Synth e s e du travailco lab oratif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synth e s e du travailco lab oratif"

Transcription

1 108 >> Synth e s e du travailco lab oratif au s e in du Re s afad Contrib ute urs > Jacq ue s Guidon > Jacq ue s W a le t > Bénin / Je an- François Te rre t > / H aoua K oné > Gab on / Anas th as ie O b ono M Ba > Guinée Conak ry / D je nab ou Baldé > / M am adou Coum are > Sénégal/ Papa Youga D ie ng - Claude Lis h ou > / Aw ok ou K ok ou Travailco lab oratif > Ph as e 2

2 Synth ès e du travailco lab oratifau s e in du Re s afad Le Rés e au Africain de Form ation à D is tance (RESAFAD ) RESAFAD a été condu itdu ranth u itans ( ) com m e u n program m e de "re ch e rch e - action " par la coopération français e e t le s au torités édu cative s de plu s ie u rs pays d Afriq u e francoph one parte naire s : le Bénin, le Bu rk ina- Fas o, la Gu inée Conak ry, le, la M au ritanie, le, le Sénégale tm adagas car. Le s ob je ctifs m aje u rs de RESAFAD fu re nt le s s u ivants : déve loppe r l u s age de s Nou ve le s Te ch nologie s d Inform ation e tde Com m u nication (NTIC) e tla Form ation à D is tance (FAD ) dans le s s ys tèm e s édu catifs, e t favoris e r l ém e rge nce d u ne e xpe rtis e africaine dans ce dom aine. Le proje t a pe rm is de te s te r e t de valide r le dis pos itif d appu i logis tiq u e e t m éth odologiq u e m is e n place. Il com pre nd : > U ne " b as e - arrière " s itu ée à Paris cons titu ée du ne éq u ipe de s pécialis te s q u i pilote tou te l opération e t coordonne le s inte rve ntions de s différe nts parte naire s im pliq u és dans le proje t. > D e s ce ntre s de re s s ource s éq u ipés de m atérie l inform atiq u e h au t de gam m e (ave c notam m e nt u n s e rve u r d inform ation, u n s e rve u r d édition, e t 12 pos te s de travail m u ltim édias ) dans ch acu n de s pays parte naire s, pou r la conce ption e t l édition de s s u pports pédagogiq u e s, ains i q u e pou r la form ation de s form ate u rs e ttu te u rs nationau x à la FAD. D ans ch aq u e ce ntre, u n re s pons ab le te ch niq u e e t pédagogiq u e, e n re lation cons tante ave c la b as e - arrière e t le s différe nts ce ntre s Re s afad nationau x, as s u re la m is e e n place e tle s u ivi du program m e. > U n cons ortium unive rs itaire d appui q u i as s is te le program m e e t condu it le s re ch e rch e s s cie ntifiq u e s ains i q u e le s évalu ations néce s s aire s. Tou s le s ce ntre s de re s s ou rce s nationau x s ont re liés à Inte rne t e t fonctionne nt e n rés e au pou r m e ttre e n com m u n e téch ange r le s re s s ou rce s, le s com péte nce s, e tle s produ its réalis és dans ch acu n de s pays, e ttravai le r à dis tance ave c la b as e - arrière e tle cons ortiu m u nive rs itaire. rés e au e t a tou ch é plu s ie u rs m i lie rs de ce s dire cte u rs e n form ation continu e. Ila e ns u ite éte ndu s e s activités e t s on ch am p d application, e n particu lie r pou r form e r de s com péte nce s m u ltiple s e t crée r de s éq u ipe s opérationne le s de s pécialis te s de la FAD au s e in de s étab lis s e m e nts d e ns e igne m e nt s u périe u r africains (notam m e nt pou r le s 1e rs cycle s délocalis és, le s filière s profe s s ionnalis ée s, la form ation profe s s ionne le de s e ns e ignants ) e tde s cadre s de s s ys tèm e s édu catifs. D ans ce tte pe rs pe ctive, u ne form ation s pécifiq u e au x différe nts m étie rs de la FAD a été m is e e n œ u vre par RESAFAD, s ou s la form e d u n D iplôm e d U nive rs ité (D U ) covalidé par l U nive rs ité du M aine e t par ch acu ne de s U nive rs ités africaine s parte naire s. D e s parte nariats ave c l O IF, l AU F, l AD EA e tl U NESCO ontété déve loppés du rantce s année s. D e pu is 2004 le s activités re ch e rch e, étu de s e t ve i le du program m e s e pou rs u ive nt au s e in de l As s ociation Re s afad, alors q u e le s ce ntre s de re s s ou rce s pays e t le s activités de form ation ont été dévolu s au x M inis tère s e t ins titu tions nationale s conce rnés dans le cadre d u n trans fe rt de com péte nce s logiq u e ve rs le s ins titu tions e t re s pons ab le s africains form és. Ce dis pos itiforiginal, ou ve rtà tou tpre s cripte u r de form ation national, a d ab ord été te s té dans le cadre d u ne form ation à dis tance de s D ire cte u rs d école prim aire dans 5 pays du 109

3 110 Q ue s tions /Re pons e s C e e n 3 th èm e s is s u s d u ne pre m ière ph as e de s ynth ès e q u u n travailco lab oratifa été m e né févrie r/m ars 2005) s tau tou r de 25 q u e s tions re grou pée s par le s au te u rs de s s ix étu de s pays.vou s trou ve re z ici le ns e m b le de s q u e s tions pos ée s e tle s répons e s de ce s de rnie rs, pointpar point... As pe cts ins titutionne ls e tprogram m atiq ue s Q 1 : A q u e lnive au concre t s e s itu e l e ngage m e nt de s au torités e n m atière de TICE? Q 2 : Q u e le s s ont le s priorités affich ée s? Y- a- t- ilu n plan d e ns e m b le re liant le te ch nologiq u e /infras tru ctu re s, l adm inis tratif/ge s tion e t le pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE? Q 3 : Q u i s ont le s décide u rs au nive au régionale t local, q u e le s tle u r s tatu t, q u e le s dire ctive s ont- ils re çu, q u e le e s t la pére nnité de s offre s, q u e le s s ontle s contre partie s? Le s parte naire s ont- ils u n droit de re gard? Com m e nt décline r ce s parte nariats tantau nive au nationalq u au nive au local? Q 4 : Q u e ls s ont le s ob s tacle s à contou rne r pou r q u u n program m e initié par te le ou te le aide pu is s e être s ou te nu ou pou rs u ivi par u ne au tre aide ou ém arge r au b u dge t national? Q 5 : Exis te - ilu ne form e de parte nariat m e i le u re q u u ne au tre? Q 6 : Q u e le s s olu tions validée s ou s u gge s tions propos ée s pou r u ne pére nnis ation e t u ne intégration du rab le de s proje ts e te xpérim e ntations TICE Q 7 : D e s étu de s financière s ont- e le s été faite s pou r e s tim e r le coûte tla «re ntab ilité» de s TICE? Q 8 : Com m e nt donne r u ne coh ére nce à le ns e m b le de s initiative s TICE dans le s étab lis s e m e nts d e ns e igne m e nt, du prim aire au s u périe u r? Q 9 : Exis te - ildans le dom aine de s TICE de s initiative s trans nationale s im pliq u ant éch ange s, m u tu alis ations ou travailco lab oratifinte r- pays? Q 10 : Y- a- t- ilu ne prom otion e t u n trans fe rt de s dis pos itifs pe rtine nts e n m atière de TICE? Acte u rs e tactions Q 11 : La form ation de s form ate u rs e n ED AL e s t- e le opérationne le? Com m e nt? La form ation de s e ns e ignants intègre - t- e le u ne dim e ns ion TICE? Q 12 : Q u e le s s ont le s cons éq u e nce s de «lim portation» de form ations ou de conte nu s de form ation s u r le s acte u rs de le ns e igne m e nt s u périe u r? Q u e l pou rce ntage re prés e nte nt- ils dans le pays age national? m ajoritaire ou très m inoritaire? Q 13 : Q u e le e s t l acce s s ib ilité de s s a le s de re s s ou rce s m u ltim édia au s e in de s u nive rs ités ou de s organis m e s de form ation profe s s ionne ls? Pou r le s étu diants? Pou r le s e ns e ignants? Q 14 : édu cative? Q u e le s t l im pact de s TICE s u r la com m u nau té Q 15 : La m is e e n ligne de s cou rs e tde s re s s ou rce s e s t- e le e ncou ragée? Com m e nt? (as pe cts incitatifs, régle m e ntaire s, ) Q 16 : D e s initiative s dans le dom aine de la form ation profe s s ionne le s ont- e le s à re le ve r? Form ation à dis tance Q 17 : Le s te ch nologie s au dio- vis u e le s (radio/télévis ion) onte le été ab andonnée s?pou rq u oi? Q 18 : Q u e le e s t l évolu tion de s pratiq u e s liée s à Inte rne t ch e z le s appre nants? Ch e z le s form ate u rs? dans le conte xte économ iq u e national? Q 19 : Au s e in de s étab lis s e m e nts u nive rs itaire s, q u e ls s ont le s pu b lics tou ch és par la form ation e n ligne?q u e le s s ont le s form ations conce rnée s? Q 20 : En de h ors de s étab lis s e m e nts, q u e ls s ont le s étu diants tou ch és par la form ation e n ligne? Q u e le s s ont le s form ations conce rnée s? Q 21 : La form ation de s e ns e ignants e s t- e le conce rnée par la form ation à dis tance Q 22 : Y a- t- ilu ne ém u lation ou u ne concu rre nce e ntre le s étab lis s e m e nts de form ation pu b lics e t privés s u r ce dom aine de la FAD e tde s TICE? Q 23 : Pou r le s étab lis s e m e nts s colaire s : com m e ntdonne r u ne coh ére nce à le ns e m b le de s initiative s e n ED AL? Q 24 : Pou r l e ns e igne m e nt s u périe u r e t le e - le arning : Exis te - ilu ne form e de parte nariat m e i le u re q u u ne au tre? Q u e le s s ont le s cons éq u e nce s de «lim portation» de form ation ou de conte nu s de form ation s u r le s acte u rs de le ns e igne m e nts u périe u r? Q 25 : Pou r la form ation de s e ns e ignants : Pe u t- on cons idére r q u e la form ation de s e ns e ignants ju s tifie la création du n ce ntre de re s s ou rce s m u ltim édia dans ch aq u e étab lis s e m e nt?

4 Synth ès e du travailco lab oratifau s e in du Re s afad 1A q ue lnive au concre ts e s itue l e ngage m e ntde s autorités e n m atière de TICE? Be nin La coh ab itation de plu s ie u rs organis m e s e t ins titu tions plu s ou m oins déclarés e n ch arge du déve loppe m e nt de s TIC Au jou rdh u i au Gab on, ce s t claire m e nt letat q u i e s t le principalm ote u r du déve loppe m e nt de s te ch nologie s dans ne cons titu e pas a priori u n indicate u r concre t le pays. D u ne part, ce s t indis pe ns ab le pou r lance r le de ngage m e nt. Pou r s itu e r u n nive au, ils e m b le néce s s aire préalab le m e ntde n fixe r de s critère s ob je ctifs de m e s u re. En ce q u i conce rne le ngage m e nt de s au torités politiq u e s m ou ve m e nt. M ais on s ait b ie n q u e linnovation ne s e décide pas par décre t, au s s i ilre s te e ncore b e au cou p de travailà faire au près de s e ns e ignants e t de s ch e rch e u rs nationale s, le s critère s pou rraie nt être : pou r q u ils s approprie nt ce ge nre de dis pos itif. Le s e ns e ignants s ont m ie u x dés ignés pou r déve loppe r le s 1. le xpre s s ion dans de s te xte s officie ls du ne volonté de déve loppe r le s e cte u r de s TICE e tde la FAD 2. le xis te nce du ne tarification s pécifiq u e de s accès à Inte rne tpou r le s étab lis s e m e nts édu catifs, le s as s ociations u s age s, pas letat. A lh e u re actu e le, ilne xis te pas dins titu tion s pécifiq u e m e nt re s pons ab le du déve loppe m e nt de s TIC au Gab on. Le Prés ide ntm e tce dom aine s ou s s a propre re s pons ab ilité. Le 3. la création de ce ntre s de re s s ou rce s pou r la form ation Cons e i le r inform atiq u e de la Com m is s ion nationale de s cadre s du s ys tèm e édu catif 4. la création de fonctions s pécifiq u e s de cadre s dans le dom aine de s TICE 5. le xis te nce du n s ch ém a dire cte u r de déploie m e nt de s TICE au nive au national(ce ntrale tdéce ntralis é) En ce q u i conce rne le Bénin, le nive au s e s itu e rait alors e ntre le 2 e tle 3.D e s te xte s officie ls e xprim e ntla volonté de déve loppe r le s e cte u r de s TICE dans le s trois m inis tère s du dinform atiq u e rattach ée au Cab ine tprés ide ntie le s tle point focalde RINAF(Rés e au régionalafricain dinform atiq u e ) e tle coordinate u r s ou s régionalpou r lafriq u e ce ntrale. RINAF e s t u n proje tde lu NESCO. LARTEL, au torité adm inis trative placée s ou s la dou b le tu te le du M inis tère de la Com m u nication, de s Pos te s e t de s Te ch nologie s de linform ation, ains i q u e du M inis tère de léconom ie e tde s Finance s, as s u re la régu lation, le contrôle, s e cte u r de lédu cation au Bénin. U ne tarification le s u ivi de s activités de s e xploitants e t opérate u rs du préfére ntie le e xis te pou r la liais on s pécialis ée de s s e cte u r de s télécom s. étab lis s e m e nts s colaire s. D e s ce ntre s de re s s ou rce s e xis te nt à Porto- Novo, Cotonou e t Ab om e y- Calavi m ais tou s s ont le Ave c laide de dive rs e s ins titu tions inte rnationale s (PNU D, U NESCO, Coopération Français e, Age nce Canadie nne de rés u ltat du ne initiative e t du n appu i de proje ts de D éve loppe m e ntinte rnational, e tc.), le Gab on, à m is s u r pie d coopération e t le s re s s ou rce s h u m aine s néce s s aire s à le u r dive rs proje ts e tétu de s q u i de vaie ntpre ndre e n com pte le s anim ation e t le u r rayonne m e nt s ont ins u ffis am m e nt priorités gou ve rne m e ntale s e n m atière de com m u nication nom b re u s e s e tdéfinie s. e t dinform ation. Notam m e nt, le proje t info- com G ab on (h ttp://w w w.infocom.gou v.ga) vis antà aide r le pays à définir s a s tratégie dinform ation e t de com m u nication e n inclu ant Le s au torités s ont très e ngagée s e n ce q u i conce rne le s de s facte u rs com m e la dém ocratie e t la re lance TICE. Q u e ce s oit au nive au du M EBA ou du M ESSRS, de s économ iq u e. M ais m algré tou te s le s étu de s e t le s proje ts e fforts s ont déployés pou r favoris e r u ne rée le inte rve ntion q u i avaie nt com m e principal s u je t " le s nou ve le s de s TIC dans l e ns e igne m e nt. Pou r as s u re r u ne coh ére nce, ilfau t q u ily ait u n travailde te ch nologie s dinform ation e t de com m u nication au Gab on ", le dom aine de TICE avance très pe u. Le Gab on com pte rait co lab oration e ntre le s différe nts ordre s d e ns e igne m e nt. Il e nviron m icro- ordinate u rs, s oit 1 pou r 50 h ab itants. fau tq u e ch aq u e nive au d e ns e igne m e nts oitinform é de ce q u i e s tfaitdans le s au tre s ordre s d e ns e igne m e nt. D ans ce conte xte particu lie r, nou s pou vons avance r s ans h és ite r q u ilny a pas de rée le volonté de politiq u e de 111

5 112 led ALau Gab on. Le s décide u rs politiq u e s e t économ iq u e s du Gab on acce pte nt e t accom pagne nt tim ide m e nt m ais ave c b e au cou p de rés e rve s la m is e e n œ u vre dopérations e t de proje ts conce rnant ce dom aine b e au cou p plu s pou r lim age inte rnationale q u e ce la le u r confère q u e pou r le s opportu nités indu ite s par ce s nou ve le s te ch nologie s, e ncore non pe rce ptib le s à le u rs ye u x. ln e xis te pas e ncore e n Gu inée, u ne politiq u e nationale e n m atière de Te ch nologie s de l Inform ation e t de la Com m u nication (TIC). D ans le dom aine de l Edu cation ily a de s initiative s dis pe rs ée s d introdu ction de s te ch nologie s. Q u e lq u e s ins titu tions d e ns e igne m e nt s u périe u r font de s e fforts «tim ide s» pou r u n déve loppe m e ntlocal. Ilfau tau s s i note r l e xis te nce de conne xions Inte rne t dans q u e lq u e s s e rvice s ce ntrau x u rb ains de l e ns e igne m e nt pré u nive rs itaire e t de s s e rvice s Inte rne t privés q u i favoris e nt l accès à de s form ations im portée s, diplôm ante s ou non. Le s te ch nologie s de l inform ation e t de la com m u nication s ont u n pu is s ant ou tilde déve loppe m e nt, grâce à le u r facu lté de rédu ire le s dis tance s e t le te m ps. Le Prés ide nt Am adou Tou m ani TO U RE indiq u e q u e le s TIC cons titu e nt «u ne donnée im portante de tou te politiq u e de m ode rnis ation de l Etat». Le s au torités du s onte n e ffe tconvaincu e s q u e le s TIC s ont u n pu is s ant ou til pou r atte indre rapide m e nt le s ob je ctifs de déve loppe m e nt du M i lénaire, l intégration régionale e t s ou s - régionale. Ce tte conviction s e s t tradu ite dans le s faits par la création d u n M inis tère ch argé de s nou ve le s te ch nologie s de l inform ation, s u ivant le s dis pos itions du D écre tn /P- RM du 16 octob re 2002, dénom m é M inis tère de la Com m u nication e tde s nou ve le s te ch nologie s de l inform ation (M CNTI). Le M CNTI ab rite la M is s ion de l Inform atiq u e e t de s nou ve le s te ch nologie s, créée par le D écre tn /P- RM du , s tru ctu re ch argée de l élab oration e t de la m is e e n oe u vre de la politiq u e nationale dans le cadre de l Initiative «Société de l inform ation e n Afriq u e» (AISI). La M is s ion de l inform atiq u e e t de s nou ve le s te ch nologie s s e ra plu s tard érigée e n Age nce de s te ch nologie s de l inform ation e tde la com m u nication par le s dis pos itions de la Loi n du 10 janvie r 2005 e tdu D écre tn /P- RM du 8 févrie r 2005 fixant s on organis ation e t le s m odalités de s on fonctionne m e nt. Ce s s tru ctu re s au ront pe rm is au M inis tère de la Com m u nication e tde s nou ve le s te ch nologie s la réalis ation d u ne étu de s u r le s te ch nologie s de l inform ation e t de la com m u nication au, grâce à l appu i te ch niq u e e t financie r du Program m e de s Nations U nie s pou r le D éve loppe m e nt (PNU D ) e t la Com m is s ion Econom iq u e de s Nations U nie s pou r l Afriq u e (CEA). Ce tte étu de a pe rm is détab lir : > l état de s lie u x e n m atière de te ch nologie s de l inform ation e tde la com m u nication ; > l ide ntification de s b e s oins e t de s atte nte s de s différe nts acte u rs (Etat, s ociété civile e ts e cte u r privé) dans le dom aine de s te ch nologie s de l inform ation e tde la com m u nication ; > e tle s pe rs pe ctive s de déve loppe m e ntdu s e cte u r. Para lèle m e nt à ce tte étu de, le M inis tère de la Com m u nication e t de s nou ve le s te ch nologie s de l inform ation a organis é u ne s érie de réu nions e t de conce rtations ave c le s re prés e ntants de s différe nts départe m e nts m inis térie ls, le s parte naire s te ch niq u e s e t financie rs, le s opérate u rs de s e rvice s de télécom m u nication, la s ociété civile e tle s e cte u r privé opérantdans le dom aine de s te ch nologie s de l inform ation e t de la com m u nication. L ob je ctifde ce s conce rtations étaitde dégage r de m anière plu s cons e ns u e le d u ne part, le s priorités de déve loppe m e nt national, le s ob je ctifs s tratégiq u e s de la politiq u e nationale e t d au tre part, le s s e cte u rs prioritaire s d application du dom aine de s TIC. Su r la b as e de ce tte m éth odologie, de u x docu m e nts ont été élab orés : 1. u n docu m e nt de politiq u e nationale q u i donne le s grande s orie ntations, 2. u n docu m e nt de Plan s tratégiq u e nationalde m is e e n oe u vre q u i m e t l acce nt s u r le s actions concrète s, le s rôle s e t le s re s pons ab ilités de s acte u rs conce rnés, le cadre de conce rtation, le s parte nariats à prom ou voir, le s fich e s de s criptive s pou r le s principau x proje ts re te nu s e tle s délais d e xécu tion. Le docu m e nt de politiq u e nationale e t le Plan s tratégiq u e national de s te ch nologie s de l inform ation e t de la com m u nication porte nts u r s ix axe s prioritaire s :

6 Synth ès e du travailco lab oratifau s e in du Re s afad > le cadre ju ridiq u e e trégle m e ntaire, > le s infras tru ctu re s, > le s conte nu s e tle s applications, > le s m édias, > la coopération s ou s - régionale africaine e tinte rnationale, > e tle finance m e nt. L axe «conte nu s e tapplications» re latifau déve loppe m e nt de conte nu s s pécifiq u e s e t d applications s e ctorie le s dans le s dom aine s prioritaire s du déve loppe m e ntdu pays re tie nt «l édu cation e t le re nforce m e nt de s capacités» com m e étantla priorité de s priorités. L e ngage m e ntde s au torités du e n m atière de TICE s e tradu it par l adoption d u ne politiq u e d introdu ction de s TIC à tou s le s nive au x du s ys tèm e édu catif e n tant q u ou tils d appre ntis s age e tde form ation pédagogiq u e. Le s au torités e s tim e nt e n e ffe t q u e ce le - ci pe rm e ttra non s e u le m e nt d am éliore r la q u alité de s e ns e igne m e nts, m ais égale m e nt de rédu ire la fractu re édu cative grâce à l e ns e igne m e nt à dis tance. Ce tte politiq u e d introdu ction de s TIC dans l édu cation porte ra égale m e nt s u r la cons titu tion d éq u ipe s de re ch e rch e q u i travai le ronts u r tou s le s as pe cts de s TICE, la re ch e rch e s cie ntifiq u e e t la création de filière s s pécialis ée s à l U nive rs ité e t dans le s grande s école s, la form ation de form ate u rs e t la form ation continu e dans le dom aine de s TICE. Ains i, la politiq u e d intégration de s TICE définie dans le Plan s tratégiq u e nationalde s te ch nologie s de l inform ation e tde la com m u nication a re te nu q u atre ob je ctifs pou r le déve loppe m e nt du s e cte u r de l édu cation. Ch aq u e ob je ctif a été décliné e n actions prioritaire s à m e ne r à cou rt, m oye n ou long te rm e s. Le s au torités ontcons cie nce de l apportde s TICE dans notre s ys tèm e édu catif. Plu s ie u rs s ignau x s ont e nvoyés s u r la b as e de pre s s ion de s b ai le u rs dans le cadre de la m ode rnis ation de s e ns e igne m e nts voire de l organis ation du s ys tèm e glob al. Ce pe ndant, le s m e s u re s d accom pagne m e nt (m oye ns organis ationne ls e tfinancie rs ) e s s e ntie le s à la réu s s ite de s réform e s e ngagée s n ontpas s u ivi. D ans u ne ge s tion à flu x te ndu, le s b e s oins de b as e étant difficile m e nt réglés, la priorité n a jam ais été accordée au x TICE. Priorité pou r le déve loppe m e nt de s TIC au nive au gou ve rne m e ntal: Le s docu m e nts gou ve rne m e ntau x s u ivants place nt le déve loppe m e nt de lu tilis ation de s TIC au rang de priorité nationale : > IX èm e Plan de D éve loppe m e nt Econom iq u e e t Social ( ), > le D ocu m e nt Stratégiq u e de Rédu ction de la Pau vre té (2002), > Politiq u e Nationale de Bonne Gou ve rnance (2002), > D is cou rs de Politiq u e générale du Pre m ie r M inis tre e n M is e e n place de s tru ctu re s nationale s : > Age nce de Régu lation de s Télécom m u nications e t de la Pos te, rédaction du Code de s télécom m u nications e n 2001 > Age nce D e linform atiq u e de letat, Intrane t Gou ve rne m e ntale n 2004 Pou r lédu cation, le s élém e nts q u i indiq u e nt le nive au de ngage m e ntde s au torités s ont: > le s déclarations du Prés ide ntde la Répu b liq u e, q u i e s tu n partis an de linte ns ification de lu tilis ation de s TIC, ave c de s prom e s s e s déq u ipe m e ntm as s ifde s étab lis s e m e nts > Le déve loppe m e nt du Sch ém a D ire cte u r Inform atiq u e dans la pre m ière ph as e du PD EF, m ais ils agis s ait de travai le r s u r linform atis ation de s s tru ctu re s adm inis trative s. Le SD I 2 intègre la dim e ns ion pédagogiq u e. > le s parte nariats e ntre le M inis tère de ledu cation e t le s e cte u r privé (SO NATEL, CISCO, M icros oft, e tc.), > le Sém inaire Nationals u r le s TICE (2005). L e ngage m e nt de s au torités togolais e s s e s itu e au nive au m inis térie l. Le M inis tère de l Edu cation nationale e tce lu i de l Ens e igne m e nt Te ch niq u e e t de la Form ation Profe s s ionne le te nte nt de tradu ire dans le s faits le s orie ntations définie s par le gou ve rne m e nt e n m atière d u tilis ation de s TIC dans l e ns e igne m e nt. S iln e xis te pas actu e le m e nt u ne dire ction q u i a e n ch arge la m is e e n œ u vre de s orie ntations pris e s par le gou ve rne m e nt, ce rtaine s dire ctions initie ntde s program m e s de form ation à 113

7 114 l u tilis ation de s TICE dans l adm inis tration e t dans l e ns e igne m e nt. O n pe u t s ignale r l e ngage m e nt de l U nive rs ité de Lom é à trave rs le Ce ntre Inform atiq u e e tde Calcu l(cic) e tle Ce ntre de Form ation à D is tance, q u i font de l u tilis ation de s TIC dans l e ns e igne m e nt le u rs priorités. O n pe u t au s s i s ignale r le s initiative s de form ation de s cadre s de l e ns e igne m e nt opérée s par le RESAFAD -.

8 Synth ès e du travailco lab oratifau s e in du Re s afad 2 Stratégie s : q ue le s s ontle s priorités affich ée s?y- a- t- ilun plan d e ns e m b le re liantl adm inis tratif e tle pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE? Le s priorités affich ée s s ont différe nte s s e lon le s trois m inis tère s au Bénin. Le m inis tère de s e ns e igne m e nts prim aire e t s e condaire m e t lacce nt s u r le déve loppe m e nt de lu s age de s TICE, notam m e nt dans le s étab lis s e m e nts. Le m inis tère de le ns e igne m e nt te ch niq u e e t de la form ation profe s s ionne le a ins crit dans s e s axe s s tratégiq u e s le déve loppe m e nt de la form ation à dis tance. Ce la ne s ignifie pas q u e ce tte volonté s oit appropriée e t re layée par le s dire ctions conce rnée s. Le m inis tère de le ns e igne m e nt s u périe u r e t de la re ch e rch e s cie ntifiq u e e xprim e s a volonté de déve loppe r la form ation à dis tance e ntre le s pôle s u nive rs itaire s dab om e y- Calavi e t Parak ou, notam m e nt par la vis ioconfére nce. D ans au cu n de s trois m inis tère s, la re s pons ab ilité claire e t s pécifiq u e par u ne s tru ctu re ide ntifiée de la pris e e n ch arge du ne politiq u e TICE ne s t évide nte, tant au nive au de s dire ctions ce ntrale s de s m inis tère s q u au nive au de s u nive rs ités. Le s priorités affich ée s s ont ;la cons tru ction e t l éq u ipe m e nt de ce ntre s inform atiq u e s à de s tination de s e ns e ignants, de s élève s e tétu diants. Le s actions dans le dom aine pédagogiq u e s ont e ncore e m b ryonnaire s du fait de la rare té de s s pécialis te s e n la m atière. Be nin G ab on Au Gab on, ilne xis te pas actu e le m e ntde plan de ns e m b le re liant ladm inis tratif e t le pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE. En de h ors du plan déq u ipe m e nt de s lycée s de 2001 au cu ne au tre initiative vis ant à prom ou voir le s TIC dans lédu cation na été e nre gis trée ju s q u e là. Tou te fois létu de de fais ab ilité réalis ée dans le cadre du proje t Rés e au de D éve loppe m e ntd u rab le Inte rne t(rd D - INTERNET) confirm e le xis te nce du n parc im portant dordinate u rs. U n s ch ém a dire cte u r de linform atiq u e (plan inform atiq u e ) du m inis tère de ledu cation nationale e s t prévu pou r ju i le t En prélu de à ce plan inform atiq u e, de s form ations (initiation à linform atiq u e, initiation à la ge s tion de la carte s colaire ) ont été donnée s au x age nts du dit m inis tère. Ce s ch ém a dire cte u r de vrait favoris e r la réorganis ation de s s tru ctu re s e t la s im plification adm inis trative, notam m e nt e n ce q u i conce rne la ge s tion du pe rs onne l e t de s avance m e nts. La produ ction, la diffu s ion e tla circu lation de linform ation, e s te nvis agée dans le cadre de lanim ation de ce ntre s de docu m e ntation e t dinform ation (CD I) placés dans ladm inis tration ce ntrale e tle s étab lis s e m e nts. Il n e xis te pas de plan d e ns e m b le re liant le te ch nologiq u e /infras tru ctu re, l adm inis tratif/ge s tion e t le pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE. O n note ce pe ndant, dans le cadre de la coopération, l e xis te nce de Proje ts d introdu ction de ce s te ch nologie s, com m e par e xe m ple le PEPTe tle PAD ES. D ans le s Ins titu tions d Ens e igne m e nt Su périe u r e t le s s a le s de re s s ou rce s de s s e rvice s ce ntrau x à infras tru ctu re pe u adaptée, de s s tru ctu re s de ge s tion adm inis trative inform atis ée e t de s conne xions Inte rne t e xis te nt. M ais la ge s tion pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE n e xis te q u e pou r l initiation à l u tilis ation de l ordinate u r, notam m e nt pou r le traite m e ntde te xte e tle s tab le u rs. D e ce q u i s e pratiq u e actu e le m e ntdans le pays, l e xis tant e s taxé s u r le s form ations à dis tance à trave rs la radio (EIR du NFQ E, le s cou rs à dis tance du SNED ), l initiation à la re ch e rch e d inform ations édu cative s s u r le ne t (s a le de re s s ou rce s inform atiq u e s de l ISSEG, de l U nive rs ité de Conak ry,.). Sinon, le s u tilis ate u rs d Inte rne t s ont s u rtou t focalis és s u r la m e s s age rie éle ctroniq u e. Le Plan s tratégiq u e nationald intégration de s TICE au a égale m e ntide ntifié de s ob je ctifs e tde s actions prioritaire s à cou rt te rm e pou r la période Ce s ob je ctifs e t ce s actions s ont: 115

9 116 O b je ctif1 : Intégre r le s TIC dans le s program m e s de l édu cation form e le e tnon form e le, dans l adm inis tration s colaire e tla re ch e rch e s cie ntifiq u e. > Action 1 : Eq u ipe m e nt e n m atérie ltic e t conne xion de tou s le s étab lis s e m e nts s colaire s e t u nive rs itaire s du pays, accom pagné de program m e s de form ation de s age nts à l e ntre tie n e tà l u tilis ation de ce m atérie l. > Action 1.1 : Eq u ipe m e nt par année e n ordinate u rs e t acce s s oire s TIC d au m oins 10 étab lis s e m e nts du fondam e ntal, 10 étab lis s e m e nts du s e condaire e t 3 du s u périe u r le s conne cte r à Inte rne te tle s conne cte r e ntre e u x. > Action 1. 2 : Elab oration d ou tils pédagogiq u e s e n TIC ains i q u e de cu rricu la appropriés pou r l e ns e igne m e nt e t l appre ntis s age de s TIC. O b je ctif2 : Elab ore r e t m e ttre e n place u n plan de form ation initiale de s re s s ou rce s h u m aine s dans le dom aine de s TIC. > Action 1 : Création d ins titu ts de form ation te ch niq u e e t profe s s ionne le s pécialis és dans le dom aine de s TIC. > Action 1.1 : Création au nive au de trois régions e t du D is trict de Bam ak o d u n ins titu t de form ation te ch niq u e e t profe s s ionne le s pécialis é dans le dom aine de s TIC. > Action 2 : Introdu ction de s te ch nologie s de l inform ation e t de la com m u nication (TIC) dans le cu rs u s u nive rs itaire au nive au de tou te s le s facu ltés. O b je ctifs 3 : Elab ore r e tm e ttre e n oe u vre u n plan de form ation continu e de s re s s ou rce s h u m aine s dans le dom aine de s TIC. > Action 1 : O rganis ation de la form ation continu e de s age nts de l Etat, de s élém e nts de la s ociété civile e tdu s e cte u r privé dans le dom aine de s TIC. e t de s Co le ctivités Te rritoriale s, de s élém e nts de la s ociété civile e tdu s e cte u r privé dans le dom aine de s TIC, à rais on de trois ate lie rs par an (pou r le s age nts de l Etat e t de s Co le ctivités Te rritoriale s ). > Action 2 : Form ation de s form ate u rs dans le dom aine de s TIC. > Action 2.1 : Form ation de s form ate u rs dans le dom aine de s TIC (trois ate lie rs par an). > Action 3 : O rganis ation d ate lie rs, de s ém inaire s, de s ym pos iu m s de s e ns ib ilis ation, d inform ation e t de form ation s u r la Société de l inform ation e t du s avoir partagé e t e n particu lie r dans le dom aine de s TIC. > Action 3.1 : O rganis ation d u ne re ncontre par an de s e ns ib ilis ation d inform ation e tde form ation s u r la Société de l inform ation e tdu s avoir partagé e te n particu lie r dans le dom aine de s TIC. > Action 4 : O rganis ation d u n ate lie r national s u r le s b e s oins e n re s s ou rce s h u m aine s à cou rt, m oye n e t long te rm e s cou vranttou s le s s e cte u rs de l économ ie nationale dans le dom aine de s TIC. O b je ctif4 : As s u re r l e m ploi e t la com pétitivité de s re s s ou rce s h u m aine s dans le dom aine de s TIC. 1 : Adjonction à tou s le s proje ts TIC de grande e nve rgu re de vole ts de form ation e tde trans fe rtde form ation. 2 : Plan d e ns e m b le re liant le te ch nologiq u e /infras tru ctu re s, l adm inis tratif/ge s tion e t le pédagogiq u e dans le dom aine de s TICE: Lors q u on ob s e rve la politiq u e d intégration de s TICE e t s a s tratégie de m is e e n oe u vre, on s e re nd com pte q u e le intègre de s actions tou ch antau x dom aine s te ch nologiq u e s e t infras tru ctu re s, adm inis tratif/ge s tion e t pédagogiq u e com m e l indiq u e le tab le au prés e nté e n page s u ivante : > Action 1.1 : O rganis ation de la form ation continu e de s age nts de l Etat,

Sous la dire ction de : Jacq ue s Guidon / Jacq ue s W a le t

Sous la dire ction de : Jacq ue s Guidon / Jacq ue s W a le t Num éro de publication UNESCO / BRED A : ISBN 9 78-9 2-9 09 1-09 6-1 UNESCO / BRED A 2007 Le s conte nus de s article s publiés re s te nt de la re s pons ab ilité de le urs aute urs Sous la dire ction

Plus en détail

CH AUFFAGE A TECH NOLOGIE LASER

CH AUFFAGE A TECH NOLOGIE LASER AVRIL2007 w w w.le xin.fr Econom ie s d'éne rgie (Cop3) Diffusion rapide de la ch ale ur Plus de trace s noire s Sile ncie ux e t sans ode ur Sans risq ue Gain de place Pe rsonnalisation Insta lation facile

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Le Puy-St-Martinois. Edito du Maire. 1 : Edito du Maire. 2 : Actualité m unicipale. 5 : Je une s s e. 6 : Culture. 9 : Vivre e ns e m ble.

Le Puy-St-Martinois. Edito du Maire. 1 : Edito du Maire. 2 : Actualité m unicipale. 5 : Je une s s e. 6 : Culture. 9 : Vivre e ns e m ble. Le Puy-St-Martinois Num éro 63 octobre 2012 Som m aire 1 : Edito du Maire 2 : Actualité m unicipale 5 : Je une s s e 6 : Culture 9 : Vivre e ns e m ble 10 : Sport 11 : Fe s tivités 12 : As s ociations

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Norme NFP Avril CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence.

Norme NFP Avril CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence. Norme NFP 98 150-2 Avril 2011 CETE Méditerranée- Laboratoire Régional d'aix en Provence www.cete-mediterranee.fr Domaine d'application (1/2) - En robé s hydrocarbon é s à froid: exé cu tion de s assise

Plus en détail

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours.

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. LE PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. PLAN PAR TICULIER DE M IS E EN S ÛR ETÉ

Plus en détail

C ha rleroi, 19 et 22 m a i 2015 C onférenc e s a nté 2015 - " L es différents dons m édic a ux (s a ng, o rg a nes, c o rps...) P ourquo i?

C ha rleroi, 19 et 22 m a i 2015 C onférenc e s a nté 2015 -  L es différents dons m édic a ux (s a ng, o rg a nes, c o rps...) P ourquo i? D onnerpour s onmodifier c o rps le à style la C liquez sous-titres du masque s cdes ienc e C ha rleroi, 19 et 22 m a i 2015 C onférenc e s a nté 2015 - " L es différents dons m édic a ux (s a ng, o rg

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

Projet UNIVERGEO une infras tructure de données s patiales au s ein du département de géographie

Projet UNIVERGEO une infras tructure de données s patiales au s ein du département de géographie Projet UNIVERGEO une infras tructure de données s patiales au s ein du département de géographie ~ Appel à projets interrég ional «nouveaux s ervices, nouveaux us ages à haut débit» CONS TATS PREALAB LES

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

Changement de logique économique Par Gilles Duthil, Président de l Institut

Changement de logique économique Par Gilles Duthil, Président de l Institut Si cet email ne s affiche pas correctement, merci de cliquer ici Changement de logique économique Par Gilles Duthil, Président de l Institut Aprè s plusie urs ré unions de conce rtation au se cond se m

Plus en détail

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e Dossier pour ANT HANDICAPÉ DE L INTÉGRATION D UN ENFEN SERV ICE DE GAR information générale et marche à suivre Document de travail à conser ver au ser vice de garde Le dossier pour l inté gra tion d un

Plus en détail

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3 CONFIGURER LE TABLEAU CMCD Fiche à l usage des Structures LIGUES et COMITES ------------- D a t e : 2 4 F é v r i e r 2 0 1 6 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements J o u r n é e s d u P é tr o le s, P a r is 2 0 2 1 o c to b r e 2 0 0 8 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole À l école Ste-Ros a lie, trois va leu rs fon da m en ta les représ en ten t n otre m ilieu : Re

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Cycle : MANAGEMENT DE PROJET

Cycle : MANAGEMENT DE PROJET Cycle : MANAGEMENT DE PROJET Thème I : Gestion de projet Etre capable d'identifier les tâches de la gestion de projet et les méthodes correspondantes. Former les participants aux méthodes et outils de

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

Conseil Economique D is t r. et Social

Conseil Economique D is t r. et Social N ATIO N S UNIES Conseil Economique D is t r. et Social gfnerale E/1982/3/fidd.43 10 décembre 1987 FRANÇAIS Original, ANGLAIS Prem ière session o rd in a ire de 1988 APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

D i g i t a l M a t r i x

D i g i t a l M a t r i x i g i t a l M a t r i x S y s t è m e s i n t e r c o m Mat ri ce s, St ations utilisate u r s, Ac ce s s o i re s RTS Systèmes intercom à matrices numériques - Interconnecter le monde C o n n e x i o

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet

AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet En 5 minutes et 15 questions, esu ez l effi a it de vot e fo tio p odu tio et d te i ez les a es d a lio atio s. Pour chaque réponse «Oui», comptez

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

ERP5. Open Source Central Banking

ERP5. Open Source Central Banking Open Source Central Banking 2 Position Cash Management Security Engine Core Banking Objects Transactions 1. Ge s tio n de la c a is s e 2. Opé ra tio ns de g uic he t 3. Ge s tio n de la po s ition 4.

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

$ $ & & & & 7 ' < $<& $ * 0' $ $' * ' ' & ' & '& ' '& 04 & & = ' $ $ '> <$& ' $ $! 0 & < $ 5 6)7 0 ' $?$ & $ & &$

$ $ & & & & 7 ' < $<& $ * 0' $ $' * ' ' & ' & '& ' '& 04 & & = ' $ $ '> <$& ' $ $! 0 & < $ 5 6)7 0 ' $?$ & $ & &$ "# % " () " +, -.../ 123. 56 578 9 :;%" 7 = > 5 6)7? @? AB @ @ CD E7E C(5 6 5+ 6 /( @) 5 FB 9+-.1G# # H I E7E J 5 K :# 6, I / %; :" % / B A O 7 J 5 = 6 J B L #J + LM % /,# M # 7 N 6 B % 12G2 N / " # #

Plus en détail

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE Brefs ra p p els su r les p ro p ri é t é s des est i m a t eu rs u su els (M C O, M C G, est i m a t eu rs à v a ri a b les i n st ru m en t a les) da n s les

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

PA R A Z A. du M aire... BULLETIN M UNICIPAL N 01. nouve l e xécutif e s t e n fonction ave c toujours de nom bre ux proje ts pour l

PA R A Z A. du M aire... BULLETIN M UNICIPAL N 01. nouve l e xécutif e s t e n fonction ave c toujours de nom bre ux proje ts pour l BULLETIN M UNICIPAL PA R A Z A La m unicipa ité s t n p ac m aint nant d puis 14 M ars 2008 t au nd m ain d'é ctions m unicipa s, nouv xécutif s t n fonction av c toujours d nom br ux proj ts pour dév

Plus en détail

OBUG DOSSIER DE PRESSE DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE. www.obug.fr www.les-obugs.fr. Contact presse : Communiqué du 12/09/2006 :

OBUG DOSSIER DE PRESSE DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE. www.obug.fr www.les-obugs.fr. Contact presse : Communiqué du 12/09/2006 : OBUG DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE www.obug.fr www.les-obugs.fr DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Karen BENIGUET - Tel/Fax : 02.53.45.10.36 karen.beniguet@obug.fr 56. Rue du Général Buat 44000 Nantes

Plus en détail

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ (

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ ( Russell et la philosophie Anne-F r a n o i s e S c h m i d, I N S A d e L y o n et Ar c h i v e P o i nc a r )A (& (U ni v er s i t (& d e N a nc y -2, U M R C N R S n!c 7 1 1 7 ) )A!0 P r en ez g ar d

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 1 Objectifs de travail L objet de ce document est de rassembler les palmarès d audience des programmes de fiction dans les principaux

Plus en détail

Température de stockage : -10 C à +70 C Température de fonctionnement : 0 C à +40 C Installation en milieu normalement pollué

Température de stockage : -10 C à +70 C Température de fonctionnement : 0 C à +40 C Installation en milieu normalement pollué Appareil conforme aux exigences des directives : CEE 89/336 (Compatibilité ElectroMagnétique) et CEE 73/23 modifiée CEE 93/68 (Sécurité basse tension) En raison de l évolution des normes et du matériel,

Plus en détail

/ '\\ tr@~ Objections et procédures relatives à l'évaluation du comportement profes sionnel

/ '\\ tr@~ Objections et procédures relatives à l'évaluation du comportement profes sionnel Cour Pénale Internationale / '\\ tr@~ ---------~ ;} International Criminal Court ~~ Le Greffe The Regislry Instruction ad min istrati v e ICC/AI/2010/002 Date : 22 d écembre 2010 Objections et procédures

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens

Conseil de l Europe. Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Conseil de l Europe Construction et utilisation d'indicateurs de cohésion sociale et de progrès s dans le bien être avec les citoyens Approche développée par le Conseil de l Europe Rennes, 30 et 31 octobre

Plus en détail

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION BAC GENERAL BAC TECHNOLOGIQUE BAC PROFESSIONNEL 5 ANS 3 ANS VIE ACTIVE AU LYCEE - EN APPRENTISSAGE EN CONTRAT

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail