professionnel». Ainsi, alors que les universitaires souhaitent entreprendre des discussions approfondies reposant sur les observations et les théories, les pédagogues s attendent à des séances de perfectionnement professionnel efficientes ou à quelque chose qu ils puissent appliquer au travail. - Manque de connaissances et de compétences en recherche Même s il est attendu des enseignantes et enseignants qu ils collaborent avec les universitaires au projet de recherche, ceux-ci ont souvent le sentiment de n être que des subordonnées car les gens pensent généralement ou ils pensent eux-mêmes qu ils ne possèdent pas les connaissances et les compétences nécessaires pour faire de la recherche. - Problèmes d éthique Les universitaires voulaient que les enseignantes et enseignants examinent des théories et des situations pour faciliter la compréhension; les enseignantes et enseignants considéraient que les universitaires se montraient autoritaires et se permettaient de juger leurs méthodes d enseignement. - Contraintes de temps et problèmes de méthodologie Tous les participants n ont pas les mêmes attentes : la difficulté est de trouver un moyen de faire des compromissions au sujet des échéances du projet afin de protéger la rigueur du travail de recherche tout en obtenant les résultats en temps voulu. Il faut aussi du temps pour que de nouveaux partenariats et la confiance se créent. - Absence de reconnaissance Il est rare que les universités encouragent la recherche appliquée, tandis que les écoles ne considèrent pas toujours la recherche comme un moyen de résoudre leurs problèmes. Les enseignantes et enseignants scolaires reçoivent rarement des récompenses extrinsèques lorsqu ils participent à des projets de recherche concertée. - Instabilité politique et financière Contrairement aux professeurs des universités qui sont titularisés à vie, les conseils scolaires manquent de stabilité sur le long terme. Les conseils scolaires publics peuvent modifier leurs politiques et leurs programmes à chaque élection. L instabilité s accroît lorsque le financement octroyé au district scolaire et à l école est modifié. Lorsque le financement est réduit, un district peut

5 Recherche concertée entre les écoles et les universités 5 décider de cesser de financer les projets de recherche concertée (Davies, Edwards Gannon et Laws, 2007; Gaskell et Flessa, 2007; Hunkins, Wiseman et Willams, 1995; Mitchell, 2001). Quels sont les facteurs qui appuient la recherche concertée? Les facteurs suivants étayant la recherche concertée sont décrits dans les documents : intérêt mutuel attentes claires buts communs respect et confiance à l égard de l autre groupe cadre de recherche souple apte à répondre aux besoins des deux groupes volonté de la part des deux parties d expérimenter avec des rôles de recherche différents affectation adéquate du temps et des ressources engagement à long terme de la part des chercheurs universitaires et du personnel de l école et du district appui et reconnaissance de l administration partage du pouvoir et de la propriété du projet de recherche (Davies, Edwards, Gannon et Laws, 2007; Lang, 2001; Schulz et Hall, 2004). Malgré l appui considérable manifesté dans la littérature, ces facteurs ne sont pas toujours faciles à reproduire en pratique. Or, ils sont essentiels à la réussite. La littérature offre un certain nombre d exemples de partenariats qui ont échoué en raison de l absence d un ou de plusieurs des facteurs susmentionnés. Par exemple, dans un cas, le manque d intérêt de la part d un district scolaire s est traduit par l absence de participation et d engagement et le projet de recherche concertée fut annulé dès que le déficit budgétaire devint un problème. (Levin, 1993). Dans un autre cas, les différences au niveau des attentes a créé des problèmes (Davies et.al., 2007). Si les chercheurs universitaires espéraient que les enseignantes et enseignants s associent à eux pour faire la recherche et soient leurs égaux dans la communication des connaissances à tous les participants, pour les enseignantes et enseignants, c était les chercheurs universitaires qui possédaient les connaissances et les compétences, et ils s attendaient à recevoir un programme de

6 Recherche concertée entre les écoles et les universités 6 perfectionnement professionnel plus pratique, déjà mis au point. Lorsque les enseignantes et enseignants se sont aperçus qu ils ne recevraient pas ce à quoi ils s attendaient, beaucoup ont abandonné. Quelles stratégies peut-on utiliser pour faire avancer la recherche concertée? La littérature indique que les stratégies suivantes peuvent contribuer à surmonter certains des défis déterminés plus tôt et à nouer des partenariats de recherche fructueux : a. Systèmes de récompense et de reconnaissance i. Les processus de titularisation et de promotion des universités doivent être adaptés pour tenir compte de la recherche concertée/appliquée. ii. Les administrateurs d école et de district scolaire devraient afficher leur plein soutien des partenariats de recherche. iii. On devrait mettre l accent sur les avantages intrinsèques de la recherche concertée pour le personnel enseignant, comme le savoir-faire professionnel, l amélioration des connaissances et de l efficacité, l accroissement des interactions et le renforcement des attitudes positives à l égard de l enseignement. b. Contraintes de temps iv. Les écoles peuvent utiliser les programmes de formation à l enseignement pour appuyer les activités de recherche en cours d emploi. v. Les étudiantes et étudiants des universités peuvent servir d adjoints de recherche aux enseignantes et enseignants. vi. Le partage des tâches au sein des équipes de recherche peut se traduire par une réduction de la charge de travail du personnel enseignant. c. Absence d expérience et de formation vii. Des séances d enseignement ou des ateliers peuvent être offerts aux enseignantes et enseignants qui ne connaissent pas les techniques de recherche. viii. La conception, les analyses et l interprétation collective des données peuvent encourager le partage des perspectives des enseignants, des

7 Recherche concertée entre les écoles et les universités 7 étudiants et des universitaires de manière à encourager la réflexion critique, l apprentissage concerté et la critique mutuelle. d. Diffusion des connaissances ix. Les universitaires et les enseignants peuvent rédiger des articles pour des revues et des conférences. x. Ils peuvent communiquer le résultat de leurs travaux aux conseils scolaires, aux groupes éducationnels locaux et à leurs collègues ou l intégrer au perfectionnement professionnel et aux études supérieures. xi. Les enseignants peuvent également appliquer les connaissances qu ils viennent d acquérir à leurs méthodes d enseignement. e. Stabilité politique et financière xii. Les conseils scolaires devraient insister sur l importance de s engager à long terme au partenariat de recherche en allouant suffisamment de fonds et en appuyant l ordre du jour du partenariat. f. Ouverture d esprit xiii. Tous les participants devraient modifier leur perception de la recherche et des rôles qu ils ont joués dans les projets de recherche par le passé. xiv. Ils devraient être prêts à expérimenter avec de nouveaux rôles en matière de recherche. g. Négociation des ordres du jour et amélioration de la collaboration xv. On devrait intégrer des réunions régulières et spéciales au processus de recherche pour indiquer aux gens qu ils en sont responsables et qu ils doivent consacrer leur temps personnel et leur attention au partenariat (réunions régulières); et pour leur donner la possibilité d étudier les questions émergentes, de changer d orientation s il le faut, ou de se pencher sur les perceptions ou besoins actuels (réunions spéciales). xvi. Les participants devraient communiquer en permanence, soit au moyen de réunions, en échangeant des documents de travail et des notes de service, en se téléphonant, en s envoyant des courriels, en participant à des tables rondes ou en accédant à des bases de données en ligne.

8 Recherche concertée entre les écoles et les universités 8 xvii. En créant des postes de liaison pour les partenariats complexes et de grande envergure, on peut améliorer la communication entre les groupes et la coordination des activités (Ainscow, Booth et Dyson, 2004; Hunkins, Wiseman et Willams, 1995; Mitchell, 2001). Quels sont les résultats associés à la recherche concertée? Un certain nombre de résultats positifs sont mentionnés dans la littérature. La recherche concertée a des conséquences positives sur l attitude du personnel enseignant, notamment une plus grande confiance en soi, et la joie et le plaisir d enseigner et d apprendre. On a également constaté des résultats positifs au chapitre du perfectionnement professionnel des enseignantes et enseignants, dont une plus grande connaissance du contenu pédagogique et l amélioration des compétences d enseignement et de recherche. Après avoir participé à un projet de recherche concertée, les enseignantes et enseignants acquièrent souvent une meilleure compréhension d eux-mêmes et de leur profession. La recherche concertée contribue à créer des communautés professionnelles et des relations de confiance. Elle donne également aux enseignantes et enseignants la possibilité d assumer de nouveaux rôles et de faire preuve de leadership. Finalement, elle permet de réduire l écart entre la théorie et la pratique (Ainscow, Booth et Dyson, 2004; Baumfield et Butterworth, 2007; Lang, 2001; Sirotonik et Goodland, 1988). Cet écart s explique en partie par des stratégies de diffusion inadéquates, Ainscow, Booth et Dyson (2004) proposent une autre explication; selon eux, les résultats des recherches continuent d être ignorés, même quand ils sont communiqués de manière adéquate, s ils ne concordent pas avec la manière dont les pédagogues formulent les problèmes auxquels ils sont confrontés ainsi que les contraintes auxquelles ils sont soumis. Ils considèrent que la recherche concertée permet de fusionner les points de vue des universitaires et des enseignantes et enseignants, de sorte que la recherche devient plus utile et plus pertinente. Exemple de projets de recherche concertée 1. Le National Center for Restructuring Education, Schools & Teaching at Teachers College, Columbia University, s est associé à l Institute for Student Achievement, ainsi qu à des écoles locales pour appuyer et documenter la création de nouvelles écoles secondaires et des

9 Recherche concertée entre les écoles et les universités 9 communautés d apprentissage de petite taille qui répondent aux besoins des élèves à risque en les préparant aux études postsecondaires : 2. Ce réseau de chercheurs de trois universités et 24 écoles du Royaume-Uni a utilisé un travail de recherche pour faciliter la mise au point de pratiques et accroître la participation et le rendement d apprenants marginalisés : 3. Le projet de quatre ans est entrepris par quatre universités du Royaume-Uni en partenariat avec des écoles de cinq LEA (Local Education Authorities) et deux Virtual Education Action Zones pour améliorer la compréhension et la pratique d apprentissage en classe, dans les écoles et les réseaux : 4. Le Secrétariat de la littératie et de la numératie de l Ontario a chargé l IEPO et deux conseils scolaires de district urbains de déterminer les facteurs qui contribuent à la réussite des écoles confrontées à des situations problématiques : 5. Le Metropolitan School Study Council est un organisme vieux de 63 ans qui représente un réseau de 22 districts scolaires de trois États et l Ordre des enseignantes et enseignants, centré sur l analyse des questions d éducation, l innovation du curriculum et l amélioration des écoles : 6. La faculté d éducation de la Northeastern University s est associée à cinq écoles publiques de Boston pour mettre au point des méthodes innovatrices et efficaces dans les écoles et les communautés urbaines fondées sur la recherche de pointe et la formation en éducation urbaine :

10 Recherche concertée entre les écoles et les universités 10 References Ainscow, M., Booth, T. & Dyson, A. (2004). Understanding and developing inclusive practices in schools: A collaborative action research network, International Journal of Inclusive Education, 8(2), Ancess, J., Barnett, E. & Allen, D. (2007). Using Research to Inform the Practice of Teachers, Schools, and School Reform Organizations, Theory Into Practice, 46(4), Baumfield, V. & Butterworth, M. (2007). Creating and translating knowledge about teaching and learning in collaborative school-university research partnerships: An analysis of what is exchanged across the partnerships, by whom and how', Teachers and Teaching, 13(4), Davies, B., Edwards, J., Gannon, S. & Laws, C. (2007). Neo-liberal Subjectivities and the Limits of Social Change in University-Community Partnerships', Asia-Pacific Journal of Teacher Education, 35(1), Gaskell, J. & Flessa, J. (2007). Researching Effective Schools in Toronto: Politics and Partnership. Paper presented at the AERA Conference, Chicago, IL Hunkins, F., Wiseman, D., & Willams, R. (1995). Supporting Collaborative Inquiry. In R. T. Osguthorpe (Ed.), Partner Schools: Centers for Educational Renewal (1st ed. ed.). San Francisco: Jossey-Bass Publishers. Lang, L. (2001). Searching for Collaborative Balance: Negotiating Roles in School- University Partnership Research. In M. Richards, A. Elliott, V. Woloshyn, & C. Mitchell,

11 Recherche concertée entre les écoles et les universités 11 (Eds.). Collaboration Uncovered: The Forgotten, the Assumed, and the Unexamined in Collaborative Education. Westport, CT: Bergin & Garvey Levin, B. (1993). Collaborative research in and with organizations. Qualitative Studies in Education, 6(4), Mitchell, C (2001). Negotiating Agendas in Collaborative Research. In M. Richards, A. Elliott, V. Woloshyn, & C. Mitchell, (Eds.). Collaboration Uncovered: The Forgotten, the Assumed, and the Unexamined in Collaborative Education. Westport, CT: Bergin & Garvey Ross, J. Rolheiser, C. & Hogaboam-Gray, A. (January 1999). Effects of collaborative action research on the knowledge of five Canadian teacher-researchers. The Elementary School Journal, 99(3), Schulz, R. and Hall, C. (2004). Difficulties in promoting inquiry in teacher education partnerships: English and Canadian perspectives, Journal of Education for Teaching, 30(3), Tikunoff, W.J., & Ward, B.A. (1983). Educational organizations as loosely coupled systems. Administrative Science Quarterly, 21, 1-19

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Vidéoconférence Recrutement et rétention de mentor(e)s. Programme d insertion professionnelle du nouveau personnel enseignant

Vidéoconférence Recrutement et rétention de mentor(e)s. Programme d insertion professionnelle du nouveau personnel enseignant 1 Vidéoconférence Recrutement et rétention de mentor(e)s Programme d insertion professionnelle du nouveau personnel enseignant Bâtir l excellence dans l enseignement en Ontario Le 23 novembre 2006 2 Résultats

Plus en détail

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs & Des Éléments Essentiels Aux Programmes de Transition pour les Infirmières et Infirmiers Formés À L étranger Publié par : Association canadienne des écoles de

Plus en détail

L occasion d innover. L innovation

L occasion d innover. L innovation Le site nool.ca Un soutien à l égard des aptitudes à écrire et en mathématiques offert par l intermédiaire d Internet aux étudiantes et étudiants de première année de l Institut universitaire de technologie

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Demande de propositions

Demande de propositions PREMIERS SOINS EN SANTÉ MENTALE Demande de propositions Pour les membres de la collectivité des vétérans Évaluation de projets DATE DE PUBLICATION : 27 novembre 2015 DATE LIMITE PRÉSENTATION DES PROPOSITIONS

Plus en détail

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire Education Éducation 1. Énoncé de politique L apprentissage en milieu communautaire permet aux élèves de faire des stages auprès d organismes d accueil ou d employeurs en milieu communautaire afin d explorer

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Le concept inédit de formation sur-mesure

Le concept inédit de formation sur-mesure Le concept inédit de formation sur-mesure Les formations innovantes Allor permettent aux cadres, managers et dirigeants d optimiser leur efficacité professionnelle (Organisation, communication, etc.) et

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

Le soutien de l enseignement en ligne au moyen de l apprentissage en ligne à la Western University. L occasion d innover

Le soutien de l enseignement en ligne au moyen de l apprentissage en ligne à la Western University. L occasion d innover Le soutien de l enseignement en ligne au moyen de l apprentissage en ligne à la Western University L occasion d innover Le Teaching Support Centre (centre de soutien à l enseignement) de la Western University

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION Joséphine Mukamurera, Ph.D. CRIFPE-Sherbrooke, CRIÉSÉ, IRPÉ Université de Sherbrooke 1 Conférence-CPIQ, UQTR, 17-11-2012 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Développement professionnel des enseignants en exercice:

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance À propos de nous Le Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l enfance est

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Celui qui possède une langue possède bien plus que des mots MODERSMÅLSCENTRUM I LUND CENTRE DE LANGUES MATERNELLES DE LUND

Celui qui possède une langue possède bien plus que des mots MODERSMÅLSCENTRUM I LUND CENTRE DE LANGUES MATERNELLES DE LUND Celui qui possède une langue possède bien plus que des mots MODERSMÅLSCENTRUM I LUND CENTRE DE LANGUES MATERNELLES DE LUND La langue maternelle un apprentissage et un lien Beaucoup de jeunes de la commune

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat Département d administration de la santé Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat 2015 Programme de mentorat s adressant aux diplômés en administration de la santé de l Université

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Message d information et mise en contexte :

Message d information et mise en contexte : Programme d'amélioration continue de la formation en génie SONDAGE ÉTUDIANT Dans le cadre de l implantation des qualités requises des diplômées et diplômés Message d information et mise en contexte : Le

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité :

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité : Planification Activité : FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES Les directrices et directeurs d école peuvent se servir de la présente liste de contrôle pour vérifier si les ressources

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Objectifs Permettre aux participants d apprendre : Comment obtenir des réponses le plus rapidement possible. Qui prend les décisions. Quelles

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Renseignements généraux

Renseignements généraux .Recherche sur l enseignement par visio/vidéoconférence Enseignants et formateurs qui utilisent fréquemment les systèmes de vidéoconférence et visioconférence par Internet dans leur enseignement Être pédagogue

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

Portfolio de l évaluateur ou de l évaluatrice d entraîneurs et d entraîneures

Portfolio de l évaluateur ou de l évaluatrice d entraîneurs et d entraîneures Portfolio de l évaluateur ou de l évaluatrice d entraîneurs et d entraîneures Dans le PNCE, les portfolios représentent le fondement du processus d évaluation pour tous les entraîneurs, les entraîneures

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage

Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Stratégies pour développer et appuyer les échanges axés sur l apprentissage Nicole de Korte et Armand Gagné Direction des politiques et des normes en matière d enseignement Objectifs de la séance d aujourd

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

1.4. Les produits prévus sont pertinents par rapport aux objectifs. 3

1.4. Les produits prévus sont pertinents par rapport aux objectifs. 3 1. PLANIFICATION ET GESTION DU PROJET 2.Suffisant/Adéquat.. Excellent / très approprié. 1 2 1.1. Le projet a été réalisé avec l aide de toutes les institutions (écoles, agences nationales...) participantes.

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail