GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE."

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. Lorsqu on travaille ensemble et à distance il faut choisir les bonnes méthodes, les bonnes formes d organisation, les outils adaptés aux usages etc. en fonction des objectifs et du contexte dans lequel se déroule ce travail. La lecture de la première partie qui précise la notion de communauté virtuelle (ou comvir) est facultative vous pouvez aller directement à la partie 2, la définition du travail collaboratif qui est importante, ou même à la partie 3 et aux suivantes qui sont pratiques (vous retournerez lire les autres lorsque vous aurez pratiqué). 1- Les communautés virtuelles 1.1- Qu est-ce qu une communauté virtuelle? C est un groupe composé de personnes qui se rencontrent (discutent, échangent, travaillent...) sur Internet au moyen des fonctionnalités offertes par le réseau (sites, mail, forum, groupware...). Les espaces de rencontre sont déterritorialisés et les moyens utilisés sont numériques. Virtuel ne s oppose pas ici à réel mais à présentiel il faut le comprendre comme «non présent en un même lieu» ou déterritorialisé. Il existe différents types de comvirs sur Internet : les communautés virtuelles, composées d individus géographiquement éloignés, ne peuvent évidemment se développer que grâce aux réseaux et tout particulièrement, du fait des possibilités qu il offre, le réseau Internet. La communauté est réunie autour d un intérêt commun et parfois autour d un projet commun On distingue 3 types de communautés virtuelles sur Internet. La communauté virtuelle d intérêt rassemble plusieurs centaines parfois quelques milliers de membres autour d un thème d intérêt commun. Ce type de communauté est en général fédéré par un portail offrant de multiples sources d informations, proposant des lieux d échanges et la possibilité de mutualiser des connaissances sur le thème fédérateur. On y vient par curiosité, pour se tenir informé. Cette communauté vit grâce aux apports divers du grand nombre de ses membres qui renouvellent, de manière continue, les richesses offertes par le portail ; celui-ci attire les visiteurs en quête de nouvelles informations parmi lesquels de nouveaux membres qui souhaitent appartenir à ce milieu dynamique. Bien souvent les contributeurs sont anonymes et ne contribuent qu occasionnellement mais c est le nombre qui fait la richesse. Pour que la structure fonctionne il existe, derrière le portail, un groupe restreint qui le fait vivre et utilise pour cela des solutions plus ou moins commerciales. La communauté virtuelle de pratiques (CoPs) n utilise pas nécessairement un portail et se contente en général de lieux d échanges tels que newsgroups, forums ou listes de diffusion. Elle rassemble des membres ayant des pratiques semblables liées à un métier ou à un hobby. Quelques dizaines de participants, parfois plus, échangent leurs expériences. On y trouve plus de spécialistes du thème commun, moins de participants occasionnels. On y est connu (parfois 1

2 reconnu) pour l intérêt de ses contributions. L anonymat y est plus rare, on peut y acquérir une certaine renommée et la reconnaissance de ses pairs. On y adhère car on a besoin des conseils d experts et des connaissances que l on y trouve pour mieux réussir sa vie professionnelle. Ce type de communauté est basé sur la confiance. On s y retrouve à des fins de résolution de problèmes. Ces communautés sont parfois créées à l initiative de la hiérarchie. La communauté virtuelle de projet (ou de travail) réunit un petit nombre de personnes (maximum 12) autour d un projet commun. La durée de vie est souvent limitée à celle nécessaire à la réalisation du projet. L équipe projet est, dans la plupart des cas, soumise à des contraintes de temps et à des obligations de résultat. On y pratique le travail collaboratif au moyen d outils qui favorisent la coordination et le travail en commun, très souvent on utilise un logiciel de travail collaboratif (groupware). On est obligé d y participer, on ne choisit pas forcément ses coéquipiers, on intègre un groupe en raison de ses compétences. 1.3-Les communautés virtuelles d apprentissage. Il s agit de toute comvir réunie dans le but d apprendre ou, institutionnellement parlant, composée de formateurs et d apprenants. Le modèle de communauté virtuelle d apprentissage de Limoges rassemble des étudiants ET des formateurs. Ces derniers (professeurs, assistants, experts) n y sont pas les seuls détenteurs du savoir. Dans un domaine précis, un étudiant peut avoir des connaissances plus pointues que les formateurs. Dans la communauté, chacun apporte donc ses compétences et peut les transmettre aux autres étudiants, voire au formateur qui n'en garde pas moins sa légitimité de médiateur. C est d autant plus vrai que bon nombre des étudiants de formation continue (ou jeunes usagers autodidactes) sont déjà engagés dans les professions d Internet. La communauté virtuelle d apprentissage est un lieu de co-formation ; comme le sont probablement à des titres divers, toutes les communautés virtuelles sur Internet les différentes comvirs d apprentissage du campus virtuel de Limoges. La communauté (ou groupe) de travail est le niveau de «proximité», non pérenne constituée au minimum pour la durée d une Unité d'enseignement (UE), au maximum pour 2 ou 3 (pour une durée de 5 à 16 semaines). C est essentiellement à ce niveau que se pratique le travail collaboratif dans les apprentissages. L organisation des groupes est parfois autoritaire, réalisée par le formateur. La communauté utilise un logiciel de travail collaboratif (groupware). Les relations sont intenses, des liens très étroits sont noués. L enjeu est fort (la note obtenue par le groupe compte pour l obtention de l UE donc du diplôme). La communauté d UE réunit tous les étudiants inscrits pour une durée de quelques semaines à une même UE : une communauté d UE est composée de plusieurs groupes de travail (2 à 15 selon le nombre d inscrits et le mode d organisation de l UE par le professeur responsable). Les étudiants ont en commun le travail à réaliser (qu ils accomplissent au sein de leur communauté de 2

3 travail ) et les problèmes qu ils rencontrent pour le faire. Un forum leur permet de partager leurs questions et leurs réponses. La communauté de promo, est plus pérenne (on en fait partie pour toute la durée de la formation). La promo porte un nom (elle est unique), les membres s y trouvent réunis par un but unique : ils ont en commun de suivre un même programme et d avoir à se plier aux mêmes épreuves en vue d obtenir le même diplôme. Certaines promos ne sont constituées que d étudiants salariés en formation continue (formation longue) ou non-salariés (en formation courte). C est le hasard qui les rassemble. La communauté globale des étudiants du campus virtuel CVTIC Limoges constitue un troisième niveau. C est un groupe permanent d environ 600 étudiants dont les membres se renouvellent. On y reste entre 4 mois et 3 ans. L intérêt partagé par tous est celui qui les a conduits à s inscrire au campus virtuel de l université de limoges : l intérêt pour les formations aux usages et aux métiers de l Internet leur est un point commun comme la nécessité ou le choix qu ils ont fait de suivre une formation à distance. Ils partagent donc des centres d intérêt et des besoins commun. 2- Qu est ce que le travail collaboratif : C est à la fois : partager (et publier) / communiquer/ (se) coordonner, (s ) organiser / produire. Pour collaborer il faut un projet et une équipe pour le mener à terme. Pas de travail collaboratif sans un intérêt commun ou un enjeu partagé. La confiance, la réciprocité, le respect, la solidarité sont indispensables. Le travail collaboratif d une communauté virtuelle d apprentissage est un travail de groupe dont les membres mutualisent leurs compétences et coordonnent leurs actions pour mener à bien les apprentissages programmés. L enseignant joue le rôle de médiateur. Des rôles peuvent être définis et attribués aux membres, des tâches peuvent être réparties. Toutefois l équipe est solidaire, la responsabilité est collective et chacun intervient à toutes les étapes. Il ne s'agit donc pas d'un travail coopératif où, après division du travail, l'étudiant réalise seul sa partie avant la mise en commun finale. On pratique le travail collaboratif surtout dans une communauté de projet ou de travail, même si on peut aussi collaborer au niveau d une communauté de pratique ou d intérêt. Habituellement, dans une communauté de pratique on cherche ou on apporte la réponse à une question, on prend contact avec la personne compétente. Au niveau d une communauté d intérêt on mutualise des connaissances, on partage des ressources ou des services, on trouve et on mutualise des informations. Mais il n y a pas coordination des actions, sauf au sein du comité d animation ou de rédaction. 3

4 3- Collaborer au sein des communautés de travail et fonctionnement collaboratif. Cette partie réunit un certains nombres de conseils pratiques pour réussir le travail collaboratif tel qu il vous est demandé Constitution des groupes. *Composition : homogénéité et complémentarité. Les conditions de travail des uns et des autres doivent être suffisamment homogènes pour favoriser les échanges, par contre les compétences des membres doivent être complémentaires pour être enrichissantes et pour mieux remplir la diversité des tâches et des rôles. La composition des groupes doit tenir compte, si possible, des désidérata des participants, de leurs compétences, de leurs contraintes de travail. Au nombre des contraintes il faut se préoccuper de la disponibilité des participants (ceux qui travaillent dans la journée, ceux qui travaillent le soir) et des décalages horaires (à prendre en compte pour les RV synchrones et la circulation des fichiers). Au bout d un certain temps, chaque groupe a ses rites, ses propres codes et ses habitudes de travail. Si l équipe est performante il peut être intéressant de la faire travailler sur plusieurs projets successifs. Cependant, à moment donné, l avantage s inverse, la routine l emportant sur la créativité. Il faut mieux alors réorganiser les groupes et chaque fois que cela est possible, initier des échanges entre différentes communautés de travail. *Nombre de membres : 3, 6, 9, 12? A 6 l'organisation peut encore être informelle : les membres de l'équipe se connaissent bien, communiquent beaucoup, chacun peut s'impliquer et ils peuvent en principe travailler et s'organiser spontanément. Au dessous de 6 les forces ne sont pas assez nombreuses pour des tâches complexes. Par contre si la tâche est précise et ciblée le trinôme est une bonne solution entre l'équipe et le travail individuel. Entre 6 et 12, à 9 par exemple, les compétences sont variées et permettent de conduire un projet relativement complexe, il y a matière à capitaliser les compétences mais il faut une animation, une régulation forte, une organisation (coordination) quelque peu formalisée Répartition des rôles. On peut déterminer des rôles ou fonctions et les répartir entre les membres afin d optimiser le temps et les compétences. Il est par contre déconseillé de répartir entre les acteurs, dès le départ et de manière définitive, les tâches à accomplir isolément. Cela peut se produire mais un même acteur doit pouvoir exécuter plusieurs tâches selon ses disponibilités. Les rôles à distinguer au sein des communautés de projet peuvent être : coordonnateur, veilleur, rédacteur, animateur, administrateur, relais avec l extérieur ou la hiérarchie etc. Dans une communauté d apprentissage il n est pas nécessaire de se donner un chef. 4

5 Dans les communautés de pratique ou d intérêt, les contributeurs réguliers sont les membres actifs qui, pour certains, composent les comités de rédaction et les équipes d animation. Dans les grandes communautés, les rôles d animateur et de modérateur sont essentiels Méthodes de travail Voici quelques suggestions, toutefois le groupe dispose d une certaine autonomie afin de construire ses propres règles (dans le respect de la nétiquette précisée plus loin) : - chacun prend connaissance de la mission à remplir, des consignes et des ressources mises à disposition ; - les tâches sont définies et programmées ; - les rôles sont définis et répartis. - des échéances intermédiaires sont fixées et inscrites dans l agenda commun. - Des rendez-vous synchrones («chat» ou causettes) ponctuent les étapes du travail. Avant le «chat» il est intéressant d utiliser une fonctionnalité de sondage pour définir le meilleur créneau horaire. Après le «chat», la mise à disposition de l enregistrement (log) et d un compte rendu qui le résume sont toujours nécessaires pour les absents et pour jalonner l avancement du travail. - L une des tâches consiste à faire une veille sur Internet sur des projets identiques déjà réalisés. - Dans un premier temps il est parfois pratique d utiliser un forum ou une fonctionnalité proche pour que chacun puisse donner son point de vue sur telle ou telle question ; - lors de la rédaction en commun d un document, chaque intervenant utilise une couleur différente pour que l on puisse distinguer son apport ; - lorsque certaines tâches sont réalisées par une seule personne, il est nécessaire de garder le sens critique, quelle que soit l ampleur du travail accompli par cette personne ; - les différentes versions d un même document doivent être numérotées ; - lorsque le document est en cours de modification par l un des membres, il faut trouver le moyen de prévenir les autres. - Lorsqu on transmet une information (ou lorsqu on rajoute une url parmi les signets) il est conseillé de l accompagner d un résumé et/ou d un commentaire en relation avec le sujet que le groupe doit traiter : l info devient ainsi un élément de connaissance. - Il est nécessaire d organiser le plus efficacement possible les fichiers déposés. - Les méthodes de choix et de validation sont décrites ci-après. Se souvenir qu il y a en général une fonctionnalité mieux adaptée à chaque activité. - Modes de validation : le document à valider doit être relu et visé successivement par chaque membre de manière asynchrone. Chacun peut y rajouter des corrections ou des commentaires qu un rédacteur final sera chargé d intégrer. Si la remarque est d importance, la décision peut être prise lors d un rendez-vous synchrone. 5

6 - Modes de décision : en travail collaboratif, la décision est prise en commun, la responsabilité est partagée. Elle fait l objet d un consensus ou d un vote. - Suivi de l activité : il est conseillé (souvent demandé par le formateur) de remplir un tableau de participation et/ou de rédiger un rapport d activité pour plus de visibilité notamment de l extérieur (à l intention du formateur en situation d apprentissage, du supérieur ou du responsable en situation de travail) Fonctionnalités et outils. Le travail collaboratif est facilité par l usage d un logiciel de travail collaboratif appelé groupware ou collecticiel. L avantage d un groupware est qu il réunit différentes fonctionnalités : le mailing, l agenda partagé, le sondage, la notification, la base de données, les signets, le dépôt de fichiers, la publication partagée, la fonction commentaires etc. Ces fonctionnalités existent aussi séparément. Il n est pas toujours besoin d une plate-forme sophistiquée généralement sous-utilisée, il suffit parfois, lorsque le groupe est petit, de la messagerie et d un éditeur partagé. 4- Partager, échanger ou collaborer aux sein des autres communautés du campus virtuel. Là ou il n y a pas de projet on ne peut pas parler de collaboration. A partir d un certain nombre de personnes, il est illusoire de vouloir réaliser collectivement un projet, à moins que ce ne soit sous la houlette d un même chef et au moyen d une organisation très hiérarchisée. On peut par contre coopérer comme cela se pratique par exemple dans les communautés de développeurs où chacun réalise une partie du développement et le met à la disposition de la communauté Echanges, partage et collaboration au sein des communautés d UE. Tous les étudiants inscrits à une UE durant une période donnée partagent les mêmes questions et peuvent échanger pour tenter de résoudre leurs problèmes communs. Ils utilisent un forum pour communiquer et proposer des solutions aux problèmes communs. Cela permet d élargir les possibilités au-delà des limites de la communauté de travail. La communauté d UE ressemble à une communauté de pratiques (durant quelques semaines, ses membres, en effet, dans leurs groupes respectifs, sont amenés à faire la même chose). Pour aller au-delà du partage d idées sur le forum, il faut que l enseignant responsable ait prévu que les groupes échangent entre eux et que cela soit nécessaire et obligatoire pour obtenir le résultat souhaité. Cette dimension supplémentaire apportée au travail collaboratif (non plus seulement collaboration entre individus mais collaboration entre groupes) convient à certains thèmes et activités. 6

7 4.2- Echanges et partage au niveau des communautés de promos. A ce niveau on ne peut pas parler de collaboration car il n y a pas de projet de promo (sauf à l organiser, ce que l on fait lorsqu on demande à une promo d animer une revue de presse ou de développer son propre site). Mais, comme dans le cadre de la communauté d UE, les membres d une même promo ont à parcourir les mêmes étapes, à travailler les mêmes thèmes correspondant au programme particulier de la formation suivie et ceci au même moment. Leur cursus dicte leurs pratiques qui sont communes. De ce fait la promo est un lieu d entraide et de partage d expérience. L espace de rencontre par excellence de la promo est un forum ou un espace de publication Echanges et partages au niveau de la communauté globale. Les intérêts partagés sont ceux de la filière et de son développement. Ce que l on vient de dire de la promo peut se décliner au niveau de la communauté globale des étudiants TIC avec toutefois une différence d importance : on se connaît mieux au sein d une promo qu entre tous. Au niveau de la communauté globale ne seront connus et reconnus que ceux qui apportent aux autres, ceux qui participent activement et cherchent à créer des liens, des évènements, ceux qui jouent un rôle d animateur. On y partage des expériences aux moyens de forums, Faq, espaces de publication, bases de données. Une modération est nécessaire. Les outils sont surtout des outils de collecte et de publication assortis de commentaires (forum, spip ) parfois rassemblés au sein de portails collaboratifs. 5- Règles et nétiquette A tous les niveaux, il est nécessaire de respecter les règles de fonctionnement et de respecter les autres. Le mode de communication sur Internet (rapide voire instantané) demande de - S exprimer par écrit de manière claire, précise et sans ambiguïté : l humour et le «second degré» passent mal par écrit. Les smileys ajoutent certaines indications que l on ne peut pas voir sur la physionomie du correspondant, mais cet apport est tout de même très limité. Si l on doit faire une remarque désagréable, mieux vaut s adresser à son destinataire et ne pas l envoyer au groupe : un mail adressé à une liste de diffusion est une forme de publication qui donnera une ampleur démesurée à un mouvement d humeur et impliquera de manière gênante tous ceux qui la reçoivent. La mesure est de mise si l on veut éviter d être dépassé par l ampleur des réactions que l on aura suscitées ; il faut savoir qu une liste de diffusion est un terrible amplificateur. La simple politesse demande de - Répondre et prévenir : répondre aux mails de ses coéquipiers si possible quotidiennement. Ne pas oublier de faire part de ses disponibilités et prévenir de ses absences. - Tenir ses engagements afin de ne pas mettre le groupe en difficulté. 7

8 - Veiller à ce que l échange soit équitable, entre ce que l on apporte aux autres et ce que l on en retire. S agissant de publications ou de débat public, le respect de la légalité demande de toujours se soucier de - la propriété intellectuelle : toujours citer l auteur, lui demander le droit de publier (même à un groupe restreint) un document trouvé sur Internet. Lorsqu on incorpore à son travail des éléments d une autre provenance, mieux vaut s assurer que l auteur vous cède bien ses droits (contrat de cession). Pour terminer: nous espérons que ce petit guide vous aidera à pratiquer le travail collaboratif au sein des communautés virtuelles d apprentissage mais aussi, partout où il se pratique, dans la vie sociale ou professionnelle. C est la mise en réseau des individus qui permet le développement de l intelligence collective via le cyberespace : celle qui naît du travail en commun lorsque les membres de la communauté vivent «en bonne intelligence» lorsque leurs relations harmonieuses et fécondes produisent la richesse d aujourd hui. Isabelle Gonon, responsable pédagogique du campus virtuel TIC, Limoges, novembre

GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE.

GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. GUIDE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTES VIRTUELLES D APPRENTISSAGE. Lorsqu on travaille ensemble et à distance, formant ainsi une communauté virtuelle, il est indispensable d avoir des méthodes,

Plus en détail

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE Guy Casteignau et Isabelle Gonon C.N.R.S. Editions Hermès, La Revue 2006/2 - n 45 pages 109 115 ISSN 0767-9513 Article disponible

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Cours Groupware et Travail collaboratif

Cours Groupware et Travail collaboratif Faculté des Sciences de Gabès Cours Groupware et Travail collaboratif Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr Plan de cours Chapitre 1: Travail de groupe et coopération Chapitre 2: Enjeux du travail collaboratif

Plus en détail

Guide de la Formation

Guide de la Formation Guide de la Formation ProVerbe L Atelier d écriture professionnelle Table des matières Guide de la Formation... 1 Description de la formation... 3 Public visé par la formation... 3 Conditions d accès...

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN. Promotion 2011-2012

REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN. Promotion 2011-2012 Université Gaston Berger de Saint Louis UFR Sciences Politiques et Juridiques REGROUPEMENT INITIAL MASTER DROIT DU CYBERESPACE AFRICAIN Promotion 2011-2012 Du Mardi 22 au mercredi 23 novembre 2011 URL

Plus en détail

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Participer à l activité en ligne d un groupe. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Participer à l activité en ligne d un groupe Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Coopération et collaboration Travail coopératif : la tâche est divisée

Plus en détail

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES Les enjeux : L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES La réalisation de l étude de gestion va se faire dans le cadre d un travail collaboratif et va vous amener à découvrir ce qu est le travail

Plus en détail

Educanet 2 (plate-forme collaborative)

Educanet 2 (plate-forme collaborative) Educanet 2 (plate-forme collaborative) http://www.educanet2.ch Bref aperçu des fonctionnalités d'educanet² Cette nouvelle plate-forme collaborative n'est pas une simple mise à jour d'educanet. Il s'agit

Plus en détail

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011 Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest ESEN - 18 mai 2011 E-training : utilisation uniquement de didacticiels, tutoriels et autres dispositifs techniques «tout en

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr

Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) DIFOR Clermont-Ferrand. https://foad.orion.education.fr PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DE LA FOAD FORMATION DEVENIR E-FORMATEUR ET CONCEPTEUR DE CONTENUS PHASE 1 : DEVENIR E-FORMATEUR OU TUTEUR RELAIS PHASE 2 : DEVENIR CONCEPTEUR DE CONTENUS PEDAGOGIQUES MIS EN

Plus en détail

E Learning Campus. Introduction et offre de formation

E Learning Campus. Introduction et offre de formation E Learning Campus Offre faite par : Private International Institute of Management & Technology (PIIMT) Introduction et offre de formation Qu'est ce que le e learning? Principe Le E Learning est le terme

Plus en détail

Pratiques coopératives et collaboratives

Pratiques coopératives et collaboratives Pratiques coopératives et collaboratives Alpha-tic.be Un site pour renforcer le travail collaboratif entre formateurs Constatant le déficit d outils et de méthodologies utilisant les technologies de l

Plus en détail

Ces actions se déclineront sous la forme d ateliers thématiques selon trois axes : PRODUIRE

Ces actions se déclineront sous la forme d ateliers thématiques selon trois axes : PRODUIRE Dans le cadre de sa mission qui vise à favoriser le développement d une culture numérique au service de la formation, à accompagner l intégration des technologies éducatives dans l enseignement et les

Plus en détail

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne

Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Manuel étudiant Utilisation des plates-formes de E-learning Université Jean Monnet Saint-Etienne Ce manuel présente succinctement les informations relatives à l'utilisation de la plate-forme de e-learning

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

La communication asynchrone

La communication asynchrone La communication asynchrone cmo-async La communication asynchrone Code: cmo-async Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/cmo-async/cmo-async.html url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/pdf/files/cmo-async.pdf

Plus en détail

Usage étudiant du cours sur la Netiquette

Usage étudiant du cours sur la Netiquette Usage étudiant du cours sur la Netiquette Pour la création du cours consacré à la Netiquette, nous avons choisi d utiliser la plateforme e-learning Claroline. Celle-ci est organisée sur le modèle fonctionnel

Plus en détail

ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21

ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21 ANIMER UNE COMMUNAUTÉ CONSTRUCTION21 Les communautés en ligne sont des espaces d échange, de veille et de partage documentaire. En créant une communauté sur un sujet précis, vous vous posez en expert de

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

Guide Référent Et Equipe pédagogique Version.1

Guide Référent Et Equipe pédagogique Version.1 Guide Référent Et Equipe pédagogique Version.1 1 Sommaire page 1- Introduction 3 2- Connexion 4 3- Tableau de bord 5 4- Gérer les demandes d admissions 7 5- Les blocs 8 6- Création d un cours 10 7- Mise

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG LE CONTEXTE Les élèves de terminale STG doivent réaliser pendant leur année de terminale sur une durée de 16 heures,

Plus en détail

LEA. Le Télé-Enseignement au Département de. Aux Affaires et au Commerce année 2005-2006 DIPLÔME :

LEA. Le Télé-Enseignement au Département de. Aux Affaires et au Commerce année 2005-2006 DIPLÔME : Le Télé-Enseignement au Département de LEA Aux Affaires et au Commerce année 2005-2006 DIPLÔME : Master 2 «Langues Etrangères Appliquées au Commerce International» Centre de Télé-Enseignement rue Lavoisier

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

L'art d'établir un ordre du jour efficace

L'art d'établir un ordre du jour efficace L'art d'établir un ordre du jour efficace Par Denise Edwards Extrait de : http://www.omafra.gov.on.ca/french/rural/facts/05 038.htm Table des matières Introduction Sources des points à l ordre du jour

Plus en détail

transformerez le fichier D5_Nom_Prenom en fichier pdf avant de l envoyer à votre enseignant/moniteur.

transformerez le fichier D5_Nom_Prenom en fichier pdf avant de l envoyer à votre enseignant/moniteur. Epreuve pratique du C2i Enoncé de l Activité 5 pour la validation des compétences du domaine D5 du C2i «Travailler en réseau, communiquer et collaborer» CONTEXTE L objectif de cette activité est de vérifier

Plus en détail

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle

Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Concevoir son premier espace de cours sur la plateforme pédagogique Moodle Formation URFIST 19 mars 2013 Formatrice : Florie Brangé Description de la formation Nom : Concevoir son premier espace de cours

Plus en détail

Comprendre «le travail collaboratif»

Comprendre «le travail collaboratif» Comprendre «le travail collaboratif» Samuel Genevieve-Anastasie 08/06/2010 comité utilisateur 1 Plan présentation Qu est-ce que le travail collaboratif? Objectifs du travail collaboratif Le travail collaboratif

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES -------------------------- MODALITÉS GÉNÉRALES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE, MASTER

UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES -------------------------- MODALITÉS GÉNÉRALES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE, MASTER UNIVERSITÉ DE LIMOGES FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES -------------------------- MODALITÉS GÉNÉRALES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE, MASTER Les dispositions suivantes concernent tous les enseignements

Plus en détail

Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction. 2. Hiérarchie des utilisateurs d un site SPIP

Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction. 2. Hiérarchie des utilisateurs d un site SPIP Cours SPIP pour administrateur (contenu) 1. Introduction L objectif de ce cours est d apprendre à utiliser le logiciel SPIP en tant qu administrateur et savoir gérer et animer la partie rédactionnelle

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

Espace Numérique de Travail menteos Mode d emploi à l usage des élèves

Espace Numérique de Travail menteos Mode d emploi à l usage des élèves Espace Numérique de Travail menteos Mode d emploi à l usage des élèves Remarque préliminaire : l utilisation des navigateurs «Google chrome», «Mozilla Firefox» ou «Safari» permet d éviter certains petits

Plus en détail

SOMMAIRE. Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs

SOMMAIRE. Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs Savoir utiliser les services de l'ent Outils collaboratifs Outils collaboratifs. Gérer les groupes 2. Gérer les espaces collaboratifs de travail (rubriques) 3. Connaître les droits assignés aux différents

Plus en détail

L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE

L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE 1 L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE Karim Saikali Application avec Skype et Office Online Objectif 2 Initiation a l utilisation d outils pour l enseignement a distance

Plus en détail

I) Présentation Certification e-réputation

I) Présentation Certification e-réputation La certification e-réputation valide les compétences d un internaute à créer et à valoriser son image personnelle (construire son identité et surveiller sa réputation numérique) ou celle de son organisation

Plus en détail

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter. Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Révisé

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

HELPDESK IMAGINLAB GUIDE UTILISATION POUR IMAGINEURS. : Guide HelpDesk pour les Imagineurs-v1.2.docx. Date : 2013-07-24

HELPDESK IMAGINLAB GUIDE UTILISATION POUR IMAGINEURS. : Guide HelpDesk pour les Imagineurs-v1.2.docx. Date : 2013-07-24 HELPDESK IMAGINLAB GUIDE UTILISATION POUR IMAGINEURS Fichier : Guide HelpDesk pour les Imagineurs-v1.2.docx Date : 2013-07-24 Rédacteurs : Helpdesk ImaginLab FICHE D'EVOLUTION Edition Date Auteur Action

Plus en détail

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010 Découverte de Lcs Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS Phase pilote ENT Année 2009/2010 1 Contexte de l ENT 2 Contexte de l ENT Qu est-ce qu un ENT? Les enjeux de l ENT La phase pilote Les

Plus en détail

Le réseau et les tables virtuelles Synapse

Le réseau et les tables virtuelles Synapse Le réseau et les tables virtuelles Synapse 1. Les tables virtuelles Synapse...2 1.1 L organisation réseau Synapse et la campagne Cap sur l indépendance...2 1.2 Les tables virtuelles de travail...3 1.3

Plus en détail

La formation à distance un atout indéniable pour la formation continue

La formation à distance un atout indéniable pour la formation continue GMC cifodecom 20 novembre 2012 1 La formation à distance un atout indéniable pour la formation continue Gérard-Michel Cochard Professeur à l UPJV Directeur délégué aux TICE, Conservatoire national des

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO)

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et

Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et Direction du Numérique - Pôle ARTICE - 2015 Direction du Numérique - Pôle ARTICE (Accompagnement et Ressources aux TICE) Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et usages des TICE UPPA/ARTICE

Plus en détail

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS PROFIL DE POSTE Cadre supérieur de santé formateur en IFCS. Informations sur le poste. Date de parution : - 28/04/2015. Lieu : - IFCS région Auvergne CHU Clermont-Ferrand. Type de contrat : - Fonction

Plus en détail

Guide de l étudiant. Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex. sead.support@univ-lille3fr

Guide de l étudiant. Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex. sead.support@univ-lille3fr Domaine du Pont de bois B.P.20225 59654 Villeneuve d'ascq Cedex sead.support@univ-lille3fr Guide de l étudiant Le Service d'enseignement A Distance de Lille3 a développé un Espace Numérique de Formation

Plus en détail

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance Domaine B7 B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance KARINE SILINI UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE SUPPORT DE COURS EN LIBRE DIFFUSION Version du 4 décembre 2009 Table des matières

Plus en détail

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage.

FAD, existe depuis plus d un siècle : FOAD : C est un dispositif qui s appuie sur des processus d apprentissage. FAD, existe depuis plus d un siècle : cours par correspondance, télévision média de formation, EAO, cassettes, vidéo, cédéroms des outils construits par une masse, pas pour des individus. FOAD : C est

Plus en détail

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS N 227 - JAVAUX Hubert 1 L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS Introduction. Le dispositif analysé a pour cadre la formation

Plus en détail

Guide d utilisation. de la plateforme du CNEPD. Cher Apprenant. Un apprenant qui travaille sur la plate-forme de télé-enseignement pourra:

Guide d utilisation. de la plateforme du CNEPD. Cher Apprenant. Un apprenant qui travaille sur la plate-forme de télé-enseignement pourra: Un apprenant qui travaille sur la plate-forme de télé-enseignement pourra: Guide d utilisation de la plateforme du CNEPD Accéder à ses cours Utiliser les outils de communication mis à sa disposition Consulter

Plus en détail

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N E T D AP P U I C O N S E I L P O U R L E D E V E L O P P E M E N T L O C A L F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I

Plus en détail

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Christine Dollo 7138 L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Introduction Ce texte a pour objectif de présenter un dispositif de formation mis en place

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010 Découverte de Lcs Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS Phase pilote ENT Année 2009/2010 1 Contexte de l ENT Qu est-ce qu un ENT? Les enjeux de l ENT La phase pilote Les actions dans l établissement

Plus en détail

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2008 Hors-Thèmes La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Thomas LAPEN Centre Franco-Japonais Alliance Française d Osaka tlapen?yahoo.fr Au sein de la

Plus en détail

Dispositif de Formation Ouverte et à Distance

Dispositif de Formation Ouverte et à Distance Qu est-ce qu un Dispositif de Formation Ouverte et à Distance (DFOAD)? Une organisation du DFOAD Une ingénierie Des recommandations 1 Les «grands courants» actuels de la Formation à Distance (FAD), selon

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Programme et informations du Master 2 (Professionnel) - Gouvernance Européenne

Programme et informations du Master 2 (Professionnel) - Gouvernance Européenne Ecole de Gouvernance Européenne Programme et informations du Master 2 (Professionnel) - Gouvernance Européenne Enseignement à distance Responsable (Enseignement à distance) : Yann Echinard, Maître de conférences,

Plus en détail

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD FACULTE DE THEOLOGIE CATHOLIQUE Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD (http:://theocatho-ead..u-strasbg..fr) Formation à distance de la Faculté de Théologie Catholique et de l Institut de Droit

Plus en détail

Guide de la Formation. La Protection de la clientèle. nouvelles obligations et nouveaux enjeux

Guide de la Formation. La Protection de la clientèle. nouvelles obligations et nouveaux enjeux Guide de la Formation La Protection de la clientèle nouvelles obligations et nouveaux enjeux Table des matières Guide de la Formation...1 Description de la formation... 3 Public visé par la formation...

Plus en détail

La communication médiatisée par ordinateur

La communication médiatisée par ordinateur La communication médiatisée par ordinateur cmo-intro La communication médiatisée par ordinateur Code: cmo-intro Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/cmo-intro/cmo-intro.html url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/pdf/files/cmo-intro.pdf

Plus en détail

Guide du cyber apprenant

Guide du cyber apprenant Guide du cyber apprenant GÉNÉRALITÉS Bienvenue à l école virtuelle du Conseil scolaire francophone (CSF). Avec cette nouvelle façon de suivre un cours, tu vas avoir l occasion d utiliser les nouvelles

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

claroline classroom online

claroline classroom online de la plate-forme libre d'apprentissage en ligne Claroline 1.4 Manuel Révision du manuel: 06/2003 Créé le 07/09/2003 12:02 Page 1 Table des matières 1) INTRODUCTION...3 2) AFFICHER LA PAGE DE DEMARRAGE...3

Plus en détail

FOAD M@gistère CARNET DE RESSOURCES NOVEMBRE 2014. FOAD / M@gistère

FOAD M@gistère CARNET DE RESSOURCES NOVEMBRE 2014. FOAD / M@gistère A noter Vous trouverez dans ces pages un condensé des indications de ressources utilisables pour l utilisation de la FOAD sur l application M@gistère. Vous pouvez communiquer ce document sous forme numérique

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

Référentiel de Compétences Ingénierie et management des DFOAD

Référentiel de Compétences Ingénierie et management des DFOAD Référentiel de Compétences Ingénierie et management des D Légende de la colonne Type (d acteurs) : C= Chef de projet Cavum = Conseil de perfectionnement = ingénierie de Formation = ingénierie pédagogique

Plus en détail

Convention de stage : Formation en milieu professionnel

Convention de stage : Formation en milieu professionnel Logo Établissement République Tunisienne ----------- ------------ Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique, des Technologies de l Information et de la Communication -----------

Plus en détail

Fiche entreprise : E17

Fiche entreprise : E17 Fiche entreprise : E17 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE De sexe féminin, la personne interviewée est directrice de la formation. Elle est responsable de la formation des cadres et des

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Sakai Initiation. Sommaire

Sakai Initiation. Sommaire 1 Sakai Initiation Sommaire Liens utiles... 2 Comment accéder à Sakai?... 3 Votre espace pédagogique ou collaboratif... 4 En bref : vos outils activés... 5 Pour un espace de cours :... 5 En bref : vos

Plus en détail

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF La formation constitue un outil au service du projet politique décliné au niveau local. Elle contribue au rayonnement de l USEP au sein des départements et des

Plus en détail

Plan de la leçon QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD

Plan de la leçon QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD Plan de la leçon I. QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD IV. LE CHANGEMENT DE PARADIGME EDUCATIF V. LES DIFFERENTS CONCEPTS DE LA FOAD VI. LES

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Pôle national de compétences FOAD Offre de services et de formation

Pôle national de compétences FOAD Offre de services et de formation Pôle national de compétences FOAD Offre de services et de formation Année scolaire 2011/2012 Pôle national de compétences FOAD Formation Ouverte et A Distance Bureau des expertises techniques, des projets

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

WP3 Volet 1 : CAHIER DES CHARGES

WP3 Volet 1 : CAHIER DES CHARGES WP3 Volet 1 : CAHIER DES CHARGES Emetteur : UTT (P1) Le cahier des charges couvre l ensemble des étapes de l avant-projet pour la conception du module de formation en ligne destiné aux référents mobilité.

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/

OFFRE DE SERVICE. Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/ OFFRE DE SERVICE TRAVAIL COLLABORATIF POUR ÉCHANGER, COLLABORER ET TRAVAILLER ENSEMBLE EN RESTANT LIBRE DE SON ORGANISATION Pôle national de compétences FOAD (Formation Ouverte et A Distance) https://foad.orion.education.fr/

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée.

Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée. Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée. L intégration au coeur de l ENT en plus. w w w. o m t. f r Quel que soit votre projet, vous restez du

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

CEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia

CEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia CEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia Retour d expérience sur la mise en œuvre du travail collaboratif dans la démarche de formation des enseignants : cas des

Plus en détail

Organiser ses réunions statutaires par Internet

Organiser ses réunions statutaires par Internet Création-Fonctionnement Organiser ses réunions statutaires par Internet Conduire un bureau, un conseil d administration ou une assemblée générale virtuelle peut avoir un intérêt non négligeable dans certaines

Plus en détail

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr Académie de Dijon Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un forum d écriture avec

Plus en détail

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA TACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT

Plus en détail

educanet² Nouveautés Novembre 2007

educanet² Nouveautés Novembre 2007 educanet² Nouveautés Novembre 2007 Notre plate-forme s enrichit de quelques fonctionnalités bien utiles. Modération de groupes Logos Le logo d une classe ou d un groupe peut maintenant s afficher sur toutes

Plus en détail