GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE."

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. Lorsqu on travaille ensemble et à distance il faut choisir les bonnes méthodes, les bonnes formes d organisation, les outils adaptés aux usages etc. en fonction des objectifs et du contexte dans lequel se déroule ce travail. La lecture de la première partie qui précise la notion de communauté virtuelle (ou comvir) est facultative vous pouvez aller directement à la partie 2, la définition du travail collaboratif qui est importante, ou même à la partie 3 et aux suivantes qui sont pratiques (vous retournerez lire les autres lorsque vous aurez pratiqué). 1- Les communautés virtuelles 1.1- Qu est-ce qu une communauté virtuelle? C est un groupe composé de personnes qui se rencontrent (discutent, échangent, travaillent...) sur Internet au moyen des fonctionnalités offertes par le réseau (sites, mail, forum, groupware...). Les espaces de rencontre sont déterritorialisés et les moyens utilisés sont numériques. Virtuel ne s oppose pas ici à réel mais à présentiel il faut le comprendre comme «non présent en un même lieu» ou déterritorialisé. Il existe différents types de comvirs sur Internet : les communautés virtuelles, composées d individus géographiquement éloignés, ne peuvent évidemment se développer que grâce aux réseaux et tout particulièrement, du fait des possibilités qu il offre, le réseau Internet. La communauté est réunie autour d un intérêt commun et parfois autour d un projet commun On distingue 3 types de communautés virtuelles sur Internet. La communauté virtuelle d intérêt rassemble plusieurs centaines parfois quelques milliers de membres autour d un thème d intérêt commun. Ce type de communauté est en général fédéré par un portail offrant de multiples sources d informations, proposant des lieux d échanges et la possibilité de mutualiser des connaissances sur le thème fédérateur. On y vient par curiosité, pour se tenir informé. Cette communauté vit grâce aux apports divers du grand nombre de ses membres qui renouvellent, de manière continue, les richesses offertes par le portail ; celui-ci attire les visiteurs en quête de nouvelles informations parmi lesquels de nouveaux membres qui souhaitent appartenir à ce milieu dynamique. Bien souvent les contributeurs sont anonymes et ne contribuent qu occasionnellement mais c est le nombre qui fait la richesse. Pour que la structure fonctionne il existe, derrière le portail, un groupe restreint qui le fait vivre et utilise pour cela des solutions plus ou moins commerciales. La communauté virtuelle de pratiques (CoPs) n utilise pas nécessairement un portail et se contente en général de lieux d échanges tels que newsgroups, forums ou listes de diffusion. Elle rassemble des membres ayant des pratiques semblables liées à un métier ou à un hobby. Quelques dizaines de participants, parfois plus, échangent leurs expériences. On y trouve plus de spécialistes du thème commun, moins de participants occasionnels. On y est connu (parfois 1

2 reconnu) pour l intérêt de ses contributions. L anonymat y est plus rare, on peut y acquérir une certaine renommée et la reconnaissance de ses pairs. On y adhère car on a besoin des conseils d experts et des connaissances que l on y trouve pour mieux réussir sa vie professionnelle. Ce type de communauté est basé sur la confiance. On s y retrouve à des fins de résolution de problèmes. Ces communautés sont parfois créées à l initiative de la hiérarchie. La communauté virtuelle de projet (ou de travail) réunit un petit nombre de personnes (maximum 12) autour d un projet commun. La durée de vie est souvent limitée à celle nécessaire à la réalisation du projet. L équipe projet est, dans la plupart des cas, soumise à des contraintes de temps et à des obligations de résultat. On y pratique le travail collaboratif au moyen d outils qui favorisent la coordination et le travail en commun, très souvent on utilise un logiciel de travail collaboratif (groupware). On est obligé d y participer, on ne choisit pas forcément ses coéquipiers, on intègre un groupe en raison de ses compétences. 1.3-Les communautés virtuelles d apprentissage. Il s agit de toute comvir réunie dans le but d apprendre ou, institutionnellement parlant, composée de formateurs et d apprenants. Le modèle de communauté virtuelle d apprentissage de Limoges rassemble des étudiants ET des formateurs. Ces derniers (professeurs, assistants, experts) n y sont pas les seuls détenteurs du savoir. Dans un domaine précis, un étudiant peut avoir des connaissances plus pointues que les formateurs. Dans la communauté, chacun apporte donc ses compétences et peut les transmettre aux autres étudiants, voire au formateur qui n'en garde pas moins sa légitimité de médiateur. C est d autant plus vrai que bon nombre des étudiants de formation continue (ou jeunes usagers autodidactes) sont déjà engagés dans les professions d Internet. La communauté virtuelle d apprentissage est un lieu de co-formation ; comme le sont probablement à des titres divers, toutes les communautés virtuelles sur Internet les différentes comvirs d apprentissage du campus virtuel de Limoges. La communauté (ou groupe) de travail est le niveau de «proximité», non pérenne constituée au minimum pour la durée d une Unité d'enseignement (UE), au maximum pour 2 ou 3 (pour une durée de 5 à 16 semaines). C est essentiellement à ce niveau que se pratique le travail collaboratif dans les apprentissages. L organisation des groupes est parfois autoritaire, réalisée par le formateur. La communauté utilise un logiciel de travail collaboratif (groupware). Les relations sont intenses, des liens très étroits sont noués. L enjeu est fort (la note obtenue par le groupe compte pour l obtention de l UE donc du diplôme). La communauté d UE réunit tous les étudiants inscrits pour une durée de quelques semaines à une même UE : une communauté d UE est composée de plusieurs groupes de travail (2 à 15 selon le nombre d inscrits et le mode d organisation de l UE par le professeur responsable). Les étudiants ont en commun le travail à réaliser (qu ils accomplissent au sein de leur communauté de 2

3 travail ) et les problèmes qu ils rencontrent pour le faire. Un forum leur permet de partager leurs questions et leurs réponses. La communauté de promo, est plus pérenne (on en fait partie pour toute la durée de la formation). La promo porte un nom (elle est unique), les membres s y trouvent réunis par un but unique : ils ont en commun de suivre un même programme et d avoir à se plier aux mêmes épreuves en vue d obtenir le même diplôme. Certaines promos ne sont constituées que d étudiants salariés en formation continue (formation longue) ou non-salariés (en formation courte). C est le hasard qui les rassemble. La communauté globale des étudiants du campus virtuel CVTIC Limoges constitue un troisième niveau. C est un groupe permanent d environ 600 étudiants dont les membres se renouvellent. On y reste entre 4 mois et 3 ans. L intérêt partagé par tous est celui qui les a conduits à s inscrire au campus virtuel de l université de limoges : l intérêt pour les formations aux usages et aux métiers de l Internet leur est un point commun comme la nécessité ou le choix qu ils ont fait de suivre une formation à distance. Ils partagent donc des centres d intérêt et des besoins commun. 2- Qu est ce que le travail collaboratif : C est à la fois : partager (et publier) / communiquer/ (se) coordonner, (s ) organiser / produire. Pour collaborer il faut un projet et une équipe pour le mener à terme. Pas de travail collaboratif sans un intérêt commun ou un enjeu partagé. La confiance, la réciprocité, le respect, la solidarité sont indispensables. Le travail collaboratif d une communauté virtuelle d apprentissage est un travail de groupe dont les membres mutualisent leurs compétences et coordonnent leurs actions pour mener à bien les apprentissages programmés. L enseignant joue le rôle de médiateur. Des rôles peuvent être définis et attribués aux membres, des tâches peuvent être réparties. Toutefois l équipe est solidaire, la responsabilité est collective et chacun intervient à toutes les étapes. Il ne s'agit donc pas d'un travail coopératif où, après division du travail, l'étudiant réalise seul sa partie avant la mise en commun finale. On pratique le travail collaboratif surtout dans une communauté de projet ou de travail, même si on peut aussi collaborer au niveau d une communauté de pratique ou d intérêt. Habituellement, dans une communauté de pratique on cherche ou on apporte la réponse à une question, on prend contact avec la personne compétente. Au niveau d une communauté d intérêt on mutualise des connaissances, on partage des ressources ou des services, on trouve et on mutualise des informations. Mais il n y a pas coordination des actions, sauf au sein du comité d animation ou de rédaction. 3

4 3- Collaborer au sein des communautés de travail et fonctionnement collaboratif. Cette partie réunit un certains nombres de conseils pratiques pour réussir le travail collaboratif tel qu il vous est demandé Constitution des groupes. *Composition : homogénéité et complémentarité. Les conditions de travail des uns et des autres doivent être suffisamment homogènes pour favoriser les échanges, par contre les compétences des membres doivent être complémentaires pour être enrichissantes et pour mieux remplir la diversité des tâches et des rôles. La composition des groupes doit tenir compte, si possible, des désidérata des participants, de leurs compétences, de leurs contraintes de travail. Au nombre des contraintes il faut se préoccuper de la disponibilité des participants (ceux qui travaillent dans la journée, ceux qui travaillent le soir) et des décalages horaires (à prendre en compte pour les RV synchrones et la circulation des fichiers). Au bout d un certain temps, chaque groupe a ses rites, ses propres codes et ses habitudes de travail. Si l équipe est performante il peut être intéressant de la faire travailler sur plusieurs projets successifs. Cependant, à moment donné, l avantage s inverse, la routine l emportant sur la créativité. Il faut mieux alors réorganiser les groupes et chaque fois que cela est possible, initier des échanges entre différentes communautés de travail. *Nombre de membres : 3, 6, 9, 12? A 6 l'organisation peut encore être informelle : les membres de l'équipe se connaissent bien, communiquent beaucoup, chacun peut s'impliquer et ils peuvent en principe travailler et s'organiser spontanément. Au dessous de 6 les forces ne sont pas assez nombreuses pour des tâches complexes. Par contre si la tâche est précise et ciblée le trinôme est une bonne solution entre l'équipe et le travail individuel. Entre 6 et 12, à 9 par exemple, les compétences sont variées et permettent de conduire un projet relativement complexe, il y a matière à capitaliser les compétences mais il faut une animation, une régulation forte, une organisation (coordination) quelque peu formalisée Répartition des rôles. On peut déterminer des rôles ou fonctions et les répartir entre les membres afin d optimiser le temps et les compétences. Il est par contre déconseillé de répartir entre les acteurs, dès le départ et de manière définitive, les tâches à accomplir isolément. Cela peut se produire mais un même acteur doit pouvoir exécuter plusieurs tâches selon ses disponibilités. Les rôles à distinguer au sein des communautés de projet peuvent être : coordonnateur, veilleur, rédacteur, animateur, administrateur, relais avec l extérieur ou la hiérarchie etc. Dans une communauté d apprentissage il n est pas nécessaire de se donner un chef. 4

5 Dans les communautés de pratique ou d intérêt, les contributeurs réguliers sont les membres actifs qui, pour certains, composent les comités de rédaction et les équipes d animation. Dans les grandes communautés, les rôles d animateur et de modérateur sont essentiels Méthodes de travail Voici quelques suggestions, toutefois le groupe dispose d une certaine autonomie afin de construire ses propres règles (dans le respect de la nétiquette précisée plus loin) : - chacun prend connaissance de la mission à remplir, des consignes et des ressources mises à disposition ; - les tâches sont définies et programmées ; - les rôles sont définis et répartis. - des échéances intermédiaires sont fixées et inscrites dans l agenda commun. - Des rendez-vous synchrones («chat» ou causettes) ponctuent les étapes du travail. Avant le «chat» il est intéressant d utiliser une fonctionnalité de sondage pour définir le meilleur créneau horaire. Après le «chat», la mise à disposition de l enregistrement (log) et d un compte rendu qui le résume sont toujours nécessaires pour les absents et pour jalonner l avancement du travail. - L une des tâches consiste à faire une veille sur Internet sur des projets identiques déjà réalisés. - Dans un premier temps il est parfois pratique d utiliser un forum ou une fonctionnalité proche pour que chacun puisse donner son point de vue sur telle ou telle question ; - lors de la rédaction en commun d un document, chaque intervenant utilise une couleur différente pour que l on puisse distinguer son apport ; - lorsque certaines tâches sont réalisées par une seule personne, il est nécessaire de garder le sens critique, quelle que soit l ampleur du travail accompli par cette personne ; - les différentes versions d un même document doivent être numérotées ; - lorsque le document est en cours de modification par l un des membres, il faut trouver le moyen de prévenir les autres. - Lorsqu on transmet une information (ou lorsqu on rajoute une url parmi les signets) il est conseillé de l accompagner d un résumé et/ou d un commentaire en relation avec le sujet que le groupe doit traiter : l info devient ainsi un élément de connaissance. - Il est nécessaire d organiser le plus efficacement possible les fichiers déposés. - Les méthodes de choix et de validation sont décrites ci-après. Se souvenir qu il y a en général une fonctionnalité mieux adaptée à chaque activité. - Modes de validation : le document à valider doit être relu et visé successivement par chaque membre de manière asynchrone. Chacun peut y rajouter des corrections ou des commentaires qu un rédacteur final sera chargé d intégrer. Si la remarque est d importance, la décision peut être prise lors d un rendez-vous synchrone. 5

6 - Modes de décision : en travail collaboratif, la décision est prise en commun, la responsabilité est partagée. Elle fait l objet d un consensus ou d un vote. - Suivi de l activité : il est conseillé (souvent demandé par le formateur) de remplir un tableau de participation et/ou de rédiger un rapport d activité pour plus de visibilité notamment de l extérieur (à l intention du formateur en situation d apprentissage, du supérieur ou du responsable en situation de travail) Fonctionnalités et outils. Le travail collaboratif est facilité par l usage d un logiciel de travail collaboratif appelé groupware ou collecticiel. L avantage d un groupware est qu il réunit différentes fonctionnalités : le mailing, l agenda partagé, le sondage, la notification, la base de données, les signets, le dépôt de fichiers, la publication partagée, la fonction commentaires etc. Ces fonctionnalités existent aussi séparément. Il n est pas toujours besoin d une plate-forme sophistiquée généralement sous-utilisée, il suffit parfois, lorsque le groupe est petit, de la messagerie et d un éditeur partagé. 4- Partager, échanger ou collaborer aux sein des autres communautés du campus virtuel. Là ou il n y a pas de projet on ne peut pas parler de collaboration. A partir d un certain nombre de personnes, il est illusoire de vouloir réaliser collectivement un projet, à moins que ce ne soit sous la houlette d un même chef et au moyen d une organisation très hiérarchisée. On peut par contre coopérer comme cela se pratique par exemple dans les communautés de développeurs où chacun réalise une partie du développement et le met à la disposition de la communauté Echanges, partage et collaboration au sein des communautés d UE. Tous les étudiants inscrits à une UE durant une période donnée partagent les mêmes questions et peuvent échanger pour tenter de résoudre leurs problèmes communs. Ils utilisent un forum pour communiquer et proposer des solutions aux problèmes communs. Cela permet d élargir les possibilités au-delà des limites de la communauté de travail. La communauté d UE ressemble à une communauté de pratiques (durant quelques semaines, ses membres, en effet, dans leurs groupes respectifs, sont amenés à faire la même chose). Pour aller au-delà du partage d idées sur le forum, il faut que l enseignant responsable ait prévu que les groupes échangent entre eux et que cela soit nécessaire et obligatoire pour obtenir le résultat souhaité. Cette dimension supplémentaire apportée au travail collaboratif (non plus seulement collaboration entre individus mais collaboration entre groupes) convient à certains thèmes et activités. 6

7 4.2- Echanges et partage au niveau des communautés de promos. A ce niveau on ne peut pas parler de collaboration car il n y a pas de projet de promo (sauf à l organiser, ce que l on fait lorsqu on demande à une promo d animer une revue de presse ou de développer son propre site). Mais, comme dans le cadre de la communauté d UE, les membres d une même promo ont à parcourir les mêmes étapes, à travailler les mêmes thèmes correspondant au programme particulier de la formation suivie et ceci au même moment. Leur cursus dicte leurs pratiques qui sont communes. De ce fait la promo est un lieu d entraide et de partage d expérience. L espace de rencontre par excellence de la promo est un forum ou un espace de publication Echanges et partages au niveau de la communauté globale. Les intérêts partagés sont ceux de la filière et de son développement. Ce que l on vient de dire de la promo peut se décliner au niveau de la communauté globale des étudiants TIC avec toutefois une différence d importance : on se connaît mieux au sein d une promo qu entre tous. Au niveau de la communauté globale ne seront connus et reconnus que ceux qui apportent aux autres, ceux qui participent activement et cherchent à créer des liens, des évènements, ceux qui jouent un rôle d animateur. On y partage des expériences aux moyens de forums, Faq, espaces de publication, bases de données. Une modération est nécessaire. Les outils sont surtout des outils de collecte et de publication assortis de commentaires (forum, spip ) parfois rassemblés au sein de portails collaboratifs. 5- Règles et nétiquette A tous les niveaux, il est nécessaire de respecter les règles de fonctionnement et de respecter les autres. Le mode de communication sur Internet (rapide voire instantané) demande de - S exprimer par écrit de manière claire, précise et sans ambiguïté : l humour et le «second degré» passent mal par écrit. Les smileys ajoutent certaines indications que l on ne peut pas voir sur la physionomie du correspondant, mais cet apport est tout de même très limité. Si l on doit faire une remarque désagréable, mieux vaut s adresser à son destinataire et ne pas l envoyer au groupe : un mail adressé à une liste de diffusion est une forme de publication qui donnera une ampleur démesurée à un mouvement d humeur et impliquera de manière gênante tous ceux qui la reçoivent. La mesure est de mise si l on veut éviter d être dépassé par l ampleur des réactions que l on aura suscitées ; il faut savoir qu une liste de diffusion est un terrible amplificateur. La simple politesse demande de - Répondre et prévenir : répondre aux mails de ses coéquipiers si possible quotidiennement. Ne pas oublier de faire part de ses disponibilités et prévenir de ses absences. - Tenir ses engagements afin de ne pas mettre le groupe en difficulté. 7

8 - Veiller à ce que l échange soit équitable, entre ce que l on apporte aux autres et ce que l on en retire. S agissant de publications ou de débat public, le respect de la légalité demande de toujours se soucier de - la propriété intellectuelle : toujours citer l auteur, lui demander le droit de publier (même à un groupe restreint) un document trouvé sur Internet. Lorsqu on incorpore à son travail des éléments d une autre provenance, mieux vaut s assurer que l auteur vous cède bien ses droits (contrat de cession). Pour terminer: nous espérons que ce petit guide vous aidera à pratiquer le travail collaboratif au sein des communautés virtuelles d apprentissage mais aussi, partout où il se pratique, dans la vie sociale ou professionnelle. C est la mise en réseau des individus qui permet le développement de l intelligence collective via le cyberespace : celle qui naît du travail en commun lorsque les membres de la communauté vivent «en bonne intelligence» lorsque leurs relations harmonieuses et fécondes produisent la richesse d aujourd hui. Isabelle Gonon, responsable pédagogique du campus virtuel TIC, Limoges, novembre

GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE.

GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. Lorsqu on travaille ensemble et à distance, formant ainsi une communauté virtuelle, il est indispensable d avoir des méthodes,

Plus en détail

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE Guy Casteignau et Isabelle Gonon C.N.R.S. Editions Hermès, La Revue 2006/2 - n 45 pages 109 115 ISSN 0767-9513 Article disponible

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR. Fiche N 4 PPE

FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR. Fiche N 4 PPE BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2012 2013 FRYDMAN Réouven Année 2012-2013 Option : SISR Fiche N 4 PPE NATURE DE L'ACTIVITE : Approche aux différentes plateformes collaboratives

Plus en détail

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Participer à l activité en ligne d un groupe Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Coopération et collaboration Travail coopératif : la tâche est divisée

Plus en détail

transformerez le fichier D5_Nom_Prenom en fichier pdf avant de l envoyer à votre enseignant/moniteur.

transformerez le fichier D5_Nom_Prenom en fichier pdf avant de l envoyer à votre enseignant/moniteur. Epreuve pratique du C2i Enoncé de l Activité 5 pour la validation des compétences du domaine D5 du C2i «Travailler en réseau, communiquer et collaborer» CONTEXTE L objectif de cette activité est de vérifier

Plus en détail

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DE LA FOAD FORMATION DEVENIR E-FORMATEUR ET CONCEPTEUR DE CONTENUS PHASE 1 : DEVENIR E-FORMATEUR OU TUTEUR RELAIS PHASE 2 : DEVENIR CONCEPTEUR DE CONTENUS PEDAGOGIQUES MIS EN

Plus en détail

Ces actions se déclineront sous la forme d ateliers thématiques selon trois axes : PRODUIRE

Ces actions se déclineront sous la forme d ateliers thématiques selon trois axes : PRODUIRE Dans le cadre de sa mission qui vise à favoriser le développement d une culture numérique au service de la formation, à accompagner l intégration des technologies éducatives dans l enseignement et les

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN. Promotion 2011-2012

REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN. Promotion 2011-2012 Université Gaston Berger de Saint Louis UFR Sciences Politiques et Juridiques REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN Promotion 2011-2012 Du Mardi 22 au mercredi 23 novembre 2011 URL

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG LE CONTEXTE Les élèves de terminale STG doivent réaliser pendant leur année de terminale sur une durée de 16 heures,

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Elle s adresse à un public francophone amené à produire régulièrement des documents techniques.

Elle s adresse à un public francophone amené à produire régulièrement des documents techniques. Titre du Mooc : Améliorez vos écrits techniques Licence attribuée : licence Creative Commons : CC BY ND NC Date de première diffusion : 25 novembre 2014 Nom des auteurs : Marie Cerezo Brocart Livrable

Plus en détail

Cours Groupware et Travail collaboratif

Cours Groupware et Travail collaboratif Faculté des Sciences de Gabès Cours Groupware et Travail collaboratif Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr Plan de cours Chapitre 1: Travail de groupe et coopération Chapitre 2: Enjeux du travail collaboratif

Plus en détail

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011 Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest ESEN - 18 mai 2011 E-training : utilisation uniquement de didacticiels, tutoriels et autres dispositifs techniques «tout en

Plus en détail

La communication asynchrone

La communication asynchrone La communication asynchrone cmo-async La communication asynchrone Code: cmo-async Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/cmo-async/cmo-async.html url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/pdf/files/cmo-async.pdf

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Ce manuel présente succinctement les informations relatives à l'utilisation de la plate-forme de e-learning

Plus en détail

Pratiques coopératives et collaboratives

Pratiques coopératives et collaboratives Pratiques coopératives et collaboratives Alpha-tic.be Un site pour renforcer le travail collaboratif entre formateurs Constatant le déficit d outils et de méthodologies utilisant les technologies de l

Plus en détail

Guide de l étudiant. Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex. sead.support@univ-lille3fr

Guide de l étudiant. Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex. sead.support@univ-lille3fr Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex sead.support@univ-lille3fr Guide de l étudiant Le Service d'enseignement A Distance de Lille3 a développé un Espace Numérique de Formation

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs. Thessalonique, 17 octobre 2014

Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs. Thessalonique, 17 octobre 2014 Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs Thessalonique, 17 octobre 2014 VizaFLE en quelques mots : - Ouvert en Roumanie en 2011 à l adresse http://roumanie.vizafle.com,

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21

ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21 ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21 Les communautés en ligne sont des espaces d échange, de veille et de partage documentaire. En créant une communauté sur un sujet précis, vous vous posez en expert de

Plus en détail

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Formation URFIST 19 mars 2013 Formatrice : Florie Brangé Description de la formation Nom : Concevoir son premier espace de cours

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation A. Introduction.......................................................... 171 B. La diffusion des modules

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

46 pour développer un projet e-learning

46 pour développer un projet e-learning Les meilleurs outils Web 2.0 46 pour développer un projet e-learning Pour répondre à la demande des acteurs d'un système de formation à distance, les LMS proposent trois types de fonctionnalités que nous

Plus en détail

Charte de la formation à distance

Charte de la formation à distance Charte de la formation à distance Sciences de l'education - Formation des Adultes - CUEEP - LILLE 1 Document contractuel entre l'organisme, les intervenants et les étudiants, cette charte est une charte

Plus en détail

Dispositif de Formation Ouverte et à Distance

Dispositif de Formation Ouverte et à Distance Qu est-ce qu un Dispositif de Formation Ouverte et à Distance (DFOAD)? Une organisation du DFOAD Une ingénierie Des recommandations 1 Les «grands courants» actuels de la Formation à Distance (FAD), selon

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTION

DESCRIPTION DE FONCTION 28.09.2015 DESCRIPTION DE FONCTION IDENTIFICATION DE LA FONCTION Niveau A : Attaché TIC Direction générale des Finances, des Ressources humaines et des Affaires générales Filière de métiers : Technologie

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Christine Dollo 7138 L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Introduction Ce texte a pour objectif de présenter un dispositif de formation mis en place

Plus en détail

Sakai Initiation. Sommaire

Sakai Initiation. Sommaire 1 Sakai Initiation Sommaire Liens utiles... 2 Comment accéder à Sakai?... 3 Votre espace pédagogique ou collaboratif... 4 En bref : vos outils activés... 5 Pour un espace de cours :... 5 En bref : vos

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

WSS Windows Sharepoint Services Guide pratique. Section Technopédagogie

WSS Windows Sharepoint Services Guide pratique. Section Technopédagogie WSS Windows Sharepoint Services Guide pratique Section Technopédagogie Août 2007 1. QU EST CE QUE WSS? «Un site WSS SharePoint est un site Web représentant un espace de collaboration et un lieu de stockage

Plus en détail

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Sommaire Contenu PREAMBULE... 3 Qu'est-ce que Liberscol?... 3 L'établissement numérique...

Plus en détail

PETIT MARIAGE ENTRE AMIS

PETIT MARIAGE ENTRE AMIS Communiqué de presse - Janvier 2013 PETIT MARIAGE ENTRE AMIS Blogs de mariage clé en main gratuits En bref Petit-mariage-entre-amis.fr propose des blogs de mariage clé en main, innovants et créatifs offrant

Plus en détail

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance Domaine B7 B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance KARINE SILINI UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE SUPPORT DE COURS EN LIBRE DIFFUSION Version du 4 décembre 2009 Table des matières

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Secrétair(e) bureautique Secrétaire polyvalent(e) Assistant(e) bureautique Assistant(e) polyvalente Description synthétique du métier La secrétaire a

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Le comité de programme

Le comité de programme Le comité de programme U n des concepts fondamentaux qui a servi au Renouveau de l enseignement collégial est ce qu il est convenu d appeler l approche programme. Le renouvellement de la convention collective

Plus en détail

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des Professionnaliser les médiateurs sociaux par la validation des acquis de l expérience (VAE) MÉDIATEUR SOCIAL un métier de contact, un intervenant social de proximité sur un territoire déterminé Acteur

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES Les enjeux : L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES La réalisation de l étude de gestion va se faire dans le cadre d un travail collaboratif et va vous amener à découvrir ce qu est le travail

Plus en détail

MOOC Initiation à la e-santé

MOOC Initiation à la e-santé MOOC Initiation à la e-santé Association FORMATICSanté Dispositif de formation de Formateurs Tuteurs relais Option 1 Option 2 Pour tous renseignements : contact@formaticsante.com Tél : 06 86 17 08 72 Dispositif

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

GROUPWARE TRAVAIL COLLABORATIF INTRODUCTION

GROUPWARE TRAVAIL COLLABORATIF INTRODUCTION Institut Supérieur d Informatique GROUPWARE TRAVAIL COLLABORATIF INTRODUCTION Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com CONTEXTE Dans une entreprise, les personnes travaillent et collaborent en groupe pour réaliser

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Hélène Podvin Ingénieur pédagogique ENVAM CIRM-Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE (PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE I ORIENTATIONS GÉNÉRALES La Bibliothèque joue un rôle fondamental en étant au cœur même des activités pédagogiques du Cégep de l Abitibi Témiscamingue (CAT) et

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD FACULTE DE THEOLOGIE CATHOLIQUE Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD (http:://theocatho-ead..u-strasbg..fr) Formation à distance de la Faculté de Théologie Catholique et de l Institut de Droit

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

C entre de F ormation C ontinue à D istance

C entre de F ormation C ontinue à D istance L action de formation proposée «La démarche HACCP au travers de l ISO 22 000» Cette formation-action est basée sur la mise en œuvre d un projet sur un système HACCP au travers de l ISO 22 000. Ce projet

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Appel à projets. Numérique éducatif DOSSIER DE CANDIDATURE. Création d un Cours en ligne ouvert et massif (CLOM, en anglais MOOC)

Appel à projets. Numérique éducatif DOSSIER DE CANDIDATURE. Création d un Cours en ligne ouvert et massif (CLOM, en anglais MOOC) Appel à projets Numérique éducatif 2014 2015 DOSSIER DE CANDIDATURE Création d un Cours en ligne ouvert et massif (CLOM, en anglais MOOC) 1. CONTEXTE Les cours en ligne ouverts et massifs (CLOMs, en anglais

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction. 2. Hiérarchie des utilisateurs d un site SPIP

Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction. 2. Hiérarchie des utilisateurs d un site SPIP Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction L objectif de ce cours est d apprendre à utiliser le logiciel SPIP en tant qu administrateur et savoir gérer et animer la partie rédactionnelle

Plus en détail

Conseils. Financement. Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations et dotations sur www.petitpoucet.fr.

Conseils. Financement. Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations et dotations sur www.petitpoucet.fr. Conseils pendant 3 ans Financement jusqu'à 500 000 Hébergement dans la Maison des Petits Poucets Conception : Benjamin Péré - bneuh.net Date limite de dépôt des dossiers : 13 décembre 2013 Informations

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Licence Sciences pour l ingénieur

Licence Sciences pour l ingénieur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences pour l ingénieur Université de Toulouse III Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé 1 Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé Introduction : TONG REN INSTITUT un organisme : - qui propose une validation des acquis professionnels des Praticiens Experts des Méthodes Traditionnelles

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Le guide du Webinaire

Le guide du Webinaire Le guide du Webinaire P A N O R A M A C O N C E P T : p a n o r a m a c o n c e p t @ f r e e. f r Page 1 S ommaire 1. Qu est-ce qu un Webinaire? 2. Webinaire ou visio-conférence? 3. Quand et pourquoi

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail